Israël : un exemple ?

On parle tant et plus du conflit israélo-palestinien.

Je pense que ce terme est impropre et qu’il vaudrait mieux parler du conflit israélo-arabe ou mieux encore du conflit judéo-musulman, mais admettons.

Il faut cependant remarquer certaines petites choses.

Alors que dans beaucoup de pays , notamment européens, on assiste à une crispation de plus en plus grande entre les populations d’accueil et les immigrants nouveaux ou récents, Israël est un pays où l’on apprend à vivre ensemble.

La burqa n’y est pas interdite, mais je n’ai pas encore vu de burqa.

Un Juif qui tague une mosquée est mis en prison exactement comme un arabe qui caillasse la voiture d’un Juif.

L’organe d’un Arabe peut sauver un juif de la même façon que celui d’un Juif sauvera un Arabe.

Une majorité des Arabes de Jérusalem déclarent préférer demeurer sous la juridiction israélienne plutôt que sous une juridiction palestinienne.

Un juge arabe préside une cours de justice qui condamne un ancien président de l’Etat à 7 ans de prison pour inconduite notoire à l’endroit de la gent féminine.

De plus en plus d’Arabes demandent à faire leur service militaire dans les rangs de l’armée israélienne, certains sont des officiers supérieurs [1].

Une jeune top-modèle arabe qui pose en bikini [2] envoie sur Facebook ses vœux « à ses amis juifs » à l’occasion de rosh-a-shana [3].

Des universités sont construites dans les territoires disputés, qui n’existaient jadis même pas à l’état de projet.

A Jaffa, quartier arabe de Tel Aviv, un café a bâti sa réputation sur l’apprentissage de l’arabe et son public, juif, est assidu aux cours et en croissance.

Je pourrais multiplier ces exemples par dix ou cent sans avoir à chercher longtemps.

On pourra m’objecter que tout n’est pas si rose. Je le sais. A côté de ce patient apprentissage nous connaissons des drames, des actes de barbarie comme celui d’Itamar, nous avons connu des attentats sanglants, et il est malheureusement vraisemblable que d’autres réussiront malgré la vigilance des services dont la mission est de les déjouer.

Mais ces attentats, ces drames, sont le fait de personnes manipulées par des factions politiques qui n’ont aucun intérêt à voir régner la paix et à la tolérance.

Et que cela plaise ou non aux spectateurs, cela n’empêchera pas les différentes composantes de la société israélienne à poursuivre dans cette voie-là.

C’est celle-ci qui peut apporter la paix dans la région, et non pas des accords politiques bâtis sur des chimères, comme ces accords d’Oslo, particulièrement meurtriers.

Il est dommage que les pays auxquels je faisais allusion au début ne s’inspirent pas de l’exemple d’Israël, et continue à conspuer ce laboratoire d’un peu plus de 20.000 kilomètres carrés.



[1] Voir ici ou encore ici.

[2] Voir ici.

[3] Nouvel an juif. Littéralement: « tête de l’année ». A noter toutefois que pour certains, il y a quatre nouvel an dans l’année…

[4] Sur les accords d’Oslo, leur validité et leurs conséquences, je suggère la lecture de ce document libre d’accès en pdf.

Image: Jeroen van Oostrom / FreeDigitalPhotos.net

À propos de Yaakov Rotil

J'habite Ashkelon, une ville très agréable de la côte d'Israël, sise environ 60 kms au sud de Tel-Aviv.

57 Commentaires

  1. Sophie

    Les Arabes ont plus de droits en Israël que les Belges francophones en Flandre…

  2. rackam

    Sophie,
    voilez-vous, ça aide…

  3. Georges Kaplan

    Jolie la jeune top-modèle arabe qui pose en bikini !
    Pardon, je sors.

  4. Sophie

    Ca aide à quoi, Rakam?

  5. Vivre ensemble avec un mur tout autour de son pays, et l’immigration illégale considerée comme catastrophe nationale par Nethanyaou et fin la discrimination des Fallashah (+ expulsion d’enfants clandestins) : DU BEAU VIVRE ENSEMBLE ! ARRETEZ DE VOUS MOQUER DU MONDE !

  6. Expat

    t’es mieux respectée par tes compatriotes…

  7. belem

    On pourra toutefois noter que,
    – on ne voit pas non plus de burka en Corée, ce qui est signe de…rien !
    – En France non plus, le tagage des mosquées n’est pas autorisé, en revanche, il y a surprime si une victime est juive, homosexuelle ou je ne sais quelle minorité protégée
    – les organes ne sont pas plus estampillés ethniques
    – l’armée française est déjà nord-africaine depuis 1916, et la proportion augmente
    – la répression des mains au cul par les politiques est sous-traitée aux USA, pays spécialiste de la moralité et du grand spectacle
    – la fatma habitant au-dessus me fait gratuit le son d’un film porno. J’aimerais qu’un jour le Gaulois qui la stimule arrive à la finir
    – une université existe sur le plateau de Millevaches, j’y ai enseigné, mais ma grand-mère ne l’aurais jamais cru
    – tous les cafés du 9-3 sont spécialisés dans l’enseignement des dialectes arabes et on n’en fait pas tout un couscous

  8. Sophie

    Lutter contre l’immigration clandestine, en Israël ou ailleurs, c’est une atteinte au « vivre ensemble »?

    Curieux!

  9. belem

    Chic, un Cadoudal rétrogradé B par Fitch et Abercrombie vient de poser une bombe sur le site.
    Pourvu que ce ne soit pas un Nantais notoire, camouflé en camouflet qui travaille pour les bienfaits de la diversité.

  10. Expat

    C’est quoi un Cadoudal ?

  11. belem

    Hélas, un Cadoudal ça n’existe pas. C’est le nom d’un chouan célèbre, comme Charette ou La Roche-Jacquelin.
    Pour faire simple, la Chouannerie a été un mouvement contre-révolutionnaire dont l’objectif était le retour de Louis XVI. Il faut ajouter comme motivation, la levée de troupes pour les armées de l’An II et le passage du clergé sous contrôle de l’état (curés fonctionnaires). Il s’est situé principalement entre la Vendée et le Morbihan, c’est à dire du sud au nord de Nantes qui est la résidence d’un royaliste célèbre dont le nom commence par rac et finit par kam.
    Les gens de ce mouvement se nommaient chouans. Il y a plusieurs hypothèses d’étymologie. La plus répandue se base sur le fait qu’ils imitaient le cri de la chouette en soufflant entre leurs mains refermées entre elles (en conque), comme cri de ralliement discret.
    Comme il y a un chouanb, il y a peut-être des chouans A avant passage des agences de notation.
    Is it clear my dear ?

  12. rackam

    Au sud de la Loire, c’étaient les vendéens. Au nord les chouans. Le cri du chat-huant était utilisé par Jean Cottereau, surnommé Jean Chouan, faux saunier (contrebandier de sel) et chef de bandes anti-républicaines.

  13. belem

    et dans la Loire ?

  14. belem

    j’adore ce système de boutons !!!

  15. Expat

    C’est qui belem ? (et merci)

  16. belem

    C’est marrant, quand j’écris je me reconnais toujours. Vous en connaissez beaucoup des farceurs qui disent Cadoudal au lieu de chouan, au risque de se faire « traiter » par son Aimée ?
    Alors, pour Belem j’ai en vrac,
    un quartier de Lisbonne avec une très belle tour, un monastère avec Vasco de Gama et surtout des pasteis de nata (pâtisseries),
    en face de l’Atlantique une ville brésilienne,
    un fameux trois-mâts fin comme un oiseau qui a mouillé des années à Paris (donc pas comme une brésilienne, lequel est footballeur).
    J’ai aussi une chanson d’Aznavour qui balance bien et dit comme ça,
    D’ici, de là
    Debarquant de Belem
    En route pour Java…
    Bref, un pseudo pour saintex.

  17. belem

    Au risque de se faire « traiter » par LEUR Aimée.
    Toutes mes excuses pour cette horrible saintex error. Nous avons tous face à vous, mission d’ambassade de notre langue que vous honorez de votre fréquentation.

  18. Patrick

    Dans l’absolu, je ne suis pas pour les murs non plus, mais Israël n’avait pas le choix : soit le mur, soit la perpétuation des nombreux attentats provoqués par ses ennemis.
    Les US ont construit un mur le long de la frontière avec le Mexique. Personne ne semble s’en offusquer ! Pourquoi ?

  19. Patrick

    Super article. Bien d’accord avec vous. Mais de ces choses là, nos médias bien-pensants n’en parlent jamais.

  20. Souris donc

    Qui pourrait faire un résumé des 132 pages du livre sur les accords d’Oslo ?
    Ou bien un autre article ? J’avoue une grande ignorance.

  21. Sophie

    « j’adore ce système de boutons !!! »

    Gnagnagna!

  22. « Qui pourrait faire un résumé des 132 pages du livre sur les accords d’Oslo ?
    Ou bien un autre article ? J’avoue une grande ignorance. »

    Oulà !

    Ben j’ai du boulot, si je comprends bien.

    Bon, je vais m’y mettre…

  23. Pingback: Israël : Un exemple ?, par Georges Kaplan | Europe Israel - analyses, informations sur Israel, l'Europe et le Moyen-Orient

  24. Bibi

    Le choumachin a mal à la géographie.
    Oubliée la mer dans laquelle les nobles descendants des jébusites-émorites et autres canaanites tiennent à jeter al-Yahoud qui survivraient au Jihad promis-juré? Pourtant c’est une longue et belle côte!
    Oublié l’impressionnant plateau du Golan et le Mont Hermon, ces jours-ci blancs de neige?
    Oublié le nord de la Galilée?
    Oublié le lac de Tibériade et la vallée du Jourdain, aux palmiers et autres fruits/légumes ensoleillés?
    Oubliée la mer morte, le désert judéen qui ne ressemble à aucun autre, l’Arava?

    Oubliés la multitude d’amis régionaux?

  25. Bibi

    Et puis, c’est le contre-exemple à tous ceux qui soutiennent que la démocratie n’est pas compatible avec la mentalité Orientale. Les citoyens des pays voisins jalousent leurs frères et sœurs israéliens. Et il ne s’agit pas que des chrétiens.

  26. belem

    Je m’offusque du mur des USA. Et je dis que ce n’est ni parce que les Américains se comportent mal, ni parce ce qu’ils sont fort rarement dénoncés pour cela, que cela justifie de faire comme eux.

    Cette réponse est dans la ligne de l’article. Il dit que à plusieurs reprises que Israël serait un modèle parce que des voisins arabes n’en sont pas.

    Si nous nous décidions à être nous-mêmes, nous cesserions peut-être d’avoir besoin de modèles, qu’ils soient américains, israéliens, scandinaves…
    Si nous décidions d’admettre que le TPI n’est rien d’autre que la version moderne du tribunal du Talion qui impose la loi du plus fort au sein d’une communauté mondiale qui n’a rien d’unitaire, et au sein de laquelle chaque élément tire la couverture à lui pour manger plus,
    peut-être que nous cesserions à notre tour de vouloir imposer un modèle, voire imposer un refus de modèle (décolonisation),
    peut-être même carrément que nous aurions le courage de faire du commerce sans le baptiser extension de la démocratie libérale et autres foutaises climatiques.

    C’est pourtant assez simple de penser que les Israéliens font comme ils veulent chez eux, les Arabes aussi.
    Je suis convaincu que la majorité des Israéliens veut la paix, comme la majorité des habitants de cette terre. Je suis d’accord avec Hessel (hé oui !) qui pense que les femmes de Gaza la veulent aussi, qui voient leurs enfants mourir, et peu importe qui les tue.
    Je suis tout aussi convaincu que Nethanyau ne la veut pas en ce qu’il ne s’en donne pas les moyens. Il est clair que le Hamas est une horde barbare..
    Mais il m’est clair par-dessus tout que cette guerre, comme d’autres, trouve ailleurs d’autres appuis. Il n’est que de voir l’affaire UNESCO pour comprendre que soutenir un camp c’est soutenir la guerre. Celle-ci s’entretient à Washington et dans le Golfe Persique.
    Elle présente en outre avantage rare, nous l’avons importée.
    Alors, si c’est un conflit judéo-musulman, ce qui est probablement au moins en partie vrai, il ne devrait pas être présent en France puisque nous affirmons haut et clair être dans un état laïc.
    Mensonge ?
    Ah oui c’est vrai, il ne suffit pas de dire pour avoir décidé. Au commencement était le verbe ? Aujourd’hui est le verbiage, et ce n’est pas l’âge du verbe. D’ailleurs, si comme je l’ai lu hier, les pierres se mettent à crier, c’est que nous sommes à l’âge de pierre (ou paul ou jacques). Super, ça va animer les lapidations !

  27. « soutenir un camp c’est soutenir la guerre »
    Mais qui veut la guerre ? Dans son immense majorité, le peuple israélien — et les juifs de la diaspora pour qui la survie d’Israël est non seulement un symbole mais aussi un espoir — veut la paix, mais une paix véritable et durable, qui ne soit pas remise en question par les changements [de politique ou des dirigeants] de ses voisins.
    Il n’y a pas que le gang du Hamas qui veuille la destruction d’Israël. Le seul ciment de tous les peuples et nation arabes de la région — à quoi on peut ajouter les perses chiites et les Indonésiens musulmans — c’est la haine du juif.
    Renvoyer dos à dos la haine antijuive et le besoin sécuritaire d’une nation souveraine est un sophisme.
    Quant au mur, il n’est qu’un garant de sécurité, comme en témoignent toutes les statistiques sur les attentats.
    Ce que l’article de Rotil montre bien, c’est que la démocratie politique de la société israélienne est une réalité.

  28. @ belem : «soutenir un camp c’est soutenir la guerre »
    Mais qui veut la guerre ? Dans son immense majorité, le peuple israélien — et les juifs de la diaspora pour qui la survie d’Israël est non seulement un symbole mais aussi un espoir — veut la paix, mais une paix véritable — i.e. débarrassé de tout acte terroriste –, et durable — i.e. qui ne soit pas remise en question par les changements [de politique ou des dirigeants] de ses voisins.
    Il n’y a pas que le gang du Hamas qui veuille la destruction d’Israël. Le seul ciment de tous les peuples et nations arabes de la région — à quoi on peut ajouter les perses chiites et les Indonésiens musulmans — c’est la haine du juif.
    Renvoyer dos à dos la haine antijuive et le besoin sécuritaire d’une nation souveraine est un sophisme. Qui ne voit pas cela soutient en effet le camp arabo-musulman.
    Quant au mur, il n’est qu’un garant de sécurité, comme en témoignent toutes les statistiques sur les attentats.
    Ce que l’article de Rotil montre bien, c’est que la démocratie politique de la société israélienne est une réalité. Quoi qu’on puisse penser de la politique de tel ou tel gouvernement. Et quoi qu’en pense tel ou tel esprit chagrin ou cerveau lavé par la propagande

  29. belem

    J’ai bien mentionné dans mon propos que le peuple israélien veut la paix. Inuitile de me l’opposer
    Tout le monde est d’accord sur le fait que paix signifie absence de terrorisme, inutile de me l’opposer.
    Je ne nie même pas qu’existe la haine du Juif, inutile de me l’opposer.
    Mais je ne crois pas qu’elle se combatte en s’arc-boutant sur des positions de principe qui ne génèrent que confusions.
    Et je maintiens que Nethanyau ne se donne pas les moyens, ne donne pas au peuple d’Israël les moyens de la paix..

    Si vous ne voyez pas que les attitudes partisanes amènent à la guerre dans nos banlieues, sans autre justification que « je suis arabe donc je dois combattre les juifs », amènent au maintient de la guerre au proche orient,
    Si vous ne voyez pas que la guerre est aussi une affaire, une bonne affaire, de marchands, et pas seulement de marchands d’armes,

    Alors ce n’est pas vous pouvez, mais vous devez pérenniser cette attitude.
    Par exemple en me supposant un esprit chagrin lavé par la propagande. Je n’en aurai aucune rancœur personnelle, juste la tristesse de parler dans le vide quand je parle de paix et d’humanité.
    En revanche, vous pouvez éviter de reprendre mes propos, qui sont les propos universels de ma foi spirituelle, comme base de développement de votre approche guerrière. Celle-ci est réaction. Comme telle, elle est dérive d’un choc et ne renvoie qu’au choc. La vérité est ailleurs, au-delà, au-dessus.

  30. Désormais citoyen d’Israël et résidant en ce pays, j’aimerais dire, d’une façon générale et sans répondre à un commentaire particulier, que la perception qu’on a ici de Netanyahu est bien différente de celle qui prévaut en France, où il est diabolisé, il n’y a pas d’autre mot.

    C’est même assez curieux car enfin.

    Sur le plan de la politique intérieure, c’est quand même lui qui a pris les mesures qui sont à l’origine de la réussite économique du pays, laquelle a pour résultat que le chômage n’a jamais été aussi bas dans toute l’histoire du pays.

    Sur le plan de la politique avec les arabes de Judée et de Samarie, c’est sous son gouvernement qu’il y a le plus de levées de barrages et de check-points, ainsi que l’embellie économique de ces régions, avec un PIB en croissance qui, selon les sources, se situe entre 9 et 12,5 %.

    Enfin, je signale – ou rappelle – que depuis son retour au pouvoir, il ne cesse d’inviter les dirigeants de l’AP à la table des négociations, que ces derniers utilisent toutes les manoeuvres dilatoires possibles et imaginables, au lieu de le prendre au mot.
    .

  31. « la tristesse de parler dans le vide quand je parle de paix et d’humanité. »
    L’esprit « chagrin ou lavé » ne vous était pas personnellement destiné, mais à ceux qui refusent de voir la réalité des faits.

    Nous sommes bien entendus d’accord sur les bienfaits et les douceurs de la paix. Et oui, la guerre c’est très méchant. Quand on a dit ça, on se donne les moyens de l’éviter de toutes les façons possibles. Y compris [et peut-être surtout] par une « approche guerrière » face à un ennemi prêt à tout pour vous exterminer.

    Que viennent faire la Foi et la Vérité dans cette affaire ? Ailleurs, au-delà, au-dessus, ou nulle part selon les respectables croyances de chacun. Dans la prosaïque réalité de ce monde sans pitié, je préfère ne pas donner sa chance au génocidaire manifeste ou masqué.

  32. belem

    Rotil,

    Je ne discute pas la politique intérieure de vos paragraphes 2 et trois.
    Je ne discute pas non plus votre dernier paragraphe parce que, pour l’avoir écrit il faut avoir creusé un tel fossé que quelques lignes ne pourront jeter un pont au-dessus.
    Du reste, je vous avais déjà écrit ce que j’en pense dans une autre vie.

    Je discute un peu plus la diabolisation de Netanyahu, ou plutôt l’éventuelle incidence qu’un tel phénomène aurait pu avoir sur ma pensée. Si j’avais ressenti Netanyahu comme diabolisé, je me serais méfié. Je me méfie toujours des groupes et de leurs slogans.
    S’il l’est, c’est dommage, cela fait perdre le juste discrédit qu’il mérite.
    Quoiqu’il en soit, je reste franc-tireur, y compris dans mes lignes ci-dessus.

  33. belem

    Vous ne comprendrez donc pas cette fois, pourquoi je brise là.

  34. Bibi

    La paix est-elle compatible avec des tireurs, francs ou autres?

    De toute façon, les arguties de l’auto-proclamé franc-tireur (a) relèvent d’une doxa ruminée à trop de reprises pour se réclamer d’une quelconque fraîcheur; (b) Hors sujet.

    Il est question ici des relations dans une démocratie d’une minorité et d’une majorité.
    Une démocratie digne de ce nom se soucie de la protection des droits de ses minorités, tout en préservant le caractère défini et souhaité par la majorité des citoyens de l’entité en question. Est-ce qu’Israël, un état non-laïque, peut servir d’exemple à une République laïque?

    Il y a, à mon avis, certaines pratiques israéliennes qui peuvent inspirer le politicien français. Mais il ne faut pas pour autant se leurrer: en Israël, les arabes sont considérés indigènes, ce qui n’est pas le cas en France.

  35. belem

    Il manque un argument, un argument clef, un argument massue, un argument qui surpasse tous les autres puisque tous les reprend et les condense, et pourrait être servi même sur les colonnes de Libé ; « en plus vous n’êtes même pas beau ! ».
    mort de lol

  36. Il y a, à mon avis, certaines pratiques israéliennes qui peuvent inspirer le politicien français. Mais il ne faut pas pour autant se leurrer: en Israël, les arabes sont considérés indigènes, ce qui n’est pas le cas en France.

    Réflexions intéressantes.
    Je remarque cependant que de grandes facilités sont données à ceux qui migrent vers l’Europe pour acquérir la nationalité de ces pays, sans trop de contreparties.

    Et que ces pays, au lieu de s’attaquer aux problèmes que cela pose, se polarisent sur ceux du Proche Orient qu’ils ne peuvent résoudre à notre place.

    C’est une des choses que je voulais souligner.

  37. belem

    Bien d’accord Onc’Rotil.
    Les pays occidentaux… et les autres… devraient avoir mieux à faire que s’occuper des problèmes des autres.

    Mais tout est lié et, c’est une image, tout le monde souffle à la fois le chaud et le froid.
    Les guerres font vendre des armes, elles sont des pretextes à des prises de contrôles politiques en vue d’autres marchés, Elles sont même devenues, avec l’Irak, le moyen pour des entreprises de prendre le contrôle des armées.
    D’un autre côté, que seraient les habitants de Gaza sans l’aide financière européenne. On peut même ajouter, avec la seule aide des pays qui se disent frères, émirs et camps de réfugiés, même combat …
    De le même façon, peut-on penser que Israël s’est construite avec les seuls bras retroussés de quelques millions de personnes, aussi courageuses et motivées qu’elles aient été.

    Et puis, comme je l’ai écrit plus haut, ce conflit est venu chez nous. Je n’ai pas l’impression que nos dirigeants s’y prennent mieux pour le résoudre ici, ni ne suis même sur qu’ils en aient plus la volonté que le Président d’Israël que je fustige.
    Le manque de motivation est différent. Ici il se situe sur une large palette allant de l’intérêt économique à une sorte d’illumination humaniste autoritaire, elle même entre mensonge et auto-allumage.

    Les gens du moyen-orient souffrent de la guerre, mais ils justifient Proudhon disant que la guerre est le seul droit inaliénable de l’homme (probablement une vision étologique, mais intéressante).
    Les occidentaux souffrent de la paix qui s’appuie sur d’autres droits inaliénables, toujours plus nombreux, plus pesants, plus fantaisistes absurdes voire dégradants et qui leur sont imposés par la pensée. L’économie s’appuie autant sur cette paix physique (barbarie mentale) ici, que sur la guerre ailleurs.

  38. belem

    Tant que j’y suis… J’ai déjà eu l’occasion de le dire ailleurs, mais il me semble bon de l’inclure dans le contexte d’Antidoxe.
    La source est que nous ne sommes vachement(1) pas d’accord, voire que nous exprimons des visions qui peuvent sembler résolument opposées. Ce n’est qu’apparence, car elles ont en commun une volonté positive et une fraternité qui chez vous me saute aux yeux.
    Merci.

  39. Belem

    D’un autre côté, que seraient les habitants de Gaza sans l’aide financière européenne. On peut même ajouter, avec la seule aide des pays qui se disent frères, émirs et camps de réfugiés, même combat …

    Mais il faut arrêter là-dessus !

    L’aide financière européenne, c’est 50% dans la poche des caïds, 40% pour des kassams et le reste pour les gens.

    Il faut savoir ça !

  40. belem

    C’est bien possible et ça n’a rien de surprenant. Encore que les proportions me paraissent exagérées et que les armes doivent bien être offertes par les âmes charitables qui ne manquent pas pour envoyer les autres se faire casser la gueule à leur place.

    Il n’en reste pas moins vrai que Gaza ne semble pas vivre du produit de ses diverses industries, mais bel et bien d’un flux financier qui d’ailleurs, de cette façon alimente la guerre autant qu’il nourrit les gens.

  41. Bibi

    Rotil,

    Si vous n’êtes pas au courant, sachez qu’un document composé par les/des ambassadeurs de l’UE en Israël recommande à cette institution de se préoccuper sérieusement des problèmes d’égalité (des minorités) en Israël.

  42. Si si, je suis au courant, l’UE n’en manque pas une (d’ineptie).

  43. Edyann

    Rotil,

    « conflit judéo-musulman » dis-tu… ne s’agit-il pas plutôt d’une continuité de la guerre de conquête de l’Occident judéo-chrétien par l’islam autrefois oriental mais aujourd’hui mondial ?

    « Ce conflit est venu chez nous » dit Belem… ce conflit n’est-il pas qu’un prétexte, je dirais même Le Prétexte au réveil et à l’extension explosive de cette guerre de conquête face à laquelle nos dirigeants, par lâcheté et par intérêt, on déjà choisi le déshonneur ?

    Le but du monde musulman est bien, et nous l’avons tous compris je pense, l’invasion et la domination du monde occidental judéo-chrétien.

  44. Edyann

    Je déteste ce gravatar, comment procéder pour en choisir un autre ?

  45. Edyann

    Belem,

    « D’un autre côté, que seraient les habitants de Gaza sans l’aide financière européenne. » dites-vous,
    J’ajouterai : sans l’aide d’Israël.

    « De le même façon, peut-on penser que Israël s’est construite avec les seuls bras retroussés de quelques millions de personnes, aussi courageuses et motivées qu’elles aient été. »

    Oui, on peut et on doit le penser, Israël s’est construite en très grande partie par la volonté le courage et le travail de son peuple… de même que l’Algérie, qui fut en très grande partie construite par les méchants colons pieds noirs…

  46. Patrick

    Vous cliquez sur l’image. Vous serez redirigé vers le site de gravatar. Et là vous aurez loisir de changer l’image.

  47. belem

    Edyann,

    Intervention 1 : Non, nous n’avons pas tous compris pareil.

    Certes, je suis convaincu que, aujourd’hui, beaucoup de musulmans veulent faire terre d’islam tous les sols qu’ils foulent. Mao avait aussi dit que la Chine est, et doit être partout où un Chinois est installé.
    Tarik ramadan et de nombreux autres allumés, suivis par de beaucoup plus nombreux cons sans réflexion ni spiritualité religieuse, mais riches du culpabilisme occidental, ne se cachent pas de la lunade (croisade serait mal adapté) qu’ils mènent.
    Là s’arrête notre parcours commun.

    Arriver à trouver une fraternité et une cause commune permanente, fut-ce bouffer du roumis et du juif, entre l’Iran, la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Maghreb et autres communautés, voire Ali mon épicier du coin, est un peu fort de caoua.
    Même l’alliance Syrie-Iran est très subjective.

    Analyser tout cela par le principe du même panier ne présente qu’un avantage, se dédouaner de l’hypocrisie tournant autour de notre concept de démocratie.

    Cela fait à peu près un an que j’ai dénoncé le coup d’état tunisien comme mensonger et peu prometteur. Du reste, vouloir avec tant d’instance l’appeler printemps me faisait penser à ces régimes dictatoriaux de l’Est, les seuls qui se nommaient Démocratik.
    Ben Ali n’était pas un tyran sanguinaire, juste un profiteur avisait qui avait compris que son intérêt et celui du pays devaient converger. Le contraire a été prétendu, le résultat est édifiant.
    Pendant des mois, il a été dit que Assad faisait tirer tous les jours sur une foule revendicatrice mais pacifique. Des mois à descendre dans la rue tous les jours pour se faire canarder. Les Syriens ont le sens du martyr très développé ! Depuis peu, il est question d’affrontements. On peut se permettre le terme maintenant que les étiquettes sont distribuées. Il n’y a personne pour souligner que cela signifie que les pacifistes ont été armés par quelqu’un et se demander qui ?
    Et du coup, il n’y a personne pour se demander pourquoi ce régime, allié des fous de dieu d’Iran et pourtant appuyé sur une société multi-confessionnelle, est toujours en place.

    Personnellement, je n’ai la réponse à aucune de ces deux questions.
    Du coup, je n’ai pas votre belle certitude sur l’internationale islamique.

  48. belem

    Edyann,

    Intervention 2.

    Vous avez raison, il y a aussi l’aide d’Israël, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes de cette situation.

    En ce qui concerne la construction d’Israël, je ne sais pas à quel degré il faut lire une assertion telle que celle que vous avez écrite.
    Quel que soit ce degré, mesurez-vous la porté de votre propos, et les réactions qu’il peut susciter ?
    Des siècles chez les autres, quelques décennies en Israël. Quelle écrasante supériorité de ces six millions de personnes sur le reste de l’humanité !!!!
    Il existe dans la culture juive une forte volonté de conservation de l’identité, un instinct de survie exemplaire. Tout autant exemplaire est l’entraide sur laquelle cela s’appuie.
    Que craignez-vous en mettant cette vertu en avant, et qui a fait que ce pays s’est construit grâce à l’ensemble de la diaspora ? Que d’aucuns en profitent pour souligner les inévitables abus qui sont liés ? Trop tard, Jacques Lanzmann l’a déjà fait, et cela ne retire aucun mérite, ni à ceux qui ont eu le courage d’aller là-bas, ni à ceux qui, restant ailleurs, on eu la fraternité de se priver pour une conviction commune.
    Je ne suis pas sur que votre propos soit aussi fédérateur.

    Quant à l’Algérie, la taille de la « grande partie » me gêne, tout comme la fusion des notions de colon et de pied-noir.
    L’Algérie n’était rien en 1850, c’est évident et entendu. Les colons ont organisé un pays en s’appuyant sur le lien avec la France. Mais Dupont n’a pu faire tout tout seul, et M’sieur Ramirez a aussi participé, et les bras des fellah.
    Revoyez la conclusion de Arcady. Je n’en ai plus les termes exacts en tête, c’est assez ancien. Cela disait à peu près ceci. Ils sont enterrés côte à côte sur cette terre qu’ils ont aimé.

    La guerre d’Algérie a eu lieu, hélas, et pour des causes multiples, dont certaines externes (cf. Mac Arthur). Les belligérants des deux bords ont perdu, j’en suis certains, ils me l’ont dit et montré.
    C’est dommage, mais il faut maintenant s’y faire et faire avec.

  49. Edyann

    Merci Patrick :o)

  50. Edyann

    Belem,
    « la taille de la “grande partie” me gêne, tout comme la fusion des notions de colon et de pied-noir ».

    La taille de la « grande partie » dit bien ce qu’elle veut dire et n’exclut personne. Cette « grande partie » est composée d’espagnols (mes ancêtres), d’italiens, de maltais et autres, chrétiens ou juifs peu importe. Je n’exclus pas non plus les algériens « de souche », harkis pour la plupart. Quant à Mr Dupont, il est évident qu’il n’a rien fait tout seul, ni en Algérie ni ailleurs d’ailleurs.

    Quant à la fusion des notions de (méchants) colon et de pied-noir, nous la devons au mépris des représentants d’une certaine France pro arabe qui a trahi et sacrifié là-bas une « grande partie » de son peuple et qui semble prête à la même trahison sur son propre territoire.

  51. belem

    Edyann,

    La première partie de votre réponse élimine une partie de l’amalgame que vous aviez fait. Grâce vous en soit rendue.
    Néanmoins, le nom des colons est Dupont, selon la sémantique commune.

    Pas de grâce pour la seconde partie. Vous ajoutez de le confusion à la confusion. Je veux bien comprendre positivement votre propos, mais certains effets de style sont ambigus sur ce support.

  52. Edyann

    Votre question : « Que craignez-vous en mettant cette vertu en avant, et qui a fait que ce pays s’est construit grâce à l’ensemble de la diaspora ? » me semble inutile.

    La volonté identitaire, l’instinct de survie exemplaire, la solidarité, j’ajouterais le don d’espérance et l’amour de la vie et de l’humain, autant de vertus que je n’ai jamais craint, bien au contraire, de mettre en avant et que je glorifie haut et fort… Bien sûr que ce pays s’est construit grâce à l’ensemble de la diaspora laquelle fait partie du peuple d’Israël et le représente à travers le monde. Israël s’est donc bien construite, en très grande partie, grâce à la volonté au courage, à l’amour et au travail de son peuple.

  53. Note aux soutiers: Pourrait-on supprimer l’horrible bouton « Répondre » et diffuser auprès de tous la balise de copie ? (Et pourquoi pas un petit fil dédié aux balises utiles (citations, liens, gras, soulignés par exemple)…

  54. Edyann

    Je réitère : « Quant à la fusion des notions de (méchant) colon et de pied-noir, nous la devons au mépris des représentants d’une certaine France pro arabe qui a trahi et sacrifié là-bas une “grande partie” de son peuple et qui semble prête à la même trahison sur son propre territoire. »… Je ne vois pas la moindre ambiguïté ni la moindre confusion dans ces propos.

    Quant à la grâce, que vous me la rendiez ou non n’a d’importance que pour vous.
    Mon but ici n’est autre qu’un simple échange d’idées… 🙂

  55. belem

    Elle a pour moi une importance majeure, en effet. Il me plaît de croire qu’elle puisse en avoir parfois, auprès de ceux qui suivent le dit échange d’idées.
    Pas de soucis, ce que je rends est aussi gratuit que ce que je donne. Ce n’est pas parce que je vous la rends que vous devez la garder. Vous pouvez la donner à un nécessiteux, il n’en manque pas en l’espèce, la balancer par-dessus les moulins, ou la vendre pour acheter à boire, cela ne m’appartiens pas.

    Pour la confusion, je ne me suis pas fait comprendre. Ca m’apprendra à sauter dis-huit étapes de ma pensée. Mais ce n’est pas bien grave.

  56. belem

    Je veux bien vous croire. C’était une tentative, une approche proposition pour arrvier vers la compréhension de la remise en cause que vous aviez faite de mon propos.
    “De le même façon, peut-on penser que Israël s’est construite avec les seuls bras retroussés de quelques millions de personnes, aussi courageuses et motivées qu’elles aient été.”

    Je comprends que c’est de la dialectique, puisqu’après allers-retours vous cautionnez mon hypothèse sans réserve. Voire une casuistique ou des effets de manche dont l’intérêt m’échappe.
    J’ai un peu du mal avec cette approche.
    1 proposition d’hypothèse
    2 je récuse la proposition
    3 Voici les tenants et aboutissants de ma proposition
    4 je suis d’accord avec votre proposition telle qu’ainsi entourée
    D’esprit basique, je trouve plus simple de répondre : « Certes, mais je juge bon d’ajouter les éléments suivants. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :