Les civilisations peuvent-elles survivre après leurs disparitions ? 1/5

CIV82c5a98e

Qui mieux que cette phrase de Lucien Febvre historien français (1878-1956) pourrait ouvrir le champ de nos interrogations ?

« Je définis volontiers l’Histoire comme un besoin de l’humanité, le besoin qu’éprouve chaque groupe humain, à chaque moment de son évolution, de chercher et de mettre en valeur dans le passé les faits, les événements, les tendances qui préparent le temps présent, qui permettent de le comprendre et qui aident à le vivre« .

Parmi les plus anciennes civilisations, deux d’entre elles sont nées au Moyen Orient, berceau d’un mode de vie qui s’est ensuite imposé en Occident, la mésopotamienne disparue il y a quelques millénaires, dont on a retrouvé la trace suite aux fouilles archéologiques, l’égyptienne enfouie sous les sables du désert qui a elle aussi ressurgit du passé et de l’oubli.

Cette renaissance de l’Égypte ancienne est due à l’opiniâtreté et au génie de Champollion qui en travaillant sur une copie de la pierre de Rosette a réussi le déchiffrement de son écriture, et permis une meilleure compréhension de ses mœurs, ses croyances, ses coutumes, ses symboles dont certains se retrouvent  encore de nos jours, tel le « bâton de berger » signe de pouvoir chez Pharaon guidant son peuple, chez Moïse celui du bon pasteur comme chez les chrétiens la crosse papale pour le Souverain Pontife.

Au IV° millénaire avant J.-C., les premiers documents écrits de l’humanité apparaissent dans le sud de la Mésopotamie. Avec l’invention de l’écriture et de la roue les Sumériens ont été à l’origine de nos civilisations. L’écriture à d’abord été utilisée non pas pour conter mais pour compter et commercer avec les villes voisines, cela fut la première mondialisation réussie. L’histoire de la Mésopotamie se mêle donc aux origines de notre monde moderne car la naissance et l’invention de l’écriture ont bouleversé la société et ont permis de conserver la mémoire du passé et sa transmission.

L’utilisation de la roue au sens large et symbolique, fut également primordiale pour l’évolution de l’homme au plan intellectuel et cosmogonique. Contemporaine de l’invention de l’écriture communément admise comme point de départ de l’Histoire et fin de la Préhistoire, l’invention de la roue est intimement liée au développement de l’être humain. Elle a surtout facilité le dur travail agraire. Les plus anciennes roues connues sont des disques pleins, en pierre ou en bois. La roue est une invention majeure qui s’impose à travers le monde et se révèle d’une fécondité extraordinaire : elle ouvre la voie au machinisme moderne, elle transforme les techniques de production agricole et artisanale,  elle ouvre la voie au machinisme et inspire même les poètes *.

La roue pleine était utilisée de 2 manières :

– à la verticale pour transporter des charges en limitant les frottements ;

–         à l’horizontale comme support tournant permettant par exemple la réalisation des poteries (Tour de potier).

* Dès l’antiquité, Anacréon (580-495 av J.C.) sur l’inconstance du destin :

« la vie de l’homme roule, instable, comme les rayons d’une roue de char ».

 

 

32 Commentaires

  1. De la part de Guenièvre:
    Chère Hathorique bonjour à vous ! j’attends la suite avec impatience pour avoir la réponse à votre question. Mais savez-vous que déjà les versions divergent sur ces premiers balbutiements de l’Histoire ? 🙂 🙂

    http://www.editions-memo.fr/histoire-de-la-roue-qui-a-invente

  2. QuadPater

    Ceci n’est pas un commentaire.

  3. roturier

    Contestation !

  4. hathorique

    Merci Impat de m’avoir désencalminée par imposition des mains sur les touches.
    Message codé pour vous :
     » la route tourne, je répète la roue tourne et l’amarrée est motrice » 🙂

    @ Guenièvre

    merci je ne connaissais pas cette histoire est ce que c’est pour les enfants ???

  5. Ceci n’est pas une phrase.

  6. Guenièvre

    @ Hathorique ,

    Oui, c’est un conte pour enfants mis en spectacle ici :

  7. Guenièvre

    et merci également à Impat …

  8. hathorique

    Je ne suis pas d’accord vous sur votre message sublimimâle plein de sous entendus
    « Ceci n’est pas une phrase » car cela sous entend ceci :
    « La femme est un animal à cheveux longs et à idées courtes. »

    Selon la théorie arthurienne d’Arthur Schopenhauer qui ne vaut pas mieux que celle de son compère Nietzsche
    « La femme est la seconde faute de Dieu »

    Pour Heidegger, je n’ai pas son mail.

    Ma vengeance sera terrible pour vous : un lâcher de femen à la sortie de la messe.

  9. Guenièvre

    @ Hathorique,
    « un lâcher de femen à la sortie de la messe »

    C’est une contrepèterie ?

  10. Creusant des trous à la pelle et à la pioche dans mon terrain plein de cailloux de Sarlat pour planter une haie, je n’ai pas mes bouquins sous la main. J’en ai pourtant un, passionnant, sur l’histoire de l’écriture, je ne me souviens plus du nom de l’auteur. Une des théories qui y est développée est que l’écriture est aussi proche de la danse que du dessin, elle tient autant du langage de signes que de la représentation graphique. Le signe est déjà dans la langue, sa projection graphique est époustouflante.
    La roue bien sûr, mais l’écriture….
    j’ai hâte de lire la suite, bon pour la roue, je pousse peut-être un peu, il faut dire que je n’avais pas de brouette ce matin pour transporter mes cailloux, alors bien sûr, je suis faché avec cette roue manquante.

  11. Guenièvre
    Cela pourrait…:-)

  12. Hathorique,… « au génie de Champollion qui en travaillant sur une copie de la pierre de Rosette a réussi le déchiffrement de son écriture »…
    Merci au brillant Champollion, mais merci aussi à Napoléon Bonaparte qui avait eu l’intelligence d’emmener avec lui pour la campagne d’Égypte, non seulement une cohorte de militaires comme tout le monde, mais aussi une importante équipe de savants de toutes disciplines, aux fins de découvrir et faire connaître l’Égypte.

  13. Mais non, mes doigts ont glissé je voulais répondre à Quad ! Je ne mérite aucunement votre vengeance, je suis doux comme un agneau : bon, je sais, c’est un très mauvais argument pour une lionne.

  14. Un ogre, ça mange les pierres. Nous l’avons échappé belle.

  15. hathorique

    Vous avez raison, je rends grâce à Bonaparte, mais je ne rends pas grâce aux Anglais, qui non seulement devenu Napoléon nous l’ont exilé à Sainte Hélène, mais ces perfides albionnais nous ont aussi confisqué la pierre de Rosette découverte par un Français.
    En mémoire de cet enlèvement, je génuflexionne chaque fois que je vais au British Muséum, comme je génuflexionne aussi devant les frises du Parthénon, j’ai l’impression de péleriner à Rocamadour même si je n’en fais pas un fromage.
    Savez vous ce que disait les militaires des savants qu’ils n’aimaient pas trop avoir dans leurs jambes, tel celui qui avant une bataille, avait ordonné sous les rires :
    « les ânes et les savants au centre! « .
    Ce n’était pas un programme politique anti libéral, ils ne parlaient pas de nos centristes (j’ai les noms) que le monde entier nous envie.

    Contrepèterie ??
    je ne vois rien, je n’entends rien, je ne sais rien.

  16. … « Savez vous ce que disaient les militaires des savants »…
    Je suis tout ouïe, Hathorique: ?

  17. Nous parlons bien de celui qui a abandonné l’armée d’Égypte pour aller poursuivre sa carrière politique en France (et en Europe unforunately) ? Les Anglais l’avaient d’abord mis au coin à l’île d’Elbe mais ce n’était pas assez loin visiblement, enfin on lui reconnaitra d’avoir fait la gloire du grand Nelson à Aboukir d’abord (tiens, tiens) à Trafalgar ensuite : héritier de la révolution qui avait décapité l’élite de la Royale, il tenait la flotte qui a permis l’émancipation des États-Unis dans le plus grand mépris. Finalement c’est lui qui a crée l’Allemagne et fait la grandeur du peuple de boutiquiers en saignant la France dans des victoires sans lendemains, chapeau l’artiste ! Ah, oui, j’oubliais ! Il a aussi été le grand inspirateur de Goya, qui en avait plein les mirettes de la délicieuse virée en Espagne où il intalla un de ses frères qui connut la postérité sous le nom de Pepe la bouteille. Né rue de la mauvause herbe (si, si) il su se montrer à la hauteur de ce présage.

  18. Bonsoir à tous,

    @ Hathorique,
    « un lâcher de femen à la sortie de la messe »
    Comme ici ?

  19. Les civilisations meurent, certaines renaissent, peut-être celles qui ont un mauvais karma. À ce propos j’ai appris dans un film que l’esprit pouvait se réincarner dans plusieurs personnes à la fois selon les bouddhistes. Peut-être même plusieurs esprits peuvent ils se réincarner dans une même personne, qui sait ? En tout cas ce système orgiaque semble bien être celui des civilisations, ainsi l’Occident est-il finalement bien mélangé, bien secoué aussi, le siècle passé fut tout à fait pétaradant et question mauvais karma on n’est pas près de disparaitre, enfin si le point de vue bouddhiste vaut. La grande civilisation chinoise se réclamera-t-elle toujours de Marx et de Staline dans deux ou trois millénaires où serons-nous à ce point mélangés que seule restera le nom de Judith Butler dans l’Hermaphrodistan première civilisation totale et transcendantalo-hygièno-synthétique où l’on étudiera dans quelques réserves ces primates sans implants de conscience augmentée dont certains douteront que ce soit là leurs parents éloignés tant il leur sembleront répugnants : des enfant sortant du ventre de leurs mères plutôt que d’une matrice artificielle, il faut vraiment avoir le cœur bien accroché pour assister à ça au nom d’on ne sait quel principe de conservation des espèces.

  20. … « Les civilisations meurent »…
    Mais celles qui sont mortes peuvent encore exister, c’est ce que je comprends de ce début d’article et qui est si frappant. Et ce qui est vrai d’une civilisation est vrai d’une personne, elle ne meure pas vraiment.

  21. Old soldiers never die they just fade away…

  22. hathorique

    Oui Tibor, Napoléon Bonaparte a été cela et peut être pire encore, mais :
    Bonaparte a aussi été celui qui a permis l ‘expédition d’Egypte qui fut majeure pour la connaissance et les sciences, c’était la première expédition scientifique occidentale avec la redécouverte de l’Egypte antique.
    Il fut celui aussi qui a autorisé les massacres de Jaffa, ce qui est infiniment déplorable surtout pour les massacrés, car il l’a fait au nom de la République, ce qui ne doit pas nous faire oublier que durant la première croisade les chevaliers francs ont à Jérusalem massacré hommes, femmes enfants, chrétiens, musulmans, juifs : peu furent épargnés, c’est aussi regrettable et peut être davantage car cela a été fait au nom de Dieu miséricordieux .
    Le pillage de Jérusalem a été raconté par tous les chroniqueurs du temps avec une profusion de détails effroyables.
    Napoléon a envahi l’Espagne gouverné par les Bourbon oppresseurs du peuple espagnol, ces rois podagres si bien peints par Goya, qui d’ailleurs fut persécuté par l’inquisition espagnole pour ses dessins. L’absolutisme de Ferdinand VII poussa Goya à quitter l’Espagne. il s’installe à Bordeaux et il a eu l’exquise délicatesse de mourir en France, car il appréciait la qualité de ses vins bordelais .

    Napoléon a régné sur l’Europe en despote parfois éclairé et a aussi contribué à la modernisation des nations, la France en tête et bon nombre de pays européens ont pour législation celle inspirée de son code civil qui est d’ailleurs encore en vigueur en France

    Les grands empires qu’a portés l’Histoire ont souvent été éphémères, et celui de Napoléon n’échappe pas à la règle, mais comme la roue de l’histoire tourne, son exil à Sainte Hélène en a fait un héros romantique.

  23. hathorique

    YES I CAN , ouvrez l’ouie : à bâbord à tribord, sur tous les bords comme dans un pédalo insubmersible .

     » les ânes et les savants au centre! »

  24. Je me rends, Hathorique et Impat ensemble défendant le grand petit homme, je ne peux résister. Oui héros romantique non seulement du fait de Saint Hélène mais aussi parce qu’il symbolise a lui seul le renversement de l’ordre ancien : un homme commun peut s’élever au-dessus des rois et des princes. Il reste en France un symbole, un héros, je le regrette, car à mes yeux il représente l’échec de la révolution, la glorification de l’État omnipotent, tout ce sang pour ne rien changer au fond. Deux systèmes, deux visions du monde : ce sont les Anglais qui ont su le mieux s’adapter. Le triomphe de la démocratie ce n’est pas la France, il n’y pouvait peut-être rien, mais il en est le symbole.

  25. roturier

    Puisqu’on chante la gloire de Bonaparte : on tend de l’oublier, mais il a rétabli l’esclavage, aboli la première fois par la révolution. Les Antillais vous le rappellent volontiers.

    Comme on tend aussi d’oublier Hitler qui fonda le réseau autoroutier allemand.
    Godwin, sort de ce corps !

  26. roturier

    Un cynique impénitent, parlant de la Révolution, avait jadis suggéré aux lecteurs de ces colonnes :

    « Regretter la « vacance du pouvoir » provoquée par la disparition des élites.
    Admettre que ce vide a permis l’ascension d’un caporal corse promu empereur.
    Pousser un cocorico: on décapite roi et reine pour tomber sous le joug d’un empereur…

    S’indigner de l’Empereur qui, comme il se doit, n’avait de cesse que de se constituer un empire.
    Exportant, à feu et à sang, les effets dévastateurs de « La Révolution » sur toute l’Europe.

    Pour finalement infliger défaite à son pays, mort et désolation au continent comme jamais Roi de France n’osa faire ».

  27. hathorique

    Roturier,
    Je vous reconnais le don assez commun d’ailleurs de presque toujours essayer mettre vos interlocuteurs dans l’embarras pour les ramener à votre étiage sur des propos qu’ils ne tiennent pas .
    Mais comme je ne suis pas éruptive et bien que ce ne soit pas l’objet de mon billet, je vous répondrai sur votre point goldwin et la comparaison indécente entre Hitler et Napoléon que vous sous entendez .
    Si on devait comparer Hitler dans son siècle, sinon ce serait parfaitement uchronique, il serait plus judicieux de le faire avec Staline et Mao.
    Il y a suffisamment de griefs à avoir envers Napoléon sans le charger davantage, et son piteux retrait d’Egypte abandonnant ses soldats et quelques maréchaux n’est pas à son honneur et ternit son image, comme bien sur le rétablissement de l’esclavage, mais il ‘a jamais voulu éradiquer des populations selon des critères raciaux.
    Les armées françaises commandées par Bonaparte furent souvent accueillies en libératrices car porteuses des valeurs de la Révolution de Liberté et d’égalité, notamment en Italie où les juifs étaient affublés de bonnets jaunes et de brassards marqués de l’étoile de David imposés par l’Inquisition.
    Bonaparte ordonne à ses soldats de les leur enlever et de les remplacer par la cocarde tricolore.
    Première décision symbolique suivie d’instructions plus concrètes afin que la communauté juive accède enfin à la liberté de culte et de circulation. Des mesures qui s’appliqueront aussi, au fur à mesure, aux Juifs de Rome, Venise, Vérone et Padoue.

    Le jeune Bonaparte abolit les lois de l’Inquisition, et les Juifs sont libres et non pas réduits en cendres.

    Puisque vous citez, je cite aussi ses propos tenus à Ste Hélène cet exil qui d’un empereur déchu fit une gloire nationale et par un étrange paradoxe, il est plus célébré par ceux qu’il a combattu que dans son propre pays

    « Mon premier désir était de libérer les Juifs et d’en faire des citoyens à part entière. Je voulais leur accorder les droits de liberté, d’égalité et de fraternité dont jouissaient les Catholiques et les Protestants. Mon souhait est que les Juifs soient traités en frères comme si nous faisions tous partie du judaïsme. »

  28. roturier

    Plusieurs choses, Hathorique.

    • Réglons d’abord le cas du verbe « comparer ».

    En Français et dans TOUTES les langues, que je sache, « comparer » n’est pas synonyme de « conclure à l’égalité ». Je peux fort bien comparer chat et chien. Est-ce à dire que je les crois identiques ? Ou bien, est-ce pour faire ressortir leurs différences ?

    Or, une déformation courante du parler Français (et souvent de l’écrit) décrète le contraire ; prétendant que si je compare X à Y, je dis X=Y.
    FAUX. La comparaison peut aussi aboutir (excusez le minimum d’algèbre) à X>Y ou X<y.

    Comparaison n’est certes pas raison et encore moins égalité ; « comparable » n’est pas « identique ».

    Cette déformation est donc une approximation regrettable qui ôte la précision à certains débats en Français et ouvre la voie à des interprétations démagogiques du discours opposé.

    Retour à nos moutons : si j’avais voulu « comparer » (le conditionnel est de mise) Bonaparte à Hitler, ce n’est certainement pas pour conclure à leur égalité.

    • D’autant plus que (relisez ma prose) ce n’est pas ces deux personnages que je compare.

    Je compare un processus, non une personne. Celui de l’apologie de Bonaparte en récitant ses mérites, à celui de l’apologie d’Hitler qui avait cours en Allemagne jadis (et encore…).

    Je milite pour que des détails somme toutes secondaires de leurs biographies ne viennent occulter le bilan global. Comme il est évident que la paternité du réseau autoroutier allemand n’exonère Hitler de rien, il est évident que l’attitude éclairée de Bonaparte à l’égard de certaines questions (dont la juive, voir ci-après) ne devrait empêcher de voir les effets dévastateurs de sa mégalomanie. J’abrège.

    • Ce dernier point est plutôt personnel.

    Je regrette que vous ayez jugé bon de tenter de m’enfermer dans une boite communautaire en élargissant le débat outre-mesure sur les aspects « juifs » de l’Histoire napoléonienne.

    Conformément à ci-dessus, ces aspects n’affectent que fort peu les conclusions que l’on pourrait tirer de son aventure sur terre.

    Celui qui expédiât une armée largement composée de paysans méditerranéens pour traverser la Bérézina par -40° (et à qui, Hathorique, voulez-vous « comparer » ça ? Nul besoin d’indice, n’est-ce pas ?) ne trouve, à mes yeux, aucune circonstance atténuante auprès des juifs de Rome ou de Venise.

    L’analyse (si je puis me permettre le terme) de certains aspects de l’Histoire de France qui est la mienne pèche peut-être par la lucidité du regard extérieur ; MAIS elle s’interdit le lobbying
    communautaire.

  29. L’histoire est une science que l’homme considère comme indispensable. Il est certain qu’elle permet de repérer les erreurs et de faire mieux. C’est pour ça que les historiens sont beaucoup sollicités. Il semble qu’ils sont la clé du développement des sociétés. Parfois, j’ai l’impression que si l’on en est resté à une époque de l’histoire où les machines n’existaient pas encore et que la nature n’était pas encore détruite, la vie serait plus agréable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :