Vers une Reconnaissance des Droits Universels du Souchien

 

 

Bonne nouvelle, le Président de la République reçoit en grande pompe un Souchien bien convenablement exotique, portant tous les signes extérieurs de l’exotisme, pour un peu, il planterait sa tente à l’Elysée, il affirmerait son identité en proférant quelques menaces, et tout le monde s’émerveillerait.

 

image001

François Hollande reçoit le chef indien brésilien Raoni à l’Elysée, le 29 novembre 2012 Bertrand Langlois afp.com

 

Encore un effort, Monsieur le Président de la République et de tous les Français, il existe, dans ces mêmes contrées amazoniennes et sauvages, d’autres Souchiens ayant beaucoup souffert de la colonisation et qui mériteraient d’être reçus. Mais, attention, ces Souchiens sont fiers, ils ne veulent ni compassion, ni repentance.

Dans l’Amazonie  bolivienne, des Indiens pur sucre. Imaginez-vous que malgré la pauvreté, ces Indiens perpétuent la musique baroque la plus occidentale que des Jésuites sont venus leur imposer de force, il y a quelques siècles. Vivaldi ! Haendel ! Rameau ! Bach ! Les enfants sont mis au solfège, au chant et aux instruments (de torture) dès le plus jeune âge. Les musiciens sont obligés de louvoyer pour ne pas se blesser aux mains dans leur travail de survie de coupeurs de canne. Les luthiers ravagent la forêt amazonienne pour le bois de leurs violoncelles, violons et altos. Pire encore, l’épidémie se répand : ils font un festival de musique baroque qui implique des petites villes de la Chiquitania, à 200 km les unes des autres, Ces villes s’appellent San Javier, Concepcion, San Ignacio, Santa Ana, San Rafael, San Miguel. Ne faudrait-il pas rebolivianiser leur nom ? Elles ont toutes leur église, aussi baroque que leur musique.

Jusqu’à peu, les indigènes recopiaient à la main les partitions pour les sauvegarder. Maintenant c’est sous la supervision d’un prêtre polonais qui a introduit le numérique, au risque de bouleverser tout l’écosystème. Et un couvent français se charge de les faire connaitre et a créé un label pour leurs enregistrements. Commerce équitable.

 

image001-2

A Santa Ana, les pupitres sont fabriqués avec du bois local.

Reza Nourmamode/ RFI

 

http://www.rfi.fr/ameriques/20120611-amazonie-indiens-bolivie-musique-baroque

 

Mais peut-être allez vous dire, Monsieur le Président de tous les Français, que les conditions ne sont pas encore réunies pour une reconnaissance des bienfaits de la colonisation ?

57 Commentaires

  1. rackam

    Sou(chienne)ris,
    honte à ces jésuites qui nivellent par le haut.
    Gloire aux amazoniens qui pratiquent la promotion canopée.

  2. Souris donc

    Je sais, Monsieur le Président, trop de métissage culturel chez ces Indiens d’Amazonie, des Cathos qui plus est. Pas des Souchiens pur sucre, ni des adule-coran comme vous les affectionnez (Merci Didier Goux). Purée Mouslim !

  3. tony

    On a peut-être empêché ces indiens de créer leur propre musique aussi et c’est dommage.

  4. QuadPater

    La première photo c’est le Prèz’ sur un char de la canard-pride, rien à voir avec l’article. 😦

  5. Souris donc

    Pas vraiment, Tony, à côté du baroque, ils cultivent AUSSI leur musique traditionnelle. Et transcrivent certaines parties pour leurs instruments, genre flûte andine, et aussi parfois en indianisant les partitions et la langue. Un savoir-faire qu’ils n’auraient peut-être pas sans leur connaissance du baroque?
    Vous avez entendu parler de la Misa Criolla, je suppose :
    Kyrie – Vidala baguala
    Gloria – Carnavalito Yaravi
    Credo – Chacarera trunca
    Sanctus – Carnaval cochabambino
    Agnus Dei – Estilo

  6. roturier

    Accessoirement.
    Les amateurs sont conscients de la portée de la musique classique « occidentale » en extrême Orient. Des grands interprètes aux yeux bridés, des publics enthousiastes, « Carmen » et « Rigoletto », Mozart et Beethoven à guichets fermés. Pourtant personne ne les a obligé. Pourtant pas question qu’ils oublient leur arts traditionnels pour autant.
    Universel, oui. Ils confirment.

  7. Souris donc

    Qu’on reçoive des gens avec des plumes sur la tête ou à la raie, ça m’est égal. Ce que je ne supporte pas, c’est que les mêmes qui s’extasient devant le Souchien exotique en s’inquiétant de son environnement, nous méprisent comme des sous-chiens dont on peut détruire l’écosystème sans le moindre principe de précaution et en leur gueulant dessus.
    Voilà ce que je ne supporte pas chez les hypocrites progressistes.

  8. Souris donc

    En Chine, le Père Ricci a nivelé « par le haut » en approchant l’Empereur et les élites. Au Japon, je ne sais pas. Quoi qu’il en soit, les Asiatiques ne sont pas seulement des virtuoses mais la musique occidentale fait partie de leur patrimoine culturel. Plus que chez nous, où France-Musique peut passer une journée entière sans musique classique, mais jamais sans jazz free, électro-acoustique et musiques du monde, qu’ils vénèrent.

  9. rackam

    Pour notre souricologue musidonc, le rap commence après Bach… le Freischütz est déjà du free-jazz…

  10. Souris donc

    Mais pas du tout, j’aime bien Poulenc, sauf après quand il s’est intéressé aux Carmélites. Et j’aime bien le rap, « qui sème le vent, récolte le tempo ».
    Et vous qui êtes notre chiquito de la religion, les missions en Amazonie étaient construites selon une utopie sociale progressiste. Vrai ou faux ? (Bien sûr, ils évangélisaient, c’était le job).
    « Mission » de Joffé, avec De Niro, j’ai aimé moyen. Violent, et musique de Morricone, a-t-on idée, quand le baroque peut traduire toutes les nuances narratives.

  11. Mission, j’ai aimé très beaucoup…

  12. rackam

    On dit « Missié », skardanegri. Et on ne chiquipote pas souris quand elle parle de misuque. Si elle dit que c’est de la muzzik de Morricot, c’est comme ça. À la baguette minusculus mus! J’arrête de faire le (pu)pitre.

  13. Moi je n’écoute que de la grande musique de toute façon:

  14. Et spécialement pour notre ami Galaad:

  15. A toutes fins (in)utiles: écoutez Radio Classique (ne pas confondre avec France Musique).
    Radio Classique se capte parfois difficilement ailleurs qu’en grandes agglomération; mais PARTOUT sur le web.

  16. Et spécialement pour Impat :

  17. Une petite faute de goût pour Souris :

  18. Pour Roturier: (qui peut échanger avec Impat)

  19. Guenièvre

    J’en ai une qui conviendrait à la fois à rackam ( parce qu’on y parle de Nantes ) et à skarda mais je n’ose …
    Je me contenterai donc de celle-ci pour notre Breton !

  20. Et pour nous tous finalement:

  21. rackam

    Skarda a une crampe du majeur droit, toute sa « playlist » y passe. Manque la danse des canards, l’Internationale, la pub Schweppes, Justin Bieber, Giscard à l’accordéon.
    Guenièvre,
    par Gilles Servat? C’est de la provoc! Pourquoi pas Renaud? Jean Ferrat? Audrey Pulvar?
    Mais je pense que le taquin masque l’amical, chez vous comme chez d’autres… Alors, allez en Paix.

  22. Guenièvre

    Oui, je me doutais bien que Gilles Servat n’était pas votre genre 🙂 ! Mais bon c’est lui qui a composé la chanson…

  23. rackam

    Tibor! une vidéo qui commence par la suggestion d’écarter les enfants! Vraiment! ce n’est plus le majeur qui est grippé, c’est le jugement!
    Roturier! Il y a Tibor qui m’embête, et Guenièvre en rajoute! Je suis discriminé!

  24. Souris donc

    Très émouvants, ces jeunes musiciens du baroque amazonien. Peu racailleux, certes. Pourquoi Skarda me pourrit mon papier ?

  25. rackam

    Il ne pourrit pas, il illustre. Et Guenièvre en rajoute! Ces deux-là, vraiment, aucun respect pour les rongeurs!

  26. Oh Souris, ce n’est qu’un peu de mauvais goût ! Je trouverai un moyen de me racheter.

  27. Dépêchez-vous, Skarda, la Souris ronge son frein.

  28. Souris donc

    Je voulais dire aussi qu’il ne fallait pas confondre l’époque du baroque ( = en musique, l’époque des Lumières) avec celle des Conquistadors, deux trois siècles plus tôt.

    « …Les Chiquitanos vivent de chasse et de cueillette dans des communautés dispersées en pleine forêt et sont régulièrement victimes de « rafles » de la part des colons espagnols qui les revendent comme esclaves pour travailler dans les mines d’argent de Potosi, à plus de 4 000 mètres d’altitude ! « Ce commerce illicite préoccupe le gouverneur de l’époque, raconte Alcides Parejas Moreno, philosophe et historien bolivien spécialiste des missions de la Chiquitania. Il décide alors de faire appel aux Jésuites. »

    http://www.lepoint.fr/culture/bach-en-bolivie-29-07-2010-1220109_3.php

  29. L’article parle de souchiens, j’ai plutôt l’impression qu’on est sur un sous-site de youtube !

  30. Souris donc

    Oui, c’est ce que je fais, je vis avec Radio Classique et mes CD. Ils ont un excellent Journal de 7 à 9.
    Radio Classique a l’inconvénient de faire voter les auditeurs (sur leur site) puis de faire passer les morceaux plébiscités, alors on a un peu toujours les hits du classique. Ne nous plaignons pas. Et on a les références de tous les morceaux.

  31. Souris donc

    Moi aussi, Patrick…tant pis. Pas grave.

  32. Patrick

    Il ne manque plus que Rotil et ses classiques.

    🙂

  33. Très juste. Rotil, on vous attend !

  34. Souris donc

    Le couvent Saint-Ulrich qui les a fait connaitre est près de chez vous, à Sarrebourg, ils éditent chez Harmonia Mundi.
    http://www.cd-baroque.com/index.php/cdbaroque/accueil/amerique_latine/25_ans_des_chemins_du_baroque

    On trouvait Alain Corneau dans l’organigramme (Tous les Matins du Monde). Et surtout le Journaliste Alain Pacquier qui se démène pour le festival. Il a publié chez Fayard Les Chemins du Baroque dans le Nouveau Monde.
    Sinon leurs Eglises sont au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

  35. Patrick

    Souris, je ne connaissais pas ce couvent. Là vous m’apprenez quelque chose. Je viens de faire un tour sur le site. J’ai un collègue qui habite les environs, je lui demanderai s’il connaît. Moi je suis quand-même à 80 km. Et quand je passe par là-bas, je prends le contournement !

  36. J’ai comme qui dirait le coeur qui palpite en lisant ce texte de souris avec lequel je ne suis pas globalement en désaccord. Voilà un phénomène pour le moins baroque !

  37. Souris donc

    Votre coeur palpite pour la Chiquitania ? Bonne nouvelle.
    Et pour l’idée de patrimoine culturel ?

  38. Souris donc

    Au-delà du paradoxe du Souchien, en sacralisant la diversité, la gauche brade l’idée de patrimoine culturel chez nous.
    Le patrimonial, c’est le mal, la dilution c’est le bien.
    Si on va au bout de cette logique, pour redresser productivement, Monsieur Montebourg pourrait vendre les tableaux du Louvre aux émirs, aux oligarques, aux magnats indiens de l’acier, aux Chinois. Mais ces derniers s’intéressent au vignoble et aux châteaux bordelais qu’ils achètent les uns après les autres.
    Leur faire un prix de gros sur la salle Rubens ?

  39. QuadPater

    Bien vu, Bobor. Un effet madeleine immédiat aux premières mesures de ce chant. Alger, j’ai moins de 5 ans, une nuit claire et chaude, les fenêtres ouvertes, un rythme frappé sur des milliers d’objets hétéroclites qui s’élève dans la nuit : tatata-ta-ta (Algérie-fran-çaise) !

  40. Guenièvre

    C’est exactement cela Souris, le patrimoine ce n’est rien d’autre que des vieilleries. Je suis en train de lire « Les mirages de l’Art Contemporain » de Christine Sourgins et j’en apprends de belles. Tout cela va dans le même sens : relativisme,immanentisme, haine de l’Occident et de son passé, nihilisme…
    Et merci pour toutes ces informations, je ne connaissais pas les indiens de la Chiquitania.

  41. Souris donc

    A lire alors ?
    Mirage et moyen facile, la surenchère dans la provocation, louée par la critique, relayée par les médias, entretenue par les professionnels du marché et des musées a au moins le mérite de pointer la vacuité répétitive des codes :
    les excréments/le sacré.
    Mais provocation bien soigneusement unidirectionnelle, à part les timides caricatures de CharlieHebdo, la SARL Provocation & co se garde bien du blasphème (au sens que ce mot a pris).
    On se dit que le filon va commencer à s’épuiser. Mais non, le filon est aussi inépuisable que le gisement des imbéciles.

  42. … « le filon est aussi inépuisable que le gisement des imbéciles. »…
    Ils se nourrissent l’un l’autre, le mouvement perpétuel est enfin découvert !

  43. Guenièvre

     » Mais non, le filon est aussi inépuisable que le gisement des imbéciles. »

    C’est un radotage sans précédent dans l’histoire de l’Occident ! A lire absolument oui – je n’en suis qu’au début mais c’est passionnant en particulier pour comprendre comment l’art contemporain a phagocité l’Art Moderne qui lui, dans son processus de déconstruction, a encore une vision positive de l’Art. L’A.C. c’est tout simplement la négation de l’art puisqu’il refuse tous les éléments constitutifs de ce qui était l’art ( pas de représentation, pas d’émotion, pas d’intériorité et pas de travail). Ce qui compte c’est le concept et le discours autour du concept. Du coup l’échec n’existe pas et il n’y a pas d’évaluation possible ( c’est pratique !).
    C’est un système clos et totalitaire qui engendre le mépris de ce qui n’est pas lui. Jean Clair, directeur du musée Picasso, a été traité de « nazi » parce qu’il avait osé des critiques

  44. Souris donc

    Voilà. Le mouvement perpétuel de la cage à écureuil. Y a la bonne religion et la mauvaise religion. Le bon souchien et le mauvais souchien. Le noir et le blanc. Comme ça, on ne peut pas se tromper. Le peuple est guidé.

  45. Souris donc

    Ma cage a écureuil ci-dessous était une réponse à Impat, mais pourrait être une image du système clos et totalitaire dénoncé par Christine Sourgins, finalement ?

  46. Pourtant l’écureuil brun et l’écureuil gris mangent les mêmes noisettes, les mêmes pignes de pin…

  47. Souris donc

    Regardons le bien notre adorable écureuil roux. Car il va disparaître. Des inconscients ont lâché dans la nature ces écureuils gris d’Amérique, qui lui disputent les mêmes ressources. Sauf que le squirrel est infiniment plus combattif, culotté et sans vergogne. Il empêche l’autre d’accéder à la nourriture en l’agressant et le pourchasse jusqu’à ce qu’il crève. Les inconscients ont également relâché le petit tamia de Corée très prolifique.

  48. Guenièvre

    C’est à peu près cela souris. L’AC se répète constamment.
    Les « artistes » se répètent eux-mêmes : Buren fait des rayures depuis les années 60, Niele Toroni des petits carrés ou des ronds ( juste l’empreinte du pinceau, il a même reçu pour cela le prix national de la peinture en 1995 ) depuis la même époque ! http://fr.wikipedia.org/wiki/Niele_Toroni
    Ils répètent les autres : en 1917 Duchamp achète un porte-bouteille au BHV et décide que c’est un geste hautement artistique, en 2004 Bertrand Lavier filme le porte-bouteille et le passe en boucle , c’est encore une oeuvre d’art…
    Même passer un film d’Hitchcock au ralenti devient de l’art.

  49. La nature qui m’entoure est hors du monde, les écureuils roux y prolifèrent. Mais un jour les gris d’Amérique vont débarquer…pauvre France – 🙂

  50. Souris donc

    Et ils sont trop mignons…

  51. Souris donc

    Raoni aussi est trop mignon. C’est pourquoi on le balade de par le monde. Je viens de voir qu’on trouve dans le comité organisateur du Raoni-Tour : Stéphane Hessel, Nicolas Hulot et l’opposition brésilienne.

  52. Souris donc

    Quand Raoni est reparti, l’Elysée a souligné dans un communiqué

    « l’attachement de François Hollande à une participation des peuples autochtones aux débats et négociations qui engagent leur avenir ».

    Yeeeeeeeeeeeees !!! Vive le peuple autochtone !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :