Mots vulgaires contre Cœurs médiocres

 

 On peut penser ce qu’on veut de la décision prise par le plus célèbre de nos « people » de quitter la France.

On peut penser ce qu’on veut de la répétition maintenant fréquente de ces départs qui concernaient depuis des années nombre de sportifs, de comédiens, d’écrivains, de personnages fortunés cherchant à mettre à l’abri cette fortune gagnée, à l’abri de prélèvements français jugés confiscatoires. Pour les entreprises l’exil est plus compliqué, néanmoins la forte augmentation des taxes et la menace de leur accroissement entraîne depuis quelque temps un phénomène semblable.

On peut penser ce qu’on veut des motivations de tous les intéressés. On peut les trouver pragmatiques, bons gestionnaires, prudents. Égoïstes,  avares, salauds. On peut les accuser d’un manque honteux de « patriotisme »,ou apprécier leur esprit de solidarité avec leurs héritiers futurs. On peut même, certains le font, les féliciter de mettre leurs biens en lieu sûr au lieu de les voir dilapidés dans le tonneau sans fond des dépenses de l’état français.

On peut accuser, défendre, attaquer, tergiverser autour de toutes ces belles raisons, ou des moins belles.

Tout cela, on peut le dire, mais ce n’est pas le sujet de ce billet.

Un sujet plus préoccupant pour notre pays, car il touche son esprit, son âme, sa hauteur de sentiments.

Nous avons vécu cinq ans avec un président qui accomplit beaucoup de choses, activement et souvent brillamment. Il s’est fait pourtant beaucoup d’ennemis par l’usage d’un vocabulaire parfois vulgaire qui pouvait surprendre dans la bouche du représentant de la France. Un « casse-toi pauv »’con », même impromptu, ne lui a pas, ne nous a pas, fait honneur.

Mais si son expression ne fut pas toujours à la hauteur souhaitable, jamais les sentiments qu’il a montré dans l’action ne furent signe de mépris ou d’irrespect envers ses compatriotes. Les Français, qu’ils fussent favorables à sa politique, ou qu’ils y fussent opposés, n’ont eu à qu’à se louer de la considération dans laquelle il les tenait. Une preuve en est, parmi d’autres, les nominations nombreuses de socialistes à diverses responsabilités. Ces nominations n’avaient pas toujours fait l’unanimité à droite, et lui ont valu quelques inimitiés qui peut-être lui furent fatales. Ce président était tout sauf clivant.

À l’inverse, que dire en ce domaine de l’équipe actuelle ? Il ne s’agit pas, hélas, de faits isolés.

Quand le chef de l’état nouvellement élu prend possession de l’élysée  et ne se donne pas la peine de reconduire son prédécesseur au pied du perron contrairement à tous les usages et à l’élémentaire correction, est-ce un fait isolé d’impolitesse ?

Quand le patron de LVMH Bernard Arnaud, décidant de s’installer en Belgique, se fait gravement insulter par la Une de Libé (« casse-toi, riche con ») qui inspire ce seul commentaire du ministre Pierre Moscovici : « Quand on dirige un grand groupe on a un devoir d’exemplarité », est-ce un fait isolé d’ingérence dans la vie privée d’un citoyen ?

Quand Montebourg reproche officiellement à la famille Peugeot d’avoir perçu des dividendes de l’entreprise PSA dont elle est actionnaire, et-ce un fait isolé d’immixtion dans une affaire industrielle privée ?

Quand le premier ministre se permet de trouver « minable » la décision d’implantation en Belgique d’un des plus grands comédiens du pays, est-ce de la part du chef de gouvernement une insulte anodine envers un citoyen quelconque ? Ce dernier échantillon de l’attitude insolente, méprisante, des responsables socialistes se montrant d’autant plus répréhensible qu’on ne compte plus les célébrités « de gauche » ayant élu domicile hors de France. Depardieu, il est vrai, avait fait état de sa sympathie pour Sarkozy. Il est des prises de position dangereuses en notre pays…

Philippe Tesson n’est pas tendre, mais il est juste lorsqu’il juge dans Le Point : « L’exil fiscal serait-il un privilège socialiste ? Il semble que oui. Toujours cette arrogance, cette appropriation de la vertu, cette vulgarité. »

Comment ne pas penser que comparée à l’équipe précédente, l’équipe au pouvoir parle peut-être de manière plus académique que Sarkozy, mais laisse paraître des sentiments bien médiocres. Il est déjà triste que le président d’un pays comme la France ne se veuille que « normal », mais quand il se montre méprisant envers ses propres citoyens il est surtout vulgaire. Sur ce point au moins, Depardieu a raison : comme c’est minable !

 

 

19 Commentaires

  1. Souris donc

    Le cass’toi, pov’con, le karcher, son phrasé de titi, c’est précisément ce qui m’a rendu Sarkozy sympathique. L’ouverture à gauche a été son ratage, les gages qu’il s’est senti obligé de donner, inutiles. Il fallait y aller à la hache d’abordage, tant pis pour les piaillements de la gauche. Retrospectivement, on voit bien que l’acharnement médiatique aurait été le même, quoi qu’il fasse et quoi qu’il dise.

    Maintenant on a un pouvoir qui parle le politiquement correct et l’énarche langue maternelle, les médias sont à la dévotion, c’est le rétablissement des privilèges, la noblesse d’Etat et le clergé médiatique qui encense. Tout baigne. Sauf que les esclaves à talent se barrent.

  2. Souris donc

    Quant à la vulgarité à l’imparfait du subjonctif, on en a des specimens tous les jours, qui sautent à la gorge de leur prochain, mais dans une langue châtiée. Et en leur faisant la morale.

  3. Franchement? Sans forcer sur le vitriole pour une fois?
    Je suis déçu. (Oups…une goutte). J’espérais autre chose que la récupération politicienne ici. Mais ça relève encore la tête.
    Pourtant j’ai voté Sarko en 2007 & 2012.
    Mais, dupe de rien, je vois le fil blanc dont son numéro était cousu. Et la marge de manoeuvre étant inexistante, pas certain que, élu en 2012, il aurait fait mieux.
    L’aile gauche du PC et ses alliés disent vrai : Hollande-Ayrault pratiquent une politique identique à celle que la « droite » aurait pratiqué si élue. A qq divergences cosmétiques près.
    Et Sarko a commis une bourde magistrale avec l’affaire de l’Epad (dite du Prince Jean). Il n’a rebroussé chemin que par crainte d’une non-réélection en 2012 vu le lever de boucliers ; réélu, et interdit de se représenter pour un 3eme mandat, il aurait sans doute remis ça. Certain.
    Bref, pas grands regrets à avoir. AUCUN problème n’aurait été réglé par un autre résultat en mai.

  4. En effet, l’exil de Depardieu n’a rien de politique, ce doit être du tourisme…

  5. Souris donc

    Récupération politicienne.
    Roturier, nous sommes sur un site d’opinion, chacun dit comme il le pense, j’ai eu droit plusieurs fois à « Cessez de toujours tenter de récupérer le débat ». Parfait. Vous le voyez comment, le débat, au juste ? Donnez-nous votre opinion sur l’opinion, ce sera plus simple.

  6. Mais, nous sommes d’accord. Chacun dit comme il le pense. Moi aussi…
    Et je pense que j’aurais préféré une autre approche que le style « jérémiades autour du zinc » au café du commerce.
    Exemple: j’aime bien vos textes. Mais quand même, celle-là: « Maintenant…les médias sont à la dévotion ».
    QUOI? A partir de 3 mois après son entrée en fonction la « paire dirigeante » et le gouvernement en général ont droit a une avalanche d’œuf pourris de la part des médias, au moins autant que Sarko en fin de quinquennat !!! Y compris Marianne et Le NouvelObs.
    Jamais Président ne fut aussi ridiculisé que Hollande aux « guignols de l’info ».
    Ce qui devrait alimenter des réflexions sur la volatilité de l’opinion publique et en conséquence des médias.. Toujours prompts à brûler ce qu’ils adoraient la veille.
    Et poser la question si le temps long nécessaire à une bonne gouvernance est compatible avec le « tout et tout de suite sinon t’es mort » médiatico-public.
    D’où, d’ailleurs, mes amères gamberges sur l’échec inéluctable de la démocratie dès que le chemin devient cahoteux.
    Enfin… manifestement pas de la démocratie allemande.

  7. Souris donc

    Je persiste et je signe que les médias sont à la dévotion et à la botte. Ils enfument avec le mariage gay qu’ils ont le toupet d’appeler mariage pour tous. Ils enfument avec le vote des étrangers. En chœur avec les bouses socialistes, ils font diversion pour occuper l’opinion.
    En une, le Hollandebashing fait vendre puisque les gens ne peuvent plus le supporter et que les sondages le confirment, mais il est démenti dans les pages intérieures.
    Il se trouve que le court terme médiatique coïncide avec le court termisme électoral, le contraire du long terme de la construction responsable qui exigerait que l’on s’abstraie des intérêts catégoriels. En cela on ne peut être que d’accord avec vous, Roturier.

  8. Qd on constate que les 3 élections parlementaires partielles déroulées récemment ont vu une victoire généralisée de l’UMP (malgré Fillé-Copon): soit les médias sont à la dévotion mais n’ont aucun effet, soit ils font du Hollandebashing massif; pas de dévotion DU TOUT.
    Ce que je crois: les médias font leur métier, de ne parler que de trains qui ne partent pas à l’heure. Les autres n’intéressent pas le public. Voilà pourquoi ils tapent sur le gouvernement, quel qu’il soit, Hollande ou pas.
    Pour le mariage gay comme manœuvre déviatoire, trouvé ceci:
    http://www.tribunejuive.info/medias/ni-bernheim-ni-dalsace-les-gay-mariages-par-kalman-schnur

  9. Un certain Torreton, acteur, a publié une lettre à Depardieu. Prenez-en connaissance, elle en vaut la peine pour être ajoutée à la liste de ce que peut déclarer et même écrire un cœur médiocre.

  10. Ce commentaire d’Impat sur Torreton m’oblige (une fois n’est…) de rabâcher mon élucubration d’il y a 48H:
    Faut bien avouer que l’irruption de Gégé, avec tambour et fracas, dans le débat public, ainsi que la réaction de Torreton, s’insèrent dans une tradition française particulièrement nuisible.
    Des vedettes du show-biz prennent fait et cause pour ou contre des questions d’intérêt général, aux connotations politiques, au sujet desquelles elles n’ont aucune compétence supérieure au citoyen lambda. Et parfois inférieure vu leur condition particulière, souvent privilégiée.
    Il s’agit d’un mélange de genres mensonger: on profite abusivement de sa notoriété d’amuseur public pour injecter des messages idéologiques, à peine subliminaux, mettant les rieurs de son côté.
    And the Oscar goes à la dynastie Bedos, Guy & fils, dont c’est le fonds de commerce.

  11. Souris donc

    Tout de suite les grands mots. Qu’ils s’entretuent n’est pas tragique, on comptera les morts et on y verra plus clair.
    Le petit Torreton se fait descendre par les mamies flingueuses cinématographiques :
    Brigitte Bardot (bien que gros Gégé soit « un amateur de corrida ») :
    Que Torreton « garde son venin, sa vulgarité, sa médiocrité et sa jalousie pour insulter ceux qui en valent la peine »
    Catherine Deneuve :
    «Ma colère est née de vos jugements à l’emporte-pièce…Et de cette mesquinerie ordinaire qui vous agite tant…De quel droit, de quel souci démocratique semblez-vous animer votre vindicte salissante ?»

  12. rackam

    Fichtre, Mamie Deneuve, sous le botox il y a de la verve et du talent. Elle nous a accomodé le Torreton à l’huile. Et en miettes.

  13. Pour le mettre en boîte, il fallait bien. Pourvu qu’il y reste.

  14. Souris donc

    L’ai-je bien descendu ? disent les théâtreux dans leur jargon.

  15. … « L’ai-je bien descendu ? disent les théâtreux dans leur jargon. »…
    C’est qu’ils ont l’esprit d’escalier.

  16. QuadPater

    Le président des socialistes n’a pas jugé opportun de souhaiter joyeux Noël aux Français, lui qui s’était empressé de fêter la fin du ramadan.
    Mais bon la morve du pourceau n’éclabousse que ceux qui se vautrent avec lui.

  17. Bonjour Quad, vous nous faites honte, personne ici n’ayant souhaité la fin de ramadan. 🙂

  18. QuadPater

    Désolé je ne suis pas chez moi je ne parviens pas á lire tous les commentaires
    D’ailleurs en ce moment je ne comprends rien à rien ne m’en veuillez pas.
    À dans 10 jours

  19. J’espère que vous pourrez lire au moins ceci: Très bonne année pour vous en 2013 !
    Et à bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :