Un baptême normand entre les deux guerres.

Baptême Ouche

Dans les années soixante on y jetait encore des sorts. Beaucoup s’en effrayaient, on en tenait compte pour prévoir les dates favorables, pour construire ou non la nouvelle grange. Les mères ne manquaient pas de s’assurer auprès du voisinage que le « promis » de leur fille n’avait jamais été victime d’un mauvais sort. Or c’était parfois le cas, si une autre fille avait eu des vues sur le garçon. Un espoir déçu, ça demande vengeance. On jetait des sorts aux voisins qui vous portaient tort, et leur vie devenait impossible tant qu’ils n’imploraient pas le pardon: maladies, accidents,  affaires manquées…

Cela se passait en Pays d’Ouche.

Où ? En Pays d’Ouche, ce coin de Normandie blotti entre Maine, Perche, et Pays d’Auge.

Bocage, prairies plus vertes que vert, paisibles vaches dans les prés nuit et jour. Dédale de chemins reliant les fermes et les champs. Villages calmes et paisibles sauf les jours de marché. Maisons de poutres et torchis, aux façades crépies ou chaulées, avec leurs portes et fenêtres bordées de briques rouge sombre. Toits de tuiles brunes, percés de cheminées fumantes. Souvent fumantes, car on s’y chauffait au feu de bois et de tourbe. Et on s’y chauffait souvent car l’air est humide. Tout est humide, chemins, prés d’herbe grasse brillant sous la rosée, toits luisants, air mouillé. Un pays sévère, au décor de sapins sombres et aux légendes terrifiantes.

Toujours en vue, d’un côté ou de l’autre, la forêt. Garnie au printemps de jeunes feuillages vert tendre saupoudrés des tâches sombres de sapins, à l’automne de couleurs multiples mais toujours brillantes de rosée ou de pluie. Entre les forêts, les prairies ou les vaches aux pis impressionnants errent nonchalamment entre les pommiers.

Pays sévère, mais paysans joviaux qui pour rien au monde ne manqueraient une occasion de faire la fête. Les saints patrons de chaque village, la Saint-Jean d’été, les fêtes religieuses, et les événements familiaux heureux : mariages, communions, baptêmes…Ces jours-là, on faisait bombance. Voici les deux menus, déjeuner puis dîner, d’un baptême en Pays d’Ouche dans les années trente. Une quarantaine de convives, dont le curé du village, et un oncle doué en dessins et en humour, auteur de l’image figurant en-tête de ce billet. Image qui avait orné, en son temps, les menus distribués aux invités.

 Menu du Déjeuner

 Melon

Bouchées Financières

Filet de Bœuf sauce Madère

Haricots verts

Poulet rôti au Cresson

Salade Mimosa

Glace

……………..Cigarettes

Fours Glacés assortis

Dragées

Vins   Café   Liqueurs

 Menu du Dîner

 

Consommé velouté

Macédoine de légumes

Poulardes sauce Ivoire

Galantine à la Gelée

Salade

Diplomate au Kirsch

Fruits

Dragées

Vins   Café   Liqueurs

 Vous avez encore bon appétit ? Rassurez-vous, on remettait ça le lendemain, en plus consistant pour combattre la fatigue des rires, des discussions et des joutes verbales. Car pour sûr, quelques mauvais sorts ayant pu être jetés, y’faut bouère un coup pour oublier,  ou pour protéger not’bébé.

Et puis, comme il va de soi, un baptême demande surtout le recueillement.  On banquettera plus encore au prochain mariage.

64 Commentaires

  1. roturier

    Il est pas mal, l’Impat, lorsqu’il ne mentionne ni Sarko ni Hollande.

  2. Isa

    On dirait  » la petite fadette »

    Encore des histoires…

  3. roturier

    Fadette? Facture détaillée?

  4. Skarda…. « Cigarettes ! »…et tout le monde pensait, en prémonition, au whisky et aux p’tites pépées.

  5. isa

    J’y pensais en l’écrivant, Roturier.
    Non, ça concerne plutôt les djinns, pas les jeans.

  6. Ces repas étaient souvent des intraveineuses de cholestérol glycémique.
    MAIS ce n’est pas pour cause de régime qu’on doit s’interdire la lecture du menu.

    D’ailleurs, après réflexion: pas de fromage? En Normandie?

  7. roturier

    Dites-donc, Isa.
    Ne seriez-vous pas par hasard signataire de textes (journaliste pro, en fait) sur un journal papier?

  8. Isa

    Non, jure, la grande fadette, c’est pas moi!

  9. hathorique

    Bonjour à tous

    Merci Impat, votre jolie nouvelle m’a remis en mémoire celle de Maupassant « la Maison Tellier » même si le menu y était moins copieux.
    Nous sommes vraiment sur un « sIte d’élite gastronomique »

    @ Roturier
    Mais si, lisez bien il faut décoder ces messages sont subliminaux :

    Bouchées Financières,
    C’est François Hollande qui ne devait faire qu’une bouchée de la Finance.

    Poulet rôti au Cresson
    Premier avertissement de Madame Madame Taubira à Manuel Valls qu’elle ne tardera pas à le mettre la broche .
    Le cresson, c’est uniquement décoratif comme l’ancienne première ministre de François Mitterand, juste un peu de verdure.

    Diplomate au Kirsch,
    C’est une allusion à Fabius enkirsché dans sa diplomatie en queue de cerises.

    Galantine à la Gelée,
    J’hésite ente Najat Vallaud Belkacem et Cécile Duflot ou alors la jolie Madame Trierweiler, mais elle est n’est pas ministre quoique !

    Fours Glacés assortis,
    Pour la harangue salée de Mélanchon pour sa sortie à l’encontre de François Hollande.

    Dragées
    Pour Pierre Bergé maitre queux des vaillants marathoniens du mariage pour tous, qui aurait bien mérité d’être nommé ministre de la famille ou des anciens combattants.

    Macédoine de légumes
    Monsieur Le Foll expert en biodiversité des ministres qu’il cultive comme les endives appelées dans le Nord « chicons », pousses blanchies obtenues par forçage .

    Comme vous je l’interroge sur le manque de fromage ; mais ce fromage à peau rouge de nos voisins Bataves ce Hollande si fade, ne méritait peut être pas sa place dans ses agapes normandes

  10. … « ce Hollande si fade, ne méritait peut être pas sa place dans ces agapes normandes »…
    Merci Hathorique, vous trouvez la raison à l’absence de fromage, dont j’ignore à vrai dire la raison historique !

  11. QuadPater

    Impat vous avez fort bien retranscrit une ambiance que j’ai connue dans la campagne dordognote lorsque j’y vivais. Des fêtes baptismales, des mariages, des événements divers, familiaux, amicaux, de voisinage, communaux, étaient l’occasion de festivités gastriques. Songez que 25 ans après, je me souviens encore des détails d’un repas que des amis avaient offert à ceux qui les avaient aidés à planter 2 ha de peupliers (300 plançons environ !). Trois longues journées à manier la barre à mine, mais une mangeaille inoubliable.

  12. Super, le décodage de Hathorique.

    Et moi qui croyait que pour une fois Impat nous faisait grâce de la politique politicienne….

  13. Souris donc

    Un régal, un festin ! Merci Hathorique !

  14. Souris donc

    Merci Impat, roboratif ! J’en ai mal au ventre rien que de lire tout ce que ces gens pouvaient se goinfrer. On est loin de la cuisine moléculaire et autres foodtrucks.

  15. Guenièvre

    Merci Impat, votre texte est savoureux comme une madeleine…J’ai conservé aussi quelques menus de mariages, de communions et de baptêmes de l’entre-deux guerres jusque dans les années 70. Aujourd’hui nos diététiciens en seraient horrifiés. Il ne faut pas oublier, comme vous le rappelez, que les travaux étaient rudes et les occasions de bombance très rares…
    Si l’on remonte encore le temps et que l’on consulte les premiers menus que l’on trouve dans « Le Mesnagier de Paris » – traité culinaire écrit par un bourgeois à l’attention de sa jeune femme au XIVe siècle- on trouve des repas de fête encore plus copieux accompagnés de sauces épicées ! et de vins également épicés. J’ai fait l’expérience un jour de ce genre de banquet. Résultat : mal de tête pendant deux jours !
    http://expositions.bnf.fr/gastro/recettes/hely.htm

  16. kravi

    Impat,
    Votre tonton dessinateur semblait avoir un certain talent.
    À ce propos, serait-il possible que la vignette illustrative, visible sur la seule page d’accueil, se retrouve en haut chaque article ?
    Comme dit roturier, c’étaient des menus de recommandés par la Fédération française de Cardiologie. Mais ces agapes devaient être assez rares.
    Quant aux cigarettes… étant donnée l’époque, sans doute est réservé aux seuls Messieurs.

  17. Kravi,… « que la vignette illustrative, visible sur la seule page d’accueil, se retrouve en haut chaque article »…
    A priori je ne vois pas comment, mais je vais rechercher.
    Les agapes de ce type se répétaient, d’après les dires des ancêtres, 2 à 5 fois par an. Mais…elles pouvaient durer plusieurs jours !
    Quant aux cigarettes, il est certain que seules quelques femmes originales s’y adonnaient, souvent munies d’un porte-cigarettes. Ce temps est lointain, on assiste maintenant à une majorité de fumeuses, ce qui explique peut-être la baisse de leur longévité moyenne comparée à celle des hommes… ?
    A l’époque évoquée par l’article il n’était p

  18. La suite avait disparu dans la fumée : il n’était pas rare dans les maisons bourgeoises de posséder une pièce dédiée aux fumeurs, le « fumoir » bien entendu réservé aux hommes.

  19. QuadPater

    Kravi,… « que la vignette illustrative, visible sur la seule page d’accueil, se retrouve en haut chaque article »…
    A priori je ne vois pas comment, mais je vais rechercher.

    Là j’ai édité l’article et fait « insérer un média », puis choisi votre image dans la biblio.

  20. QuadPater

    J’ai fait pareil pour l’article précédent. Ce n’est pas merveilleux mais c’est plus joli qu’une page dont les seules illustrations sont les avatars…

  21. kravi

    Eh bien, merci, il suffisait de demander. J’en prends bonne note pour d’autres requêtes.

  22. QuadPater

    kravi, nous avons des contraintes fortes : nous ne pouvons pas modifier la disposition d’une page. Le premier élément d’un article (celui qui est donc tout en haut) est forcément son titre, ensuite vient le corps, dans lequel on peut insérer des éléments multimédia. Dans les 3 derniers articles j’ai tout simplement inséré l’image qui convient puis un retour à la ligne au début du corps.

  23. kravi

    ok. Ce que vous avez concocté est plus attrayant.
    Au fait où en sommes-nous avec  » blog d’élite  » ?

  24. QuadPater

    Parlons-en sur le groupe Google si vous voulez bien.

  25. hathorique

    Pour les messieurs Le « fumoir » ; pour les dames, « le saloir » .
    en argot : mettre la viande au saloir. : se coucher

    @ Quad
    BRAVO pour ce corps à corps dont vous êtes sorti victorieux.
    Très jolie l’image d’illustration de l’article, elle convient parfaitement.

  26. QuadPater

    Toutes les images sont choisies par notre merveilleux chef de la publication : Impat.
    Je n’en connais pas le tiers alors que je lis tous les articles !

  27. Quad est désormais labrador?

  28. QuadPater

    roro, quand une question me concerne, posez-la moi directement. J’ai une sainte horreur de la méthode cantonade.

  29. Noble Lionne, bien qu’un peu en retard (j’étais plongé dans mes affaires usuelles et alimentaires), je salue, comme tous, votre savoureuse interprétation.

  30. Merci Quad, votre 24 août 2013 à 22:20 montre comme vous savez hautement manier l’humour, ainsi que l’avaient déjà montré vos dernières interventions, sur un autre site. 🙂
    Et ne cherchez l’humour sur ce mien commentaire, il n’y est pas…

  31. QuadPater

    Eh bien Impat ! ne vous vexez pas ! « merveilleux » est un mot exprimant de façon pudique mon admiration. À travers lui je reconnais vos compétences à la fois dans la gestion des articles et le choix des illustrations.
    Objectivement je ne saurais pas faire aussi bien. Autant le faire savoir publiquement !

  32. QuadPater

    Hello Tibor, j’ai ouikipédié un coup, et me suis laissé dire que Hathor n’était représentée par une lionne que lorsqu’elle était en rogne. Quand elle prend la forme de Sekmet, tout le monde arrête de rigoler. Ça cogne, ça saigne, ça guerroie, ça épidèmite sec.
    Le reste du temps, c’est une placide ruminante avec un petit soleil et des plumes d’autruche dans le… euh, l’espace entre les cornes, pardon.

  33. QuadPater

    Il est certain que ‘Noble Lionne’ a plus d’allure que ‘Respectable Vache’.

  34. QuadPater

    On avait déjà abordé le sujet non ?
    désolé pour la redite si c’est le cas

  35. Quad, rassurez-vous, Impat n’est pas vexable.

  36. En quoi la question fut-elle posée,à qq1 d’autre?
    La preuve: vous l’avez bien reçue.
    Je rappelle qu’ici, nul aparté possible.

  37. hathorique

    Merci à Skarda et aux autres complimenteurs.

    J’ai fait light pour ne pas provoquer une indigestion doxique -:)

    @ Quad
    Merci aussi pour votre si élogieuse » prosopopée » mais désolée de vous décevoir, je n’ai pas de truc en plume d’autruche au creux des reins, même si je ne sors que revêtue de ma peau de vache avec mon disque solaire entre les cornes.
    Mes seules armes de destruction massive sont l’humour qui est une forme de propreté morale et l’autodérision l’un des aspects de la lucidité qui est une politesse que l’on doit à soi même, ce sont des armures solides, mais je ne suis pas sure qu’elles soient efficaces dans les tournantes blogueuses

  38. Quad, ben oui, respectable vache, ne sonnait pas très bien, je trouve, et puis je me suis laissé dire que quand tout va bien elle préfère aller dans son jardin à l’instar de Guenièvre et de ma douce et tendre.

  39. Voici qu’Impat se prend pour César ou Delon, nous voilà frais !

  40. Le groupe de discussion sur le revamping du site est ici : https://groups.google.com/forum/m/?hl=fr#!topic/antidoxe/6OfV4RLYUTI
    si vous avez des pb pour vous connecter envoyez un mail à : skardanelli@gmail.com

  41. N’hésitez pas à proposer de nouveaux thèmes de discussion.

  42. Skarda,… « César ou Delon »…
    Merci de me laisser le choix. Je prends César…:-)

  43. QuadPater

    Quad est ravi que Impat ne soit pas vexable.

    Il est amusé qu’une Lionne agite avec connivence une frétillante prosopopée, souvenir d’un pugilat électronique récent.

    Il Lui plaît également de rappeler à Tibor combien une douce et tendre est craquante quand on l’observe à son insu incliner légèrement la tête, offrant son cou aux baisers du soleil, le regard inquiet, le geste précautionneux et délicat, dévouée infirmière au chevet du corps martyrisé d’une cochonnerie de plantasse dont on savait même pas que ça avait un nom et qu’on est passé dessus avec la tondeuse autotractée en chantant heili-heilo à pleins poumons.

  44. Nous avons trouvé un modus vivendi, d’autant que je suis daltonien, elle plante des petits batoons autour des endroits stratégiques et nous convoque le chien et moi pour nous montrer où l’un ne doit pas passer la tondeuse et l’autre s’abstenir d’uriner.

  45. Guenièvre

    Ah! ces hommes qui confondent la clématite et le liseron et qui s’obstinent à décrocher l’hydrangea pétorialis du mur où celui-ci venait d’ancrer ses premières racines parce qu’ils le prennent pour un vulgaire hedera helix !

  46. Guenièvre, vous êtes dure. Nous savons très bien reconnaître un cèdre libanais d’un trèfle à quatre feuilles.

  47. QuadPater

    Mwé… Les hommes, Guenièvre, apportent dans le couple hétérosexuel une dimension pratique et concrète indispensable.
    Illustration : c’est toujours le détenteur majoritaire de testostérone qui rappelle à son adorable compagne que la distance entre ses belles fleurs et le bord de la terrasse DOIT être soit nulle, soit au moins égale à la largeur de la tondeuse.
    Parce qu’il évite ainsi de devoir tondre au rotofil sur des dizaines de mètres.

  48. La deuxième interdiction ne regarde que le chien?

  49. … « ’il évite ainsi de devoir tondre au rotofil sur des dizaines de mètres. »…
    Non, mais quel fainéant ce Quad !

  50. QuadPater

    Pas fainéant, juste économe de mes efforts 🙂
    Parce que, vous remarquerez que lorsque Madame et Monsieur habitent une maison individuelle, la tonte du terrain et des abords, l’extirpation des ronces, le massacre des frelons et des taupes, le nettoyage de la piscine, la repeinture des boiseries extérieures, bref les grands travaux dangereux, désagréables, chronophages ou les trois, sont dévolus à Monsieur.
    Alors quand Monsieur peut gagner 1/2h, Monsieur ne s’en prive pas.

  51. Oui Quad, c’est ce qu’on appelle le travail à la maison, qui retombe toujours sur les pauvres hommes.

  52. Guenièvre

    Oui, Impat, pour vous, je n’en doute pas, mais vous trichez , vous êtes de la campagne ! 🙂

  53. Guenièvre

    Hé ! C’est bien parce-que nous savons que votre intelligence pratique est sans limite, mes chéris, que nous vous tendons des pièges afin que vous trouviez des astuces pour vous en sortir : c’est ça l’émulation au sein du couple !

  54. QuadPater

    Ne prenez pas les citadins pour des sots.
    D’abord, une évidence : les tons de vert sont très différents.
    Et de toute façon cèdre et trèfle ça ne s’écrit pas pareil, madame la méprisante !
    Non mais on rêve !

  55. Guenièvre,… « vous êtes de la campagne ! »…
    Ah oui, la campagne. D’ailleurs je me demande pour qui je vais la faire. (et j’en connais un qui va hurler en lisant ça).

  56. QuadPater

    Guenièvre du 26 août 2013 à 16:16, c’est adorable de votre part de nous entraîner à résoudre des problèmes.
    C’est comme si nous on vous donnait plein de chemises à repasser. Comme ça, juste par amour.

  57. Roturier, vous pensez bien que quand je m’oublie sur les plates-bandes je dis que c’est le chien ! Je ne suis pas idiot à ce point là !
    De toute façon que suis daltonien de chez daltonien donc tout le monde a depuis longtemps perdu tout espoir à la maison de m’enseigner quoique ce soit au sujet des plantes !

  58. Guenièvre

    Non, « plein de chemises à repasser, c’est un travail répétitif qui ne demande aucune imagination, donc c’est un travail aliénant ( en très gras ! ). Macho va ! 🙂
    Rien a voir avec l’imagination qu’il faut déployer pour couper l’herbe entre un massif de hostas et le très proche parterre d’anémones du Japon sans ravager la moitié des fleurs !

  59. QuadPater

    Vous avez 30 ans de retard dans la dénonciation de mon machisme. Je me suis amendé depuis, mais j’adore taquiner les dames.
    Un jour je vous exposerai ma théorie sur la différence homme-femme, et vous serez épatée car elle est très simple, très au point, très scientifique, et donc très réfutable.

  60. Quad,…  » ma théorie sur la différence homme-femme »…
    Vous nous mettez l’eau à la bouche !

  61. QuadPater

    Impat, développée pendant des apéros et des repas de famille en collaboration avec ma Bien-Aimée, mes parents, mes deux aînés, elle n’est pas très sérieuse et s’expose en quelques lignes. Je dilue un peu et vous la soumets 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :