Austerlitz

Levez-vous et soyez fiers. La France fête aujourd’hui l’anniversaire d’une des plus belles victoires de l’Histoire.

Le 2 décembre 1805 se lève un « pâle soleil » d’hiver sur un plateau mollement vallonné d’Europe centrale. L’Empereur y a attiré astucieusement les armées réunies de l’empereur d’Autriche-Hongrie François II et du tsar de toutes les Russies Alexandre.

Il avait auparavant, par une organisation industrielle remarquable, fait produire fusils et canons, fait habiller, équiper, nourrir, former des milliers de soldats, fait élever et entraîner des milliers de chevaux.

Au petit matin, après avoir dormi quelques minutes et dès que la visibilité le permet, Napoléon engage la Grande Armée. En une journée les forces ennemies sont anéanties. Le soir qui tombe voit les maîtres de la coalition levée contre la France demander l’arrêt des combats.

L’armistice est signé à Austerlitz, par les trois empereurs, dans le château qui avait abrité l’état-major austro-russe. Il sera suivi du traité de paix de Presbourg le 26 décembre.

Et le lendemain de la victoire, Napoléon s’adresse aux troupes françaises :

«  Soldats, je suis content de vous. 

 Vous avez, à la journée d’Austerlitz, justifié tout ce que j’attendais de votre intrépidité ; vous avez décoré vos aigles d’une immortelle gloire. Une armée de 100 000 hommes, commandée par les empereurs de Russie et d’Autriche, a été, en moins de quatre heures, ou coupée ou dispersée. Ce qui a échappé à votre fer s’est noyé dans les lacs. Quarante drapeaux, les étendards de la garde impériale de Russie, cent vingt pièces de canon, vingt généraux, plus de 30 000 prisonniers, sont le résultat de cette journée à jamais célèbre… »

La préparation et le déroulement de cette bataille sont restées les modèles du genre. À ce jour elles sont enseignées chaque année aux élèves officiers des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et de son équivalent américain West-Point.

Quant à nous, au milieu de notre confort du XXIe siècle, notre devoir est de vite oublier la vilenie honteuse d’un Chirac et d’un Villepin qui le 2 décembre 2005 ont laissé passer cet illustre bicentenaire sans crier au monde la gloire de la France.

 

 

 

 

 

111 Commentaires

  1. rackam

    Ce bonapartisme rampant qui célèbre le Saigneur en chef! Révulsant!
    Heureusement Austerlitz est aussi (surtout) le nom patronymique du sémillant Fred Astaire.
    Dont Chipin et Villerac auraient dû célébrer l’anniversaire chaque année. Na!

  2. roturier

    D’accord avec Rackam. C’est du 1er degré, Impat? Incroyable.
    Impat aurait pu se passer de citer le serial killer pontifiant devant ses serial victimes survivants, sanguinolents, couverts de boue, de pansements et non de gloire.
    Et il a fini comment? Et son pays avec?
    Je cite (encore…) mon texte « Indignation etc… » du 16/8 sur ce même site:

    . »…….ce vide a permis l’ascension d’un caporal corse promu empereur.

    Pousser un cocorico: on décapite roi et reine pour tomber sous le joug d’un empereur…

    S’indigner de l’Empereur qui, comme il se doit, n’avait de cesse que de se constituer un empire.

    Exportant, à feu et à sang, les effets dévastateurs de « La Révolution » sur toute l’Europe.

    Pour finalement infliger défaite à son pays, mort et désolation au continent comme jamais Roi de France n’osa faire.

  3. roturier

    Et puis, techniquement: poster deux nouveaux articles dans la même journée: ce site s’appelle antidoxe, non overdose?

  4. rackam

    Rotu,
    vous permettez que je vous appelle Rotu, (c’est affectueux)?
    Ne nous plaignons pas de la publication de deux articles le même jour, c’est dimanche.
    Quand on voit le niveau des commentaires d’autre sites (y compris le nouveau de D. Jamet et R. Ménard)
    antidoxe offre un confort intellectuel propice aux débats virils mais corrects. Sachons goûter ce qui tient la route. Non?

  5. Souris donc

    Personnellement, je ne crois pas qu’il ait exporté les effets dévastateurs de la révolution, il a plutôt fait à peu près l’unanimité contre lui. Maintenant, il a peut-être modernisé les institutions, faut lui laisser ce mérite. Et puis les fans qui font des reconstitutions historiques en costumes qu’ils copient soigneusement, ainsi que les batailles, ne font de mal à personne, ils jouent aux petits soldats. Et donné un motif de fierté à la Corse.

  6. On peut comprendre que des commentateurs profitent de ce billet pour exprimer leur haine de Napoléon. Mais ce n’est pas le sujet.
    Le sujet, c’est le rappel d’une victoire historique de la France, qui sert de modèle aux plus grandes écoles militaires du monde. Et le fait que le bicentenaire de cette bataille fut honteusement occulté par des dirigeants politiques qui préfèrent pour la France la repentance à la gloire.
    La même année 2005, la Grande Bretagne a célébré dignement Trafalgar…

  7. rackam

    impat,
    la « haine », vous y allez fort. C’est un vieux procédé que de mettre des gros mots sur les idées des autres.
    Ne pas aimer quelqu’un est-ce nécessairement le haïr? Souligner ses lacunes et fautes est-ce de la détestation? Mentionner l’état catatonique dans lequel il a laissé son pays, est-ce excessif? Allons, allons, sachons raison garder. Du grognard ne faisons pas un grognon.
    Et puis, s’il faut coller au sujet de chaque fil, dites-le, on avisera.

  8. Souris donc

    « Chirac et d’un Villepin le 2 décembre 2005 ont laissé passer cet illustre bicentenaire sans crier au monde la gloire de la France. »

    On n’est jamais trop prudent, c’est comme l’Ile d’Yeu et Pétain, on a vite fait de vous étiqueter. Après quoi on vous stigmatise et on vous diskrim lol.

  9. Les Britanniques avaient raison de célébrer Trafalgar, qui ouvrait la voie à Waterloo. Mais Austerlitz ouvrait la voie à quelle « victoire »? (Si… suis-je bête… celle de Waterloo…).
    Mon texte du 16/8 déjà (copieusement) cité (par moi…) démarre par: « qui oublie son passé est condamné à le revivre ». Que dire de celui qui (se) raconte des bobards sur son passé?
    Ai-je déjà dit (oui…) qu’il est question d’un mégalo paranoïaque, complexé et narcissique? Qu’il ne lui manquait qu’une petite moustache? Que sa statue équestre à Paris équivaudrait celle du moustachu à Berlin?
    Que sont allé chercher des braves garçons français au pied des pyramides d’Egypte? Des paysans méditerranéens sur les bords de la Bérézina ?
    Paraît qu’il est à l’origine de ‘modernisations’. Faut-il conclure que ces évolutions n’auraient pas pu avoir lieu par un autre, les immenses douleurs en moins ? Oublie-t-on le rétablissement de l’esclavage ? Parlez-en aux antillais, ils en savent quelque chose.
    On dirait ces vieux Allemands qui racontent toujours que son disciple moustachu était à l’origine du système autoroutier allemand. La belle affaire.
    La « haine » de Bonaparte ? Je n’y ai pas pensé. Mais finalement pourquoi pas ?
    Drôle de texte. Est-on toujours sur « antidoxe » ?

  10. Souris donc

    De toutes façons, Impat, la mode n’est pas à la fierté (sauf la fierté fiotte). La mode est à la repentance. Battre sa coulpe est la posture la plus avantageuse, celle qui rapporte le plus de dividendes.

  11. Vous voyez, Rackam, parler de haine n’est pas exagéré. Et ça Empire…- 🙂

  12. roturier

    Rien à voir, Souris. Faut pas se raconter des bobards, aussi agréables qu’ils soient pour son nombril. Car ça ne dure qu’un temps bien limité, le réveil est brutal.
    La France avait (elle a toujours, j’espère) largement de quoi s’enorgueillir sans faire appel à des béquilles qui ne résisteraient pas à l’analyse ni à l’épreuve des réalités.
    Et cessez de toujours tenter de récupérer le débat; la repentance (très peu pour moi d’ailleurs) est hors sujet.

  13. rackam

    Rotu, vous y allez fort et de travers, le post de Souris est bien dans le fil du fil. Ne pas célébrer c’est l’antichambre de la repentance. (même le correcteur orthographique du site n’aime pas ce mot!)

  14. roturier

    Ne pas célébrer est l’anti-chambre de la repentance?
    Donc, soit on célèbre soit on se repente?
    Voilà un choix manichéen qui n’ouvre la voie qu’aux extrémismes.
    Si je ne célèbre pas Bouddha, suis-je contre?
    J’espérais mieux, Rackam.

  15. Guenièvre

    Je n’ai pas un amour débordant pour Napoléon , son autoritarisme et sa mégalomanie. Cependant on ne va pas refaire l’Histoire uniquement pour le plaisir d’aller contre la doxa. On ne peut pas mettre toutes les guerres sur le dos de Napoléon en passant sous silence le contexte de l’époque en particulier le combat à mort entre la France et l’Angleterre pour la domination économique et militaire de l’Europe : c’est la trame de fond de tous ces évènements. Tous les moyens furent bons. Il fallait vaincre ou mourir et l’Angleterre fut aussi prête à tout, comme payer les pays pour faire la guerre à la France. Elle offrit des millions de livres sterling pour chaque tranche de 100000 hommes mise en ligne contre la France. Certains pays furent mêmes agressés pour les convaincre de participer au conflit . Le Danemark, pays neutre, vit sa capitale Copenhague se faire bombarder par l’Angleterre sans déclaration de guerre en 1801 et en 1807, puis sa flotte de guerre fut capturée.
    Assimiler napoléon à Hitler n’est pas sérieux . C’est souvent le fait d’historiens anglo-saxons d’ailleurs. Et comme on est en plein phénomène d’auto-falgellation dans ce pays il y en a qui emboîtent le pas…

  16. Souris donc

    Aucun ubu ne se revendique de Hitler, mais de Napoléon, si. Ils le parodient pour leurs couronnements et sacres et leur cour. Bokassa 1er. Si les ubus s’en inspirent, c’est que le personnage a une force archétypale. Hitler est toujours ridiculisé.

    « Levez-vous et soyez fiers »…ainsi commence le papier d’Impat. Encore faudrait-il connaitre cette courte période de l’histoire. Qui se réduit pour la plupart (dont moi) à Napoléon a gagné plein de batailles, puis tout d’un coup Waterloo, morne plaine. Style Empire dans le mobilier, de temps à autre dans la mode. Et les toiles de David.

  17. rackam

    Ah, non! Pas l’étoile de David, on ne peut pas tout lui imputer.

  18. Souris donc

    La plus extravagante parodie est celle du roi Christophe d’Haïti. Six ans après avoir mis la pâtée au troupes napoléoniennes (plutôt défaites par la fièvre jaune, ne chipotons pas).
    La cour est régie par une étiquette et un protocole en tous points semblable, et pour s’assurer la fidélité des grands, les titres de noblesse sont distribués. Duc de Marmelade, Marquis des Abricots… on ne recule devant rien. Et Palais de Sans-Souci. S’il vous plait.

  19. … « Duc de Marmelade, Marquis des Abricots »…
    De quoi les inciter à mettre le doigt dans la confiture…

  20. Souris, je verrais plutôt duc de mare malade et marquis des asticots !

  21. Souris donc

    Vérification faite, encore plus drôle :

    « … C’est ainsi qu’on vit figurer à la cour de Christophe, le prince du Sale Trou, le duc de la Marmelade, le comte de Limonade, les barons de la Seringue et du Boucan, les chevaliers de Coco, Jacko, etc. Ces titres, qui prêtaient à rire aux Européens, n’étaient cependant guère plus ridicules que ceux de prince d’Orange et de duc de Bouillon.

    …il avait, comme tous les despotes, une garde étrangère. Des nègres jeunes et vigoureux, recrutés à grands frais sur les côtes voisines, la composaient et remplissaient les cadres de deux régiments d’élite sous les noms de Royals-Dahomets et de Royals-Dondons. »

    http://www.1789-1815.com/p_christophe.htm

  22. Guenièvre

    « Style Empire dans le mobilier, de temps à autre dans la mode »
    Quel bonheur : les femmes sont enfin débarrassées des paniers et des corsets ! Elles ne sont plus engoncées dans une superposition de vêtements empesés. Les tissus sont fluides et souples, presque translucides. Napoléon impose la soie à la cour et ça relance les usines de Lyon. Montebourg devrait prendre des leçons !

  23. Les paniers reviendront plus tard sous forme de crinolines, mais c’était moins gênant. Et fort joli pour valser.
    Montebourg…le pauvre, ne tirez pas sur l’ambulance !

  24. On fait dans la soie maintenant.
    Si ils relançait les usines des soyeux lyonnais, que grâce lui soit rendue.
    Au diable les débris humains sanguinolents sur la morne plaine.

  25. roturier

    @ Dame Guenièvre, 3/12 12H16:
    La guerre « à mort » entre France et Angleterre sur la maîtrise de l’Europe (et du monde de l’époque) fut gagnée par l’Angleterre. C’est donc, bien logiquement, l’Anglais qui est devenu langue universelle.
    On le doit certes à Bonaparte; mais Bonaparte, on le doit à la Révolution.
    On le doit surtout au fait que l’Angleterre, protégée par la stabilité d’une démocratie adossée à une monarchie constitutionnelle, pouvait consacrer son énergie à conquérir les océans.
    Alors que la France….
    On dirait que ça continue.

  26. Guenièvre

    Je n’ai jamais dit une chose pareille roturier…
    La guerre accompagne l’humanité depuis ses origines.Elle a constitué un fait majeur dans l’histoire des sociétés, elle a fait et défait les Empires , elle a enrichi et ruiné les Royaumes . On peut le regretter mais c’est ainsi.
    Outre ses aspects militaires elle a eu des répercussions politiques, économiques, juridiques et même culturelles. Les relever ne veut pas dire que l’on ignore le prix qui a été payé !

  27. Lisa

    Bel article, il y avait du soleil dimanche 2 décembre cette année.

  28. rackam

    Même le grand Ludwig (van B.), après avoir dédié son concerto à Bonaparte, retira sa dédicace après que ce dernier a occupé et persécuté son beau pays (L’Autriche, pour ceux qui ne suivent pas). On continue à l’appeler « L’Empereur » malgré cela (pas Ludwig, le cinquième (pas l’empereur, le concerto)).
    « Le Consul » serait étriqué.

  29. Merci Lisa. Le soleil du 2 décembre à Paris était un soleil de victoire, il devait éclairer la colonne Vendôme coulée, je crois, avec le bronze des canons austro-russes pris à Austerlitz.

  30. Vu que les articles se succèdent à la vitesse C, je suggère la lecture de ceci; alors que ça relève d’un débat précédent (Florange & co.):
    http://finance.blog.lemonde.fr/2012/12/02/florange-montebourg-met-en-joue-la-reputation-economique-de-la-france/

  31. Souris donc

    Impat dit que la bataille d’Austerlitz est enseignée dans les écoles militaires mais n’a plus l’air de faire partie de notre patrimoine. On peut en penser ce qu’on veut. Tous les arguments sont recevables, Roturier, d’autant que les jeunes, par rapport à l’histoire, sont déstructurés : plus de chronologie, plus de personnages historiques. Des thématiques qui demandent un substrat qu’on ne leur apporte pas. Guenièvre l’a assez expliqué.

    Je suis bouchée. Roturier, je ne comprends pas où vous voulez en venir, avec votre tendance à définir pas la négative ( = ce qu’il ne faut pas affirmer). Votre papier du 16 août nous a donné à penser qu’il y avait une sorte de suspens, de maïeutique. Puis non. Comment envisagez-vous les choses ? On ne le sait pas, on reste au niveau de l’allusion.
    Et de la critique pas trop constructive…

  32. Souris donc

    Oui ! Il a fréquenté les progressistes de son temps, dans les tavernes…et la police secrète avait un oeil sur lui, en permanence. Comme il était assez exalté dans son genre, et absorbé par sa musique, il gesticulait dans la rue en poussant des sons, habillé comme un clochard car il ne se souciait pas de son apparence. Les gens effrayés alertaient la police, qui le relâchait, connaissant le personnage.

  33. Guenièvre

    Moi non plus, souris, je ne comprends pas trop où notre roturier veut en venir…
    C’est quoi le problème de la France selon vous, roturier ?
    C’est qu’à partir de 1789 on a eu tout faux ? Allez ! il faut renier tout ce qui a suivi ? la Révolution , les deux tyrans et les républiques bourgeoises ! Il faut dire qu’on n’a pas du tout à être fier de cela que ce n’était pas du tout un bon chemin contrairement à celui qu’à suivi la démocratie anglaise . Pourtant la démocratie ce n’est pas non plus le pied d’après ce que vous insinuez . Ah ! sauf si elle s’exerce dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle ? C’est cela ? Expliquez-nous, on sèche…:-)

  34. Souris donc

    L’Emperur lui plaisait comme porteur des espoirs révolutionnaires, et lui plaisait nettement moins quand ses 3 mécènes ont été obligés de fuir. Car Ludwig Van fréquentait aussi les cercles aristocratiques. Il était ouvert à la différence. Et se castagnait régulièrement avec le petit personnel à son service.

  35. Faut-il vous donner et les questions et les réponses?
    Ce serait trop d’orgueil de ne pas poser les bonnes questions sous prétexte que l’on n’a pas les réponses; ça voudrait dire probabilité zéro que qq1 d’autre trouverait la réponse; ça reviendrait à sous-estimer les autres…
    Voyez Socrate: poser les questions est une fin en soi; une question bien posée contient la moitié de la réponse; cherchez l’autre moitié.
    Mettez en question le gavage que vous avez dans la tête, puisque vous êtes sur Antidoxe (et même sans ça).
    Non, la monarchie constitutionnelle pour la France, trop tard. Dommage. N’était pas méchant, le Capet. Signé la charte des droits de l’homme. Sans oublier sa femme et son fils, innocents suppliciés. Mais c’est fait, faut faire sans. Et s’incliner devant la sagesse des Anglais et accepter les conséquences.
    Mais alors, indignez vous au moins de la glorification du massacre!!! Refusez le 14 Juillet !!!
    Débusquez, diagnostiquez les effets pervers du mythe fondateur dans le fonctionnement de ce pays!
    Au lieu de portez au pinacle le caporal corse, précurseur de son homologue autrichien, mythe à l’intérieur du mythe.
    Ai-déjà dit que qui oublie son passé est condamné à le revivre? Si. Bien assez. En vain. Pauvre France.

  36. Ce « pauvre France » est un signe. Je l’ai toujours entendu dans la bouche de ceux qui renoncent, les passifs. La première fois m’avait tant frappé que je m’en souviens encore. C’était notre prof d’anglais, un faible qui laissait la classe bavarder, voire chahuter, au lieu de l’écouter. Périodiquement, il nous regardait d’un air vaincu et se contentait de marmonner « pauvre France ».
    Quant aux Anglais si sages, ils traversent comme nous des périodes de vainqueurs et des périodes de vaincus. Je n’oublie pas la période d’avant Thatcher, la Grande Bretagne était désespérément malade et pauvre, les Britanniques rasaient les murs et d’ailleurs on ne les voyaient plus en France, même dans les régions de Calais et de Dieppe. Et puis Thatcher les a sauvés. Les pays s’endorment, et puis renaissent.

  37. Souris donc

    « Pauvre France » est un marqueur des papy-gaga dans les fils chez Rioufol. Les Genefou, Seniorenforme, et autres Francedenbas. Je ne me lasse pas de leurs pseudos. Jamais de Bogossedu95, ils ont de l’orthographe, faut leur laisser ça.
    Roturier prendrait-il conscience des limites du genre blog, ellipse et concision simplificatrices, une variante de la conversation, et non une dissertation ?

  38. « Un signe », Impat ? Zodiacal ? On voit des signes, à présent ? La superstition porte malheur…
    Je n’ai pas souvenir d’avoir été votre prof d’Anglais ; vous devez confondre. Cela dit, que votre fréquentation ait pu lui inspirer de telles réflexions… Vu l’évolution du pays depuis, avait-il tort ?
    Jamais n’ai-je prétendu à une perfection anglaise ; par choix délibéré et non le hasard de ma naissance, je vis en France.
    Le double (multiple…) regard permet de voir certaines choses en stéréo(scopie). Je ne vous apprendrais rien si j’affirme qu’il faut deux yeux pour jauger la profondeur du champ.
    Ce qui facilite de voir ce qui marche mieux chez les autres, en tirer les conclusions, s’en inspirer.
    Faire autrement relève d’un beaufisme étriqué et béat. Genre ce roulement de tambour : « Levez-vous et soyez fiers. La France fête aujourd’hui l’anniversaire d’une des plus belles victoires de l’Histoire. »
    Historiquement ridicule, idéologiquement malsain. Pourquoi pas « Que sang impur abreuve nos sillons », pendant que vous y êtes ?

  39. Souris donc

    L’étendard sanglant est levé, à ce que je vois.

  40. Guenièvre

    Revisiter l’histoire est une bonne chose . Je crois que pas mal d’historiens depuis Furet s’y sont employés. Cela continue , c’est indispensable et sain à condition que cela ne tourne pas à l’absurde. Il est tout aussi absurde de rejeter en bloc l’Ancien régime que de rejeter en bloc la Révolution française…

  41. Ah roturier, pauvre France!…-:)

  42. rackam

    Guenièvre, je vous lis et je médite sur votre parole pondérante sur les rejets d’un bloc. Et je vous confesse ma difficulté à parvenir à ne pas rejeter d’un bloc le bain de sang que fut (surtout ici en pays nantais et alentour cette pantalonnade mortifère qui vit peu de gens du peuple accèder là où on leur avait promis qu’il seraient Et tant de bourgeois déjà nantis succéder aux nobles dont ils auraient tellement aimé faire partie. Mais la fortune n’y suffit pas.
    Pour moi, la seule mort du Roi (conditions du vote, détention, tortures morales et exécution) suffit à repousser les bienfaits du reste. À supposer qu’il y en ait eu :).

  43. Au jeu de « refaire l’Histoire », un seul souhait à mon sens fait surface. Que la Révolution ait eu lieu, et se soit interrompue au petit matin du 4 août. Que n’en fut-il pas ainsi !

  44. rackam

    Amen, impat, amen!

  45. Mouais…. Cela suppose l’acquiescement à la prise de la bastille. Le 14 juillet 35000 émeutiers qui massacrent une vingtaine de gardes dont le crime fut d’être là; pour « libérer » cinq prisonniers de droit commun; nullement politiques…
    Cela sentait mauvais du premier instant et ça continue.

  46. Souris donc

    Je ne crois pas qu’en dehors des intellectuels, la Révolution ait le moindre sens. Les gens sont contents d’avoir un jour férié, de voir liberté-égalité-fraternité (qui serait contre ?) au fronton des mairies. Sur les podiums et les estrades, la Marseillaise dont on connait vaguement la 1ère strophe est mâchouillée sans grande conviction. Les festivités du bicentenaire étaient de la kermesse, on donnait aux enfants des balles en collants recyclés qu’ils jetaient sur des donjons en carton-pâte. Très étonnées, les municipalités organisatrices, quand elles ont vu, à l’automne 1989, la grandiose chute du Mur de Berlin, une Révolution en vrai, qui avait tout de même une autre gueule que le donjon en carton.

    Le seul effet tangible : la tradition révolutionnaire syndicale, le refus de la négociation et de la réforme. Et le coût des grèves.
    Les cortèges = la kermesse habituelle, le fête à neuneu.

  47. roturier

    Mais, Meine liebe Souris, les effets « tangibles » (que je ne détaillerai point faute de temps) sont ENORMES.
    Pourquoi est-on allé « apporter la civilisation aux sauvages » en Libye? Parachuter la « démocratie » sur un pays étranger, précédée par un tapis de bombes pour en adoucir l’atterrissage? Y faire les apprentis sorciers? Avec quelles conséquence?
    Nous y avons pratiqué la bonne vieille diplomatie coloniale de la canonnière; certains de notre bon droit, car, enfants, nous jetions des balles en collants recyclés sur des donjons en carton-pâte.
    J’en passe. Quand je serai à la retraite je détaillerai.
    Merde, j’y suis….

  48. Roturier, si vous êtes à la retraite, alors vous avez le temps de détailler !
    Pour ce qui est de l’odeur, essayez la douche !

    😉

  49. Impat, votre smiley a le nez au-dessus des yeux, c’est pourquoi il ne s’affiche pas comme smiley !

    😉

  50. roturier

    La douche? Pour l’odeur de la Révolution? (Car, à bien me lire, c’est ça qui sent mauvais).
    Mouais… au vitriole, la douche.

  51. Souris donc

    En Lybie ? C’est de la haute stratégie (commerciale). Comme nous fabriquons des armes, nous avons toujours besoin de démontrer notre savoir-faire face à une concurrence qui ne nous fait aucun cadeau, et e trouver de nouveaux débouchés, c’est le B A BA du commerce.

    BHL a fourni l’alibi pour faire taire nos chaisières progressistes effarouchées pour un rien.
    Et notre carnet de commande se remplit. Où est le mal ? C’est la crise. Comme dit Guenièvre, la guerre n’a pas que des inconvénients. Surtout quand elle se passe chez les sauvages. Tout bénef pour nous.

  52. Guenièvre

    Je ne sais pas pour vous, mais les têtes au bout des piques et l’image de la guillotine étant gamine ça donnait vraiment pas envie et ça m’a plutôt vaccinée de toute envie de révolution. Et bien ancré dans l’esprit que les foules vociférantes c’est toujours l’assurance des pires excès… Ce qui restait finalement c’était l’abolition des privilèges,l’abolition de l’esclavage, la lutte contre l’arbitraire et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen avec toutes les libertés afférentes ( liberté de la presse, d’association etc… ) tout ce qui nous semble si évident aujourd’hui mais qui ne l’était pas à l’époque. Et ce n’est pas rien. Que l’on ait pu obtenir tout cela sans en passer par cet épisode sanglant sans doute mais hein si…si..si…

  53. Dame Guenièvre.
    Inutile de vous préciser que d’autres pays comparables ont obtenu tout cela sans « passer par cet épisode ».
    MAIS la vérité est + marrante.
    Encore (….) mon texte du 16/8 « Indignation etc… »:

    « ….le pays actuel ne doit au 14 juillet 1789 que sang et larmes.

    Sa réelle genèse remonte à la conjugaison de plusieurs facteurs pendant la décennie 1870.

    Notamment la fronde et le discrédit du gouvernement de Napoléon III, aggravés par la guerre contre la Prusse et la perte de l’Alsace et de la Lorraine.

    Sur fonds de bouleversement social majeur dû à l’émergence d’une classe ouvrière et d’une classe moyenne, issues d’une révolution vraie: l’industrielle du 19ème siècle. »

  54. roturier

    Jawohl, liebchen.
    Mais alors, on enseigne aux enfants de jeter des ballons en collants recyclés sur des donjons en carton-pâte pour faire tourner Dassault Aviation.
    Vous êtes encore plus désabusé(e) que moi.

  55. Souris donc

    Notre industrie de l’armement ne se limite pas à Dassault, nous avons EADS, Thalès, Safran, Sagem, CNIM, Nexter ex-GIAT etc… nous fabriquons des chars, de l’équipement, du matériel de surveillance.
    Discrètement implantés dans les ZI de quelques villes de province bien contentes d’avoir des emplois pour leur population civile.
    Et puis nous avons de bons VRP, des instructeurs et formateurs que nous envoyons dans le monde entier.

    Formez vos bataillons !

  56. Souris donc

    Pour le bicentenaire de la Révolution, il n’y avait pas que les collants recyclés sur les donjons en carton, il y avait aussi la très wagnérienne Jessye Norman. La walkyrie noire chantant la Marseillaise, un grand moment. Terrifiante.

  57. Immense moment de bêtise sans nom. Ceux qui ne connaissent pas (ou qui ne se rappellent plus) devraient (re)lire le texte ENTIER de Rouget de Lisle. Je mets quiconque au défi de trouver, ou que ce soit au monde, un hymne national d’un tel appel à la violence sanguinaire et revancharde. A méditer par ceux qui trouvent à redire de certaines sourates du Coran: lisez la Marseillaise.

  58. Souris donc

    Les féroces soldats. Et Jessye, fantomatique, tourne autour du socle de l’obélisque de Louxor, à l’endroit même où fut érigée la guillotine, dans l’éclairage glauque, cauchemardesque apparition drapée dans le tricolore soulevé par le vent. Gantée. A quoi ont pensé les organisateurs ? Susciter la fierté ? C’est de la mise en scène, Jessye fait ce qu’on lui a dit de faire. Elle fout les boules, non ?

  59. A la question de notre rongeur favori « A quoi ont pensé les organisateurs ? »
    Peut-on exclure, Souris, que les organisateurs n’étaient nullement dupes et qu’ils cherchaient justement à provoquer cet effet, sachant qu’il est conforme à la vérité historique?
    Ce qui n’a pas empêché les idiots utiles et les chiens de Pawlow de se dresser sur les pattes arrières et d’applaudir des pattes de devant.

  60. roturier

    Excellente nouvelle dans ce monde de brutes: vous vous débarrassez de moi.
    Inch’allah pour 3 jours.
    Ce n’est donc qu’un au revoir. Toujours inch’allah.

  61. Souris donc

    Alors, pour la route, quelques grammes de brutes dans un monde de finesse (voir chez h16) :

    Normal Sup et ses Supérettes

    Vallaud-Belkacem veut doubler le nombre de conseillers(-ières) généraux, une femme+une homme à la tête de chaque conseil général du mille feuille dont on réduirait le nombre de moitié. Vous suivez dans le fond ?

    Duflot veut « offrir généreusement les lieux de cultes chrétiens qui ne lui appartiennent pas aux malheureux produits par le socialisme »,

    Batho oblige les commerçants à couper leurs enseignes lumineuses la nuit.
    Or les réacteurs nucléaires produisent la nuit la même quantité que le jour. La production électrique restant constante, si les commerçants sont obligés de couper leurs enseignes la nuit, cette énergie est…perdue.

    On cauchemarde, non ?

  62. Souris,… « une femme+une homme à la tête de chaque conseil général du mille feuille dont on réduirait le nombre de moitié. Vous suivez dans le fond ? »…
    Non, pas vraiment. Il faudrait m’aider…SVP ?

  63. Souris donc

    http://leplouc-emissaire.blogspot.fr/2012/12/parite-de-mes-deux.html
    Et multiplier par 4 (ajouter les bi et les trans), puis diviser par 4…

  64. Me voici furieux après moi-même pour avoir à ce point manqué d’imagination. Je m’attendais à une débâcle lente avec ce gouvernement, en fait elle est plus grave et plus rapide que je n’avais osé penser.
    La nullité de l’accord Mittal-Ayrault en est un autre récent exemple.

  65. Guenièvre

    Bien sûr c’est un chant militaire , si on ne remet pas dans le contexte historique, si on n’explique rien, si on fait semblant de croire comme souvent que le sang « impur » est celui des étrangers on peut s’indigner …La Marseillaise n’est qu’un symbole :  » la liberté vaut que l’on se batte et que l’on verse son sang pour elle ». Evidemment aujourd’hui c’est très très ringard comme message. Plus personne ne veut « mourir pour la Patrie » et je le comprends bien ; moi-même je ne le regrette pas parce que mourir pour la patrie suppose la guerre. Je veux bien que l’on adopte un hymne plus consensuel, vantant l’amour de l’humanité « peace and love » etc… mais je ne suis pas sûre que cela changera quoi que ce soit !
    Et l’hymne national Algérien qui glorifie le sang et la guerre contre l’ennemi français ( la France est nommément citée ) n’est pas moins violent..

  66. Souris donc

    On ne m’ôtera pas de l’idée que Hollande attire la poisse. Sitôt élu (merci Nafissatou), Valérie qui twitte. Et maintenant les 3 gnasses. Ou alors, on leur a demandé de faire le spectacle pour nous distraire par ces temps moroses de crise. C’est encore une hypothèse.

  67. Guenièvre

    Très subtil retour au sujet du billet, souris ! Un grognard, une grognasse…

  68. Joli, vous mériteriez toutes deux qu’un empereur vous tire l’oreille.

  69. Saul

    vous savez de quel sang impur il s’agit ?

  70. Saul

    Bravo Impat, pour une fois totalement d’accord avec toi.
    Cette bataille est bien une page de gloire de ce pays, et cette manie de les mettre sous le tapis avec une couche d’autodénigrement par dessus est insupportable.
    La question n’est pas de savoir si le Corse est à réhabiliter ou pas, s’il faut le rejeter là dessus par anticonformisme (ce qui est assez inepte, l’antibonapartisme étant un des mantras de la doxa dominante), mais je suis tout de même surpris de cette haine qu’il suscite en lui collant sur le dos plus que ne pouvait contenir son chapeau : ainsi il serait le précurseur de hitler, ce qui est totalement faux, il n’a pas été le pire des conquérants (que l’on songe alors à Alexandre, sa campagne dans la vallée de l’Indus par exemple qui s’accompagnait du massacre systématique des populations s’y trouvant), il n’est pas celui qui a causé la mort de « 3 millions de Français », chiffre de la légende noire issue de la propagande anglaise (ce chiffre a été aisément discrédité depuis), il n’est pas non plus « l’ogre », issu lui aussi de la propagande british, le taux de conscription sous son règne ayant été toujours inférieur à 3% (de mémoire c’est de l’ordre de 2,75% au maximum) de la population totale (que l’on compare à celui de la première guerre, + de 20% de la population française sous les drapeaux….), il serait responsable de la Révolution, alors qu’au contraire bien qu’il en soit issu, il est celui qui a mis fin à ses excès et conséquences néfastes, et a permis une réconciliation nationale, a mis fin aux guerres de Vendée et à la discorde nationale, ce vieux travers prisé par notre pays. Que l’on se souvienne de son mot « ni bonnet rouge, ni talons rouges, je suis national ! », que l’on se rappelle que les émigrés ne représentaient plus rien après son avènement, une grande partie d’entre eux l’ayant rallié…
    bref un vieux fond d’antiRévolution, ce que l’on peut comprendre, mais c’est charger un peu trop la barque d’un homme qui a , qu’on le veuille ou non, su élever ce pays, bien plus que certains rois.
    Quant à la Marseillaise, rien à changer, c’est un très beau texte prônant la solidarité et la cohésion d’une nation face à l’adversité….Allons z’enfants…

  71. QuadPater

    Bonjour Saul !
    Moi je ne sais pas. Je me contente de penser que c’est celui de l’ennemi, des tyrans, des féroces soldats et ça me convient dans le cadre d’un chant de guerre.
    Ces mots ne dérangent que ceux qui pensent qu’être non-violent, c’est garder la position du lotus pendant que sa chérie et ses gosses se font égorger.

  72. Guenièvre

    Bonjour Saul !
    On ne vous voit plus, même sur Causeur !

  73. Super, Saul.
    Donc tout est bien qui fini mal.
    Si Bonaparte est un passé glorieux, saluons les victoires de Pétain pendant que l’on y est.
    Le grand historien Fernand Braudel, auteur d’une « Histoire économique et sociale de la France de 1789 à 1880 », estiment que la France a perdu 50 ans « grâce » à la Révolution.
    M’est avis qu’il était très au dessous de la réalité; vu surtout que la prégnance du mythe révolutionnaire et ses métastases Bonapartiennes continue à coûter des années et des décennies.
    Prégnance démontrée par des interventions comme la vôtre.
    Les coups de menton impuissants donnés par les uns et les autres dans l’affaire Florange en sont le dernier avatar.

  74. Saul

    Bonjour Quad,
    c’est ce que l’on comprend en effet en général, mais en réalité ce sang impur est celui des Français.
    Une sorte d’autodérision si vous voulez, Rouget de l’Isle reprend l’antagonisme sang « pur » de la noblesse/sang « impur » des « ignobles » (c.a.d non nobles, le peuple quoi). cette phrase est à prendre dans le sens que la guerre n’est pas l’apanage de la noblesse, que le peuple est aussi capable de la faire et que le sang qu’il verse pour la défense de la patrie vaut même mieux que le leur.
    En aucun cas il ne s’agit du sang des soldats ennemis comme la croyance générale le veut.

  75. Saul

    « saluons les victoires de Pétain pendant que l’on y est »

    ce qui était le cas jusqu’en 40 (et même 44 pourrait on dire), il serait resté tranquillou chez lui en 40, il serait célébré encore aujourd’hui, chaque bled de France porterait une place ou une rue « Maréchal Pétain », n’oubliez pas que c’était un mythe vivant pour ses contemporains.
    Mais la comparaison ne tient pas, vu que le Corse ne s’est pas abaissé à ce qu’a commis Pétain. Le seul tort de Bonaparte est d’avoir perdu, et surtout d’avoir eu les yeux plus gros que le ventre, de s’être laissé prendre dans cette course avec l’Angleterre (qu’on oublie un peu trop souvent, sa volonté et son rôle a cette constance de foutre la merde sur le continent en dressant les divers Etats…ce pays aussi a sa responsabilité dans le bordel de l’époque….)
    Quant à Braudel, bien que j’ai le plus grand respect pour cet historien (un grand il est vrai), rien ne lui permet de l’affirmer avec certitude, comme vous dites, il estime…il faudrait alors aussi estimer combien de décennies la France aurait perdu s’il n’y avait eu la Révolution, et je doute fortement que cela soit inférieur à 50 ans…..Car n’oublions pas tout de même la situation de la France à la fin de la Monarchie : Alors même que le roi était favorable aux réformes, il a tout le temps de son règne était dans l’incapacité de les appliquer du fait des diverses oppositions. Vous parliez de Florange, mais en 1789, la France était un immense Florange : des caisses vides et une dette de l’Etat comme on n’avait jamais vu jusqu’alors dans l’Histoire de ce pays, une agriculture n’arrivant pas à s’adapter (disettes quasiment devenue la norme…) une industrie (draperies etc) totalement à la masse et dépassée par rapport aux Anglais (alors qu’elle avait montré au début du siècle sa capacité à rivaliser sur le marché européen par son innovation technique etc), une administration inefficace et de plus en plus corrompue, une gabegie des finances publiques devenue la règle, une réglementation (lois, juridictions locales etc) trop complexe, totalement obsolète et inefficace et contribuant au blocage du pays, un pouvoir politique impuissant etc ….bref un pays en déclin, bloqué et sclérosé du fait des oppositions entre catégories, certaines attachées à conserver ses privilèges par dessus tout, incapable d’entamer la moindre réforme et de s’adapter aux évolutions de l’époque…toute ressemblance avec notre époque etc 😀 (Impat, je te vois venir ;-), mais on diverge sur les solutions)
    La France a peut être perdue 50 ans, mais l’on peut tout aussi affirmer que sans la Révolution, la France aurait perdu bien plus, aurait continué son déclin jusqu’à connaitre le sort de l’Espagne, autrefois une des premières puissances du continent, et devenue un pays du tiers monde jusqu’à la fin du 20ème siècle…
    l’évolution en monarchie parlementaire dont vous parliez plus haut ne pouvez que se faire ici dans la violence, l’aristocratie ayant démontré qu’elle s’accrochait aux privilèges encore plus que la moule sur le rocher, qu’elle était bien plus préoccupé par la défense de ses intérêts que celui du pays… et vous pensez réellement que la France aurait évolué bien plus avec de telles « élites » à sa tête ?
    Mais nous sommes alors dans l’uchronie, il convient de s’attacher aux faits : durant le 19ème siècle, la France est redevenue une puissance de première importance dans le concert des nations malgré sa défaite, a su amorcer le virage de la Révolution industrielle, a brillé sur le plan intellectuel et artistique comme dans les siècles passés, a gagné en cohésion nationale (on sera d’accord, le sentiment national existait déja sous la monarchie, mais la Révolution, et surtout le Corse a mis un gros coup de boost sur ce plan là), ce qui lui a permis de faire face, (et au final le vaincre) à un ennemi largement supérieur à elle en 14 sur tout les plans (militaire, économique, démographique etc).

    « Prégnance démontrée par des interventions comme la vôtre »

    ce en quoi vous vous trompez, je suis au contraire très critique sur la Révolution et n’est pas un adorateur effréné du mythe révolutionnaire. D’autres ici présents vous le confirmeront.
    Mais je ne nie pas tout en bloc, j’adhère totalement à la phrase de Bloch…vous même êtes dans cette deuxième catégorie de Français qu’il décrivait 😉

  76. Saul

    Bonjour Guenièvre,
    un peu pris en ce moment… et puis Causeur…. je trouve que ça tourne en rond.

  77. Saul

    Question technique : comment peut on mettre un avatar sans passer par Gravatar ? (ce crétin ne cesse de me dire que les divers pseudos que je mets sont déja utilisés !)

  78. Guenièvre

    Je vous suis à 100 pour 100 Saul . D’ailleurs quand j’écrivais :  » Il est tout aussi absurde de rejeter en bloc l’Ancien régime que de rejeter en bloc la Révolution française… » je pensais à vous et me disais que vous sauriez développer. C’est fait… 🙂

  79. Souris donc

    Réponse technique : Les sites disposent d’un who’s who, d’un Qui-Qui, le whois, cette fonctionnalité leur permet de voir les pseudos utilisés sur toute la toile. Pratique, on voit tout de suite le 5000e visiteur.

  80. @Saul: pas compris la phrase finale: « Mais je ne nie pas tout en bloc, j’adhère totalement à la phrase de Bloch…vous même êtes dans cette deuxième catégorie de Français qu’il décrivait « .
    Quelle phrase de quel Bloch? Jérôme Bloch, cousin de mon dentiste? J’appartiens à quelle catégorie déjà?

  81. Saul

    c’est pire que Big Brother 😀
    mais y’a des loupés alors, certains ayant usé de la multiplicité sur ce site même…

  82. achemenes

    Marc Bloch…
    « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’Histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims et ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. Peu importe l’orientation de leurs préférences. Leur imperméabilité aux plus beaux jaillissements de l’enthousiasme collectif suffit à les condamner »

  83. Saul

    bon c’est quoi ces conneries ? maintenant on me colle le nom d’inscription que j’avais mis pour Gravatar (puisque Saul m’était refusé…)
    portnawac

  84. Guenièvre

    C’est Darius ?

  85. Saul

    l’avatar oui, Darius III Condoman.
    mais le nom pour s’inscrire à Gravatar est « achemenes » (ce crétin me refusait Saul)
    en postant ma réponse, world express m’a demandé de me connecter (???) ce que j’ai fait, mais du coup ça s’est apparu sous ce nom là.

  86. QuadPater

    Le grand historien Fernand Braudel (…) estime que la France a perdu 50 ans « grâce » à la Révolution.

    Le domaine de l’uchronie est passionnant pour un amateur de science-fiction, mais ne constitue pas une source de preuve de quoi que ce soit pour qui que ce soit.

  87. Bonjour Saul, j’allume l’écran et j’assiste avec plaisir à ta réapparition sur Antidoxe.
    Et une réapparition en fanfare, haut les cœurs !

  88. Saul

    Bonjour Impat, en fanfare de la garde même 😀

    et totalement d’accord avec ton billet, une fois de plus bravo !

    (juste quelques rectifs, mais c’est du à mon gout du pinaillage, mea culpa…: François II n’était pas empereur « d’Autriche-Hongrie »…bien que portant le titre de roi de Hongrie aussi, c’était encore « empire d’Autriche » tout court à cette époque. Tout comme son numéro : en tant qu’empereur d’Autriche il était « François 1er », « François II » est son nom d’empereur romain germanique (et aussi, coïncidence, son nom de roi de Hongrie)…c’est assez schyzo ces souverains multi-couronnes…)

  89. Pinaillage pour pinaillage, je crois me souvenir qu’à Austerlitz figurait un autre empereur-roi : Napoléon était roi d’Italie. À moins qu’il ne le soit devenu peu après…

  90. Saul

    exact, et c’était avant Austerlitz en effet qu’il muta de président de la république italienne en roi d’Italie

  91. Merci Saul.
    Je ne sais pas si le nom de Roi de Rome donné plus tard à son fils trouve son origine dans ce titre de Roi d’Italie de l’Empereur. Le sais-tu?
    (NB :Ton avatar est superbe)

  92. Saul

    honnêtement non, mais je ne pense pas que les deux titres soient liés l’un à l’autre. Ils sont liés mais par un référentiel commun, « Charlemagne » : le Royaume d’Italie faisait référence au royaume lombard conquis par Charlemagne dont la capitale était Milan et non la désignation géographique de la péninsule (Milan a longtemps été vue comme la capitale « naturelle » de l’Italie du fait de son passé (capitale du royaume lombard, mais aussi un temps auparavant de l’empire romain d’occident), mais aussi de son importance économique et démographique). Ce royaume correspondait en gros à l’Italie du nord, sans Rome (ayant toujours eu un statut à part dans la botte italienne. Même en 187O, lors de la prise de Rome par les troupes de la Maison de Savoie, il n’était pas évident que cette ville devienne la capitale du nouveau royaume unifiée, mais c’était du aussi au fait que c’était alors une ville déclinante à l’époque, à peine une ville de province en exagérant un peu).
    En tant que successeur proclamé des Carolingiens, il se devait de porter la « couronne de fer » (celle des rois lombards) afin de légitimer sa prétention au titre d’empereur par rapport à celle des empereurs romains germaniques (qui eux aussi tenaient à cette couronne de fer. Les successeurs de Charlemagne qui héritèrent du royaume d’Italie, Lothaire par exemple, héritaient aussi en général du titre d’empereur). C’est là d’ailleurs que l’on voit la dérive napoléonienne, le titre d’empereur lui ayant été donné à l’origine comme celui d » empereur de la république française » (c’était son titre officiel au début), une dimension « républicaine » ou plébéienne en quelque sorte.
    Concernant le titre de roi de Rome, il s’agit d’un titre de prestige donné à l’héritier du trône. La référence est ici double, à Charlemagne bien entendu, mais aussi à la Rome antique, il s’agissait de légitimer la dynastie naissante en en la liant à la ville qui a vu le couronnement de Charlemagne (ville proclamée « seconde ville de l’empire » après Paris par Napoléon)

    (PS : merci pour l’avatar :-), le tien est bien vu aussi, ça correspond bien je trouve)

  93. … « Milan a longtemps été vue comme la capitale « naturelle » de l’Italie »…
    C’est encore le cas pour beaucoup d’Européens, et de fait comparée à Milan Rome reste un village. Mais quel beau village !

  94. Mais, c’est un site monarchiste, ma parole!!!!
    Repère de nostalgiques du froufrou império-royal… Qui l’eut cru…
    Darius… Achéménès… Saul… 3 pseudos pour la même personne, et que du beau linge, trônes, couronnes, conquêtes… Pourquoi pas Napoleone, pour la gloire posthume imméritée?.
    On comprend mieux pourquoi ça « vibre au souvenir du sacre de Reims »; ça doit porter le tricorne au WC.
    Continuez à vous raconter des Histoires Saintes pour mieux dormir. Vous en aurez besoin, car bonjour le réveil.
    Moi, je suis roturier.

  95. Saul

    Darius ? non je n’ai pas ce pseudo, quant à Achemenes, il ne s’agit que d’un nom d’inscription pour accéder à Gravatar, pas d’autres usages, le fait qu’il soit apparu ici est du à un touchage de fils chez wordpress…

    « que du beau linge, trônes, couronnes, conquêtes… »

    renseignez vous donc sur ces trois là…. Achemenes n’était qu’un prêtre, soi disant à l’origine de la dynastie achéménide, Darius III et le roi Saül furent surtout des loosers (ce qui les rend justement très intéressants…)….pas vraiment comparable à Alexandre, César ou Napoléon… votre propos ne colle pas…

    « Moi, je suis roturier »

    déja, contradiction (« moi,je.. »)
    Un excès de modestie n’est jamais que de l’orgueil déguisé…

  96. Ce n’est pas pour le goût de taquiner (comme disait le gars aux « tontons flingueurs »). MAIS (un peu…):
    Vous persévérez dans la cécité; Cette phrase « ils sont des loosers…pas comparables à…Napoléon ».
    Ouvrez les yeux enfin (si vous en êtes capable): il était un ENORME looser. Il a tout loosé; et la France avec.
    Champion du monde (mais j’imagine que vous y trouverez source de fierté).
    Que dire d’un pays qui porte au pinacle ce genre d’énergumène? Mais, simplement, qu’il préfère oublier son passé et donc qu’il le revivra.
    Le « moi, je.. » et surtout « moi, je suis… » est une tournure rhétorique-argotique parfaitement licite. Je ne vous reconnais aucune compétence pour la contester.
    Et je revendique la noblesse de la roture; aucune modestie là-dedans.

  97. Souris donc

    L’immodestie, c’est le toupet.

    Roturier, à plusieurs reprises vous écrivez « Qui oublie son passé, est condamné à le revivre ».
    Lugubre et lourd de menaces. D’un autre côté, ça ressemble fort au marronnier du bac philo « Peut-on tirer des leçons de l’histoire ? » qui permet au candidat d’exhiber sa petite virtuosité en dissertation 3 points.
    Thèse : Oui, on peut (citation à l’appui)
    Antithèse : Non on peut pas (citation à l’appui)
    Synthèse : Ah ben oui, on devrait, mais les temps changent, que voulez-vous. Arrive une banalité sentencieuse, qu’il croit, dans la candeur de ses 18 ans, inédite et définitive.

  98. Saul

    mmh je crains qu’il n’y ait méprise. l’emploi du terme « loosers » était ironique, à prendre au second degré. Il n’inclut pas que je leur trouve moins de valeur que les conquérants précités, bien au contraire, car comme vous le faites très justement remarquer le Corse a au final échoué. Mais vous m’attribuiez un gout pour les conquérants et autres grands hommes, c’était juste pour remettre en perspective, le choix d’un avatar et d’un pseudo de 2 rois « loosers » infirmant votre préjugé.
    Le fait qu’il aurait tout perdu n’enlève rien au lustre de la geste napoléonienne (certains diraient même qu’au contraire elle le relève. Et puis ça reste discutable, après tout il est passé à la postérité, ce qui n’est pas rien), mais ce billet n’a pas pour but de juger les mérites d’un régime passé ou chanter sa gloire, c’est là semble t-il la confusion qu vous faites (et pour tout vous dire je préfère de loin le « second en pire » qui fut bien plus « grand »). Impat pointe le travers actuel de ce pays, par l’exemple d’Austerlitz, à s’autodénigrer au point de vouloir effacer de la mémoire de son Roman National tout ce qui a contribué à sa grandeur (et encore il a été généreux, il aurait pu enfoncer le clou en rappelant que cette même année 2005 nos dirigeants ont préféré commémorer une défaite, Trafalgar, par des manoeuvres.navales communes franco-british)
    Que l’empire ait apporté ou au contraire plombé ce pays n’est pas le sujet, l’auteur montre ce paradoxe d’un fait historique servant de modèle et enseigné à travers le monde, mais oublié volontairement ici.
    Qu’Alexandre le Grand ait au final échoué (puisqu’à sa mort, son empire est quasiment aussitot dissout) enlève t-il toute valeur à son exploit ?

    Un peuple qui oublie et renie son passé n’a alors plus conscience de lui même, c’est un peuple sans avenir….

  99. achemenes

    comme disait un prof, en résumant les 3 parties d’une dissert : « oui, non, merde »

  100. achemenes

    me casse vraiment les burnes wordpress….

  101. Saul, WordPress ne semble pas bien te comprendre mais au moins tu as bien compris le texte objet de ce fil. Ce n’est pas le cas tout le monde !

  102. Souris donc

    Come-back de Berlusconi façon retour de l’Ile d’Elbe.
    Hilarante leçon de l’histoire tirée par Nouratin :
    http://onefoutus.over-blog.fr/article-vox-clamans-in-deserto-113253070-comments.html#anchorComment

  103. Souris donc

    Sur le marché de la citation, les cotes sont variables. Y a les figures imposées : Marx et Hegel.
    Mais si jamais il cite Teilhard de Chardin, ou, pire que tout, Saint-Thomas d’Aquin, son compte est bon.

  104. Souris,…  » façon retour de l’Ile d’Elbe. »…
    De l’art de savoir rester dans le sujet…:-)

  105. Souris donc

    Mais oui, et on ne peut pas clore le débat sans Tino Rossi et l’Ajaccienne…

    « …Qu’il soit fêté dans sa maison
    L’enfant prodigue de la gloire
    Napoléon, Napoléon ! »

  106. Ceux qui aiment Bonaparte aiment ça….
    Nul besoin d’autres arguments.

  107. Souris donc

    Impat ne tient pas trop à ce qu’on insère des vidéos, on aurait pu finir sur le concerto N°5 Empereur de Beethoven, cité par Rackam au début du fil. Autrement plus intéressant que Tino Rossi. Et à double titre :
    – Comment Napoléon était perçu à l’étranger, pourquoi Beethoven a composé en l’honneur de Napoléon, puis pourquoi il s’est rétracté et ne voulait plus de la dédicace.
    – Ce concerto est l’opus 73. Beethoven est atteint de surdité vers l’opus 30, il est donc sourd comme un pot pour l’Empereur (et il y a encore plus de 100 opus ensuite !). Comment a-t-il fait ?
    Je serais assez tentée par un papier (si je parviens à être moins chiante que pour mon Parsifal)

  108. Souris donc

    Bonjour ! ça commence bien, Beethoven n’a pas composé en l’honneur de Napoléon, il a admiré Bonaparte. Il accuse Napoléon d’avoir trahi les idéaux révolutionnaires. Il a vigoureusement démenti la dédicace qui ne serait pas de son fait.

  109. Bonjour Souris, pas une raison pour laisser tomber votre papier, Bonaparte est aussi intéressant que Napoléon ! D’ailleurs…déjà Napoléon, perçait sous lui…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :