Beyrouth peut-elle redevenir Paris? 3/3

b2

Beyrouth peut-elle redevenir Paris ?   3/3  

Libérée de la domination syrienne, la capitale du Liban pourrait retrouver son éclat. Été 2013.

 Le monstre communautariste qui ravage la Syrie va-t-il faire surface à Beyrouth ? En gros les Sunnites libanais soutiennent l’opposition syrienne, tandis que la plus grande part des Chiites soutient Assad. Le Hezbollah est maintenant ouvertement impliqué dans la guerre en Syrie, sans envisager d’en sortir, et y subit de si lourdes pertes que Young, écrivant pour le magazine en ligne « NOW Lebanon », l’a surnommée « Le Vietnam du Hezbollah ». Pendant de temps, les Sunnites libanais de la Bekaa proche de la frontière syrienne, abritent leurs frères de l’armée syrienne libre, et certains se portent même volontaires comme soldats.

Libanais sunnites et chiites sont donc en train de s’entre-tuer en Syrie. Ce n’est peut-être qu’une question de temps avant qu’ils ne se donnent plus la peine de franchir la frontière et qu’ils commencent à s’entre-tuer chez eux. « C’est un miracle que la guerre n’ait pas déjà éclaté » dit Samy Gemayel, député et fils de l’ancien président Amine Gemayel. « Je ne comprend pas, je ne sais combien de temps ça peut durer. Car plus les gens sont impliqués en Syrie, plus les gens vont mourir en Syrie, plus les rancunes vont croître, plus nous aurons de problèmes ici ».

Les deux parties ont peut-être décidé de se retenir, sachant qu’aucune ne peut vaincre à l’intérieur du Liban. Le père de Gemayel avait dénoncé la futilité d’une guerre civile alors que le Liban courait à sa perte dans les années 1980 : « Tout le monde est contre tout le monde, et ça tourne en rond sans que quiconque puisse gagner ou que quelque chose se passe ». Khoury acquiesce. « La beauté du Liban est que tout le monde est en minorité et personne ne peut botter le cul de quelqu’un » dit-il. Chacun comprend que démarrer une guerre ne lui rapporterait rien.

Si Assad perd la guerre en Syrie et n’annexe pas le Liban, Beyrouth sera enfin soulagée des cascades de désastres qu’elle a subis au cours des 38 dernières années. Naturellement, le Liban aura toujours à faire avec le Hezbollah, mais le soi-disant « parti de Dieu » aura perdu l’un de ses deux seuls alliés dans la région. « Le Hezbollah sera réduit de moitié, à une taille plus réaliste » prédit Mosbah Ahdab, ancien député de Tripoli, ville majoritairement sunnite. « Ils auront toujours leurs armes, mais ils ne pourront continuer à provoquer les dizaines de millions de gens qui vivent ici, comme ils furent agressifs pendant toutes ces années ». Nadim Koteich, chroniqueur à « Future Television », pense que la chute d’Assad serait un gros problème pour le Hezbollah. « Pendant des décennies ils ont eu ce gros État stable derrière eux, ainsi qu’un couloir d’approvisionnement en armes venant d’Iran » fait-il remarquer. « Ils ont derrière eux cette énorme machine et tous ses outils. S’ils les perdent, ce sera un coup terrible ».

L’économie de Beyrouth est dans la pire situation que j’ai jamais vue., Ler tourisme est une des premières industries de la ville, mais la menace court dans les milieux hôteliers : tous les gouvernements du monde diffusent de terribles alertes concernant Beyrouth. Les deux dernières saisons touristiques furent ternes ; ça fera trois cet été. Les restaurants et les boîtes de nuit ferment parce que les clients étrangers sont trop rares, et les locaux pas assez riches.

Pourtant, la ville est une merveille. Le montant de la reconstruction est étourdissant. Une partie ressemble à Miami, c’est vrai, mais c’est bien mieux que n’importe quel immeuble bâti entre la fin de la seconde guerre mondiale — quand l’abondance de matériaux médiocres et un effondrement esthétique  saccagèrent l’architecture dans le monde entier — et la fin de la guerre civile. La ville a réussi cet exploit malgré l’occupation militaire syrienne, malgré la guerre du Hezbollah contre Israël, malgré l’invasion de Beyrouth en 2008, malgré la crise économique mondiale de plusieurs années, et malgré la guerre civile éclatant chez le voisin syrien.

Une cité qui a pu aller si loin en endurant tous ces malheurs devrait faire mieux encore si elle est libérée de la botte syrienne. Que le régime d’Assad soit renversé ou réformé–ce qui semble arriver en temps voulu à tous ces régimes brutaux–Beyrouth, qu’elle soit ou non le Paris du Moyen Orient, pourrait redevenir une cité géniale.

 Michael J. Totten est un contributeur de  City Journal. Il est auteur de quatre livres,  y compris « The Road to Fatima Gate ».

Traduction pour Antidoxe : Impat.

 

8 Commentaires

  1. En tout cas, regardez la photo : c’est autrement plus beau que la Tour Eiffel, non ?

  2. roturier

    Espérons. L’espoir fait vivre.

    Bien que les « printemps arabes », dont le syrien, soient, jusqu’à preuve du contraire, des tentatives de remplacement de tyrans laïques par des despotes islamisants.
    Avec le chaos, voire la guerre civile dans l’intervalle.

    Conformément donc à mes élucubrations (Liban=Syrie, même combat) aux deux fils précédents sur la question, il arrivera au Liban, globalement, ce qui arrivera à la Syrie.

    Les deux alternatives suivantes sont plausibles ; éventuellement cumulées :

    • La balkanisation ; le dépeçage en plusieurs zones ethniques et confessionnelles, mal définies, en lutte permanente pour le contrôle de confettis de territoire à démographie mixte. Ces zones étant éventuellement à cheval sur l’arbitraire « frontière » syro-libanaise.
    • Une reprise en mains énergique par un Assad ou son sosie. Auquel cas, retour à la case départ : une gouvernance syrienne selon laquelle ladite frontière n’a aucune raison d’être ; le Liban est à la Syrie ce qu’est la Côte d’Azur à la France ; et Beyrouth est à Damas ce qu’est Marseille à Paris.

    Dans les deux cas ce n’est pas moi qui investirai demain dans l’immobilier à Beyrouth.

  3. Libérée de la domination syrienne, la capitale du Liban pourrait retrouver son éclat. Été 2013.??? L’auteur a écrit son article depuis ses recherches sur internet sans mettre les pieds au Liban ou en restant enfermé dans sa luxueuse chambre d’hôtel et en fumant les produits locaux de la Bekaa.
    Je me permets de citer Roturier: « Il serait temps de cesser de parler de « deux pays » s’agissant de la Syrie et du Liban. Comme dit l’auteur « Les deux pays découlent de la négociation franco-britannique ayant suivi la défaite de l’empire ottoman après la première guerre mondiale ».
    De plus, les Libanais se tuent presque tous les jours, à petites dose il est vrai, sans aucune mesure avec ce qui ce passe en Syrie, mais ils se tuent. Lisez donc un journal libanais, vous aurez des infos de première main:http://www.lorientlejour.com/. C’est un journal chrétien en français. Là encore, oubliez votre culture occidentale: chrétien, sunnite, chiite, druze, tcherkesse etc ne sont pas des termes d’appartenance religieuse mais ethnique avec une bonne dose de haine ancestrale entre tous ces groupes.
    Et puis pourquoi Paris? Beyrouth n’a jamais été Paris sauf par ses quelques immeubles haussmaniens. Beyrouth est une ville de Moyen-Orient, rien à voir avec l’Europe sauf si on considère que le Moyen-Orient est le pré carré des Européens. Je souhaite aux Beyrouthins de devenir ce qu’ils sont, en plus calmes, plus paisibles, en moins haineux et d’arriver alors à la même joie de vivre que les habitants de Tel Aviv (encore une bonne lecture: http://kefisrael.com/). Nous ne leur demandons rien d’autre que des relations de bon voisinage.

  4. Lisa

    Un hors sujet, merci de nous faire connaître un journal d’orient en français, et un lien qui nous montre Tel-Aviv….

  5. Les remarques ci-dessus sont accrochées à l’actualité du siècle présent (et précédent). Elles n’empêcheront pas Beyrouth de redevenir un jour peut-être, comme le laisse espérer le dernier paragraphe de l’article, une cité géniale. (« might once again become a great city »).

  6. Attendons donc des remarques accrochées à l’actualité du siècle prochain.

  7. De loin, Impat. De loin.

  8. De près c’est très beau aussi, Roturier. Des goûts et des couleurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :