In vino veritas

Cela fait des siècles que l’excellence des vins de France est reconnue.

Quelque part, peut-être sur Google, je ne me rappelle pas bien, je crois avoir lu que le tonneau est une invention des ancêtres des français, vous savez, ces rebelles à l’autorité de Rome, les gaulois.

Je ne sais pas si c’est vrai ou s’il s’agit d’une légende.

On remarquera cependant, ce qui est presqu’une preuve de la véracité de la chose, qu’Alésia est située en Bourgogne.

Or, que pouvait faire Vercingetorix en Côte d’Or en 52 avant l’ère commune, si ce n’est aller faire l’emplête de quelques tonneaux de bon vin ?

Jules César ne dit pas, dans son ouvrage célèbre, « La guerre des Gaules », que la véritable raison qui l’amena dans la région était son désir de s’approprier une gouleyante boisson.

Mais on sait bien que les hommes politiques disent rarement la vérité, surtout quand il s’agit en plus de secret militaire.

Croit-on donc qu’il allait nous révéler son éthylisme et le fait qu’il avait besoin de bon vin pour arroser ses concitoyens et assurer ainsi sa nomination à la magistrature suprème ?

Ne voit-on pas que le fait même qu’il nous ait caché la chose la rend d’autant plus vraisemblable, pour ne pas dire quasiment certaine ?[1]

Ce qui n’est pas plus contestable, c’est que les vins du duché d’Aquitaine étaient fort prisés de la noblesse anglaise et ce, dès le Moyen-Age.

Des gens qui se prétendent historiens nous veulent faire croire toutes sortes de choses, par exemple, des histoires de dynasties, de mariages avec Alienor d’Aquitaine, de refus d’hommage lige de la part du roi d’Angleterre, tous motifs allégués comme cause des deux guerres de cent ans (et plus).

Je tiens toutes ces explications qui se veulent historiques pour nulles. Disons le mot: ce ne sont que calembredaines, toutes plus abracadabrantesques les unes que les autres.

La seule explication valable, la seule qui, pour parler simplement, tienne la route, c’est le vin. C’est lui qui fut l’objet du litige, et que nul ne vienne tenter de me convaincre d’autre chose.

Il est inutile de s’étendre sur d’autres épisodes historiques connus et toujours présentés faussement, pour cacher l’importance du vin français dans toutes sortes de conflits : citons, pour faire bref, les guerres napoléoniennes et la guerre du Viet-Nam.

Les premières, très mal présentées, avaient comme origine le désir de Napoléon de fournir une escorte pour une livraison de vin à la cour de Russie. Cette initiative pacifique dégénéra car les moujiks, sauf leur respect, ne sont que des ours mal léchés qui n’apprécient que la vodka. C’est pour cela qu’il y eut conflit d’intérêt.

Quand à la seconde, la cause est double: les français ont refusé de laisser leurs réserves de vin aux Vietnamiens après Dien-Bien-Phu, et les Américains n’ont pas voulu leur en fournir. D’où un autre conflit d’intérêt.

On le voit, la France, par le biais de l’excellence de ses vins, fut, tout-à-fait involontairement, cause de bien des conflits dans l’Histoire.

Mais maintenant c’est fini.

Car, depuis quelque temps les vins français sont déclassés.

À part une poignée d’irréductibles partisans ultra-nationalistes français qui s’accrochent aux renommées du passé, tout le monde sait bien qu’à côté des vins du Golan, ils ne valent plus rien…



[1] Bien plus tard, le vin de Bourgogne fera encore parler de lui, même si sur ce point tous les historiens s’accordent à garder un silence éloquent. Mais comment ne comprendrait-on pas qu’il fut la pomme de discorde entre le bon roi Louis XI et le Téméraire Charles ?

Image: digitalart / FreeDigitalPhotos.net

À propos de Yaakov Rotil

J'habite Ashkelon, une ville très agréable de la côte d'Israël, sise environ 60 kms au sud de Tel-Aviv.

42 Commentaires

  1. Je n’y comprends plus rien, le vin du Golan est un vin syrien alors pourquoi un Israélien prend-il sa défense ? D’autant que d’après mes sources c’est un vin fort quelconque, est-ce encore une fois une entreprise de désinformation du Maussade ?

  2. Souris donc

    Rotil nous sert à boire :

  3. Ce vin du Golan c’est de la Côte Rotil non ?

  4. Sophie

    Souris, déjà que Mon Chéri me casse les tympans avec son piano et son chant d’opéra, si jamais il tombe là-dessus, à tous les coups, il essaye!!!!!

    Je t’enverrai la facture de mes Lalique et de mes Baccarat!

  5. Tibor,

    Les Syriens n’ont jamais produit ne serait-ce qu’une goutte de vin…

  6. Excellent ! Merci Souris !

  7. lisa

    Mon cheri chante car il a trop bu ?

  8. Souris donc

    Tant que MonChéri s’en tiendra à Au Clair de la Lune, les Lalique et Baccarat ne craindront pas grand chose. Il ne cassera rien. Le jour où il ambitionnera de jouer du Heavy Metal, mieux vaudra alors fermement l’orienter vers le blog de Rotil où sont organisées des dégustations dans toutes les nuances aromatiques.

  9. Bibi

    a. Ce n’est pas le plateau du Golan.
    b. La production pluri-millénaire du vin est bien connue et documentée dans toute la région. C’est d’ailleurs le reproche que je fais à l’auteur: c’est d’un savoir-faire ancien qu’il s’agit.

  10. Bibi, je répondais à l’affirmation de l’ami Rotil que les syriens n’ont jamais produit une goutte devin, c’est faux nananaire ! Ça ne me’étonne pas qu’il préfère ce breuvage aux nectars Français.

  11. Du vin, du pain, à quand le boursin ?

  12. Edyann

    Et bientôt les confitures, Yaakov 🙂

  13. Edyann

    L’âme du vin

    Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :
     » Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
    Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
    Un chant plein de lumière et de fraternité !

    Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
    De peine, de sueur et de soleil cuisant
    Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme ;
    Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

    Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
    Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
    Et sa chaude poitrine est une douce tombe
    Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

    Entends-tu retentir les refrains des dimanches
    Et l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
    Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
    Tu me glorifieras et tu seras content ;

    J’allumerai les yeux de ta femme ravie ;
    A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
    Et serai pour ce frêle athlète de la vie
    L’huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

    En toi je tomberai, végétale ambroisie,
    Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,
    Pour que de notre amour naisse la poésie
    Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! « 

  14. Edyann

    Sublime… Rouge et doré comme peu de couchers de Soleil ! Profond comme un la mineur de contrebasse ! Éclatant en orgasme au Soleil.
    Plus long en bouche qu’un final de Verdi.
    Un si grand vin que Dieu existe à sa seule vue.
    Elle a mis de l’eau dedans… Je ne l’ai plus aimée.

    Pierre Desproges

  15. Edyann

    Baudelaire, bien-sûr…

  16. Souris donc

    Si le vin du Golan est un la mineur de contrebasse, on ne peut que s’incliner et ranger la harpe de verres (au fait, Rotil, quand on donne Casse-Noisette, avec quel instrument jouent-ils la danse de la fée dragée ?)

  17. Je suis allé regarder sur vikipédia, et j’hésite entre tous ces instruments: timbales, grosse caisse, cymbales, tam-tam, tambourin, castagnettes, triangle, glockenspiel, célesta (ou piano)…

    Je donne ma langue à la souris, et j’avance comme excuse à mon ignorance que je ne suis pas fanatique de Casse-Noisette…

  18. Souris donc

    Dans la version Disney, c’est pas mal pourtant…(Fantasia), la fée scintillante qui plane et se fait prendre dans la toile d’araignée endiamantée, je trouve ça bien. Bling bling.
    Et Casse-Noisette plait bien en ballet pendant les fêtes.
    Donc, va pour célesta ! Y a aussi le séraphin dont le nom aurait des consonances assorties.

  19. Bibi

    J’ai des nouvelles pour vous.
    Israel possède des terrains, d’une étendue à peu près équivalente à celle du plateau du Golan, au sud de la Syrie.
    Ce sont des terrains achetés à partir de la fin du 19ème par des sionistes aux ottomans, et finalement rachetés par le Baron Rothschild (notamment pour faciliter l’inscription des propriétaires sur les titres de propriété, ce que les ottomans ont fini par faire). Il s’agit de terrains relativement peu chers, et cultivables – sauf que les ottomans n’ont pas permis aux juifs de s’y installer. En 1894, les fonctionnaires du Baron ont réussi à persuader les autorités d’accepter l’installation de qq centaines de juifs, et qq villages ont été bâtis et peuplés. Les villageois arabes des alentours n’ont pas apprécié, et les attaques incessantes ont fait évacuer les implantations (on est déjà en 1901).
    La 1ère GM a chassé les ottomans et le mandat britannique sur la Palestine comportait le plateau du Golan et le Hauran (très d’actu, cette région). Mais pour des raisons inconnues, les britanniques ont transféré ces parties au mandat français (accord franco-britannique du 7 mars 1923), et en 1944 c’est devenu la Syrie.
    Or durant les années du mandat français, la compagnie du Baron a non seulement gardé les titres et payé les impôts sur les terrains qu’elle possédait, elle a également pris soin pour que des travailleurs locaux cultivent ces terrains. C’est entre 1944 et 1948 que le gouvernement syrien a tout « simplement » exproprié les terres. Les titres de propriété ont été remis par la compagnie du Baron au Fond National israélien (KKL) – c’est devenu propriété de l’état d’Israël.
    Tous les documents (titres d’achat et de propriété) originaux existent dans des archives israéliennes.

    Ci-joint l’article en hébreu d’où cette info provient – les courageux(ses) qui ouvriront le lien pourront voir sur la première carte Deraa (dans les nious) en bas à droite.
    http://www.gplanet.co.il/prodetailsamewin.asp?pro_id=1554

    L’auteur, Guy Bechor, est un chercheur bien connu http://portal.idc.ac.il/en/faculty/gbechor/Pages/Bio.aspx

  20. Bibi

    Pourquoi mon commentaire est en attente de modération?

  21. Ça vient de WordPress… Je ne sais quel mot a provoqué la mise en modération, mais la chose s’est déjà produite hier pour quelqu’un d’autre sans raison apparente…

  22. rackam

    Modérer Bibi! Faut y aller!
    Ces juifs! Dès qu’ils sont cinq il y a neuf tendances, trois sous-groupes, deux taupes, un séfanaze, …
    À modérer avec consommation!

  23. Bibi

    D’autant plus scandaleux alors que je n’ai même pas mentionné que le mandat français sur la Syrie était, durant la 2nde GM, pétainiste à fond.

  24. Le boursin du Golan, bien entendu !

  25. rackam

    Tu n’as pas tort, même si c’est plus compliqué.
    Loyaliste, anti anglais serait plus exact. Mais, au final, pétainiste, oui.
    Dentz, Esteva, les deux chefs locaux l’ont payé.

  26. Bibi

    Et qui payera pour l’abri accordé aux nazis après la guerre?
    Je me réfère à Alois Brunner et Co., pas seulement au Mufti Amin al-Husseini et aux dirigeants du Hamas.

  27. Quelqu’un peut-il copier et coller le commentaire de Bibi ? Le poster à nouveau ?

  28. C’était celui de 31 janvier 2012 à 7:04

  29. Souris donc

    Celui-ci ?

    J’ai des nouvelles pour vous.
    Israel possède des terrains, d’une étendue à peu près équivalente à celle du plateau du Golan, au sud de la Syrie.
    Ce sont des terrains achetés à partir de la fin du 19ème par des sionistes aux ottomans, et finalement rachetés par le Baron Rothschild (notamment pour faciliter l’inscription des propriétaires sur les titres de propriété, ce que les ottomans ont fini par faire). Il s’agit de terrains relativement peu chers, et cultivables – sauf que les ottomans n’ont pas permis aux juifs de s’y installer. En 1894, les fonctionnaires du Baron ont réussi à persuader les autorités d’accepter l’installation de qq centaines de juifs, et qq villages ont été bâtis et peuplés. Les villageois arabes des alentours n’ont pas apprécié, et les attaques incessantes ont fait évacuer les implantations (on est déjà en 1901).
    La 1ère GM a chassé les ottomans et le mandat britannique sur la Palestine comportait le plateau du Golan et le Hauran (très d’actu, cette région). Mais pour des raisons inconnues, les britanniques ont transféré ces parties au mandat français (accord franco-britannique du 7 mars 1923), et en 1944 c’est devenu la Syrie.
    Or durant les années du mandat français, la compagnie du Baron a non seulement gardé les titres et payé les impôts sur les terrains qu’elle possédait, elle a également pris soin pour que des travailleurs locaux cultivent ces terrains. C’est entre 1944 et 1948 que le gouvernement syrien a tout “simplement” exproprié les terres. Les titres de propriété ont été remis par la compagnie du Baron au Fond National israélien (KKL) – c’est devenu propriété de l’état d’Israël.
    Tous les documents (titres d’achat et de propriété) originaux existent dans des archives israéliennes.

    Ci-joint l’article en hébreu d’où cette info provient – les courageux(ses) qui ouvriront le lien pourront voir sur la première carte Deraa (dans les nious) en bas à droite.
    http://www.gplanet.co.il/prodetailsamewin.asp?pro_id=1554

    L’auteur, Guy Bechor, est un chercheur bien connu http://portal.idc.ac.il/en/faculty/gbechor/Pages/Bio.aspx

  30. Souris donc

    Je l’ai copié et il est en attente de modération

  31. Edyann

    com de Bibi :

    J’ai des nouvelles pour vous.
    Israel possède des terrains, d’une étendue à peu près équivalente à celle du plateau du Golan, au sud de la Syrie.
    Ce sont des terrains achetés à partir de la fin du 19ème par des sionistes aux ottomans, et finalement rachetés par le Baron Rothschild (notamment pour faciliter l’inscription des propriétaires sur les titres de propriété, ce que les ottomans ont fini par faire). Il s’agit de terrains relativement peu chers, et cultivables – sauf que les ottomans n’ont pas permis aux juifs de s’y installer. En 1894, les fonctionnaires du Baron ont réussi à persuader les autorités d’accepter l’installation de qq centaines de juifs, et qq villages ont été bâtis et peuplés. Les villageois arabes des alentours n’ont pas apprécié, et les attaques incessantes ont fait évacuer les implantations (on est déjà en 1901).
    La 1ère GM a chassé les ottomans et le mandat britannique sur la Palestine comportait le plateau du Golan et le Hauran (très d’actu, cette région). Mais pour des raisons inconnues, les britanniques ont transféré ces parties au mandat français (accord franco-britannique du 7 mars 1923), et en 1944 c’est devenu la Syrie.
    Or durant les années du mandat français, la compagnie du Baron a non seulement gardé les titres et payé les impôts sur les terrains qu’elle possédait, elle a également pris soin pour que des travailleurs locaux cultivent ces terrains. C’est entre 1944 et 1948 que le gouvernement syrien a tout “simplement” exproprié les terres. Les titres de propriété ont été remis par la compagnie du Baron au Fond National israélien (KKL) – c’est devenu propriété de l’état d’Israël.
    Tous les documents (titres d’achat et de propriété) originaux existent dans des archives israéliennes.

    Ci-joint l’article en hébreu d’où cette info provient – les courageux(ses) qui ouvriront le lien pourront voir sur la première carte Deraa (dans les nious) en bas à droite.
    http://www.gplanet.co.il/prodetailsamewin.asp?pro_id=1554

  32. Edyann

    c’est passé, non ? la modération a fini de modérer ?

  33. Edyann

    c’est Wiki qui le dit :

    La viticulture en Israël est attestée dans les différents livres de la Bible. Elle a pris un nouvel essor dans les années 1950 avec l’arrivée de nombreux viticulteurs venus d’Europe en Israël.
    La tradition veut, qu’après que le peuple Hébreu ait quitté l’Égypte, il passa la Mer morte et s’approcha de Canaan. Ce fut alors que Moïse aurait envoyé une avant-garde vers la terre promise. Quand elle revint, deux hommes portaient, suspendue à une perche, une énorme grappe de raisin.
    le pays est divisé en cinq régions viticoles: la Galilée (Ha-Galil הגליל), une région bien adaptée à la production de vin de qualité, en raison de son altitude, des variations de température entre le jour et la nuit et de sols bien drainés, la Judée (הרי יהודה Harei Yehuda) autour de Jérusalem, le Samson (שמשון Shimson) situé entre les montagnes de Judée et la plaine côtière, la plaine de Sharon (שרון Sharon), entre la côte méditerranéenne et le sud de Haifa, qui est la plus grande région de production de raisins dans l’État hébreu, et le plateau du Golan (רמת הגולן Ramat Hagolan).
    Plusieurs vins israéliens ont été primés au niveau international ces dernières années, et les caves de qualité se multiplient dans tout le pays.

    Wikipédia

  34. Merci Souris, c’est Akismet qui considère les adresses suspectes.

  35. Je vais leur envoyer un mot.

  36. Bibi

    Encore un complot?
    😉

  37. Bibi

    Ce n’est ni Rotil ni moi qui l’écrivons, mais Adam Montefiore, le correspondant « viticulture » de Jérusalem Post, dans un article paru aujourd’hui. Je traduis (par manque de temps) de premier paragraphe et la conclusion.
    « La production du vin a commencé au triangle de la Mer Noire, la Mer Caspienne, et le Lac de Tibériade (Kinneret, en hébreu). C’était quelque part à l’est de la Turquie, la Géorgie et l’Arménie que le vin a été produit en premier. La vigne a ensuite voyagé au sud, vers l’Égypte – qui fut la première grande culture viticole – où l’importance du vin a été documentée en premier. Sur le chemin, la vigne est passée par Canaan et l’ancien Israël, qui de ce fait fut l’une des premiers pays producteurs de vin. Les phéniciens, les grecs et les romains ont fini le travail, en étendant le message du vin à l’ouest et emmenant la vigne en Afrique du Nord et en Europe. »

    « Si la France et l’Italie sont référées comme des productrices de vin du vieux monde, et que le Chili et l’Australie sont le nouveau monde viticole, Israël alors appartient à l’ancien monde, où la culture du vin est née. »

    Régalez-vous:
    http://www.jpost.com/ArtsAndCulture/FoodAndWine/Article.aspx?id=255308

  38. Bibi

    P.S. L’établissement vinicole (Carmel) pour lequel travaille Adam Montefiore, est le premier d’Israël moderne, fondé en 1882 par le Baron de Rothschild.
    Les pieds de vigne sont arrivés non pas de France mais d’Inde (où ils étaient à l’abri de la maladie qui a affecté les vignobles français). Les experts/instructeurs étaient French.

  39. Daniele

    Des médailles d’or en France pour le vin d’Israël
    août 13th, 2011 Daniele – Europe-Israel.org Edit
    caves du golan
    Share

    Les Caves du Golan ont récemment obtenu le Trophée Citadelles pour leur Yarden Chardonnay 2009 issu du vignoble organique Odem. Ce trophée a été remis lors des Citadelles du Vin 2011, une compétition internationale qui a eu lieu à Bordeaux. La remise des prix a eu lieu en avant-première de Vinexpo à Bordeaux.

    Le concours des Citadelles du Vin est considéré comme l’une des plus prestigieuses compétitions vinicoles au monde. Lors de l’édition 2011, des milliers de vins originaires d’une douzaine de pays ont été jugés par un panel international d’œnologues. Au Vinitaly, en avril, le vin a reçu la Grande médaille d’or, la plus belle des récompenses du concours de Vérone, tout comme le Yarden Heights Wine 2008.

    Par ailleurs, les Caves du Golan ont reçu le Prix Gran Vitaly Special Award et ont ainsi été sacrés meilleur producteur de vin, battant ainsi plus de 1000 compétiteurs issus de 30 pays. « Au regard de cette formidable réussite à Vinitaly, ce prix des Citadelles du Vin est d’autant plus gratifiant », a déclaré Victor Schoenfeld, l’œnologue et vinificateur en chef des Caves du Golan.

    Depuis leur création en 1983, les Caves du Golan commercialisent leurs vins sous trois appellations : Yarden, Gamla et Golan. Aujourd’hui, ce vignoble est considéré comme le premier producteur d’Israël quant à la qualité du vin, l’innovation technologique et le développement variétal.

    http://www.europe-israel.org/2011/08/des-medailles-dor-en-france-pour-le-vin-disrael/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :