Non concerné, non motivé ?

CM4 

C’était vers la fin de l’ère Jospin. Souvenez-vous, quelques jours avant l’élection présidentielle qui devait éliminer le candidat socialiste dès le premier tour, un fait divers avait agité les esprits et quelques médias. Un homme âgé avait été attaqué à son domicile, cambriolé et battu à mort. Aussitôt le thème de l’insécurité était venu, ou revenu, en première ligne. Une ancienne phrase du premier ministre Lionel Jospin prétendant  que l’opinion se trouvait seulement victime d’un « sentiment d’insécurité » était citée et répétée à l’envi afin de mettre en relief l’inaction des autorités devant l’insécurité montante.

Tout cela, hormis le drame de la victime, n’était que le jeu politique classique consistant de part et d’autre à décrédibiliser l’adversaire.

Mais après l’élection, le commentaire d’un intervenant, débatteur ou journaliste d’une chaîne de télévision, avait ajouté une question à la question. Citant un sondage effectué dans un petit village (d’Alsace si la mémoire ne me trompe pas) il s’étonnait que les électeurs aient pu placer l’insécurité en tête de leurs motivations de vote, alors que ce territoire n’avait pas connu depuis bien longtemps le moindre crime, la moindre violence. Comment était-ce possible, ces électeurs pourtant n’étaient en rien concernés, quelle idée bizarre avait-elle pu s’emparer de leurs esprits simples pour les amener à se mêler d’un problème inconnu de leur collectivité ?

Cet intervenant n’imaginait pas un instant qu’un citoyen puise se déterminer en fonction de ce qu’il pense être l’intérêt général, l’intérêt du pays. Et pas seulement en fonction de son propre cas ou des avantages et inconvénients pour sa communauté, que cette dernière soit territoriale, religieuse, ethnique, sexuelle, sociale, que sais-je encore. Peut-être avait-il oublié, comme beaucoup d’autres, que la devise républicaine comporte un troisième terme après liberté, après la sainte égalité : fraternité.

Était-il le seul, cet intervenant, à supposer les Français aussi individualistes, indifférents aux autres, voire égoïstes ?

Rapprochons-nous du temps présent. Après les grandes démonstrations de la « Manif Pour Tous », combien de lignes n’a-t-on pas lues, combien de sentences n’a-t-on pas entendues, sur le thème :  Pourquoi manifestent-ils, ces…(là on place, au choix : fachos, cathos, voire homophobes, voire tout ça en bloc) alors que la loi Taubira donne des droits nouveaux aux homos mais « ne leur enlève rien à eux » ?

Quel aveu de la part des partisans de cette loi ! De même que l’intervenant cité plus haut, ils estiment qu’on se détermine en fonction de ce qu’on nous apporte ou de ce qu’on nous enlève. Mentalité de marchandage à court terme, de donnant-donnant, d’opinion achetée.

Eh bien détrompez-vous messieurs les faiseurs de loi « sociétale de progrès ». Car s’il est bien vrai que la loi Taubira n’enlève rien à ses opposants, cette opposition est loin, bien loin, de raisonner en termes d’avantages octroyés ou refusés. Ce n’est pas eux-mêmes qu’ils pensent, ces opposants, ce n’est pas à leur propre manière de vivre. Ce n’est même pas à leurs enfants, même pas à leurs petits-enfants, mais peut-être, oui, aux petits-enfants de leurs petits-enfants.

Que risque attend en effet l’humanité dans trois, dans cinq,  dans dix générations ? Où peut nous conduire un jour cette théorie du genre, quelle civilisation va naître avec cette possibilité d’achat de bébés ouverte sans contrôle ? Comment ne pas imaginer que déjà, dans certains pays, se préparent des « entreprises » de production et de ventes d’enfants ?

Rien de tout cela n’est sûr. Mais tout cela devient concevable.

« Cela ne vous enlève rien ! ». Terrible thèse. Thèse qui pourrait bien cacher un sentiment vrai dont seraient victimes les accusateurs, et qui les porterait à agir surtout en fonction de leurs intérêts ; ou de ceux de leur caste. Ces personnes sont-elles donc incapables de penser aux générations futures, à l’avenir de l’humanité ? N’auraient-elles, ne connaîtraient-elles, que le souci du bonheur immédiat (puisqu’on s’aime…) sans préoccupation du surlendemain et des siècles à venir ?

 

 

 

 

32 Commentaires

  1. Je suis globalement d’accord avec votre article, Impat, avec toutefois quelques réserves :
    – Je pense bien à mes petits-enfants, dans quelle ambiance vivront-ils ? Confusion des genres ? Islamisme institutionnalisé ? Banqueroute généralisée ? Polygamie légalisée ? Euthanasie instituée, permettant de mettre fin aux problèmes financiers des retraites ?
    – Le MPT : « Cela ne vous enlève rien ! ». Je suis bien d’accord que ces manifestations anti ne sont pas des revendications marchandes. Mais le MPT m’enlève la haute opinion (relative) que j’avais du mariage. Je suis marié, c’est bien parce que j’estime cette institution, je m’engage devant la société et accepte des devoirs, mais en contrepartie, l’institution m’apporte une certaine protection et des droits.
    Elle a été salie, bafouée, dévoyée de son sens originel multimillénaire. J’estime donc que j’y ai perdu quelque chose, au moins cette estime. Et je ne suis pas le seul à le penser. Atlantico publie un article éloquent à ce sujet.
    Mais là non plus, je n’y suis pas favorable. Cela reviendrait à ré-instituer une Eglise d’Etat, où alors il faudrait l’ouvrir à toute religion, confession ou secte. Avec son cortège d’exigences, comme la polygamie pour les musulmans etc.
    Bref, j’estime qu’avec le dévoiement du mariage, j’ai perdu quelque chose d’important.

  2. Erreur : c’est La Vie, et non Atlantico.

  3. desavy

    Un article qui contient quelques questions et qui encourage à proposer quelques éléments de réponse.

    Si on observe les évolutions des derniers siècles, on peut constater le développement de l’individualisme, inhérent à la démocratie. Attention, je ne me lance pas dans la tarte à la crème de l’individualisme mais j’insiste sur le lien entre démocratie et individualisme, lien déjà montré par Tocqueville.

    Cet individualisme conduit à la recherche de son propre intérêt (le lien est logique) d’autant plus que la recherche de l’intérêt individuel peut augmenter l’intérêt général (métaphore de la main invisible d’Adam Smith). On peut ajouter à cela la fameuse réponse de JM Keynes quant on évoquait devant lui le long terme : « à long terme, nous serons tous morts ». J’ai mis des guillemets mais je ne garantis pas l’exactitude de la citation.

    Cela pour expliquer le comportement décrit par Impat. Concrètement, on peut aussi le retrouver dans la notion de vote sur enjeu (même si l’enjeu peut porter sur des questions morales et là nous sortons de ce comportement) ou dans l’analyse coût-avantages qui fait que l’on va voter pour le candidat qui maximise les avantages tout en minimisant le coût.

    En résumé, il faudrait être un Saint pour ne pas penser qu’à soi.

  4. Vous avez raison, Patrick, nous avons tous perdu quelque chose avec
    cette loi. Je me rappelle d’ailleurs avoir hésite sur ce p oint en écrivant
    le passage incriminé . Je l’ai maintenu car je pense que l’essentiel réside dans le risque anthropologique pour les générations futures lointaines. Et je ne voulais aller qu’à l’essentiel.

  5. Desavy, alors il y a beaucoup de saints: enfin une bonne nouvelle !

  6. Souris donc

    Que le mariage gay ne retire rien aux autres. Si ! Puisqu’on en est aux normes en toute chose et au principe de précaution, le mariage est un standard, une référence. On est tous plus ou moins divorcés, cocus ou adultères, monoparentaux ou avec des enfants cachés. Bref, on n’est pas forcément des modèles de vertu. Comme il y a un droit de l’enfant, et non un droit à l’enfant, il n’y a pas de droit au mariage. Le droit au mariage est une absurdité sémantique. Le mariage en tant que référence ne peut être que tourné en dérision par le mariage parodique. C’est en ça que le mariage gay retire quelque chose aux autres, il est une atteinte à la référence.

  7. Souris donc

    Depuis Papy Voise qui a valu à Jospin de perdre la présidentielle, on a changé de paradigme. Les journalistes et les images choc ne forment plus l’opinion. C’est sur Internet que ça se passe. Que les infos circulent, que l’opinion s’exprime librement, sans être muselée (pour l’instant) par le politiquement correct et ses lois antiphobiques.
    Le pouvoir en est tellement conscient qu’il est en train de préparer un très sale coup, pour verrouiller cette liberté d’expression par des dispositifs officiels et obligatoires de censure et de délation. C’est Vallaud-Belkacem qui est à la manœuvre.
    http://www.pcinpact.com/news/81010-fai-et-hebergeurs-tenus-denoncer-propos-sexistes-et-homophobes.htm

    D’ailleurs Papy Voise s’est updaté, à présent les héros de l’opinion sont Jérôme Kerviel et Edward Snowden. Deux traîtres à leur employeur. Mais applaudis comme des guignols qui tapent sur le gendarme.

  8. Guenièvre

    Je suis bien d’accord avec souris : quand on change la définition et le sens d’une institution on les change pour tous !
    Et vous abordez un problème très juste Impat, les partisans de la loi ne pensent qu’en termes d’intérêt individuel et catégoriel ( mais c’est les anti que l’on accuse d’être « égoïstes » ! ) , l’intérêt général et le symbolique leur sont complètement étranger.
    Avec : « Cela ne vous enlève rien ! » le deuxième argument tout aussi inopérant à mon avis était :  » Cela ne concerne qu’une minorité ! ». Cela importe peu finalement que cela ne concerne qu’une minorité, ce qui compte ce sont les retombée sur l’esprit public . Et ,comme vous le dites Impat, ces retombées se verront à au bout de plusieurs générations. Le troisième argument est le suivant : « toutes les dérives que vous signalez sont aussi le fait de couples hétérosexuels. »Certes , des couples hétéros ont aujourd’hui recours à la PMA mais dans des conditions bien précises de « stérilité ».
    « Comment ne pas imaginer que déjà, dans certains pays, se préparent des « entreprises » de production et de ventes d’enfants ? »
    Aux Etats-Unis, un top-model peut vendre ses ovules 30000 dollars , un étudiant son sperme 300 ou 400 dollars la dose. De quoi arrondir les fins de mois…On peut suivre sur Internet les antécédents des donneurs , signer des contrats avec des laboratoires . Certains d’entre eux sont spécialisés en parents de type scandinave , d’autres en parents homosexuels. La « mère porteuse » fait fureur à Hollywood chez les couples homos mais aussi chez les couples hétéros. On voit aujourd’hui des pancartes « utérus à louer « …
    On pourra ainsi bientôt être « mère » de cinq façons : mère génétique, mère utérine, mère éducative, mère affective, mère légale….

  9. Mère supérieure, mère honoraire, mère veilleuse, mère de glace, mère poule, etc.
    🙂

  10. Guenièvre

    Question : est-ce que l’on peut encore parler de « procréation » pour la naissance de ces enfants ou de « production » ?
    D’ailleurs ne dit-on pas déjà maintenant que l’on a un « projet d’enfant » , un « projet parental ». L’enfant comme « objectif », comme « objet » .
    Le vocabulaire trahit les préoccupations de l’époque. Il ne s’agit pas de dérives mais d’une logique.

  11. Guenièvre

    🙂 !

  12. desavy

    Guenièvre,

    De même que depuis plusieurs années, on parle d’investissement dans l’éducation. De même que l’on fait parfois dépendre l’argent de poche des résultats et des services rendus (on pourrait y voir l’achat des résultats scolaires et la rémunération des services rendus par les enfants). La famille est pervertie depuis qu’en son sein l’échange marchand tend à remplacer l’échange de dons. Les sociologues proches du Mauss l’écrivent depuis des lustres. Les altermondialistes dénoncent depuis plusieurs années la monétisation du monde.

  13. Desavy, il me semble que voyez l’argent partout, et que c’est à tort. Lorsque certains parlent d’ investissement dans l’éducation ils peuvent avoir en tête l’effort que
    poursuit la nation en matière de niveau de ses enfants.
    Ce n’est pas qu’une question d’argent.
    Ce mot investissement que vous semblez détester ne renvoie pas toujours aux valeurs marchandes, loin s’en faut.

  14. desavy

    Impat, pourquoi je détesterais un mot ? C’est la gauche qui a peur des mots et qui impose les siens. Détester un mot n’a aucun sens.
    Je ne vois pas l’argent partout. Je remarque juste que l’échange marchand est entré dans la famille, dans la société et dans le vivant.
    Mais, comme le fameux nuage s’est arrêté à nos frontières, l’échange marchand devrait s’arrêter, par on ne sait trop quel miracle, avant la procréation. Vous avez parlé plusieurs fois de curseur. Mais vous voyez, le curseur a peu de chances de se poser là où vous le souhaitez.

    Guenièvre a parlé de production, moi d’investissement… Pensez-vous qu’elle déteste la production ?

  15. Exact, Souris.
    Mais ce n’est pas Papy Voise; c’était les 35H. Je me rappelle les cris d’orfraie du NouveObs à partir du 22 avril 2002 comme hier.

  16. Investissement, production…qu’elle vocation affairiste ! :-).

  17. desavy

    Impat, vous avez une bien mauvaise image de l’économie.

  18. desavy

    Impat,

    « Comment ne pas imaginer que déjà, dans certains pays, se préparent des « entreprises » de production et de ventes d’enfants ? »

  19. Mais non. Il a mis un smiley.

  20. desavy

    Vous avez raison roturier, j’ai du mal avec la modernité.

  21. Guenièvre

    Oui, Desavy c’est très intéressant ce qui a été écrit sur le remplacement du don par l’échange marchand. Il faudrait en faire un billet ? Les altermondialistes ne disent pas non plus que des bêtises mais leur tort est de faire de la systématisation.

  22. Guenièvre

    On parle souvent des théoriciens du genre aux USA mais il faut savoir qu’il y a , en France, des intellectuels qui partagent ces théories et qui militent pour leurs application . http://fr.wikipedia.org/wiki/Didier_Eribon
    « Les nouveaux droits accordés aux homosexuels ne laissent pas la société dans son homophobie latente mais ont un effet de déstabilisation de l’ordre familial, sexuel, de genre, beaucoup plus fort que la subversion incantatoire .  » Didier Eribon
    Il est dit ici tout net que l’objectif est de détruire ( déstabiliser ) la société basée sur l’hétérosexualité parce qu’elle serait la cause des rapports de domination.

    Didier Eribon s’en prend aussi à la psychanalyse ( c’est Quad qui va être content ! 🙂 ) car elle conforterait le modèle hétérosexuel…
    Les politiques sont naïfs, eux qui ne voient que des voix à récolter …

  23. Un passage sur Eribon dans Wikipédia, qui en dit long en effet…:
    « a toujours insisté sur le fait que le droit au mariage pour les couples de même sexe, revendiqué en termes d’égalité des droits (accès pour tous à des droits existants), n’était, à ses yeux, qu’un aspect d’un processus beaucoup plus large, et en grande partie imprévisible, d’invention et de création de nouveaux droits (reconnaissance »…

  24. desavy

    Oui, là aussi, pourquoi ne pas en faire un billet ? Je ne sais pas si cela serait très opportun.

  25. Lisa

    C’est vrai, l’interet général n’interesse plus grand monde. On le voit aussi au moment des élection, chacun vote pour celui qui défendra ses interets.

  26. Lisa

    Vous me l’enlevez du clavier !

  27. desavy

    On en fera un Camp 🙂

  28. grandgil

    « N’auraient-elles, ne connaîtraient-elles, que le souci du bonheur immédiat (puisqu’on s’aime…) sans préoccupation du surlendemain et des siècles à venir ? »
    C’est bien pire que cela, ils ne songent qu’à leurs propres intérêts et ceux de leur milieu, les autres ils n’en ont rien à foutre

  29. On n’en avait pas seulement l’impression, Roturier. Tous les sondages auprès de cette population le montraient, c’est un constat.
    Cela rejoint le thème de l’article: ils considèrent que c’est leur intérêt. Il n’est d’ailleurs pas certain qu’ils aient raison, même du point de vue de leur intérêt, car l’augmentation du chômage les touche probablement beaucoup.

  30. On a déjà évoqué, Impat, les risques inhérents à l’illusion de pouvoir deviner ce que l’adversaire devrait considérer comme « son intérêt ».
    Il n’est pas dans votre tête et vice versa.
    C’est comme la logique qui voudrait que l’ennemi ait deux alternatives d’action.
    On constate souvent qu’il a choisi la troisième.
    Donc, comme j’estime qu’ils ne sont pas stupides (il est plus prudent de croire ça que l’inverse), je crois qu’ils savent ce qu’ils font lorsqu’il votent de la sorte.

  31. Lector

    – Le MPT : « Cela ne vous enlève rien ! ». Faux.

    Ce qui est formidable dans la bêtise de ce sophisme : un droit qui n’enlèverait rien aux autres (lesquels ? Tout non hétérosexuel supposément), c’est de nous l’avoir livré !
    Car, et c’est une juriste qui le rappelait en temps d’auditions parlementaires, en matière d’adoption des pays partenaires refuseront celle-ci à la France dès lors qu’elle pourrait être celle de parents homosexuels.
    C’est donc la possibilité d’adopter qu’avait le couple hétéro qui est remise en question par la loi Taubira dans le partenariat avec ces pays.

    Et si cette loi retire un droit à la majorité elle ne peut être d’intérêt général, bonne pour tous ; dans la restreinte, elle favorisera de fait pour y palier les pratiques de PMA et de GPA … ce que cela implique à long terme ; dans les siècles.

    Sur ce dernier point prospectif c’est encore l’indigence intellectuelle de la contradiction à l’opposition qui force la réponse : c’est à coups répétés de « mais non le monde ne va pas ou ne s’est pas effondré » que s’impose ce besoin de précision chronique qui nous semblait être une évidence, d’autant qu’étayée, à renfort d’arguments longuement déployés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :