La semaine de la mémoire…

Israël s’est couverte de bleu et de blanc,
Et de drapeaux jolis…

Nous sortons à peine de la semaine de PessaH, qui célèbre la sortie d’Egypte – et du passage de l’esclavage à l’état de peuple libre – que s’annonce une des fêtes les plus réjouissantes du calendrier israélien: la fête de l’indépendance.

Elle se prépare depuis une quinzaine de jours déjà: on voit fleurir un peu partout les drapeaux blancs avec le bouclier de David [1] en bleu entouré des deux bandes bleues.
Ils sont suspendus aux luminaires de la ville, sur tous les bâtiments officiels, mais aussi aux fenêtres de nombreux particuliers. Et nombreuses sont les voitures qui s’équipent alors d’un petit mât coincé à une portière, qui arbore fièrement cet emblème, celui de la liberté, de la fierté recouvrée.

Mais, avant que de fêter ce jour du 15 mai 1948 où David Ben Gourion proclama la renaissance d’un Etat Juif sur sa terre ancestrale, d’autres célébrations vont avoir lieu.
Ce mercredi soir commencera le yom ‘ashoah. Car il nous est interdit d’oublier les six millions des nôtres partis en fumée durant la folie nazie.

Aussi, à 19 heures, les sirènes vont retentir pendant deux minutes, ainsi que le lendemain jeudi 20 à 11 heures. Pendant ces deux minutes, tout Israël s’arrêtera. Les piétons qui sont en marche s’arrêteront et se figeront, les conversation téléphoniques seront interrompues, les véhicules, sur les routes, stopperont à l’endroit où ils sont et les conducteurs en sortiront pour se mettre à côté, debout, dans le silence.

http://www.tuxboard.com/israel-en-pause-lors-de-yom-hashoah/

Pendant ces 24 heures, on n’entendra plus aucune publicité à la radio ni à la télévision, mais on écoutera le témoignage de survivants de l’indicible, avec des pauses où seront donnés des chants tristes, généralement a capella.

Mais cette journée ne fait qu’ouvrir une semaine de recueillement, qui se terminera par une autre journée du souvenir, yom ‘azikaron, qui est pour honorer tous ceux qui ont donné leur vie pour l’honneur d’Israël au sens large, c’est-à-dire non pas seulement nos soldats tombés au champ d’honneur, mais aussi ceux qui se sont battus lors de la révolte du ghetto de Varsovie ou des camps de Treblinka et Sobibor.

On peut faire un parallèle entre les jours terribles qui séparent rosh ‘ashana de yom kippour et cette semaine du souvenir, qui débouchera sur la fête de l’indépendance, yom ‘aatsmaout.

Pendant ceux-là, chacun s’interroge sur les fautes qu’il a commises l’année passée, et sur ce qu’il doit améliorer chez lui durant l’année qui commence.
Pendant ceux-ci, c’est une interrogation collective du peuple d’Israël (au sens plus restreint d’israéliens), sur ce que chacun de son côté, à son échelle individuelle, peut faire pour que le pays soit encore mieux lors de la fête de l’an prochain qu’il ne l’est aujourd’hui.

On ne manquera pas de faire un autre parallèle, justement en évoquant la fête de PessaH, dont nous venons de sortir, puisqu’avant, nous sommes esclaves en Egypte et qu’ensuite, nous accédons à la Liberté.

Je me demande si la force du peuple Juif ne réside pas en grande partie dans cette obstination à ne rien oublier du passé, pour utiliser cette mémoire et la mettre au service de la construction de notre avenir.
Mais poser la question, n’est-ce pas déjà y répondre ?

Joyeux anniversaire, Israël !

[1] Appelé à tort « Etoile de David ». D’ailleurs, « magen » (prononcer « maguène ») signifie « défense » au sens de « moyen de défense » donc « bouclier », et non pas « étoile ».

À propos de Yaakov Rotil

J'habite Ashkelon, une ville très agréable de la côte d'Israël, sise environ 60 kms au sud de Tel-Aviv.

155 Commentaires

  1. Merci pour ces explications. Bien que l’on connaisse, on ne perçoit pas nécessairement toutes ces nuances à distance.

  2. En toute abstraction on peut ne pas aimer l’idée du sionisme, la Shoah n’était pas une abstraction, c’est l’épouvantable massacre qui a imposé la création d’Israël. Les états arabes ont toujours refusé de lâcher cette étroite bande de terre, ils veulent aujourd’hui transformer les juifs en bourreaux et les palestiniens en martyres : il est bon de rappeler pourquoi Israël existe. L’antisémitisme arabe n’est pas de l’antisionisme, la nuance n’existe même pas dans la langue, il est insupportable aux musulmans d’imaginer des juifs maîtres de leur destin sur leur propre terre, c’est là que réside la racine des guerres au Proche-Orient, n’acceptons pas un nouveau génocide, soutenons Israël, soyons justes.

  3. mihal

    une erreur s’est glissee….il n’y a pas de sirene le soir pour la commemoration de la shoah et demain 19{et non20}la sirene retentissera a 10heures
    pour la semaine prochaine ce sera mardi soir a 20heures que la sirene retentissera et le lendemain mercredi a 11heures

  4. Yaakov Rotil

    Merci MiHal pour ces corrections, je me suis aperçu de l’erreur trop tard pour corriger.

  5. Averell

    Cher Rotil, merci pour ce texte. Un amical souvenir de Gibraltar.
    Tibor Skardanelli. Comment ne pas acquiescer à votre courrier. Toutefois ce n’est pas la Shoah (et rien que la Shoah) qui a fondé l’Etat d’Israël. Elle a accéléré un processus déjà bien entamé. Georges Bensoussan (que vous admirez comme je l’admire) le montre fort bien dans sa monumentale histoire du sionisme. Bonne soirée Skardanelli.

  6. Ce que j’aime chez vous Averell, c’est votre côté donneur de leçon.

  7. Averell

    Mais j’aime par ailleurs recevoir des leçons, qui me font progresser bien évidemment.

  8. Hé bien, faites-vous des plaisirs solitaires, et de grâce épargnez-moi !

  9. Pour ceux qui sont à Paris,à partir de ce soir et toute la journée de,demain jeudi 19 avril au Mémorial de la Shoah rue Geofroy Lasnier Paris. IV lecture des noms des 76000 juifs de France morts dans les camps.

  10. La Shoah a probablement accelere la création de l’Etat d’Israel
    . Mais le sionisme politique à commence avec Léo Pinsker avec son « Autoemancipation  » suivi par Théodore Herzl qui convoque un premier Congrès sioniste à Bâle en 1897. À l’issue de la réunion, Herzl écrit ces phrases prémonitoires « Si je devais résumer le Congrès de Bâle en un mot ce serait celui-ci : à Bâle, j’ai fondé l’État juif.(…) Peut-être dans 5 ans et certainement dans 50 ans chacun le saura.»
    1897+ 50 = 1947. Marge d’erreur 1 an.

  11. Merci Yaakov pour cet article intéressant et que j’ai beaucoup apprécié. Il est très touchant et contribue a me rendre Israël encore plus sympathique.
    Joyeux anniversaire, Israël !

  12. Souris donc

    Vu d’ici, on envie la cohésion sociale de ce petit pays (mais pas le prix à payer, la Shoah, et maintenant cet environnement hostile, géographiquement ou par intellectuels interposés). Notre mièvre vivre ensemble devrait prendre modèle sur Israël.
    Oui, merci Rotil.

  13. Bibi

    Bien évidemment, le sionisme a précédé la Shoah.
    Et beaucoup de juifs auraient pu être sauvés si les britanniques n’avaient pas cédé aux exigences des arabes « anti-sionistes » et notamment le Leader des arabes de la Palestine mandataire et collaborateur des nazis, Haj Amin al-Husseini, en restreignant sévèrement les quotas de juifs admissibles en Palestine mandataire (cf. Livre blanc de 1939). Le Mufti, qui a visité Auschwitz, avait des projets de camps similaires du côté de Jenin.

    Des rescapés de l’horreur que l’on commémore officiellement ce soir et demain font partie des tombés pour la Patrie commémorés la veille de la « fête de l’Indépendance » (Yom HaAtzmaout), combattants parfois juste quelques jours ou semaines après leur arrivée.

    Et rappelons-nous aussi des victimes de la Shoah du Maghreb, et de celles de la Palestine mandataire, et de celles d’Irak (pogrom de Bagdad – « merci » Mufti Amin al-Husseini!).

    Pour terminer sur une note positive, la radio chinoise vient de lancer un appel aux juifs (leurs descendants) qui ont trouvé refuge en Chine durant la 2ème GM, notamment à Shanghai, pour recueillir leurs témoignages. Beaucoup de ces 28 000 doivent leurs vies au Consul japonais en Lituanie (Juste parmi les Nations) Sugihara, qui leur a délivré des visas pour le Japon qui occupait une partie de la Chine à l’époque. Las chinois ont été plus accueillants que les japonais, d’après les témoignages.

    Am Israël Haï!
    Le peuple d’Israël vit!
    !עם ישראל חי

  14. Yaakov Rotil

    Tout cela étant dit, je pense que considérer Israël comme une réponse et une barrière anti-Shoah est vraiment très réducteur…

  15. Yaakov, d’une façon générale tout ce qui ne tombe pas pile poil dans votre optique sur le sujet est réducteur, dangereux, antidémocratique et que sais-je encore. Je salue votre façon d’accueillir les amis d’Israël, c’est ainsi que vous en agrandirez le cercle à n’en pas douter.

  16. Yaakov Rotil

    Ce n’est pas une question de « pile-poil », ni de « mon » optique. Quant à moi, je pense que la démocratie doit permettre à tous – donc à chacun, de discuter de façon calme, et donc, si c’est possible, sans ironie…

    C’est l’impossibilité d’exposer ses vues, ou le risque de les voir tournées en ridicule, qui est antidémocratique.

    Le projet (pro-jet) israélien est tout-à-fait original, singulier, il ne ressemble en rien à une « réserve à juifs ».

    Un jour, peut-être, je convoquerai Bergson et ses « lignes de faits » pour le montrer.

    Pour l’instant et particulièrement durant cette semaine de recueillement, je souhaite, pour ce fil de discussion, que les échanges restent dans l’argumentation et évite les sous ou sur-entendus sur de supposées intentions.

  17. Hé bien, il aurait été tout à fait bien venu que vous donniez l’exemple. J’éviterai dorénavant de m’aventurer sur vos fils, vous aurez tout loisir de vous y recueillir.

  18. Yaakov Rotil

    Je ne vois pas où j’ai donné le contre-exemple ?

  19. Guenièvre

    Tibor, on peut trouver que Yaakov ne met pas assez de rondeurs dans ses formules mais dire qu’une analyse « est réductrice » n’est pas une critique violente ni une offense.

    Je n’oublie jamais l’anniversaire d’Israël : je suis née la même année 🙂 !

  20. Averell

    Bibi,
    A propos de Shanghai, connaissez-vous les délicieuses gravures sur bois de David Ludwig Bloch ? Si vous vous mettez en mode « Image » sur Google vous en verrez de fort belles. Longue vie à Israël !

  21. Yaakov Rotil

    A. Quelques rappels historiques:

    * Les premières alyah modernes datent des années 1880 : avant donc l’affaire Dreyfus, laquelle n’est qu’un des déclencheurs du sionisme.
    * Mais, même auparavant, il convient de rappeler les témoignages de gens tels que Lamartine, Pierre Loti et bien d’autres qui indiquent que Jérusalem était peuplée majoritairement de juifs. En réalité, depuis deux mille ans, il y a toujours eu une population juive en eretz israël…
    * L’Israël moderne a ses premiers fondements dans la déclaration Balfour, puis dans le mandat britannique donné par la SDN aux fin d’y constituer le foyer national juif. C’est confirmé par les accords de San Remo (1922 ou quelque chose comme ça, je n’ai pas une bonne mémoire des dates précises).
    C’est donc bien avant la Shoah.

    Cela étant dit – et sans la moindre animosité de ma part vis-à-vis de qui que ce soit – il est clair que la Shoah a joué un rôle. Et comment un évènement d’une telle ampleur – qualitative et quantitative – n’en aurait pas joué ?

    Mais ne voir la création d’Israël que comme réponse à la Shoah me semble erroné du point de vue historique, mais aussi moral.

    Ce n’est pas pour rien que je fais les parallèles que j’ai proposés.

    J’invite par la tous les amis d’Israël à une réflexion.

    Dirait-on, par exemple, que l’Israël antique est simplement une réponse à l’esclavage en Egypte ?

    Mais alors on passerait par pertes et profit la victoire du monothéisme, et les lois recueillies sur le Sinaï ?

    Je crois – et j’invite ceux qui le veulent à réfléchir à cette question, mais n’oblige personne – que le rôle d’Israël dans l’Humanité n’est pas terminé. C’est dans ce sens que je dis qu’Israël n’est pas seulement une réponse à la Shoah et à l’antisémitisme.

  22. Bibi

    Skardanelli,

    SVP, ne laissez pas un énervement momentané détraquer votre jugement et votre compréhension.
    Il est tout à fait naturel que vous ayez une vision distincte de celle de Rotil (ou de la mienne – qui a ses similitudes et ses différences aussi), et je ne vois pas où la vôtre est contestée. Ce que Rotil vous signale est qu’Israël est plus que refuge/barrière: c’est aussi cela.
    C’est également (et pas exclusivement) une réponse juive aux actes et aux idéologies nazis: une revanche qui n’est pas la vengeance, mais la construction. Pas la mort mais la vie.
    Peut-être que le fait qu’aujourd’hui, deux pieds qui ont pu être sauvés du marronnier abattu d’Anne Frank poussent en Galilée et à Jérusalem, symbolise cette attitude.

  23. Bellar

    @Skardanelli, non seulement le retour à Sion n’a pas été décidé au lendemain de la Shoah , mais même avant Pinsker et les « Hovevei Sion » (Les Amants de Sion i) , Juda Halevi avait déjà prôné le retour à Sion en 1141.
    Comme vous pouvez le constater, la Shoah a accéléré un processus en marche depuis des centaines d’années…

  24. Bibi

    Je viens de la poster – mais c’est en modération.

  25. Il y avait aussi des amérindiens qui étaient persuadés que les visages pales disparaitraient grâces aux danses sacrées. Je n’ai aucun doute sur le fait que des sionistes croyaient pouvoir recréer un foyer national juif avant la Shoah, absolument aucun, comme je n’ai aucun doute sur la réalité de Wounded Knee et de la danse des esprits. Mais ce qui a effectivement déterminé la création d’Israël c’est malheureusement l’ignoble massacre. Libres à vous de croire le contraire.
    Quand à vous Bibi vous ne pouvez décidément pas vous adresser à quelqu’un sans être un peu méprisant, je ne pense pas que mon jugement soit détraqué pas plus que ma compréhension, ce qui a l’air de fonctionner chez vous c’est le gout de l’attaque personnelle.
    J’ai consacré pas mal d’énergie à ce site, ce genre de petite méchanceté m’est particulièrement désagréable.

  26. Il faudrait peut-être revenir dans le concret l’ami Bellar. Pourquoi pas au lendemain de la destruction du temple pendant que vous y êtes.
    Si il est vrai que ce fût une espérance permanente du peuple juif, se traduisant par le fameux « l’an prochain à Jérusalem », le souhait n’a commencé à se concrétiser politiquement qu’au 19ème siècle.
    Parce que à ce compte là, cela fait déjà quelques dizaines d’années que j’ai commencé à devenir milliardaire. J’espère que cela se concrétisera avant ma mort. Sinon mes descendants continueront d’espérer.

  27. Tibor,

    A mon sens la Shoah n’a pas déterminé la création d’Israël, elle a déterminé le vote des Nations – Unies en faveur de la création d’Israël.
    C’est important me direz vous, cela a donné une légitimité et une base légale d’entrée, et j’en suis d’accord. Mais cela aurait pu se produire plus tard à l’issue d’une guerre qui a de toutes façons eu lieu comme ce fut le cas pour de nombreux autres pays.
    L’Etat d’Israël aurait été créé de toute façon, le processus était largement enclenché et toutes les structures nécessaires au fonctionnement d’un Etat étaient déjà créées.
    Le vote a éliminé un opposant majeur, la Grande-Bretagne, qui en aurait fait voir de toutes les couleurs aux combattants juifs et vis versa. La Grande Bretagne n’a pu saboter le projet qu’indirectement grâce au vote de l’ONU, ce qu’elle aurait fait plus directement sans ce vote et sans la Shoah.
    Amitiés

  28. A une époque où tant d’objets artistiques n’ont de sens que pour une poignée se voulant au dessus de la masse, cette photo est effectivement exceptionnelle.
    Merci à vous deux de nous la faire connaître

  29. Kacyj,

    Je ne crois pas que ce soit suffisant. Le mouvement sioniste était loin d’être majoritaire dans la communauté juive et sans la Shoah, rien ne dit que l’immense majorité aurait préféré continuer de vivre dans des pays qui offraient plus de perspectives qu’un hypothétique état d’Israël. Comment Israël aurait-il pu mener les guerres qu’il a mené sans l’afflux de réfugiés ? Il y a là beaucoup de spéculations. Ce qui est sûr et certain par contre c’est que le sionisme s’est trouvé radicalement justifié par la folie nazie et que ce qui pouvait paraître comme une utopie à certains, est apparue comme une nécessité vitale.
    Si la réticence à admettre ce qui me semble une évidence vient de ce que le droit d’Israël à exister ne peut se fonder que sur cet unique évènement, je crois que c’est une erreur, une dramatique erreur. La seule justification d’Israël est la nécessité d’un foyer national juif (qu’on a même envisagé en Ouganda soit dit en passant), la Shoah est l’évidence de cette nécessité, l’antisémitisme qui monte dans le monde nous le rappelle.
    Amitiés à vous.

  30. Bibi

    Pardonnez-moi SVP l’apparente offense. Je voulais dire dérouté / off track (de votre jugement et de votre compréhension habituellement « corrects »). Aucun mépris, ni intention de nuire, il me semble que le reste du contexte est bien le contraire de la méchanceté.

    Quant au « motif déterminant » la déclaration d’indépendance d’Israël, il me semble qu’il serait plus judicieux d’évoquer plusieurs motifs ou facteurs combinés. La Shoah en est un des principaux. La fin du mandat aussi.
    Mais je vous rappelle d’une part les termes du mandat britannique (aider à construire un foyer national juif en Palestine) et, d’autre part, les tentatives incessantes de la part des arabes de la région de nuire à ce projet. La commission Peel (et l’idée de partage) a précédé la 2nde GM. Mais c’était en pleine 1ère Intifada – la Grande Révolte Arabe (1936-1939) dirigée par Amin al-Husseini, « résistant » aux autorités britanniques, aux sionistes, et éliminant ses rivaux arabes (pas assez pro-nazi et anti-sionistes).

    Encore pardon d’avoir employé le pas-bon mot.

  31. Mais enfin Bibi, que veut dire « correct » ? Ce qui va dans votre sens ? Je maintiens ma version incorrecte : « sans Shoah, pas d’Israël », les deux sont consubstantiels.

  32. Bien sûr Tibor, Nul ne peut refaire l’Histoire et savoir comment les choses se seraient passées sans ces années tragiques.
    Cependant, quelques remarques par rapport à votre commentaire concernant le peuplement d’Israël :
    1) de nombreuses vagues de juifs avaient fui l’Europe, de l’Est, bien avant la seconde guerre mondiale. Ce n’était pas la Shoah mais les pogromes étaient récurrents et suffisamment motivant pour quitter ces régions pour un projet utopique.
    2) La plus grande masse de population de ces pays est précisément celle qui est partie en fumée dans les camps.
    3) Entre 1945 et 1948, quelques milliers de survivants ont effectivement participé à la guerre d’indépendance, et beaucoup y sont morts
    3) Au terme de la guerre de 1948, la majeure partie de la population juive qui vivait dans des pays offrant de meilleures perspectives (Europe de l’Ouest et Etats-Unis) n’a pas rejoint Israël, pour confirmer ce que vous dites
    4) Le renforcement démographique de la population résulte de l’arrivée massive des populations juives résidant dans les pays arabes, ce qui serait arrivé quelle que soit la façon dont se serait constitué l’Etat d’Israël

    Dans les années suivantes, d’autres facteurs expliquent les vagues d’immigration mais on ne va pas refaire toute l’histoire.
    Il ne s’agit pas de réticence mais juste une volonté de remettre les choses à leur juste place.

    Superbe initiative pour le changement de la photo d’illustration (Faites tout de même attention aux histoires de droits).

  33. Bibi

    Skardanelli,

    L’idée maîtresse du sionisme est la fondation d’un état-nation juif sur la terre ancestrale de ce peuple.
    Il s’agit d’une aspiration vieille de plusieurs millénaires, en effet ravivée à plusieurs reprises par des vagues de persécutions ou des mesures oppressantes. C’est la volonté d’être maître chez soi au lieu de subir les desiderata des autres. C’était le sens du retour de Babylonie, et la construction du 2nd Temple à Jérusalem.

    La notion de refuge y est associée, mais pas identique. L’option ougandaise correspond à cette conception.

    On peut spéculer sur l’essor du sionisme « si seulement la Shoah n’avait pas eu lieu ». On peut aussi spéculer sur le nombre de pas-très-sionistes qui, se sentant en insécurité, auraient pu trouver refuge en Palestine si les quotas n’avaient pas été dramatiquement réduits, au mauvais moment. Toujours est-il qu’une grande part du million d’immigrés en provenance de l’ex-URSS dans les années 1990 sont devenus sionistes sur place.

  34. Bibi

    Les guillemets sont là pour signifier un consensus et non pas l’alignement sur mon opinion. Comme je le soutiens explicitement dans le texte que vous incriminez.

    Libre à vous de soutenir votre version de l’établissement de l’état moderne d’Israël. Libre à moi et à d’autres de soutenir d’autres avis, ancrés dans des faits et des connaissances des zeitgeits des différentes communautés juives, à divers moments.
    Attention tout de même, dans votre formulation vous faîtes de la Shoah une condition nécessaire et suffisante à l’établissement de l’état juif. C’est la base des thèses du type de celle d’Abbas.

  35. Bibi

    Mais Bellar a raison.
    Au cours des millénaires seuls des juifs individuels ont pu se rendre en Israël, pas toujours s’y installer – à moins que ce soit pour l’éternité (cf. Maïmonide à Tibériade). Les autorités sur place ne l’ont pas permis. D’autre part, même lorsque l’Israël antique existait, il y avait une diaspora.
    Et puis, l’idée même d’état-nation n’existait pas « depuis toujours ». D’ailleurs, elle n’est toujours pas ancrée dans certains esprits, comme le montre le « Printemps ».
    En effet, pour que l’idée prenne forme et se mette en œuvre, certaines conditions devaient être réunies, parmi elle la politique locale (en Palestine ottomane), le Printemps Européen, l’émancipation des juifs d’Europe occidentale, les possibilités ouvertes en Amérique, etc. pour qu’advienne l’idée de cette résolution du « problème juif » qui, lui, était archi-connu.

  36. Bellar

    Juda Halevi s’est rendu en Palestine,malheureusement il serait mort aux portes de Jérusalem sous les sabots d’un cavalier arabe . Pour beaucoup cela n’est pas resté un voeu pieux, ni un rituel de Pessah.
    .
    Je citais Juda Halevi à titre d’exemple, pour démontrer que le retour à Sion effectif n’était pas une idée surgie du chapeau au 19 ème siècle.

  37. Averell

    @ La Shoah a accéléré la fondation (la re-fondation plus exactement) de l’État d’Israël mais elle ne l’a pas fondé, c’est un point essentiel me semble-t-il. Un grand monsieur faisait remarquer avec finesse et tristesse que la Shoah n’avait pas fondé Israël : un État ne s’édifie pas avec des cendres… Par ailleurs, la présence juive a été continuelle en «Palestine» (notamment autour du lac de Tibériade, à Safed et à Jérusalem) avec un plus bas niveau… au cours de la présence chrétienne.

  38. Bibi

    Le bd. périphérique de Tel Aviv, ce matin

  39. Averell

    @Bibi,
    J’aurais aimé être à Tel Aviv pour me joindre à cette émotion. Ma femme et moi-même l’avons fait au même moment devant la belle synagogue de Gibraltar, The Flemish Synagogue. La Méditerranéen nous unissait….
    Pour vous, une photographie prise ce matin.

  40. Bibi

    Merci Averell,

    C’est un moment pénible où, même entouré, on est seul avec les pensées, les images, les souvenirs qu’on ne peut oublier, le sens du devoir rendre la vie meilleure, …
    Ce matin vous étiez comme Yéhouda HaLévi: « Mon cœur est à l’est et je suis au fin fond de l’ouest ».

  41. Bibi

    Il y a qq heures, sur le mur Facebook d’un groupe affilié aux « indignés » de Wall Street

    Je vous épargne les caricatures iraniennes. Encore plus indécentes.

  42. Sophie

    Hééééé, y en avait en face qu’ont continué à rouler!
    Toujours se méfier des gens d’en face!

    Je plaisante Bibi, mon coeur est à vos côtés. J’espère que tu le sais.

  43. plantigrade69

    Tibor,
    je vous comprends.
    Il semble que l’ami Rotil ait déjà pris la façon d’être des sabras (les juifs nés en Israel. Sabra: figue de barbarie, piquant dehors, doux dedans), soit un manque de rondeur. Et je dois dire qu’étant dans la disapora, j’ai eu le même réflexe que vous, mais je vous en prie, n’en tenez pas compte, il n’y a pas de mauvaise intention, j’en suis sûr, juste un style direct.
    Ca me rappelle la blague…
    Une famille de juifs s’est installée en Israel et après une année, ils rencontrent d’anciens amis français. Ces derniers demande au père:
    « alors comment ça se passe?
    – Ben, je me débrouille mais j’ai du mal en hébreu, je ne sais dire que « slirha » (pardon) et « toda » (merci).
    – Ah? Et tes enfants?
    – Oh! eux c’est devenu de vrais Israéliens, ils savent tout dire, sauf « slirha » et « toda »! »

  44. Bibi

    J’attends le s/titrage en anglais du dernier « Latma News » pour vous faire entendre la prononciation en hébreu Sabra de SliHa.

    Je vous en prie,
    Bibi Ze Sabra.

  45. Bibi

    J’étais certain que quelqu’un allait le remarquer.
    (Ils ont fini par s’arrêter).

    Bibises!

  46. Deux juifs TROIS synagogues

  47. plantigrade69

    Todah Bibi! :o)

  48. Souris donc

    Rotil, votre connaissance directe et pointue nous apporte les nuances qui manquent et les compléments d’information historique.
    On demande l’indulgence. Rapport au contexte d’information constamment biaisée, où certaines choses font dresser l’oreille mais d’autres sont intégrées parce que notre esprit critique ne dispose pas des éléments nécessaires.
    La Claims Conference (indemnisations aux survivants, versées par l’Allemagne) :
    j’ai lu qu’Israël avait préféré utiliser cet argent pour la création d’un musée de la Shoah. Que cette décision était contestée. Maintenant on lit qu’il y a un additif prévoyant de verser des retraites.
    Est-ce que ça signifie que les survivants, en Israël ont abandonné leurs droits au profit du Musée, mais que ceux de la diaspora non ?
    http://www.claims-conference.de/
    Avez-vous des informations ? Rotil, ne me rabrouez pas.

  49. Bibi

    Hier, les passagers d’un vol Tel-Aviv – Eilat (prévu à 9h45) ont forcé le commandant de ne décoller qu’après la sirène, pour qu’ils puissent respecter le moment debout, comme il se doit.

  50. Eh bien, L’Ours, on en apprend des choses !
    Bonne journée à tous.

  51. Bibi

    Ça veut dire que depuis les accords de compensation israélo-allemands, les gouvts. israéliens ont géré l’argent selon leurs priorités. Les survivants qui devaient recevoir des pensions via les institutions israéliennes (contrairement à ceux qui les recevaient directement d’Allemagne) n’ont pas été consultés.
    Mais il y a/avaient aussi des survivants qui ont refusé ce « marchandage » (et boycotté, à titre individuel/personnel tout produit allemand).
    Avec le temps, il y a d’une part une bureaucratie digne de l’UE qui rend l’accès aux droits très « problématique » et, d’autre part, une population vieillissante et de plus en plus souffrante, à la fois par l’âge et à cause des sévices subis durant la guerre, dont les besoins doivent être pris en charge, au moins partiellement, par ces fonds.

  52. Bibi, Bellar,
    Tout dépend de quel point de vue l’on se place. L’homme a toujours voulu volé mais on ne pourrait dire que l’histoire de l’aviation remonte à Icare, ni même à Léonard.
    Du point de vue du projet concret, la renaissance d’Israël commence au 19ème avec la fixation d’un objectif et d’un horizon comme le rappelle l’Oiseau, 5 ans ou 50 ans, ce qui n’enlève rien au fait que la volonté de retour présente dans l’histoire juive ait contribué à la réussite du projet. Mais il s’agit d’initiatives individuelles et non d’un projet politique qui nécessitait, comme vous le rappelez Bibi, tout un ensemble de conditions. Autrement, de mon point de vue, vous validez la thèse d’un Israël né des cendres de la Shoah.

    L’oiseau,
    Très bon texte que celui de la député. Il va exactement dans le sens de ce que je voulais dire à Ska.

  53. Cela a commencé vraiment fin XIX° dé »but XX°
    Petit survol
    Pour la partie politique je conseille la lecture de  » l’alliée oubliée  » de P Van Passen passionnant.
    Je l’ai trouvé chez un bouquiniste sur les quais

    La Shoah a certes permis d’accélérer la création d’un État juif, qui aurait vu le jour tôt ou tard.

    A partir du Premier Congrès de Bâle en 1897 début du processsus menant vers la création d’un État juif

    Déclaration Balfour novembre 1917 Foyer juif sur la Palestine d’alors sur les deux rives du jourdain

    1920 les alliés attiribuent aux Britanniques un mandat sur la Palestine dcomprenant ce qui correspond à l’État d’Israël actuel, la Cis-jordanie ; la Jordanie et la bande de gaza

    1923 Premier coup de canif ,partition en deux régions : Palestine et Transjordanie offerte à l Émir Abdallah pour services rendus à l’Empire britannique

    ,
    Mise en place des organes de la souveraineté

    Ben Yehouda -1858 – 1922 renaissance de l’Hébreu

    1901 KKL ( Fond national juif ) chargé de racheter la Terre. Distribution dans tous les foyers juifs de Monde de la petite boîte bleue. Il y en avait chez mes parents, et que nous remplissions au gré des fêtes et réjouissances de toutes sortes
    http://www.kkl.fr/La-boite-bleue-uid519.html

    1909 Fondation de Tel-Aviv

    Haïfa devient le port commercial et passagers a la place de Jaffa
    1920 Haggana crée en remplacement de la Légion juive ayany combattu auprès des britanniques. Puis en 1939-1945 legion juive ayant combattu en Lybie aux côtés des brigades du général Koening qui lui rendit un hommage sur le champ de bataille.
    Chaque année au mois de mai les survivants viennent à Paris réanimer la flame du soldat inconnu
    1920 Histadrouth puissant syndicat
    1924 le Technion veritable École polytechnique
    1925 Université hébraïque de Jérusalem
    1929 Agence juive se transformant en véritable gouvernement
    etc…
    Dès la fin de la seconde guerre mondiale le futur état dispose de toutes les structures propres à un état moderne

    Ce n’etait plus qu’une question de temps.

  54. Bibi

    @kacyj1

    Excusez-moi (SliHa 😉 ), je ne comprends pas ce que vous voulez dire par

    Autrement, de mon point de vue, vous validez la thèse d’un Israël né des cendres de la Shoah.

    La volonté est pluri-millénaire. Les moyens et les conditions pour sa mise en œuvre sont plus récents. Tout comme le retour de l’exil Babylonien.

    En effet le texte de Wilf va dans le sens des arguments de Rotil, d’Averell, du vôtre, et du mien. Et contre l’affirmation d’Oiseau’le (2 juifs 3 synagogues): une fois n’est pas coutume!

    p.s.
    Un récent article d’Haaretz (« curieusement » pas traduit en anglais) raconte un projet impliquant la fac. d’aéronautique du Technion de Haïfa, où l’on étudie les mécanismes de vol d’insectes volants (on a même mis des criquets dans des tunnels d’air), dans le but de les contrôler via des puces qu’on leur implante. Forward back to Leonardo 😉

  55. Averell

    Un beau texte d’Arnold Lagémi sur CYBERSION (du 20 avril 2012) : « L’identité d’Israël : foudre et colombe ! »

  56. Bellar

    kacyj1, Tibor
    Comme l’a écrit Bibi, les conditions politiques n’étaient tout simplement pas réunies.

    Je récuse totalement la justification de la création d’Israël comme étant la conséquence de la Shoah : cet argument est exactement celui que nous servent les palestiniens en renvoyant de surcroît la responsabilité sur les Allemands et les Chrértiens, alors que tout le monde sait que le grd mufti al Husseini grand admirateur d’Hitler a joué un rôle dans la réalisation de la solution finale.
    Le vote des Nations a en effet validé la création de l’état, mais le livre Blanc lui est déjà antérieur à la Shoah.

    Par ailleurs je rejoins entièrement Yaakov Rotil qui va même plus loin en nous invitant à dépasser cet aspect historique :
    « Je crois – et j’invite ceux qui le veulent à réfléchir à cette question, mais n’oblige personne – que le rôle d’Israël dans l’Humanité n’est pas terminé. C’est dans ce sens que je dis qu’Israël n’est pas seulement une réponse à la Shoah et à l’antisémitisme ».

  57. Je ne remets pas en cause la volonté pluri-millinéraire Bibi.
    Je veux simplement dire que si vous n’ancrez pas la construction de l’Etat d’Israël dans un projet réel, politique, concret, conduit par des hommes qui s’organisent pour atteindre cet objectif, qui vouent leur vie à ce seul objectif, qui oeuvrent pour convaincre les leurs de participer au projet et convaincre les puissants de ce monde de les aider à mener ce projet alors vous ouvrez la porte à l’explication de la création d’Israël par la seule Shoah. Et le rappel des dates par l’Oiseau montre l’émergence et le développement du projet Israël.
    Mais bien sûr que toutes nos interventions se complètent.

  58. Averell

    Comment peut-on penser qu’Israël soit «née des cendres de la Shoah» ? Certains se servent de ce mensonge comme d’une arme de propagande (voir «les Palestiniens») ; d’autres le croient sincèrement tout en aimant Israël. Je vais passer pour un donneur de leçons, mais n’ayant pas l’habitude de taire ce que je pense quitte à me mettre tout le monde à dos, je répète que s’installer sur cette conclusion est une manière tantôt délibérée tantôt involontaire de nier des millénaires de spiritualité et d’histoire juive.

  59. ben oui les conditions ! C’est ce qui fait la différence

  60. Bibi

    Quelques compléments:
    Le premier « congrès de toutes les unions sionistes de Roumanie pour la colonisation d’Eretz Israël a eu lieu à Focsani le 30 décembre 1881. Ce congrès, le premier dans son genre, a eu lieu 16 ans avant le premier Congrès de l’Organisation sioniste mondiale organisé à Bâle en 1897 et a eu une grande influence sur les juifs de Roumanie. (source:wiki, mais j’en ai d’autres)

    A la page 19-21 de cette édition de « Haifa » par Sir Lawrence Oliphant, datant de 1886, vous trouverez une description assez hilarante des débuts de la fondation de Zichron Yaakov (ultérieurement dénommée ainsi, les terres ayant été rachetées par le Baron de Rothschild et le village nommé d’après son père).
    http://www.onread.com/fbreader/1357534/

    1870 – Fondation de l’école agricole Mikvé-Israël
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mikvé-Israël
    (C’est a l’entrée de cette école que Herzl rencontra le Kaiser Wilhelm II en 1898)

    -Petah Tikva (fondée en 1878), Rishon LeZion (fondée en 1882) comme Rosh Pina, Gedera (fondée en 1884) sont parmi les villages (certains sont devenus villes) établis avant le congrès de Bâle.

  61. Bellar

    On pourrait dire pour ceux qui ne savent pas l’hébreu que le « sliha » se prononce un peu comme la « jota » espagnole : « slija », ou « slkha », quand on translittère le hète on peut mettre « kh » à la place…

  62. Bibi

    Ça y est, on ouvre la 2ème synagogue! 😉

    Le sionisme a comporté plusieurs courants, plus ou moins contemporains, dont certains ont été plus rapides que d’autres dans la mise en œuvre. Et là aussi, la conjoncture géopolitique a bénéficié en quelque sorte aux uns plus qu’aux autres. Dans les compléments postés (en attente de modération) à la suite du rappel de l’Oiseau, les relations Russie-Roumanie-Turquie ont permis l’émigration et l’installation des sujets juifs en territoire ottoman (tout comme les ottomans ont déplacé des populations musulmanes des Balkans, du Caucase, par ex. en Palestine).

    Je ne vois absolument pas en quoi l’évocation des initiatives pré-herzliennes ouvre la porte à l’explication de la création d’Israël par la seule Shoah. Et la volonté joue un rôle premier. « Si vous le voulez, ce ne sera pas qu’un rêve » dixit Theodor (Benjamin Zeev) Herzl.

  63. plantigrade69

    Le vrai élément qui a déclenché le concept du sionisme politique (je ne parle pas du retour à Sion biblique) chez théodor Herzl, ce fut l’affaire Dreyfus.
    La shoah ne fut que la preuve que l’idée d’un foyer national juif était nécessaire et évidente.

    J’ajoute qu’à chaque fois que l’on dit: « les juifs se sont établis en Palestine » cela ajoute de la confusion chez ceux qui ne connaissent pas l’histoire car leur premier réflexe est de se dire: »mais alors c’est vrai, ils sont chez les Palestiniens »!

  64. Bibi
    La troisième sur la mer SVP du côté de Gordon par exemple

  65. Bibi

    Selon certains historiens israéliens (pas post-sionistes), il semble que l’affaire Dreyfus n’a pas eu un si grand impact sur Herzl*. Quoi qu’il en soit, n’oublions pas que Leo Pinsker publia son <Auto-émancipation en janvier 1882 (en allemand d’abord).

    Vous avez entièrement raison à propos de « la Palestine ». Pour ma part, je précise soit Palestine mandataire soit ottomane (il faudrait peut-être que j’emploie Syrie-Palestine, comme cette province était appelée).
    ___
    *Sholom Aleichem a écrit une délicieuse nouvelle sur les gens de Kasrilivke, un village imaginaire en Yiddishland, et l’excitation que l’affaire a porté chez eux.

  66. Bibi

    ????
    No capisco!

  67. plantigrade69

    C’est vrai Bibi, et on ne connait pas assez Leo Pinsker.
    Ah! Si « on » s’était établit en Amérique, que resterait-il comme prétexte aux arabes?

  68. Bibi

    Aux intéressé(e)s germanophones – AUTOEMANZIPATION
    http://ldn-knigi.lib.ru/JUDAICA/LPinskA.htm

  69. Bibi

    Pinsker « préface » son pamphlet par le précepte de Hillel le vieux (Si je ne suis pas pour moi-même qui le sera? Et si ce n’est pas pour tout de suite, c’est pour quand?)
    Il analyse la situation des juifs en diaspora comme résultant de la judéophobie qui s’exprime par l’antisémitisme. Il ne croyait pas que l’antisémitisme allait disparaître, ni que l’émancipation (égalité des droits) des juifs allait modifier leur perception en tant qu’étrangers. C’est pourquoi il prône l’auto-émancipation: à nous de nous libérer par et pour nous mêmes. Pour ce faire, il prône la prise de conscience de la facette nationale du judaïsme, l’organisation, le « Lobbying » auprès des puissances pour récolter acceptations et fonds afin de bâtir un état juif.
    Bien qu’il préférait que l’état juif soit bâti en Israël, du fait du lien historique et spirituel, il ne s’opposait pas à ce que l’état voit le jour ailleurs.

  70. La troisième synagogue

  71. Ci- dessous Autoemancipation de Pinsker pour le meme prix – réactualisé – que celui de l’agneau  » achète par mon père  » 🙂

    http://recherche.fnac.com/Search/SearchResult.aspx?SCat=2%211&Search=Léo+Pinsker+Autoemancipation&sft=1&submitbtn=Ok

  72. Bibi

    Aha!
    En fait, quand j’ai vu pour la première fois la pyramide inversée au Louvre, j’ai tout de suite pensé que Borochov a enfin eu ce qu’il voulait!

  73. Bibi

    Je recommande à tous de se précipiter au 35, rue Cambon à Paris.

    On ne sait jamais combien de temps cette plaque va rester là.

  74. Bibi

    @plantigrade,

    Chose promise – chose due! SliHa à 4:31.

    Enjoy!

  75. Averell

    Un grand analyste de la vie juive et de l’antisémitisme, Theodor Solomon Wistrich, auteur d’une oeuvre très vaste et en particulier d’une étude sur Theodor Herzl. Le blog «Philosémitisme», probablement le meilleur blog chrétien (protestant) francophone défenseur d’Israël (dénué de tout prosélytisme) le relaie volontiers. Certains dossiers PDF (en anglais) de cet universitaire sont disponibles sur Internet. A lire.

  76. Merci Bibi. Excellent le benchmark des forces antiémeutes.

  77. Bibi

    @plantigrade,

    Durant les années 1920-40, il était courant de se référer à la Palestine comme l’état-en-devenir juif.
    Quelques exemples:

    – Eddie Cantor enregistre en 1920 « Lena from Palestina »

    – Palestine Pavilion, Exposition Coloniale Internationale, Paris 1931.

    (Notez l’inscription bilingue, en hébreu et en arabe)

    – Pavillon d’Israel en Palestine, Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne, Paris, 1937

    (inscription en hébreu seulement)

    L’entrée

    – 1939 NY World’s Fair – Jewish Palestine Pavilion
    http://www.1939nyworldsfair.com/worlds_fair/wf_tour/zone-2/jewish_palistine.htm

    http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/dgkeysearchdetail.cfm?trg=1&strucID=1800366&imageID=1676403&parent_id=1785285&word=&snum=0&s=1&notword=&d=&c=&f=&k=0&sScope=&sLevel=&sLabel=&total=45&num=0&imgs=20&pNum=&pos=19&print=small

    Memorial to those who gave their lives for the Jewish homeland

  78. Guenièvre

    J’ai appris très récemment qu’il y avait eu une République juive créée en Sibérie par Staline pour de mauvaises raisons évidemment.

    http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Birobidjan-Dans-l-Etat-yiddish-de-Staline-373750/

  79. plantigrade69

    Bibi,
    תודה רבה
    😮

  80. Bibi

    A votre santé!
    !לבריאות

    Et il y a encore en attente de modération.

  81. Bibi

    C’est de ce blog qu’il s’agit?
    http://philosemitismeblog.blogspot.fr/

    Je n’y trouve pas de « relais » pour Wistrich (ce n’est pas Robert?)

  82. Averell

    @ Bibi,
    Oui, il s’agit bien de ce blog, Philosémitisme. Et il s’agit bien de Robert (et non Theodor) Solomon Wistrich, pardonnez-moi l’erreur !

  83. Eden

    Bibi : cette expo coloniale en 1931 dans laquelle ont voit un pavillon sur lequel il y a une inscription en hébreu, cela voulait-il dire qu’il y avait une sorte de reconnaissance de facto d’un état embryonnaire juif en Palestine ?
    En sais-tu d’avangage ? Merci

  84. Eden

    Je confirme : philosemitisme est le meilleur blog du net. Aucun égo, juste des rapports étayés, sans concession. J’en suis une inconditionnelle lectrice.

  85. Eden

    Déjà à cette époque se profilait un futur état juif bien plus présent et plus dynamique que la multinationale de ramassage de fonds qu’est devenue l’OLP.

    Essayez de vous procurer le livre de P. Van Passen  » l’alliée oubliée » paru en anglais en 1943 et traduit en 1946 ou 47.
    Un reportage vivant et passionnant sur le futur état : participation incontournable à l’effort de guerre,et deja réalisations dans tous les domaines, révélations sur les travaux de Sykes et Picot etc.
    Et un hommage vibran au futur Etat d’Israël

  86. Bibi

    @Eden,

    Difficile à dire pour 1931, c’est quand même une expo coloniale. En revanche, pour l’expo internationale des arts et techniques de 1937, il semble que c’est plutôt oui.
    http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/fr/archives_photo/visites_guidees/expo_1937.html

  87. Bibi

    Sur le plan de l’expo de 1937, à l’angle de la rue Le Nôtre et du Bd. Delessert, est indiqué « Terre d’Israël ».
    http://lartnouveau.com/art_deco/expo_1937/plans/plan04.htm

  88. Eden

    Fantastique ! Merci Bibi : « Pavillon d’Israel en Palestine » en 1937. Je vais encore explorer tes pistes.

    Merci loaseau bleu : je vais m’empresser d’acquérir ce bouquin. Je parie que le Averell va le faire aussi…copieur… 🙂

    En fait, tout ceci démontre bien que c’était un fait accompli alors pourquoi ce blocus en 1939 de la part des britanniques ? Blocus mortel.

    Je ne sais si parmi vous il y en a qui ont regardé cette infâme merde qui passait hier sur ARTE : « le serment ». Je suppose que vous savez déjà combien ce film a suscité comme polémique (parfaitement justifiée).
    Or, l’auteur de ce brûlot antisioniste (pour être politiquement correcte) était en même temps sur le site de ARTE pour chatter pendant la projection de son déchet.

    Evidemment je m’y suis rendue pour aller voir de quoi allaient causer les télespectateurs.
    Quelle corrida ! Tous les muz de France se sont pointés pour encenser le brave Kosminsky ! Ils n’avaient pas assez de mots (en ont-ils seulement ?) pour lui dire combien son « œuvre » était magnifique et j’en passe.

    Très peu de questions vraiment sinon par quelques rares personnes comme moi. « est ce le Hamas qui a pondu vos dialogues ? ». Il l’a pas aimé le Kosminsky. « Oh Eden avec un si doux nom vous devriez songer à aller sereinement au Paradis ». « Euh…non lui ai-je répondu, j’ai pas 72 vierges qui m’attendent… »

    ARTE a encore changé son fusil d’épaule. Est ce du au départ de Jérôme Clément ? Je crois que oui. Autre direction autre mœurs. On repart dans le cycle infernal où tous les documentaires à charge contre Israël vont être dument repassés en boucle. Je m’attends à « Djénine Djénine » sous peu.

  89. Eden
    Sur le site du frere de nathalie KM
    Il en reste deux grouillez -vous
    6 et 15 €

  90. kravi

    Blood’n guts : une fois de plus je ne suis plus averti des commentaires.

  91. Averell

    Pour faire suite au courrier de Bibi (avec photographie d’une jeune femme plutôt mignonne, Elinor Joseph) :
    http://pourconvaincre.blogspot.com.es/2010/08/la-diversite-de-tsahal.html

  92. Bibi

    Merci Averell!
    Voici pour vous des images de Tel Aviv à travers les âges:

    Souris et d’autres mélomanes trouveront le « trio » Bernstein-Stern-Tortelier (aux alentours de 50 min.) sympa., je pense.

  93. Bibi

    En fait, le film ci-dessus rejoint aussi le post de l’Oiseau: l’infra-structure institutionnelle, industrielle, culturelle et matérielle (routes, chemins de fer etc.) était, vers la mi-fin des années 1930, largement prête pour la constitution d’un état indépendant (hormis les services de police et d’armée, assurés par l’autorité mandataire).

    La commission Peel (je cite le résumé du rapport, 1937) constate:

    « The Jewish National Home is no longer an experiment. The growth of its population has been accompanied by political, social and economic developments along the lines laid down at the outset. The chief novelty is the urban and industrial development. The contrast between the modern democratic and primarily European character of the National Home and that of the Arab world around it is striking. »

    « Crown Colony government is not suitable for such a highly educated, democratic community as the National Home and fosters an unhealthy irresponsibility.

    The National Home is bent on forcing the pace of its development, not only because of the desire of the Jews to escape from Europe, but because of anxiety as to the future in Palestine.

    The Arab population shows a remarkable increase since 1920, and it has had some share in the increased prosperity of Palestine. Many Arab landowners have benefited from the sale of land and the profitable investment of the purchase money. The fellaheen are better off on the whole than they were in 1920. This Arab progress has been partly due to the import of Jewish capital into Palestine and other factors associated with the growth of the National Home. In particular, the Arabs have benefited from social services which could not have been provided on the existing scale without the revenue obtained from the Jews. »

    « The extent to which the Jews have taxed themselves for education is one of the best features of the National Home; and such « self-help » deserves all support; but it should not be given by altering the present proportion between the grant to the Jews and the amount spent on the Arabs; it should result from an increase in the total expenditure on education.

    The contrast between the Arab and Jewish systems of education is most striking at the top. The Jews have a university of high quality. The Arabs have none and the young intelligenzia of the country are unable to complete their education without the cost and inconvenience of going abroad. »

    « The Arabs of Palestine, it has been admitted, are as fit to govern themselves as the Arabs of Iraq or Syria. The Jews of Palestine are as fit to govern themselves as any organized and educated community in Europe. Yet, associated as they are under the Mandate, self-government is impracticable for both peoples. »

    http://unispal.un.org/UNISPAL.NSF/0/08E38A718201458B052565700072B358

  94. Averell

    @Bibi,
    C’est exactement ce que dit Yaacov Shavit dans son excellent livre «Tel Aviv, Naissance d’une ville 1909-1936». Tel-Aviv fonctionnait comme une Ville-État bien avant la fondation officielle de l’État d’Israël en 1948.

  95. Ha tsippor toujours raison 🙂

  96. Bibi

    Oui, mais c’est plus vivant en film.
    Et je ne sais pas si vous avez connu certains endroits comme le cinéma Mougrabi ou la place Zina Dizengoff, ou l’ancienne promenade en bord de mer, l’ancienne gare routière, le zoo, qui ne sont plus ou plus pareils.

  97. Eden

    Bibi lorque tu écris « , les relations Russie-Roumanie-Turquie ont permis l’émigration et l’installation des sujets juifs en territoire ottoman (tout comme les ottomans ont déplacé des populations musulmanes des Balkans, du Caucase, par ex. en Palestine ».

    Dans quelles proportions pour la Palestine ?
    D’autre part, certains historiens se sont penchés sur les manipulations de l’UNRWA et beaucoup dénoncent l’arrivée massive d’arabes pauvres envoyés par leurs souverains d’origine en Palestine afin d’être comptabilisés dans le secteur Palestinien et ainsi jouir des privilèges que l’ONU attribuaient via l’UNRWA à ces « réfugiés ».
    A-t-on un ouvrage sur la question ? Merci

  98. Eden

    Ah juste pour le fun aussi : authentique. Relaté dans le Washington post : LE TERRORISTE LE PLUS CON DU MONDE !

    Un commandant taliban s’est présenté à un poste de police pour demander la prime promise… pour sa propre arrestation.

    Un commandant taliban, visé par un avis de recherche de l’armée américaine, s’est rendu aux forces de l’ordre en espérant toucher la prime promise pour sa propre arrestation, rapporte le site du « Washington Post ».

    La semaine dernière, Mohammad Assad, commandant des talibans pour la province de Paktita, s’est tout simplement présenté à un check-point de la police dans le district de Sar Howza avec une affiche détaillant son avis de recherche.

    Espérant toucher la prime de 100 dollars promise pour toute information permettant sa capture, le cadre taliban a immédiatement été interpellé par des policiers afghans médusés. L’homme a ensuite été transféré aux forces américaines, toute aussi perplexes face à ce dangereux terroriste venu réclamer sa prime à ses ennemis jurés.

    « Oui oui, c’est moi! »

    « Nous lui avons demandons : ‘Est-ce toi ?’ », en lui montrant l’avis de recherche, raconte un des soldats. Ce à quoi Mohammad Assad aurait répondu avec enthousiasme : « Oui, oui, c’est moi ! Je peux avoir ma récompense maintenant ? ». Il a finalement fallu avoir recours à un scanner biométrique pour convaincre les soldats américains qu’ils étaient bien en face de, sans doute, le terroriste le plus bête du monde.

    Mohammad Assad, qui est désormais emprisonné, était recherché pour avoir participé à l’organisation de deux attaques contre les forces de sécurités afghanes.

    Poilant non ?

  99. Ça fait pléonasme tout ça !
    Mon bouquin en vente sur office ministre.com

  100. Eden

    OH LA MINE D’OR !!! Je n’en reviens pas : The Spielberg Jewish Film Archive !!!
    T’es un shaytan le Bibi ! 🙂
    Oh le rêve !!!!!! tout ce que j’aime et le Averell il va baver de plaisir…si si…

    MERCI A DONF LE BIBI !!!!

  101. Eden

    J’ai vu l’oiseau bleu ! Depuis deux jours je l’ai commandé ! Yes !

  102. kravi

    quel bouquin, le Pinsker ?

  103. Averell

    Je n’ai pas connu ce Tel Aviv. Mais j’ai rêvé et rêve encore devant les images de cette «Ville blanche», cette ville Bauhaus. David Ben Gourion était mort depuis longtemps lorsque j’ai visité sa maison, mais j’ai pu méditer dans son immense bibliothèque et caresser la reliure de ses livres. J’ai pu méditer dans la chambre où fut assassiné Abraham Stern. Et, surtout, j’ai pu déguster des soupes et des pains magnifiques dans le quartier de Florentine, mon préféré.

  104. Averell

    @Bibi
    Le film que vous avez mis en ligne le 22 avril (du « Spielberg Jewish Film Archive », The White City) est une merveille. I thank you so much.

  105. Non  » l’alliee oubliee  » de P. Van Passen paru en 1943 et traduit en 45 ou 46 et riche en revelations sur la diplomatie a l’epoque et surtout la participation formidable du yishouv au cours de la seconde guerre mondiale
    En vente sur priceminister.com

    Le Pinsker est en vente sur amazon.fr ou au Memorial de la Shoah a Paris rue geoffroy lasnier

  106. Bibi

    Eden me demande le proportions d’émigration/déplacement de population de musulmans ont été autorisées ou initiées par les turcs en « Palestine ».
    Ma réponse est:
    a. Proportions inconnues;
    b. Quelle « Palestine »? Cette appellation se réfère à un ensemble de provinces ottomanes comportant les actuelles Syrie, Liban, Jordanie, Israël, Gaza…
    Les circassiens (du Caucase), par exemple, fuyant la répression russe en 1878, sont dispersés dans tous ces territoires. Mais il y a aussi des libyens, des algériens (souvent nommés « Moughrabi » – maghrébins) fuyant la France en 1830, des turkomen, des bosniacs (souvent nommés Boushnaki), bien-sûr des égyptiens (souvent nommés al-Masri) soit fuyant des conscriptions soit déplacés par Mohamad Ali (1831-40), des soudanais et des éthiopiens (en partie emmenés en tant qu’esclaves), des kurdes, etc.

  107. Bibi

    Je viens de lire le rapport de la commission Peel.
    Plus de 400 pages, plusieurs passionnantes.

    Par rapport à l’émigration, on trouve p. 283 les conditions draconiennes sous lesquelles les autorités mandataires étaient prêtes à examiner l’adéquation de chaque juif, dans le quota défini annuellement, à faire partie du « Foyer National Juif » dont ils avaient la charge de « faciliter la création ».

    Des données relatives à l’émigration non-juive (surtout d’arabes du voisinage), les autorités mandataires ne disposent pas de chiffres, mais d’explications sur les usages pré-mandataires d’absence de frontières et de contrôles entre les différentes parties de la province ottomane (p.291).

    Ceci, tout en répétant à plusieurs reprises l’affirmation de W. Churchill (en qualité de Ministre des Colonies) que les juifs s’installent en Palestine mandataire « de droit et pas en tant que tolérance ».

    Page 329, les conditions nécessaires à l’acquisition de la nationalité palestinienne sont exposées.
    Les doléances de certains sujets ottomans qui se sont retrouvés au moment de la conquête britannique loin de chez eux mais qui seraient éligibles à la nationalité palestinienne sont examinées. Les recommandations de la commission à ce sujet sont instructives.

    http://unispal.un.org/pdfs/Cmd5479.pdf

  108. kravi

    Pour ceux que cela intéresserait et qui auraient peu de temps, le site J. forum vient de mettre en ligne : « la grande histoire du sionisme » en quatre parties. Cela représente environ 70 pages.
    Première partie : http://www.jforum.fr/mot/sionisme-29285

  109. Bibi

    La lecture du rapport Peel est extrêmement instructive, y compris pour déchiffrer certaines attitudes contemporaines.
    Le récit du rapport (après une belle introduction affirmant l’attachement des juifs à leur terre ancestrale et une analyse du sionisme), fait part d’un réveil du nationalisme arabe au milieu du 19ème, réprimé par le régime ottoman. Ce dernier, en se joignant aux allemands en 1914, présentait d’une part le danger que la Syrie devienne une base d’attaque du canal de Suez et, d’autre part, que le Califat utilise son prestige dans une tentative de lever tout l’islam contre les alliés dans un Jihad (les termes figurent p. 16-17).
    Pour contrer le premier danger, des troupes furent concentrées en Égypte. Et pour contrer le second, les britanniques ont ouvert des négociations avec Hussein Sherif, l’Émir de la Mecque, qui nourrissait des idées indépendantistes à l’égard des ottomans.
    Non seulement on lui promit l’indépendance mais, compte-tenu de l’avancée des forces alliées, à la suite des accords (secrets jusqu’en 1917) Sykes-Picot, les alliés ont « rallié » les révoltés syriens avec des promesses d’indépendance, et une participation active de l’Émir Sherif dans la guerre (cf. Lawrence « d’Arabie »), en contrepartie de laquelle il lui fut promis des territoires que ses troupes auront aidé à libérer du joug ottoman.

    Et voilà que la série de malentendus a commencé. L’Émir avait compris qu’il gagnerait la Syrie ottomane (c-à-d la région dans sa totalité), en dépit de plusieurs clarifications britanniques qui lui assuraient que certains territoires (la Palestine mandataire) n’étaient pas inclus dans l’offre. Pour l’apaiser davantage, la Trans-Jordanie fut offerte à son fils, l’Émir Abdallah, en 1920.
    Les arabes se sont révoltés contre la séparation de la Palestine mandataire de la Syrie (mandataire également, de la France), ainsi que la désignation – conformément à la déclaration Balfour – de la Palestine mandataire (ou d’une partie) à devenir le foyer national juif. Et la persistance arabe à réclamer des droits qui lui auraient été promis, jointe à la menace parfois mise à exécution de se révolter, a justifié la suite des concessions (pas seulement territoriales) faites par l’Empire britannique pour apaiser la rage arabe.

    Ceci, tout en reconnaissant la justice morale inhérente à l’engagement de « favoriser la fondation d’un foyer national juif en Palestine » (déclaration Balfour, partie intégrale du mandat de la SDN), tout autant que l’intérêt de s’allier le soutien des communautés juives du monde. Et tout en considérant que les juifs (du monde, de Palestine mandataire) sont dotés d’une intelligence et d’une mentalité « occidentale » qui leur permet de comprendre les difficultés auxquelles les alliés sont confrontés dans leurs relations avec les « orientaux » et, de ce fait, d’accepter l’attitude apaisante de la puissance très civilisée. Et c’est dans cet esprit (que faire d’autre face à l’intransigeance agressive arabe?) que la commission Peel a le regret de devoir recommander la partition de la « Palestine occidentale » ou cis-jordanienne, avec un échange de populations, entre les 2 parties.

    Quid novi? Déjà à l’époque la populace était ameutée par des infaux selon lesquelles al Yahoud allaient démolir la mosquée d’Al-Aksa, et que des avions de la RAF ont « parachuté » des bombons empoisonnés sur des localités arabes. Et quand bien même les membres de la commission d’enquête sont bien lucides du caractère oppresseur et peu sincère du Haut Comité Arabe, entièrement responsable des « émeutes » (euphémisme dénoncé dans le rapport), la haine et l’intransigeance que celui-ci exprime les impressionnent davantage que les accomplissements des juifs et leur bonne coopération.

  110. Averell

    @Bibi,
    Merci pour ce courrier dont je prends bonne note. Dans quelle édition me conseillez-vous la lecture du rapport de la commission Peel que je ne connais que superficiellement ?

  111. Averell

    @L’oiseau bleu, merci pour la video Jérusalem 1918. J’en sors enrichi.

  112. Normal.
    Il faut bien savoir doù l’on vient, pour savoir où on va

  113. Bibi

    Un complément fort utile au récit de la commission Peel se trouve dans l’ouvrage de 2 chercheurs allemands, traduit en français
    http://www.editions-verdier.fr/v3/oeuvre-croissantfertile.html

    La version en anglais se nomme « Nazi Palestine: The Plans for the Extermination of the Jews in Palestine » (sur Amazon.com on peut lire le début, ainsi que qq bonnes revues).

    La perceptions sélective des membres de la Commission Peel est mise en exergue par plusieurs éléments qui n’auraient pas pu échapper à quelqu’un ne portant pas leurs œillères. Mais n’oublions pas que Neville Chamberlain était PM à l’époque.

    …Et en 2002 Arafat se ventait d’avoir été un des « soldats » de Haj Amin al-Husseini.

  114. Bibi

    J’ai mis le lien le 23 avril 2012 à 10:36.
    Je présume que le site de l’ONU est fiable.

  115. Bibi

    Un petit avant-gout de l’ouvrage (en anglais)
    http://www1.yadvashem.org/about_holocaust/studies/vol35/Mallmann-Cuppers2.pdf

    Tsipporiko: ça vous concerne.

  116. Eden

    Oh lala ! Va falloir mettre le turbo pour lire tout ça. En tout cas merci à tous pour vos liens qui (je peux m’avancer pour l’ami Averell) nous passionnent au plus haut point. On va en causer des heures comme d’habitude, comme de vraies commères.

    Voici pour ceux que cela pourrait intéresser, un lien portant sur « les accords secrets entre la CIA et l’OLP ».

    Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est la description un peu lapidaire que fait le narrateur sur le « Prince rouge » dont le nom véritable est Ali Hassan Salameh.
    En effet, il est dit dans le documentaire qu’il était issu d’une famille palestinienne originaire de Cula (non loin de Ramla).
    Or, la vie de son père est aussi intéressante et augure de la nature violente et criminelle de son fils qui sera un terroriste sanglant.

    Son père Hassan Salameh est né dans une famille très très pauvre et était analphabète. Son seul désir était de devenir cheikh et très riche. Il tracera sa route vers tout ceci dans le sang et surtout le sang des arabes qu’il tuait et dévalisait à tout va.
    Bras droit du Mufti, ce dernier l’emmènera avec lui en Allemagne et il aura une formation plus pro de la part des nazis.
    Alors que l’Allemagne est sur le point de perdre la guerre, il est envoyé en Palestine avec 3 autres soldats nazis et un autre arabe. Parachutés ils se cacheront pour commettre un des pires attentats (s’il avait réussi) sur Tel Aviv.
    Ils voulaient empoisonner toutes les arrivées d’eau de la population de Tel Aviv.
    Après une course poursuite, Salameh se retrouve seul pour perpétrer l’attentat mais il fut « vendu » par d’autres arabes et arrêté par la légion jordanienne.

  117. kravi

    A propos d’empoisonner les arrivées d’eau, j’ai le plaisir de vous annoncer que plusieurs sites internet iraniens, dont les sites officiels du ministère du Pétrole et celui de la compagnie pétrolière nationale NIOC, ont été touchés par un nouveau virus « Wiper » au goût étrange venu d’ailleurs.

  118. Eden

    Y a-t-il déjà une évaluation des dégâts ? 🙂

  119. Bibi

    Salameh ne fut pas seul. Izzedin al-Kassam d’après lequel les « brigades » du Hamas sont nommées, ainsi que Fawzi Al-Qawuqji (voir aussi sur wiki) sont toujours vénérés.

  120. Bibi

    Pour faire le bonheur(?) de certains, voici l’autobiographie de Chaim Weizmann. La 1ère partie a été complétée en 1941, la 2nde en 1947.

    Son compte-rendu autour de la Commission Peel (il y a témoigné) est historique.

  121. Yaakov Rotil

    Plus de 1000 pages en Anglais ! Je vais faire des progrès…

  122. Bibi

    Pour toi, faut que je cherche la trad. en hébreu 😉

    Et n’induis pas dans de l’erreur, STP: la bio de Weizmann n’est pas plus longue que le rapport Peel!

  123. Bibi

    A l’attention notamment de plantigrade69:

    Le Bureau Central des Statistiques d’Israël publie son rapport annuel.
    La majorité (70%) de la population juive (plus de 5,9 millions) d’Israël est Sabra, dont la plupart le sont au moins de 2ème génération. 😀

  124. Averell

    Extrait d’un discours de l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor : « J’aimerais souligner un seul point aujourd’hui : la plus grande histoire occultée ici aux Nations unies, en fait pas seulement une histoire mais 850 000 histoires jamais racontées des réfugiés juifs des pays arabes. Il n’y a pas une seule syllabe parmi 1088 résolutions des Nations unies [sur le conflit], parmi les 172 résolutions consacrées aux réfugiés palestiniens, il n’y a pas une seule syllabe à propos de la plus grande histoire jamais racontée, celle des 850 000 réfugiés juifs qui ont été expulsés des pays arabes, d’Alep, d’Aden, d’Alexandrie, et il est étonnant que jamais personne, au cœur des Nations unies, n’ait jamais soulevé ce problème, même pas une fois. Il est temps d’en parler publiquement et de parler du fait que les réfugiés juifs des pays arabes qui sont arrivés en Israël ont été intégrés dans la société israélienne et ont aidé à développer cet Israël florissant que vous voyez aujourd’hui. De mon point de vue c’est sans doute la plus grande histoire jamais révélée : les réfugiés juifs des pays arabes, et le fait que pas une seule syllabe n’ait été prononcée ou écrite à ce sujet ici aux Nations unies, révèle le double standart (et c’est un euphémisme) qui règne. »

  125. kravi

    Je suppose qu’en dépit de cette évidente et impressionnante supériorité numérique vous ne comptez pas limiter le nombre d’impétrants olim ?

  126. kravi

    Parfait et juste en tous oints. Retour à l’équilibre face aux arguties arabes et autres naqbas tire-larmes et attrape-subventions.
    Qui va en parler publiquement ?

  127. Eden

    Salut Averell. Ron Prosor est excellent tout comme le furent très très souvent les ambassadeurs (drices) d’Israel à l’ONU. Faut dire que le boulot est de taille donc il faut des pointures.

    Alors puisque Bibi zone dans le coin allons y dans la demande, on va pas se gêner non ?

    Dis ô puissant oracle de Delphes et de la porte Saint Ouen, cela fait des années que je m’escagasse à guetter les mémoires de Meïr Rosenne. Que veux-tu, ce vieux, je l’adore. Il est truculent, il a des petites histoires sur tout le monde et c’est un sacré diplomate.
    Tu crois qu’il les a enfin écrites ? J’le sens bien ce mec depuis longtemps.

  128. Bibi

    Non, et nous faisons même des tentatives d’améliorer leur prononciation de l’hébreu avant l’arrivée! 😉

  129. Bibi

    Pour en avoir toute la saveur, il faut un très long métrage vidéo.

  130. Lisa

    Cher Rotil, les deux minutes de silence sont-elles suivies par tous les israéliens, toutes confessions confondues.

  131. Bibi

    Une autre Mantra concerne le soi disant vol des terres.
    Or, elles ont été achetées, et bien cher.
    http://fr.danielpipes.org/9933/israel-produit-acquisition
    (voir aussi dans la bio de Weizmann, notamment l’achat des marécages de Houla)

    Et tenir compte du témoignage de Haj Amin al-Husseini devant la Commission Peel
    http://frontpagemag.com/2011/11/25/“they-stole-our-land”-vs-the-grand-mufti-of-jerusalem/print/

  132. Averell

    Afin d’oublier quelque temps ces nazis en «Palestine» et ces nazislamistes, un lien vers un extraordinaire soldat britannique, un sioniste de la plus pure espèce, un homme aussi inspiré que Lawrence of Arabia : Orde Charles Wingate. Il a pareillement brillé sur d’autres fronts, notamment en Birmanie.
    http://www.zionism-israel.com/bio/Charles_Orde_Wingate.htm

  133. Yaakov Rotil

    Ok pour la trad en Hébreu, comme ça je ferai des progrès dans les deux langues !

    Et quand je parlais des 1000 pages, je comptais le rapport Peel + les mémoires de Haïm… Je n’enduis (sic, j’adore cette faute !) donc personne d’erreur…

    Yom atsmaout saméaH !

  134. Yaakov Rotil

    A ma connaissance, non, malheureusement. Une amie qui était à Nazareth l’an passé m’a même rapporté que les arabes faisaient exprès de klaxonner pendant ces instants-là.

    Je crois, au vu des évolutions perceptibles dans les populations arabes, qu’on ne peut dire ce qu’il en sera dans 20 ou 30 ans, car il y a deux tendances opposées. Certains, minoritaires mais en nombre croissants, veulent s’intégrer complètement à Israël, il y a plusieurs exemple comme celui dont Bibi donne le lien.

    Mais il y a aussi la tendance opposée.

    Il est donc difficile, à mon avis, d’avoir un avis tranché sur l’évolution à venir.

    Et c’est bien une des raisons qui me font penser qu’il est urgent d’attendre et de voir, tout en favorisant l’entente et la tolérance, mais sans complaisance à l’égard des fauteurs de troubles qui passent à l’acte.

  135. Bibi

    @Eden,

    Je viens de visionner le « docu » que t’as posté le 25 avril 2012 à 12:46 (intitulé « Dîner avec le Diable »).
    S’il n’y avait pas eu tant de vies brisées par les événements rapportés (et ceux méticuleusement tenus à l’écart), j’aurais dit que c’est ridicule. Mais c’est un brulot à charge, dans une optique anti-occidentale caractérielle.
    Le « documentaliste » est loin d’être une personne neutre. En 2002 il (Peter Löfgren, producteur et correspondant de la TV suédoise à Jérusalem, Moscou, Beirut, Amman) a réalisé un docu sur Yasser Arafat, et auparavant un autre docu sur le processus de paix. C’est un bon coupeur-colleur, « artiste » de la réécriture « objective » d’événements, dans la bonne vieille tradition de la Pravda: tout ce qui ne « colle » pas avec le récit qu’on veut raconter est coupé, et la révision est re-montée de sorte à créer une histoire alternative.
    Pourquoi ARTE (re-?) diffuse cette gabegie est au delà de mon entente.

    Ce qu’on a découvert dans le QG de Jibril Rajoub était des tonnes de preuves sur la mauvaise foi et les peu paisibles intentions et actes commis de « l’Autorité Palestinienne » à commencer par son Führer et tout son « appareil ».

    L’ordure qui soutient que l’organisation terroriste « Septembre Noir » a été formée à cause des israéliens (et non pas à cause de la répression sanglante du Roi Hussein de Jordanie), Abou Daoud, est mort en Syrie.

    Expat apprendra sans surprise que Daniel Silva a façonné un des personnages de « Prince of Fire » d’après Ali Hassan Salameh.

  136. plantigrade69

    Merci Bibi pour les cours de prononciation, surtout que même sur le site google traduction, le petit logo pour écouter: סליחה ne servait à rien!
    🙂

  137. Averell

    Et pour compléter, sans pour autant affirmer qu’Israël soit née de la Shoah :

  138. Bibi

    D’autant plus que ça rime avec שמחה SimHa* !

    *joie

  139. Bibi

    Israël est né malgré la Shoah.

    « … Cela fait trois ans que je fais appel à vous, les Juifs de Pologne, qui êtes la couronne du judaïsme du monde.
    Je continue à vous mettre en garde sans cesse qu’une catastrophe s’approche.
    Je suis devenu gris et vieux dans ces années.
    Mon cœur saigne, que vous, chers frères et sœurs, ne voyez pas le volcan qui va bientôt commencer à cracher sa lave dévorante.
    Je vois que vous ne voyez pas cela, parce que vous êtes immergés dans vos soucis quotidiens.
    Aujourd’hui, cependant, je demande votre confiance. Vous avez été convaincus déjà que mes pronostics se sont avérés corrects. Si vous pensez différemment, chassez-moi de votre milieu! Toutefois, si vous me croyez, alors écoutez-moi à cette 24ème heure :
    Au nom de Dieu! Sauvez-vous, chacun, pendant qu’il est encore temps. Et du temps il y a très peu … et je tiens à vous dire une autre chose en ce jour de neuf Av [date destruction des Temples de J’lem]:
    Quiconque d’entre vous échappera à la catastrophe, il ou elle vivra pour voir le moment exalté d’un grand mariage juif: la renaissance et l’émergence d’un Etat juif. Je ne sais pas si je vais avoir le privilège de le voir, mon fils le fera! Je le crois autant que je suis sûr que demain matin le soleil se lèvera.  »

    Zeev Jabotinsky
    Varsovie, 1938

  140. Averell

    @Nina
    Σ’ αγαπώ

  141. kravi

    je ne sais si vous l’avez déjà présentée, mais je viens de trouver celle-ci :

  142. kravi

    La belle architecture Bauhaus, de seyants costumes de bain sur une plage déjà bondée, les lunettes d’écaille rondes à la Brasillach, de superbes cravates des années 30, un motocycliste et son passager sur le tansad [cf. les anciens albums de Tintin], mais sans casque, ce qui est imprudent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :