Le mot et la chose

Les ménagères – et ménagers ! Gare à la Halde – n’ont jamais autant investi dans la cuisine pro. Table à 6 feux, triple four, triple évier à essorage, hotte multi usage, frigo pondeur de glaçon et compartiment « cave à vin ». Sans oublier l’indispensable mais contournable – c’est ce qui fait son charme – îlot central, sans lequel une cuisine n’est pas vraiment une cuisine. De 3 à 4 000 € il y a 10 ans, le budget « installation d’une nouvelle cuisine » est passé à 30 à 40 000€ !

Les éditeurs également voient l’avenir d’un bon œil et même les plus respectables maisons d’éditions, celles dont le catalogue totalise plusieurs Nobel au compteur, ont cédé aux sirènes et créé leurs collections « cuisine ». Entre copains, du bout du monde, en famille, légère, traditionnelle, à deux, au four, au jardin, peu importe.

Les chaudronniers aussi peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Cocottes, ramequins, casseroles à pression et siphon dernier cri s’accumulent sous le sapin, pour la Saint-Valentin, anniversaire de mariage et autres réjouissances.

Et l’on ne compte plus les héros de roman, films ou dessins animés qui ont cette qualité que l’on croyait désuète : ce sont des cordons-bleus !

De même, il n’est plus un quartier qui n’abrite une épicerie fine où vous trouverez sans problème de la crème de vinaigre balsamique, de la pâte de gingembre ou des graines de moutarde à l’ancienne. Ces commerces ne désemplissent pas et c’est tant mieux.

Ce qui ne désemplit pas non plus, c’est le haut des armoires de ladite cuisine, où traditionnellement on amasse ce dont on ne se sert jamais, cocottes, siphon, graines de moutarde et manuel de cuisine.

En 2011, on n’a jamais autant vendu de plats tout préparés, sans compter les snacks ouverts 24 heures sur 24 et les livreurs de pizza.

On n’a pas la chose, mais on a le mot. Et l’îlot central.

Image: aopsan / FreeDigitalPhotos.net

28 Commentaires

  1. Oui ! La cuisine est un marqueur social : vive le lino et la toile cirée !

  2. Patrick

    « De 3 à 4 000 € il y a 10 ans, le budget « installation d’une nouvelle cuisine » est passé à 30 à 40 000€ ! »
    Ce sont des euros belges ou français ?
    😉

  3. Souris donc

    Que celui qui n’a jamais rangé l’encombrante tourniquette à salade sur le haut de l’armoire jette la première pierre.
    Emmaüs regorge de planchas électriques, de machins à raclette, à blinis, à fondue. Ces derniers à eux seuls ont provoqué plus d’accidents domestiques que toutes les tondeuses à gazons réunies, à qui on doit pourtant un nombre respectable d’orteils tranchés.

  4. Patrick

    Chez moi, c’est la machine à café qui n’est jamais rangée dans un placard. Il reste sur le plan de travail…

  5. Patrick

    Elle reste…

  6. Ah Mesdames, vous n’avez pas la méthode. Dans ma cuisine j’ai réalisé un placard spécial où sont installés en permanence et branchés tous les appareils. Il y a une dizaine de prises de courant, et la porte du placard s’ouvre sur un axe horizontal de sorte qu’ouverte elle devient table de travail. Ce prodige (je ne suis modeste qu’exceptionnellement) porte un nom: la niche à robots. Il reste à le breveter…

  7. Patrick

    niche à robots

    Couché R2-D2 !

  8. Mais ils se couchent et dorment, quand je veux !

  9. L'Ours

    Ca me rappelle…
    Il y a quelques temps, la vieille cuisinière à gaz de ma mère ayant rendu l’âme, je l’ai emmenée chez un grand distributeur pour en choisir une nouvelle.
    Je répétais tout haut ce que disais faiblement le vendeur qui lui-même avait du mal à saisir ce qui déplaisait à ma mère dans chaque modèle alors qu’il croyait avoir été excellent.
    Au bout d’un moment, je compris qu’un chose ne lui avait même pas effleuré l’esprit, pensant sans -doute que ça n’existait pas. Jelui dis ce qui changea tout, même s’il fit des yeux ronds:
    « monsieur, vous devez savoir que chez ma mère, il est plus que fréquent que les 4 feux brûlent en même temps avec une marmite ou une casserole dessus, sans parler du four! »

  10. isa

    J’ai même un moulin à muscade…Tout là-haut, là-haut!!!

  11. Souris donc

    Les cours de cuisine font le plein, et les émissions de type Masterchef de l’audimat, il doit y avoir une tendance de fond quand même ? Malgré les livreurs de pizza, les plats préparés, et les snacks 24/24.

  12. Ajoutez que les restos, de tout niveau, sont de plus en plus emplis. Et, je crois, de plus en plus nombreux.

  13. Expat

    Crise ? Quelle crise ?
    Alors si vous voulez parler cuisine, je vais vous décrire le filet mignon de porc enrobé de ricotta (avec de la sauge) et de la poitrine fumée que j’ai fait hier soir ?
    En tout cas pour moi, la cuisine à la maison se fait plutôt avec de l’amour qu’avec des machines dernière cri !

  14. … »si vous voulez parler cuisine »…
    Parler, parler…pour commencer, oui.

  15. Guenièvre

    Expat, et les gnocchis de pommes de terre aux épinards et à la ricotta avec un beurre de sauge , ça vous dirait ?

    Il faut se réserver le mot
    Pour se consoler de la chose

    Quelle coquine cette Sophie , mine de rien, comme cela, elle choisit bien ses titres …

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mot_et_la_Chose_%28Lattaignant%29

  16. Guenièvre, et Sophie, cet admirable poème de Lattaignant, je crois bien que je l’avais appris…à l’école.

  17. Expat

    @ Guinièvre : genial, merci. Et cest vrai que Sophie est coquine avec ça.

  18. Guenièvre

    Impat, Vous aviez une maîtresse qui savait s’y prendre 🙂 !

  19. Sophie

    Une tendance de fond, Souris? Je n’y crois guère… On est dans un phénomène humain très connu. Lorsqu’une chose tend à disparaître, on la sacralise et on en parle beaucoup, de manière élogieuse.

  20. pirate

    tout à fait juste Sophie. Bon moi c’est un peu particulier, l’essentiel de mes outils sont rangés dans une valise, et le robot c’est moi. Monter 180 grammes de blancs en neige à la main c’est facile, découper 8 kilos et demi de filet de saumons en petits cube de tartare, en une heure, déjà moins, surtout si on y ajoute de bonnes dizaines de kilos de légumes…on chope des cales et avant des ampoules, et encore avant des cicatrices. Mais c’est vrai je suis dans le professionnel, je cuisine très souvent, pour moi aussi (même si je suis dans le revenus modeste voir ridicule, on peut se faire plaisir à pas cher)… ça a l’air bien super la recette d’Expat. Mais bon quand on tape dans le professionnel on vous demande déjà de savoir le basique, et croyez bien que l’élaboration d’une pâte feuilleté c’est basique ET sophistiqué (et magnifique à faire ou à regarder, ça donne espoir sur le génie humain) et que si vous êtes capable d’élaborer une jolie crème caramel avec la jolie couleurs pour le caramel, alors vous êtes tranquille. Masterchief j’ai regardé une fois, et ça été la dernière, l’épreuve d’entrée consistait à éplucher un oignon et à le tailler… à ce niveau de ridicule je vois pas comment on peut tomber plus bas. Et aucun couillon pour le mettre sous l’eau son oignon… La question pour un professionnel n’est PAS dans la recette mais dans l’organisation. Vite, bien, propre et multitâche. Du coup aujourd’hui quand je prépare mon salé, j’élabore en même temps mon dessert, et mon entrée s’il y a. Mais je manque cruellement d’outil pour faire ce que j’ai envie, notamment un vrai four, ou des cercles, ou des moules et les robots coutent un oeil. Ah et que dire de ces supermarchés qui propose de la crème en rayon à température ambiante, impossible de faire monter un crème à la main ou au robot si elle n’a pas séjourné à 4° et j’ai pas de cellule de refroidissement à la maison.

  21. Souris donc

    A propos des pizzas et des progrès du progrès, mon Fromage+ qui s’y connait a eu cette réflexion :

    « On dit en s’enthousiasmant “C’est Byzance !”
    On ne dit jamais “C’est Istanbul !”
    C’est le progrès.

    Tenez, vous croyez qu’on arriverait à vous vendre un Presidential Cheese ou une pizza Présidente ? Bah non. Ce qui fait rêver, c’est le Royal Cheese et la pizza Reine. On ne s’en fout pas présidentiellement, mais royalement !
    C’est le progrès.

    On n’attrape pas les gens en leur proposant une “Super quinzaine de prix égalitaires – Waouh !” ou en leur refourgant un destockage massif à prix démocratiques, c’est évident. En revanche, on est certain d’avoir du succès en leur offrant des “Séjours Privilèges“, des “Ventes privées“, des “Tarifs exclusifs” et des “Conditions exceptionnelles“.
    C’est le progrès. »

    (C’était il y a longtemps, le lundi 16 février 2009)

  22. Guenièvre,… » Vous aviez une maîtresse qui savait s’y prendre »…
    Mais aussi je vous jure que j’étais bon élève…

  23. Patrick

    « vous croyez qu’on arriverait à vous vendre un Presidential Cheese ou une pizza Présidente ? »
    Il y a bien du camembert « Président« , non ?
    😉

  24. Expat

    Salut Pirate – rien de plus facile (et le pork n’est pas cher) mélange du ricotta avec de la sauge fraiche (et j’ai mis du persil, du sel et du poivre – tu mets ce que tu veux) mettre une dizaines de tranches de poitrine fumée sur un papier spécial qui va au four. Badinne le filet mignon avec le ricotta, et le rouler bien serré dans le papier et la poitrine. 50 minutes au chaleur tournante à 190° et c’est fait (mais à mon avis tu peux aussi le faire dans une cocotte en fonte).
    Okay, Sophie et moi on anime la rubrique « Bread et Bouffe ».

  25. Loaseaubleu

    Expatrié
    C’est ce que je répète sans cesse : cuisiner c’est aimer les gens.

    Mon dernier achat une sonde permettant d’obtenir des cuissons parfaites en programmant simplement la temperature de cuisson idéale.

  26. Loaseaubleu

    Expat excusez moi

    Je suis victime de l’ipad qui pense plus vite que j’écris

  27. Guenièvre

    Pour les amateurs de sensations fortes en cuisine, cette recette de porcelet farci tirée du « Ménagier de Paris » livre manuscrit d’économie domestique et culinaire écrit au XIVe siècle par un bourgeois parisien , à l’intention de sa jeune épouse :

    Tuez et saignez un porcelet. Echaudez le, raclez les poils. Videz le par un petit trou percé sur le côté. Lavez l’intérieur de la carcasse à grande eau.
    Videz, lavez et faites cuire les boyaux du porcelet, avec la viande de porc. Cuisez 20 œufs durs. Cuisez les châtaignes à l’eau et pelez les.
    Broyez les jaunes d’œuf dur, les châtaignes, le fromage râpé, la viande de porc. Ajoutez les épices ( safran et gingembre) . Si la farce est trop sèche, allégez avec de jaunes d’œuf crus.
    Farcissez le porcelet, embrochez le. Recousez le trou du côté et la bouche.
    Faites cuire devant un feu de braises, en recueillant le jus dans un lèchefrite. Arroser de jus et tourner, à raison d’un quart d’heure par livre. Ou faites cuire au four.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9nagier_de_Paris

  28. Guenièvre, comment ne pas être séduit ?
    J’offre le feu de braise -:)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :