21 janvier.

 

 Dans les commencements des années 70, qui furent comme le mascaret des secousses de 1968, l’éphéméride du Missel des Dimanches mentionnait, à la date du 21 janvier « mort de Lénine ».   Et c’était vrai que ce père de l’Église (qui lui avait offert de nombreux martyrs) était mort à cette date. Paix à sa barbiche.

A cette même date, un autre homme était passé de vie à trépas, quelques années auparavant. Mais de mort violente. Ce qui lui laissa cependant le temps de pardonner à ses bourreaux, attitude plus conforme à l’enseignement chrétien. Mais de cet homme le Missel ne fit jamais mention.

Cet homme, quand on ne l’a pas oublié, on l’a calomnié. De plus il était du camp des puissants, alors que Vladimir Oulianov, on le sait, aimait tellement les pauvres qu’il en fit  fabriquer des millions.

L’autre homme, encore aujourd’hui, est moqué, abaissé, jusque dans le Grand Collecteur virtuel qu’est wikipedia qui en liste les insuffisances avec gourmandise.

Pourtant, le seul crime qu’on lui imputa est d’être né, là où il le fit, sous le nom et dans la famille qui furent siens, et d’avoir exercé les fonctions que son rang lui attribua. Sans autre reproche que d’être né….

Succédant, par une suite de hasards funestes à un grand-père lointain,  enfant jouet de rivalités de courtisans plus empressés à nuire à leurs adversaires qu’à servir le pays, il se trouva roi au moment où une conjonction de forces et de pourrissements rendait la société mûre pour l’explosion.

Seulement il était doux, pacifique,  avant tout soucieux de ne pas verser le sang. Au point de laisser massacrer ses gardes suisses par la foule avinée, après leur avoir ordonné de ne pas tirer.

On a brodé sur lui toutes sortes de calomnies faciles ou ignobles, sur sa femme, ses enfants aussi, dont l’héritier, mort si jeune dans des conditions étranges quant à la cause de la mort mais précises quant à la volonté d’y parvenir. Quand on élimine un symbole on élimine le fils du symbole…

Bref si l’on veut bien sortir de sa mémoire tout ce qu’on a lu ou entendu sur lui, tous ses préjugés de quelque bord qu’ils soient, on peut se plonger dans une biographie de Louis le Seizième* pour découvrir à quel point il n’aura pas failli, au contraire, à sa charge, à son vœu, à sa Foi.

Il se murmure même qu’on en serait du côté de l’Église catholique, largement revenue de ses fanfreluches soixante-huitardes, à examiner sérieusement si Louis ne serait pas mort « en haine de la Foi » ce qui lui vaudrait procès en béatification. De quoi nourrir une éphéméride d’équerre…

Post-scriptum : j’irai tout à l’heure déposer une fleur blanche au pied de la statue du roi Louis XVI, une des seules de France. Comme chaque année elle rejoindra les autres humbles témoignages de souvenir et de compassion. La mairie les fera enlever, toutes les heures, afin que nul amas de fleurs blanches n’inquiète le peuple.

* par exemple celle de J-C Petitfils chez Perrin.

209 Commentaires

  1. grandgil

    Les monarchistes eux-mêmes maltraitent trop souvent Louis XVI eux aussi, en lui reprochant de ne pas s’être conduit en somme en tyran qu’il n’était pas. Lors de l’envahissement des Tuileries par la populace la plus vile, et la plus meurtrière, certes, il eût pu tirer sur la foule, il ne l’a pas fait disant aux gardes françaises qui se sont laissés massacrer : » vous n’y pensez pas, tirer sur des femmes..; ».
    Aux Tuileries, tout le personnel fût massacré après que la racaille présente n’eut pas trouvé la vaisselle d’or qu’elle était venu dérober, et qu’elle était certaine d’y trouver.

  2. grandgil

    Aux Tuileries, j’admire l’héroïsme de monsieur de Cèze..;
    Mais vous verrez, Rackam, qu’ici même il s’en trouvera encore, de droite, pour minimiser l’épisode, ce qui importe peu.
    Mon grand-père nous le répétait souvent « on vit sur des mythes éculés depuis 1789 »

  3. Un mythe éculé, c’est un sodo-mythe?
    Je sors un instant…

  4. grandgil

    Ceux qui propagent ces mythes éculés de 89 sont des éculés d’ailleurs

  5. … « ces mythes éculés »…
    C’est que ce sont des plaisanteries, peut-être ?

  6. Souris donc

    l’héritier, mort si jeune dans des conditions étranges quant à la cause de la mort mais précises quant à la volonté d’y parvenir. Quand on élimine un symbole on élimine le fils du symbole…
    Les historiens hausseront les épaules, mais moi, ce que j’ai lu de plus prenant, c’est La Chambre, de F. Chandernagor. Tout est dit de la cupidité, de la bureaucratie obtuse, de la cruauté. Les romanciers et cinéastes s’emparent maintenant de cette période et comblent notre culture très lacunaire en montrant la face moins glorieuse de la Révolution.
    De tout coeur avec vous, Rackam.

  7. Un jour, peut-être, verrons-nous naître une France apaisée, réconciliée, capable d’honorer son passé sans le faite démarrer en 1789. Capable d’honorer ses rois, et de se recueillir dans son ensemble sur les morts de la Révolution.
    Ce qu’un Poutine a fait l’an dernier, une cérémonie officielle à la mémoire de son dernier tsar et de sa familles assassinés, la France n’y est pas apte ? Cette incapacité n’est pas digne de nous.

  8. Au contraire, Impat. Elle est bien digne…

  9. impat,
    cette France apaisée ne sera possible que si les faits l’emportent sur les caviardages, les romans, les postures drapées dans la fierté qui est souvent le cache-sexe de la peur (depuis la mort du Roi, le peuple est nu!)…
    Espérons, informons, cherchons documents et témoignages (comme Reynald Secher l’a fait pour le génocide).

  10. Pour ceux qui veulent avoir une idée de la qualité d’homme de ce roi sage, son testament reste un passage obligé, le voici, bonne lecture.
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/01/le-testament-de-louis-xvi-roi-très-chrétien.html

  11. Une belle phrase de ce testament mériterait, en citant le roi Louis XVI son auteur, de figurer en exergue de la constitution française :
    « Qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Lois, mais en même temps qu’un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement, étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile. »

  12. Lisa

    C’est à Nantesqu’on fait enlever les fleurs ?

  13. rackam

    Oui, plusieurs fois dans la journée, Lisa, une autre question?

  14. Ils sont bien mal lotis mais n’ont pas le choix. C’est le maire d’eux.

  15. Qu’est-ce que ce Missel qui évoque la mort de Lénine et pas celle de Louis XVI ? Mais Rackam, qu’attendez-vous pour rencontrer la commission chargée de sa rédaction ?

    😉

    Dans mes vagues souvenirs d’enfance, je crois me rappeler que notre instituteur nous présentait Louis XVI comme un roi plutôt bon, mais payant pour les erreurs de ses prédécesseurs.

  16. Merci Rackam pour ce lien. Je ne connaissais pas son testament. Il démontre une foi authentique en Jésus-Christ, son Sauveur.

  17. Et pour quelle raison ? Sont-ils à ce point hostile à Louis XVI ?
    Si oui, que signifie la présence de cette statue ?

  18. Lisa

    Non, mais j’avais pensé à vous aujourd’hui au sujet de la mort du roi (220 ans !) mais si, je me disais, y aura t-il un article de Rackam ?

  19. Lisa

    Les membres de la commission sont sans doute au purgatoire….

  20. Mais Lisa, le missel n’est-il jamais révisé ? Reste-t-il « figé » depuis le 14 juillet 1570 ? (date indiquée par Wikipédia).

  21. Souris donc

    Je me posais la même question, Patrick : l’éphéméride du Missel des Dimanches mentionnait, à la date du 21 janvier « mort de Lénine ».
    C’est une plaisanterie ? Si c’est vrai, ça prouve que les cathos étaient sacrément dans l’air du temps ! Qui a dit que c’était un ramassis de souchiens réacs et saccageurs de pelouse ?

  22. En fait, il ne peut pas dater de 1570, puisque Lénine a vécu bien plus tard !
    Donc cette commission doit bien exister !

  23. Souris donc

    Quelle dignité. Et le préambule « …de plus, impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l’issue à cause des passions des hommes »

  24. Ne rigolez pas Impat ! La commune d’Eu existe dans les Pyrénées orientales. De même que la ville d’Ille-sur-Têt. Alors, être le maire de la première et LA maire de la seconde…

  25. Florence

    C’est curieux, tous les 21 janvier, je pense à la mort de Louis XVI. J’ai appris que c’était aussi la mort de Lénine par un prêtre , celui qui m’a baptisée et mariée. Nous étions à une réunion un 21 janvier et en repartant, le Père pris un air grave et nous dit d’une voix basse  » Aujourd’hui, le 21 janvier, c’est un anniversaire important, ne l’oublions pas, c’est l’anniversaire de la mort de … », il fit un blanc, chacun de nous complétant sa phrase mentalement.  » Lénine » finit-il. Nous avons bien ri. Pardonnez-moi Rackam, rien de moqueur dans cette histoire, bien au contraire.
    C’est un très bon souvenir, surtout que le prêtre en question est mort depuis.

  26. Souris, ce n’est pas une plaisanterie. Je ne plaisante jamais le 21 janvier. Mais dès le 22…
    Bref, c’était effectivement écrit, par une commission soucieuse de montrer l’ouverture de l’Église. Dans le genre meilleur buteur contre son camp c’était assez bien trouvé.
    Pour les questions relatives à la statue de Louis XVI, à Nantes, depuis Ayrault, les fleurs qui n’ont jamais manqué au pied de la colonne (de la place devenue « Foch » mais que tout bon nantais appelle « Place Louis XVI ») sont enlevées plusieurs fois par jour et balancées aux ordures. C’est ainsi. Mais ceux qui viennent les déposer ne le font pas pour qu’on les remarque. C’est un acte d’amour pas de communication.

  27. Souris donc

    La gaffe, Patrick. Je ne veux pas gaffer à mon tour et me fâcher à vie avec Rackam. Eu, près du Tréport, est/était la résidence d’été de je ne sais quelle branche de la famille royale, je crois qu’il y en a deux qui se contestent la légitimité, bref, à Eu, le château abrite un musée Louis-Philippe. Je crains que ce ne soit pas le bon jour d’évoquer Eu, car le père de Louis Philippe, Philippe Egalité, a voté la mort de Louis XVI.
    Souris, culture historique issue pour l’essentiel de Voici et Gala.
    Le site d’Eu est plutôt sobre sur la question.

  28. grandgil

    Des plaisanteries saumâtres hélas, sur lesquelles nous vivons encore, des dogmes intangibles

  29. grandgil

    Exact, que les faits l’emportent et que l’histoire ne soit pas sans cesse réécrite

  30. grandgil

    Il y a aussi ces instructions à la Pérouse, toutes en délicatesse et finesse

  31. Lisa

    @Patrick,
    Le missel a été changé plusieurs fois bien sûr.
    J’aimerai bien un jour trouver en chînant un missel qui indique la mort d’Ivan Illitch…
    D’ailleurs il paraît même que Benoît nous prépare un nouveau missel.

  32. Un khmer rose, ce Ayrault ?

  33. C Vladimir, pas Ivan. Illitch Oulianov.

  34. Lisa

    Pardon ! voila ce que c’est que d’étaler la culture que l’on a pas…

  35. Je présume que vous faites de la bonne confiture, Lisa !

    🙂

  36. Lisa

    Même pas en plus, les fruits ne peuvent pas pousser sur mes balcons parisiens….encore un hors sujet !

  37. Et pendant ce temps-là, sur d’autres sites, certains posent (sans s’en apercevoir car ils sont en colère) une question qui court à travers bien des articles d’antidoxe depuis bien longtemps: à quoi bon le souvenir?
    Que ce soit de Louis XVI, de la Vendée, des tranchées de 14, du temps (Patrick vous voyez à quel autre fil je fais allusion) où l’Alsace-Moselle était allemande, ou des charmants souvenirs si joliment évoqués par Anne Miguet dans le fil voisin.
    Oui: à quoi bon se souvenir? Projetons-nous demain dit le cuistre. Hier est mort.
    Mais est-ce si sûr? Qu’il est mort, qu’il ne mène à rien de s’en soucier…

  38. Hier ne peut pas mourir, il est inscrit dans l’éternité qui est ineffaçable. Quelques uns ne l’aiment pas, au point de vouloir le tuer. Mais peut-on tuer un fantôme ?
    Hier est mieux qu’un fantôme : un revenant. Permanent.

  39. Souris donc

    Louis XVI vedette de twitter. Quoi d’étonnant ?
    La formation initiale en histoire était basique et limitée à un roi bricolant des serrures et affligé d’une écervelée qui enrubannait les moutons du petit Trianon. Autrichienne pour aggraver son cas. Un jour la populace leur fit un mauvais sort.
    Je note qu’il y de la demande de formation continue. Le bon peuple aime suivre le destin de ses royals comme on dit chez les coiffeurs qui émaillent leurs considérations de « nous allons cooliser votre look en twistant les pointes ». Et qui animent leur atelier de sociologie appliquée. Lequel possède un fonds d’usuels avec les Monacs. Il fut un temps où l’on glosait sur un chef de la Maison de France qui avait choisi de vivre simplement, comme vous et moi, devant la télé dans une maisonnette de garde-barrière et sa copine bien plébéienne l’appelant Monseigneur. Une simplicité de bon aloi selon l’atelier de sociologie appliquée.

    Moi je dis qu’il y a de la demande.

  40. … ‘« nous allons cooliser votre look en twistant les pointes »…
    Oh ça je vais en rêver, je veux qu’on me le fasse ! Urgent.

  41. « Patrick vous voyez à quel autre fil je fais allusion »
    Oui je vois, Rackam ! Toujours le même râleur qui ne peut s’empêcher de vociférer !

  42. Lisa, c’était par rapport à la culture, qui est, comme la confiture…

    😉

  43. Un zombie ? Un mort-vivant ?

  44. Guenièvre

    Bonjour à tous !

    Outre l’aspect humain qui est très émouvant – merci pour ce testament de Louis XVI qui montre sa grandeur et sa sagesse- ce texte m’inspire quelques réflexions en rapport avec l’actualité.
    La société de l’Ancien Régime avait une structure homologique qui organisait fortement la société : le père de famille était inscrit dans un ordre dominé par Dieu et le Roi. Je crois qu’en décapitant le Roi et en réduisant à néant les symboles royaux on a commencé à mettre à mal la puissance paternelle. D’autre part, je reviens sur une discussion que nous avons eue Rackam, sur le germe totalitaire contenu dans la Révolution…En y réfléchissant, oui, vous avez raison, je le vois ici : quand il n’y a plus d’extérieur ou de transcendance le pouvoir risque d’être sans bornes donc totalitaire . Quand l’autorité s’efface le monde est livré à l’arbitraire. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on a substitué au souverain des instances comme la Patrie et la Nation dont on pouvait devenir les sujets et sur lesquelles on reporté le caractère sacré . On était un enfant de la Patrie, une pupille de la Nation. Depuis le milieu du XXème siècle, ces instances étant délégitimées, on a de nouveau un risque de violence accrue.

    Enfin, puisque nos sociétés modernes ont rompu avec les structures  » à priori » du monde, les différences qui existent toujours mais qui jusqu’alors alors servaient à expliquer le monde, sont suspectées de légitimer l’oppression ou l’inégalité. On le voit dans les débats actuels sur la théorie du genre ou le mariage gay où l’on va jusqu’à nier la différence sexuelle sous le prétexte qu’elle sert à justifier une forme de domination.

  45. « nous allons cooliser votre look en twistant les pointes »
    Quelle culture, ces coiffeurs !

  46. Souris donc

    Ils vous coupent les cheveux en disant Nous. Je ne sais pas trop ce qu’ils entendent par twister, je refuse catégoriquement leurs innovations précédées d’un Nous de majesté.

  47. grandgil

    Bravo, Bravissimo, Guenièvre

  48. rackam

    Guenièvre, vous cheminez… encore un effort… je vous attends sur l’autre rive… fleurdelysée pour vous accueillir….
    Mais je plaisante, car vos posts anciens sur l’autorité (à propos de l’école entre autres) laissaient entrevoir la même question: si tout se vaut, qu’est-ce qui est interdit? Et surtout, qu’est-ce qui est un bien?
    Sans morale pas d’Humanité. Sans humanité (notez le petit « h ») pas de morale…

  49. Florence

    Rackam
    et en même temps qu’ils refusent de regarder le passé, ils perdent toute vision de l’avenir. Aucune vision à long terme du passé, aucune vision de l’avenir. Ils réfutent tout héritage et pensent « après moi le déluge ». Des taupes, nous vivons dans la république des taupes.

  50. Florence,… « C’est un très bon souvenir, surtout que le prêtre en question est mort depuis. »…
    Et voilà, Florence se réjouit de la mort du prêtre, où allons-nous ! 🙂

  51. Souris donc

    l’on a substitué au souverain des instances comme la Patrie et la Nation dont on pouvait devenir les sujets et sur lesquelles on reporté le caractère sacré. On était un enfant de la Patrie, une pupille de la Nation. Depuis le milieu du XXème siècle, ces instances étant délégitimées, on a de nouveau un risque de violence accrue.

    On a délégué la figure paternelle à l’Etat-providence, vers lequel on se tourne au moindre problème. Remboursement des prothèses PIP ? C’est à l’Etat de…Il neige ? C’est à l’Etat de…
    D’autre part, les royaumes de l’Europe du nord voient les problèmes de société se poser avec la même acuité qu’en France. Sauf les grèves qui sont notre exception culturelle. Que nous compensons, en termes d’image, par la grandiloquence de notre apparat élyséen.
    Nous ne sommes plus des sujets, nous sommes des assujétis.

  52. Florence

    Impat ! Comment osez-vous ?
    Bon d’accord, je me suis très mal exprimée … 🙂

  53. Florence

    Souris donc, j’irai un peu plus loin que vous, l’Etat Providence est devenue un Etat maternel, une sorte de nounou obèse et abusive dont nous sommes devenus les enfants.

  54. rackam

    Florence non contente d’aller donner (avec Marie) du grain à moudre à de vilains lampistes trop heureux de pouvoir vomir sur les cathos, vient ici festoyer sur la tombe du clergé, on est en plein coming-out! Vesoul ressaisissez-vous. Impat, vous avez bien fait de lui mettre un carton jaune, le rouge lui monte au front!

  55. Louis XVI est l’illustration parfaite du bouc émissaire : son sacrifice est destiné à unifier le peuple, la révolution c’est le retour de Dionysos, le retour du sacrifice humain pour souder le groupe. La vieille supercherie païenne est devenue inopérante depuis la révélation du christianisme : le bouc émissaire est innocent. Le sacrifice du pauvre Roi est le prélude aux grands carnages du XXe, annoncé par Nietzsche prophète du mal : « Ce qui conserve l’espèce ce sont les esprits les plus forts et le plus méchants qui ont jusqu’à présent fait faire les plus grands progrès a l’humanité : sans cesse ils ont rallumé les passions qui s’endormaient […] toute terre finit par être épuisée et il faut toujours que revienne le soc de la charrue du mal. » Le gai savoir. Livre premier, aphorisme 4.
    Des libres penseurs qui accablent encore aujourd’hui le Roi supplicié et chantent leur cher Friedrich, il disait :
    « Les esprits libres prennent des libertés même à l’égard de la science – et provisoirement on leur accorde ces libertés – tant que l’Eglise subsiste encore ! En cela ils ont maintenant leur bon temps. » Le gai savoir. Livre troisième, aphorisme 180.

  56. Florence

    Rackam
    1 vous noterez que j’ai vite arrêté de lui répondre ( bon, il a fallu que l’on me rappelle à l’ordre par mail, je l’avoue ) et que je lui en ai balancé une ou deux bien placées et que mes arguments ont dû en faire réfléchir plus d’un même s’ils sont trop orgueilleux pour l’avouer et se déjuger publiquement.
    2 Une discussion qui rappelle d’une manière inattendue un bon souvenir avec une personne chère et disparue, ne peut être qu’une bonne discussion.

  57. Quel candidat à l’Elysée aura l’audace de faire figurer dans son programme une petite cérémonie de principe mais officielle pour honorer, au nom de l’Etat, la mémoire du roi Louis XVI ?
    Cela, du même coup, honorerait la république, et participerait à terme à un rapprochement des Français entre eux.
    Si je me présente…

  58. rackam

    Florence,
    j’ai vite cessé de lire… tant je soupçonne cet éclairagiste peu urbain d’être l’avatar d’un philosophe scatophile.
    Je dégrade votre note, désormais vous ne serez plus Florence mais Bologne. Ensuite, reste Brescia, puis c’est Benghazi. Yakapa.

  59. rackam

    Impat (17h50), il y a du pavot dans votre Earl Grey de cinq heures?

  60. Ah bon, Rackam ne votera pas pour moi…snif snif.

  61. Guenièvre

    @ grandgil,
    Merci !

    @ rackam,

    Attention, ce n’est pas parce que je reconnais des mérites à l’Ancien Régime que je le regrette 🙂 !
    Plus sérieusement aussi, j’en ai assez de ces querelles incessantes entre « les forces de progrès » et « la réaction » . Les anciens rapports d’autorité permettaient à chacun de s’inscrire dans le monde et d’y participer même s’ils étaient parfois tyranniques et coercitifs. Il ne s’agit pas de les reproduire ou d’y revenir mais de constater que l’être humain a besoin de cadres et de limites.

    @ souris,

    Il y a plusieurs décennies déjà que l’état ne représente plus le père. Aujourd’hui c’est l’état- mémère :

    http://www.lexpress.fr/culture/livre/big-mother_810294.html

  62. Et bientôt l’état Mamers.

  63. Guenièvre

    @ Florence , je n’avais pas vu votre 17h30 ! Pardon !

    et j’en profite pour vous féliciter de votre sang-froid et de votre constance devant certains malotrus « takiens » échappés du salon où l’on cause !

  64. Guenièvre

    « Mamère Noël est une ordure  » ! c’est signé M. Charasse…ils sont cool entre eux à gauche parfois…

  65. Souris donc

    Florence et Guenièvre, « Malade de son Etat, la France est devenue une grosse mémère, débonnaire et aimante, compatissante et doucereuse avec ses enfants-citoyens » (le titre cité par Guenièvre), c’était vrai. Je trouve qu’elle vire singulièrement marâtre avec sa police de la pensée, ses assignations en justice du déviant, ses exclusions idéologiques, ses tracasseries, ses normes, ses taxes…
    Le droit et la loi vacillent : sous leur poids, oui.

  66. Florence

    Merci Guenièvre, vous me réchauffez le coeur car Rackam m’a placée au Purgatoire et me menace de l’enfer et cet enfer, je me l’imagine très mal : en tête à tête avec un lampiste scatophile plus hargneux que jamais !

  67. Florence

    Souris et Guenièvre, une énorme mama abusive, jalouse et possessive, voilà aussi comme je vois notre Etat

  68. rackam

    Bologne,
    quand on soupe avec le démon, on prend une longue cuiller…. vous avez gagné un week-end en Transylvanie à l’auberge des trois lampistes. Marie passera ramasser les morceaux.
    Guenièvre!
    et vous la félicitez… je rêve ou quoi? Utilité zéro, nervosité 100 sur l’échelle de Richter, pollution du site digne de l’Erika, décontamination longue et aléatoire. Bilan: une bolognaise.

  69. Souris donc

    …et maltraitante.

  70. … « Bilan: une bolognaise. »…
    Rassurez-vous, Florence, tous les chemins mènent à Rome.

  71. Florence

    Rackam
    pas la moindre nervosité de ma part au contraire. Je pense avoir donné de bons arguments, enfin je l’espère, car ce sont des arguments qui me convainquent.

    Impat,
    Vous êtes sûr, même le chemin qui passe par Benghazi ? J’ai des doutes.

  72. Florence,… « même le chemin qui passe par Benghazi ? »…
    Mais voyons, Florence, il suffit de savoir négocier les bons virages.
    On est en politique, non ?

  73. Guenièvre

    @ rackam,
     » tant je soupçonne cet éclairagiste peu urbain d’être l’avatar d’un philosophe scatophile. »

    Vous croyez vraiment ? il est intervenu sous son vrai nom sur le même site …

  74. Marie

    Moi ramassez les morceaux de Florence comme vous y allez. Et puis la Transylvanie à cette saison , j’hésite par contre si on peut y envoyer le pseudophilosophe éclairé ce ne serait pas mal.

  75. Marie

    Rackam va maintenant m’envoyer chez les bachibouzouks, quand je vais lui dire qu’un aieul de mon mari AG Camus aurait voté la mort de Louis XVI, et ce cuistre de plus à construit un hôtel qui abrite notre hidalgo catalan…

  76. Guenièvre,
    nous sommes lus aussi ne puis-je me montrer limpide. Mais l’éclairagiste me semble être apparu sur le site en C peu de temps après que le philosophe-des-latrines en a été écarté. On retrouve chez les deux la même propension au catho-bashing. Et des images excrémement (sic) explicites. Plus deux autres indices et quelques confidences de membres dudit site. Quant au site en « t », le bulbe bien né arrive après que juju en a été exclu, dans les fourgons de l’acrobate du stylo-plume. Coïncidence?
    Marie,
    on ne peut l’y envoyer, il y siège, à la turque. Il appelle cela écrire.
    Je médite sur votre dégradation, Bologne me semble doux, je vais trouver autre chose. Du scandinave, du raffiné, du solide, du roboratif, du mahousse. Tremblez en attendant , je reviens.

  77. Souris donc

    De grâce, stop avec les jérémiades par la bande, si c’est pas trop demander. Ça pollue notre coin de banquise réac mais fun. Je trouve. Non ?

  78. Bon mon post a été mangé, j’y disais en substance : amusez-vous bien entre vous alors. La dernière fois que je suis venu ici, vous grinciez Souris parce que je salissais votre fil sublime aujourd’hui d’autres osent parler de ce qui ne vous plait pas. Vraiment fun, pas de doute !

  79. Souris donc

    Ah bon, je me rappelle pas. Bien aimable à vous.

  80. hathorique

    Bonsoir à tous

    Grand Dieu!! Si vous m’autorisez Rackam et Skarda à L’invoquer ici en Majesté pour entonner d’allègres alléluias liturgiques, combien est plaisante au moins sur ce fil, votre légèreté à tous si éloignée des causeries vermoulues d’un lamparo invasif, que j’ai lu squatteur philosophe compulsif « scatholique » sur Tak

    @ Florence, comme Guenièvre j’admire votre constance à répondre à ce vaticineur si déconsidérant ; en trois mots.
    @ Souris
    c’est grâce à ce livre de Chandernagor que j’ai compris la bassesse et la lâcheté de quelques révolutionnaires implacables inaccessibles à la pitié, comptables devant l’histoire du sort abominable réservé au jeune Louis, dont je n’ignorais pas les difficiles conditions d’emprisonnement mais pas dans cette monstrueuse perversité : emmurer un enfant de 10 ans le punir non pas pour ce qu’il avait fait mais pour ce qu’il était. J’avais des enfants du même âge
    Cependant la révolution française ne se résume pas qu’à cette infamie et ne peut être réduite à cette abjection.

    Il me souvient d’un ouvrage d’Anatole France sur l’épouvante de cette période « les Dieux ont soif » que j’ai lu adolescente quand on lisait encore Anatole France conseillé par les professeurs .
    Mais je crois que ces temps de fanatisme sont passés et j’espère dépassés personne ne craint plus l’échafaud, nous vivons des temps plus apaisés, et je ne souhaite pas que reviennent ceux de fureur et de violence attisés par des vents mauvais de politique sectaire et revancharde, on se demande bien d’ailleurs sur quoi et sur qui il y aurait revanche à prendre .

    @ impat.

    Je vous salue 🙂
    vous savez tous les chemins mènent à Florence, la si belle Toscane Renaissante.

  81. Lisa

    Oui j’avais compris, on disait cela avant, plus maintenant tout se perd mon brave monsieur !

  82. Noble Lionne, vous avez raison ! J’ai aussi lu sur Causeur les propos malveillants de d’A2l qui m’ont persuadé de revenir faire un petit tour ici. Je reviendrais si Souris ne me mord pas trop, j’ai cité Nietzche à cause de l’abominable scatophile qui s’en gargarise mais ne sait pas, pas plus qu’A2l, faire la différence entre leur cher Friedrich et Stirner qui ne valait pas cher non plus.

  83. Souris donc

    Hello Hatho ! Quelle joie de vous lire ! Venez nous voir plus souvent.
    J’apprécie Chandernagor, pour ses livres, et aussi parce qu’elle fait partie de ce groupe d’historiens autour de Nora qui ont protesté contre les lois mémorielles en tant qu’intrusion des politiques dans le travail de l’historien. Elle avait un superbe papier sur Magistro, mais le site est en maintenance.

  84. C’est étonnant il me semble que le scatophile s’excite soudain : le cuistre lirait-il ce que l’on écrit ici en douce ?

  85. Souris donc

    Mais je crois que ces temps de fanatisme sont passés et j’espère dépassés

    D’autres temps de fanatisme arrivent, Hathorique, ils sont déjà là mais on refuse de les voir.

  86. En douce ? Vous rigolez !
    Il suffit de taper « tibor skardanelli » ou je ne sais quel pseudo dans un bon moteur de recherche pour arriver sur ce site !

  87. hathorique

    Mais non chère Souris musicovore, le temps du devenir appartient à nos enfants, c’est notre seul héritage transmissible .
    Ils le conjugueront selon l’air du temps qui sera le leur (le leurre 🙂 et non plus le nôtre, ne désespérons pas de l’écume des choses, elle sera écumée comme dans le pot au feu.
    Nos enfants sauront faire bon usage des temps à venir, j’espère quand même que du passé ils ne feront pas table rase, et c’est en cela qu’il faut appliquer ma devise royale caline :
    apprendre, comprendre, transmettre.
    Pour ma modeste part, je reste dans l’expectative du présent qui contient tous les temps :
    celui du présent à décomposer, celui du passé à recomposer et celui de l’avenir à composer

    bonsoir à tous

  88. « Le présent qui contient tous les temps », les âges du monde de Schelling :
    Le passé est connu, le présent est constaté, le futur est pressenti.
    Le connu est raconté, le constaté est exposé, le futur est prophétisé.

  89. Souris donc

    j’ai cité Nietzche à cause de l’abominable scatophile qui s’en gargarise

    Si on tente de vous clouer le bec avec Nietzsche, le clignotant de l’imposture doit s’allumer. Ne pas se laisser impressionner.
    Quelques clés :
    Le retour en grâce de Nietzsche dans la petite bourgeoisie intellectuelle Education Nationale est hautement suspect, vu la très mauvaise qualité des traductions qui le rendent illisible. Même le génial Vialatte s’y est cassé les dents.
    Ouvrez une édition bilingue, vous avez un curieux sentiment d’ébriété. Vous avez, en regard, deux textes qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre, le français regorge d’approximations qui en font une suite de platitudes boursouflées. Il écrit au scalpel. En français, du glougiboulba.
    Exemple. Nietzsche utilise abondamment le tutoiement collectif qui n’existe pas en français (Ihr/Sie). Une phrase comme « Ihr Wissenschafler, Ihr seid Philister !» sera traduite par « Vous les scientifiques, vous êtes des philistins ». Ça plait, parce que ça ne veut rien dire.
    Nietzsche est un philosophe autodidacte. Sa formation universitaire : philologue, on dirait linguiste aujourd’hui. Ses écrits font tous obsessionnellement référence à ses démêlés avec ses collègues. Si on n’en tient pas compte, on le falsifie en le sortant du contexte.
    Comme on était très épistolier à l’époque, nous disposons d’une abondante correspondance où ce cher Nietzsche se montre petit, mesquin, quémandeur d’avantages.

    Ne jamais perdre de vue que nous sommes en France, au pays du furchtbar/fruchtbar = péter plus haut que son cul, si on me permet cette approximation de traduction.
    Conclusion :
    qui se sert de Nietzsche est une baudruche qui utilise contre vous la platitude boursouflée. Ça mérite juste un grand éclat de rire.

  90. Florence

    Souris
    waouh pour votre commentaire sur Nietzsche ! Très précieux.
    J’aime cette idée de clignotants de l’imposture. C’est une bonne idée de se les partager.

  91. Chère Souris,
    vous avez certainement raison mais il faut aussi admettre que personne ne pourrait parler de quoique ce soit à ce sujet pour ne pas maîtriser parfaitement l’allemand : les disputes entre Fédier et Faye à propos du nazisme d’Heidegger tournent parfois au ridicule, Emmanuel Martineau a du traduire sa version d' »Être et temps » à compte d’auteur (disponible sur internet) pour faire valoir son point de vue. D’une façon générale cet amphigourisme chez l’un et chez l’autre sert aussi à ne pas tout dire, Heidegger disait d’ailleurs être intraduisible car seul l’allemand permettait de traduire sa pensée : Heil !
    En tout cas, traduction ou pas, il est possible de se faire une idée de la pensée de l’un et de l’

  92. autre, et la vraie fumisterie est de se dire Heideggerien ou Nietzschéien de gauche. L’un méprisait de tout son être la démocratie et la pitié était pour lui le pire poison de l’humanité, l’autre n’a jamais rendu sa carte du NSDAP. Nos Nietzscheien de gauche sont tous des cuistres peu importe les subtilités de l’allemand.

  93. Par ailleurs, Nietzsche autodidacte parce qu’il était philologue me semble un peu tangent : en quoi un philologue ne comprendrait pas Socrate ou Kant ses deux bêtes noirs, par contre, techniquement, un philosophe aura très souvent des difficultés à discuter philologie. C’est un mauvais procès qui lui fut fait à la sortie de « La naissance de la tragédie », il avait vingt-huit ans et l’on comprend qu’il ait suscité quelques jalousies, vous avez peut-être la meilleure traduction qui existe mais celle que j’ai d’Henri Albert est absolument génial ou bien alors c’est Henri Albert qui l’est mais ça se saurait su. C’est un mauvais procès alors qu’il y en a tant de bons à lui faire, lire Girard, par exemple, pas besoin de traduction 🙂

  94. Et excusez les fautes d’orthographes multiples, c’est que je suis obligé de ma traduire vite avant de filer, bonne journée.

  95. Souris donc

    Ça ne m’intéresse pas de discuter de Nietzsche, que des universitaires ou des sites spécialisés le fassent, ils sont dans leur rôle. Mais je trouve quand même un peu fort qu’on vienne sur les blogs non dédiés tenter des manoeuvres d’intimidation avec le gloubiboulga hors sol.

  96. Il faut vraiment que j’y aille, mais Souris, c’est un voeu pieu, depuis qu’Onfray sévit on ne compte plus les cuistres à son image qui n’ont que Nietzsche à la bouche. Onfray est une plaie, son traité d’athéisme est consternant.

  97. Souris donc

    Vous pensez que la nietzschomanie vient d’Onfray ? Je pensais à de la turquerie de bourgeois gentilhomme à qui on essaye de faire gober du mamamouchi.

  98. Elle commençait bien, la République. Par l’assassinat d’un Roi trop bon, c’était son seul tort, et d’une Reine
    qui avait commis le crime inexpiable d’être née Autrichienne. Ces débuts en fanfare furent suivis de toute une série d’exactions qui ont conduit à des millions de morts, sans parler de tout un tas de malheurs annexes.
    Vive la République!

  99. Souris,
    je ne suis pas un grand connaisseur de Nietzsche, mais il me semble que ce que les modernes Lumières aiment chez lui, c’est sa critique au vitriol du christianisme, ça les arrange. Quitte à oublier ses appels à un homme fort et peu soucieux des faibles qui feraient passer Ayn Rand pour une missionnaire de la charité. C’est la philosophie au rayon Leclerc: je prends ce qui m’arrange, peu importe le reste. Comme si l’on ne prenait que les navets dans un couscous brochette…
    Tout occupés à leur entreprise de démolition des religions (y compris la freudienne, qui n’est pas la moins obscurantiste), les Onfray et alii récupèrent tous les matériaux possibles pour bâtir leurs machines de guerre. Démolir une doctrine cohérente avec un amalgame de vieux restes (une ripopée): bon courage. Ils ne peuvent compter que sur l’ignorance du public, la complicité des enseignants, l’apathie du camp d’en face…

  100. Souris donc

    Il faut dire que sa tarentule ne manque pas de sel. Mais d’accord pour la récupération.
    L’extraire du contexte est une escroquerie intellectuelle. Naguère avec son surhomme, on en faisait le père du nazisme, maintenant on lui fait dire des choses par rapport à notre contexte à nous et à tout ce qu’on veut construire comme machine de guerre. Dans les deux les cas : imposture.
    Il n’y a pas que l’obstacle de la langue, chez Nietzsche, mais aussi l’objet de ses invectives, omniprésent mais qu’il ne nomme pas (sauf le premier, contre les philologues, et à la fin, contre Wagner). Pratique pour la récupération !
    Toujours le même schéma : il tente une ouverture, est relou, se prend un râteau, écrit un pamphlet.
    Plus que parmi les philosophes, je le situerais dans la lignée, oui, des pamphlétaires, ou des sémioticiens. Indissociable de SON époque, de SON parcours.
    Sa métaphysique, du Kévin bas de gamme. On sent l’autodidacte ingénu. Franchement, son éternel retour, moi, mes ados ont tenu ce genre de raisonnement vers 12-13 ans : Si l’éternité existe, forcément un jour on retrouvera la même combinaison qu’aujourd’hui, donc on revivra éternellement la même chose.

  101. Ewige Wiederkehr si ma mémoire est bonne… mais alors, der, die ou das, je passe.
    Et puis, pour remettre dix sous dans le juke-box, parfois Friedrich est plus poète que philosophe, plus habité que raisonnant. Et ça, ça me parle… je vais peut-être enfin le lire… Mais par quoi commencer? Zarathoustra? Le Gai Savoir? … écrire au journal qui transmettra…

  102. Onfray ne serait-il pas un mamamouchi justement ? Et la turquerie qu’il veut nous vendre est que tout mal vient de la religion, du christianisme plus particulièrement. Son épicurisme se réclamant explicitement de Nietzsche parce qu’il fait référence au vieil instituteur de Samos dans « Par delà le bien et le mal » suppose des guides philosophiques pour guider le peuple ignare, guides dont il serait, dont il est bien évidemment. Il prend tout de même quelques pincettes avec le maître en disant qu’il n’est pas comptable de tout ce qu’il a écrit, mais on sent bien la fascination. Je ne sais plus où il dit que la dynamite (Nietzsche se voit ainsi dans Ecce Homo) n’est pas à mettre dans toutes les mains, on le comprend bien vu les oeuvres d’Adolphe. En fait, il n’a rien de Nietzsche sinon la haine du christianisme et c’est bien ce qu’on retenu ses disciples.
    « et il en souffre encore aux yeux des sots et des imbéciles – d’une réputation de penseur sulfureux, précurseur du IIIème Reich, pré-nazi donc. »

    Michel Onfray : La Sagesse Tragique : Du bon usage de Nietzsche

    Trop juif- Si Dieu avait voulu devenir un objet d’amour, il aurait dû commencer par renoncer à rendre la justice : – un juge et même un juge clément, n’est pas un objet d’amour. Pour comprendre cela le fondateur du christianisme n’avait pas le sens assez subtil, – il était juif.
    Le gai savoir, livre III, aphorisme 140

    Onfray est un cuistre !
    Ce doit être la traduction, mince alors…

  103. Souris donc

    Rackam, quoi lire ? Bonne question. Commencer et finir par Les Considérations Inactuelles [Intempestives] et/ou le Zarathoustra. Tout le reste est illisible, chiant. Faut déjà une bonne dose de masochisme. Il a le génie des titres, mais le contenu ne tient pas ses promesses. Le Gai Savoir, ennuyeux à périr, touffu, confus, sombre, rien de joyeux. J’en suis encore traumatisée. Il vous tombera des mains. Pas possible autrement.
    Skarda, vous êtes plus courageux que moi ! Et lire du Onfray, carrément au-dessus de mes forces.

  104. Souris d’accord sur Onfray (que c’est creux) et le Gai savoir (quelle chose sombre et affreuse), par contre la naissance de la tragédie est une oeuvre géniale, l’art comme opposition et conciliation entre Dionysos et Apollon prépare toutes les théories modernes sur l’opposition entre le conscient et l’inconscient, l’obscure et le lumnieux, le cerveau droit et le cerveau gauche. Sa critique d’Euripide et Socrate qui font entrer la raison dans la targédie et la vide de sa substance (le Grand Pan est mort) rappelle celle des lumières qui tuent le miracle enfant chéri de la foi, j’ai vraiment beaucoup aimé : il ne s’est pas encore installé dans son tête à tête obsédant avec Dionysos, il y a encore Apollon.
    Pour l’éternel retour, je ne crois pas que ce soit un espèce de karma, l’idée est que si un démon vient un jour et vous demande « es-tu prête à revivre cette vie indéfiniment ? », si vous n’êtes pas prête à dire oui immédiatement, alors votre vie ne vaut pas la peine d’être vécue une seule fois. Nous devons vivre comme si nous étions prêts à répondre oui à cette question.

  105. … « es-tu prête à revivre cette vie indéfiniment ? » …
    Il faut être démon pour poser une telle question piège.
    Qui peut avoir la force de répondre non ?
    Qui peut avoir l’audace de répondre oui ?

  106. Avant d’être récupéré par nos gauchistes haineux, Friedrich le fut par l’armée du Kaiser, « Ainsi parlait Zarathoustra » faisait partie du paquetage réglementaire du soldat allemand. Quant aux nazis et aux fascistes je crois qu’il l’ont très sérieusement lu et très bien interprété particulièrement les nazis (ils ont juste remplacé race par espèce, et encore la race aryenne était le seul avenir possible de l’espèce), la haine du judéo-christianisme n’est pas une mauvaise interprétation et comme Girard je crois que l’entreprise nazi d’extermination des juifs correspond à une volonté d’extirper le sentiment de pitié du peuple allemand et plus largement des peuples européens.

  107. Tibor,
    « espace par Reich »?,  » rapace par seiche »? au choix

  108. Lebensraum tout court va bien.

  109. Les bains Roehm? hummm ce ne serait pas un sauna non mixte du Marais?

  110. Florence

    J’ai trouvé cette vidéo sur le blog de Patrice de Plunkett.
    C’est un ingénieur algérien vivant à Londres qui sort d’un dîner avec des Français.
    Je vous invite à la regarder, il y en a pour moins de 10 minutes.

  111. Merci Florence ! Heureusement il y a nous, tout n’est pas perdu, c’est la fin du commencement.

  112. Souris donc

    Une autre déception pour moi, La Naissance de la Tragédie. Sous-titre « de l’Esprit de la Musique ». On s’attend à un lien musique-tragédie (vers l’opéra ?). On tombe sur quoi ? Une dissertation bien académique, dans le genre qu’il ne se lassera pas de combattre. L’intérêt est, en effet, l’éloge de Dyonisos qui parcourra toute son œuvre, avec l’obsession de la légèreté, du danseur, du rire. En somme, tout ce qu’il ne possédait pas.
    Nietzsche a un grand intérêt historique. Comment et pourquoi il se démarque par rapport à son temps, puis la récupération par les nazis. En faire un précurseur de notre époque, un maitre à penser, est une arnaque.

  113. On peut effectivement s’attendre à ça, mais je trouve que l’oppsition de la musique dionysienne au dessin apollinien est pertinente, la forme et le sans forme. La notion d’inconscient est quand même la marque de notre époque et il est certainement le premier à en parler intelligemment. Il est aussi le premier à comprendre que le mythe de Dionysos est la sacralisation du sacrifice humain, le premier à voir que son exact opposé est le Christ et la démystification du sacrifice humain ; il choisit le mythe…
    En ce sens, je ne suis pas d’accord avec vous, comme le terme de récupération me gêne, elle laisse entendre qu’il ne partagerait avec les nazis la haine du judéo-christianisme.

  114. Souris donc

    Vidéo bien nauséabonde qui nous sape le moral, merci Florence !
    Aldo Stérone a été présenté par Didier Goux.
    http://didiergouxbis.blogspot.fr/2012/11/la-france-vue-par-aldo-sterone-algerien.html
    Dans les commentaires, il y a une très vieille connaissance….

  115. Souris donc

    Oh, hello Nouratin, quelle joie ! Vous ici ? Vous nous faites bien de l’honneur ! Débuts en fanfare, oui, comme vous dites.

  116. Souris donc

    Nietzsche est mort en 1900, Mein Kampf écrit en 1923 par un pauvre illuminé en prison. Personne n’en imaginait le destin. La propagande nazi a choisi soigneusement tout ce qui leur convenait, (Wagner, Gobineau… et une flopée de naturalistes), dans les écrits desquels ils ont fait le tri sélectif de ce qui servait leur idéologie. C’est en ce sens qu’on peut (?) parler de récupération.
    Nos gauchistes ne s’y prennent pas autrement, c’est ce que Rackam appelle fort justement la philosophie au rayon Leclerc: je prends ce qui m’arrange, peu importe le reste…

  117. En général on parle de récupération quand on dénature le propos, en l’occurrence les nazis collent assez bien au texte, pour les gauchistes c’est effectivement le cas, ils ne gardent que la haine du judéochristianisme et oublient le mépris de la démocratie et de la pitié (quoi que mais c’est moins explicite).

  118. Marie

    Bravo saintex sur c fil du réac…

  119. Marie a tendance à mettre trois points partout…

  120. Guenièvre

    Tant qu’elle ne nous appellera pas « frères »… 🙂 !

  121. 3 points, 3 traits, 3 points : SOS, Marie ?

  122. Guenièvre

    Bonsoir Impat !

  123. Bonsoir Guenièvre, comment avez-vous célébré le 21 janvier…:-) ?

  124. Guenièvre

    Le 21 janvier c’est mon anniversaire + un mois + un jour ! Vous pensez bien que j’ai fêté cela ! 🙂

  125. Guenièvre

    Très bonne soirée à vous !

  126. Bon anniversaire Guenièvre ! Mille ans encore ! Voire l’éternel retour !

  127. Guenièvre

    Je me suis mal fait comprendre , mon anniversaire est en décembre mais c’est gentil, même avec un mois de retard… Je voulais intervenir sur votre très intéressante discussion sur Nietzsche que je ne connais pas bien. Mais il est tard je reviendrai demain…

  128. … « je reviendrai demain »…

    Et déjà nos écrans
    Se montrent impatients.

  129. Marie

    Guenièvre trois points interdits:)

  130. Guenièvre devait être prof de maths… 🙂
    Le prof de maths c’est celui qui entortille des choses simples pour que l’élève s’égare, le tout afin de remplir les sections L et ES.
    J’ai les noms de tous ceux (y compris, plus tard les profs de stats) qui m’ont pourri la vie avec des logarithmes, des dérivées, des robinets qui se croisent, des trains qui fuient…

  131. Souris donc

    On avait la bombe à retardement, le retardateur de photo, Guenièvre nous invente l’anniversaire à retardement.

  132. Florence

    Merci Souris pour la référence du blog.
    Je découvre qu’en fait cet Algérien fait régulièrement des vidéos à notre attention, nous les Français. J’en ai regardé quelques unes et je me suis dit qu’effectivement, les étrangers ne venant pas du monde occidental nous regardent comme des dégénérés. Ils se moquent de nous. Ils nous regardent comme des viellards retombés en enfance.
    Le pire, c’est qu’ils sont raison. Que l’Etat se pique de vouloir reconnaître les amours, des inclinations sexuelles, des uns et des autres est tellement cucul la praline. Nous sommes revenus au stade infantile, au stade de midinettes de supermarché.  » Ils s’aiimmmeeennnt, comme c’est mignon, il faut que l’Etat reconnaisse leur ammoouurr, sinon , c’est pô juste » Le niveau zéro de la pensée. Du pur jus de midinettes !

    Pareil pour la théorie du genre. Son succès nous montre l’état lamentable de notre niveau intellectuel. Comment des gens, dits intelligents, peuvent se laisser embarquer dans un tel désastre de la pensée.

    L’Algérien dit bien à quel point il est stupéfait de voir le manque total de vision et de réflexion ainsi que le suivisme moutonnier et l’abandon intellectuel des Français avec lesquels il discute. C’est saisissant !

  133. Souris donc

    Il y a aussi les doléances à retardement, Rackam a précédemment publié un papier « Persécutés » sur les insultes dans le monde virtuel. Curieusement, les doléances viennent s’exprimer un papier plus tard. Je crains que les réclamations par blog interposé soient contre-productives. Elles dénaturent. C’est pourquoi je me suis insurgée.
    Excédé par les justiciers de clavier et flingueurs de site, Fromage Plus (cet astre retiré cultivant le minimalisme) avait ouvert une section spéciale, qu’il a appelé le parking, pour la castagne et les règlements de compte.

  134. Florence

    Notre civilisation est atteinte de nihilisme.
    Nul doute que cela ne nous mènera qu’au néant.

  135. Ou au sursaut, Florence-Bologne, ou au sursaut…

  136. Florence

    Oui Rackam au sursaut et c’est bien ce que nous sommes en train de faire.
    Dans la vidéo, l’homme cite une phrase qui m’a marquée  » quand le mal a toutes les audaces, le bien doit avoir tous les courages ».

  137. Florence

    D’accord avec vous. On a les les messages électroniques pour cela.

  138. Il me semble que wordpress arrive à ses limites (trop de commentaires) il faudrait ouvrir un autre fil, celui-ci devient chaotique : les commentaires sont placés n’importe où…

  139. Souris donc

    Never explain never complain, ne pas se plaindre, ne pas se justifier.
    Règle élémentaire du management : le premier qui s’énerve a perdu.

  140. Non en fait c’est mon navigateur qui était perdu, désolé.

  141. rackam

    Le sursaut ne peut pas être le fait de la « droite chrétienne » sinon il se marginalisera.
    Je crois que la réaction contre la société totalitaire mi-care, mi-répressive dépasse les clivages anciens. Et nous devrons être capables d’agir en compagnie de groupes et personnes dont nous ne partageons pas toutes les options, sans se pincer le nez ni leur faire la leçon. Nous avons commencé, ici, à Nantes, avec les Poissons Roses et d’autres. Relire le papier sur la « France bien élevée » sur boulevard voltaire.
    Notre cible, pour argumenter et débattre ce sont les « je ne vois pas le problème » (du gender, du mariage h, etc., demain de l’euthanasie). Sans hurler, sans leur balancer la Bible et le catéchisme, mais en évoquant patiemment les écueils à venir, en se situant dans le temps long, alors qu’on nous invite à vivre l’immédiat.

  142. Florence

    Rackam
    je suis totalement d’accord, il faut faire appel à la raison, à l’intelligence, à la responsabilité.

  143. Souris donc

    Un sursaut ? Un frémissement. Les JVPP, Je vois pas le problème, Je vois pas pourquoi, n’ouvrent pas si facilement les yeux quand la société totalitaire mi-care, mi-répressive qui fait le monde merveilleux de mon bisounours a des ratées.
    http://www.rue89.com/2013/01/11/aborder-de-front-la-surdelinquance-des-jeunes-issus-de-limmigration-238521

    Ma copine Dixie vous explique ça dans son papier « le gauchiste progresse ».
    En substance, le gauchiste ne nie plus la réalité, mais nous l’impute. Ce qui est un progrès du progressisme.
    «… il n’hésite pas à affirmer que les immigrés africomaghrébins sont bien les pires…pour dans un second temps en accuser la France elle même pour sa « crise du modèle d’intégration » prouvant son échec à s’adapter aux particularités de chacun. »
    http://chezdixie.wordpress.com/2013/01/16/le-gauchiste-a-fait-des-progres/

  144. Florence

    Du reste, je vais reprendre tous les arguments que j’ai développés ailleurs , les mettre en forme et le soumettre à notre ami Impat pour publication.

  145. Florence

    Souris, vous vous faites du mal, on se fait toujours du mal avec les cons 🙂

  146. Guenièvre

    C’est une très bonne idée Florence !
    Rackam est-ce que vous accepteriez que des républicains agnostiques sursautent avec vous ?

  147. Souris donc

    Excellente idée, Florence !

  148. Souris donc

    C’est quand même étonnant, non ? Sur Rue89 exactement ce pourquoi Zemmour s’est fait trainer devant les tribunaux, et sur Rue89 !

  149. Marie

    moi aussi! mais c’était surtout l’algèbre et la géométrie. De plus ma mère étant très forte en maths me disait tout le temps mais c’est simple voyons!

  150. grandgil

    Extrêmement pertinent

  151. Guenièvre

    Pour en revenir à Nietzsche dont je n’ai lu que quelques passages j’ai quand même relevé dans  » le Gai savoir » la phrase suivante :
    « On voit ce qui a en somme triomphé du Dieu chrétien : c’est la morale chrétienne elle-même, la notion de sincérité appliquée avec une rigueur toujours croissante, c’est la conscience chrétienne aiguisée dans les confessionnaux et qui s’est transformée jusqu’à devenir la conscience scientifique, la propreté intellectuelle à tout prix.  »
    Est-ce que c’est un contresens de dire qu’il y a là une reconnaissance de l’apport du christianisme à l’humanité ? Qui est complètement nié dans le nihilisme actuel ?

  152. Florence

    Merci Souris et Guenièvre pour vos encouragements. J’espère faire vite. Pour cela, je ne regarderai qu’un aspect , celui de la filiation.

    Henri Gaino se lance dans la bataille
    http://www.lepoint.fr/politique/mariage-gay-la-croisade-de-henri-guaino-24-01-2013-1619660_20.php

  153. Florence

    Souris, c’est un bon signal pour nous.

  154. Souris,… « Sur Rue89 exactement ce pourquoi Zemmour s’est fait trainer devant les tribunaux »…
    Vous devriez les dénoncer, pour voir.

  155. Guenièvre, à propos de Nietzsche… « c’est un contresens de dire qu’il y a là une reconnaissance de l’apport du christianisme à l’humanité ? »…
    J’y vois au contraire directement cette reconnaissance, ça a dû lui échapper !

  156. Guenièvre

    Tiens ça passe de nouveau…
    Impat , je demandais seulement à ceux qui l’avaient lu en entier si je faisais ou non un contresens. On peut se tromper quand on n’a lu que des passages hors contexte.

  157. Souris (9h13) … « qu’il a appelé le parking, pour la castagne et les règlements de compte. »…
    Je l’aurais plutôt appelé parkring…

  158. Guenièvre,… « On peut se tromper quand on n’a lu que des passages hors contexte. »…
    Très vrai, c’est pourquoi on devrait toujours se méfier des citations, auxquelles je suis presque allergique. Mais je me laisse aller parfois à déroger…

  159. Souris donc

    Oui, c’est un contresens, il pourfend la religion méthodiquement, inlassablement, obsessionnellement. Il l’appelle la religion du ressentiment. Il lui attribue tous les maux de la civilisation. Il pourfend tout autant la prétention scientifique. Et par la même occasion en sous main l’un ou l’autre de ses collègues porteur de lorgnons et col dur et catho pratiquant. Je laisse à Skarda le soin de répondre sur le fond. (et aussi, s’il est sûr que le Zarathoustra faisait partie du paquetage du soldat allemand, c’est la première fois que je lis ça, si c’est vrai, c’est énorme)
    Sur la forme, Guenièvre, l’aphorisme est une aubaine pour le prêt à penser. C’est quasiment un adage sentencieux, et pas loin d’un slogan. Pas besoin d’enrubanner, c’est tout emballé ! Y a plus qu’à asséner ! Aphorisme de Nietzsche par un gauchiste ? Pour moi, le clignotant de l’imposture s’allume instantanément.

  160. rackam

    Guenièvre,
    les républicains agnostiques, les protestants alsaciens, les mécréants bordelais, les spaghetti bolognaise, les tabliers de cochon du sud-ouest, les anars de droite de Basse-Normandie, les nains échiquéens et bien d’autres espcèces

  161. rackam

    Je reprends, Skarda a raison il y a du mou dans la corde à noeuds:
    Guenièvre,
    les républicains agnostiques, les protestants alsaciens, les mécréants bordelais, les spaghetti bolognaise, les tabliers de cochon du sud-ouest, les anars de droite de Basse-Normandie, les nains échiquéens et bien d’autres espèces en voie d’apparition sont bienvenus. L’essentiel est d’encourager plus que de pleurnicher, de réfléchir plus que de réagir, de proposer plus que de dénoncer. roturier va me trouver lamentablement centriste.
    Sursautons.

  162. Tout à fait d’accord avec Souris, il fait cette déclaration au sein d’un long passage à propos de Schaupenhauer qui ne va pas au bout de son athéisme et sombre dans le pessimisme car sans explication transcendante il n’y a pas de sens à la vie. Il part de là pour montrer qu’il faut aller plus loin pour éradiquer le judéochristianisme qui mène à ce pessimisme.
    Souris, dans cet article de wikipedia (troisième paragraphe), il est fait mention de cette extraordinaire cadeau de l’état-major du Kaiser à sa chair à canon.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Influence_and_reception_of_Friedrich_Nietzsche

  163. Souris donc

    L’anachronisme guette celui qui sort Nietzsche de son contexte. C’est comme sortir Roland Barthes des années 70. C’est une tentation favorisée par la forme (l’aphorisme, le prophète, la parodie d’évangile, les platitudes boursouflées de la traduction).
    A un moment Zarathoustra va prêcher le surhomme. Il le définit par opposition au dernier homme qu’il décrit ainsi : Celui qui veut (de mémoire) son petit confort, son petit rot, sa robe de chambre, ses pantoufles.
    On a envie tout de suite envie d’ajouter …et sa télé !
    Et l’auditoire de Zarathoustra réclame…le dernier homme. Et non le surhomme.
    La tentation est de dire, mais oui, il a prophétisé la société de consommation.
    Je ne nie pas les influences sur l’histoire des idées, mais sortir son aphorisme sur un blog, c’est moyen.

  164. La philosophie à coups de marteau !

  165. Souris donc

    Ha, au secours ! Y a-t-il un juriste dans l’avion ?
    Voilà le projet de loi du mariage homo.
    http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl0344.asp
    Je trouve le chapitre III, « dispositions de coordination, le code civil est ainsi modifié… » proprement effrayant, de complexité, de modifications, de conséquences. Tout ça pour complaire à une minorité agissante.

  166. Souris donc

    L’argument d’autorité massue ! La batte qui brise les genoux.

  167. Guenièvre

    Skarda, souris,
    Merci aux connaisseurs de Nietzsche !
    Je n’ai pas trouvé cette phrase dans un recueil d’aphorismes tout de même mais dans un essai où l’auteur s’en servait à l’appui de sa thèse mais bon, on peut se servir de lui à toutes les sauces apparemment …

  168. C’est un auteur complexe. On me fait passer ce lien sur une émission de France Culture en défense de Nietzsche : http://www.franceculture.fr/emission-le-gai-savoir-par-dela-bien-et-mal-%E2%80%93-nietzsche-2013-01-20

  169. Raphaël Enthoven a quelques mots à l’adresse des Nietzschéens de gauche.

  170. Souris donc

    Grands dieux du Walhala, Guenièvre ! Skarda et moi, nous ne pensions certes pas à vous en parlant d’asséner, et du marteau et de la batte. Le hors contexte nous a ramené à nos gauchistes qui récupèrent et cherchent à fermer le clapet à coup d’aphorismes.

  171. rackam

    Une citation pour plaire à impat et Tibor, souris et tous ces nietzsche-bashers:
    « Je la regardai avec haine, avec cette haine qui n’est séparée de l’amour, du plus violent amour, que par un cheveu, fait dire quelque part Dostoïevsky à Dimitri Karamazov. C’est d’une haine de cette nature que Nietzsche a poursuivi le Dieu qu’il voulait remplacer. Mais aurait-il voulu le remplacer s’il l’avait vraiment connu ? J’avoue pour ma part , que ses blasphèmes ne me troublent pas. Ils ne s’adressent qu’à des faux dieux que l’homme a créés à son image – et ces dieux-là méritent et appellent le blasphème. »
    G. THIBON, Nietzsche ou le déclin de l’Esprit, Fayard, 1975, p.94-95.

  172. Derrière toutes les doctrines occidentales quise succèdent depuis deux ou trois sièces il y a toujours le même prinipe : Dieu est mort, c’est à l’homme de prendre sa place. La tentation de l’orgueil est éternelle mais elle devient irrésistible à l’époque moderne car elle est orchestrée et amplifiée de façon inouïe. La « bonne nouvelle » moderne est entendue par tous. Plus elle se grave profondément dans notre coeur plus le contraste est violent entre cette promesse merveilleuse et le démenti brutal que lui inflige l’expérience.
    Mensonge romantique et vérité romanesque. René Girard. Les hommes seront des Dieux les uns pour les autres.

  173. … « Une citation pour plaire à impat »…
    Merci Rackam, y fallait pas !
    Et puis je ne suis pas un nietzsche-basher, plutôt un nietzsche-ignoramus…

  174. Marie

    de rien Guenièvre.

  175. Presque excellent en effet. Presque parce que… un peu long. (Rackam ne sera pas surpris de mon commentaire.)

  176. Florence

    Je viens de le lire . Vraiment excellent !
    Ce texte est beaucoup plus complet que celui que je viens de pondre mais je suis contente de voir que mes petits arguments sont repris et beaucoup plus fournis. Je n’étais donc pas complètement à côté de la plaque.
    Vive le net !

  177. Florence

    merci Marie !

  178. Souris donc

    Nicopol défend la même idée que moi : on a donné satisfaction à un groupe de pression non représentatif de ceux qu’il prétend représenter. Qui se fout des homos comme d’une guigne. Dont le seul but est de subvertir la société en imposant le gender de Judith Butler (et d’aller à la gamelle de la subvention).
    Une réserve : Nicopol, lecteur compulsif de Nietzsche, passe encore, mais admirateur de Soral que je considère comme un fou furieux et un pervers polymorphe, ça a du mal à passer.

  179. Pervers polymorphe ! Très bon.

  180. rackam

    Alors qu’Eva Joly est une mère verte polyglotte…

  181. Le contraire d’une mère veille.

  182. Souris donc

    Un qui écrit merveilleusement, c’est Nouratin, qui est venu nous faire un coucou hier. Son post a dû rester coincé et comme nous avons changé de page, il est passé inaperçu.
    Je recommande sa revue d’actualité hebdomadaire, un festival de trouvailles. La plus récente, Hollandouille en ténor avec son air con, sa vue basse et sa voix de fausset, façon Châtelet grande époque.
    Formidable blogueur, si léger, si cocasse, si désespéré, si vrai, :
    http://onefoutus.over-blog.fr/

  183. Souris donc

    Tiens, mon éloge matinale d’une merveille de blog (On est foutu) est passé à la trappe.

  184. rackam

    « éloge matinale »? Avec un « e »? Recouchez-vous vite.

  185. Souris donc

    L’Académie Française encourage la licence et la créativité.

  186. Florence

    j’ajoute que l’éloge a tout autant le droit que n’importe quel humain de choisir son genre comme il l’entend. L’en empêcher relève de la droitaugenredumotphobie la plus ignoble

  187. rackam

    Déchaînées les meufs, et solidaires! L’une prône la licence, l’autres les loges!
    Comme dirait la rongeuse: On est foutus.
    Je me recouche.

  188. Souris donc

    Merci Florence ! La droitaugenredumotphobie sera traquée jusque dans les chiottes ! Vive le genre à la carte !

  189. Florence

    Nous appelons chaque citoyen à dénoncer publiquement la personne coupable de la moindre dérive et cette dernière sera immédiatement et sévèrement sanctionnée. Le moindre dérapage, même inconscient, fera l’objet, pour la personne coupable, de la vindicte populaire.

  190. Marie

    Bonne nuit à tous;)

  191. rackam

    Marie couche-toi, là… 🙂

  192. Marie

    rackam c’est fin ça se mange sans faim..:)

  193. Souris donc

    Outing
    Me voilà convertie à la théorie du genre. Mon pseudo n’est qu’un lapsus. C’est houri de harem que j’ai toujours rêvé d’être. Affalée devant la boite de loukoums avec des eunuques autour qui chantent Voi che Sapete.
    Houri donc

  194. Pourquoi des eunuques ? Voyez grand !

  195. Souris donc

    Parce qu’ils ont potentiellement la voix pour chanter Chérubin, qui est un jeune garçon mais toujours chanté par une femme, c’est le gender !

  196. On ne dirait pas comme ça, mais que vous êtes calculatrice !

  197. … « est un jeune garçon mais toujours chanté par une femme, c’est le gender ! »
    comme Siebel dans Faust. C’est l’opéra qui a inventé le gender, bien avant les américains toujours en retard!

  198. Hathorique (22 janvier 20h58). Bienvenue ! Florence, «la si belle Toscane Renaissante » possède trois atouts irremplaçables. Le Duomo, les Offices, et le meilleur café du monde. Et je ne suis pas sûr de les écrire dans le bon ordre… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :