Altesse et Bassesse

Deux cas peuvent se présenter où il est essentiel de manifester des égards à un protagoniste, qu’il soit partenaire ou adversaire. Soit en face d’un subalterne, de manière à effacer toute impression inutile et fâcheuse de supériorité, soit en face d’un rival malheureux en affaire ou en amour de manière à atténuer, par simple politesse, la tristesse du perdant.

Dans les deux cas, il est à l’inverse particulièrement odieux de profiter d’une situation de leader ou d’un succès pour tenter d’écraser l’autre.

Un troisième cas se rencontre souvent dans l’industrie, celui d’un donneur d’ordre travaillant avec un sous-traitant. Rien ne justifie un lien hiérarchique entre les deux partenaires, pas davantage qu’entre un client et un vendeur. Néanmoins la dépendance de fait du sous-traitant aux commandes du donneur d’ordre tend à établir un sentiment d’infériorité dans la tête du premier. Sentiment accentué par le fait que le plus souvent le donneur d’ordre est ou représente une grosse entreprise, le sous-traitant une petite PME. Le « complexe » de ce dernier est inéluctable, d’où sa demande fréquente d’être qualifié de « fournisseur ». Dans une telle relation industrielle il est tout à fait essentiel que le donneur d’ordre manifeste une attention permanente aux égards qu’il doit rendre à ses sous-traitants, afin de rétablir un parallèle entre les deux situations. C’est indispensable, à la fois par politesse élémentaire et par souci de bonne qualité de la production ou du service.

Que dirait-on d’un ami qui, recevant son alter ego venu de loin après une longue absence, le ferait attendre sans un mot de regret? Resterait-il un ami?

Que dirait-on d’un sportif qui venant de remporter un match, refuserait de serrer la main du vaincu et lui tournerait le dos? Il aurait gagné une rencontre, et perdu à jamais sa qualité de sportif avec l’estime de ses coéquipiers, de ses « supporters », de ses ci-devant admirateurs.

Et en politique?

Les relations en politique ne sont pas à l’abri d’un tel risque de déliquescence des relations entre partenaires, avec à terme les mêmes conséquences graves en matière de confiance, donc d’efficacité.

Le « casse-toi pauv’con » était regrettable. Il reflétait l’exaspération devant l’injure, il ne traduisait en rien un mépris, une arrogance, une tentative d’écrasement moral. Le « racaille » était un mot d’une intervenante, repris au vol comme une citation. Là non plus, ni mépris ni arrogance.

Au contraire, rompre tous les usages du protocole républicain en même temps que la bonne pratique du simple savoir-vivre, c’est faire preuve d’une arrogance ahurissante quand il s’agit d’un évènement aussi important que naturel, à savoir la passation de pouvoirs de la présidence de la république. La moindre circonstance de ce genre concernant le nouveau et l’ancien titulaire d’une fonction, officielle ou non, ne se déroule pas sans un souci de politesse, de respect mutuel, de démonstration d’équilibre et d’harmonie devant la continuité de la fonction.

Aussi est-il apparu véritablement scandaleux que le nouveau président, François Hollande, ait décidé de se soustraire par deux fois à cette obligation. Une première fois en discourant sur un éloge de tous ses prédécesseurs…sauf de celui qui lui remettait les clés de la maison France. Une seconde fois en omettant de le raccompagner à sa voiture dans la cour de l’Élysée, lui tournant même paraît-il ostensiblement le dos sur le perron. Deux fois, dans la même heure et devant les témoins du monde entier…

Cette attitude fut odieuse, mais sans conséquence grave, la « victime » étant un personnage redevenu depuis quelques minutes un citoyen ordinaire.

Autrement plus lourde de conséquence diplomatique fut la faute étonnante commise peu après, consistant à recevoir à l’Élysée et à Matignon, donc de façon très officielle, les leaders de l’opposition allemande. Cela pendant qu’apparaissaient en plein jour les divergences profondes entre Hollande et Merkel sur les décisions à prendre en matière économique. Un véritable message: « je tente de contourner ta volonté en faisant pression par l’intermédiaire de ton opposition ». On imagine l’état d’esprit de coopération qui s’empare maintenant de la Chancelière vis-à-vis de ses interlocuteurs français. Comment ne se tournerait-elle pas plus volontiers vers l’Italie, vers l’Espagne, vers les institutions de l’Union? Au détriment du « moteur franco-allemand » en passe de tomber en panne…

La goujaterie est-elle de nature à servir les intérêts français? Qu’en aurait pensé le plus grand de nos diplomates, Charles de Talleyrand Périgord, prince de Bénévent, redoutable fripouille et néanmoins exquis personnage?

Un prince, de nom ou d’esprit, ou de cœur, se serait conduit en altesse. Le président de la république française, lui, a choisi la bassesse.

Mais l’a-t-il choisie, ou lui est-elle naturelle?

31 Commentaires

  1. Patrick

    Très bon article, Impat.
    Et j’aime votre conclusion : « Le président de la république française, lui, a choisi la bassesse. Mais l’a-t-il choisie, ou lui est-elle naturelle? »
    A votre question, je répondrai volontiers « elle lui est naturelle« . J’ajouterai que c’est tout à fait dans la lignée de cette gauche qui veut « changer la société » en cassant les standards, les conventions, la politesse, et plus largement ce qui fait notre culture.
    J’ai honte pour la France. On peut critiquer Mme Merckel, nul n’est parfait. Mais comparer les deux ? On peut affirmer sans risque que Mme Merckel est cultivée…

  2. Guenièvre

    Tout cela est très juste Impat ! A propos du « Diable boiteux  » une citation ( de circonstances ?) :
    « « Si les gens savaient par quels petits hommes ils sont gouvernés, ils se révolteraient vite. »

  3. plantigrade69

    Excellent et je souscris.
    Du reste, à mon sens, Hollande n’a guère été plus poli avec Obama.
    Autre exemple:
    Lors de la soirée électorale, alors que sur le plateau de télévision, la droite félicitait la gauche de sa victoire, Aubry n’a rien trouvé de mieux à dire en face d’eux que: « la gauche allait avoir du travail car la République avait été abîmée! »
    Il y a des claques qui se perdent!

  4. … »des claques qui se perdent! »…
    Pour elle je dirais…35?

  5. Il suffit de les écouter pour se rendre que les hommes et femmes politiques de gauche ont l’injure et le mépris dans leurs genes

    Ils sont omniscients

  6. Lisa

    Hollande et Aubry sont socialistes, c’est tout, il n’y a pas à s’étonner.
    J’ai bien aimé Philippe Tesson ce matin sur Radio Classique, qui a l’air de désengager son attention de ce qui va se passer. C’est tentant.

  7. hathorique

    Bonjour à tous
    tout à fait d’accord avec vous Impat

    Je crois déceler beaucoup de médiocrité dans ce manque de courtoisie républicaine du Président Hollande vis à vis du Président Sarkosy, dont la sortie a été d’une élégance maitrisée ; la plus grande victoire d’ un homme c’est peut être d’admettre sa défaite.
    Sa posture de communication d’ homme normal, ce qu’il n’est nullement, est assez agaçante, lui qui comme son anti modèle sarkozien s’est accaparé le Pavillon de la Lanterne, pourtant réservé aux premiers ministres, lui qui reniant ce qu’il affirmait solennellement dans sa profession de foi, se disant Président des Français et non des seuls socialistes a cependant parrainé son ex compagne dans cette chaudrée charentaise qui est à la Rochelle ce que la bouillabaisse est à Marseille, abandonnant aux vautours socialistes, l’un de ses fidèles soutiens dans sa traversée du désert, lui qui ne fût jamais invité dans le riad Marrakeshow d’un roi maintenant sans couronne mais non sans épines.

    Je redoute que notre Président normal ne devienne un Président ennuyeux ce qui s’amorce d’ailleurs , mais nous pourrons nous distraire, par la grâce des coups d’éclat de son éruptive compagne.
    Je crains pour ce couple présidentiel ,  » le coup d’état permanent » ouvrage de son mentor politique François Mitterand, qui eut lui aussi une femme insoumise en rebellitude, comme le disait les anciens, « pourvu que le pouvoir ne tombe pas en quenouille » nous pourrions filer un mauvais coton.

    pour le plaisir de lire Aristote

    http://agora.qc.ca/documents/mediocrite–la_mediocrite_nous_comble_par_aristote

  8. Florence

    Je suis totalement d’accord. Hollande a été minable avec Merkel en recevant ses opposants politiques internes. Merkel l’avait invité le jour même de son investiture et lui reçoit le SPD avant de la recevoir.
    L’Europe traverse une crise gravissime et Hollande fait ses petites magouilles habituelles de grenouillots du PS qui s’imaginent être les rois de la tactique qu’ils confondent avec la stratégie.
    Cela montre à quel point ce type est con.

    Je pense que sa réputation est faite à l’étranger. Tout le monde le prend pour ce qu’il est : un pauvre con prétentieux.

    D’accord avec Lisa sur la tentation de dégager son attention de ce spectacle minable !

  9. desavy

    Les commentaires sont ceux qu’on lisait au sujet de Sarko il y a 5 ans. Comme quoi il suffit de modifier les noms et l’analyse est faite. J’ai assez souvent écrit contre l’hystérie anti-Sarko.
    En fait, on ne peut pas reprocher à Hollande de saper une fonction qui a déjà été détruite par son prédécesseur. Sarkozy a en effet tout fait pour rabaisser la fonction présidentielle et la mettre au niveau du « tout se vaut » c’est-à-dire le plus bas.
    Il faut être plus sévère envers ceux qui trahissent leurs valeurs qu’envers ceux qui défendent des idées qui nous semblent fausses.
    Il faut être sévère envers la droite qui foule aux pieds la stature présidentielle ou qui enfonce le pays dans la faillite. Il faut être sévère envers la gauche lorsqu’elle se laisse séduire par les sirènes monétaristes.
    Après tout, que la gauche tente une politique de gauche, c’est assez logique…

  10. QuadPater

    desavy :

    Il faut être plus sévère envers ceux qui trahissent leurs valeurs qu’envers ceux qui défendent des idées qui nous semblent fausses.

    C’est de vous ? la phrase n’est pas si évidente à décortiquer. Et une fois qu’on a compris, on ne peut qu’être contre.
    Les « valeurs » ont le vent en poupe, on ne parle quasiment que de cela. D’habitude c’était la gauche qui nous gonflait avec ses valeurs, maintenant tout le monde s’y est mis, l’UMP veut même faire un séminaire sur le sujet – sans doute pour s’en inventer. Marine Le Pen, elle, découvre les valeurs de la Corse (?). Curieusement, on remarque que chaque parti proclame les siennes mais n’hésite pas à en attribuer de mauvaises aux autres (surtout au FN).
    Va-t-on assister à un combat de valeurs ? Celui qui aura les plus belles, celui qui ne trahira pas les siennes… Des officines officielles vont-elles éclore, dont le rôle sera de traquer les écarts entre les valeurs proclamées et les actes ? Cela paraît ridicule mais vous nous encouragez à participer à la chasse aux traîtres. Et d’être sévères (???).
    Alors que, restons raisonnables, on se fout des valeurs revendiquées par les uns et les autres, surtout quand chaque parti va nous pondre une copie quasi-conforme de ceci.
    Voilà pour les valeurs : poubelle. On oublie !
    On évalue une politique. On juge les actes.
    Ensuite vous voulez qu’on ne soit pas trop durs avec ceux qui arborent les idées qu’on combat.
    Je trouve que c’est bien de votre part d’appeler à un débat plus respectueux, mais ça va être bougrement difficile, car le gouvernement et le Parlement ne vont pas attendre qu’on ait fini de discuter pour mettre en œuvre les 60 postillons de Normal 1er.

    Je ne compte pas chercher à savoir quelles valeurs sous-tendent les décisions gouvernementales. J’ai essayé de le faire sur les premières décisions et je suis déjà au bord (interne) de la dépression. Mon seul mot d’ordre : vigilance ! vigilance !

  11. desavy

    QuadPater, cette phrase est de moi. Parfois je me surprends.

    Vous savez, j’essaie d’employer des mots qui ont un sens et de respecter ce sens. Que d’autres emploient ces mots n’importe comment m’indiffère. Il en est ainsi pour le terme valeur. Niez-vous qu’il existe des valeurs de droite et des valeurs de gauche ?

    Vous employez le terme « ridicule ». Je ne vois pas très bien ce qui peut sembler ridicule. Je n’encourage pas à participer à la chasse aux traîtres, j’expose une idée qui me semble juste dans le cadre de commentaires.

    Je ne prétends pas appeler à un débat plus respectueux à l’intérieur du monde politique. S’il l’était davantage sur le net, ce ne serait pas plus mal. Je ne veux pas que l’on soit moins dur envers ses adversaires politiques, je constate juste des effets de symétrie dans une certaine hystérie (je ne vise personne ici, je pense par exemple aux couvertures de l’hebdomadaire Marianne pour l’hystérie anti-sarko)..

  12. hathorique

    sans oublier la vigilance citoyenne sur le rire, comme le disait Audrey Pulvar sur le plateau de « on n’est pas couchés » en adressant une philippique harengère à un comique pourtant issu de la diversité :
    « Il n’est pas interdit de rire, pourvu que le rire soit citoyen  »
    voilà un magnifique sujet pour le bac philo
    après le redressement progressif, il faudra citoyenniser le rire probablement en instaurant un « comité éthique du rire citoyen »

    http://blog.causeur.fr/asiledeblog/1621,001621

  13. Florence

    En tous les cas Cameron ne l’a pas raté, notre énarque empoulé.
    Il s’est bien fait ridiculisé. Une fois de plus.

    desavy,
    je suis d’accord avec vous mais le linge sale se lave en famille.
    Et puis, c’est Hollande qui est aux commandes et qui nous envoie dans le mur à toute vitesse.

  14. QuadPater

    Eh bien… bon, je n’ai jamais vu la mère Pulvar ailleurs que chez Ruquier, il m’est difficile de déterminer si elle est vraiment à enfermer ou si elle ne tient pas un rôle comme Laurence Boccolini dans le maillon faible.

  15. QuadPater

    Il y a effectivement des valeurs de droite. Il y a aussi des valeurs de gauche : les mêmes – à un chouïa près je vous l’accorde : sans doute à gauche mettent-ils l’égalité avant la liberté. Ne pinaillons pas.

    Exemple. Soit la phrase

    Le *************** se fixe comme objectif l’émergence par la voie démocratique d’une société qui réponde aux aspirations fondamentales de la personne humaine : la liberté, l’égalité et la dignité des hommes et des femmes, le bien-être, la responsabilité et la solidarité.

    Si vous n’aviez pas suivi le lien de mon message précédent, auriez-vous deviné que la citation est du PS ? remplacez les astérisques par UMP, Modem ou Mouvement de Défense des Cannibales, ça sonne aussi sincère.

    Je ne vois pas très bien ce qui peut sembler ridicule.

    Ben ce que j’ai dit avant ! l’émergence d’agences de notation du respect des valeurs !
    Vous m’accorderez que l’idée semblerait a priori farfelue à tout être pensant. Pourtant le MRAP, SOS Racisme et autres malfaisants existent, ont de l’audience, attribuent les bons et les mauvais points, traquent et dénoncent les déviants… leur impact sur les cervelles de gauche comme de droite est immense, ces officines sont respectées et craintes.
    Elles disent déjà la Morale. Pourquoi un jour ne diraient-elles (elles ou d’autres) pas les Valeurs ? Le PS voudrait qu’on sanctionne les fraudeurs de la Sécu ? Procès ! L’UMP voudrait sauver des emplois ? Procès ! M. Le Pen adopterait un petit rebeu ? procès !

    On y arrivera, vous verrez, j’ai une confiance absolue en l’a folie de notre époque.

  16. QuadPater

    Lou Ravi.

  17. Marie

    Lu sur http://www.svd.se/naringsliv/nyheter/g20-utroner-forslag-om-lata-esm-kopa-obligationer-hollande_7290847.svd
    « a déclaré le président français François Hollande après la réunion du G20 au Mexique le mardi, selon Bloomberg Nouvelles.

    « L’Italie a lancé une idée qui mérite d’être regardé. » La proposition signifie que les pays vertueux tels que l’Italie « , qui ont amélioré leurs finances publiques, devraien t être en mesure d’obtenir du financement pour le montant en raison de taux d’intérêt plus avantageux que les pays qui ne prennent pas les mêmes mesures.

    François Hollande a dit qu’ils sont à la recherche des moyens différents que l’ESM qui pourraient être utilisés hors « ces conditions ». L’Allemagne a indiqué qu’aucun des plans spécifiques pour les fonds de sauvetage avait été discuté, mais François Hollande a déclaré que la proposition italienne sera discuté lors de la réunion quadripartite à Rome le vendredi. Aucune décision n’a encore été prise, cependant.

    Le FESF sauvetage en cours des fonds et la gestion écologiquement rationnelle Fonds permanent a, comme l’un des plusieurs options, la possibilité d’acheter des obligations d’État sur ​​le marché secondaire, a déclaré une source allemande. »

  18. desavy

    Desavy : Je ne vois pas très bien ce qui peut sembler ridicule.

    QuadPater :Ben ce que j’ai dit avant ! l’émergence d’agences de notation du respect des valeurs !
    Vous m’accorderez que l’idée semblerait a priori farfelue à tout être pensant. Pourtant le MRAP, SOS Racisme et autres malfaisants existent, ont de l’audience, attribuent les bons et les mauvais points, traquent et dénoncent les déviants… leur impact sur les cervelles de gauche comme de droite est immense, ces officines sont respectées et craintes.

    Je crois que vous confondez valeurs et police de la pensée, ou moraline si vous préférez. Par exemple le travail peut être une valeur. Il l’est pour la bourgeoisie mais ne l’est pas du tout pour l’aristocratie de l’Ancien régime.

    Il serait intéressant d’expliquer cette peur des “cervelles de droite”.

  19. Florence

    c’était bien la peine de se comporter comme un rustre avec Merkel pour s’écraser comme il le fait aujourd’hui :

    Ayrault annonce à un journal allemand que les euro-obligations sont remisées au placard !

    Tout ça pour ça !

  20. QuadPater

    Desavy :

    Il serait intéressant d’expliquer cette peur des “cervelles de droite”.

    Des gens bien plus futés que moi ont déjà dû le faire.

    Mon idée est que cela doit être lié à ces échanges de « valeurs-phares » qui ont périodiquement lieu entre la gauche et la droite. On sait qu’en France la gauche a longtemps combattu l’usage des patois locaux alors qu’elle les défend maintenant. Quand j’étais jeune la gauche ironisait sur « l’Ordre et la Morale » qu’incarnait la droite, cette « bande de culs bénis menaçant de leurs bibles les mécréants ». Aujourd’hui les gauchistes ont tous lu le coran et ont créé des assoces qui pourfendent le Mal-Penser.

    De nos jours c’est bien la gauche qui se réclame de valeurs historiquement chrétiennes comme la bonté, la charité, le partage, l’amour de l’autre… Peut-être que ça enquiquine la droite qu’elle les lui renvoie dans la figure ? allez savoir…

  21. plantigrade69

    Très bien vu Quad,
    et je partage votre analyse à l’exception de la lecture du coran. Ceux que je connais défendent ses pseudo valeurs, mais dès qu’on creuse un peu, ils n’y connaissent rien.

  22. desavy

    La gauche devenue chrétienne est une idée séduisante, mais alors un christianisme pas forcément bien compris.
    Ma question était autre. Vous écrivez QuadPater que la droite a peur de certaines associations. Pourquoi cette peur (mis à part l’aspect pénal) ?

  23. QuadPater

    desavy, je ne sais pas répondre à votre question. L’aspect pénal est important. On constate que ce sont des gens de droite qui actuellement revendiquent leur droit à une libre expression (qui serait muselée par les lois mémorielles et les associations anti-racistes).

    plantigrade, mon raccourci était trop raccourci. Disons qu’une gauche qui défend une religion et sa pratique dans l’espace public, qui fait l’impasse sur le statut dégradant de la femme qu’elle enseigne, qui s’indigne du blasphème, tout cela est un phénomène récent.

  24. Lisa

    OUi, Christianisme mal pensé cat il oublie la Justice, pourtant vertu cardinale.

  25. La gauche qui s’indigne du blasphème, oui, dès lors qu’il s’agit du « prophète » de la « RATP », mais pas du tout lorsqu’il s’agit du christianisme.
    Et cette gauche ne connaît absolument pas le coran. Car si elle l’avait réellement lu, elle aurait compris qu’il est demandé aux adeptes de cette « religion » de « pourchasser les infidèles où qu’ils se trouvent ». Et tous ces gentils de gauche font aussi partie de ces « infidèles ».

  26. QuadPater

    Patrick, je ne vois pas l’intérêt de leur parler de leurs contradictions, ils ne les voient pas.

  27. Aventin

    Votre erreur vient du fait que vous considérez qu’Hollande est un politique et qu’il est un homme d’Etat. François est un brillant fonctionnaire qui depuis sciences-po ne cesse de faire des notes de synthèse. Une difficulté surgit ? – Vite, prenons l’avis de la Commission, et que l’on me fasse parvenir la directive ou le règlement applicable. Il ne reste plus alors à François qu’à faire une note de synthèse en attendant la sanction venue d’en-Haut.Un fonctionnaire de la politique n’est pas un homme d’Etat, mais, tout au plus, un homme de l’Etat ou dans l’Etat quand il est nommé au sein de l’exécutif ou élu à la magistrature suprême -ici à l’issue de mille malentendus (établissez le pourcentage de ceux qui l’ont choisi au premier tour en prenant en compte non les suffrage exprimés mais tous les inscrits sur les listes électorales ?). Il n’est pas raisonnable de dire que François Hollande existe politiquement ; il est juste de dire en revanche qu’il agit au sein du monde politique. Les Huissiers de l’Assemblée agissent eux aussi au sein du monde politique… La politique a disparu en 2012… tous ces messieurs sont aimables mais ils ne sont plus aux commandes, et ce parce qu’ils ont depuis trente ans choisi de renoncer à assumer le poids de la décision publique et politique. Nous devons faire le bilan de la génération 68 et post 68 ; ce bilan est terrible, terrible de vacuité et de renoncement, et ce dans tous les domaines qui comptent où ont du sens… le néant, voilà l’héritage que vous (Vous « générique ») nous laissez, nous qui sommes vos enfants où vos petits enfants. Souhaitez-nous (nous « générique ») de ne pas vous ressembler et d’aimer et de relever enfin ce pays !

  28. desavy

    Aventin, ce commentaire aurait pu faire un joli billet d’humeur. Peu importe le sort que vous réservez à Hollande (vous ne démontrez pas mais vous vous faîtes plaisir, c’est l’essentiel) mais une politique qui s’arrête en 2012 après 30 ans de renoncements, l’agonie a été longue…
    Le bilan des générations ante-1968 est-il franchement meilleur ? Relever quel pays, celui qui a trahi les harkis ? Celui qui a trahi les révolutionnaires des pays de l’Est ? Celui qui a envoyé les meilleurs de ses enfants dans la boucherie de 14-18 ? Celui qui a imaginé qu’une ligne, aussi Maginot soit-elle, arrêterait les hordes allemandes ? Je ne crache pas sur notre histoire, elle est une et indivisible et est souvent très belle. Mais le passé est meilleur que le présent pour seulement deux raisons : nous n’étions pas nés, ou nous étions plus jeunes.

  29. Marie

    Je partage votre avis sur Hollande c’est d’ailleurs ce qu’avaient soulignés lors de sa candidature les médias français, comment les français pourraient élire un technocrate….
    http://www.lepoint.fr/politique/parti-pris/monsieur-hollande-sortez-du-flou-22-06-2012-1476381_222.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :