Du racisme inconscient

Réponse à Tibor Skardanelli,

Ces derniers temps, nous avons beaucoup entendu dans les médias, ce que les vaillants journalistes, humanistes courageux et politiciens de tout poil, nous assenaient comme des vérités évidentes. Aucune des initiatives israéliennes ne pouvait trouver grâce aux yeux de l’observateur et chacun des pires actes commis par les palestiniens avait son cortège de mansuétude.

Il s’agit là, contrairement à ce que vous pensez, de racisme primaire anti-arabe – oui, j’ai bien dit anti-arabe – doublé non pas de racisme, mais de haine du juif. Au premier abord, cela ne vous apparaît pas comme évident, pourtant regardez mieux…

Les archétypes pourraient se multiplier à l’infini, mais prenons un cas.

« L’observateur » dont nous parlons n’a de cesse de mettre en face et à égalité, par exemple, les morts civils dus à des dommages collatéraux suite à des raids Israéliens et les morts civils sciemment visés par les Palestiniens. Cela d’autant plus sciemment qu’ils le déclarent ouvertement. Que dis-je : à égalité ? En réalité, par ce qu’il croit être un souci d’honnêteté, l’observateur ne va pas mettre les responsabilités dos à dos, ce qui serait déjà injuste pour les Israéliens. Comme Israël est fort, militairement parlant, cela implique que l’acte est monstrueux, les torts ne peuvent être qu’à sa charge. A contrario, étant donné que le Palestinien qui va commettre des attentats est déjà lui même considéré comme une victime, les meurtres de civils qu’il va commettre seront plus excusables. On aura beau dire que dans ce cas là c’est du terrorisme puisque le but était précisément de tuer des civils, rien n’y fera, l’observateur gardera toujours des yeux de Chimène pour le gentil assassin. D’autant que ce gentil assassin s’est souvent héroïquement sacrifié. Etant moins fort à ses yeux, il est donc forcément une victime !

Absout parce que présumé barbare

Qu’est-ce que cela signifie ? Contrairement à ce que pense l’observateur, s’il arrive à mettre en phase une cause (fut-elle acceptable) et les actes de sauvagerie féroce que cette dite cause est sensée justifier, c’est qu’INCONSCIEMMENT, il considère, et ce a priori, que les Arabes sont des barbares, car on ne peut demander à de vulgaires brutes primitives de se reconnaître dans les valeurs des Lumières. Etant posé que ces agissements sont donc une normalité de la part de gens qui n’ont pas la même culture que « nous » pour ne pas dire qu’ils sont complètement incultes, la cause peut reprendre son sens aux yeux de l’observateur qui lui-même se croit pur. Si cela ne s’appelle pas du racisme qu’est-ce que c’est ?

En définitive, c’est parce que l’observateur est raciste qu’il les défend, s’il les considérait à égalité avec lui-même, il les condamnerait !

A l’inverse, toujours inconsciemment, l’observateur admet comme posé que l’Israélien fait partie du monde civilisé. A cause de cela, il ne pourra pas le classer dans l’ordre des incultes sortant de l’âge des cavernes, cela ne correspondrait pas à l’image du juif estimé intelligent dans l’inconscient cette fois collectif. Mais comme il n’aime pas le juif, il faudra bien trouver quelque chose pour le descendre en flamme. Alors il va affubler l’israélien des défauts des puissants et ce, non pas de façon ouverte en tant qu’il est juif mais en tant qu’il est israélien! De cette manière, l’amalgame sera complet, et il pourra laisser libre cours à sa haine latente du juif sans prononcer une seule fois son nom !

D’autre part, pour faire la démonstration de son objectivité, l’observateur aura toujours tendance à appuyer le trait sur les torts éventuels de ceux à qui il s’assimile, à qui il ressemble de corps et d’esprit – à son esprit et corps défendant – pour bien montrer qu’il ne se focalise pas sur les torts de « l’autre » . Il mettra même à égalité un seul des torts de son semblable à égalité avec cent torts du dissemblable. Autrement dit, pour bien monter qu’il est honnête, il ne l’est plus.

Ayant donc placé à égalité deux « normalités », l’observateur croit avoir été honnête.

J’ai placé tout ce raisonnement sous le signe de l’inconscient, par bonté d’âme, sinon que penser de ces faiseurs d’opinion ?

Je préfère croire qu’ils sont comme monsieur (loin du) Jourdain, ils font de l’antisémitisme sans le savoir.

Résumé :

Donc les barbares se conduisent comme des barbares … une normalité.

Les israéliens doivent se comporter comme des « occidentaux » donc à l’arrivée : seconde normalité.

Or comme le juif est l’objet d’une haine atavique et que, par souci de justice, on doit être plus sévère envers ceux qui nous ressemblent (l’instituteur est plus sévère envers ses propres enfants qui sont dans sa classe qu’envers ses autres élèves), on va finalement faire pencher la balance du côté de la normalité des barbares. A la fin, on le constate, à aucun moment, on n’a jugé les actes intrinsèquement !

45 Commentaires

  1. Souris donc

    « Absout parce que présumé barbare »

    « Donc les barbares se conduisent comme des barbares … une normalité.
    Les israéliens doivent se comporter comme des « occidentaux » donc à l’arrivée : seconde normalité. »

    Séduisante lecture, l’Ours ! En même temps, l’interrogation sur le racisme et l’antisémitisme fait tourner en rond dans le moralisme des faiseurs d’opinion. La démocratie, la sacralisation de l’individu (et le consumérisme qui en découle) ne sont pas des valeurs universelles. Ce qui expliquerait le regard différent que nous portons sur les attentats-suicide ou sur la liberté d’opinion, voire sur la poupée Barbie.
    Et rejoindrait la lecture par les dissonances cognitives que quelqu’un avait proposé en lien sur un papier précédent.
    Peut-être même que les ubus sont une construction sociologique qui projette les attentes d’une société. Les ayatollahs, les dictateurs, les présidents à vie,le culte de la personnalité, ne sont plus concevables chez nous, ils sont la norme ailleurs.
    En quoi, on rejoint votre lecture : les Israéliens sont un bout d’occident au milieu des barbares. Les exigences sont plus fortes. L’admiration aussi !

  2. Cher Ours, je suis pris jusqu’à ce soir et je ne répondrai que tard, mais déjà je bute sur un problème en quoi me répondez-vous ? Vraiment, en toute sincérité, où me suis-je intéressé aux Arabes ? Je soutiens Alain Finkielkraut et bien sûr on ne peut malheureusement pas faire abstraction des ennemis jurés d’Israël mais en aucun cas ils sont au coeur de mon propos sinon pour constater qu’il ne faut pas espérer faire une paix véritable avec eux. Sinon merci pour votre article, je suis assez d’accord avec vous.

  3. L'Ours

    Vous avez raison Sakardanelli.
    En fait, j’ai écrit ce texte il y a bien longtemps par opposition à la doxa médiatique qui sévissait et sévit encore, et je l’ai proposé pour vous répondre sans plus de précaution. C’est une erreur pour ce qui vous concerne car, et je n’ai aucun doute là-dessus, aucune haine du juif ne vous anime, bien au contraire.
    En revanche je reste persuadé que c’est l’inconscient que j’expose ici qui fait que notre raisonnement se croit fondé sur de bonnes bases. En réalité je suis convaincu que si des occidentaux « de souche » agissaient comme les Palestiniens, notre raisonnement serait bien différent.
    En conclusion, ceux qui sont plus « tolérants » envers les Palestiniens, le sont par racisme anti-arabes ou par racisme anti-juif!
    C’est du moins la thèse que je défends. Repensez à vos anciens amis.
    La suite du fil m’a montré que cet envoi « pour vous répondre » était précipité, car en réalité vous n’êtes en aucun cas amène envers les actes des uns, bien que vous soyez intransigeants envers les non-actes des autres.
    Je suis d’accord avec vous pour le divorce total. Et c’est peut-être même cela qui, avec le temps, permettra de reconstruire un pont.

  4. L'Ours

    Souris,
    bien d’accord.
    Ce texte est écrit en réponse à la doxa médiatique occidentale et à une certaine gauche, et sûrement pas sur votre mode de fonctionnement.

  5. Bonjour L’Ours,
    … » pour le divorce total. »…
    Là se trouve certainement la voie d’une solution, et le plus tôt sera le mieux.

  6. Yaakov Rotil

    Je suis d’accord avec plusieurs des idées développées dans l’article, mais toujours immensément sceptique sur un « divorce total », pour de multiples raisons.

  7. Souris donc

    Au lieu de proposer des lectures plus géopolitiques, plus historiques, plus sociologiques, qu’on comprenne quelque chose au film, les faiseurs d’opinion, nous obligent, par le discours incessant sur le racisme et l’antisémitisme, à prendre des précautions oratoires invraisemblables, de peur de heurter ou de froisser. Pour poser une simple question. Qu’on finit d’ailleurs par ne pas poser. Mais c’est peut-être le but. Ne pas poser de question. Recevoir passivement la doxa ?

  8. … »Mais c’est peut-être le but. Ne pas poser de question. »…
    Bien sûr, Souris, que c’est le but.

  9. Expat

    L’Ours, merci pour cet article, j’espère que tu dis vrai. Comment expliquer la doxa médiatique sinon ?

  10. Yaakov Rotil

    La doxa médiatique se porte très bien, et l’antisémitisme est de retour…

    Fra-Inter_Ecoute_coute_que_coute_12h30_27022012.mp3

  11. Yaakov Rotil

    Bon, j’arrive pas à mettre ça en ligne… Vais demander de l’aide.

  12. Averell

    @L’Ours
    Un Juif qui tue (même s’il se trouve en situation de légitime défense) sera presque toujours regardé comme plus suspect qu’un non-Juif qui tue. Était-il vraiment en situation de légitime défense ce Juif qui a tué ? On s’apitoie à l’occasion sur le Juif victime de la Shoah, sur le Juif faible, à la merci du premier venu ; tandis que le Juif fort — le juif d’Israël — est jugé irrémédiablement coupable, coupable de n’être plus faible… C’est ainsi. Les médias repassent à l’envi des images d’Israéliens forts, tout-puissants : enfants palestiniens affrontant des Merkava avec des frondes (des David (sic) devant des Goliath), et autres images dans le genre, tandis que le petit Mohammed al-Durah expirant dans les bras de son père est un délice pour un public très divers puisque les assassins sont (supposément) juifs…
    L’antisémitisme-antisionisme portait des bottes ; aujourd’hui, il se met volontiers en pantoufles. Ce que j’entends par ‟antisémitisme-antisionisme en pantoufles” ? Il est ce petit mécanisme mental selon lequel le monde aurait été et serait plus tranquille sans Israël et sans les Juifs. Il est ce petit mécanisme mental qui procède par ‟rééquilibrage” : chaque Palestinien tué (surtout s’il s’agit d’un enfant) vient effacer l’image de l’enfant juif gazé, expirant dans une rue du ghetto de Varsovie ou liquidé par un détachement des Einsatzgruppen. La Shoah influe intimement sur les opinions publiques occidentales (plus particulièrement européennes) confrontées à la question palestinienne. On ne doit jamais l’oublier. Ce fait qui n’explique pas tout est néanmoins central.

  13. Loaseaubleu

    Lisez et ecoutez
    Cela se passe en France sur une chaine nationale dont le Patron est l’Etat et le directeur se nomme Pflimlin.
    http://benillouche.blogspot.com/2012/02/je-ne-suis-pas-antisemite-mais.html

  14. Yaakov Rotil

    J’ai trouvé, c’est là:

    http://www.franceinter.fr/emission-a-votre-ecoute-coute-que-coute-la-femme-qui-hesitait-a-s-installer-en-isarel

    Je découvre qu’il s’agit d’une « émission humoristique »…

    Je trouve cet humour bien déplacé et très dangereux, car il reprend exactement ce que bien des gens pensent. C’est jouer avec le feu, au moins.

  15. Loaseaubleu

    Emission Humoristique ? Merci Rotil de le préciser
    J’ ai marche.
    Mais j’ai une excuse cela arrive tous les jours.Ma voisine dit bien  » israélite  » sans humour.
    Coluche à toujours réussi à faire passer le message
    Desproges de justesse
    Quant aux Bedos père et fils je me demande encore à qui ils pensaient

  16. Yaakov Rotil

    Moi aussi, j’ai marché, et à voir les réactions que je reçois, je suis loin d’être le seul.

    C’est bien pour cela que je pense que cette émission est de l’inconscience qui frise la malveillance.

  17. Souris donc

    Le job d’un journaliste est d’informer. Par définition. Même si on sait que l’objectivité n’existe pas, le professionnalisme exigerait un minimum de neutralité. Or que font-ils ? Ils militent.
    Cette émission ne m’étonne en rien, ils répondent à la dame selon la doxa. Mais ces navrants guignols ne sont pas les seuls. La semaine dernière dans l’Obs, un édito de jean Daniel « Israël, Obama et l’Iran ». Question passionnante, non ? L’édito est un mic mac pontifiant, illisible.
    Moi, c’est ça dont je ne veux plus, je voudrais qu’on m’explique, d’un point de vue géopolitique historique et sociologique, ce qui se passe. Ras le bol de la moraline qui enferme le débat dans l’antisémitisme et le racisme. C’est une impasse, l’Ours l’explique bien.
    Je voudrais pouvoir poser des questions, les plus naïves, les plus idiotes, les plus ignares, sans que se profile toujours le soupçon de racisme et d’antisémitisme.

  18. Yaakov Rotil

    Allez-y, Souris, posez toutes les questions que vous voulez.

  19. Souris donc

    Eh ben, par exemple, pourquoi ce découpage, la bande de Gaza ne pourrait-elle pas être récupérée et échangée contre les territoires ?

  20. Souris donc

    Que se passe-t-il réellement en Syrie ? N’aurions-nous pas tous intérêt à neutraliser l’arme atomique des Iraniens ?

  21. Souris donc

    Pourquoi Obama semble-t-il si hésitant ? A quoi joue Poutine ?

  22. Souris donc

    Est-ce vrai ce que raconte wikileaks sur l’aide américaine à nos racailles ?

  23. Yaakov Rotil

    Houla ! Déjà 3 questions !

    Pour la première, sur Gaza.

    Cette bande faisait partie de la partie de la Palestine qui devait faire l’objet d’un partage entre un Etat juif et un Etat arabe en 1947.

    Pendant la guerre de 1948, quand les armées arabes ont attaqué Israël, les radios arabes ont appelé les populations arabes de Palestine à quitter leur résidence pour laisser la place aux armées, leur promettant de revenir une fois qu’elle auraient anéantie Israël.

    Une partie des réfugiés palestiniens se sont installés à Gaza, que les israéliens n’ont pas eu le temps de reprendre avant le cessez-le-feu.

    Par la suite, l’Egypte a confiné volontairement les palestiniens dans cette bande.

    Sur votre  » la bande de Gaza ne pourrait-elle pas être récupérée et échangée contre les territoires ? », je n’ai pas bien compris votre question: contre quels territoires l’échanger, c’est ce que je n’ai pas compris.

  24. Yaakov Rotil

    Selon des sources personnelles sérieuses, il y a matière à être inquiet. Selon d’autres, ce n’est pas vrai.

    Je n’ai donc pas d’avis tranché sur cette question.

  25. Yaakov Rotil

    Pour la Syrie, c’est difficile de savoir ce qui se passe réellement. Ce qui est certain, c’est qu’il y a de nombreuses victimes. Ce qui est moins clair, c’est de quoi est constituée le mouvement d’opposition.

    Pour ce qui concerne l’Iran, il me semble très dangereux qu’elle obtienne l’arme atomique, et une erreur de croire que seul Israël peut en pâtir.

  26. Yaakov Rotil

    Je crois qu’Obama est un idéologue qui pense que le monde va mal parce que les USA sont trop puissants.

    Et il ne faut pas oublier l’influence de Jeremy Wright, un pur gauchiste.

    Enfin, certains remettent au goût du jour des doutes sur sa réelle religion…

  27. Souris donc

    Voilà, au lieu de dire communautés de peuplement ou colonies, j’ai écrit territoires, ça commence bien. Quand on regarde la carte, quand on voit des reportages sur les tunnels creusés entre l’Egypte et la bande de Gaza, trafics d’armes à la clé, on peut se poser des questions, sur la pertinence de cette bande, non ?
    Un échange ne serait pas possible ?
    Vous voyez, à quel point je suis ignare.

  28. Yaakov Rotil

    Un échange n’est pas possible, puisque le but serait que ces trafics cessent. Or, il est clair que le hamas n’a pas envie que cela cesse.

    Donc, il s’agirait d’une déportation, ce qui est contraire aussi bien aux lois internationale qu’à la mentalité juive/israélienne.

    Sans compter un coût faramineux.

    Non, je pense qu’une option serait de réoccuper un bande de terrain le long du « couloir de Philadelphie », c’est-à-dire le long de la frontière entre l’Egypte et la bande de Gaza.

    Mais cette option ne serait justifiée que si la situation empirait de façon considérable. Israël mise beaucoup plus sur des systèmes de parade modernes tels que le dôme de fer:

    Il s’agit d’un système qui intercepte les roquettes et autres projectiles en vol, et uniquement ceux qui constituent un danger réel pour les personnes ou les installations. C’est coûteux, mais sans doute moins qu’une réoccupation de terrain. Et il y a bien d’autres avantages…

  29. Loaseaubleu

    A la question  » is President Obama

  30. Souris donc

    Merci Rotil.
    D’où vient cet antisionisme aveugle des faiseurs d’opinion ?
    Pourquoi le racisme-antisémitisme vient-il toujours s’interposer dans des questions qui concernent d’abord Israël bien sûr, mais concernent aussi tout l’occident ? Et demanderaient donc d’abord une solidarité sans faille avec ce qui arrive à Israël ?

    Question stupide : partagez-vous le sentiment qu’Israël est notre destin à tous ? Un peu comme les serins dans les cages des mines qui préviennent le coup de grisou ? L’antisémitisme-racisme est une diversion, pendant qu’on discute de ça, il y a de l’urgence, ça chauffe ! Notre intérêt bien compris n’est-il pas d’être solidaire avec Israël, envers et contre tout ?

  31. Cher Ours,

    Il est neuf heures et je viens juste de corriger un dernier bug pour la journée, il en reste encore treize, c’est un nombre ambigu : on ne sait jamais s’il est bénéfique ou maléfique, il doit être indifférent à nos petits soucis finalement, nimbé de sa qualité de cinquième nombre premier et de septième nombre de Fibonacci quand on commence par un et un. Nous devrions parler plus souvent des nombres nos histoires sont bien tristes, même si Kronecker disait que Dieu a inventé les nombres entiers et que l’homme a fait le reste.

    Je crois en effet que notre commisération pour les arabes et certains autres hommes est une preuve évidente de mépris, une forme rentrée de paternalisme, une façon de mettre en valeur notre supériorité morale et certainement de dissimuler notre couardise. Est-ce du racisme ? Je ne sais pas comme je ne sais pas quelle est la part de l’inconscient dans cette méprisable attitude. Je crois que tant sur l’axe du mépris que sur celui de l’inconscient on doit trouver toutes les nuances possibles allant du cynisme le plus consommé à l’endoctrinement idéologique le plus imbécile.

    Bien sûr, les Israéliens sont devenu au fil de leurs victoires l’incarnation de la haine que nous nous vouons et c’est avec une certaine délectation et un délicieux frisson que nous voyons ces pauvres arabes se vautrer dans la haine et nous n’avons pas de mots assez durs pour ces autres nous-mêmes dont la présence excite tant les bas sentiments de nos victimes craintes et méprisées. On aurait pu s’attendre à un peu de mesure quand on sait la mauvaise conscience qui fouaille nos âmes après l’hallucinant carnage, il suffit de regarder Arte, mais non, au contraire par un effet d’aubaine ces victimes que nous ne pouvions plus vraiment regarder dans les yeux, sont devenues méprisables à leur tour. Notre vieil antisémitisme n’était pas tellement infondé après tout.

    Oui tout ceci est vrai, mais vos derniers mots me laissent songeurs : que veut dire juger les actes intrinsèquement ? Nous jugerons toujours les actes à l’aune de nos valeurs, ce qui est bien pour certains est mal pour d’autres. Il n’y a là nul relativisme je crois, les hommes sont éduqués selon des systèmes de valeurs différents, je voudrais poster ici un graphique dont nous avions déjà parlé ailleurs :
    20111202-112616.jpg
    La base de l’affrontement qui nous oppose est bien décrit par ce graphique opposant les cultures de la culpabilité et les cultures de la honte. La perversion des culture de la culpabilité amène à cette hypocrisie que vous décrivez et au ressentiment, celle des cultures de la honte à cette incapacité à pardonner et à se complaire dans la haine. Le pire est que les deux système s’interpénètrent, se sont d’ailleurs toujours interpénétrés, juger les actes intrinsèquement n’est-ce pas finalement les rapporter aux systèmes de valeurs qui les motivent. Mais ensuite comment rétribuer les actes? Un type animé d’une telle haine qu’il est capable de se faire exploser pour tuer des ennemis est-il accessible à la raison ? Celui qui prétend croire que c’est le seul désespoir (l’arme du pauvre) qui le pousse à se comporter ainsi pour pouvoir préserver son confort moral est-il accessible à l’honneur ?

  32. Bon à la relecture c’est un peu simpliste mais je ne peux pas faire mieux

  33. sausage

    Je suis d’accord avec ce qui est dit dans cet article si ce n’est que le racisme n’existe pas. Il n’y a rien chez l’homme qui le prédestine à se sentir racialement supérieur à quelqu’un d’autre.

  34. Sophie

    4 000 signes sur le sujet, Sausage?

  35. L'Ours

    Au contraire ska, c’est très interessant.
    Je prendrais de la distance sur un seul point:
    « Un type animé d’une telle haine qu’il est capable de se faire exploser pour tuer des ennemis est-il accessible à la raison ? Celui qui prétend croire que c’est le seul désespoir (l’arme du pauvre) qui le pousse à se comporter ainsi »
    Je crois que vous n’imaginez pas à quel point ces types sont endoctrinés.
    Pour la plupart (d’autres sont effectivement mus par la haine), se faire sauter, c’est juste ouvrir une porte et se retrouver au plumard avec 70 nanas lascives.

    Sur les chiffres, je suis d’accord. Le nombre d’or est fascinant.

  36. Yaakov Rotil

    J’ai quelques idées mais vous répondrai un peu plus tard…

  37. Souris donc

    Nos journalistes sont en train de nous vendre l’option brute sanguinaire qui réprime les opposants aspirant à plus de démocratie. Ça me laisse sceptique. On a vu ce qui donnait l’aspiration à la démocratie en Tunisie, en Egypte, en Lybie : islamistes au pouvoir, la charia pour constitution. Remarque bien, la charia n’a pas que des désavantages, couper la main du voleur résout au moins radicalement le problème de la récidive.
    Le nucléaire iranien devrait provoquer l’inquiétude générale. Non. Qui s’en préoccupe vraiment ? Les Verts inflexibles sur le nucléaire civil, on les entend moins sur la question.

  38. Sophie

    Endoctrinement qui commence dès le biberon! Comptines pour enfants antisémites, sublimation des « martyrs » dont les mômes collectionnent les photos, gloire de la famille et extase des mères lors du décès de leur fils s’il en a profité pour flinguer un max de juifs!

    Sans compter que l’enseignement local ne pousse pas à l’esprit critique!!!

  39. 1-http://benillouche.blogspot.com/2012/03/jerusalem-tant-convoitee-par-gerard.html

    -A la question : is president Obama a muslim ? le reverend Jeremie Wright a repondu :
    ask him

  40. QuadPater

    Non amie Souris, cette émission est un canular, au vrai sens du terme, à savoir qu’elle est totalement fausse (les époux machin n’existent pas, ce sont des acteurs, et l’auditeur est lui aussi un faux auditeur et un vrai complice).
    Je conteste cependant le mot « humoristique » qui lui est attribuée. C’est grinçant (miam), c’est choquant (miam), mais ce n’est pas de l’humour, le but étant de mettre le vrai auditeur mal à l’aise devant tant de bêtise.
    Maintenant que c’est découvert, ils doivent (devraient) arrêter. Comme Orson Welles avec ses Martiens.

  41. Ah non ! Je les trouve vraiment bien, ça sera un peu moins percutant, mais j’aime ce côté grinçant.

  42. Bibi

    Illustration ici – coexistence:
    http://www.youtube.com/user/LatmaTV#p/a/u/0/OfHb6_x63Ds

    (P.S. La Presidente de la Cour Supreme vient de prendre sa retraite)

  43. Excellent papier, Ours. Je vois ce matin qu’il est publié sur Europe Israël.
    Mon grain de sel sur l’émission de France Inter :
    oui, c’est bel et bien de l’humour — il semble qu’il soit encore nécessaire de le préciser !
    Oui, c’est plutôt fin car cela pointe tous les tics de pensée et langage des antisiomites [néologisme dû, je crois, à Alain Legaret, condensant de façon efficace l’antisémitisme et l’antisionisme].
    À côté d’un nombre non négligeable de commentaires appréciateurs, on trouve un nombre encore plus grand de commentaires indignés : ce ne serait pas drôle de stigmatiser ainsi Israël, cela ferait du mal aux juifs, etc.. Jusqu’à une association « des juifs de France et amie d’Israël » qui enfourche son destrier pour courir sus au prétendu antisémitisme de cette émission. Au reste, je me demande si ce n’est pas cette association qui soutient la candidature Le Pen. Quoi qu’il en soit, une réaction aussi stupide ne peut que donner des armes à nos ennemis, trop contents de pouvoir dénoncer une fois de plus le lobby juif au nom de la liberté d’expression.
    La diversité des réactions montre que ces auteurs/acteurs ont tapé juste. Devons-nous forcément nous mettre au niveau du plus petit dénominateur commun ? Le politiquement correct nous tue à petit feu, et je ne parle pas seulement des juifs. La bien-pensance fait plus de mal en ce pays que les salauds assumés.
    L’humour — en particulier juif — est une arme efficace contre les imbéciles. Luttons avec toutes nos armes contre les thuriféraires de Son Onctuosité et de son abjecte indignation sélective anti-israélienne. Je sais bien que nous avons toutes les raisons de nous montrer écorchés ; c’est pourquoi il serait bon de ne le faire qu’à bon escient.

  44. Pingback: Du racisme inconscient | Europe Israel - analyses, informations sur Israel, l'Europe et le Moyen-Orient

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :