Qui sont les libertariens ?

Saviez-vous que Jimmy Wales, l’inventeur de Wikipédia, est un libertarien ? Il assure qu’il a conçu son encyclopédie sur le modèle de l’ordre spontané du prix Nobel d’économie Friedrich Hayek et se dit grand lecteur d’Ayn Rand [1]. Il en va de même pour les concepteurs de South Park ou des Simpson : la romancière et philosophe Ayn Rand apparaît régulièrement dans les épisodes de ces séries de dessins animés.

Dans Libertarianism : A Primer [Abécédaire du libertarianisme, non traduit en français], David Boaz, vice-président du Cato Institute, un influent « think tank » libertarien, définit le libertarianisme comme « l’idée que chacun a le droit de vivre sa vie comme il l’entend tant qu’il respecte les droits d’autrui, qui sont les mêmes que les siens. »

Longtemps marginalisés sur la scène politique américaine, les libertariens ont aujourd’hui le vent en poupe. Dans leur viseur : l’État fédéral et l’administration Obama. Lors d’un sondage Gallup réalisé en 2009, 23 % des Américains pouvaient être assimilés à des libertariens, contre 18 % en l’an 2000. Le mouvement Tea Party, dont le mot d’ordre est « moins de gouvernement, moins d’impôt » est ce qui ressemble le plus à un mouvement libertarien de masse dans l’histoire récente.

Ron Paul, représentant du Texas (sud), célèbre libertarien candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle de 2012, assure que les Américains sont désormais prêts à partager ses idées.

Qui est Ron Paul ?

En France, le journal Le Monde lui a consacré un article en janvier 2011, expliquant que l’économiste français Frédéric Bastiat était son « maître à penser. » Ex-candidat à la présidentielle de 2008, élu à la Chambre des représentant depuis des décennies, Ron Paul (75 ans) a été nommé en 2011 à la présidence de la sous-commission parlementaire chargée de contrôler la Réserve fédérale. Il réclame « la fin de la Fed » (la banque centrale américaine) et le retour à l’étalon-or. Ces positions ont fait de lui une icône du mouvement Tea Party, composé pour moitié de libertariens et pour moitié de conservateurs traditionnels.

Son fils, Rand Paul (48 ans), a été élu en novembre dernier sénateur républicain du Kentucky. Tous deux sont médecins et tous deux s’opposent aux mesures interventionnistes de l’Etat fédéral, comme le programme de sauvetage des institutions financières, le plan de relance économique et la réforme Obama du système de santé. Depuis son élection, Rand Paul a déjà associé son nom à un projet de loi anti-avortement visant à déclarer que l’embryon était une personne dès le moment de sa conception. Surprenant pour un défenseur acharné des libertés individuelles ? Le libertarianisme ne se laisse pas facilement ranger dans des catégories toute faites.

Êtes-vous libertarien, conservateur ou socialiste ?

Il existe aujourd’hui un autre choix que la droite ou la gauche. Les socialistes défendent en général les libertés civiles, mais veulent que l’État contrôle les affaires économiques. Les conservateurs inversent cette tendance, en prônant une plus grande liberté économique, mais sont désireux de contrôler la vie privée. Les libertariens préconisent un maximum de liberté individuelle et économique compatible avec le respect d’autrui. Les libertariens ne sont ni « de gauche » ni de « droite » ni même une combinaison des deux. Ils pensent que, sur chaque question, chacun a le droit de décider pour lui-même ce qui est meilleur pour lui et d’agir selon ses préférences, tant qu’il respecte le droit des autres à faire de même.

Arthur Gautier, dans un article récent sur la morale des libertariens, expliquait que « le problème principal de l’axe gauche-droite est qu’il ne laisse aucune place à la pensée libérale, celle-ci ne pouvant être rangée ni avec l’égalitarisme de la gauche, ni avec le nationalisme de la droite. En son temps, l’économiste et député libéral Frédéric Bastiat votait tantôt avec la gauche, tantôt avec la droite, selon le projet de loi discuté. »

Aux États-Unis, le bipartisme ne permet pas de troisième voie ou de parti politique indépendant. C’est pourquoi David Nolan, fondateur du Libertarian Party en 1971, a eu l’idée de créer un diagramme qui ajoute à l’axe gauche-droite un deuxième axe liberté-contrainte. De cette façon, explique Arthur Gautier, « la pensée libérale trouve enfin sa place sur l’échiquier politique. »

Les libertariens ont le vent en poupe

Récemment, « Le Courrier International » publiait un dossier intitulé « Les libertariens en vedette » (Courrier international, n° 1058 du 10 au 16 février 2011). Il y était décrit que pour les libertariens, la liberté individuelle est la valeur politique dominante. Ce qui n’exclut pas qu’il y en ait d’autres ! Et c’est d’ailleurs pourquoi, il y a des différences de sensibilité entre libertariens, notamment sur l’avortement, les drogues dures, la défense nationale, l’immigration…

L’hebdomadaire soulignait : « comme toute philosophie politique, le libertarianisme renferme des milliers de courants, depuis les anarchistes qui veulent abolir l’État jusqu’aux conservateurs (…). La ligne libertarienne classique est que les seules activités auxquelles un gouvernement devrait se limiter sont l’entretien d’une armée de métier, le maintien de la sécurité du pays et l’organisation du système judiciaire. Rien d’autre. C’est ce qu’on appelle le minarchisme ».

Le libertarianisme est un courant qui est né dans les années 60 en opposition à la croissance ininterrompue de l’État au cours du XXe siècle. Mais il puise ses sources philosophiques dans l’histoire des États-Unis depuis ses origines. Selon le journal, « la révolution américaine a été un mouvement libertarien contre le pouvoir de la couronne britannique. La Constitution américaine est un texte libertarien qui limite le rôle de l’État à la couverture des besoins les plus basiques de la société en lui fournissant un corps législatif pour adopter des lois, un système judiciaire pour les interpréter et une armée pour la protéger (quoique certains des Pères fondateurs, comme Alexander Hamilton, aient voulu centraliser le pouvoir). »

Le politologue Sébastien Caré y a consacré un ouvrage [2] dans lequel il écrit, « les libertariens ne prétendent pas inventer une philosophie politique, mais plutôt réhabiliter la pensée libérale. Ils opèrent une mutation du libéralisme classique (…) en généralisant ses principes, autrement dit en projetant la logique du marché dans toutes les sphères de la vie sociale et en les subvertissant, en faisant de la défense des libertés une lutte incessante contre l’Etat. »

Aux États-Unis, un parti libertarien existe depuis 1970. Ce parti reste très minoritaire face aux deux grands partis traditionnels. Mais il arrive à présenter un candidat à chaque élection présidentielle. En fait, le véritable impact des idées libertariennes passe au travers d’Internet, de réseaux intellectuels informels et de think tanks comme le Cato Institute.

L’éthique libertarienne

Revenons à David Boaz. Dans un article de 1997 [3], il proposait quelques éléments d’éthique « libertarienne » :

  • Droits des individus : les « libertariens » sont attachés au droit de chacun à la vie, à la liberté et à la propriété – que tout un chacun possède naturellement et ce, bien avant la création des gouvernements. Ces droits ne sont pas concédés par un gouvernement ni par la société ; ils sont inhérents à la nature de l’être humain. Dans cette optique, toutes les relations humaines doivent être volontaires. Les seules actions que la loi puisse interdire relèvent de l’usage unilatéral de la force – dans les cas de meurtre, viol, vol, rapt et fraudes.
  • Autorité de la loi : la doctrine « libertarienne » n’est ni libertinage, ni hédonisme. Loin de prétendre que « tout un chacun peut faire ce qu’il veut sans que quiconque puisse y redire », elle propose une société de liberté dans le cadre de la loi, où les individus peuvent vivre à leur guise tant qu’ils respectent les mêmes droits chez autrui.
  • Un gouvernement au pouvoir restreint : Les « libertariens » veulent diviser et limiter le pouvoir que le peuple délègue au gouvernement. Imposer des limites au gouvernement est le fondement politique de la doctrine « libertarienne ».
  • Liberté des marchés : Le droit de propriété entraîne celui de l’échanger par consentement mutuel. À des individus libres correspond le système économique des marchés libres, indispensables à la création de richesses.
  • Vertus de la production : les « libertariens » défendent le droit qu’ont ceux qui produisent de garder ce qu’ils gagnent, contre une nouvelle catégorie de politiciens et bureaucrates qui veulent s’emparer de leurs gains pour les redistribuer à ceux qui ne l’ont pas produite.
  • Harmonie des intérêts : les « libertariens » croient à l’existence d’une harmonie naturelle d’intérêts parmi les membres pacifiques et producteurs d’une société équitable. (…) C’est seulement lorsque le gouvernement se met à distribuer des récompenses à la suite de pressions politiques que se développent des conflits entre groupes, que s’exacerbe la course au pouvoir politique.
  • Paix : Les « libertariens » se sont toujours farouchement opposés au fléau qu’est la guerre. (…) Certes les hommes et femmes libres ont à maintes reprises eu à défendre leurs sociétés contre les menaces étrangères ; mais l’histoire du monde démontre que la guerre s’est faite le plus souvent l’ennemie commune des tenants de la paix et de la productivité dans les deux camps.



[1] Ayn Rand est l’auteur du roman Atlas Shrugged, considéré comme une référence littéraire et philosophique par tous les libertariens

[2] Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d’un mouvement asocial, Presses Universitaires de Rennes, 2010

[3] The Coming Libertarian Age.

(Article publié sur 24HGold)

À propos de Nicomaque

Philo et bitcoin

20 Commentaires

  1. C’est quoi ce truc ?

  2. Pour Ron Paul, je suis plus que critique. Ses théories du complot et surtout ses fréquentations putrides le disqualifient de façon absolue.
    Espérons que les libertariens ne tombent pas dans les mêmes travers.

  3. Pythéas

    Que le NYT cherche à disqualifier Ron Paul en le disant « proche de… ‘un truc infamant’» et qu’il y aurait même des conspirationnistes qui voteraient pour lui, c’est vraiment surprenant !
    A chaque élection où il s’est présenté, la presse mainstream a ressorti ces bulletins qu’il n’a ni écrit, ni signé (ce sont les même attaques depuis 1988 je crois, donc les mêmes démentis – fatiguant les campagnes US).
    Maintenant, je ne suis pas spécialement supporter de ce mec, mais il fait quand même souffler un vent de fraicheur dans une classe politique américaine sans principe ni morale.
    On peut être ou non d’accord avec ses idées, mais on doit lui reconnaitre une certaine droiture, ce qui manque cruellement chez les politiques de tous bords.
    Ca vaut pour la France également.

  4. Georges Kaplan

    Kravi,
    Ça fait juste 20 ans que la presse mainstream américaine hésite entre (i) ignorer Paul totalement et (ii) lui coller toutes les étiquettes infamantes possibles pour le disqualifier.
    Il y a eut, comme le note Pythéas, le coup des bulletins mais aussi ces photos où un type au pedigree plus que douteux se retrouve à coté de Paul et qui sont immédiatement interprétées comme si Paul soutenait ses idées.
    Procédé que je qualifierais de dégueulasse.
    Non Paul ne donne pas dans le complotisme. Toutes ses positions sont argumentées solidement et basées sur des faits que seul un étatolâtre militant peut ignorer.
    Non Paul n’est pas raciste. Comme il l’a dit si bien lui-même les libertariens sont incapables d’être racistes : le racisme est une idée collectiviste qui consiste à voir les gens en tant que membres d’un groupe avant de les voir en tant qu’individus.

  5. Georges, et son amitié avec Willis Carto ? Je me méfie de ces accusations on a vu sur l’autre fil un délire sur Soros spoliant les Juifs hongrois lorsqu’il avait quatorze ans.
    À sa décharge ce discours est assez clair :

    Kravi a-t-on des preuves tangibles de tout cela ?

  6. Lisa

    Pas trop le temps ni la compétence de commenter, je dis juste que je suis contente d’apprendre !

  7. Tibor, c’est toujours la même chose avec les preuves tangibles : n’étant pas journaliste d’investigation professionnel, je me contente aller sur des sites fiables, et Conspiracy Watch que je visite depuis longtemps en est un.
    D’accord avec vous pour dire qu’une adhésion de sinistres individus n’entraîne pas que l’on soit soi-même une ordure, mais c’est quand même un indice. Voici plus convaincant, tiré de l’article :
    « L’autre violon d’Ingres de Ron Paul, c’est son hostilité radicale à l’État d’Israël qui, constate Kirchick, est le pays étranger le plus souvent cité dans les bulletins d’information de Paul. Un bulletin publié en 1987 parle notamment de l’Etat hébreu comme d’« un Etat agressif et national-socialiste » (sic). En 1990, la prose flirte carrément avec le vieux thème du « complot juif » : un bulletin de Ron Paul dénonce les « dizaines de milliers d’amis d’Israël bien placés dans tous les pays qui sont prêts à travailler pour le Mossad dans leur domaine d’expertise ». Un autre texte, daté de 1994, suggère que les services secrets israéliens seraient derrière l’attentat du World Trade Center de 1993 : « S’il s’agit d’une opération du Mossad israélien, comme le suspectent certains de mes amis juifs, écrit Paul, ou s’il s’agit réellement de représailles perpétrées par des fondamentalistes musulmans, cela importe peu ».

  8. Eden

    C’est pas le seul Kravi.
    Le parti Liberterien est un grand fourre-tout. Le principe étant TPNG : tout pour ma gueule !

    Ca se conçoit note bien.

    Petite erreur : Un seul des créateurs de South Park est liberterien et il s’agit de Trey Parker. L’autre, Matt Stone pas du tout.

    Ce parti a souvent de sacrés pourritures comme Aaron Russo et tout plein de conspirationnistes style « inside job ».

    Une dernière fois Tibor : arrête de te la raconter. Pour Sorros, ce mec a pillé des familles qui se faisaient déporter dans les camps. Il l’a lui-même écrit dans sa bio. Ce que tu en penses est une opinion ne la joue pas à l’envers steplait.

  9. Eden

    On a mieux dans la conspiration : Fukushima c’est Israel ! Fallait le trouver hein ? Soral et les zopprimés arabes en sont sûrs, c’est un jap qui le dit…C’est que c’est vrai.

    @kravi : conspiracy watch c’était bien…Le dernier truc est on ne peut plus effrayant. Rudi accepte l’air ambiant et décide que ceux qui réfutent le reportage d’Enderlin sont des conspi…ouahahahha, j’en suis une ! A l’aide !

  10. Sophie

    Ho, il y a mieux, Eden. Après la catastrophe de Tahiti, Tsahal aurait envoyé des hôpitaux de campagnes aux seules fins de voler des organes aux survivants!

  11. « Le droit de propriété entraîne celui de l’échanger par consentement mutuel. À des individus libres correspond le système économique des marchés libres, indispensables à la création de richesses. »
    Donc, si j’ai bien compris, sont à prohiber :
    – les OPA inamicales (ou agressives),
    – la concurrence déloyale d’une grande entreprise s’installant à côté d’une petite pour l’étouffer et obtenir un monopôle de fait.
    Parce que s’il est établi que quelques uns se sont enrichis « loyalement », d’autres l’ont fait en écrasant leurs concurrents et/ou en marchant sur des cadavres ou en jouant des coudes. Pas joli-joli !

  12. Tu as raison, et voici ce que je lui avais envoyé en privé :
    « vous savez que j’apprécie votre blog et le travail que vous y menez.
    Je ne pense pas que l’on puisse traiter de conspirationnistes ceux qui s’opposent à la thèse Enderlin. Leurs arguments sont sérieux, documentés et fondés.
    Présenter le blog de ce dernier sans l’argumentation contraire n’est pas digne de votre travail d’élucidation. »
    Il m’avait répondu — j’ai malheureusement jeté son mail — qu’après une longue enquête il en avait conclu qu’on ne pouvait donner raison à l’un ou à l’autre, montrant aussi ses réserves sur la thèse Enderlin– que j’ai vérifiées — dans certains articles.
    Je le crois tout à fait honnête mais, en l’occurrence, trompé.

  13. Est-ce tiré des fameux billets qu’il nie depuis des années avoir jamais écrit ? Tout ceci est un peu trouble, au minimum, il ne faut pas accuser une personne d’avoir tué père et mère sur la foi de rumeur et de propos déformés. Dans l’intervention filmée que j’ai posté, il est pour le moins difficile de voir un raciste et dans l’interview d’Haaretz difficile de voir un antisémite. Pour ma part, je me réjouis toujours que quelqu’un soit clair sur ces deux points.

  14. Sophie,

    Haiti, c’est pas dans le même secteur que Tahiti !!! Sinon oui, cette thèse du vol d’organe a été abondamment diffusée par les TV arabes…

  15. Sophie

    Oups! Oui, Haiti, évidemment!!!!

    « abondamment diffusée par les TV arabes » Et reprise pas la presse française!

  16. Eden

    Un furoncle au cul et c’est un coup du Mossad alors…

    @Kravi : si j’ai bien compris, Rudi doute de part et d’autre, alors pourquoi écrire un texte se fondant sur les seuls éléments d’Enderlin ? De plus, conspiration est un mot bien trop fort : Karsenty n’a jamais parlé de complot ou autre stupidité. Il a parlé de « mise en scène » ce qui est la norme chez les palos. Qui n’a pas vu « Pallywood » de Richard Landes ?

  17. bien d’accord, d’où mon mail

  18. Je lis ces commentaires et je m’esclaffe. Ou comment résumer la politique à un antiracisme de bas étage – enfin qui ne se soucie que de quelques groupes hein, faut pas charrier mémé non plus – et quelques investigations anticonspirationnistes. En fait c’est bien ça le rêve libéral : se quereller sur le sociétal et confier l’économie aux clercs de l’économie, cette cléricanaille dont le Dieu n’a ni tête ni bras mais une main invisible.

    Votez Ron Paul! Votez Ron Paul et vous pourrez admirer Blade Runner en direct 24/24, 7/7 ! Dystopie, ô mon amour !

  19. En forme Galaad ! C’est quoi au juste le libéralisme ? John Rawls était-il libéral ? Et Keynes qui passionne tant Jorion ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :