Indignation, Révolution, et Fête Nationale

Qui oublie son passé est condamné à le revivre. Le 14 juillet la France oublie le sien.

 Car année après année scolaire, génération après génération, feux d’artifice et parade militaire y imprègnent les esprits du mythe fondateur de la « Révolution ».

Discours et idéologies « printaniers » y appellent donc à l’indignation, l’insurrection, le Grand Soir.

 Pourtant il suffirait d’un regard lucide sur le 14 Juillet 1789 pour rétablir la mémoire.

Pour se rappeler des conséquences: injustes, sanglantes, calamiteuses.

Déplorer le supplice collectif à la hache des élites de l’ancien régime et de leurs familles, suivi du suicide mutuel de celles du nouveau; commémorer « La Terreur », si bien nommée.

S’indigner du massacre des Vendéens et d’autres opposants.

De la sanguinaire Marseillaise, dont le texte, écrit aujourd’hui, passerait pour indigne.

Regretter la « vacance du pouvoir » provoquée par la disparition des élites.

Admettre que ce vide a permis l’ascension d’un caporal corse promu empereur.

Pousser un cocorico: on décapite roi et reine pour tomber sous le joug d’un empereur…

S’indigner de l’Empereur qui, comme il se doit, n’avait de cesse que de se constituer un empire.

Exportant, à feu et à sang, les effets dévastateurs de « La Révolution » sur toute l’Europe.

Pour finalement infliger défaite à son pays, mort et désolation au continent comme jamais Roi de France n’osa faire.

 

Ces faits indignes, parmi tant d’autres, sont occultés lors des festivités du 14 juillet.

Accréditant le pieux mensonge selon lequel l’avènement d’une démocratie républicaine en France est dû au « printemps » de 1789.

Accréditant, récemment, l’utopie « printanière » de l’insurrection comme vecteur de progrès.

Alors que l’analyse objective des conséquences de la révolution dite « française », et des évènements comparables (comme la « russe » de 1917), démontre le contraire.

 

Oubliés, aussi, les contrechocs de la mythique « Révolution » pendant le siècle suivant:

L’échec de 1789, indignation populaire visant la monarchie, fut tel que 80 ans après la France était toujours gouvernée par un « Empereur ».

Huit décennies d’indignation; d’instabilité chronique parsemée d’affrontements meurtriers.

Avec alternance chaotique entre pseudo-républiques et monarchies d’opérette qui aurait été risible si plusieurs générations n’avaient eu à en souffrir.

La France a la mémoire sélective. Chaque 14 juillet, elle scande encore « marchons, marchons » à la gloire de Sainte Colère dite « populaire » et des indignés de l’an un.

L’indignation y est toujours aussi puérile; on joue toujours à défiler de « République » pour prendre une chimérique Bastille.

Grotesque; car le pays actuel ne doit au 14 juillet 1789 que sang et larmes.

Sa réelle genèse remonte à la conjugaison de plusieurs facteurs pendant la décennie 1870.

Notamment la fronde et le discrédit du gouvernement de Napoléon III, aggravés par la guerre contre la Prusse et la perte de l’Alsace et de la Lorraine.

Sur fonds de bouleversement social majeur dû à l’émergence d’une classe ouvrière et d’une classe moyenne, issues d’une révolution vraie: l’industrielle du 19ème siècle.

 

Eriger le 14 juillet en fête nationale revient donc à glorifier un mythe porteur d’illusions.

Dont celle de l’indignation incantatoire comme solution aux problèmes.

 

143 Commentaires

  1. Le 14 juillet est la commémoration du 14 juillet 1790, fête de la Fédération. Pas de la prise de la Bastille.

  2. Souris donc

    Le 14 juillet, franchement : à la télé, défilé et garden-party à l’Elysée. En vrai : bal des pompiers, feu d’artifice et retraite aux flambeaux pour les drôles. Aubaine d’un jour férié.
    Je ne sais pas si vous, Roturier, avez demandé ces interlignes qui dispersent votre texte.

    Hello, Rotil !

  3. Bonjour Rotil, ce que vous dites est vrai…et faux à la fois. Car si officiellement ( ?) le 14 juillet commémore la fête de la Fédération, dans l’esprit de tout le monde ou presque il se rapporte à la prise de la Bastille. Or c’est l’imaginaire des gens qui compte.

  4. isa

    Ska, reviens, ils sont devnus fous!!!

    Un royaliste maintenat!

    j’i relu « Thérèse.. », cet été, merci de m’avoir rappelé cette nécessité.

  5. roturier

    D’accord avec Impat; peu sont les ‘érudits’ qui nieraient vraiment le lien entre le 14 juillet et la prise de la Bastille. Ce que je vilipende est le mythe fondateur instauré dans les têtes; et lui, il plébiscite la chute de la monarchie; quelle importance si c 1789 ou 90 ?
    D’autant + que la fête de la Fédération de 1790 n’a pas été fixée au 14 juillet par hasard; elle commémore la chute de la Bastille un an auparavant.

  6. isa

    Donc voici Roturier d’accord avec lui-même.

    C’est bien.

  7. Point n’est besoin d’être royaliste pour déplorer les côtés négatifs de la Révolution. Et ils sont nombreux, incluant les crimes.
    Je regrette infiniment que cette révolution ne se soit pas interrompue en septembre 1791. Les privilèges de la noblesse avaient été abolis, et la monarchie de droit divin abandonnée. Le reste aurait pu venir dans l’apaisement…

  8. roturier

    Souris : pour les interlignes je n’ai rien demandé ; la rédaction a qd même une marge de manœuvre… Cela dit, je ne m’en plains pas.
    D’ailleurs : garden party, défilé militaire, feux d’artifice et jour férié, même combat : à la longue, malgré et à cause de leurs banalité, ça nous façonne des notoriétés publiques dévastatrices.
    Isa : pas si vite en besogne. Nullement royaliste. En aucun cas je ne voudrais voir le retour d’une monarchie. Je regrette seulement l’effet trompeur d’un certain mirage fondateur français sur la vision du monde majoritaire. Et y décèle une cause principale de l’incapacité, hélas, de ce pays à s’en sortir. S’indigner et s’offusquer, toujours des autres, est plus facile.

  9. isa

    Roturier,

    Je n’aurais jamais pensé à remettre en cause notre fête nat’.

  10. Souris donc

    Il y a une fête nationale dans tous les pays, je pense, et un hymne. Le nôtre, particulièrement offensif, avec le sang impur dans les sillons, est vaguement mâchonné par les médaillés des JO et les hommes politiques en fin de meeting. Paroles et musique contrastent singulièrement avec le bisounoursisme.
    Donc, je me demande si ce mythe que vous dites « porteur d’illusion » n’est pas vide de sens, donc peu porteur. Je trouve presque plus scandaleux que les bouses socialistes aillent faire un cirque citoyen à la Bastille chaque fois qu’ils sont élus, et s’approprient un mythe issu des Lumières et des Salons. Et père en ligne directe de tous les totalitarismes. Mais cet aspect est gommé, ne reste que « l’indignation incantatoire comme solution aux problèmes. » Oui.

  11. Guenièvre

    @ roturier,
    Dans tout ce que vous dénoncez vous n’avez pas tort . Ce qui est le plus effarant, je trouve c’est la conception de la Nation que cette révolution a induite . En 1789 Sieyès dit :  » Le Tiers-Etat comporte tout ce qui appartient à la Nation et tout ce qui n’est pas le Tiers ne peut pas se regarder comme étant de la Nation.  » C’est extraordinaire non ? On fonde une Nation sur l’exclusion d’une partie de cette Nation, celle des privilégiés. De là les conflits perpétuels que nous avons en France et sans doute aussi cette sorte de  » haine des riches »….
    Mais cette révolution mythifiée fait partie de notre « roman national » qui était malgré tout jusqu’à récemment facteur d’unité et producteur d’identité nationale. Je pense que le plus préoccupant c’est que ce roman soit en grande partie effrité . Le 14 juillet vide de sens ? peut-être mais reste le rituel et c’est peut-être mieux que rien.

  12. Je ne connaissais pas cette citation de Sieyès. Elle est effrayante, mais hélas je crains que cet état d’esprit ne se retrouve encore en 2012 dans la tête de beaucoup de nos compatriotes. Y compris d’ailleurs parmi les intervenants d’un site voisin. Et cela explique bien des choses quant à la coupure permanente, latente, entre les Français, qu’on ne retrouve dans aucun autre pays.
    Cette Révolution, finalement, est encore en cours. Aurait-elle fait plus de mal que de bien?

  13. QuadPater

    Roturier vous dénoncez donc. Fort bien mais dans quel but ? Lorsqu’on y réfléchit, nous nous disons que vraiment, les paroles de la Marseillaise…, que la Terreur…, que Napoléon…

    Et quand on n’y réfléchit pas, environ 99,78 % du temps, nous agitons nos petits drapeaux en regardant les feux d’artifices, au milieu de milliers de gens dont nous nous sentons proches parce qu’ils font pareil.

    Guenièvre nous rappelle que reste le rituel. J’ajouterai les symboles, les mythes. C’est cela qui fait de la colle, de la cohésion, du liant. Les souvenirs communs font de l’autre notre copain.

    Qu’importe s’ils sont faux ?

  14. Souris donc

    Et les drapeaux du Maghreb à la Bastille ? Pour moi, ils signifiaient que ceux qui les brandissaient rappelaient qu’ils avaient voté à plus de 80% Hollande et qu’ils pensaient bien se rappeler à son bon souvenir à la première occasion.

  15. QuadPater

    Quand on veut participer à la fête nationale d’un pays, on brandit le drapeau du pays (ou rien, parce que les mains sont occupées par l’appareil photo).
    Si ce n’est pas le cas, c’est qu’on a envie de se distinguer pour faire chier, pour provoquer, pour montrer son refus des valeurs locales et de l’assimilation..
    En France 10 % de la population a décidé d’en faire chier 50 %, avec la complicité des 40% restant.
    C’est comme ça, c’est l’exception française (que française ?), la fracture ethnique, la fracture mrapique.

  16. Il est vrai que nous ne sommes pas aidés dans notre célébration de la fête nationale. S’il ne reste que le rituel, le symbole et le mythe, c’est fort désolant.
    Les Allemands ont pour fête nationale le 3 octobre, jour de la réunification. Quelle cause merveilleuse ! On ne pourrait pas trouver mieux.
    Il nous faudrait trouver autre chose que la révolution du 14 juillet, mais quoi ? Les paroles de la Marseillaise devraient pouvoir être changées, ou alors l’hymne remplacé par un autre. Mais par quoi ? Les Français sont tellement divisés (tout comme les Gaulois l’étaient déjà !) que je crains qu’on n’arriverait à se mettre d’accord sur rien. De plus, il faut compter avec ces « Français » d’une culture toute autre qui préfèrent brandir des drapeaux étrangers.
    Nous sommes donc condamnés à célébrer ce 14 juillet et chanter la Marseillaise aux paroles « indignes » encore longtemps.

  17. Souris donc

    Pour l’hymne, je verrais bien La Madelon, à la fois martial, jovial et convivial. Pour la date, je sèche, un jeu télévisé, vote par SMS surtaxé, ce qui ferait rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat pour abolir, non les privilèges, mais la dette ? Ce serait moderne.

  18. Mais nous avons déjà le 9 mai, pourquoi chercher une autre date?

  19. Souris donc

    Tous les ans une autre date, par choix des téléspectateurs, ce serait plus participatif.

  20. Souris donc

    A propos d’Egalité. Hier sur C dans l’Air, le mariage homo. L’habituelle harpie qui n’avait qu’un argument : égalité des droits (droit au mariage ! droit à l’enfant !). En face, ils mettent qui ? La chaisière Boutin. Pas de meilleur repoussoir. En boucle elle répétait une cellule mâle une cellule femelle, donc l’enfant a besoin d’un père et d’une mère. Moi j’aurais amené le débat sur le côté parodique du mariage gay, modèle réduit des fiertés fiottes. J’aurais dit, quelle image donnons-nous au monde musulman ? Des fiottes décadentes à toujours hurler à l’égalité.
    Tous égaux !
    Le logiciel nous attribue à chacun un logo. Des motifs de kaléidoscope qui ressemblent à de jolis flocons de neige. Moi, le logiciel m’a mis un petit Lu à svastika et gouttes de sueur autour. Encore heureux qu’il soit bleu et pas brunasse. Je sais bien que j’ai indéniablement un côté casque à pointe.
    Tous égaux !

  21. Souris,… »par choix des téléspectateurs »…
    Ah non alors! Et les autres?

  22. roturier

    Bon, faut croire que j’ai mal dosé le vitriol. Pas doué… Alors, dans l’espoir d’être plus clair :
    Qu’un mythe fondateur serve de ciment identitaire, pourquoi pas. Donc aucun a priori de ma part contre la marche martiale, les son-et-lumière et les autres simagrées d’une fête-nat.
    A condition de comprendre le bourrage de crâne, pas si subliminal que ça, transmis par l’adulation publique généralisée et constante d’évènements dont il n’y a pas à être fier.
    La Russie a fait son aggiornamento : la glorieuse révolution de 1917 est jetée aux orties, stigmatisée comme l’archétype d’une erreur monumentale et d’une faute monstrueuse.
    La France, elle, se gargarise encore, tous les ans, de la sienne.
    Quoi d’étonnant qu’on y appelle à l’indignation ‘populaire’, mère de la révolte, avec un tel retentissement ?
    Et qu’on donne la troupe pour bombarder des pays étrangers, qui n’ont rien demandé, d’une démocratie qui, comme chacun sait, est aéroportée et parachutable à condition d’être précédée par un tapis de bombes ?
    Et qu’on refuse d’analyser les vraies causes de ses malheurs vu qu’ils sont, Histoire falsifiée oblige, la faute aux autres ?

  23. Guenièvre

    Je n’ai pas le temps de chercher mais je crois que pas mal d’historiens ont montré que dans « le roman national  » qui tenait lieu de ciment entre les français comme le dit QuadPater , les différentes identités nationales que la France avait connues ( identité royale, identité monarchique , identité révolutionnaire, identité républicaine) s’emboîtaient les unes dans les autres . Par exemple , même si la révolution a été une coupure, il s’est opéré un transfert du sacré de la personne royale au sacré collectif de la Nation. Et si la République a repris la Marseillaise et les symboles révolutionnaires c’est pour assurer cette continuité.
    Manifestement nous sommes rentrés dans une période de mutation de cette identité nationale et nous quittons la période de l’identité républicaine pour rentrer dans une identité que certains qualifie d’identité démocratique ( même si beaucoup d’entre nous s’ accrochent à l’identité républicaine et la mythifie – je me compte parmi ceux-là !)
    Roturier, le messianisme, l’idée que la France avait un destin particulier qui consistait en une mission universelle, faisait partie depuis longtemps de l’identité nationale française et cela bien avant la Révolution. De cela aussi on essaie de sortir . Mais il ne s’agit pas seulement d’en sortir il faut remplacer par quelque chose en assurant une certaine continuité.

  24. @ Souris donc,

    Le droit à la masturbation intellectuelle devrait être reconnu dans la constitution, crois-je!

  25. Souris donc

    Sûrement une idée pertinente, la continuité du mythe et des symboles. Mon gros bon sens me dit qu’on convoque le révolutionnaire quand on a besoin de flons flons. C’est le politiquement correct, importé directement d’Amérique, que les socialistes recyclent en réalité, plus que les idéaux révolutionnaires. Y a plus que la CGT, et encore parce que ça fait leur affaire, qui essaie de faire croire au « ça ira ça ira ».

  26. Guenièvre

    M’est avis que votre « gros bon sens » n’a sans doute pas tort, Souris !

  27. Guenièvre

    Tiens c’est Pierre Nora qui fait ce constat assez clair même si l’on n’est pas obligé de le partager dans son entier :
    « Nous sommes en train de passer d’une nation étatique et militaire, paysanne et ouvrière, chrétienne, impérialiste et messianique à un autre type de nation qui se cherche encore dans la douleur. Et ce passage se traduit par l’avènement d’une conscience de soi, sociale, mémorielle et patrimoniale à la place d’une conscience de soi politique, historique et nationale. Un vaste mouvement de bascule qui consiste d’un côté dans un véritable désenchantement de l’histoire, de l’autre dans la mise en place d’une autre forme de rapport au collectif.
    Désenchantement de l’histoire. La réduction de la puissance, l’amenuisement de la place et du rôle de la France dans le monde; le sentiment, après avoir été, pendant des siècles, en première ligne des grands mouvements historiques, de n’en plus subir que les conséquences et les contrecoups; la remontée au grand jour de tous les refoulés de l’histoire nationale et le retour compulsif sur les épisodes les moins glorieux; l’anémie des mécanismes assimilateurs au moment même de l’arrivée massive de populations frappées d’un ressentiment colonial et de misère économique et sociale; tous ces éléments n’ont nullement dévitalisé le sentiment d’appartenance au contraire, ils l’on peut-être dilaté. Mais, en revanche, ils ont contribué à miner la confiance et l’attachement à une nation à la Renan, liée par de grands souvenirs à un projet commun. Un projet ? C’est ce qu’il y a sans doute de plus difficile à trouver pour une nation démocratique. En ce sens le gaullisme et le communisme, dans leurs versions antithétiques et complémentaires de la vocation nationale, ont certainement marqué l’apogée de l’identité française classique et son chant du cygne. Ce ne sont pas les balbutiements d’une Europe évidente mais introuvable, qui ont pu les remplacer. « 

  28. À Pierre Nora (aux bons soins de Guenièvre)
    … « Ce ne sont pas les balbutiements d’une Europe évidente mais introuvable, qui ont pu les remplacer. »

    Mais ce sont bien ces balbutiements devenus des échanges et des constructions en commun, qui vont les remplacer et commencent déjà largement à les remplacer.
    Avantageusement.
    Cette construction d’une nouvelle Grande Nation, la plus belle aventure qu’il nous soit donnée de vivre…

  29. Souris donc

    Pas doué ? C’est notre faute, pleins de bonne volonté, pas forcément percutants.
    C’est la canicule et la régression intellectuelle en France, que voulez-vous, Roturier.

    Mais comme dit Patrick, on n’a rien d’autre pour le moment. Les Russes ont fait faillite, donc ils ont été obligés de renoncer au mythe fondateur. Nous, on ne va pas tarder à faire faillite, attendez un peu. On est envahi, cf Amiens, on nous imposera un nouveau mythe avant qu’on ait eu le temps de faire ouf.
    Réfractaire au bourrage de crâne, je pense être lapidée.

  30. QuadPater

    Impat, une Nation sans langue commune ?

  31. Souris donc

    Impat rêve. La conasse européenne qui nous dicte ce qu’il convient de faire et ne pas faire avec les Roms est explicite : Normal Sup doit appliquer les directives. Point.
    L’Europe, c’est pour le plus grand bien des fonctionnaires européens, simple, non ?

  32. roturier

    Quad: quelle langue commune à l’Inde? Renseignez vous; il y’en a 1600, l’Anglais n’est parlé (et encore…) que par 20%. Les européens ont BCP plus en commun que les Indiens; et même que la plupart des chinois. Et j’en passe. Ces critères techniques comme la langue sont, en réalité Franco-Français (et je tente d’être poli).
    Souris: si Normal Sup continue à se recroqueviller dans le cocon Franchouillard il disparaîtra. Sans oublier l’ENA et le reste. C l’Europe ou rien. Avec et malgré les imperfections.
    Ce qui diluerait, à terme, les problèmes que je soulève ci-dessus.

  33. QuadPater

    Quad: quelle langue commune à l’Inde? Renseignez vous; il y’en a 1600, l’Anglais n’est parlé (et encore…) que par 20%.

    Je m’en fous de l’Inde mon ami. Je veux simplement savoir ce que j’ai en commun avec les Allemands et les Grecs qui m’amène à me sentir proche de ces peuplades.

  34. … « Ces critères techniques comme la langue sont, en réalité Franco-Français »…
    On ne saurait dire mieux.
    Nous devrions nous entraîner, souvent, à sortir des automatismes de pensée qui nous sont habituels.

  35. Guenièvre

    Quad, allez par exemple au Japon et vous verrez ce que vous avez de commun avec les Allemands …

  36. Guenièvre

    Je pense que chacun d’entre nous sent confusément cette « appartenance culturelle »à l’Europe, surtout quand il s’éloigne d’elle ou quand il s’intéresse à une autre civilisation . Et il est impossible de nier, par exemple, l’influence du christianisme sur la façon dont celui-ci a modelé au cours des siècles la conscience des européens.

  37. roturier

    Mon cher Quad
    C’est par l’opposition que l’on apprend. Le jour où vous serez en prise directe avec des Indiens (et j’en passe) vous comprendrez à quel point vous êtes proche des Allemands et des Grecs.
    Je laisse à souris le soin de surenchérir…. J’attends…
    @ Rotil: שבת שלום

  38. Souris donc

    « Je laisse à souris le soin de surenchérir…. J’attends… »
    Euh, oui. Aller dans le 9-3, on est plus dépaysé qu’au Japon ou en Inde ? C’est ce que vous attendiez ? Non, c’est nul.

  39. Souris donc

    Voilà. En plus, c’est le jeu de l’été : Quel souchien es-tu ?
    C’est d’une copine à moi, en plus, elle change de blog. A ne pas rater. Donc.
    http://dxdiag.over-blog.com/article-petit-jeu-d-ete-sympa-quel-souchien-es-tu-108564970.html

  40. Ah vous ne l’avez toujours pas digéré cette sanglante victoire les cocos ! La révolution n’est pas un dîner de gala comme disait l’autre ;D (*tends le baton pour se faire battre*).

  41. isa

    Je suis extrêmement choquée par l’appellation « fiottes » choisie par Souris pour nommer d’après ce que j’ai compris être les homosexuels.

    souris donne des leçons de courtoisie sur le weB?
    NotrePère cisaille et ne fait pas ici la moindre remarque? Mais votre vocabuliare est extrêmemnt impoli, mais peut- être est-il de bon ton dans la « réacosphère » que je n’ai pas la joie de connaître?

  42. Souris donc

    Ah Galaad, vous ne nous comprendrez jamais. Chez vous il y a un roi et la liberté d’expression, chez nous, c’est république et répression.

  43. QuadPater

    Bien vu, isa, en effet je ne fais pas de remarque ici parce qu’ici n’est pas le lieu adéquat pour faire des remarques.
    Vous avez ce lien pour faire connaître vos doléances.

  44. isa

    Vous plaisantez NotrePère? Les adjonctions que j’ai reçu, que vous avez cisaillé ensuite, se sont bien passées en ce lieu, non?

    et vous laissez se développer la haine, c’est pire que l’ironie, me semble-t’il?

  45. Souris donc

    Au chapitre sentiment d’appartenance et mondialisation fraternelle, les études sur la gentrification urbaine concluent que (on en a déjà parlé, c’est pour mémoire) :
    Les bobos frivoles CSP+ donneurs de leçon investissent certains quartiers populaires. Attention, pas les cités de banlieue, rassurez-vous. Plutôt les friches industrielles et les centres-villes décrépis. Bonnes affaires et lofts. Dans toutes les grandes villes du monde.
    Le CSP+ français est plus proche du CSP+ du pays le plus lointain que de son voisin immigré qu’il côtoie sans jamais se mélanger, ni mettre les enfants dans les écoles du quartier.
    Même s’il raconte métissage, et blabla, et halte au racisme. Il est le plus raciste de tous, car abrité derrière un discours hypocrite. Malin.

  46. isa

    Je ne comprends pas votre dernière intervention, Souris, quel rapport avec vos grossièretés ou le sujet traité ici?

    Personnellment, je ne me sens pas touchée, j’habite le XVIème Nord.
    bourge de chez bourge, je suis, mais cela n’a strictement rien à voir avec le fait que je ne supporte absolument pas les homophobes et les racistes. Sachez qu’on en rencontre bien partout , je ne pense pas qu’à la base Ska ait désiré ouvrir un site incitant à la haine, cela doit $etre même tout à fait le contraire: il a les extrémistes en horreur!

  47. Souris donc

    ça ne s’adresse pas à vous, mais s’inscrit dans la discussion à propos du Japon et de l’Inde

  48. QuadPater

    C’est par l’opposition que l’on apprend. Le jour où vous serez en prise directe avec des Indiens (et j’en passe) vous comprendrez à quel point vous êtes proche des Allemands et des Grecs.

    Notre pensée se structure selon les concepts présents dans notre langue, et il est vrai que la plupart des langues européennes manipulent en gros les mêmes. Ma façon de penser le monde est certes plus proche de celle d’un Grec que de celle d’un Japonais, j’ai pu le vérifier à plusieurs reprises.
    Cependant l’existence des langues elles-mêmes et des multiples cultures nationales serait forcément un obstacle à la création d’une nation du type États-Unis d’Europe. Obstacle pas nécessairement insurmontable, mais probablement très long à contourner.

  49. Je suis étonnamment en accord avec ce que vient de dire Souris, dois-je aller voir un docteur ?

    Je crois que ce que vous décrivez là entre bien en compte dans cette décadence à l’oeuvre que j’ai tentée de décrire sommairement l’autre jour. Il m’est terrible de voir (et c’est un phénomène qui s’observe dans mon plat pays aussi) cette destruction postmortem de la culture ouvrière par cette espèce parasitaire que l’on nomme bobo. Ces Jean-Charles à mèche aveuglante et à portefeuille compensant le vide sidéral de leur cerveau, colonisent ces anciens quartiers populaires en construisant à l’aide des ruines de leur culture, et notamment de la culture ouvrière, des bâtiments à leur image. Combien de lieux de rassemblement, d’usines ou de cafés ont été depuis investis par la fureur « artistique » de ces grotesques personnages en vue d’en faire des « lofts » ou des « bars hype » ? Je ne parle même pas de la muséification de ladite culture… Me fous les larmes aux yeux tout ça. Quand on pense qu’il existe encore des ouvriers…

    Ceci s’applique par ailleurs aussi à la ruralité. Les bourgeois urbains, las de cette vie infernale de la ville qu’ils ont historiquement constituée, tendent à revenir à la campagne histoire d’échapper à une urbanité devenue complètement folle. Ici, même constat sociologique : c’est pas Jeannette ou Ahmed au SMIC qui profitent de cette nouvelle « tendance ».

  50. Et pour le plus grand bien de Goldman Sachs et des yankees ? Et des grandes industries agricoles, et des négriers postmodernes de la Chine, et des entreprises transnationales, et des banques spéculatrices, et des etc..

  51. Oui, et croyez-moi il n’y a pas que les Français qui s’attachent à cette identité républicaine… On a voulu franciser l’Europe, résultat c’est l’Europe qui américanise la France, avec son cortège de fléaux typiquement ricains (mafias, ghettos, prolifération d’ethnies, consumérisme monomaniaque, etc.). Si la France ne se réveille pas pour désobéir, dans cette tradition d’insoumission typiquement française, à l’Europe façon 1789 ou façon De Gaulle, c’en sera fini de ce beau modèle républicain qui aurait pu inspirer l’Europe entière, et notamment pour faire face au multiculturalisme anglo-saxon (et au libéralisme économique sauvage qui l’accompagne, cette chienlit laisser-fairiste comme dirait Allais).

    Cf. ce que disait Debord à ce sujet…

    ———
    Message modifié par Quad : mieux vaut donner un lien plutôt que citer in extenso de longs passages.

  52. Souris donc

    Pour votre consultation, Galaad, vous avez la Jouvence du Docteur Souris, je vous fais une réduction. Je vous ai aussi décrit la « fureur artistique » des metteurs en scène d’opéra.

    « Les bourgeois urbains, las de cette vie infernale de la ville qu’ils ont historiquement constituée, tendent à revenir à la campagne » :
    Vous parlez, je suppose, des lotissements périurbains que les bobos désignent avec mépris comme mitage du paysage par les zones pavillonnaires (comme si le paysage était un parc d’attraction bobo) ? Alors que ces gens, chassés par la hausse des loyers et inéligibles au logement social, se tapent des heures de trajet pour venir travailler au centre. Ou alors des turbos qui ont leur abonnement TGV, vivent à la campagne et viennent à Paris tous les jours ?
    Les bobos sont à flinguer, on est d’accord, mais l’essentiel dans mon post, c’était « dans toutes les grandes villes du monde », il semble qu’une uniformisation se forme au niveau des CSP+, cf. les standards hôteliers partout les mêmes, l’habillement, les habitudes et modes de consommation.

  53. Guenièvre

    C’est quoi CSP ? Contrat sécurisation professionnelle ?

  54. Patrick

    @ Souris
    « Le logiciel nous attribue à chacun un logo. Des motifs de kaléidoscope qui ressemblent à de jolis flocons de neige. Moi, le logiciel m’a mis un petit Lu à svastika et gouttes de sueur autour. »
    Vous pouvez mettre une image de votre choix en passant par gravatar.com

  55. Guenièvre

    « et c’est un phénomène qui s’observe dans mon plat pays aussi »

    dans la ruralité belge aussi ? Jusqu’à Tourinnes la Grosse ?

  56. QuadPater

    Catégorie socio-professionnelle.

  57. Guenièvre

    Merci Quad !

  58. roturier

    Quad: ‘Obstacle pas nécessairement insurmontable, mais probablement très long à contourner’.
    Nous sommes d’accord. Et ça prendra le temps que ça prendra. La Suisse a fort bien surmonté un pb linguistique; la condition étant une convergence civilisationelle.
    Alors, souris? Rien à redire sur ça?

  59. isa

    C’est bien cela, les extrémistes sont d’accord.

  60. Souris donc

    Non, rien à redire, avec une restriction sur « la convergence civilisationelle ». Les pays latins et les pays de civilisation germanique du nord de l’Europe me semblent très différents, voire assez incompatibles, dans leur appréhension du monde et leur éthique. Y a qu’à se demander pourquoi tous les problèmes européens se concentrent dans le Club Med fainéant et arnaqueur. L’héritage grec ? Romain ? Catholique ? La chaleur ? Mais le fait est.

  61. Rassurez-vous, Souris donc… Il y a un autre problème qui concerne aussi les pays de civilisation germanique et la Russie, c’est la démographie. Aucun pays d’Europe, aujourd’hui, n’assure simplement le renouvellement de la génération actuelle.

    Et c’est extrêmement grave.

    Peut-être que les politiques d’immigration sont pour pallier ce problème, mais alors il se prépare un remplacement des populations, et j’avoue que cela me fait peur. D’ici que je vois un jour ma petite-fille voilée, il n’y a pas loin.

    Bon, j’espère qu’alors elle me rejoindra. Mais ça me fait mal pour celles qui ne le pourront pas.

  62. Souris
    ,… « Les pays latins et les pays de civilisation germanique du Nord de l’Europe me semblent très différents »…

    C’est évidemment vrai, c’est pourquoi les choses fonctionneront mieux dans quelque temps (5 ans, 10 ans ? C’est à dire rien) lorsque l’Union aura mis en place un budget fédéral. Le problème deviendra alors le même qu’entre l’Ile de France et la Creuse, ou entre l’Italie du Nord et l’Italie du Sud.
    Tout cela cependant ne concerne que l’aspect économique de l’Union, aspect important mais secondaire.

  63. roturier

    Eh! Oh!
    Y’avait question du 14 juillet et de mythes fondateurs?
    On a pris la tangente, là.

  64. Souris donc

    Le sujet est épuisé. En tous cas, moi.
    Roturier, vous écriviez « …accréditant, récemment, l’utopie « printanière » de l’insurrection comme vecteur de progrès. »
    On enlève un tyran pour en mettre un pire encore. Voilà le progrès au pays de l’ubu franc et massif.
    Et plus généralement du progressisme, qui, lui, glisse plus sournoisement vers le collectivisme, dit émancipateur, d’un Etat de plus en plus présent et pesant. Et voleur. Car quand cet Etat a besoin d’argent, il le vole en vous taxant comme un racaille vous taxe votre Ipod.
    Mais il met des jolis noms sur la tyrannie. Citoyen, responsable, participatif…

  65. Guenièvre

    La révolution française n’est pas l’épisode de l’histoire de France dont je suis le plus fière. Cependant il me semble que le 14 juillet est, dans l’imaginaire populaire ( même si ça ne correspond pas à la vérité) lié à la prise de la Bastille. Et la Bastille, même si elle est bien en-dessous de la légende noire qu’on lui a faite, est le lieu où l’on emprisonnait de manière arbitraire, sans jugement, tous ceux qui osaient une critique du régime. C’est le lieu où furent détenus Montaigne et Voltaire, le lieu où mourut Bernard Palissy et bien d’autres anonymes. Symboliquement c’est fort !

  66. Souris donc

    Ça y est ! C’est Guenièvre qui a attrapé la queue du mickey de la maïeutique de Roturier.

  67. roturier

    On s’en fout de la véracité historique du mythe.
    Seuls comptent ses effets sur la vision du monde, la perception des problèmes et des solutions de ceux qui lui sont exposés bon an mal an pendant des siècles.
    Un mythe fondateur mensonger incite à une vision du monde utopique et des solutions illusoires.
    La France en est là.

  68. Souris donc

    « Un mythe fondateur mensonger incite à une vision du monde utopique »
    Illustration :
    Le bourrage de crâne de Libé et du Monde à propos des trois punkettes qui ont chanté contre le régime dans une église orthodoxe, c’est chez mon Fromage + préféré en tant que souris.
    … »Ces incroyables trous du cul osent titrer “La condamnation des Pussy Riot “digne de l’Inquisition”” [Le Monde] et “Au goulag pour une chanson” [Libération]… »
    Génial ! De loin le papier le plus percutant.
    Tous chez Fromage + !

  69. Souris donc

    Je veux dire génial, parce que partout ailleurs, aux cafés du commerce divers et variés, c’est « ah oui, Poutine y va fort. Mais non, mais si ». Personne ne s’interroge comment la chose nous a été présentée par les journalistes.
    Normal Sup et sa bande de dangereux crétins endoctrineurs sont en chute libre dans les sondages des Cent Jours. Les vaselinés ont la gueule de bois. Qu’ils attendent 5 ans maintenant, ils l’ont voulu, ils l’ont…in the baba.

  70. En fait on sait très bien que le mythe à la base de la République est un mythe éculé, la prise de Bastille ayant surtout constitué la libération de 5 personnes douteuses, et dans le massacre des gardes françaises, mais tout comme le drapeau tricolore et l’hymne, cela fait maintenant partie intégrante de la Nation. Les soldats de 14 et de 40, qui se sont mieux battus qu’on ne le dit, se sont battus sous ses couleurs et au son de cet hymne.
    Nation qui actuellement se fiche bien d’ailleurs de tous ces symboles, le patriotisme n’ayant jamais été aussi peu pratiqué en France. Il est de toutes façons maintenant abandonné à l’extrème droite.
    La Révolution a entériné des réformes en cours dans la Monarchie de l’époque déjà. Louis XVI a signé la déclaration des Droits librement, et même le Code civil parachève l’unification de la coutume commencée sous Louis XV.
    Révolution qui était inutile et a fait perdre du temps à la France, c’est Braudel qui le dit. Et qui a induit dans les mentalités cette idée de l’homme comme concept, séparé de la nature, coupé de toute transcendance.

  71. roturier

    @Grandgil: je ne puis être davantage d’accord avec vous puisque vous surenchérissez sur moi…
    SAUF UN DETAIL ET NON DES MOINDRES: votre début: ‘En fait on sait très bien…’.
    MAIS QUI DONC SAIT TRES BIEN ? Si ce savoir avait été vraiment partagé on aurait laissé tomber depuis longtemps et le mythe et la symbolique néfaste qu’il véhicule dans son sillage avec sa cohorte de politiques intérieures irresponsables.
    Ainsi que leurs effets extérieurs: interventions militaires on ne sait où et on ignore pourquoi; sauf sous prétexte de promouvoir une ‘révolution’ (ou un printemps ou un mardi ou que sais-je).
    Apprentis sorciers que nous sommes, à piloter une bonne vieille canonnière coloniale… Certes aéroportée; mais ça change quoi?

  72. « Y a qu’à se demander pourquoi tous les problèmes européens se concentrent dans le Club Med fainéant et arnaqueur.  »

    C’est une blague ? Parce que j’me suis bien marré.

    F.O.G. sors de ce corps !

  73. Un tel processus n’amènera rien de bon, et vus les bons à rien qui commandent l’UE vous pouvez être surs que sous un commandement fédéral l’UE sera éparpillé façon puzzle en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

    Le sommeil des peuples n’est pas éternel, sachez le.

  74. Guenièvre

    @ roturier,

    « On s’en fout de la véracité historique du mythe. »

    « Un mythe fondateur mensonger incite à une vision du monde utopique et des solutions illusoires. »

    J’ai un peu de mal à vous suivre. ça doit être la chaleur…

  75. roturier

    Ce n’est pas la chaleur, Guenièvre, puisque vous trouvez l’énergie de me lire assez attentivement pour débusquer des incohérences. J’en suis d’ailleurs flatté.
    C’est ma paresse. J’aurais dû écrire ceci:
    ‘En soi, on s’en fout de la véracité historique du mythe. Si ce n’est qu’un mythe fondateur mensonger incite à une vision du monde utopique et des solutions illusoires.’
    Sans oublier la phrase intermédiaire qui me semblait suffisante (mea culpa) pour clarifier:
    ‘Seuls comptent ses effets sur la vision du monde, la perception des problèmes et des solutions de ceux qui lui sont exposés bon an mal an pendant des siècles’.

  76. Guenièvre

    Merci roturier, je comprends mieux !
    En fait, ce que j’essayais de dire, c’est que si on s’en tient à ce qui était transmis pour cet événement précis jusque dans les années 60, tel que je m’en souviens moi ( je revois toujours l’instituteur nous l’expliquer ) , à savoir : 14 juillet = Prise de la Bastille = mise à bas de l’arbitraire, je trouve que c’était plutôt positif comme vision du monde. Comme le disait Souris plus haut, c’est l’exploitation de la Révolution dans tout son déroulement et la justification de la Terreur par des historiens comme Albert Soboul, à des fins politique qui est condamnable et qui l’a tordue cette vision du monde.

  77. grandgil

    Les historiens sérieux, veux-je dire, savent très bien quoi penser du mythe. Jean Meyer, Tulard, Chaunu etc…
    Le 14 juillet est devenu la Fête Nationale, comme dans beaucoup de pays, sur une légende, mais c’est bel et bien la Fête Nationale qu’on le veuille ou non..;
    Vous parlez de symbolique Rotil, vous savez, elle ne veut plus dire grand chose pour de trop nombreux français.
    Au moment d’une possibiltié de restauration monarchique en 1875 le comte de Chambord a refusé de redevenir roi sous prétexte qu’il ne voulait pas du drapeau tricolore qui était le drapeau de la première commune de Paris, mais ce drapeau était devenu entre temps le drapeau de TOUS les français, y compris ceux qui restaient monarchistes à l’époque.

  78. grandgil

    Non ce mythe n’incite pas à une vision utopique et mensongère, plus depuis longtemps, c'(est un sy,mbole de la Nation telle qu’elle est…

  79. J’ai pas parlé de symbolique… C’est pas moi!

    Faut quand même pas tout me mettre sur le dos ! Non mais des fois!

  80. roturier

    Comment Grandgil (je l’espère plus actuel que sa photo); ainsi que d’autres.
    Comment pouvez-vous affirmer avec tant de certitude être à l’abri du mythe qui vous berce depuis votre plus tendre enfance? Etre immunes à ses messages?
    Vu que par définition, vous raisonner avec la tête travaillée par ce mythe au moins un jour par an (sans oublier les messages subliminaux constants d’un environnement conditionné par le mythe).
    Vous ignorez le mythe comme un poisson ignore l’eau; vu que vous êtes plongés dedans.
    On dirait la certitude du fumeur compulsif qui nie être téléguidé par la pub.

  81. Souris donc

    « La France est en phase de régression intellectuelle, parce que la vie scientifique suppose la liberté totale de critique et que cette liberté n’existe plus dans le pays. L’auteur analyse notamment les lois de censure (loi Gayssot, loi sur la HALDE, lois dites « mémorielles »…) qui exposent à l’amende ou à la prison ceux qui osent dire certaines vérités contraires à l’orthodoxie régnante ou seulement aborder certains sujets tabous. »
    (Présentation Amazon de La Régression Intellectuelle, de Philippe Nemo)

    Sur la couverture : une France avec du sparadrap sur la bouche.

  82. Souris donc

    « Données sensibles » = taisez-vous ! « Acceptabilité publique » = taisez-vous ! Sinon l’appareil répressif se met en marche : HALDE, CNIL, SOS-Racisme, juges gauchistes.

  83. Guenièvre

    Comment pouvez-vous affirmer avec tant de certitude être à l’abri du mythe qui vous berce depuis votre plus tendre enfance? Etre immunes à ses messages? »

    Je n’affirme rien de tout cela . En plus j’ai baigné dans un milieu de gauche, je sais donc que je suis tout à fait imprégnée de certains messages . Quand je dis que « la lutte contre l’arbitraire  » est un bon message , je sais d’où ça vient et j’assume. Pour d’autres choses j’essaie de prendre des distances.
    Mais qui peut dire qu’il échappe véritablement à toute idéologie à partir du moment où il parle de politique ?

  84. Je sais bien Rotil, je sais allez en paix

  85. grandgil

    A Roturier,
    Pour les autres je vous reponds tout de suite, un gamin actuel n’en a rien à foutre de ces mythes, c’est tout simplement qu’il s’en fout.
    Pour moi, je vais être un irrécupérable pour Isa, j’ai grandi élevé par des parents qui étaient d’Action Française, tout un milieu d’anarchistes de droite dans lequel on parlait politique aux enfants dés qu’ils étaient en âge de comprendre.
    Donc il y a peu de risques.Simplement voyez vous, même Jacques Bainville, historien d’AF, souligne opportunément que Valmy, le drapeau tricolore, l’hymne, entre autres, sont part intégrante de l’histoire de France. Ne faîtes pas l’erreur inverse de ceux pour qui il y a l’Avant, (ouh pas beau, et l’Après Révolution, beaucoup mieux).
    Cela ne m’empêche nullement de souligner que l’on ne parle pas assez des Guerres de Vendée, entre autres, ce premier populicide…dixit Gracchus Babeuf

  86. grandgil

    PS pour Roturier, veux-je dire
    Votre réflexion sur ma photo de profil, Gabin dans la « Traversée de Paris » est assez éclairante au fond sur votre pensée, finalement en phase avec la pensée actuelle dans le culte de l’apparence et de l’immédiateté

  87. grandgil

    Sinon, quant à moi, ces symboles de la Nation, j’y tiens, ils devraient faire le ciment de la France qui est UNE et non multicul (quelle que soit la communauté issue ou non de la diversité (TM°) dont on cause), tout comme je tiens dur comme fer à l’Education Nationale (y’en a qui vont hurler ou faire dans la raillerie, je le sens)

  88. grandgil

    En ce moment, c’est à peur près tout le monde qui revendique d’ailleurs ce « droit à la différence » tout en faisant preuve par ailleurs d’un étonnant conformisme de pensée
    http://mesterressaintes.hautetfort.com/archive/2012/08/18/le-droit-a-la-difference-et-le-conformisme-delirant-de-notre.html#comments

  89. roturier

    @ Genièvre: bonnes questions que tout ça.
    Il se trouve que perso, ni Français ni francophone de souche, j’étais bercé par d’autres mythes (pas forcément meilleurs…).
    Je n’ai donc aucun mérite à diagnostiquer ceux d’ici, les ayant observé, les yeux écarquillés, depuis au moins 30 ans avec un ‘regard extérieur’. (Et j’approche un âge canonix).
    Et j’affirme ne connaître aucune exception française sauf celles, notables, qui découlent des mythes qui nous préoccupent ici.
    Sinon, ce pays mérite bien mieux que la piètre opinion dont le tient une partie de sa population.

  90. grandgil

    « Sinon, ce pays mérite bien mieux que la piètre opinion dont le tient une partie de sa population ».
    Qui ? Des noms ?

  91. grandgil

    Les méchants profs entre autres ? ^^
    Les profs, y sont méchants

  92. roturier

    @Grandgil & aux autres:
    Ne vous est-il jamais venu à l’esprit que le dernier des ‘jeunes racailloux de banlieue’ pourrait être imprégné des mythes dont je parle, ne soit-ce que par son séjour à l’école française et par le discours publique ambiant auquel il n’est pas étanche ?
    Et, à l’insu de son plein gré (ou pas), voir dans la légitimation-glorification de l’indignation-insurrection-révolution, véhiculés par l’adulation du 14 juillet, un fondement idéologique, un blanc-seing interdisant d’interdire ; donc permettant tout ?
    Un symbole, c’est vite retourné… Et ça tourne…

  93. grandgil

    A Roturier, cela n’a rien à voir pour une bonne raison, le « jeune de banlieue » ne maîtrise pas l’histoire de France..
    Pas que lui d’ailleurs, les petits bourgeois non plus à part deux ou trois clichés.
    Et c’est bien ce que pensais, les méchants ce sont les profs.
    Dont je suis, et aver fierté, dans le public.

  94. grandgil

    Il faut dire que les Lettres et l’enseignement de l’Histoire ont été tellement méprisées depuis cinquante ans, que ce soit à droite ou à gauche d’ailleurs.

  95. grandgil

    N’est-ce pas Souris, les musulmans y sont méchants ? Tout est de leur fôte non ??

  96. Souris donc

    Oui, moi, je le pense absolument ça, le racaille a très vite compris comment nous fonctionnions et retourne les symboles, en nous tenant le discours de la victime opprimée. Bien sûr. Il nous caricature même et nous renvoie notre image d’imbéciles liberté-égalité-fraternité. Où il appris ? Mais tout le temps et partout. Notre imbécillité l’encourage.

  97. Souris donc

    Seules trois choses unissent la Belgique : la bière, le foot et le roi.*
    Ça c’est sûr, une fois.

    Mais nous ?

    (*de qui, au fait, la belle sentence ? Galaad n’a pas le droit de donner la réponse)

  98. roturier

    Dites donc, Grandgil.
    Rendez-vous compte que vous êtes le seul à parler des profs? Décidément c’est une idée fixe.
    Perso l’idée que le pb incombe aux profs plus qu’aux autres m’est étrangère. L’école est une courroie de transmission, pas une source. Hélas, peut-être, mais c comme ça.
    Cessez donc de ramener ça, vous êtes hors sujet.
    Concernant l’ignorance de la population immigrée dans l’Histoire de France: prof, vous savez certainement que la finalité de l’enseignement n’est pas de bourrer les crânes avec une foultitude de détails disparates, mais d’ouvrir des schémas de pensée.
    Nul besoin donc de connaître l’Histoire pour capter l’air du temps.
    Et lui, il vocifère depuis deux siècles: ‘indignez-vous’.
    Ils s’indignent donc. Cela s’appelle s’intégrer.

  99. Souris donc

    C’est ce que je disais, à ma façon, mais le post est coincé. Le racailloux est imbibé de l’air du temps et ne fait que nous caricaturer, des insurrections (on a lu et entendu le terme) pour défendre le biz, mais avec l’apparence de la victime de la société. Et les caméras sont bien complaisantes, les commentaires et interviews bien complaisants aussi, renforçant ces comportements. Bon, ils n’ont tué aucun policier cette fois, ça va, et ça ira ça ira.

  100. roturier

    @ Grandgil: à mon tour d’être hors sujet.
    Gabin était COMEDIEN. Est-ce clair?
    Sa gueule, il en a fait un fonds de commerce. C son droit, mais y’a pas de quoi éjaculer d’admiration.
    L’adopter comme logo équivaut à celle de Mickey en plus prétentieux.

  101. Souris donc

    Faut l’excuser. « Lesprofs y sont méchants ». « Les musulmans y sont méchants », il radote ça en boucle, dès qu’il est largué.

  102. grandgil

    A Roturier,
    Je vous tendais une perche pour vous aider, sur ce site, quand vous dites du mal des profs ou des musulmans, vous êtes hypra populaire.

  103. grandgil

    Oh, non, Roturier, vous vous laissez aller à l’attaque personnelle..
    Quel dommage !
    C’est tout à fait dans la note de l’égalitarisme actuel votre com, hein, ceux qui veulent sortir un peu la tête du bourbier sont prétentieux…CQFD

  104. grandgil

    Ben, c’est pas la base de tout ce qui va mal en France ?

  105. grandgil

    Ah le bon stéréotype bien gras, sur les belges, qui ne disent jamais « une fois » en fin de phrase
    Cela dit, c’est vrai, le ciment de la nation en Belgique c’est le roi

  106. QuadPater

    Voilà que vous vous disputez sur les avatars maintenant !?

  107. Souris donc

    Comme après l’attaque personnelle, il va sortir sonradotage sur l’anonymat, selon son schéma de radoteur, je vais lui tendre une perche pour l’aider :
    http://ilikeyourstyle.net/2011/01/25/lanonymat-sur-internet/

  108. Et encore, vus les résultats (ou plutôt leur absence) de notre équipe de foot, c’est trèèès largement discutable.

  109. Souris donc

    C’est votre Premier Ministre Y. Leterme, qui sort des stéréotypes bien gras. Mais une fois seulement.

  110. grandgil

    En voilà un autre, je parle où d’anonymat
    Allez, je vous laisse vous exciter entre vous..
    .

  111. grandgil

    Ah ben oui, c’est pas moi c’est l’autre msieur qui sort des stéréotypes xénopobes, la source de la citation au fait ?

  112. grandgil

    Je ne parlais pas de la formule mais de votre com cher souriceau

  113. Souris donc

    Pas l’envie ni le temps de chercher dans vos radotages, mais quand vous êtes à court d’argument, est-ce que oui ou non on a droit au couplet ah mais moi, mon blog est à mon vrai nom, vous êtes diffamatoires, allez Grandgil, c’est votre blague préférée, vous la sortez à chaque fin de banquet.

  114. Ex-premier, le même qui a entonné la marseillaise comme hymne national de la Belgique (ce qui n’est par ailleurs pas pour me déplaire).

    J’allais partir sur une diatribe contre les élites belges, mais finalement je vais m’abstenir.

  115. Guenièvre

    @ roturier,
    « Il se trouve que perso, ni Français ni francophone de souche, j’étais bercé par d’autres mythes »

    Très intéressant alors votre regard sur les français de souche. Vous pensez que notre posture d’indignés permanents est lié à ce mythe fondateur qu’est la Révolution ?
    Je me demande si elle ne l’a pas plutôt renforcé car enfin les français qui ont fait cette révolution l’avaient bien déjà cet esprit là ? La France n’a-t-elle pas toujours été division, les français en déchirements permanents ? Peut-être est-ce pour cela que l’on a toujours eu besoin d’un état fort…et que l’on vit encore plus mal que les autres cet effacement de l’autorité étatique.

  116. Guenièvre,
    … « et que l’on vit encore plus mal que les autres cet effacement de l’autorité étatique. »…
    Cette phrase me surprend au détour de votre commentaire très juste.
    J’ai le sentiment pour ma part que l’autorité étatique ne cesse de se renforcer, se faisant du coup de plus en plus pesante! Intéressantes impressions contraires dans un même environnement…

  117. Guenièvre

    @ Impat,

    L’état est sans doute pesant mais il a changé de nature . Il est devenu une maman qui nous prend par la main pour nous guider et nous empêcher de faire des bêtises… Par contre ses institutions : police, école etc…ont perdu beaucoup d’autorité et de légitimité dans l’esprit des citoyens, du moins j’ai l’impression non ?

  118. roturier

    @ Grandgil (je sais que vous êtes là, tapis dans l’ombre).
    J’ai peut-être un peu poussé le bouchon, mais on me trouve qq circonstances atténuantes un peu plus haut. Oublions.
    Cela dit, le choix d’un avatar n’est pas anodin. Pourquoi Gabin et pas Fernandel? Je vous laisse répondre, cette question est entre vous et vous.

  119. Guenièvre, vu ainsi je vous suis totalement. D’ailleurs vous aviez bien écrit «effacement de l’autorité étatique » et non de l’état. Finalement nous assistons à de plus en plus d’état, et de moins en moins d’autorité étatique. Et de moins en moins d’autorité tout court.

  120. roturier

    @ Guenièvre : qui suis-je pour trancher la question de l’œuf et la poule ? L’indignation a-t-elle précédé le mythe ou le contraire ?
    En revanche, mon regard extérieur me fait douter d’un autre mythe : les Français sont rebelles, rétifs à l’autorité, toujours à se livrer à des querelles intestines. Bref, le syndrome Asterix.
    Sympa ; mais, comme la révolution, ne résiste pas à l’analyse.
    La France est un royaume millénaire ; depuis très longtemps sous une forme géo-politique (capital, périmètre) et culturelle (langue, religion) quasi identique à l’actuelle.
    Ce qui n’est pas le cas des voisins ; Allemagne, Italie, Espagne, Royaume Uni etc. étaient, il n’y a pas si longtemps, des conglomérats de principautés passablement belligérantes. J’abrège.
    Ce qui pourrait témoigner d’une capacité française à ‘courber l’échine’, à accepter l’autorité.
    Bref, j’aurais tendance, mais c’est un avis perso qui vaut ce qu’il vaut, à croire que le mythe révolutionnaire est à l’origine de la posture indignée et pas le contraire.

  121. Mais mon cher je ne vous en veux pas une seconde (je m’en fous un peu), cela n’est pas une réelle discussion puisque la plupart ne font qu’asséner des opinions dont ils attendent un blanc seing de la part des autres commentateurs et non chercher à débattre, de plus le Net n’est qu’un divertissement au sens pascalien.
    Sur mon avatar, ne me dites pas que vous n’avez jamais lu Marcel Aymé ?

  122. grandgil

    Pour tenir ce discours et écrire ce com mon cher il faut « avoir du souffle » comme on dit, et avoir étudié le sujet historiquement pendant des années comme Chaunu, Blüche, Meyer, Mandrou et Tulard, que je suis sûr vous avez tous lu ?
    Vous avez de l’Ancien Régime une image totalement errronée, la même que ceux qui croient aux mythes que vous critiquez, est-ce ironique ?, la monarchie française n’était en rien un régime autocratique. Le roi de toutes façons n’en aurait pas eu le pouvoir.
    Les provinces étaient liées entre: elles par l’assentiment de vivre en paix autour de la personne du Roi, par le consentement de chaque sujet.Ces provinces ont souvent été turbulentes, comme sous la Fronde, et pendant les Guerres de Religions…
    Sans qu’il n’y ait pour autant de répressions sanglantes…
    Très souvent, quand l’intendant du roi dans les provinces cherchait à mettre en place un nouvel impôt, il n »était pas rare qu’il finisse au cimetière, sans qu’il n’y ait de représailles, ainsi à Montpellier en 1732 entre autres, l’intendant est reparti sans ses gonades…
    La centralisation progressive du pouvoir a commencé sous Colbert, car il fallait bien rationnaliser et c’est là que l’on a commencé à unifier la coutume qui donne le Code civil en 1803.

  123. roturier

    Faut-il vraiment écrire autant pour exprimer un accord avec moi?
    La comparaison avec d’autres pays d’Europe démontre qu’aucun intendant du Roi ne pouvait aller dans les ‘Provinces’ pour lever un impôt car il n’y avait pas de Roi commun à toutes les ‘Provinces’, vu qu’elles étaient des principautés indépendantes et souvent hostiles. Le Roi de Prusse ne pouvait lever un impôt en Bavière qu’au terme d’une occupation militaire; l’idée d’envoyer un intendant ne lui venait même pas à l’esprit.
    Le degré d’intégration des ‘provinces’ à la couronne centrale étaient bien + important en France qu’ailleurs, et ceci bien avant Colbert et Louis 14. Après eux, évidemment, bien davantage.
    L’équivalent d’une fronde dans une province française dans un autre pays d’Europe aurait été une guerre entre le Prince de ceci et le Duc de cela.
    Les Français ayant perdu l’Alsace et la Lorraine et 1871 considéraient avoir perdu contre la Prusse, pas l’Allemagne…Cette dernière était une notion vague, alors que depuis des temps immémoriaux ils se savaient Français.
    Question: vous autres profs (d’Histoire, j’imagine): vous manifestez une grande érudition dans l’Histoire de France; normal. Mais l’Histoire comparée, ça vous dit qqc? En clair, connaissez vous autre chose que l’Hexagone?
    Car, sinon, que vaut l’érudition sinon pour la comparaison?

  124. grandgil

    Quel rapport les principautés allemandes qui étaient toutes indépendantes ?
    Je vous parle des provinces françaises. Quel degré d’intégration ? Avant Colbert, chaque province avait ses propres impôts et coutumes, il y avait même des impôts différents d’un village à l’autre, des taxes d’entrée dans les vilalges etc…
    Vous vous basez sur quels faits pour une telle affirmation.
    Je ne me base pas seulement sur ce que j’ai étudié à l’université, mais sur le discours de personnes qui ont étudié le sujet avant moi pendant des décennies. Vous voulez dire que l’expérience d’;un seul peut valoir plus que le travail patient et minutieux de dizaines d’historiens à travers l’étude des registres de loi, des inventaires après décèés ?
    Quant à l’allusion concernant mon « érudition’ supposée, pourquoi la relèverais-je ? Quelle importance ?

  125. grandgil

    Vous parlez de mon érudition, mais je ne me base pas sur mon érudition cher monsieur, je me base sur le travail de fourmis de plusieurs historiens, étudiés à l’université, qui ont bossé le sujet des décennies parfois. Ce serait des plus prétentieux de ne me baser que sur ma seule expérience et mes quelques connaissances.
    Comparaison n’est pas raison, cher monsieur.
    La France, de par sa situation géographique, est un finistère de l’Europe, c’est un pays qui a une histoire bien particulière. Dans ce qui deviendra l’Allemagne, il y a effectivement une infinité de communautés et principautés de différentes tailles toutes distinctes les unes des autres, car je vous rappelle que l’Allemagne n’existe pas avant 1866.
    Déjà un point.
    Sur quel ouvrage de référence, ou pas, vous basez vous pour affirmer qu’avant Colbert il y avait un profond degré d’intégration des provinces à part leur consentement à se reconnaitre dans la personne du roi de France ?
    Autre point de ressemblance que avous avez finalement avec ceux que vous affirmez critiquer, on étudierait trop l’histoire de France à l’université ? Ce qui est des plus faux, car que ce soit en médiévale, en moderne, en ancienne ou en contemporaine, nos enseignants ont toujours privilégié une étude globale de l’Europe…

  126. grandgil

    Et quand je vous parle de provinces, j’emploie le terme précis que l’on employait dans le royaume à l’époque, il ne s’agit pas d’un terme générique.

  127. grandgil

    Sur l’histoire des « provinces », que l’on appelait aussi les « états », lire bien sûr « l’Histoire de la France rurale » d’Emmanuel le Roy Ladurie, sur la prétendue centralisation du pouvoir sous Louis XIV lire sa biographie très documentée,et argumentée de François Blüche qui va à l’encontre des préjugés sur ce souverain que l’auteur de l’article semble là encore partager avec ceux qu’il entend dénoncer.

  128. Donc, en résumé, à la question: ‘connaissez vous autre chose que l’Hexagone?’ silence radio…
    Et pour noyer le poisson dans une infinitude de détails, du ‘name dropping’ massif: tous ceux qui ont jamais noirci un papier sur la question. L’érudit cite un érudit qui cite un érudit.
    C bien un prof, ça.
    Et finalement, une confirmation sans réserve de mon hypothèse: la France était un royaume centralisé bien avant les pays comparables.
    Et les Français soumis à une gouvernance centralisée, moins rebelles, rétifs ou Astérix que les autres.
    Jusqu’à la prétendue ‘Révolution’.
    D’où la conclusion que le mythe indignatoire remonte à la ‘Révolution’ et ne la précède pas.
    CQFD (puisque j’ai affaire à un prof).

  129. grandgil

    Je vois, j’essaie de nourrir le débat par des références, des jalons, pour vous répondre. Vous m’opposez une attaque personnelle infantile ? Cela vous permet, vous semblez le croire, de ne pas répondre clairement sur ce qui vous permet de dire que la France était un pays centralisé ce qui est tout l’inverse avant Colbert. C’est un énorme contresens historique.
    Vous êtes en plus de très mauvaise foi, je vous ai répondu en comparant les principautés allemandes au royaume de France. Comme j’aurais pu citer l’Angleterre qui dans la construction de la Monarchie a suivi un parcours inverse de la France à partir de la « Magna Carta » (vous savez de quoi je parle bien sûr?).
    Vous employez l’expression « dropping name » à contresens, celle-ci consiste à se vanter de relations mondaines qu’on connait plus ou moins superficiellement. Si j’ai effectivement rencontré Bluche et Leroy Ladurie, je ne connais pas les autres.

  130. grandgil

    De plus, vous ne définissez pas ce que vous entendez par centralisation ?
    Car la centralisation au sens où j’ai l’impression que vous la suppposez, à savoir au sens moderne, n’aurait pu exister en France sous l’Ancien Régime pour la bonne raison, de bon sens, que les rois n’en avaient les moyens ni techniques, ni humains, tout simplement.
    Quand ils se sont risqués à imposer leur pouvoir par la force, cela s’est terminé de manière catastrophique, comme au Palatinat.Ce qui les a fait réfléchir justement sur le sujet.

  131. Alors comme ça on soutient mordicus que la France n’était pas plus centralisée que les pays comparables.
    Alors qu’il est de notoriété publique QU’ELLE L’EST TOUJOURS.
    Faisant suite à une ancienne tradition que Colbert n’a fait qu’accentuer.
    Et que cette centralisation est l’un de ses problèmes majeurs.
    La comparaison habituelle étant avec l’Allemagne, dont le pouvoir au quotidien se trouve réellement chez les ‘Laender’, calqués sur les anciennes principautés autonomes ; chaque ‘Land’ disposant de son parlement, sa gouvernance, ses impôts et budgets et ses services publics DONT L’EDUCATION. Ayant, dans ce domaine et bien d’autres, un très large pouvoir réglementaire et législatif.
    Les tentatives de reformes en la matière en France ayant, à toutes fins utiles, échoué vu l’opposition sourde de la machine administrative étatique centralisée et ses dépendances (fonctionnaires, syndicats) à tout rabotage réel de leurs prérogatives en faveur des régions.
    Et cette négation de l’évidence nous est tenue, comme par hasard, par un digne représentant de ladite machine vu qu’il est salarié de son corps le plus volumineux, l’éducation nationale. Probablement fonctionnaire d’ailleurs.
    Et vu qu’il est préposé à éduquer nos petits ils ne risquent pas d’apprendre qu’il y’a des alternatives à la centralisation à outrance.

  132. grandgil

    Au lieu de vous énerver cher monsieur et de vous lancer encore une fois dans l’attaque personnelle, expliquez moi en ARGUMENTANT, en donnant vos REFERENCES précises ce qui vous fait dire que la France était centralisée avant Colbert ?
    Il y a bien un historien qui pense comme vous, qui est Fernand Braudel, qui était marxiste. Seriez-vous marxiste ?
    Je sais bien, moi aussi j’ai du caractère, que ça énerve quand on sait que l’on a dit une sottise sans argumenter réellement, vous êtes adulte, non ?
    Sinon cher monsieur, je suis très fier en effet d’être prof dans le public, c’est un métier que j’aime beaucoup.
    Vos seuls arguments ne sont pas l’attaque personnelle et vos préjugés cher monsieur, rassurez moi ?

  133. grandgil

    Vous me parlez des Länder, les croyant calqués sur les anciennes principautés, je veux bien mais il y avait 360 principautés indépendantes, et il y a combien de Länder dites, 16 je crois ? Ce ne serait-y pas plutôt sur l’exemple américain ? Mmmm ? Qui étaient les principaux occupants d’après guerre ? On pourrait aussi les comparer aux cantons suisses…
    Et quel rapport avec la France d’Ancien Régime ?
    Sinon en France actuelle, la Région s’occupe des lycées et de l’enseignement universitaire tandis que les conseils généraux gèrent les collèges et écoles primaires, PAS l’état central.
    Ce depuis la création des 22 régions françaises, et la loi de décentralisation de 1982. Vous prônez l

  134. Je savais, depuis longtemps, que la guerre était trop importante pour être confiée aux généraux.
    Et l’écologie aux écologistes.
    Maintenant j’en viens à craindre que l’éducation le soit aussi, trop importante pour être confiée aux profs…

  135. grandgil

    ???
    Quel rapport avec les références et arguments que je vous donne ?
    Encore un genre d’attaque personnelle ?
    (soupirs)
    Le problème des raisonnements et coms comme le vôtre mon cher, c’est qu’ils procèdent souvent qui d’une frustration scolaire dans l’enfance, qui d’une reconnaissance par les profs perçue comme insuffisante, et aussi d’un complexe culturel ou que sais-je encore ?
    Donc, que fait cette personne frustrée ? Sur un sujet qu’elle connait un peu, elle croit pouvoir clouer le bec à ceux qui l’ont humiliée en publiant un article de ce genre finalement sans fond car il assène une opinion sans pour autant argumenter. En gros, cet article dit « c’est comme ça parce que je le pense et je le pense donc j’ai raison »
    Elle prononce quelques jugements de valeur sur les profs, mais curieusement fait partie de ces parents qui poussent leurs gosses vers les prépas publiques et les « grandes » écoles, ou bien sûr, dans le cas d’une progéniture nulle à l’école, c’est la faute de l’enseignant qui n’a pas su percevoir le génie méconnu du rejeton ou de la rejetonne.

  136. Etes-vous seulement capable de vous rendre compte que vous ne parlez que d’école et de scolarité?
    Sortez un peu…
    Perso, ingénieur diplômé d’une Grande Ecole (non française…) j’ignore où se trouve ma frustration; pas à ce niveau…
    Ne travaillant pas à l’éducation nationale, ayant donc autre chose à faire, j’ai tenté d’abréger un débat qui s’éloignait du sujet.
    Mais pour mémoire: je trouve que, soit vous faites dans la propagande, soit l'(les) arbre(s) vous cache(nt) la forêt.
    Au prochain épisode (si je trouve le temps) il y’aura question d’Allemagne, de régionalisation, de SMIC et de durée du travail. Gerhardt Schroeder sera à l’honneur.

  137. grandgil

    Cher monsieur,
    Vous êtes de très mauvaise foi, je vous ai d’abord répondu sur le fond de votre réflexion, et ensuite sur vos allusions douteuses me concernant, car pour vous éviter de reconnaitre votre point de vue erroné, voyus n’avez que l’attaque personnelle..

  138. grandgil

    Vous êtes ingénieur, soit, je ne sais pas quel est votre domaine, mais il ne me viendrait pas à l’idée de remettre en question vos compétences dans le domaine qui est le vôtre, ou de vous assèner à son sujet des opinions que vos compétences savent fausses ? Cela serait d’une très grande prétention.
    Ou donc, peut-être avez vous réussi matériellement cher monsieur, ce qui en France, se double de prétentions culturelles, prétentions souvent grotesques car pour les avoir encore faut-il avoir un quelconque « bagage », au moins un minimum

  139. plantigrade69

    Je ne vais pas lire tous les commentaires, arrivant ici un peu tard!
    Mais ce texte est digne des pires sophismes, mettant en avant les horreurs de la révolution pour en oublier à la fois les horreurs qui l’ont précédée et l’acquis inestimable de l’acception du concept d’égalité, de justice et de liberté pour tous, chacun au même niveau, même si cela à maintes fois été bafoué.
    Pour le reste je vous rappelle que les paroles de la Marseillaise sont très belles si on ne les dévoie pas, le « sang impur » étant celui de ceux-là même qui chantent, le peuple, dont l’aristocratie méprisait la nature, croyant en un sang bleu supérieur.
    Et cher Impat, si c’est ce qui est dans la tête des gens qui l’emporte au mépris de la réalité, il importe que la vérité soit dite et redite et surtout écrite, c’est la seule référence qui vaille, le reste est propagande!

  140. Plantigrade, vous avez mille fois raison, mais… « ce qui est dans la tête des gens qui l’emporte au mépris de la réalité » est hélas une constante qu’on peut vérifier dans bien des domaines.
    La réalité aime tant se cacher…

  141. @ Plantigrade
    Je rappelle que ce site s’appelle ANTIDOXE.
    Les orthodoxes peuvent toujours lire la pravda.

  142. « Ce site », avant tout, est libre. On y exprime ce qu’on veut, dans la seule limite des règles de conduite détaillées par la charte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :