Appétence et Compétence

Des gouvernements incompétents, le monde en a déjà vu. En France et ailleurs. Souvent, trop souvent.

Néanmoins on peut penser que ces gouvernements n’avaient pas choisi d’être incompétents. Tout le monde peut se tromper, y compris les présidents et les premiers ministres. Obsédés par leurs amitiés, influencés par leur entourage, aveuglés par l’ampleur de la tâche, pressés par l’urgence, on peut comprendre qu’ils se laissent aller parfois vers des choix de ministres…inappropriés. On peut comprendre aussi, avec un petit effort d’indulgence, que telle considération d’équilibre politique entre les partis puisse l’emporter sur le souci de l’efficacité dans l’action. On peut même comprendre, cette fois en se forçant vraiment beaucoup, que le choix des ministres vise à la durée du gouvernement davantage qu’à son efficacité. Quitte à promouvoir la politique du « pas d’action, pas de faute ». Veni vidi…assedi.

Mais au moins, à partir de ces critères plus ou moins honorables, on choisit d’habitude les meilleurs qu’on a sous la main pour faire le travail.

Eh bien en France, en cette bizarre année 2012, nous avons inauguré une nouvelle méthode. Faire de la compétence un critère accessoire, un élément de second ordre. Volontairement, en toute connaissance de cause.

Si ça ne vous a pas sauté aux yeux, regardez bien la situation. Notre gouvernement tout neuf comporte, hormis le premier ministre, 34 membres. Et la sacro-sainte « parité » est paraît-il respectée: 17 femmes, 17 hommes. Or il va de soi qu’en choisissant pour chaque maroquin la personnalité « de gauche » la plus compétente, il n’y avait pas une chance sur mille d’arriver très exactement à ce 17 pour 17. Pile poil, pas une de plus, pas un de moins!

Aucun doute par conséquent, l’objectif d’atteindre la « parité » parfaite l’a emporté sur l’objectif de gouverner la France au mieux de ses intérêts. À la bonne efficacité on a préféré la bonne répartition. À l’action pour le pays, la posture devant les électeurs. On a choisi le risque d’être incompétent au risque de déplaire à son camp.

Au passage, on n’a pas été très futé. Car 17 pour 17, vraiment, c’est un peu trop beau, ça ne trompe que les convaincus d’avance. Avec par exemple 19 femmes et 15 hommes, on se serait laissé prendre. Ils ne savent même pas tricher intelligemment, ça promet.

Bon, mais au fond il ne s’agit que du gouvernement, ce n’est pas bien grave. On a même entendu certains personnages démoniaques affirmer que ce gouvernement là, moins il en fera, mieux cela vaudra. Des mauvaises langues, bien sûr.

En revanche cette obsession de la parité entre hommes et femmes est devenue pour la société civile une plaie, un état d’esprit nocif qui progressivement détruit la justesse des décisions, la justice entre les personnes, l’efficacité dans les fonctionnements. L’objectif a pu s’avérer justifié, et même nécessaire, voici une génération. Certaines barrières avaient encore cours, administratives, pratiques, mentales. On voyait en ce temps, comme on avait hélas toujours vu, des examens et concours réservés aux hommes. Des embauches, des métiers, interdits à nos compagnes. Dans les entreprises, dans les administrations, dans les armées, il n’était pas rare que les règlements, les habitudes, les prétextes, se rejoignent pour empêcher l’embauche ou les promotions féminines.

Mais ces cas sont devenus des exceptions. On ne fait pas une loi en fonction d’exceptions. D’autant qu’en la matière une loi est source d’injustices et d’inefficacité. Injustice puisque les choix exercés en fonction de la parité se font au détriment des choix attachés à la compétence, inefficacité pour la même raison. Et que dire de l’état d’esprit d’une personne titulaire d’un poste qu’elle doit…à autre chose qu’à ses capacités?

Alors les partisans, il en reste, d’une obligation de parité, rétorquent toujours à ces objections: « mais vous voyez bien que le problème n’est pas résolu, puisque nous avons beaucoup moins de députés femmes que d’hommes, beaucoup moins de pilotes femmes, beaucoup moins de militaires femmes, beaucoup moins de membres féminins aux conseils d’administration, etc…

Ils oublient, ils veulent oublier, une chose, ces férus de parité qui sont souvent les mêmes que les adeptes de la théorie « des genres ». Ils oublient une chose, c’est que nos compagnes possèdent des qualités et des défauts différents de ceux des hommes, et surtout des goûts différents. Que l’origine de ces différences soit culturelle ou qu’elle soit génétique, elles existent, il est niais de les nier. Si les femmes ont beaucoup moins d’accidents graves en voiture que les hommes, ce n’est pas un hasard, c’est parce qu’en moyenne elles conduisent mieux.

Étant différentes, elles ressentent et expriment des appétences différentes. Nous voyons davantage de nouveaux médecins femmes que d’hommes, parce que ce métier tente les femmes. Davantage d’avocats, davantage de professeurs, parce qu’elles aiment ces carrières. Mais seule une minorité d’entre elles est tentée par la fonction de député, aussi n’est-il guère surprenant de constater le mal éprouvé par tous les partis afin de découvrir des candidates.

Quant à ce dernier point, si nous avons des progrès à faire il serait sûrement plus urgent de trouver un moyen de mieux répartir la population de nos représentants en matière de « genre de vie » que de « genre de sexe », afin d’en finir avec un parlement composé, pour la moitié, de fonctionnaires…

22 Commentaires

  1. QuadPater

    Recruter aux quotas fait toujours douter de la compétence des recrutés appartenant à la minorité « discriminée positivement ». « A-t-il été pris pour satisfaire les quotas ou parce qu’il est capable ? ». La question n’a pas de réponse et plane, gênante, embarrassante… Quand le quota est 50/50 c’est encore pire : le doute est sur tout le monde !

  2. QuadPater

    Mais soyons confiants. Dans le cas de notre nouveau gouvernement le doute fera place à des certitudes d’ici peu.

  3. Marie

    je n’en doute pas Quad!

  4. QuadPater

    Alors les partisans, il en reste, d’une obligation de parité, rétorquent toujours à ces objections: “mais vous voyez bien que le problème n’est pas résolu, puisque nous avons beaucoup moins de députés femmes que d’hommes, beaucoup moins de pilotes femmes, beaucoup moins de militaires femmes, beaucoup moins de membres féminins aux conseils d’administration, etc…

    La bonne réponse à ceci, c’est « et alors ? ».

    Si problème il y a, il est dans l’inégalité des revenus, pas dans une mauvaise répartition des fonctions (qui resterait à prouver).

  5. Expat

    Entièrement d’accord avec cet article ! Je DETESTE la « parité » et pourtant plus féministe que moi, il n’y a pas. J’ai lu un article assez complet sur le nouveau ministre pour l’économie numérique (mon business), elle n’y connais rien de rien. Catastrophe. http://www.zdnet.fr/actualites/fleur-pellerin-nommee-ministre-deleguee-a-l-economie-numerique-39771823.htm

  6. Je me demande si ses origines coréennes n’ont pas influencé sa désignation à un ministère du numerique.
    Après tout la Corée est notre principal fournisseur en gadgets électroniques, numériques
    J’aurai vu notre Premier Ministre en Ministre du ( Gros ) Plan ( t )

  7. QuadPater

    Bonjour Expat !

    Je DETESTE la “parité” et pourtant plus féministe que moi, il n’y a pas.

    Il n’y a aucune contradiction. Imposer la parité ou des quotas c’est aussi idiot que chauffer le thermomètre en hiver pour qu’il affiche 25°. Fiabilité zéro mais les chiffres sont parfaits. 😉

    Le CV de « ta » ministre montre – comme l’avait prévu Impat – que la raison de son choix n’est pas la compétence. On peut toutefois se demander si elle a été nommée là parce qu’elle est une femme, ou parce qu’elle est diverse.

  8. hathorique

    Bien que je sois dubitative sur l’obligation de la parité, qui trop souvent « discrimine » et déconsidère celles qui en bénéficient, car on se demande si cette femme est choisie en fonction de ses compétences particulières ou de ses appétences diverses et très variées , je me demande de quelle manière faire progresser cette parité pourtant nécessaire dans notre société relativement machiste où la question qui se pose est de savoir si Mesdames P. ou T doivent ou non continuer à exercer leur métier de journaliste ou de pom-pom girl , ou le droit de vote des femmes ne date quand même que de 1944, le droit à l’I.V.G de 1974, et le droit pour une femme mariée d’avoir un compte bancaire à son nom de cette même époque,
    D’ailleurs la parité Hollandaise n’est pas respectée car il y a 18 ministres hommes si on inclut le premier d’entre eux , ce qui a permis l’U.M.P. de s’ affranchir de cette règle paritaire concernant les intermittents du spectacle que sont devenus nos représentants et représentantes politiques.
    Il y peu de ministres régaliens femmes dans ce gouvernement si l’on excepte Madame Taubira.
    Si l’on voit davantage de femmes dans les professions comme la magistrature (qui porte pourtant la robe) , la médecine et l’enseignement qui autrefois étaient considérés comme socialement valorisant c’est parce que ces métiers se sont dépréciés , ce n’est donc pas comme je l’ai longtemps pensé par la victoire du féminisme mais de l’ abandon par la gent masculine de ces activités moins gratifiantes et aussi moins bien rémunérées.
    IL y a donc eu une paupérisation du travail féminin : aujourd’hui en France la majorité des employés gagnant moins que le SMIC sont des femmes

    Les emplois féminins sont concentrés sur un nombre restreint de secteurs, comme si ils leur étaient réservés : employées, institutrices, professions de santé dans les hôpitaux, infirmières, personnels de services aux particuliers ou aux entreprises on les retrouve comme ouvrières, caissières, serveuses ou femmes de ménage. Et bien sûr, ce sont ces fonctions qui sont souvent occupées en temps partiel. la grande majorité des « travailleurs pauvres  » sont des femmes.
    Dans la société civile, combien de femmes à la tête de grandes entreprises : aucune depuis que Madame Lauvergeon nous a brutalement quitté.

    Ce système n’est pas forcément le bon, mais y en a t il un meilleur et plus égalitaire dans le monde du travail.

  9. Guenièvre

    Bonsoir Hathorique !

    Je ne saurais mieux dire !

  10. QuadPater

    Hathorique,

    je me demande de quelle manière faire progresser cette parité pourtant nécessaire (…)

    Grande question qui touche à la politique, la philo, l’histoire de la civilisation occidentale…
    On peut la généraliser en « comment faire cesser un comportement culturel que l’on juge préjudiciable, mauvais, voire criminel ? »

    J’ai envie de répondre : sûrement pas par des lois & règlements. La Prohibition n’a pas éradiqué l’alcoolisme, pas plus que l’ordonnance de 42 n’a supprimé l’homosexualité. Je crois que les mœurs en Occident avancent par la bonne vieille méthode carotte et bâton. Culpabiliser/ridiculiser/insulter ceux qui agissent mal et récompenser ceux qui adoptent une attitude conforme à ce qu’on veut.

    Aucune loi ne m’a obligé à me mettre aux tâches domestiques. Par contre le mépris des copines parce qu’à 22 ans ma mère me repassait mes chemises, ajouté aux relations complices gratifiantes entre « nouveaux mecs » a fait le boulot. Dénoncer comme MJ Zimmermann qu’à l’UMP sur Paris toutes les candidates investies le sont dans des circonscriptions ingagnables, faire honte aux hommes en quelque sorte, sera à terme plus efficace que toutes les discriminations positives, vous verrez…

  11. plantigrade69

    De toutes façons, il n’y a pas parité.
    Il y a les postes importants et les tableaux en trompe l’oeil que l’on met devant nous pour faire croire…
    Les premiers responsables c’est nous, puisque nous sommes des imbéciles; les imbéciles, sont-ils responsables? C’est une autre question.
    Le problème, c’est qu’une fausse route en trompe l’oeil, ça nous fait rentrer dans le décor! Et cela va nous arriver car les incompétents veulent aussi dessiner.

  12. hathorique

    @ Quad Pater
    « Culpabiliser/ridiculiser/insulter ceux qui agissent mal et récompenser ceux qui adoptent une attitude conforme à ce qu’on veut. »

    certes, certes, mais je vois mal de quelle manière la culpabilité, le ridicule et l’insulte puissent être les meilleurs moyens de faire changer des comportements et des mentalités inscrits au patrimoine génétique depuis des siècles ; pour ce qui est de la récompense, quelle serait elle ???
    Cela m’apparait comme une perpective illusionniste je préfererais des solutions plus coercitives, par la loi peut être qui ne peut être réfutée, car elle est l’expression de la volonté générale sur les intérêts partisans, ainsi tous les destins particuliers, se fonderaient dans un dessein collectif ce qui éviterait les trompe l’oeil et l’usage de la carotte et du bâton exclusivement réservé aux ânes bâtés :=)) Pour ce qui est des ânesses nous nous contenterons de nous baigner dans leur lait pour nous régénérer.

    extrait d’un ouvrage de Bourdieu de 1998, et toujours d’actualité « la domination masculine » :

    « Il faut affronter un nouveau paradoxe, propre à contraindre à une révolution complète de la manière d’aborder ce que l’on a voulu étudier sous les espèces de « l’histoire des femmes » : les invariants qui, par-delà tous les changements visibles de la condition féminine, s’observent dans les rapports de domination entre les sexes n’obligent-ils pas à prendre pour objet privilégié les mécanismes et les institutions historiques qui, au cours de l’histoire, n’ont pas cessé d’arracher ces invariants à l’histoire ?

    S’il est vrai que le principe de la perpétuation de ce rapport de domination ne réside pas véritablement – ou, en tout cas, principalement – dans un des lieux les plus visibles de son exercice, c’est-à-dire au sein de l’unité domestique, sur laquelle un certain discours féministe a concentré tous ses regards, mais dans des instances telles que l’Ecole ou l’Etat, lieux d’élaboration et d’imposition de principes de domination qui s’exercent au sein même de l’univers le plus privé, c’est un champ d’action immense qui se trouve ouvert aux luttes féministes, ainsi appelées à prendre une place originale, et bien affirmée, au sein des luttes politiques contre toutes les formes de domination

    Cette révolution dans la connaissance ne serait pas sans conséquence dans la pratique, et en particulier dans la conception des stratégies destinées à transformer l’état actuel du rapport de force matériel et
    symbolique entre les sexes. »
    Il ne faudrait pas que les femmes dans le domaine public bien sur ne s’engagent dans une course poursuite où elles ne rattraperaient pas leur handicap, et qu’elles doivent payer leur réussite professionnelle d’une moindre réussite d’ordre domestique ou au contraire renoncer à cette réussite professionnelle pour une meilleure réussite domestique, renoncement que l’on demandera rarement à un homme même pour repasser les chemises de sa compagne ou allaiter ses enfants :=)

    mais les mentalités des jeunes gens commence à changer par l’éducation et l’exemple au sein des foyers domestiques, et j’en conviendrai avec vous hélas pas partout .

    Bien à vous

  13. Hathorique, j’adhère à tout votre « 23 mai 2012 à 9:13 (Modifier) » sauf en ce qui concerne votre dernière phrase: « les mentalités des jeunes gens commence à changer »…
    Au sein de toutes les familles que je connais, de tous âges et de tous niveaux, je crois constater que ces mentalités ont déjà changé.

  14. hathorique

    Merci je vous en sais gré,
    mais je me rends compte avec effroi que mon bréviaire d’harmonieuse conjugaison m’a lâchement abandonné :

    « mais les mentalités des jeunes gens commenceNT à changer »

    vivement une loi pour l’harmonisation des accords conjugués pour des pluriels bien singuliers ….. parfois

  15. QuadPater

    Hathorique, vous me dites que

    Cela m’apparait comme une perspective illusionniste je préférerais des solutions plus coercitives

    Un comportement, une mentalité inscrits dans les hormones ne disparaitra pas par décret. Par contre ses effets nuisibles, si : il est parfaitement imaginable que l’on parvienne à « à travail égal, salaire égal » par coercition. Si c’est cela uniquement que l’on veut, ça ne me semble pas très complexe.

    En revanche si le but est qu’une parité naturelle et spontanée se dégage un jour dans le domaine politique, dans la vie sociale et professionnelle, ce n’est pas gagné. En effet, cela revient à imposer à l’homme, non plus de respecter un principe dans ses discours et ses actes, mais d’être intimement convaincu de la nécessité de ce principe. Si je me souviens encore de la fin de 1984, le représentant du Parti (dont le nom m’échappe, appelons-le Kiki) explique à Winston qu’il ne sera pas satisfait si ce dernier ne fait que prononcer « 2 + 2 = 5 », Kiki veut que Winston en soit persuadé, qu’il le dise spontanément en le pensant comme une vérité. Il n’y parvient que par la torture, qui dans ce cas est une forme extrême de dressage comportant beaucoup de bâton et peu de carotte.

    Il me semble que la mentalité humaine progresse ainsi, par une sorte d’auto-dressage des populations. Si nos contemporains considèrent dans leur immense majorité l’esclavage, la consanguinité, la pédophilie, le meurtre… comme des abominations, c’est bien par adhésion spontanée à des valeurs culturelles qui désignent ces actes comme d’horribles choses – dans ce domaine nous sommes tous des toutous de Pavlov -, et non parce que des textes les interdisent.

    Bien à vous* également.

    ————-
    * j’aime beaucoup cette formule. J’aimerais bien en abuser, mais c’est lourd. 😉

  16. grandgil

    Sinon, dans l’intérêt du pays, vu le contexte actuel, plutôt que de s’acharner sur des personnes, ce serait bien de souhaiter que ce gouvernement ne se plante pas quelles que soient les personnes en faisant partie.

  17. Malheureusement ils ne peuvent pas ne pas se planter tellement ils sont dogmatiques.
    Depuis la Femme de Loth nous savons que marcher en regardant derrière soi c’est dangereux

  18. Marie

    Merci de ce rappel biblique loaseaubleu!Ca me rappelle un article ancien dans Le Monde 🙂 ou l’auteur disait quand les français arrêteront de regarder en arrière le pays ira bien mieux!

  19. Florence

    J’aime bien votre article Impat. Je trouve effectivement que ce gouvernement répond davantage à une liste devant répondre à un certain nombre de critères comme la parité, la diversité de couleurs, la diversité des courants du PS, qu’à un souci d’efficacité à laquelle les Français seraient en droit d’attendre en ces temps difficiles. C’est de la communication.
    Je crois cependant que les Français sont aujourd’hui non seulement assez lucides envers une communication somme toute très basique ( qui les prend en gros pour des cons), mais qu’en plus, ils en ont un peu assez. Je n’entends personne trouvant formidable que les nouveaux ministres soient au nombre trop important de 35.

    Personne ne peut être vraiment dupe de ce nombre magique de 17 hommes contre 17 femmes. Tout le monde voit bien que les femmes ont récupéré des postes un peu bidon, à part Taubira à la justice, ce qui est une erreur politique évidente pour beaucoup de monde. Les ministères de l’écroulement contreproductif et de l’échec scolaire ne font pas vraiment sérieux non plus. Que dire des condamnations de 3 ministres alors que Notre Président Normal ( prosternons-nous!) avait juré la main sur le coeur de ne Jamais s’entourer de personnes condamnées ?
    Le soufflet est en train de retomber gentiment. D’autant que nos médias ne pourront pas se prosterner bien longtemps et nous vendre un super Hollande alors que l’on voit déjà qu’il n’est pas à la hauteur. Le dîner de Bruxelles d’hier n’a pas l’air de transcender nos journalistes et le fait que Hollande prenne le train ( et rentre en bagnole 🙂 ) ne nous satisfaira bien longtemps. On s’en balance un peu alors que chacun de nous sait bien que la crise de l’euro est en train de prendre un tournant peut-être décisif.

    La parité gouvernementale ? Un gadget dont le public s’est déjà lassé.

    Quant à la parité dans la société civile, personne ne la revendique chez les éboueurs, dans le bâtiment, dans tout un tas de métier difficiles physiquement. On se demande bien pourquoi.

    Ce qui est important, c’est l’égalité des rémunérations à travail égal. On en est loin et on ne fait rien. Le scandale est là.

  20. hathorique

    bonjour Florence

    le fait que Hollande prenne le train ( et rentre en bagnole ) ne nous satisfaira bien longtemps. »

    Dans la réalité des faits, il y a un avion qui demeure à sa disposition pour le cas où il aurait à foudroyer une grave crise nationale ou internationale et son voyage en train pourrait coûter encore plus cher qu’en avion mais moins qu’en pédalo.

    http://www.francetv.fr/info/hollande-et-le-train-un-amour-contrarie-par-les-regles-de-securite_98651.html

  21. Florence

    Bonjour Hathorique
    merci de l’info. J’espère qu’elle circulera largement.
    Tout ceci est d’un ridicule achevé. 🙂

  22. Hérissons !

    La parité, un idéal décrété par le progressisme.

    La parité se construit par la discrimination positive.
    ______________________________

    Par la discrimination positive on a lésé les populations « favorisées », pour favoriser les classes populaires.

    La Révolution Culturelle, l’Union Soviétique ont empêché les jeunes des familles bourgeoises, artistes et intellectuelles de faire des études, d’accéder à certains emplois. Obligés d’effectuer les travaux des champs, loin de leur famille, insécurisés par la délation, embrigadés, humiliés, rééduqués, déportés, torturés.

    Pour faire monter une classe de bureaucrates incompétents qui s’est hiérarchisée en apparatchiks plus privilégiés que la bourgeoisie combattue.
    ________________________________

    Discrimination positive. Parité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :