Un regard israélien sur un regard juif

Réponse à Denis Sureau

« Paix, salam, shalom », c’est par ces trois mots que Denis Sureau conclut son article.

Pour paraphraser un homme célèbre, « Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant Paix, salam, shalom!… mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien ».

On peut convoquer l’Eglise et la voix de ses papes, la Bible et le Talmud, et assaisonner tout cela d’une lichette de Girard, les faits sont têtus: ce n’est pas « l’Etat d’Israël qui s’affirme par la négation de l’existence du peuple palestinien« , mais bien les leaders palestiniens qui persistent à refuser l’existence de l’Etat d’Israël.

Cet article m’a choqué. Je l’ai trouvé de mauvaise foi. Pour tout dire, il n’y a pas une seule phrase qu’il ne conviendrait de soumettre à un regard critique.

Pour appuyer mon affirmation qui semble peut-être excessive, je vais donner quelques exemples.

Cela commence ainsi :  » Les tragiques événements de la Terre sainte montrent à quel point il est difficile de raison garder face à ce nouveau déchaînement de haine et de violence. »

A quels « tragiques évènements » se réfère l’auteur, qui parle aussi d’un « nouveau déchainement de haine et de violences » ? Il ne dit pas d’où viennent cette haine ni ces violences.

Mais deux phrases plus loin, il évoque  » le gazage à Gaza devenu « camp de concentration », selon l’expression forte du cardinal Martino, ou droit de légitime défense du peuple israélien vivant sous la peur des tirs de roquettes : chacun avance ses arguments. »

C’est énorme ! Un « gazage à Gaza » ? Comment cela ? Les Israéliens se sont mis à gazer les Gazaouis ? Un lecteur qui ignore qu’en fait de « gazage » il s’agit de centaines de tonnes de vivres, de matériel divers (y compris des voitures de luxe), d’eau, d’électricité livrés chaque semaine par Israël à Gaza tombera dans le panneau du prétendu « camp de concentration ». Me dira-t-on qu’il s’agit d’une figure de style pour mettre en valeur « l’expression forte du cardinal Martino » ?

Certes, c’est une expression forte. Un peu trop forte, et ce n’est pas parce qu’une expression est forte qu’elle reflète la réalité. Le cardinal Martino, avec son expression forte, profère un mensonge fort. Voilà tout.

Et l’on admirera au passage le « peuple israélien vivant sous la peur des tirs de roquettes« . Non pas, remarquez bien, « sous les tirs de roquettes« , mais « sous la peur » des tirs de roquettes. On en conclura peut-être que les israéliens sont de simples trouillards, et que les roquettes qui tombent ne sont qu’invention. Las ! Ces roquettes sont bien réelles, elles tuent parfois, elles traumatisent des populations entières et perturbent la vie de centaines de milliers de gens.

Continuons donc…

 » Chacun avance ses arguments. Terrorisme du Hamas, contre-terrorisme de Tsahal : on compte les points, et surtout les morts. Qui a commencé ? On n’est pas dans une cour de récréation, et tous les belligérants sont coupables dans une guerre qui est tout sauf juste. »

« Chacun avance ses arguments« , cela peut vouloir dire que chacun a tort et chacun a raison. D’ailleurs… « On n’est pas dans une cour de récréation, et tous les belligérants sont coupables dans une guerre qui est tout sauf juste. »

A des propos aussi inconsistants je me bornerai à répondre que moi qui vit à Ashkelon, une des cibles privilégiée du Hamas, merci, j’avais compris que nous ne sommes pas dans une cour de récréation.

Mais que je pense aussi que le devoir premier de mon pays est de me protéger, et qu’il est juste et légitime d’envoyer tous les moyens possibles pour détruire les rampes de lancements et les lanceurs de kassams après chaque attaque. Non, monsieur, tous les belligérants ne sont pas coupables.

J’aurais bien d’autres commentaires à faire, sur la nature d’Israël et du sionisme, mais cela n’intéresserait pas forcément tout un chacun.

Je passe donc sur ce passage-là, pour buter sur un autre, très surprenant : « « toutes les guerres menées par l’Etat d’Israël ont été une cause de grand danger, non seulement pour ses propres habitants, mais aussi pour les civils des pays voisins.» Les armes de la guerre n’offrent aucune solution face au terrorisme. Lorsqu’elles empêchent les Palestiniens de renforcer leur gouvernement, elles constituent même des actes assimilables à des guerres de conquête et condamnés à ce titre par la Bible et le Talmud. »

J’ai déjà dit ce que je pensais de la convocation de la Bible et du Talmud, mais le plus important est qu’un lecteur inattentif ou peu au fait de l’Histoire, qui ne décortiquerait pas ce passage, comprendrait les choses suivantes :

1. Les guerres ont été menées du fait et à l’initiative de l’Etat d’Israël ;

2. Elles ont été faites dans un but de conquête, et avec l’objectif d’empêcher les palestiniens de renforcer leur gouvernement.

Ces deux choses, qui, je le répète, ne sont pas formulées comme des accusations formelles, mais qui ressortent de façon très insidieuse, en tant que commentaire d’une chose réputée connue et évidente, sont des contre-vérités. Et j’entends, par contre-vérité, un pur mensonge.

Toutes les guerres d’Israël ont été provoquées par la partie adverse.

Aucune n’a été faite dans un but de conquête.

Aucune ne l’a été avec l’objectif d’empêcher les Palestiniens de renforcer leur gouvernement.

En revanche, Israël s’est retiré du Sinaï après le traité de paix avec l’Egypte; s’est retiré du sud-Liban sans contrepartie; s’est retiré de Gaza sans contrepartie.

A créé des universités dans les territoires disputés, qui n’existaient pas à l’état de projet sous la domination jordanienne (après une annexion pure et simple considérée normale par « le concert des nations »).

A multiplié par dix l’accès à l’eau dans les territoires disputés.

A favorisé l’économie des dits territoires qui connaissent depuis deux ans une croissance du PIB qui frôle ou dépasse les deux chiffres.

A signé des accords dits « d’Oslo » qui, bien au contraire de ce que laisse entendre l’article, établissait une réelle légitimité pour un gouvernement palestinien.

Voilà quelques raisons de mon désaccord avec l’article de Monsieur Denis Sureau, que j’invite, en conséquence, à revoir sa copie.

À propos de Yaakov Rotil

J'habite Ashkelon, une ville très agréable de la côte d'Israël, sise environ 60 kms au sud de Tel-Aviv.

24 Commentaires

  1. isa

    Yaakov, je suis 100% d’accord avec votre critique , » indignée « que je suis par l’article que vous prenez en référence.

  2. L'Ours

    Impeccable!

  3. Expat

    entièrement d’accord ! Pourquoi Israël est toujours diabolisé ? (stupid question, I know).

  4. Ô combien vaste question !

  5. Averell

    Cher Rotil, je me suis retenu pour rester courtois avec Denis Sureau auquel je ne pourrai pas répondre par manque de temps. Votre réponse est parfaite. C’est amusant. L’intervenant qui me fait suite sur le précédent fil invite le lecteur à lire son livre car l’article de son ami (?), Denis Sureau, est vraiment trop succinct. Drôle d’amitié mais bonne technique de vente. Je redoute le coup fourré.

  6. Sophie

    Il n’y a pas de coup fourré, c’est moi qui ai averti Hervé lors de la mise en ligne de l’article afin qu’il puisse intervenir sur un papier qui le cite.

    Sinon, ravie de vous revoir!

  7. Averell

    @Sophie
    Il n’y a donc pas de coup fourré et Hervé est l’ami de Denis, ce qui ne me regarde en rien. Mais l’article de Denis Sureau (que je ne connaissais pas) me fait mal au ventre. Chacun a son organe sensible. Merci pour votre précision et ne vous inquiétez pas si j’ai parfois un ton péteux.

  8. Sophie

    Je ne trouve pas que vous ayez un ton péteux, ni ici, ni ailleurs. Je ne connais pas non plus Denis Sureau mais j’ai validé son article parce qu’il ouvrait une polémique, et prévenu Hervé que je connais un peu parce qu’il est largement cité dans l’article. Il n’y a aucune collusion. Juste le droit d’exprimer des points de vus. La réponse de Rotil me semble en tout point parfaite.

  9. Rotil, je suis en tous points d’accord avec toi. Au risque de lasser, je copie/colle mon commentaire sur l’article de Sureau.
    Je ne sais si la religiosité a quelque chose à voir avec ces lieux communs. Je sais en revanche que la pensée juive à tout à voir avec le respect dû à l’humain. Je sais aussi que la déontologie de Tsahal ne badine pas avec les exactions avérées de soldats juifs.
    Opposer par sophisme l’armée légitime et déontologie d’un État-nation souverain avec une bande de terroristes génocidaires et obscurantistes est une stratégie chère aux tenants du double standard.
    Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises :
    Ainsi, « toutes les guerres menées par l’Etat d’Israël ont été une cause de grand danger, non seulement pour ses propres habitants, mais aussi pour les civils des pays voisins.»
    Extraordinaire vision qui, falsifiant l’histoire, feint d’ignorer que toutes les guerres menées — et heureusement gagnées — par Israël ont été des guerres défensives face à des armées arabes génocidaires déclenchées sur le thème « égorgeons les juifs ! ».

  10. Ma première visite sur ce blog… Alléchant !
    L’article de Denis Sureau m’avait été recommandé par une amie. Sa lecture m’a mis mal à l’aise. La réponse de Rotil, parfaite, m’a rétabli. Merci à lui.

  11. Bibi

    Hello Fiodor!
    Content de vous rencontrer ici.

  12. Glané sur JSS-News, ces deux commentaires:

    flux rss de msn 10/03 0h11:
    « gaza escalade de la violence, 6 palestiniens tues par des raids israeliens »
    j’ai cherché dans les flux rss de msn du 09/03/12:
    pas un mot sur les missiles qui ont plu sur ashdod
    conclusion du lecteur de base: les israeliens se réveillent un matin et décident de tuer des palestiniens, comme ça, pour rigoler

    Et:

    10 mars 2012 a 11:07
    Sur I TELE annonce de morts palestiniens suite à des raids de TSAHAL. Pas un mot sur les 40 roquettes des palestiniens qui ont justifiées ces représailles. Bravo les médias pour votre objectivité.

    No comment…

  13. Ciao Bibi,
    Content aussi.
    Pas si étonnant de se retrouver aux bons endroits, non?…

  14. Averell

    Cher Rotil, j’aurais aimé être plus présent sur ce fil mais le problème est que nous sommes probablement trop d’accord sur tout ce qui touche à Israël. Je dois toutefois te faire un reproche. Tes confitures sont trop bonnes, en conséquence : je m’empiffre, n’en laisse à personne et me fais traiter d’égoïste par toute la famille. Et Pourim à Ashkelon ? 


  15. Reproche tolérable…
    Pourim s’est passé avec une excellente bouteille, mais les gazouillis des gazaouis c’est pas joli…

  16. Bibi

    Pour revenir en quelque sorte au sujet

  17. Eden

    Mais il est trop bon ce dessin humoristique !!!! ALLEZ VOIR !

    @Rotil : c’est exaspérant en effet. ITélé mais les autres aussi partent sur « raids meurtriers sur la bande de Gaza » et évoque à peine du bout des lèvres et tout à la fin la riposte aux tirs de roquettes.
    C’est dingue. Mais comment on va pouvoir faire pour enfin que les média cessent leurs conneries ?
    En même temps, je me demande dans quelle mesure le Quai d’Orsay ne pilote pas depuis un bon moment toute cette désinformation.
    OK sur les 80 % de journaleux de gauche pro-palestiniens mais comment cela se fait-il que personne ne puisse rectifier le tir ?

    On a un début de réponse ici : http://www.akadem.org/sommaire/themes/liturgie/11/3/module_10495.php

    Excellent débat entre excellentes personnes. A écouter sans modération.

  18. Tu te demandes encore, Nina ? Bien sûr que les croûtons du Quai d’Orsay commanditent cette propagande.

  19. Et une kassam descendue par kipat barzel, une !

  20. Bibi

    Je crois que c’est Mano qui disait que la question de l’image est davantage posée en diaspora qu’en Israël. Il n’a pas tort. En Israël on se pose la question différemment. Dans un premier temps, on se soucie de notre image à nos propres yeux: nous sommes ultra-archi-hyper critiques de nous-mêmes. Et nos critères ne sont pas toujours les mêmes que ceux d’ailleurs, de même qu’ils sont parfois bien plus contraignants que leurs équivalents à l’étranger. C’est dans un second temps que notre image aux yeux d’autres se pose. Et l’expérience tant ancienne que récente nous sert pour constater qu’une fois de plus les 2-poids — 2-mesures sont encore d’actualité (pas assez souvent, ça sert pour mettre les cris en proportion), mais trop souvent on est encore surpris par l’hostile incompréhension. De notre côté, on a un peu de mal à comprendre la révérence peureuse vis à vis des fiers levantins.

    Merci Eden pour cette conférence.

  21. Une fillette tuée par ces bandits d’Israéliens.

    La désinformation bat son plein…

  22. Question désinformation, JStreet n’est pas en reste.

    Ah, cet amour pour la vérité, y’a que ça de beau !

  23. Voici un article intéressant, sur un nouveau paradigme entre Israël et l’Europe.

  24. Sans commentaire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :