L’honneur est à Londres

François Hollande est notoirement incompétent et entouré de traîtres. En 1940, une chambre socialiste donnait les pleins pouvoirs à Pétain et à une clique d’infâmes, issus du socialisme (Laval, Déat…), en 1981 les socialistes remportaient les élections suite à une campagne horrible où les media, déjà largement à gauche, avaient notamment usé de la calomnie (l’affaire des diamants de Bokassa, fausse) afin d’élire un ancien de Vichy qui finira par placer sur écoute ses opposants.

Même si la droite dans ces différentes périodes ne valait guère mieux, c’est le refus des réalités, notamment géopolitiques et économiques, qui a triomphé. Un lâche soulagement… Une élection de Sarkozy aurait permis à la gauche de rester unie 5 ans de plus grâce au moteur de la haine, assise sur ses rentes.

Maintenant qu’elle ne peut plus haïr Sarkozy elle va compenser en haïssant encore plus le reste du monde, la finance, etc. Elle va être imbuvable, son mépris des autres est déjà glaçant, d’autant plus qu’elle aura tous les pouvoirs et que l’on assistera au spectacle consternant de ses déchirures autour du gâteau, ainsi que des affaires plus ou moins étouffées, inévitables quand le clientélisme est la norme. N’oublions pas que Hollande sera amené par Bercy et nos partenaires européens à prendre des décisions qui feront avaler leur carte à pas mal de ses militants actuels. Dans moins d’un an, tout le monde cherchera à l’abattre, d’autant plus que les media qui l’ont porté ne sont pas vraiment des gens honorables ou fidèles. La gauche déjà très radicalisée va se raidir encore plus, et l’UMP, qui se sera trouvé un nouveau chef, éventuellement allié au FN rebaptisé, se radicalisera également puisqu’il est violemment anti-libéral comme les autres.

Le résultat, ce sera probablement la situation grecque actuelle, avec des émeutes dans un climat de faillite, et les extrêmes surreprésentés au parlement. L’honneur et l’espoir de la France sont aujourd’hui à Londres, comme il y a 70 ans, sous la forme de centaines de milliers de jeunes Français exilés. En Australie, ou à Hong Kong….

À propos de Doc Chicago

Doc Chicago, depuis tout petit, aime passionnément le Mal. Il n’a que mépris pour l’œuvre philanthropique de Marx et de Keynes. Des adjectifs tels que néo-libéral ou ultra-libéral paraissent bien fades en comparaison de ses pulsions criminelles. Dans le monde entier, les honnêtes gens tremblent en pensant aux ravages du porno-libéralisme !!! Dans son repère secret, aux murs ornés de portraits de Margaret Tchatcher, Doc Chicago planifie l’anéantissement du socialisme, de l’étatisme et du constructivisme. Et il torture d’innocents fonctionnaires. Pour passer le temps.

25 Commentaires

  1. Souris donc

    Je partage toutes vos craintes, Yul, puissiez-vous avoir tort !
    Les Français de l’étranger ont voté Sarko 53,05% et Hollande 46,95%.

    Saint-Barth a fait mieux : 82,70%/17,39%.
    L’honneur et l’espoir de la France sont aujourd’hui à Saint-Barth ?

    Tous à Saint-Barth !

    Vous n’aurez plus besoin de torturer d’innocents fonctionnaires dans votre repaire secret (et non repère), L’Hollandouille se chargera de leur « faire avaler carte de militant », et leur bulletin de vote, à ces pauvres cocus.

  2. Yaakov Rotil

    Et on a fait mieux en Israel… Mais c’est vrai qu’en Israël on fait toujours mieux, c’est peut-être pour ça qu’on nous taxe du pire… Allez savoir…

  3. Je partage votre opinion.
    Malheureusement les jeunes exilés resteront à Londres, Singapour Sydney ou New York.
    Il n’y aura plus jamais d’autre De Gaulle.
    Et nous aurons un Pinochet, ou un Hugo Chavez dont le clone français piaffe d’impatience du côté de Colonel Fabien

  4. @ Rotil

    Le vin du Golan en est la preuve gouleyante

  5. Souris donc

    Les jeunes diplômés vont ailleurs,
    Le super riche est parti depuis longtemps,
    Le très riche est à Bruxelles et s’entoure de fiscalistes,
    Le riche songe à s’exiler.
    Perspective exaltante : qui reste à tondre ? La classe moyenne pour entretenir les fonctionnaires et verser les aides sociales.
    La fin du monde est proche.

  6.  » on fait toujours mieux, c’est peut-être pour ça qu’on nous taxe du pire »

    Toujours peut-être pas mais cela arrive assez souvent. Et il n’est nul besoin d’aller chercher ailleurs les raisons de tant de haine.

    Sur l’article, permettez moi de dire « Halte au feu ».
    J’ai eu de l’admiration pour Nicolas Sarkozy et je lui ai maintenu ma confiance malgré ce qui a pu me déplaire au cours des 5 dernières années. Je suis encore plus admiratif de la manière dont il négocie sa sortie. Cette manière de faire révèle l’injustice des horreurs et critiques qui se sont abattues sur sa personne au cours de son mandat et jusqu’à maintenant, quoique le flux se soit nettement ralenti. Les vainqueurs sont également devenus plus doux dans leurs jugements, il n’est qu’à voir le miel qui coulait de la bouche de Moscovici.

    Hollande est le nouveau Président. Une majorité de Français en a ainsi décidé. Je n’ai pas l’intention de me comporter comme les pavloviens de la bien pensance qui ont pourri le climat pendant toutes ces années. Autrement dit, Doc, ma devise est de juger les hommes sur leurs actes et non sur leurs paroles, surtout sur les paroles de campagne électorale. Il est déjà difficile de faire de la prospective avec des données chiffrées, alors avec des paroles…
    Autrement dit, je ne vois aucun intérêt à faire des procès d’intention. Peut-être que dans 1 an, vos craintes se matérialiseront et il sera toujours temps d’avoir un esprit critique. Mais pour le moment, ce texte me donne l’impression d’être le symétrique des nombreux textes antisarkozystes.

  7. Doc Chicago

    Kacyj, j’aimerais vraiment pouvoir partager votre sérénité et votre hauteur de vues, fort respectables, sauf que je sais à qui j’ai affaire, et qu’il s’agit ici notamment de tendances lourdes dont la personne de François Hollande n’est qu’un épiphénomène. La droite, de ce point de vue, n’est guère différente de la gauche, la crise française est culturelle avant toute chose, c’est une crise systémique ou encore d’état-major, et ce mouvement de fuite de la France s’est produit indifféremment sous des gouvernements de gauche et de droite. D’autre part, si des paroles de campagne électorale ne doivent pas se traduire en actes, à quoi servent-elles dans ce cas, et que signifient les élections qui reposent sur elles ? Si les chiffres sont plus importants que les paroles quand il s’agit de dresser un bilan, les paroles sont en revanche plus importantes que les chiffres dans le domaine programmatique, quand il s’agit de donner une direction. On ne pousse pas les hommes à l’action avec des chiffres, même si ces chiffres ont guidé la réflexion préalable et vont guider l’action à suivre. De même on ne peut pas faire rentrer l’état moral d’un pays dans des chiffres, même si on peut compter ceux qui partent quand on est autorisé à tenir et publier pareille statistique. Si vous avez raison quand vous dites qu’il faut d’abord juger un homme sur ses actes, certains procédés employés par la gauche sont impardonnables, sa culture même nous met en péril, et dans l’urgence où nous nous trouvons, même une prudente inaction est dangereuse. Pour ma part, et même si je serai tout seul à la mener, c’est la guerre. Traitez-moi de Don Quichotte si vous voulez. Et pour cette guerre, je n’aurai pas beaucoup d’efforts à mener, parce que je connais un peu la nature des medias français, et jamais François Hollande ne pourra distribuer des faveurs en assez grand nombre et à la hauteur des appétits des minables qui l’ont soutenu jusqu’à présent. Mitterrand les tenait par un mélange peur et de fascination servile, et quand il a commencé à faiblir on a eu le traitement particulier de l’affaire Bérégovoy que je vois aujourd’hui comme un prélude. Les procédés employés contre Sarkozy ne sont pas du genre à rester remisés longtemps sous le cellophane, et j’attends aux premières difficultés que la gauche se retourne contre elle-même, de la manière la plus corrosive, avec très certainement une surenchère parce qu’on ne s’adoucit pas dans ces moments-là tandis que brûle le palais.

  8. Marie

    @kacyj
    L’amertume d’avoir été plus bas que terre depuis 5 ans ne s’effacera pas d’un coup de baguette magique!Moi je pense qu’enfin les gens de droite se réveillent et qu’ils ne laisseront pas Hollande dans la douce quiétude du dernier Président dit normal Chirac!

  9. Marie

    @doc
    « Si vous avez raison quand vous dites qu’il faut d’abord juger un homme sur ses actes, certains procédés employés par la gauche sont impardonnables, sa culture même nous met en péril, et dans l’urgence où
    nous nous trouvons, même une prudente inaction est dangereuse. Pour ma part, et même si je serai tout seul à la mener, c’est la guerre… « soyez rassurer hier 8 mai beaucoup de gens qui votent à droite se sont révélés et ouverts en disant la m^me chose!

  10. Je ne prône pas l’inaction Doc. J’attends de voir qui seront les femmes et les hommes mis aux manettes, quelles seront les premières décisions et si Hollande aura assez de force maintenant qu’il est au poste suprême à ne pas se laisser débordé par les fachos de l’extrême gauche et des verts. Je suis tout autant inquiet que vous mais j’e voudrais lui laisser une chance de dissiper cette inquiétude.

    « certains procédés employés par la gauche sont impardonnables » Je suis bien d’accord mais j’espère ne jamais en faire autant.
    « et j’attends aux premières difficultés que la gauche se retourne contre elle-même, de la manière la plus corrosive, avec très certainement une surenchère parce qu’on ne s’adoucit pas dans ces moments-là tandis que brûle le palais »
    D’ailleurs, comme vous l’indiquez, ils sauront bien continuer à se salir eux-mêmes.

  11. Pour les chiffres, il s’agissait juste d’une image pour souligner la difficulté à dire le futur, et non d’une préférence d’usage.

  12. Doc Chicago

    évidemment qu’il est difficile de prédire le futur, je ne le nie pas….

  13. Florence

    Concernant les riches, j’en connais un qui va partir pour Londres. Entre 250 et 300 000 euros par an d’impôts en moins pour le budget.
    Il ne part pas pour payer moins car il n’a jamais truandé les impôts. Il part car déjà qu’il était harcelé par le fisc sous Sarkozy sans truander, il se dit que le harcèlement va être insupportable.
    Le veinard, il a les moyens de se casser. C’est pas encore mon cas mais je commence à y penser.
    Je ne vois pas trop quel pourrait être l’avenir de mes enfants en France à part être fonctionnaire, smicard ou assisté.

  14. Expat

    en tout cas, il va être très intéressant d’observer les mois qui viennent, voire les semaines.

  15. Ô rage ! ô désespoir ! élections ennemies !
    N’ai-je donc vécu que pour cette infâmie ?
    Le Crépuscule des Dieux du grand Richard Wagner
    Je viens de le revivre en ce dimanche d’enfer

    Avoir tout essayé pour rester dans le coup
    Fait risette à Marine, dragué François Bayrou
    Magnifié le terroir et glorifié la Messe
    Promis de les tenir mes anciennes promesses

    A mes appels du pied Marine montra les crocs
    Et Ganelon-Bayrou me tira dans le dos
    Permettant à Hollande , imitant Dominique
    De prendre le dessus en me faisant la nique

    Pour copie conforme

    Pierre Corneille

  16. Un passant

    « En 1940, une chambre socialiste donnait les pleins pouvoirs à Pétain et à une clique d’infâmes, issus du socialisme (Laval, Déat…) »
    Ce n’est pas parce que vous polémiquez que vous devez dire n’importe quoi. Les pleins pouvoirs ont été votés à Pétain par une Assemblée qui réunissait les deux chambres, dont un Sénat qui avait fait chuter le gouvernement Blum. Cette Assemblée n’était certainement pas « socialiste » et c’est une coalition droite + radicaux + une partie de la SFIO qui a voté les pleins pouvoirs. Il suffit de regarder la liste des votants pour voir que presque tous ceux qui ont refusé les pleins pouvoirs étaient à gauche. La droite, libéraux compris, les a votés massivement — ce qui n’excuse pas le grand nombre de députés SFIO qui les ont votés aussi. Laval n’était plus du tout socialiste depuis longtemps (autant dire que Irving Kristol est un produit du trotskysme, puisque c’est de là qu’il vient). Par ailleurs, nombre de ceux qui ont voté les pleins pouvoirs avaient pour Blum exactement le même genre de haine que vous exprimez envers Hollande: c’est le même vocabulaire (« Blum le traître », les congés payés qui mènent le pays à la ruine, etc.). Vichy — qu’il est grotesque de présenter, sous prétexte de Déat & Cie, comme une émanation du socialisme — est né de la haine contre le Front populaire. Enfin, au vu de l’immense sympathie de Rougier (oui, le Rougier du colloque Lippmann) pour Vichy, votre diatribe est particulièrement mal placée. Ça ne veut pas dire que votre néolibéralisme est faux; mais on aimerait croire qu’il est possible d’être néolibéral sans falsifier l’histoire. L’honneur est à Londres, il est aussi dans le respect des faits et des complexités historiques.

  17. Doc Chicago

    En France, on confond parti et idéologie. Un socialiste n’est pas forcément au parti socialiste. Au demeurant à l’époque la SFIO n’est que l’un des partis socialistes, le PCF qui en est issu est tout jeune, et il y a aussi les radicaux-socialistes. Si Laval n’appartient plus à la SFIO depuis 1922, à cause semble-t-il de la percée communiste en son sein, il a fait par la suite partie du cartel des gauches, et que je sache, n’a jamais renié ses convictions (entre autres le pacifisme). C’est l’exemple type du bourgeois fortuné de gauche. Il ne s’est jamais situé à droite. J’ai cité Déat, mais j’aurais pu aussi citer René Belin. Ou encore Doriot, ex-communiste. La liste des socialistes et hommes de gauche qui ont participé à Vichy est très longue. Très très longue. Ce n’est donc pas un hasard si Vichy a mis en place une politique technocratique socialiste dont la France actuelle est l’héritière pour une bonne part.

    Maintenant le vote des pleins pouvoirs. Nous avons 569 votants en faveur des pleins pouvoirs. 286 sont de gauche et 283 de droite. C’était une assemblée nationale (députés + sénat) majoritairement à gauche depuis plusieurs années (en sachant que les radicaux se caractérisaient par leur opportunisme et s’alliaient indifféremment à gauche et à droite, ce qui faisait que le peuple pouvait avoir élu une chambre d’une couleur et se retrouver deux ans plus tard avec une chambre du côté opposé sans qu’il y ait eu d’élections, gros souci de la troisième république). Le radical Daladier (inventeur des « deux-cents familles ») qui avait précédé Paul Reynaud en tant que président du conseil faisait partie du cartel des gauches. On ne sait pas ce qu’auraient voté les 61 députés communistes, du fait de leur interdiction, mais il faut avoir en tête que jusqu’à l’attaque allemande sur l’union soviétique, leur parti fut activement collaborateur même s’il était en porte-à-faux avec Vichy.

    Le pacifisme, même tempéré par des gens un peu lucides comme Blum, et qui se retrouvait aussi à droite d’une manière différente, a été l’un des facteurs de l’effondrement moral de cette période puis de la participation à Vichy de gens de tous les horizons dont beaucoup de gauche.

    Or, quel est le discours qui prédomine sur Vichy depuis l’après-guerre ? Des variantes sur le thème: c’est la faute à la droite. Constamment rabâché d’une manière suspecte. Une falsification patentée. La réalité c’est que c’est la faute à la fois de la gauche et de la droite, de toute une élite en fait, et que la gauche ne s’est pas particulièrement honorée dans cette affaire, loin de là. Elle était largement aux affaires depuis un moment et a fourni des cadres. Vichy a réalisé une politique que pas même le Front populaire n’aurait osé espérer. Il y a eu des héros et des crapules à gauche comme à droite. Mais on ne peut pas admettre cette réalité si on appartient au camp du Bien. Ce sentiment de supériorité morale, c’est tout ce qui reste à la gauche.

    Quant aux congés payés, s’ils n’ont pas mené le pays à la ruine, les 40 heures si, qui ont bloqué économiquement le pays, notamment en destructurant des filières, jusqu’à la loi sur les heures supplémentaires, et l’ont effectivement ruiné parce que la loi des 40 heures, qui arrivait trop tôt au regard de la productivité industrielle de l’époque, s’est payée sous forme d’inflation et de retard dans l’industrie.

    Enfin, je ne vois pas pourquoi je vous réponds, je dois aimer les activités absurdes. L’emploi du terme « néolibéralisme » marque une certaine inculture dans le domaine des doctrines politiques et économiques, hélas très répandue en France. C’est un terme qui marque le mépris, le dégoût, parfois la haine, mais jamais la connaissance, et qui signale son cuistre étatiste, de gauche comme de droite, attaché à ce que les libéraux considèrent comme des rentes pépères et du clientélisme, acquis et maintenus au mépris de l’avenir du pays. Il n’y a pas de néo ou d’ultra libéralisme, c’est le même courant qui évolue depuis John Locke, et qualifier de néo ou d’ultra libéralisme le capitalisme de connivence, où les hauts-fonctionnaires, les politiques (de droite ET de gauche), les banquiers et les grandes entreprises se mettent d’accord pour se défausser de leurs responsabilités et réaliser des fortunes au détriment de leurs pays respectifs, est une escroquerie intellectuelle.

  18. Un passant

    « Enfin, je ne vois pas pourquoi je vous réponds »: de fait, vous ne me répondez absolument pas.
    J’ai pointé une énormité historique (« c’est une chambre socialiste etc. »), et vous réagissez par des grandes diatribes totalement hors sujet sur la gauche et la droite, sur le socialisme des gens de droite, sur le camp du Bien et autres ritournelles automatiques qui vous permettent de noyer le poisson et de débattre de choses qui n’étaient absolument pas en cause dans mon intervention.
    Toutes vos diversions ne changent strictement rien au fait que Rougier était pétainiste, que de Gaulle n’était certainement pas un libéral (mais bien un « cuistre étatiste », selon vos termes) et que la plupart de ceux qui ont refusé les pleins pouvoirs à Pétain étaient, selon votre usage hyper-extensif du mot, des socialistes.
    Dans ces conditions, vos grandes tirades qui prétendent amalgamer le libéralisme et la résistance à Hitler n’ont aucun sens et prouvent votre manque de rigueur — qu’attestent encore vos attaques ad hominem parfaitement déplacées puisque vous ne savez rien de mes positions politiques. Je ne suis pas intervenu pour débattre de vos positions libérales en matière d’économie — j’ai écrit noir sur blanc qu’elles pouvaient être vraies —, mais pour dire que ces positions n’autorisaient pas des instrumentalisations de l’histoire aussi grossières et aussi malhonnêtes que celles que vous vous permettez.
    Il est parfaitement grotesque de m’accuser d’inculture, d’escroquerie intellectuelle ou que sais-je encore pour le seul motif que j’ai employé le mot « néolibéralisme » juste après avoir cité Rougier et le colloque Lippmann, au cours duquel certains participants revendiquèrent ce terme. Rougier n’éprouvait aucune gêne à nommer « néolibéralisme » le renouveau libéral que le colloque Lippmann devait promouvoir. Et dans la mesure où il y a des différences entre le(s) libéralisme(s) du marché défendu(s) par les participants du colloque et le libéralisme historique de Constant ou de Tocqueville, je ne vois pas pourquoi le terme « néolibéralisme » devrait faire problème ou être tenu pour stigmatisant.
    Enfin, dire qu’il y a un seul courant libéral depuis Locke, c’est proférer une affirmation si générale qu’elle est vide. Rawls, van Parijs et Hayek sont des libéraux qui tous descendent de Locke: ça n’empêche pas qu’ils ne disent pas la même chose. Au nom du libéralisme du marché, Hume a dénoncé le contractualisme de Locke comme une idée fausse, tandis que Rawls s’est appuyé sur ce même contractualisme pour bâtir sa théorie de la justice sociale. So what? C’est une raison pour vous énerver tout seul contre ces « cuistres étatistes » qu’un mécanisme réflexe vous fait apercevoir derrière l’épaule de quiconque vous fait une objection?

  19. Un passant

    Ah tiens, je viens de découvrir cela sur votre site: « Les procédés sophistiques vicieux (argumentum ad hominem, procès d’intention…) seront réprimés avec la dernière vigueur. »
    C’est amusant.
    (Et justement, pour éviter un nouveau procès d’intention, que les choses soient claires: mon intervention ne vise pas à nier les responsabilités de la gauche, ne vise pas à lier le libéralisme au pétainisme, ne vise pas à disqualifier Rougier, ne vise pas à nier la diversité des positions exprimées au colloque Lippmann, etc. Elle vise seulement à refuser que des simplifications « de gauche » soit remplacées par des simplifications inverses.)

  20. Je n’ai jamais écrit les com de 11 heures et 11 hautes 1
    Merci de m’expliquer les raisons de ce piratage

  21. Erreur de date je suis fatigue

  22. Lisa

    Souris, je croyais que la gauche avait gagné dans les circonscriptions de l’etranger ?

  23. Lisa

    Concrètement, ce sera quoi cette guerre ?
    Des manifs contre les décisions du gouvernement ?

  24. Lisa

    Vous oubliez victime de violence …
    J’encourage mes enfants à bien bosser leurs cours d’anglais…

  25. Ma fille vient de quitter définitivement l’Europe. Ses mails respirent le bonheur,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :