La Manif pour les autres (LMPA)

 

 

         Mai 2017, la droite est revenue au pouvoir. Cent fois on avait cru que des élections anticipées, par suite d’une dissolution décidée par le président Hollande allaient précipiter l’alternance, cent fois on fut déçu, ou soulagé selon les intérêts, les camps, les pronostics. Mais, cette fois-là, après l’échéance normale, la bascule eut lieu. La majorité de la droite, sans l’appoint des députés de l’UDI, était avérée.

Élue sur un programme « décomplexé », cette droite revancharde allait s’employer à effacer les errements de cinq ans de socialisme, les lois spectaculaires mais tant controversées, qui avaient tenté de masquer sous le dais de la modernité sociétale, les échecs des politiques de l’emploi, d’équilibre budgétaire, de rassemblement des forces de la Nation.

En premier lieu on mit en route ce qu’on avait promis, instruits par l’exemple précédent qui avait tant déçu dès les premiers mois, son électorat même.

Symbole ? Apurement de dette ? Urgence réelle ? C’est la loi dite « Taubira » qui inaugura le tir. Cette disposition, jadis appelée  « Mariage pour tous » avait eu pour objet d’accorder aux couples de même sexe le droit de contracter mariage, fonder famille, accueillir enfants. Les réserves quant à la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui, initialement manifestées par les gouvernants, avaient été levées par des mises en demeure européennes, des facilités techniques dont certains pays pauvres ou riches s’étaient faits spécialité, des arrangements dûment tamponnés par de complaisants magistrats municipaux.

Chacun avait pu convoler avec qui bon lui semblait, carpes avec carpes, lapins ensemble, petit poisson avec petit oiseau. Et acquérir, car l’inversion de la nature a toujours un coût élevé, la « descendance » dont on avait envie, en attendant de ne l’éprouver plus. Ebay avait même ouvert un site spécialisé dans l’acquisition ou la cession d’enfants moins désirés, décevants ou moins pratiques qu’un yorkshire, et le nom de ce site était « e-baby ».

On estime à 4558 le nombre de mariages new look qui furent effectivement célébrés en quatre ans. Soit moins du cinquième des gardes à vue d’opposants à ce mariage galvaudé.

Car la bataille avait été moins âpre au Parlement que dans la rue. Chaque soir des milliers de personnes, jusque-là pacifiques ou résignées, se massaient sur les places ou les avenues. D’abord observées avec indifférence par le pouvoir, elles furent ensuite gazées, matraquées, piétinées, arrêtées, gardées à vue. Sous le prétexte de la violence de certains (dont une poignée de provocateurs dûment identifiés comme membres des forces de l’ordre) on embastilla, pour de courtes mais marquantes durées, des femmes, des enfants, de jeunes consciences qui avaient commis l’impardonnable : s’asseoir en ville après vingt-deux heures.

Bref, que ce soient les blessures infligées à la filiation, les coups portés au droit de manifester, les procès-verbaux iniques dressés à qui portait l’insigne de la protestation, des traces demeuraient, indélébiles, de la fracture que cette loi, voulue par un tout petit nombre, combattue par un bien plus grand, avait provoquées dans tout le pays.

Seulement, à peine annoncée la décision de revenir sur ladite loi, la contestation prit son essor. On vit alors manifester, pacifiquement tout d’abord, puis de façon de plus en plus perturbante pour la tranquillité publique, les déçus de l’abrogation de la loi : mariés récents avec poussettes contenant le fruit de leurs emplettes, mariés à venir contrariés (bagues acquises, bans publiés, pièce montée commandée, …), amis et familles des précédents, tenants de la majorité battue, râleurs brevetés, « craignant-droite », libertaires hétérosexuels, érotomanes pédophilisants (la loi sur l’autorisation des relations sexuelles avec une personne de plus de douze ans ayant été votée en Hollande en 2016), maçons plus ou moins francs acharnés à déconstruire le monde tel qu’il tourne, marchands de sex-toys nuptiaux, lecteurs hagards de Courrier International et de son supplément Têtu Planétaire, personnels de cliniques spécialisée dans l’insémination remboursée, associations « représentant » les ventres orientaux en location avec option d’abandon, et tous les autres qui avaient profité de la loi « Taubira » pour arrondir leur pelote, peloter leurs rondeurs, arroser leurs pleureuses,  palper leur arrosoir, etc.

Ainsi vit-on, devant préfectures et bâtiments officiels, des regroupements, plus ou moins nombreux d’opposants à l’abrogation de la loi incriminée. Armés de drapeaux jaunes, verts et bistre, ils s’assoyaient, pacifiquement, pour demander l’égalité, le maintien des droits acquis (sorte de ligne Maginot de la politique en France), le respect des mœurs, des familles bricolées, des filiations sur catalogue, des stabilités à géométrie variable, de la fornication remboursée par l’État.

La police, vite débordée, reprit ses usages : lacrymogènes, matraquages, embastillements, gardes à vue. Mais avec, semble-t-il, un plaisir supérieur à la fois précédente.

90 Commentaires

  1. kravi

    Le futur décrit dans cette uchronique chronique risque de n’être pas aussi favorable que prévu : quid du statut des enfants nés ou adoptés entre aujourd’hui et 2017 ?

  2. Adoptés peut-être, nés en principe pas, mais un aménagement du PACS pourrait peut-être fournir une issue…

  3. Bonjour kravi, content de vous (re)lire, je n’aurai qu’un mot en réponse « régularisation massive » 🙂 . Mais je partage vos interrogations de non-juriste absolu.

  4. … »un aménagement du PACS pourrait peut-être fournir une issue… »…
    Issue souhaitable, et à mon sens probable.

  5. Guenièvre

    Il me semble qu’en Californie on a aboli le mariage gay ( les gens se sont prononcés en majorité contre par référendum ). Ensuite cette abolition a été jugée inconstitutionnelle mais je ne sais pas où ça en est…

  6. Les avocats doivent se frotter les mains. Ils se plaignent de la baisse du nombre de mariages, qui entraîne inéluctablement une baisse du nombre de divorces, et de ce fait une baisse de revenus des avocats. Des exemples comme ceux du lien cité par Guenièvre vont leur redonner espoir.

  7. rackam

    Et les notaires s’arrachent les cheveux….

  8. Une petite question anodine.
    Qui connaît quelqu’un qui a connaissance de quelqu’un qui aimerait, ou aurait aimé, être l’enfant de deux pères ?

  9. Rackam, pas grave, ils sont tous chauves.

  10. Florence

    Impat
    l’enfant de deux pères ?
    on est dans un monde de fous où 2+2 font 5

  11. Florence, là ça fait l’enfant de deux paires. Mais ce monde n’en est p

  12. …suite: pas moins devenu fou.

  13. Il ne faut jamais compter sur les juges. Mais on doit parfois les subir.

  14. Florence, impat, peut-on rester sage dans un monde qui devient fou? ou bien… ou bien…

  15. Florence

    Rackam
    ou bien ? Je me sens devenir révolutionnaire !

  16. … « peut-on rester sage dans un monde qui devient fou? »…
    Si on faisait encore des dissertations, j’aimerais bien ce sujet.

  17. Faites, mon impatounet, faites, je me pose réellement la question. Si je n’avais pas d’enfants à charge, je me demande quel maquis je prendrais… avec quelles armes…

  18. Guenièvre

    @ Impat,
    « Qui connaît quelqu’un qui a connaissance de quelqu’un qui aimerait, ou aurait aimé, être l’enfant de deux pères ? »

    Ce matin sur RMC une jeune femme qui avait été élevée dans une famille monoparentale , comme on dit, affirmait qu’elle aurait préféré avoir deux parents du même sexe plutôt que d’être seule avec sa mère…

    Je ne sais si on peut poser la question comme cela Impat. Dans les premiers mois l’essentiel est d’être aimé, nourri et choyé mais même un bébé ressent les différences entre un corps d’homme et un corps de femme . Comment peut-on penser que ça n’a absolument aucune importance pour son développement à venir ? Ensuite viendront les questions, les comparaisons avec les autres . On a beau dire que les enfants élevés par deux personnes du même sexe trouveront des référents de l’autre sexe ailleurs, dans leur entourage, il est tout de même fort malhonnête d’affirmer que les tous premiers référents que sont les parents ne sont pas essentiels là aussi. C’est là que l’enfant prend conscience de la différence sexuelle et qu’il s’identifie à l’un ou à l’autre sexe. On pourra certes lui expliquer la situation. L’enfant peut s’adapter , les enfants ont une capacité incroyable pour se sortir des situations les plus compliquées psychologiquement, mais à quel prix ? Là encore les arguments qui consistent à dire « que ça existe déjà » que « les familles monoparentales…  » que « les enfants qui ont perdu leurs parents »..etc….sont incroyablement stupides. Depuis quand est-ce à la loi d’organiser les manques et les situations difficiles pour les enfants ?
    Enfin il y a une contradiction stupéfiante entre cette réclamation obsessionnelle de la parité à tous les niveaux – ce qui prouve donc l’importance que notre société accorde à la différence des sexes – et le fait de dire que finalement c’est accessoire dans la parentalité.

  19. desavy

    Impat, on fait encore des dissertations.

  20. … « Enfin il y a une contradiction stupéfiante entre cette réclamation obsessionnelle de la parité à tous les niveaux – ce qui prouve donc l’importance que notre société accorde à la différence des sexes – et le fait de dire que finalement c’est accessoire dans la parentalité. »…
    Excellente remarque, à laquelle je n’avais pas pensé, imprégné que je suis probablement déjà de la théorie des genres…

  21. desavy

    Des « arguments incroyablement stupides »… La loi, pourtant, ne cesse d’organiser les manques et les situations difficiles, pour tous, y compris pour les enfants.
    La parité ne concerne pas les différences, mais les inégalités.

  22. desavy

    Impat, je vous rassure, la théorie des genres ne vous a pas encore imprégnée 🙂 Comme je viens de le faire remarquer, cette remarque confond différences et inégalités. La parité ne cherche pas à s’attaquer aux différences mais aux inégalités.
    Je ne la défends pas pour autant d’ailleurs.

  23. kravi

    @Guenièvre :  » même un bébé ressent les différences entre un corps d’homme et un corps de femme « .
    Cette différenciation biologique est évidemment fondamentale, n’en déplaise aux théoriciens du genre. Mais c’est aussi dans la psyché des parents que le bébé créera ses imagos parentales, puisera ses références, et pourra, si tout va bien, se créer un narcissisme suffisamment bon pour servir de socle à son devenir.
    Cela dit, même dans les cas favorables, rien n’augure de l’avenir psychique d’un humain. Bon courage, petit.

  24. plantigrade69

    Guenièvre,
    comme toujours la question est mal posée pour donner une chance à la réponse désirée. Car si elle avait une mère, il me semble évident qu’elle aurait préféré avoir un père plutôt qu’une deuxième mère. De surcroît, je doute, non! je suis convaincu qu’elle n’a jamais rêvé d’avoir une deuxième mère mais elles a sans-doute r^évé d’avoir un père.

    Rackam,
    La droite ne reviendra jamais sur le MPT. Je mettrais bien une pièce là dessus. Je dis bien sur le mariage. Le reste, je ne sais pas.

  25. Plantigrade, le projet affiché par « la droite » est de ne pas revenir sur l’union civile des homos, mais de « réécrire » la loi. Ce qui probablement signifiera l’abandon de l’adoption plénière pas les couples homos, en maintenant l’adoption simple.

  26. Guenièvre

    @ Desavy,

    Je reformule autrement : je voulais dire que la signification qu’une société accorde au fait d’être sexué est important et les débats sur la parité en sont la preuve.

    Ce que nous disent les féministes c’est qu’être homme ou femme n’a pas plus d’importance que d’être blond ou brun. Le fait que l’on ait exigé la parité entre homme et femme veut bien dire, au contraire, que l’on ne considère pas l’identité masculine ou féminine comme une simple différence physique, comme le fait d’être grand ou petit, blond ou brun , que l’on y accorde une autre signification.
    Signification que l’on minimise dans l’homoparentalité. Pour moi il y a là contradiction…

  27. La distinction, Desavy, entre différences et inégalités n’a pas lieu d’être en matière de différences sexuelles. Comme l’explique un précédent article sur ce site, les différences entraînent les inégalités, et ces dernières sont naturelles et souhaitables. Sauf pour les croyants en la théorie des genres, les femmes pencheront toujours plus que les hommes vers le métier d’infirmier, les hommes pencheront plus que les femmes vers le métier de cascadeur.
    Il ne faut pas revenir aux anciennes inégalités en droit et en droits, mais les inégalités en fait doivent heureusement perdurer.
    Les femmes et les hommes ne sont pas identiques.

  28. Guenièvre

    ….sauf, plantigrade que dans la loi française le mariage entraîne le droit à l’adoption…

  29. desavy

    Impat, la différence entre inégalités et différences a au contraire lieu d’être en matières de différences sexuelles. D’ailleurs, lorsque vous écrivez « les différences entraînent les inégalités », vous montrez bien que ces termes sont différents.
    On peut penser que la socialisation différenciée peut aider les femmes à s’orienter vers les métiers d’infirmier sans pour autant prôner la théorie des genres.
    « Les hommes et les femmes ne sont pas identiques ». Bien entendu, mais en écrivant cela, vous confondez de nouveau différences et inégalités.

    A partir du moment où on pose bien la différence entre différents et égaux, je ne vois pas pourquoi les inégalités basées sur le sexe seraient souhaitables.

    Mais je parle bien des inégalités basées sur le sexe. Les autres inégalités (basées sur le talent, le sens de la responsabilité, l’ardeur au travail, etc.) sont en effet souhaitables.

  30. Guenièvre

    @ desavy,
    Excusez-moi si je vous ai blessé avec « arguments incroyablement stupides » mais il est vrai que je n’en peux plus d’entendre :  » il y a déjà des tas d’enfants sans père et sans mère  » et ils s’en sortent bien. Ils s’en sortent bien mais à quel prix ? Vous êtes enseignant, vous pouvez juger je crois de ce que l’on voit comme situations tragiques.
    Alors puisque ces situations tragiques existent on peut risquer d’en rajouter volontairement ? Ce qui est accident de la vie peut être légalisé ?
    Quant à la loi je croyais qu’elle était là pour protéger les plus faibles…

  31. desavy

    Guenièvre,

    « Je reformule autrement : je voulais dire que la signification qu’une société accorde au fait d’être sexué est important et les débats sur la parité en sont la preuve. »

    Les débats sur la parité sont la preuve de la volonté de lutter contre les inégalités entre femmes et hommes. Comme il y a une volonté de lutter contre les inégalités entre hétérosexuels et homosexuels. Je précise (il y a toujours des lecteurs trop rapides) que je ne partage pas forcément ce point de vue mais j’essaie de montrer qu’il n’y a pas contradiction.

    Il ne me semble pas justifier de parler des féministes en général. Il y a de nombreuses catégories de féministes.

    Le reproche que l’on peut faire à la théorie des genres est, au prétexte louable de lutter contre les inégalités entre hommes et femmes, que rien ne justifie, de vouloir supprimer les différences. Ses tenants soit confondent différences et inégalités, soit se disent que la lutte contre les inégalités justifient le sacrifice des différences. On ne peut que s’y opposer.

  32. desavy

    justifie* (pour corriger un pluriel bien singulier)

  33. Guenièvre

    Vous touchez du doigt le fait que la différenciation du masculin et du féminin s’est souvent construite au détriment des femmes mais on peut penser aujourd’hui que l’on est à la fois égaux et différents non ?
    Dans une société égalitaire le fait d’être homme et femme doit devenir indifférent dans beaucoup de domaines mais il en est un où ce ne peut pas être indifférent de part le fait que nous ne sommes pas hermaphrodites…Instituer dans le mariage que l’humanité est sexuée ne me semble pas être un rapport de domination c’est juste reconnaître un fait…

  34. Guenièvre

    « Il ne me semble pas justifier de parler des féministes en général. Il y a de nombreuses catégories de féministes.  »
    Oui, je sais…je crois que j’en ai fait un billet 🙂 . Je parlais des différentialistes…

  35. QuadPater

    Le mot « inégalité » tout seul ne veut rien dire, c’est complété par « des personnes devant la loi » qu’il prend un sens.
    La revendication de parité consiste à vouloir imposer artificiellement une égalité de nombre là où seule la compétence devrait être un critère de sélection.

  36. Bon résumé, Quad, j’adhère.
    À ce sujet, l’obligation de quotas permanents partout (invention américaine, à l’instar de la théorie des genres) est à mon avis une ineptie.

  37. desavy

    Il faudrait alors pousser votre logique jusqu’au bout : comme il y a plus d’hommes qui occupent des postes de responsabilité, il existerait un gène de la compétence chez les hommes qui serait absent chez les femmes.

    Quant à la définition du mot « inégalité », on peut facilement la trouver dans les meilleurs dictionnaires et constater que ce terme a un sens.

  38. desavy

    40 ans d’une politique économique menée par des hommes choisis pour leur compétence ont mené notre pays à une quasi faillite. Avec très peu de quotas…

  39. desavy

    Il me semblait bien vous avoir lue à ce sujet 🙂

  40. desavy

    J’insiste surtout sur la nécessité d’employer un vocabulaire univoque. Les femmes et les hommes ne sont toujours par égaux dans les faits. On parle souvent des inégalités quant aux salaires mais on peut en ajouter d’autres. Demandez par exemple aux jeunes filles les réflexions qu’elles subissent quotidiennement lorsqu’elles marchent dans nos charmantes cités de banlieue. Demandez à ces autres jeunes filles qu’elles vous expliquent ce qu’elles subissent de la part de grands frères dans les mêmes charmantes cités.

    Le mariage est en effet sexuée. Il le restera.

  41. Rackam,… « le maintien des droits acquis (sorte de ligne Maginot de la politique en France) »…
    Jolie comparaison, dont les deux faces bétonnées sont promises au même succès !

  42. Guenièvre

    « Le mariage est en effet sexuée. Il le restera. »

    Non la différence des sexes ne sera plus un critère ….

  43. QuadPater

    Non desavy, par pitié ! Un seul de nos (vous êtes un homme, n’est-ce pas ?) chromosomes sur 46 nous différencie des nanas : le Y. En plus il est minuscule : on ne fait pas rentrer la compétence dedans ! 🙂
    J’ai bien dit « seule la compétence devrait être« , et je le maintiens. D’ailleurs qui pourrait s’opposer à ce principe ?

    Devant le constat qu’il y a plus de ceci que de cela qui accèdent à des xxx, il est légitime de chercher une explication : moins grand nombre de cela dans la population – manque d’intérêt des cela pour les xxx – manœuvres des ceci pour exclure les cela – etc…
    On peut y remédier au cas par cas quand il s’agit d’une injustice patente (cas 3).
    Mais quoi qu’il en soit, décréter qu’il FAUT obtenir un 50/50 par quota imposé est absurde et génère des suspicions: quand un cela accèdera à un xxx, sera-ce par son seul mérite ou grâce au quota ?

    Ma réflexion tente d’être générique : remplacez « ceci » et « cela » respectivement par homme/femme, par femme/homme, par blanc/noir, par homo/hétéro, par jeune/vieux…, elle reste valable.

  44. Ben, les armes du flibustier voyons !

  45. desavy

    QuadPater,

    « D’ailleurs qui pourrait s’opposer à ce principe ? »

    Personne, mais alors pourquoi ce principe a-t-il été si peu appliqué ?

  46. desavy

    Guenièvre,

    « Non la différence des sexes ne sera plus un critère …. »

    Elle le sera dans une proportion qui restera écrasante. Si l’altérité est nécessaire, elle subsistera.

  47. desavy

    Guenièvre,

    « Excusez-moi si je vous ai blessé avec « arguments incroyablement stupides » mais il est vrai que je n’en peux plus d’entendre : » il y a déjà des tas d’enfants sans père et sans mère » et ils s’en sortent bien. Ils s’en sortent bien mais à quel prix ? Vous êtes enseignant, vous pouvez juger je crois de ce que l’on voit comme situations tragiques.
    Alors puisque ces situations tragiques existent on peut risquer d’en rajouter volontairement ? Ce qui est accident de la vie peut être légalisé ?
    Quant à la loi je croyais qu’elle était là pour protéger les plus faibles… »

    Il faudrait s’entendre sur le terme « tragique ». Il existe réellement des situations tragiques dont sont victimes des enfants de couples constitués de père et mère.
    Un accident de la vie peut-il être légalisé ? Prenons l’exemple du divorce. Fallait-il le légaliser ? Ces arguments juridiques devraient s’appliquer à lui aussi. Or, on peut penser qu’un enfant réussira mieux son existence avec des parents qui divorcent qu’avec des parents qui se tapent dessus. La loi protège donc les plus faibles.

    J’entends bien l’importance que vous accordez à la filiation, qui est un autre argument. De même, je comprends la nécessité de l’altérité. Si j’osais, j’écrirais que je suis anthropologiquement d’accord avec vous sur ce dernier point. Mais si se marier donne du bonheur à quelques pour-cents de la population, qu’ils le fassent !

  48. Desavy, … « Personne, mais alors pourquoi ce principe a-t-il été si peu appliqué ? »…
    Parce qu’on lui a substitué celui des quotas. Un peu de sexe, beaucoup de couleur politique, beaucoup, de facto, de statut (combien de fonctionnaires au Parlement ?). Et surtout, le quota indispensable du non-faire 🙂

  49. desavy

    Impat,

    On ne peut en la matière que raisonner à long terme. Vos explications oublient quelques décennies.

  50. … » On ne peut en la matière que raisonner à long terme. Vos explications oublient quelques décennies. »…
    Celles du moyen-âge, peut-être. Mais il semble que les 10 derniers mois se soient sentis visés !

  51. desavy

    Impat,

    Vous ne les visiez pas ? Mais pour le non-faire, vous connaissez le fond de ma pensée. Notre regretté président a préféré pratiquer l’ouverture vers le centre, se toquer d’écologie et ne prendre que des mesurettes à peine droitières. Il est vrai que nos bonnes consciences le traitaient d’ultra-libéral.

  52. QuadPater

    Desavy,

    « pourquoi ce principe a-t-il été si peu appliqué ? »
    Je n’en sais rien, ça dépend essentiellement du domaine, il faut que l’injustice soit évidente disais-je.
    Les juifs sont « surreprésentés » dans les prix Nobel, les Arabes le sont dans les prisons françaises. Vous voulez mettre en place des quotas ?

  53. D’un strict point de vue logique l’inégalité est une relation d’ordre, elle suppose une notion de valeur, par exemple la relation d’inclusion des ensembles est une relation d’ordre, la valeur est la capacité de contenir (ou d’être contenu). Si l’on prend un ensemble quelconque et toutes ses parties, tous ses sous-ensembles, l’ensemble initial est la borne supérieure de la relation d’inclusion, le plus grand élément et l’ensemble vide la borne inférieure, le plus petit élément. Si l’on considère l’opération d’intersection l’ensemble vide en plus d’être le plus petit élément devient absorbant : l’intersection de n’importe quelle partie avec l’ensemble vide est encore l’ensemble vide, c’est une sorte de trou noir. Zéro est aussi un élément absorbant, il absorbe tout ce qui passe à portée de multiplication : 999*0 = 0 et même 1789 qui en plus d’être pour nous une date mémorable est un nombre premier, c’est à dire ne pouvant être divisé sans reste que par lui même (et 1 ce qui est assez trivial pour un nombre) est absorbé par l’insignifiant zéro. Ainsi zéro ou le vide de plus petits éléments acquièrent une qualité remarquable, les Indiens qui sont depuis toujours de grands mathématiciens appelaient le zéro Sunya, ce qui veut dire le vide. Notre monde que l’on croyait plein est vide, lorsque l’on considère un atome, son coeur, le noyau la partie la p^lus volumineuse se trouve à une distance considérable de son premier électron, si le noyau était une bille le premier électron se trouverait à environ cent mètres de lui ; entre eux : rien.
    Le rien est important, le rien englobe, enveloppe, s’immisce partout, sans lui pas d’écriture décimale, pas de calcul ou presque. Dire de quelqu’un qu’il est un zéro devient une sorte d’hommage : transmutation de toutes les valeurs, le grand tout est peut-être un petit rien, le zéro et l’infini se tutoient, inégaux et différents ils sont d’une importance capitale et rien ne se fait sans eux, l’un est le Yin l’autre est le Yang.

  54. Et les Chinois, dans leur sagesse millénaire, n’envisagent pas de confondre le Yin avec le Yang… 🙂

  55. Guenièvre

    Elle ne sera plus institutionnalisée. Je crois que les institutions que nous construisons nous fondent en retour. Dans une société qui n’est plus organisée par la religion c’est le droit qui organise la norme collective Institutionnaliser la différence des sexes c’est dire que l’on ne peut engendrer avec le même, c’est dire que j’ai besoin de l’autre pour créer du vivant. C’est évident vous allez me dire, mais il y a une différence entre le savoir et l’institutionnaliser. L’institutionnaliser c’est lui accorder une valeur positive

  56. Desavy, … »Vous ne les visiez pas ? »…
    Mais non, je ne tire pas sur les ambulances,ni sur les corbillards.

  57. desavy

    Pourquoi voudrais-je mettre des quotas ?

    Un de nos amis évoquait la ligne Maginot, bel exemple de compétence. Les pantalons rouges pendant la Première guerre mondiale, bel exemple de compétence. Les Européens de l’Est abandonnés aux chars soviétiques,,bel exemple de compétence. Un endettement record pour notre pays, bel exemple de compétence. Les harkis abandonnés et massacrés, bel exemple de compétence. Je pourrais en ajouter à l’infini, des compétences.

  58. desavy

    Impat, vous allez manquer d’occupations alors 🙂

  59. Skardanelli,… « Dire de quelqu’un qu’il est un zéro devient une sorte d’hommage »…
    Vous êtes vraiment gentil, vous briguez un poste rue du Faubourg St-Honoré ? :-)……

  60. Non mais allô !!! Quoi !!!
    On mouline de la flotte ici que ça dépasse l’entendement.
    T’es une fille t’as pas de champoing?

  61. Guenièvre,… « Il me semble qu’en Californie on a aboli le mariage gay »…
    À ma connaissance l’abolition est abolie, le mariage homo de nouveau permis. Certains états américains autorisent ce mariage unisexe, en général en référence à la « gender theory », d’autres l’interdisent. Le point intéressant est que l’exemple californien montre que le retour (en l’occurrence provisoire) vers le seul mariage traditionnel homme/femme est possible.
    Un autre point serait à creuser. Je ne connais pas les lois américaines sur l’adoption, mais je sais que l’adoption « courante » depuis toujours est une adoption non plénière. Deux sœurs américaines, dont l’une est naturelle et l’autre adoptée, ne bénéficient pas des mêmes droits par exemple en matière d’héritage.

  62. Guenièvre

    @ Impat,
    Aus USA :
    « l’adoption « courante » depuis toujours est une adoption non plénière…

    Voilà! ça n’a pas d’effet sur la filiation.. L’argument selon lequel  » ça se fait ailleurs  » est souvent biaisé par ce qu’on ne dit jamais tout . Cela se fait ailleurs mais pas toujours dans les mêmes conditions. Au Portugal par exemple le mariage est permis mais pas l’adoption. Je crois que c’est en Belgique ( coucou Sophie ! on a besoin de vos lumières ) que ça n’a pas non plus d’impact sur la filiation : autrement dit on n’efface pas les parents biologiques et on n’écrit nulle part que Thomas est issu de Sylvie et de Sabine…

  63. grandgil

    A Rackam, l’UMP ne reviendra pas sur cette loi hélas ils ont cru bon de le dire

  64. … « que Thomas est issu de Sylvie et de Sabine… »…
    On peut penser, et espérer, que c’est ce point surtout qui sera « réécrit » en 2017 quand la France aura retrouvé sa raison.
    (mais quand même, Guenièvre, vos exemples de prénoms en TSS rappellent de mauvais souvenirs des années récentes :-))

  65. QuadPater

    grandgil : qui, quand, où ?

  66. Grangil, « ils » ont déclaré que cette loi serait « réécrite ».

  67. Je n’ai pas tout lu, rentrant de déplacement professionnel qui m’a valu de mesurer la quantité de verre brisé au sol, devant l’Assemblée Nationale, et la vanité de la violence en mille morceaux…
    Mais j’entendais le sinueux J-C Lagarde de l’UDI, cette force d’appoint de toutes les palinodies, refuser de remettre en cause la loi, plus tard.
    Je suis loin de souhaiter que « LMPT » se mue en force politique, à supposer qu’elle en ait le moyen, mais, aux municipales il faudra voter en connaissance de cause, s’abstenir s’il le faut. Flûte, si on s’est réveillés, ce n’est pas pour qu’on nous formole dans les urnes….

  68. Mais ce n’était que l’UDI, Rackam (Qui connaît l’UDI ?). L’UMP, qui est d’une autre taille, s’est engagée à réécrire cette loi. Un engagement à ne pas oublier.

  69. QuadPater

    L’UMP (…) s’est engagée à réécrire cette loi.

    engagée ?? réécrire ?? (Long soupir…)

  70. Quad, permettez que je soupire à vos côtés…

  71. Soupirez, soupirez, il en restera toujours quelque chose. Par exemple le bon choix en 2017… 🙂

  72. QuadPater

    Qu’est-ce qui va se passer de spécial en 2017 ? voyons… le GCPAC l’été 2013, suivi par des élections présidentielles et législatives en septembre… donc les suivantes en… je calcule… 2018.
    Non, je ne vois rien pour 2017.

  73. Oh mais septembre 2013 me va très bien. Une chute automnale de feuilles mortes et de ministres déchus jonchant les Champs-Élysées, de quoi faire un beau printemps français.

  74. A part cela, Quad, qu’est-ce que le GCPAC ?

  75. QuadPater

    Grand Coup de Pied Au Cul.

  76. OK, mais attention, il y en a qui se perdent.

  77. QuadPater

    On les chargera de petits cailloux blancs.
    Et on facilitera la Chute des Ministres Déchus par une petite poussée.

  78. QuadPater

    Vous avez attiré mon attention sur ce M. Lagarde (dont ont dit qu’il préfère mourir que se vomir), c’est un personnage particulièrement attachant : favorable à la légalisation du cannabis, poursuivi pour des affaires de marchés publics, il a dissimulé la construction d’une mosquée dans sa bonne ville de Drancy, le seul bled où l’imam a plus de chance d’être un chic type que le maire.

  79. Guenièvre

    En tous cas ce gouvernement à l’air d’être tout à fait sûr de la décision du Conseil Constitutionnel puisqu’il prépare déjà tous les documents genre livret de famille etc…

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/26/01016-20130426ARTFIG00680-mariage-pour-tous-la-chancellerie-presse-le-pas.php

  80. QuadPater

    Comme dirait ma maman, ils ont la courante ces cons ?

  81. Le terme « mariage » désignant maintenant autre chose que sa définition millénaire, il faudrait employer un autre mot pour l’union d’une femme et d’un homme. Épousailles ? Hymen ?

  82. Mirella

    « Tout à fait sûr » et pour cause : un article du Figaro révélant les liens étroits que Madame Taubira entretient avec certains membres du SM, nous rappelle que « c’est à Nicole Maestracci, éminente personnalité du SM, ancienne conseillère d’Henri Nallet – aujourd’hui nommée au Conseil constitutionnel par François Hollande – que la garde des Sceaux a confié l’un de ses dossiers phares… » (dans les phares, l’article ne mentionne Le Mariage Pour Tous, mais on peut )
    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/04/25/01002-20130425ARTFIG00638-christiane-taubira-sous-influence-du-syndicat-de-la-magistrature.php

    Ceux qui nourissent encore quelques espoirs sur les dispositions anticonstitutionnelles de la loi Taubira, se bercent d’illusions.

  83. Guenièvre : Intéressant, en effet, mais on y lit un peu tout et son contraire. Un point me semble important, et inquiétant, que plusieurs sondeurs et analystes avaient déjà relevé :
    « le FN va récupérer non pas la clientèle du PC, mais la fonction du PC : un parti d’assistanat social dans les zones laïques. »

  84. Guenièvre

    Ce que je trouvais intéressant Impat c’est la carte qui montre qu’Hollande avait, il y a un an, enregistré une progression dans les territoires de tradition catholique. Si c’est juste il a fait là une belle erreur , il s’est mis à dos des gens qu’il venait juste de conquérir et qui ne lui pardonneront pas. Ils ne lui pardonneront pas pour deux raisons : parce qu’ils n’approuvent pas ce projet mais aussi parce qu’ ils se sont laissés séduire et qu’ils le regrettent…

  85. Vous avez raison, Guenièvre. C’est à se demander s’il réussira à être réélu…:-)

  86. Impat, mon tout doux, gardez vos cauchemars pour vous, des enfants pourraient vous lire!

  87. Mais non, il faut les endurcir, les enfants, avec ce qui les attend encore pendant 4 ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :