Culture et détente

Cher Monsieur Dubouchon [1],

Ainsi donc, vous appelez Lacordaire à la rescousse en me rappelant qu’« entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit. »

Au risque de vous surprendre et de vous déplaire encore un peu plus : vous n’êtes pas le premier. Cette citation du Révérend-Père, voilà des années que tout ce que la toile compte d’antilibéraux primaires nous la sert, dans sa forme longue, dans sa forme abrégée ou dans une forme plus ou moins modifiée selon les circonstances. À titre personnel, elle m’a été jetée au visage par des communistes hilares, par des socialistes révolutionnaires, par des sociaux-démocrates inquiets, par des conservateurs en un seul mot, par des souverainistes indignés, par des nationaux-socialistes hésitants et même par un catholique décroissant.

Je ne sais pas vraiment où vous classer dans cet inventaire – nous nous connaissons si peu – mais vous m’avez suffisamment fait comprendre votre aversion (et votre méconnaissance) de mes idées pour que je puisse, sans risque de trahir les vôtres, vous classer dans la grande famille des antilibéraux. Félicitations ! Serrez un peu au fond, il y a du monde…

Vous n’échappez donc pas à la règle : comme les autres, vous avez appelé Henri Lacordaire à votre secours et c’est une erreur. Voici pourquoi.

Tout d’abord, le moins que l’on puisse faire lorsque l’on cite un auteur c’est de se renseigner au moins un peu sur sa personne. Dans l’exemple qui nous intéresse, vous auriez appris que le père Henri-Dominique Lacordaire n’était pas seulement le prédicateur dominicain à la foi ardente qui a restauré l’Ordre des Prêcheurs en France ; il était aussi un journaliste engagé et un homme politique qui, aux cotés de son ami Charles de Montalembert, fut un des principaux théoriciens du catholicisme libéral. Voilà qui aurait du, comme on le dit vulgairement, vous mettre la puce à l’oreille.

Ensuite, il est de bon ton, lorsqu’on extrait une courte phrase de son contexte, de vérifier qu’on lui prête bien le sens qu’a voulu lui donner son auteur. Cette obligation s’impose naturellement d’autant plus quand on utilise le nom de ce dernier comme caution de l’idée que l’on prétend défendre. En l’espèce, cette citation extraite des Conférences de Notre-Dame de Paris s’insère bien dans une défense de la loi mais c’est de la loi divine qu’il s’agit et, plus précisément de celle que « Moïse, descendant du Sinaï, rapportait à son peuple […] : Tu sanctifieras le septième jour, et tu t’y reposeras » (même auteur, même ouvrage). C’est du repos dominical qu’il est question.

Enfin, il peut être également utile d’avoir tout simplement lu l’auteur que l’on cite. Si vous l’aviez fait, vous n’auriez tout d’abord pas affirmé que cette citation est extraite de la quarante-cinquième conférence (« De l’existence de Dieu ») : c’est faux et je vous mets au défi de l’y trouver ; c’est un extrait de la cinquante-deuxième conférence [2]. Vous avez en cela reproduit une erreur courante sur internet, une erreur colportée par des internautes qui veulent se faire passer pour plus cultivés qu’ils ne sont et ne prennent pas la peine de vérifier leurs sources.

Mais surtout, vous auriez appris que le droit que défend Lacordaire n’est pas le droit positif mais un « droit-principe », un « droit immuable », un « droit universel » qui est, selon lui, celui qui nous a été transmis par l’Évangile. « Car, note Lacordaire, tout droit mobile est à la merci des plus forts, quelle que soit la forme du gouvernement, que le peuple ait à sa tête un chef unique ou la majorité d’un corps qui délibère ; dans l’un et l’autre cas, le sort de tous ou au moins le sort de la minorité est sans protecteur, s’il n’existe entre le souverain et les sujets un droit inviolable, qui couvre la cité tout entière et assure le dernier des citoyens contre les entreprises du plus grand nombre et même de tous. Tant que le droit n’est pas cela, il n’est rien. [3] »

Vous auriez appris que le Révérend-Père Lacordaire se méfiait des gouvernements humains. Vous auriez découvert qu’il considérait que la propriété privée des moyens de production était un droit consacré par l’Évangile et qu’en priver un homme revenait à le réduire à l’état d’esclave [4]. Vous auriez également su qu’il s’opposait vigoureusement aux idées collectivistes dont il pressentait déjà le potentiel de dérive autocratique, qu’il se prononçait contre toute forme de redistribution autoritaire des richesses, plaidait pour une société fondée sur le libre consentement et fut un ardent défenseur de la liberté religieuse, de la liberté de l’enseignement et de la liberté de la presse.

Vous admettrez avec moi, Monsieur Dubouchon, que venant d’un antilibéral, la référence à Lacordaire ne manque pas de sel.

Bien à vous.

[1] Par souci de préserver l’anonymat de mon interlocuteur et, disons-le, poussé par un vieux reste de charité chrétienne.

[2] Henri Lacordaire, Conférences de Notre-Dame de Paris, tome III, Cinquante-deuxième conférence, (Du double travail de l’homme, 16 avril 1848).

[3] Idem, Trente-deuxième conférence (De l’influence de la société catholique sur la société naturelle quant au principe du droit).

[4] Idem, Trente-troisième conférence (De l’influence de la société catholique sur la société naturelle quant à la propriété).

24 Commentaires

  1. … »plaidait pour une société fondée sur le libre consentement et fut un ardent défenseur de la liberté religieuse, de la liberté de l’enseignement et de la liberté de la presse. »…

    Une sorte de paradis.

  2. Expat

    oui qui n’a jamais existé, et que je crains n’existera jamais.

  3. Uh ! Uh ! Uh ! Monsieur Dubouchon prend une leçon !

  4. C’est un Belge, de Liège.

  5. Ah, un bouchon de Liège, tout s’explique !

  6. alpheratz51

    Dubouchon n’est pas bison futé !

  7. aventin

    Décidément Jorge…

    Disqualifier la vérité d’une phrase eu égard aux autres phrases ou positionnements de l’auteur de cette même phrase est d’un « non-sérieux » définitif.

    Ne devriez-vous pas savoir qu’il y a même des vérités qui émergent malgré soi, ses intentions ?

    En l’espèce ce n’est pas le cas, Lacordaire était légitimement choqué par la morgue du riche et du puissant, de l’homme jamais fait que par l’argent et les prérogatives que l’on en tire, et qui fait plier par force à son ordre, le saint ordre du Pognon roi.

    Preuve est faites une fois de plus que vous qualifier la pertinence d’un positionnement eu égard à la cohérence théorique global de son auteur, tel un dogmatique qui ne peut croire que la terre tourne autour du soleil puisque cela n’est pas compatible avec la vérité théorique révélée.

    Pour des vérités théoriques globales et totale, jamais prises en défaut, on ne fera jamais mieux qu’un supercalculateur.

    D503, « Nous Autres », Zamiatine : Cohérence parfaite à tous les étages, efficacité parfaite à tous niveau, et défaut total d’humanité :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nous_autres

    Le libertarianisme a bizarrement – ou non… – quelques lien avec d’autres régimes obligatoires – URSS ? – régis par le saint dogme théorique de l’ordre spontané et servi par des grands commissaires au service de la splendeur de la vérité.

    Le saint ordre spontané est le fait de colonies de fourmis, pas le fait de sociétés humaines, si imparfaites et parfois si contradictoires.

    Et figurez vous qu’il existe des socialismes républicains qui ne récusent pas le droit de propriété, lequel a existé avant l’avènement des libéraux dont vous validez les « écrits ».
    Aristote, toujours rien ?

    Toujours rien…

    😉

    Sacré Jorge !

  8. QuadPater

    Qu’est-ce que ça vote à la prochaine présidentielle, un libéral ?

  9. Georges Kaplan

    Quad,
    Il y en a bien quelques uns qui sont allé soutenir Bayrou au motif qu’il était moins pire que les autres mais pour moi, comme pour beaucoup, ce sera blanc, nul ou pas…

  10. QuadPater

    Vous estimez donc, à l’instar des anarchistes, des monarchistes, des islamistes, des végétaliens, des esclavagistes et des néonazis, que votre projet de société n’est pas représenté à la présidentielle ?

  11. Georges Kaplan

    Oui

  12. aventin

    @Quad,

    « votre projet de société »

    Euh, Quad, y sont 8 les gars – et encore, je compte Ayn et Friedrich August dans le lot.

  13. QuadPater

    Prenez les mots tels qu’ils viennent, Aventin… Je n’ai parlé ni d’identification ni d’encartement. Nous avons tous au moins une petite idée de la façon dont on aimerait voir la société évoluer. À partir de là il y a d’ordinaire un candidat avec lequel on a quelques points communs importants. Ou au pire on prend celui qui pue le moins. Mais dans certains cas il est impossible de se positionner quelque part sur le segment (en une dimension) extrême-gauche extrême-droite parce qu’on évolue en 2D. Si j’ai posé la question à Kaplan c’est parce que je comprends fort bien pourquoi un monarchiste ne vote pas, mais que j’ignorais que c’était aussi le cas de certains libéraux, que je classais vaguement (et connement, je l’avoue) au centre droit.

  14. Georges Kaplan

    Quad,
    Soyons terre à terre :
    Qui, parmi les candidats actuellement en lice, attribue le merdier dans lequel nous nous trouvons à autre chose que « le capitalisme sauvage et dérégulé », « la mondialisation ultralibérale » ou une combinaison des deux ? Qui, parmi les candidats actuellement en lice, propose de réduire significativement la dépense publique (à 57% du PIB, nous affichons la dépense publique la plus élevée au monde après Cuba et le Danemark) ? Qui propose de libéraliser le marché du travail (comme au Danemark puisqu’on parle de la Scandinavie) ? Qui propose de mettre fin aux monopoles publics ou, au moins, de les mettre en concurrence (comme l’a fait, par exemple, la Suède ces dernières années) ? Qui propose de mettre fin à la prolifération législative et de reposer les bases d’un État de droit qui sert quelqu’un d’autre que les hommes de loi et ceux qui ont les moyens de se payer leurs services ? Qui propose de mettre fin aux barrières douanières non-tarifaires que nos précédents gouvernements ont mis en place pour mieux contourner les accords de libre-échange qu’ils avaient pourtant signé (la téléphonie mobile par exemple…) ? Qui propose de mettre fin aux myriades de dépenses forcées (contrôle technique, diagnostics immobilier, adhésions obligatoire à je ne sais quelle association, deux alcotests par voiture…) qui pèsent sur le budget des ménages comme des entreprises ? Qui propose de cesser d’infantiliser les français en leur disant ce qu’ils ont le droit d’ingérer, la manière dont ils doivent éduquer leurs enfants, avec qui ils ont le droit de se marier (etc…) ? Qui propose de mettre fin aux numerus closus (médecins), licences (débits de boisson), prix administrés (taxis), autorisations administratives (supermarchés) et autres subventions (industrie automobile) qui prolifèrent partout dans notre économie ? Qui propose de briser le quasi-monopole de l’Éducation Nationale qui, malgré son budget gigantesque, est devenue non-seulement une machine à produire de l’échec scolaire mais aussi un des systèmes les plus inégalitaires au monde ? Qui propose de laisser les français choisir eux-mêmes leur système de retraite, le montant et la durée des cotisations, l’âge du départ à la retraite ? Qui, au lieu de se demander comment l’État doit intervenir, se pose la simple question de savoir s’il doit intervenir ?

  15. Georges Kaplan
    Qui…..? Personne, hélas.
    Mais qui est le moins éloigné de tout cela ? Qui ?

  16. isa

    Non, zyzy, oh!

  17. Sophie

    Je tiens à préciser que tous les Liégeois ne sont pas comme ça….

  18. Souris donc

    Salut à tous !

    « Tout droit mobile est à la merci des plus forts » :
    Hélas. L’enthousiasme légiférant du bureaucrate, ce cancrelat planqué, n’a pas de limites. Ceux de Bruxelles, complètement dépassés par la crise, vous avez remarqué ? un rien les occupe. La taille du poulailler et de la tomate. Ce sont les plus forts. Ils défendent leur territoire.

    Et puis, autre question qui n’a rien à voir, quoique :
    Pour quelle raison la dette est-elle toujours rapportée au PIB et non aux recettes ? Ça aurait de l’impact, non, de savoir qu’on dépense 300% de ce qui rentre.

  19. QuadPater

    Bonjour Mme Donc ! 🙂

    À M. Kiki-Kaplan : en résumé vous revendiquez une responsabilisation de l’individu. Or la déresponsabilisation de l’individu est un objectif classique, connu et quasiment officiel de la gauche.

    —> Votez à droite !

  20. Georges Kaplan

    Kiki-Quad,
    Voter à droite ? Pour Sarkozy qui, après avoir explosé tous les records de dépense publique et de promulgations de lois liberticides, nous promet plus de lois, plus d’impôts et des politiques protectionnistes ? Pour le Pen qui nous vend une soupe nationale-socialiste qui peine à se différencier du programme de Mélenchon ?
    Sans moi.

  21. Souris donc

    Sarko nous a maintenu la tête hors de l’eau, sinon, si on avait eu une bouse socialiste à la place, on serait comme la Grèce depuis longtemps, faut lui reconnaitre ça, à Sarko.

  22. … »on serait comme la Grèce depuis longtemps, faut lui reconnaitre ça, à Sarko. »…
    Probablement, Souris donc. Mais c’est sans doute un détail.
    Comment certains peuvent-ils penser qu’il vaut mieux se faire plaisir en votant blanc parce qu’il n’est pas parfait ? Comment ces certains peuvent-ils oublier que voter blanc c’est augmenter les chances d’un Hollande ? Comment un libéral convaincu peut-il choisir de s’éloigner encore plus du libéralisme dont nous sommes si loin ? Comment peut-on, pour se faire plaisir, concourir au sacrifice du plus grand nombre ?

  23. Souris donc

    A cause du pilonnage médiatique antisakozyste depuis 5 ans. La gauche veut revenir au fromage (de Hollande…) aux prébendes, aux privilèges, aux bonnes planques bien payées. C’est pourquoi on négocie déjà en coulisse, on se partage les places. Les Verts qui s’imaginaient en position de force ont fait signer à Hollande un engagement en leur faveur et marchandé leur soutien. Bonne stratégie, ils l’ont ligoté avant leur piteuse débandade dans les sondages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :