Saint âne.

Le vieux Pierre gagnait sa croûte en gardant la tombe d’un vénérable saint située non loin du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Des pèlerins de passage faisaient régulièrement le petit détour pour accéder à la tombe, prier et laisser une petite aumône au gardien pour l’entretien du lieu.

Un jour la fille de Pierre, la splendide Elsa, tomba amoureuse de Paul, un bel orphelin. Mais le père était rétif à leur union. Il exigea que Paul fasse d’abord preuve de sa capacité de subvenir aux besoins de sa fille. Il proposa de lui prêter, à titre d’essai, son vieil âne, pour que le garçon puisse circuler dans les villages environnants, commercer avec les paysans et démontrer pouvoir gagner de l’argent.

Ainsi fut fait. Mais à peine le voyage du jeune homme commencé que l’âne tomba malade et mourut. Le pauvre Paul, après avoir enterré l’animal, s’assit par terre et, certain d’avoir perdu sa promise,  pleura toutes les larmes de son corps.

Sur ces entrefaites une caravane de marchands passa dans les parages. Voyant le jeune pleurer ils demandèrent les causes de sa détresse.

Se rappelant le métier de son putatif beau-père il répondit : « J’ai enterré un saint homme qui vient de mourir ici-même et je pleure sur sa tombe ».

Ne pouvant rester de marbre devant tant d’abnégation les marchands donnèrent de l’argent au jeune et racontèrent l’histoire à toute la contrée.

Bientôt c’était la cohue, des fidèles accoururent de partout pour faire leurs dévotions et naturellement, donner l’aumône au gardien.

A tel point que personne ne rendait plus visite au beau-père et il se trouva fort dépourvu. Voulant constater la source de son malheur de visu, il alla voir la tombe de « l’autre » saint.

Et quelle fut sa surprise en voyant Paul récolter la monnaie.

« Mon cher futur gendre », dit le vieux. « Mes plus chaleureuses félicitations. Mais sache que ton saint est le fils du mien ».

 Quidam de la Roture

Un commentaire

  1. Guenièvre

    C’est une parabole roturier ? Vous faites un concours où il faut trouver une chute ? 🙂

     » Mieux vaut compter sur son âne que sur la jument du voisin »
     » A la Saint- An’ atole Confiture dans la casserole ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :