Réflexions climatiques

 

 Certains posent la question sincèrement, ils s’interrogent, ils s’inquiètent, ils tentent de s’informer. D’autres ne doutent point, ils sont sûrs d’eux.

Sûrs que c’est un faux problème, ou sûrs que le cataclysme approche à grands pas. Mais sûrs, bien sûr.

D’autres encore sautent à pieds joints sur la controverse pour accuser le capitalisme, ou le collectivisme. Ceux-là sont à l’affût ; tout est bon à prendre pour étayer leur thèse, quitte à tordre un peu les faits, quitte à s’appuyer sur leurs désirs. La foi peut déplacer les montagnes, dit Matthieu, mais pour eux elle peut aussi  déplacer les nuages, fondre les glaciers, faire monter la mer. Fantasme des opinions climatologiques liées à l’idéologie politique…

Alors que nous reste-t-il à faire, à nous pauvres ignares, mal informés, bien désinformés, bien surinformés ? Il nous reste à … nous poser des questions, plus rarement à tenter d’y répondre. Questions et réponses se voulant impartiales et restant toujours partielles.

Depuis des années, voire des décennies, on nous dit que la température moyenne de la terre augmente. Les chiffres sont toujours précis, on retrouve souvent celui de 0,2°C par dizaine d’années. Mais une chose ne laisse pas de surprendre les plus curieux. Cette température moyenne dont on chiffre très précisément l’évolution, quelle est sa valeur ? Cherchez, cherchez bien. Si vous la trouvez quelque part, bravo, vous avez de meilleurs yeux que moi. Ainsi on chiffre avec précision et on publie la variation probable d’une valeur qu’on ne sait pas mesurer ? Bizarre, bizarre.

On nous a, de fait,  expliqué pendant une bonne trentaine d’années, à longueur de médias, que la température moyenne du globe va augmenter. Depuis trente ans…Mais maintenant, après trente ans, a-t-on jamais pu lire que cette température avait augmenté ? Et de combien ? Bizarre, bizarre.

En certains hivers rigoureux, la presse se fait l’écho d’affirmations selon lesquelles le réchauffement climatique peut entraîner des records de froid. En physique moderne, plus froid égale plus chaud, sans doute. Et en période de canicule type juillet/août 2003 on impute la chaleur à ce même réchauffement climatique. Peut-être, peut-être. Mais les « records » sont établis en fonction des relevés qui ont débuté en 1950. Mais la canicule de 1718/1719 ? Et en matière de variations climatiques on peut remonter plus loin : au  quaternaire, les grandes variations de température, les eaux de ruissellements, le creusement des lits de la Garonne, de la Gironde et de tous les petits ruisseaux (jalles, esteys) présents dans le Médoc  vont éroder et transformer les terrasses de graves garonnaises en croupes (appelées localement Cos). Ce fut l’origine géologique des terres favorables aux vins de Bordeaux, merci aux variations du climat !

La crainte existe d’une aggravation des manifestations météorologiques violentes, et de leur fréquence. Néanmoins aucun chiffre mesuré ne vient étayer cette crainte, fondée sur quelques cas vécus. En langage actuel on parle beaucoup de tsunamis, mais ce mot existe depuis la nuit des temps en japonais : si le mot existe, c’est que la chose se produisait. Et en français, avant que nous donnions du « tsunami » à tout bout de champ, nos ancêtres connaissaient le « raz de marée ».

De même, attribuer les inondations de La Nouvelle Orléans au changement climatique, c’est oublier que les « levées » du Mississippi et les digues protégeant la ville ont été construites voici bien longtemps : si on les a édifiées, c’est que le phénomène était connu. On avait juste oublié que ces « levées » devaient être entretenues.

Il n’en reste pas moins que si la température de la mer augmente, l’énergie produite en cas d’air froid peut augmenter le risque de cyclones. Mais la température moyenne de la mer augmente-t-elle ?

 La presse et les médias audiovisuels publient fréquemment des images choc. Le sable qui empiète sur les terres arables, le glacier qui s’écroule. Ces images à n’en pas douter sont authentiques, mais on oublie de préciser qu’elles sont ponctuelles. C’est-à-dire que pendant qu’un glacier fond davantage que l’année précédente en un point, comment savoir si un autre glacier, à 100 ou 300 kilomètres, n’augmente pas de volume ? Peut-être que tous fondent à grande vitesse, peut-être. Mais ces images ne prouvent rien. Dans le même ordre d’idée, quand on nous apprend l’été dernier que la ville d’Argentan a enregistré un record de température, cela frappe les esprits mais n’a aucun sens. Compte tenu des vents locaux aléatoires, des constructions nouvelles, du revêtement des rues, la température peut avoir été plus élevée à tel endroit, moins élevée ailleurs.

Tout le monde le dit, la majorité des « experts » aussi, et le groupement international GIEC qui réunit ces experts le confirme: la planète se réchauffe. C’est probablement vrai, mais parmi les « climatologues » affirmant cette donnée avec une belle assurance, combien se sont penchés réellement sur le problème et sont arrivés à des conclusions indépendantes ? Certainement moins d’une dizaine pour le monde entier, et les autres prennent le relais.  Ce que tout un chacun prend pour l’avis quasi unanime de centaines d’experts est en fait le résultat des recherches de quelques uns. Et aucun de ces quelques uns n’a apporté de preuve formelle. À propos des avis unanimes d’experts, n’oublions pas ce que la revue des polytechniciens avait affirmé en 1900 : la tour Eiffel ne pourrait pas tenir…

La météorologie, dont les prévisions à quelques jours sont facilement vérifiables a posteriori, est une science humble. La climatologie, dont les anticipations sur plusieurs décennies sont plus aisément oubliées par la mémoire limitée des hommes, est une science moins risquée, de ce fait plus portée à l’immodestie.

 Réchauffement présent ou pas, dû à l’activité humaine ou pas, rien n’est strictement démontré. Cependant une chose est établie : la proportion de CO²  dans l’atmosphère augmente. En volume elle avoisine 400 pour 1.000.000, elle était de 300 pour 1.000.000 en 1900. Ce dioxyde de carbone est un gaz inerte, sans danger direct pour nos poumons. Il n’en reste pas moins que plus il y a de CO² dans un volume d’air donné, moins il y a d’oxygène. Ce phénomène n’est donc pas sans incidence, et nous avons le devoir de lutter contre son accroissement. C’est la combustion du carbone dans l’oxygène qui fabrique du CO², par conséquent  le développement de toutes les énergies ne brûlant pas de carbone dans le monde est une sage mesure.

Ainsi mille idées préconçues encombrent l’esprit, l’obscurcissent, l’empêchent d’y voir clair. Les questions ci-dessus, et les rares réponses, ont pour objet de déblayer ces idées pour tenter de voir plus clair. Mais que le lecteur ne nourrisse pas d’illusions : cet article ne sort pas de son chapeau en conclusion une opinion définitive.

Quand on ne sait pas, il faut le dire et s’en tenir à la vigilance.

 

 

 

62 Commentaires

  1. « En volume elle avoisine 400 pour 1.000.000, elle était de 300 pour 1.000.000 en 1900. Ce dioxyde de carbone est un gaz inerte, sans danger direct pour nos poumons. Il n’en reste pas moins que plus il y a de CO² dans un volume d’air donné, moins il y a d’oxygène. Ce phénomène n’est donc pas sans incidence, et nous avons le devoir de lutter contre son accroissement. »
    Que savez-vous des causes de son accroissement ? Si l’eau chauffe elle rejette du gaz carbonique, nous sommes arrivés vraisemblablement à la fin d’un cycle de réchauffement il est normal que le taux de gaz carbonique augmente. Contre quels moulins à vent voulez-vous lutter encore ? Pensez-vous que la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie se préoccupent de ces sornettes ? Il y a 20 % d’oxygène dans l’atmosphère et 0,04 % de gaz carbonique c’est à dire 500 fois plus en quoi une hypothétique augmentation de 33% du taux de C02 mériterait que l’on ruine nos économies comme nous le faisons ? Tout ceci est un non sens et en dépit de tous les signaux : pas d’augmentation de la température depuis 18 ans, discrédit des modèles du GIEC qui tous prédisaient le contraire, importance de plus en plus reconnue de l’activité solaire, vous continuez de servir la leçon de choses sur la nécessaire lutte contre le CO2 : les bras m’en tombent…

  2. Il y a deux aspects indépendants:
    -La véracité du réchauffement.
    -Quand bien même réchauffement il y a, est-il du fait de l’Homme?

    Le premier n’est pas démontré; les « carottes » extraites des glaces éternelles et d’autres recherches témoignent d’époques anciennes plus chaudes qu’actuellement et de cycles de réchauffement-refroidissement antérieurs à toute activité humaine.
    Le deuxième n’est donc pas démontré non plus.

    En revanche, le côté idéologique de ces prétentions est évident. De tous temps des Cassandres prophétisaient une apocalypse survenue pour cause de nos péchés. Les prophètes bibliques y allaient de bon cœur et leurs successeurs chrétiens surenchérissaient.

    La culpabilisation des masses est depuis toujours un outil de gouvernance ; les zélotes, jadis vêtus de pourpre, sont aujourd’hui verts.

    Pour le CO2, franchement, j’ignore. Parait qu’il faut de la végétation pour le résorber?

  3. Roturier, … « les zélotes, jadis vêtus de pourpre, sont aujourd’hui verts. « …
    J’aime bien!

  4. Pour le calcul des températures : http://data.giss.nasa.gov/gistemp/station_data/seas_ann_means.html.
    Il y a bien eu un réchauffement à peu près personne ne le nie, il est par contre probablement comparable à d’autres réchauffements comme celui ayant donné lieu à l’optimum médiéval.
    En ce qui concerne le gaz carbonique, les méthodes de reconstruction de ses taux historiques n’est pas très fiable, comme à l’accoutumé on compare sans trop de précautions les reconstructions et les mesures véritables, dans cette simulation volontairement dramatisée
    http://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/history.html
    il est intéressant de voir que l’augmentation assez linéaire depuis que l’on utilise des méthodes de mesure moderne (le début de la simulation) ne correspond pas à la consommation exponentielle d’hydrocarbures durant la même période.
    Pour ceux qui ont le courage, cet article sur l’effet de filtre passe-bas des méthodes de reconstruction est très intéressant, http://wattsupwiththat.com/2012/12/07/a-brief-history-of-atmospheric-carbon-dioxide-record-breaking/

  5. Bon, mon commentaire est à la trappe depuis hier…

  6. Skardanelli,
    Il y a probablement eu réchauffement, oui, au moins aux pôles. Ce réchauffement éventuel est déjà intervenu plusieurs fois au cours de l’Histoire, il est donc non justifié de l’attribuer forcément à l’activité humaine.
    L’augmentation du taux de CO² est un fait assez facilement mesuré, établi. Rien ne prouve qu’il soit dû à l’activité humaine, rien ne prouve le contraire. Tenter de revenir à un taux moins élevé constitue une précaution, peu coûteuse à l’échelle du monde, qui pourra s’avérer utile un jour. Il me semble fort exagéré de parler à ce sujet de « ruiner nos économies ».

  7. Cela vous semble exagéré Impat ? Vous avez tort, le système de Cap and Trade a été désastreux pour l’industrie européenne, c’est un des nombreux facteurs qui a accéléré les délocalisations vers la Chine. Le principe de précaution sur tout et n’importe quoi est une absurdité dont les nouveaux géants industriels se moquent. C’est aussi un des arguments pour justifier la décision imbécile de ne pas profiter des gaz de schiste qui ont grandement participé à la relance de l’économie américaine.

  8. Pour le réchauffement pourquoi simplement aux pôles ? On dansait l’hiver sur la Tamise au XVIiie, les glaciers alpins ont atteint leur avancée maximale au XIXe.

  9. Sakardanelli, oui c’est exagéré. L’économie est florissante dans de nombreux pays, qui sont sur la même planète. En France elle est en mauvaise posture, mais le « Cap and Trade » et autres lubies environnementalistes comptent peu dans ce désastre en regard des autres causes.
    Par ailleurs les « délocalisations vers la Chine » est une expression trompeuse, qu’il faudrait bannir du vocabulaire, car les délocalisations ne se font que très partiellement vers la Chine, et beaucoup vers des pays presque aussi chers que le nôtre : Etats-Unis, Grande Bretagne, Allemagne, autres, pour des raisons davantage de souplesse du travail que de coût direct.

  10. Et pourquoi mon trait de génie de 12H18 a-t-il été supprimé?
    Qui se permet de décider ce qui est pertinent ou pas?
    Police de la morale? Ici?

  11. Roturier, la grossièreté n’a pas droit de cité ici.

  12. Enfin Roturier la Chine est devenue la manufacture de l’Occident…

  13. Enfin Impat, voulais-je dire…

  14. … « la Chine est devenue la manufacture de l’Occident »…
    Oui, ça c’est la phrase qui frappe. En fait, de mémoire, les importations chinoises en France sont de l’ordre de 30 millions €, pour un PIB français de l’ordre de 2.000 milliards dont environ 500 milliards en produits manufacturés.
    Les délocalisations en Chine pour raisons de prix sont imparables mais concernent surtout les produits de faible valeur dont l’intérêt de les fabriquer en France se limite à des emplois à petits salaires.
    Les délocalisations dans les pays riches sont un phénomène plus grave.

  15. Impat, je m’immisce, comme une quille dans un temps de chien, mais on a diablement besoin « d’emplois à petits salaires » en France métropolitaine… Même si le mot « petit » n’a pas le même sens ici et ailleurs.
    On peut encore « faire » du textile en France, si Mélenchon ne s’en mêle pas. Mais si Sud et la CGT s’en mêlent on peut tisser les derniers mouchoirs pour pleurer.

  16. … « on a diablement besoin « d’emplois à petits salaires » en France métropolitaine »…
    C’est vrai, Rackam, et j’aurais dû le rappeler. Mais les emplois manufacturiers sont, je crois, appelés à disparaître au bénéfice des emplois mieux rémunérés en France et des emplois manufacturiers dans d’autres pays moins chers.
    Resteront en France, et devraient s’accroître après le renvoi des socialistes, les emplois « à petits salaires » dans les services, et les emplois mieux payés de tous types.

  17. desavy

    Pourquoi aurait-on besoin d’emplois à petits salaires ? Malgré l’état de faillite prononcé par F.Fillon il y a pas mal de temps, nous sommes un pays riche.

  18. Interdit de dire que le doute m’habite?
    Avec éventuellement qq fôtes d’aurtograf?

  19. roturier

    Vérifiez vos données, Impat.
    Les importations chinoises en France sont de l’ordre de 30 millions d’€ ?
    Par jour, oui.

  20. roturier

    On ne pourrait faire du textile en France qu’en adoptant la méthode allemande qui permet de payer des salaires mensuels de 400€.

    Rappel: pas de Smic national chez eux. Le salaire mini est la conséquence de discussions au niveau de « Land » et de la profession. Une coiffeuse pour dames à Leipzig (ancienne Allemagne de l’est) perçoit un Smic horaire de l’ordre du tiers de celui d’un ouvrier chez Mercedes.

    La conséquence étant qu’ils ne font pas de textile non plus. La « souplesse » permet le maintien d’industrie à forte valeur ajoutée, notamment technologique.

    En revanche ils construisent les meilleures machines textile (non, pas les machines à coudre; les grosses bécanes à 1M€ la pièce).
    Ils achètent du textile chinois (et viet et Bengali) à bas prix fabriqué avec les machines allemandes chères…

  21. … « nous sommes un pays riche »…
    Oui, mais un pays riche qui s’appauvrit par rapport à de nombreux autres. Depuis un an il s’appauvrit même en valeur absolue puisque son pouvoir d’achat moyen baisse pour la première fois depuis la guerre.

  22. Roturier, … « Les importations chinoises »…
    Même si c’était 30 millions par jour, ça ne ferait encore que moins de 2% de la production française.

  23. Isa

    En accord avec Rackam, il est urgent de rappeler que le CPE était une excellente idée pour l’embauche des jeunes sans expérience.

  24. Isa,… « le CPE était une excellente idée »…

    C’est aussi mon avis. Une bonne occasion ratée. Noter que son équivalent pour les vieux (plus de 26 ans), le CNE, avait été une réussite.

  25. Le nombre de brevets déposés en Chine ou en Corée dépasse celui de la France, alors les petits salaires et le mythe des emplois à petits salaires permet de continuer de se bercer d’illusions : la France n’a ni l’innovation, ni l’industrie.
    Mais peu importe, la question de la Chine ne se pose pas en ces termes dans le débat initial, la question portait sur la réduction des émissions de gaz carbonique. Question qui supposait :

    1) Que l’entreprise était nécessaire,
    2) Qu’elle ne coûtait pas cher,
    3) Qu’elle devait être internationale.

    En fait, aucune de ces prémisses ne valent. Rien ne nous permet de croire qu’il a urgence en la matière sinon l’activisme de gens qui peu à peu admettent que leur véritable objectif est un transfert de richesses du Nord vers le Sud. Cette entreprise coûte cher car elle fait artificiellement monter le prix de l’énergie qui reste principalement produite par des matériaux fossiles, or si l’énergie est chère tout est cher. Enfin, les pays émergents ne se plieront jamais à une contraint aussi absurde, et se réjouissent de nous voir nous tirer une balle dans le pied. Les États-Unis n’ont jamais signé le protocole de Kyoto et utilisent leurs gaz de schiste en plus d’être le pays le plus innovant au monde. En France, dominés par l’idéologie caca d’oie, dont vous vous faites le porte-parole, nous nous refusons à utilisés le gaz de schiste et nous n’innovons plus.

    Aux États-Unis on avance :

    http://terrapower.com/pages/traveling-wave-reactor
    http://www.rdmag.com/news/2013/04/new-solar-cell-coating-could-boost-efficiency
    http://wattsupwiththat.com/2012/12/05/another-kind-of-fracking-this-produces-geothermal-energy/

    Nous on s’occupe de rendre l’énergie plus chère…

  26. Commentaire en attente de modération…

  27. desavy

    Impat,

    « Oui, mais un pays riche qui s’appauvrit par rapport à de nombreux autres. Depuis un an il s’appauvrit même en valeur absolue puisque son pouvoir d’achat moyen baisse pour la première fois depuis la guerre. »

    Ce qui fait la richesse d’un pays, c’est sa production. Par rapport à celui de l’année précédente, notre PIB a baissé à plusieurs reprises depuis la fin des 30 Glorieuses. Mais ces années de dépression ont été très peu nombreuses.

  28. Vraiment agaçant ces commentaires en attente, je reviendrai demain…

  29. Skardanelli, il semble que la « mise en attente » d’un commentaire se déclenche lorsque ce commentaire contient un trop grand nombre de liens. Apparemment pour WordPress, 3 c’est trop. Il suffit d’en tenir compte.

  30. Desavy,… « Ce qui fait la richesse d’un pays, c’est sa production »…
    Oui, si on entend par « production » l’ensemble des fruits de son travail. C’est pourquoi il est mieux de dire que « Ce qui fait la richesse d’un pays, c’est son travail ». D’où l’on peut, et doit, déduire que les 35h, RTT, retraites prématurées et autres restrictions de travail appauvrissent le pays et ses habitants.
    En exception à « Ce qui fait la richesse d’un pays, c’est son travail » : les richesses naturelles (minerais, pétrole…).

  31. desavy

    Impat,

    La production d’un pays est mesurable, même si le PIB connaît quelques insuffisances en tant qu’instrument de mesure (non prise en compte du travail domestique ou bénévole, sous-évaluation de la production non marchande par exemple). Mais le travail est beaucoup plus difficilement mesurable. Les exemples que vous proposez reposent sur une mesure uniquement quantitative. Mais qu’en est-il de son intensité, de sa productivité ?

  32. Mais je suis d’accord, Desavy. Le travail est moins mesurable que la « production » qui d’ailleurs ne l’est elle-même qu’imparfaitement. Il n’empêche que c’est le travail qui est l’origine, la source, de la richesse. Et cela, d’accord également, tant par son intensité et sa qualité que par sa durée.
    Reste que, à qualité et intensité donnée, un pays s’enrichit davantage en travaillant, par exemple, 1600 heures par an pendant 50 ans que 1400 heures par an pendant 40 ans.

  33. QuadPater

    Le réglage en cours est 3 maxi :
    « Garder un commentaire dans la file d’attente s’il contient plus de 3 lien(s) (une des caractéristiques typiques d’un commentaire indésirable (spam) est son nombre important de liens) »
    Bon, on ne sait pas si c’est > 3 ou >= 3 mais peu importe.
    Pour info, je le mets à 5, ce qui est fort raisonnable et ne doit pas poser de problème majeur.

  34. desavy

    Impat,

    « Reste que, à qualité et intensité donnée, un pays s’enrichit davantage en travaillant, par exemple, 1600 heures par an pendant 50 ans que 1400 heures par an pendant 40 ans. »

    Certes, mais nous ne sommes jamais à qualité et intensité données. Ainsi, le passage aux 35 heures n’a pas réellement pénalisé les entreprises, ni créé le nombre d’emplois espérés. Les entreprises ont augmenté leur productivité, montrant ainsi qu’elles disposaient d’une bonne réserve de productivité ignorée.

    De la même façon, le nombre d’heures travaillées dans l’agriculture a très fortement diminué (nombre d’agriculteurs x temps de travail) alors que la production agricole a beaucoup augmenté.

    On peut aussi ne pas réellement travailler pendant son temps de travail.

    Enfin, le travail ne peut être efficace que combiné avec les autres facteurs de production (capital fixe et matières premières).

    La richesse du pays est donc logiquement le résultat de l’efficacité du travail combiné avec les autres facteurs de production. Ce résultat est la production.

    ps1. La critique sans doute la plus exacte au sujet des 35 heures est d’avoir participé au recul du travail comme valeur.

    ps2. Le sujet portait sur le réchauffement climatique, ne l’oublions pas !

  35. Desavy,… « La critique sans doute la plus exacte au sujet des 35 heures est d’avoir participé au recul du travail comme valeur. « …
    D’accord à 100% sur ce point.
    Mais… « le passage aux 35 heures n’a pas réellement pénalisé les entreprises »…
    Cela est une affirmation contre laquelle je m’élève avec force vigueur. Plus exactement, il faut dire non seulement que cette stupidité a fortement pénalisé beaucoup d’entreprises qui ont réagi en sous-traitant à l’étranger, mais surtout qu’elle a fortement pénalisé…la nation, par quelque 20 milliards € versés aux entreprises en compensation (si Aubry a décidé cette compensation, c’est bien que, même elle, considérait qu’il y avait lieu de compenser une pénalisation) et par l’augmentation du chômage résultant inéluctablement de toute baisse d’activité des gens au travail. Sans oublier la « modération des salaires » qui a fait suite à la mesure.
    Tout cela, comme tout raisonnement économique, ne se démontre pas au sens strict. C’est simplement ce que montre la réflexion industrielle, mais vous avez le droit de penser autrement.

    PS. D’accord aussi sur votre PS2, mais certaines affirmations obligent parfois à réagir!…:-)

  36. Bigre.
    L’immense déficit français du commerce extérieur serait donc une chimère?
    Vous n’êtes pas crédible, Impat. Vous ne pouvez pas parler de 30M/an, accepter illico que c’est 30M/jour.
    Car naturellement je dirais pourquoi pas 30M/heure…
    Vérifiez vos chiffres, encore et toujours.

  37. roturier

    Faux. On s’occupe aussi à marier des P.D.
    Oups… Impat va dire que c’est grossier.
    Mais, Impat, la grossièreté est dans l’oeil de celui qui regarde.

  38. De toute façon, la meilleure preuve que le réchauffement climatique existe, c’est que tout le monde le dit.
    Non ?

  39. desavy

    Impat,

    « Cela est une affirmation contre laquelle je m’élève avec force vigueur. Plus exactement, il faut dire non seulement que cette stupidité a fortement pénalisé beaucoup d’entreprises qui ont réagi en sous-traitant à l’étranger, mais surtout qu’elle a fortement pénalisé…la nation, par quelque 20 milliards € versés aux entreprises en compensation (si Aubry a décidé cette compensation, c’est bien que, même elle, considérait qu’il y avait lieu de compenser une pénalisation) et par l’augmentation du chômage résultant inéluctablement de toute baisse d’activité des gens au travail. Sans oublier la « modération des salaires » qui a fait suite à la mesure. »

    Bien entendu, je maintiens cette affirmation.

    Cette mesure a effectivement ajouté des contraintes aux entreprises, qui ont réagi en cherchant à augmenter leur productivité, par exemple en sous-traitant à l’étranger comme vous le signalez.

    Lorsque j’écris que les 35 heures n’ont pas réellement pénalisé les entreprises, je n’écris pas qu’il en aurait été de même sans compensation. Vous n’évoquez d’ailleurs pas la principale compensation qui a été une augmentation de la flexibilité du travail. Les entreprises ont ainsi pu encore mieux s’adapter.

    Vos autres arguments (coût pour l’État, augmentation du chômage (il faudrait vérifier la relation) et modération des salaires) ne contredisent pas mon affirmation.

  40. … « une augmentation de la flexibilité du travail »…en France.
    Joli sens de l’humour !
    Vous savez, Desavy, pour savoir « s’adapter » les entreprises n’ont pas besoin de l’État et des bâtons que ce dernier leur met dans les roues. En l’occurrence, si les entreprises avaient jugé que baisser l’horaire à 35 heures pouvait améliorer leur productivité elles n’auraient pas attendu l’État pour négocier en ce sens avec les partenaires sociaux.

  41. Tibor, c’est parce que vous y aviez mis trop de liens…
    🙂

  42. desavy

    Impat,

    J’aime que vous appréciez mon sens de l’humour 🙂

    Mais il y a eu effectivement une augmentation de la flexibilité du travail. Les mots on un sens. Augmentation signifie par exemple que juste avant, il y en avait moins.

    Les entreprises n’ont pas jugé que passer aux 35 heures pouvait améliorer leur productivité. Elles ont augmenté leur productivité pour résister aux 35 heures.

    Je sais que les entreprises n’ont pas besoin des bâtons de l’État dans leurs roues, pour reprendre votre expression. Je n’ai jamais écrit cela. J’écris juste qu’elles ont su réagir.

    Cette capacité à réagir est d’ailleurs tout à leur honneur. Elles auraient pu pleurnicher, se poser en victimes. Elles ont continué à créer de la valeur.

  43. … « Mais il y a eu effectivement une augmentation de la flexibilité du travail. Les mots on un sens. Augmentation signifie par exemple que juste avant, il y en avait moins. »…
    Non, Desavy. Car la « flexibilité du travail » en France est égale à epsilon. Et comme vous le savez sûrement, en mathématique de l’infiniment petit : epsilon + epsilon = epsilon.
    De plus, et plus sérieusement, la dite « flexibilité du travail » a diminué avec la loi des 35h et RTT, en particulier parce que les heures supplémentaires furent quasi interdites.
    Enfin, plus globalement sur cette loi je tiens à dire ceci :
    Je peux comprendre qu’en toute sincérité certains socialistes aient désiré cette loi, dans le but d’améliorer, vu par eux, la vie des salariés. Ils se trompaient, ne voyaient pas les effets pervers, cependant l’objectif était louable. Mais prétendre après coup, comme le font encore les rares partisans de cette mesure, que cette loi aidait les entreprises dans leurs performances, c’est rechercher une justification a posteriori et tenter de s’exonérer de tout remord devant des résultats pour le moins décevants. Et cette position est …moins noble que l’objectif initial.

  44. desavy

    « Mais prétendre après coup, comme le font encore les rares partisans de cette mesure, que cette loi aidait les entreprises dans leurs performances, c’est rechercher une justification a posteriori et tenter de s’exonérer de tout remord devant des résultats pour le moins décevants. »

    Il faut le dire à ces personnes.

    Pour moi, le pire, et je l’ai plusieurs fois écrit, ce sont les gouvernants qui ont exercé le pouvoir depuis et qui n’ont pas eu le courage de revenir aux 39 heures.

  45. desavy

    Remarquez, Impat, je n’ai jamais lu nulle part que cette loi aidait les entreprises dans leurs performances. J’

  46. Ne pas corriger une faute n’est pas pire que la commettre, mais c’est en effet regrettable. Heureusement on s’achemine, pour 2017, vers la vraie solution: liberté de négociation au sein des entreprises ou des branches.
    Tout cela nous éloigne de l’éventuel réchauffement climatique, néanmoins il existe un point commun entre les deux affaires. Tout le monde ou presque en France a cru, en son temps, au bienfait des 35h. Tout le monde ou presque croit au réchauffement…

  47. desavy

    C’est exact que ne pas corriger une faute n’est pas pire que la commettre. Mais être de droite et ne pas supprimer les 35 heures me semble plus grave qu’être de gauche et les instaurer.

    Pour les 35 heures, je n’ai jamais cru qu’elles permettraient de réduire le chômage. Je ne pense pas avoir été le seul.

    Pour le réchauffement climatique, il me semble ne pas faire de doute (notez l’emploi de « semble »). La question est le rôle de l’homme dans ce réchauffement. Beaucoup de personnes mettent en doute ce rôle.

  48. Pour le réchauffement climatique, au risque de me répéter :

    L’activité humaine susceptible de provoquer un réchauffement date d’il y a env. 150 ans. La planète terre existe depuis env. 4 milliards d’années et (démontré sans ambigüité) a connu des cycles de réchauffement-refroidissement bien antérieurs à toute activité humaine ; des périodes + chaudes qu’actuellement et aussi + froides.

    Donc personne ne peut prétendre que le phénomène actuel est d’origine humaine ou irréversible. D’autant moins que l’effet de l’activité solaire, intense et proche, reste inconnu.

    Cette prétention sent bon l’auto-flagellation occidentale (inventée par les juifs certes mais bien améliorée par les églises, notamment la Sainte Romaine Catholique et Apostolique).

    C’est connu, nous avons péché et nous serons punis. Sauf si on récite 3 paters et 4 ave et on rachète une indulgence.

  49. roturier

    Pour les 35 heures, encore au risque de me répéter.

    Conformément aux lois de Newton (qui sont, encore et toujours, assez valables pour notre quotidien sur la surface du globe) notre environnement est régi par des règles de conservation (énergie, masse etc…) : rien ne se perd, rien ne se crée, le total reste constant.

    Il est donc tentant de transposer ces règles au domaine économique et social. Traduisons : la quantité du travail étant donnée, dans un pays où certains en ont et d’autres pas, il suffit de réduire le travail des uns pour en donner aux autres.

    D’où la « réduction du temps du travail » comme solution au chômage.

    Sauf que les idéologues ne sont pas techniciens et encore moins scientifiques ; ils connaissent mal les lois de Newton.
    Car ces lois commencent par « dans un vase clos… ».

    La France n’ayant plus de frontières économiques et les frontières politiques s’escamotant à vue d’œil, le vase France est perméable au possible, communiquant avec tous les autres. Le « vase clos » est donc, en première approche, la planète terre.

    En conséquence les 35 heures en France ont effectivement créé des emplois ; en Allemagne et en Suède, en Chine et en Inde. Pas en France.

    D’où la célèbre saillie de Gerhardt Schroeder : « la réduction du temps du travail en France est une excellente nouvelle pour l’économie allemande ».

    Restons honnêtes : cette stupidité franchouillarde, que « tout le monde nous envie » mais personne n’aurait l’idée suicidaire d’appliquer chez lui, ce clin d’œil salace à toute la population disant « moins tu bosses et mieux tu te portes », et une coproduction gauche-droite.

    Rappelons nous la loi « Robien » de 1996 (Président Chirac, premier ministre Juppé) et le maintien des 35 heures en 10 ans de gouvernance de « droite « de 2002 à 2012…

    Pauvre France.

  50. Guenièvre

    Bonjour à tous ! discussions intéressantes pour ceux qui, comme moi n’ont pas trop d’avis sur la question
    Hors sujet mais quelque chose m’intrigue : pourquoi y-a-il des intervenants rouges et des intervenants noirs ? Pourquoi « roturier » est parfois rouge, parfois noir ? ( je parle de votre pseudo roturier, évidemment pas de vous ) 🙂

  51. Sans doute les accès de colère, lesquels seraient donc passagers: c’est une bonne nouvelle. 🙂

  52. Bonjour Guenièvre, je vous propose, sans garantie, une explication plus technique. Le nom apparaît en rouge quand l’intéressé a affiché un site, le sien ou un autre, ou un « profil »en s’inscrivant sur WordPress pour commenter. En ce cas, un clic sur ce nom rouge vous envoie sur son lien. Si aucun lien n’a été « entré » le nom apparaît en noir.
    Et si un commentateur, adepte de Stendhal, est parfois noir parfois rouge, c’est que probablement il intervient à partir de deux ordinateurs différents et qu’il n’a entré son site ou son profil que sur l’un des deux.

  53. Guenièvre

    Merci Impat !

  54. Et moi qui croyais que le contenu compte plus que la couleur.
    Racistes !!!

  55. roturier

    Cela dit: la première « entrée » dans une séance donnée génère un pseudo rouge cliquable donnant sur mon « profil » (qui est en l’occurrence vide vu ma modestie légendaire).
    La deuxième (et les suivantes dans la même séance) génère un pseudo noir sans accès aux infos me concernant.
    Le 14H28 est rouge, l’actuel noir, car j’ai laissé « Antidoxe » ouvert sur mon ordi entre les deux.

  56. Roturier, … « j’ai laissé « Antidoxe » ouvert sur mon ordi »…
    Excellente habitude, recommandée à tout le monde !…:-)

  57. Si mon hypothèse 14H58 est exacte cette « excellente habitude » n’est pas la vôtre.
    Vous êtes toujours affiché en rouge; vous quittez donc systématiquement la séance Antidoxe entre deux interventions.

  58. C’est la devise politique universelle, Roturier:
    Faites ce que je dis, pas ce que…

  59. …surtout quand on s’affiche en rouge.

  60. Là, mystère.
    Car vous êtes 2 fois en rouge alors que les deux interventions sont dans la même minute.
    Entrée-sortie-rentrée prestissimo?
    Impat + rapide que son ombre?

  61. Et je vous garantis que mon ombre est déjà très très rapide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :