Donald Duck et la Cane de Jeanne

Des canards français demandent l’asile politique à la Californie.

 

http://lci.tf1.fr/france/societe/foie-gras-des-canards-francais-demandent-l-asile-politique-video-7413058.html

La Californie interdit le foie gras au nom de la souffrance animale du gavage. L’occasion était trop belle : les écolos français tendance Brigitte Bardot en profitent pour se faire un petit coup de pub, débrider leur agressivité, nous culpabiliser, nous autres omnivores comme l’indique notre dentition, et nous convertir de force.

Ces illuminés ont, à mon avis, d’autres projets de société pour nous qu’une société plus gentillette pour l’animal, puisque les exportations de foie gras vers les États-Unis ne représentent rien, selon les producteurs et qu’il n’y a donc pas lieu de s’indigner à grand fracas.

Au Café du Commerce on analyse:

« Les Américains feraient mieux de s’occuper de la peine de mort à laquelle ils condamnent des humains, avant de pleurer sur le sort du canard français. »

Les restaurateurs français installés en Californie, eux, n’ont jamais eu autant de couverts et se réjouissent:

« On va revenir au temps de la prohibition, la rareté et l’interdit font monter les prix et la fréquentation. »

Personnellement il m’a été donné d’assister au gavage de canards. Dans le cadre d’une journée de reconstitution folklorique l’été pour les touristes. Coiffes et costumes d’antan, vieux outils et machines agricoles, démonstration des métiers de la campagne. Dont le gavage.

J’ignore comment ils s’y prennent à présent, mais autrefois, ils avaient un moulin à gaver semblable à un moulin à légumes, sauf qu’il finit en entonnoir fiché dans l’œsophage du canard. La dame en coiffe et costume traditionnel s’empare du canard, le bloque vigoureusement entre ses cuisses et tourne la moulinette pour que le maïs entre de force. (Oui, je sais)

Ça n’a pas l’air de plaire démesurément à l’animal, qui frappe la cuisse de la dame avec sa patte palmée, comme un catcheur immobilisé par une clé demande l’arrêt du combat. Cependant, une fois gavé, le canard repart en se dandinant normalement et pas comme s’il avait été supplicié. Franchement non. Chaval a démontré que les oiseaux sont des cons. On dit bête comme une oie, un canard doit être du même QI.

Bref. C’est pas joli joli ce qu’on fait au canard, mais le canard semble s’en remettre et son foie gras est bon à manger, faut savoir ce qu’on veut.

J’ai suivi l’affaire du foie gras de Californie avec la plus grande attention.

Mesdames et Messieurs, je songe à créer un Collectif contre la souffrance humaine des Californiens surpondérés qui se gavent de beurre de cacahuète, de big mac, boivent du coca et ont le foie stéatosique. Plus stéatosique que les canards français. La Mayo Clinic a fait les premières recherches sur le foie stéatosique non alcoolique. Les exportateurs de foie gras devraient s’en faire la caution scientifique pour suggérer aux Californiens de balayer devant leur porte en s’occupant de la souffrance humaine d’abord.

Voulez-vous défiler avec moi ?

 

22 Commentaires

  1. Marie

    je connais des californiens qui se fichent de cet oukase,dans ma propre famille d’ailleurs! Lisez ceci et pas de panique sur le foie gras le camembert et le vin français en CA
    http://siliconvalleyfrogs.com/wordpress/category/bouffe/article du 12/12

  2. Marie

    Mon frère et sa femme sont des amateurs de foie gras et se fichent totalement de cette interdiction tout comme les grands chefs de restaurants de SF et ailleurs qui continueront à servir du foie gras , ils se fichent totalement de l’avis de la SPA californienne . Il faut savoir qu’on trouve jusqu’aux fromages français au lait cru là bas!

  3. Le foie gras n’est pas un produit anodin pour les Américains. Ils en consomment en quantité non négligeable, et en commandent couramment au restaurant. C’est à l’image du Champagne un symbole du goût gastronomique français, donc du bon goût.
    Mais leur consommation provient en grande partie des États-Unis. En particulier de la région de New York, où « Hudson Valley Foie Gras » est un gros producteur.

  4. QuadPater

    Les Ricains de Hudson Valley ont les mêmes méthodes que nous pour déclencher la stéatose 😉

    Madagascar produit un excellent foie gras mais j’ignore s’ils l’exportent.

    Je mangerais du foie gras poêlé sous la queue d’une hyène.

  5. Marie

    m’enfin quad!

  6. C’est le plus céleste plat du monde. Mais je me passe volontiers de la hyène…il est des convives plus agréables.Sans rire.

  7. Hérissons !

    Sur cette vidéo plus courte on voit mieux la tourniquette du mec en anorak duveteux et jaune poussin pour se fondre dans le décor et pour que le canard n’ait pas… les foies :

    Selon le New-York Times, le restaurateur écope d’une amende de 700 $ qu’il contourne en offrant le foie gras mais en surfacturant le verre de vin.

  8. QuadPater

    L’expression classique est « j’en mangerais sur la tête d’un pouilleux ». Au départ je voulais écrire « dans le cul d’une hyène » mais je n’ai pas osé car je suis trop poli pour insérer le mot « cul » dans mes chastes messages.

  9. Marie

    J’ai vu plusieurs fois gaver , le producteur a tout intérêt à ne pas blesser le canard ou l’oie , je n’ai pas sentie chez le volatille une angoisse particulière mais je ne parle pas canard;)

  10. Souris donc

    La lutte contre la souffrance animale est, une fois encore, importée des campus américains, comme le gender, le care, l’affirmative action…alors que ce sont des concepts qui n’ont pas de résonnance historique en France. Exemple, la gay pride, inventée après un tabassage de gays par des policiers US, la discrimination positive du temps de Kennedy en faveur des descendants d’esclaves, le care, des soins infirmiers aux malades du sida avant les trithérapies.

    En fait tout se passe comme si l’on voulait importer des Etats-Unis ce qui favorise le communautarisme, transformant la société en juxtaposition de groupes de pression. Les mieux dotés en moyens financiers faisant le plus de bruit afin d’obtenir des privilèges par rapport aux autres, sous couvert d’éthique.

    Je vois un lien direct entre le mariage gay et cette interdiction du foie gras que revendiquent en France les excités qui manifestent devant l’Ambassade des Etats-Unis. Le projet de société qu’ils veulent nous imposer ressemblerait à un patchwork ne tenant ensemble que par des interdits. Le contraire absolu de notre idée du contrat social.

  11. Souris donc

    Sous couvert d’éthique, ce sont des conditionnements que ces groupes tentent d’imposer.
    Le licite/illicite, une charia : des réflexes conditionnés à la place de la réflexion. Aucune place à l’analyse, à l’interprétation, à la critique, au jugement. Inquiétant.

  12. Hérissons !

    Sous couvert d’éthique, bien vu !

  13. Guenièvre

    C’est une thèse intéressante Souris, mais pour moi qui ai vécu entourée d’animaux la question de la souffrance animal mérite d’être posée. Le travail d’Elisabeth de Fontenay et sa position médiane m’intéresse particulièrement :
    http://www.laviedesidees.fr/La-cause-animale.html

  14. Oui Guenièvre, mais quid de la souffrance de l’homme en manque de foie gras?

  15. Guenièvre

    Je ne parlais pas du gavage en particulier Impat. Celui-ci me semble d’ailleurs bien moins cruel que l’élevage en batterie où les poulets n’ont que la surface d’un papier A4 pour se mouvoir. Quand je vois comment mes quatre poules s’égaillent dans le pré mis à leur disposition…Je ne suis pas extrémiste pour autant, je conçois très bien que l’on tue les animaux pour se nourrir. J’ai même un bon souvenir des dimanche de chasse pendant mon enfance ! C’était presque aussi joyeux que les jours de battage 🙂

  16. Quatre poules, nous avons un point commun! Mais un canard me manque…devinez pourquoi!

  17. Guenièvre

    … Impat, je ne sais pas , je donne ma langue au chat !

  18. Hérissons !

    En cherchant stéatose, je vois que la plupart sont alcooliques. Idée ! Bing ! Yaka gaver le canard du Gers à l’Armagnac et le duck de l’Hudson Valley Foie Gras au Six Roses Whiskey. Pour les aromatiser. On pourra flamber leur foie. Coin coin ! Un autre, tavernier !
    _________________________________

    Très enfantin, l’hominisation des animaux. Jadis, ça ne dépassait pas la fiction pour enfants, du canard Saturnin (texte de Louise de Vilmorin) aux Bisounours, Casimir, … A présent l’homme est considéré comme un prédateur, comme les requins sur les plages australiennes (uniquement l’homme blanc, les cailleras qui assassinent à la kalach sont des victimes de la société).

    Bisous, bisous ! Bonne nuit, les petits !

  19. Souris donc

    Les philosophes s’occupent du continuum animal/homme. Les biologistes aussi, très troublant, l’intérêt actuel pour ce qui rapproche l’animal de l’homme.
    Je suis en train de lire un livre de Th. Lodé, spécialiste du putois, sur l’amour des bêtes et les rites du rut, « La Guerre des Sexes chez les Animaux », Odile Jacob, 2006, réédité en poche. Il est tout bonnement en train de d’argumenter en faveur du gender ! Tous les goûts sont dans la nature. (Sous-entendu pourquoi pas dans l’espèce humaine ?)
    En tête de chapitre, « les hybrides ne sont pas étonnants », « jeux interdits », « les immatures », « des pervers polymorphes », « compétition locale et transsexualité », « à quoi sert la diversité », « la biologie est-elle sexiste », « la perte des attributs sexuels », « les préférences occultes », etc etc.
    792 références bibliographiques, ça en impose.
    Loin de Jean Rostand, une vie entière sur la polydactylie des grenouilles.
    On ne parle plus du tout de la chaine alimentaire garante de l’écosystème, dans laquelle le vivant est producteur et consommateur, proie et prédateur. Prédateur ? Trop cruel. Comme le cruel gavage.
    Le règne animal a ça de bien, que vous trouverez toujours une hydre d’eau douce, un ver de terre ou un bouquetin du Caucase allant dans le sens de votre démonstration.
    Même si l’heure est au « normal », il y a quelque chose dans l’air en faveur de la confusion des genres.

  20. Souris Donc, votre phrase de chute est u vrai bijou:
    « Même si l’heure est au “normal”, il y a quelque chose dans l’air en faveur de la confusion des genres. »

  21. Souris donc

    Si on ne veut pas défiler pour le gavage, on peut toujours pétitionner pour demander un moratoire sur le foie gras, comme sur la lapidation, ou le dangereux presse-citron électrique qui envoya un nuage de fumées toxiques depuis les cuisines du Maxim’s mais, heureusement, s’arrêta net au périf.
    http://imposteurs.over-blog.com/article-19176100.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :