Quand viendra le jugement des juges

 

La boutade circulait depuis plusieurs années : A quoi reconnaît-on un imbécile ? A celui qui affirme : « Je crois en la justice de mon pays ». Depuis hier, ce n’est plus une boutade. C’est une réalité. Une tragique réalité. Un Procureur a requis deux mois de prison ferme contre un prévenu. Et un juge a suivi ses réquisitions. Bien fait pour ce violeur multirécidiviste, me direz-vous. Il faut bien qu’il comprenne. Deux mois à l’ombre qui vont lui permettre de réfléchir un peu tout en mettant la société temporairement à l’abri de ses pulsions. Et tant pis si le Ministre de la justice clame que la prison ne peut pas être la seule peine de référence.

Oui, mais il ne s’agit pas d’un violeur, ni d’un assassin. Il s’agit d’un étudiant de 23 ans. Sans passé judiciaire. Parfaitement inséré dans la société. Délit officiel : avoir osé s’enfuir face à des policiers qui le poursuivaient armés de leur taser, et avoir refusé de se plier aux tests ADN. Condamnation et incarcération immédiate à Fleury-Mérogis. Délit officieux : être opposé au « mariage » homosexuel. Délit d’opinion. Délit politique. Qui est le représentant de l’injustice qui a condamné ? Probablement un membre du Syndicat de la Magistrature. Ce syndicat qui dénonce habituellement les tests ADN ; qui clame que la prison n’est pas la solution ; qui proteste contre les violences policières. Mais son indulgence est à géométrie variable. Elle vaut pour les assassins d’enfants, les immigrés clandestins et les violeurs de femmes. Pas pour ses ennemis politiques. Des ennemis politiques, ce syndicat en a beaucoup. Il les appelle « les cons ». Parmi eux, le père d’Anne-Lorraine Schmitt, jeune fille de 23 ans massacrée par trente-quatre coups de couteau donnés par un récidiviste qui voulait la violer.

Anne-Lorraine, 23 ans, est au ciel. Nicolas, 23 ans, est au trou. Le juge du syndicat de la magistrature, lui,  est en vie. Il est libre. Mais il peut trembler car le temps du jugement des juges n’est peut-être très loin.

Tribune Libre de Thierry Breton pour Infos-Bordeaux, publié le 21 juin 2013.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2013, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://www.infos-bordeaux.fr/].

 

28 Commentaires

  1. kravi

     » le temps du jugement des juges n’est peut-être très loin « .
    Vous voulez rire ? Il n’y a pourtant pas de quoi.

  2. roturier

    Lequel Thierry Breton? Pas celui-ci, j’imagine?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Thierry_Breton

    En tous cas le titre ressemble furieusement à une couverture du « Causeur » de début juin:
    « Qui jugera les juges? ».

  3. desavy

    Une sorte de jugement dernier…

  4. Desavy,… « Une sorte de jugement dernier… »…qui peut donc arriver à tout moment. 🙂

  5. desavy

    Impat, si j’en crois les Textes, il y aura des signes annonciateurs. Ne vous inquiétez pas trop 🙂

  6. …  » il y aura des signes annonciateurs »…
    La théorie de genre n’en serait-elle pas un ?

  7. desavy

    Je vois dans cette théorie une fumisterie comme il en existe des tonnes, sans autre importance que celle qu’on veut bien lui donner. Je milite plutôt contre l’emploi du terme « genre » à tout propos, par exemple « genre, la ministre que l’on congédie ». Je me demande si le verbe « congédier » a vraiment sa place dans mon exemple.

  8. Et le MPT, et la PMA, la GPA, l’euthanasie que Hollande veut à tout prix légaliser, malgré les avis défavorables émis par le rapport Sicard et le CCNE !

  9. Souris donc

    Les lois antiphobiques sont un pur prétexte pour pouvoir embastiller pour délit d’opinion. C’est ce qui s’en passé avec Nicolas de Fleury Mérogis, le prisonnier politique français.
    Autre pétition :
    http://petitions.institutpourlajustice.org/2poids-2mesures/petition.php?utm_source=mail20130622&utm_medium=lien-page-miroir&utm_campaign=2poids-2mesures

  10. Le CNCE (Comité consultatif national d’éthique).

  11. Lisa

    Je pense comme Desavy que c’est le jugement divin…

  12. desavy

    Je savais que ce titre me rappelait quelque chose.

    Car avant même de juger le criminel et l’innocent,
    Ce sont les juges tout d’abord qu’il faudra bien que l’on rassemble.
    Qui sortiront de leurs tombeaux, du fond des siècles, tous ensemble,
    Sous leurs galons de militaire ou leur robe couleur de sang,
    Les colonels de nos falots, les procureurs dont le dos tremble.
    Les évêques qui, face au ciel, ont jugé ce que bon leur semble,
    Ils seront à leur tour aussi à la barre du jugement.

    Extrait du Jugement des juges de Robert Brasillach.

    http://archives-fr.novopress.info/13290/robert-brasillach-le-jugement-des-juges/

  13. Cet extrait provient, votre lien le montre, de « Poèmes de Fresnes ». Un peu de sentiment vengeur se mêlait peut-être au jugement…

  14. desavy

    Peut-être aussi le peu d’espoir sur le sort qui l’attendait.

  15. desavy

    Un ti coucou à nos amis qui n’ont pas eu l’air d’apprécier mon post du 4 juillet.

    http://www.causeur.fr/marcela-iacub-ectogenese-liberation,23333/comment-page-1#comments

    Mais je vais vous avouer un truc, j’apprécie Marcela Iacub.

  16. Guenièvre

    Moi aussi Desavy, je la trouve complètement allumée mais il y a une grande cohérente dans ses raisonnements . C’est assez fascinant de l’écouter parfois …

  17. desavy

    Les écrivains, penseurs ou artistes allumés ont un certain charme.

  18. @ Desavy et Guenièvre,
    Vous appréciez Iacub, même lorsqu’elle écrit des inepties comme celle ci ? L’habit ne fait pas la femme.

  19. desavy

    Ce texte ne diffère pas du reste de son œuvre. Oui, j’apprécie sa cohérence, son originalité, l’esthétisme de son écriture et la façon dont elle est arrivée à se faire détester par les gros bataillons du féminisme gnangnan.
    Mais cela ne signifie pas que je suis d’accord avec ses thèses. C’est comme si je regardais une œuvre d’art 🙂

  20. Guenièvre

    @ Patrick,
    Cet article est typique de la démarche de Marcela Iacub. Elle y pousse les féministes dans leur retranchement : si vous dénoncez, leur dit-elle, l’attention excessive que les femmes portent à leurs corps, si vous voulez l’égalité absolue, il faut aller jusqu’au bout et dénoncer tout dimorphisme sexuel et toute préoccupation consistant à s’habiller et à se parer différemment des hommes. Ensuite elle fait une analyse intéressante de l’historique du vêtement féminin et masculin puis elle divague complètement en essayant d’imaginer une façon autre et individuelle de stimuler le désir que le jeu traditionnel de séduction entre les hommes et les femmes … Vous parlez d’ineptie mais on peut prendre cela comme un jeu intellectuel.
    Ceci dit je ne suis pas d’accord avec son postulat de départ . Je crois que l’on peut cultiver des différences entre hommes et femmes et arriver à une égalité complète des droits et à une égale dignité…

  21. desavy

    « Je crois que l’on peut cultiver des différences entre hommes et femmes et arriver à une égalité complète des droits et à une égale dignité… »

    Oui, parce que, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire sur ce beau forum (je fais attention car j’ai cru comprendre que nous étions espionnés, et pas seulement par les Américains – Obama, yes we scan), on prend un malin plaisir à mélanger différence et inégalité. Nous sommes différents mais égaux. Enfin, il faudrait.

  22. Si vous permettez, Desavy, « espionnés » ne saurait être le mot juste puisqu’il est loisible à tout un chacun de lire Antidoxe. De même que tout un chacun peut, en respectant la charte, venir s’y exprimer dans les commentaires. Mais on peut comprendre que certains et certaines dépité(e)s n’osent pas s’y montrer.

  23. desavy

    Je permets Impat, je permets, même si je sais que le second degré ne m’a pas beaucoup réussi. C’est vrai, il y a une charte 🙂

  24. Et il y a des dépités sortants, et d’autres sortis…

  25. QuadPater

    On se fait plaisir pour pas cher en annonçant que « le temps du jugement des juges n’est peut-être très loin ».
    Pour qu’une menace soit efficace, elle doit d’abord être vraisemblable. Or à l’heure actuelle les juges, ne craignant personne, peuvent appliquer l’idéologie de leur choix dans leurs actions quotidiennes, personne ne les sanctionne ni même les contrôle.

  26. desavy

    Ce n’est pas une menace Quad, on pourrait appeler cela une prophétie.

    « Qui sortiront de leurs tombeaux »

  27. QuadPater

    Un substitut d’Eure-et-Loir signifie la remise en liberté sèche (= pure et simple) de 3 délinquants qui devaient être écroués, sous prétexte de manque de place dans la prison de Chartres.
    Il n’y a pas de trace écrite de la consigne, qui a été donnée par téléphone.

  28. kravi

    Il existe un Institut pour la Justice que vous trouverez facilement sur le net.
    http://www.institutpourlajustice.org/
    Il propose des actions concrètes et des réflexions sur ce thème.
    Vous ne serez pas étonnés d’apprendre qu’il est classé à l’extrême-droite par les tenants du Bien.
    Le livre de Xavier Bébin « Quand la justice crée l’insécurité » a été tout aussi critiqué que celui d’Obertone. Il paraît cependant documenté et objectif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :