Racisme fabriqué

 rac4

Traversant presque quotidiennement, pendant de nombreuses années, Saint-Denis ou La Goutte-d’Or, je me répétais mentalement le conseil transmis par un commissaire de police: redoublez d’attention car si par malheur vous renversez un enfant qui déboule du trottoir, ailleurs c’est un accident mais ici c’est un crime raciste. Ce conseil, bien que judicieux, m’amusait quand même un peu: il devait exagérer, ce commissaire, tout le monde n’a pas le mot « racisme » en permanence sur les lèvres, me disais-je … tout en regardant bien attentivement les trottoirs.

Le temps a passé, mais ces épisodes me revinrent en tête à la lecture du Point le 6 novembre. Gabriel Matzneff  y écrit un piquant billet sur les précautions devenues nécessaires quant à l’emploi de ce mot honni: raciste. Il dit par exemple:…  » On pourrait mêmement qualifier de raciste le regard hostile que les vieilles dames vénitiennes portent sur les obscènes touristes étrangers à culottes courtes, mollets poilus et sacs à dos qui dans les vaporetti archipleins sont vautrés sur les banquettes et ne songent pas un instant à leur céder la place ». Pourquoi pas en effet ?

Et plus loin le superbe commentaire du même Matzneff:  » L’irritation que nous cause le comportement d’un zozo mal élevé, sans-gêne, est la même que ce zozo soit un beur de banlieue qui met sa musique à tuberzingue sur le quai du RER, une bonne femme bon chic bon genre qui fait du vélo sur les trottoirs du boulevard Saint-Germain, un touriste américain qui entre à Notre-Dame son chapeau vissé sur la tête, ou un homme d’affaires surexcité qui, dans le train, est scotché à son téléphone portable (…) Ce n’est pas du racisme anti-jeune ou misogyne ou xénophobe ou anti-bourgeois, c’est l’amour de la courtoisie, de la bonne éducation, bref, du savoir-vivre. Si certains jeunes de banlieue ne se comportaient pas en « sauvageons » (l’expression est de Jean-Pierre Chevènement, homme de cœur peu suspect de racisme), ils seraient aussi bien acceptés, tolérés que les collégiens de Saint-Louis-de-Gonzague ou les lycéens d’Henri-IV. La couleur de leur peau n’a rien à y voir. »

Or cette confusion entre racisme et grossièreté, elle nous prend dans ses filets quotidiennement. Entraînés que nous sommes, il va de soi, par une presse elle-même doublement motivée: d’une part l’accusation de racisme procure un véritable orgasme à tout esprit de gauche, d’autre part les « informations » sur ce sujet émeuvent et font peur, donc se vendent bien.

L’actualité de ces derniers jours vrombit de commentaires, indignés bien sûr, sur les attaques « racistes », dont fut victime le ministre Christiane Taubira. Eh bien, désolé de le dire aux bonnes âmes indignées, au-delà des réactions épidermiques parfois généreuses, il ne s’agit en l’occurrence que d’un racisme fabriqué. Une foule de militants se réclamant de la « Manif Pour Tous » a accueilli le ministre à Angers aux cris de « singe, casse-toi, guenon, dégage.. ». De tels propos, grossiers, insultants, inadmissibles, ne sont pas des propos racistes. Ils traduisent l’exaspération d’une foule ulcérée par la politique de ce ministre, en particulier par une loi récente qui les heurte dans leurs sentiments profonds. Mais si le ministre responsable avait été blanc et obèse il aurait entendu des « casse-toi, gros tonneau » ou autres gentillesses de ce genre. S’il avait été grand avec des dents en avant il aurait entendu des « dégage, grand cheval ». S’il avait été très petit il aurait entendu des « casse-toi, nabot »…

Ces insultes dont fut victime Taubira sont d’un degré plus fort mais de même nature que les « Naboléon » qui émaillèrent certaines apparitions en public de Sarkozy, et certains articles de presse le concernant. C’était du racisme? Non, c’était de la grossièreté. D’ailleurs dans la foule qui insultait Taubira avez-vous entendu une seule fois l’un des mots « noir »,  « black », « nègre », « négresse »? Non.

Taubira elle-même a évidemment sauté sur l’occasion de se comporter en victime du racisme. C’est de bonne guerre… Et son discours au Parlement déclencha les applaudissements nourris de la gauche et du centre. Mais il faut saluer le courage des députés UMP – ils en ont parfois – qui tous ont refusé d’applaudir cette récupération tricheuse au risque de se faire traiter de racistes par des électeurs crédules.

En conclusion de cette histoire, relevons aux deux bouts du langage socialiste, les commentaires de deux caciques du parti. Najat Vallaud-Belkacem, fidèle à son président et à sa pensée extrémiste,  n’a pas hésité à appuyer sur le bouton « racisme »: « Le président de la République a renouvelé son soutien à Christiane Taubira face à la gravité extrême des insultes racistes qui ont été proférées à son endroit »… Mais le député  PS Malek Boutih, lui, déclarait plus sagement le 6/11/2013  : « On a tous été victimes d’imbéciles ou d’imbécillités, de là à dire que les Français sont devenus racistes, c’est un raccourci inacceptable ».

Le racisme, le vrai, existe évidemment. Toutefois il est en France beaucoup plus rare qu’on ne le dit. Et l’usage de ce mot devrait faire l’objet de moult précautions. Ce texte, peut-être, n’en a pas pris suffisamment, mais méfiez-vous, si vous me le reprochez je vous traiterai de raciste.

 

 

 

 

 

 

 

 

216 Commentaires

  1. Florence

    Bravo Impat !
    il y en a assez de ce supposé racisme dont les Français seraient coupables, parce que Français. Ne serait-ce pas là du racisme du reste que de dire que les Français sont racistes ? Du racisme anti-Français ?

    Cette prétendue lutte contre le racisme est une façon de faire taire les opposants.

    J’ajoute que la façon dont Taubira s’est présentée en victime est assez indigne de la fonction qu’elle occupe.
    Elle est ministre de la Justice, 3 ème dans l’ordre protocolaire si je ne m’abuse. Elle n’a pas à venir se faire plaindre.
    Elle manque vraiment de dignité pour venir se victimiser et en se rabaissant au niveau de ses insulteurs : des gamins de 10 à 12 ans qui ne méritent qu’une bonne leçon de respect et rien d’autre.

    Elle se serait grandie en traitant l’incident comme il le méritait, par le mépris au lieu de gémir sur le manque de solidarité des autres ministres. Comme s’ils ne recevaient pas eux-mêmes leur dose quotidienne d’insultes, sans qu’ils aient besoin d’être soutenus particulièrement.

    J’ajoute que je n’ai jamais entendu quiconque traiter Rama Yade de guenon. Cela ne serait venu à l’idée de personne parce qu’elle était respectée même si on peut la trouver politiquement peu performante.

    Je termine par une réflexion concernant l’indignation dont font part tous ces braves gens de gauche : leur indignation s’arrête bizarrement à l’un des leurs. Quand une femme de droite, comme Morano ou Maréchal Le Pen , se fait traiter de « conne et de salope », ceux qui sont soutenus par ces braves gens de gauche sont les insulteurs, pas les insultées. Comment ces braves gens de gauche espèrent-ils qu’on prennent leur indignation, leur antiracisme, leur féminisme au sérieux. Ils se montrent tels qu’ils sont : des clowns grotesques.

  2. Merci Impat pour votre article que j’ai eu plaisir à lire.
    Suite à ce fait-divers, la Manif pour tous a publié une mise au point que certains s’obstinent à ne pas voir.
    Hier soir sur France2, un « C dans l’air » avec uniquement des gens de gauche et des bien-pensants. Ils avaient tout de même eu la décence de dire que « la France n’est pas raciste ».
    Ce soir il y aura un « Ce soir ou jamais » où Dame Lévy aura l’honneur de participer. J’espère que ce sera plus équilibré et que les autres intervenants ne vont pas la descendre en flèche !

  3. Patrik,… « ne vont pas la descendre en flèche ! »…
    Je ne crois pas Elisabeth Lévy du genre à se laisser tomber en vrille! Je la verrais plutôt mitrailler avec bonheur et justesse toute l’escadrille en face d’elle…

  4. « De tels propos, (…) traduisent l’exaspération d’une foule ulcérée par la politique de ce ministre, en particulier par une loi récente qui les heurte dans leurs sentiments profonds. »
    Vous avez mille fois raison. Je suis moi aussi excédé par la façon dont elle a fait passer la loi, avec ses provocations, son mépris à l’encontre de ses adversaires, par la façon dont le vote a été effectué dans un hémicycle très clairsemé, pour faire passer une loi qui touche à l’anthropologie et bouleversera profondément la société dans les temps à venir.

  5. Oui, je sais, elle est coriace et a de la répartie. Je ne pourrai pas voir l’émission ce soir, mais j’essaierai de la regarder demain sur Internet. Un régal !

  6. Florence

    D’accord avec vous Patrick, l’arrogance de cette femme est détestable.

  7. Lisa

    Quand on dit que la France est raciste, on sous-entend la France des français de souche j’imagine ?
    puisqu’il paraît que le racisme anti-blanc n’existe pas.

    Et comme dit Florence, c’est du racisme anti-blanc de dire que les blancs sont raciste, car cela les rend inférieurs aux non-blancs.

  8. Un jour je me ferai traiter de « face de craie ». Et je ne dirai rien.
    Plus tard je me ferai voler mon portable par un encagoulé. On me demandera la couleur de sa peau. Et je ne dirai rien.
    Ensuite, on insultera ma fille, dans la rue alors qu’elle rentre chez elle. des doutes seront émis sur ses moeurs, qu’elle donne suite aux invites ou non. Et ce sera non. Elle m’appellera en tremblant. Je la rassurerai. Et je ne dirai rien.
    Enfin, on refusera un emploi à l’un de mes fils, pour le « donner » à un immigré récent, moins qualifié par l’expérience que par la peau. Et je ne dirai rien.
    Pour finir, je refuserai de laisser ma place dans la file de la boulangerie à un excité d’origine manifestement subméditerranéenne. Et on me traitera de raciste.
    Alors, je le deviendrai. Pour ne pas les contredire.

  9. kravi

    Je serais plutôt d’accord avec l’ensemble de l’article.
    La mauvaise éducation et l’incivilité sont devenus la règle y compris chez les faces de craie, quoi que cette expression puisse signifier. Je suis toujours abasourdi de voir — un exemple entre cent — des garçons et des hommes jeunes n’ayant même pas l’idée de céder leur place assise aux femmes de tous âges. J’en suis d’accord, ceci n’a rien à voir avec le racisme. Les réflexions de Matzneff sur ce sujet sont pertinentes — quoi qu’on puisse par ailleurs penser de ce pervers peu ragoûtant.
    En revanche, l’illustration de votre thème est particulièrement mal choisie. Pour que les choses soient claires, je précise que j’abhorre Mme Taubira, son irresponsable politique d’impunité aux délinquants et ses amitiés syndicales indignes.
    Cependant, la recevoir en la traitant de guenon, publier sa photo en regard de celles d’un chimpanzé sont à n’en pas douter des manifestations racistes. Quand des hooligans accueillent un joueur de football noir en imitant des postures et des cris de singe, ce sont de toute évidence des manifestations de racisme du plus bas niveau.
    Se poser en victime peut s’avérer payant à court terme par ces temps de compassion débridée. Puis cela finit par lasser, mais c’est une autre histoire.

  10. Marie

    Je suis plutôt de votre avis kravi m^me si j’abhorre Taubira. Par contre ma belle soeur angolaise doit être raciste lorsqu’elle râle après d’autres africains qui se tiennent comme des gougnafiers. 🙂

  11. Marie

    Houlà Impat vous ne suivez plus les commentaires sur causeur?

  12. Kravi,… « l’illustration de votre thème…. »…
    Votre critique n’est pas sans fondement, cette question m’avait fait hésiter sur le choix de l’exemple Taubira. Cependant, réflexion faite je l’ai maintenu et je le crois justifié. La raison se trouve dans cette phrase du billet: « si le ministre responsable avait été blanc et obèse il aurait entendu des « casse-toi, gros tonneau » ou autres gentillesses de ce genre. S’il avait été grand avec des dents en avant il aurait entendu des « dégage, grand cheval ». S’il avait été très petit il aurait entendu des « casse-toi, nabot » …qui montre bien que l’attaque contre le physique du ministre eut été la même, dans les mêmes circonstances, si sa couleur de peau avait été plus…claire. Cette attaque n’était donc pas raciste, ni dans son esprit ni dans son expression.
    Toutefois cela pouvait prêter à confusion parce que l’idée de racisme est devenue sous-jacente en permanence.

  13. Bonjour Marie,… « Houlà Impat vous ne suivez plus les commentaires sur causeur? »…
    Non, depuis longtemps, toutefois je lis certains articles et toujours ceux d’Elisabeth Lévy.
    Mais les discussions oiseuses avec des lampistes ou des éclairs, non merci.

  14. QuadPater

    kravi :

    Cependant, recevoir [Taubira] en la traitant de guenon, publier sa photo en regard de celles d’un chimpanzé sont à n’en pas douter des manifestations racistes.

    Mais non, absolument pas ! Si je traite NKM de guenon, c’est du racisme ?
    Non, n’est-ce pas ?
    Alors ?

  15. On ne voit pas éclair ces temps-ci, et lampiste qui a été viré est remplacé par … son clone ? du nom de Duglandal…

  16. hathorique

    @ Impat
    Si vous me le permettez, je suis en grande partie en accord avec votre texte, sauf sur un point qui ne me parait pas de détail , car faire brandir une telle pancarte de surcroit par de jeunes enfants a une connotation sinon raciste du moins raciale, cela n’est pas anodin et doit être condamné, comme doivent l’être les insultes sexistes traitant de « conne » et de « salope » la jeune députée Marion Maréchal et Madame Moreno ce qui n’a nullement indigné les hiérarques socialistes, d’ailleurs J. François Coppé, lors de l’ouverture de la session parlementaire avait fait montre d’un manque de courtoisie républicaine en ne saluant pas cette toute jeune députée lors d’un vote, oubliant que tout comme lui elle était une élue de la République et du peuple français.
    Il est détestable d’utiliser des enfants dans ce combat là d’un coté comme de l’autre bien sur, comme le dit Kravi ce qui est détestable dans les stades l’est tout autant utilisé par des opposants politiques .
    Pour le reste Il faut être très vigilant et intraitable sur ce clivage artificiel et cette mise en scène victimaire et père 🙂 pour des raisons médiocrement idéologiques surtout électoralistes pour la primauté d’un communautarisme exacerbé, comme par exemple lorsque :
    Christiane Taubira déclare à (Express mai 2006) :
    “qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les «jeunes Arabes» «ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes».
    Les enjeux du présent expliquent peut être ces relectures du passé, comme si les « jeunes arabes » n’étaient pas en capacité d’assumer les méfaits de leurs ancêtres ce qui laisse supposer de la part de Madame Taubira un mépris pour leurs aptitudes à la résilience mémorielle, si tant est qu’ils en soient traumatisés.
    La loi Taubira du 10 mai 2001 qualifie la seule traite négrière de “crime contre l’humanité” le million de chrétiens ou pas d’ailleurs, razziés par les Barbaresques, les Turcs et Arabo-musulmans passent par pertes et profits. Il est vrai qu’il reste peu de descendants, pour se réclamer de leur mémoire .
    L’histoire ne doit pas être tronquée en fonction de ses amitiés ou inimitiés particulières et rien n’est jamais tout noir ou tout blanc..
    Les enjeux du présent expliquent peut être ces relectures du passé,
    Il me parait urgent de fonder une représentation nationale sur une conscience de la dimension historique générale pour une prise en responsabilité par nos dirigeants politiques de l’ensemble de l’histoire en évitant de la segmenter.

    Je reprends cette phrase de Florence :

     » Cette prétendue lutte contre le racisme est une façon de faire taire les opposants. »

    Ce que Madame Taubira pensait être une arme de destruction massive fait pschitt

  17. @ Hathorique,
    cette mise en scène victimaire où l’on vitupère…

  18. Je ne suis pas d’accord Impat, si il est un archétype raciste c’est bien celui du noir à moitié singe. Peu importe l’exaspération, il est des insultes qui abaissent plus ceux qui les profèrent que ceux à qui elle sont adressées. On ne peut revenir en arrière, les théories racistes considérant des hommes comme des animaux ont provoqué des ravages que nous connaissons tous, au travers de ces insultes ce n’est pas seulement Madame Taubira qui a été insultée mais tous les êtres humains dont la peau est noire, je ne peux m’y associer pour ma part : le gendre de mon meilleur ami est noir, je sais qu’il a été blessé par ces insultes, comme certainement le prêtre qui assistait le curé de la paroisse lors des messes auxquelles j’ai assisté avant de me rendre à la manif pour tous, ce n’est tout simplement pas admissible. Personne ne se trompe sur la nature de « Ya pas bon Taubira », c’est impossible, cela veut aussi dire « Ya pas bon Mandela », c’est ainsi, c’est une gifle à des centaines de millions de personnes alors que Naboléon est une gifle à une seule personne, les excès de l’antiracisme ne peuvent justifier de tels débordements.
    Je n’aime pas Madame Taubira, je ne l’aurais pas applaudi à l’assemblée mais je me serais levé, non pas pour elle mais pour tous mes frères noirs que ces propos ont blessé. Le racisme anti-blanc, la haine ordinaire du blanc, les émeutes raciales infondées qui sont plus certainement motivées par la haine de l’autre que par un sentiment d’injustice, tout ceci est inadmissible comme le sont ces photos des Obama avec des faces de singe. Tout ceci est dégueulasse et déshonore ceux qui ont spontanément utilisé de telles insultes, déshonore leur cause.
    Ces singes là ont donné à l’humanité le Gospel, peut-être la plus émouvante et la plus belle expression de la foi.

  19. QuadPater

    Hathorique, avez-vous essayé de demander à un racaillon s’il a une aptitude à la résilience mémorielle ?

  20. Lisa

    Assez d’accord aussi.
    Mais j’ai remarqué une chose, les hommes maghrébins se lèvent pas mal pour les dames agées….ou enceintes, mais là, je fais de racisme anti non maghrébins..

  21. Hathorique, Patrick, Skarda
    Tout ce que vous avancez là est respectable et repose sur une part de vérité. Mais une part seulement, qui s’explique par l’ambiance de racisme/antiracisme dans laquelle on nous plonge. Je dirai, en opposition à votre point de vue, que s’interdire de commenter l’aspect physique d’un Noir parce qu’il est un Noir c’est sombrer involontairement dans le raisonnement raciste. Un non raciste oublie qu’il s’adresse à un Noir, donc il peut parfaitement se moquer de sa couleur de peau. Mais dans tous les cas, être grossier, insultant, ou user de sous-entendu injurieux, est inadmissible pour toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.
    Quad, je crois, a très bien vu cet aspect ici, comme il l’avait vu ailleurs avant de quitter cet ailleurs.

  22. Entre la provoc de Quad face à une meute hargneuse et ce qui s’est passé, entre autre l’utilisation des enfants comme le souligne Hathorique il y a un gouffre. Je ne sais d’ailleurs plus ce que Quad a dit à part Taubiwa, il n’aurait pas du je trouve, mais face à cette bande on peut le comprendre.
    On ne peut pas rendre coup pour coup, c’est le début de l’emballement mimétique, à la fin les adversaires ne sont plus distinguables, ce n’est plus l’idée qui est combattu mais le rival, nous connaissons bien ce processus dans les forums. Il faut avoir le courage de lâcher prise. Il faut aussi savoir s’interdire certains procédés, même si l’antiracisme est détestable, le racisme n’est pas le remède, même par dérision, c’est de l’huile que l’on jette sur le feu,
    Je trouve finalement vraiment blessant que des gens se réclamant du Christ tombent dans telles errements.

  23. QuadPater

    Tibor je suis heureux que nous ne soyons pas d’accord. J’avais perdu l’habitude d’avoir affaire à des gens intelligents.
    Vous critiquez un « Taubiwa ». Que pensez-vous d’un « Gichcard d’Echtaing » ?
    C’est pareil ? c’est différent ? si oui qu’est-ce qui fait la différence ?

  24. QuadPater

    Une critique sur le physique, pour être déstabilisante et faire du mal, doit forcément interagir avec un complexe, une honte de la victime.
    Peut-être que Sarko a souffert d’être de petite taille (combien au fait ? c’est si terrible que ça ?), mais je ne sache pas que Taubiwa serait complexée de ressembler à une guenon… Donc je ne vois pas où est la pertinence de l’attaque « une banane pour la guenon », et surtout je ne comprends pas qu’elle puisse faire mal !
    Et vous Tibor, si je vous traite de singe, vous fondez en larmes ? Vous perdez toute contenance ? Vous entrez en dépression ?

  25. hathorique

    Cher Quad

    Peu m’importe ce racaillon, et à limite pourquoi ne comprendrait il pas ce que j’essayerais de lui expliquer, si je ne le convaincs pas, c’est que peut être la faute est mienne et que je manque de pédagogie, je ferai donc repentance ; maintenant face à une bande souvent plus proche de la meute que du jamborée halal, j’ignore de quelle manière je réagirais.

    L’une des insultes les plus blessantes que j’ai subies, ne venait pas d’un racaillon mais de gentils petits blondinets, mais j’essaye de ne pas faire d’un cas particulier une généralité.

    Ce que je pose là ce sont des principes intangibles ; on ne réduit pas un individu à la couleur de sa peau qu’elle soit blanche, noire, rouge ou jaune, j’espère n’avoir oublié personne ; je crois d’ailleurs que commencent à circuler des propos péjoratifs sur le « petit blanc  » qui n’est pas celui que l’on consomme dans les bistrots encore que le « petit noir » soit lui aussi apprécié sur ces mêmes zincs, comme le « gros rouge », pour le jaune, je ne vois que le pastis marseillais, ce nous ramène à Monsieur Mennucci et son troublant lapsus sur « l’arabe  » accessoirement marseillaise Samia Ghali.

    Je pense que répondre à son adversaire de la même manière que lui lorsqu’il vous attaque de façon infamante, c’est SE réduire à ce qu’il est LUI, c’est lui permettre de se mettre au même niveau que le vôtre donc lui consentir une égalité imméritée et en définitive perdre la bataille de la dignité, occultant le fait que son seul objectif c’est celui de votre humiliation et de votre déconsidération, si possible en rameutant « sa servile meute suiveuse », là aussi il y a un phénomène de bande passante affligeante.

    Pour ma part, il est des combats douteux que je préfère ne pas engager et même perdre, considérant que les gagner avec les mêmes armes méprisables que mes adversaires m’apporterait une victoire à la fois dérisoire et peu honorable.

  26. Loaseaubleu

    @Kravi
    Je pense que les racistes sont justementbqui crient au racisme,,

  27. hathorique

    @ Impat dit À 20.02
    « comme il l’avait vu ailleurs avant de quitter cet ailleurs »

    « la vérité est ailleurs » comme dans X Files, je suivais ce feuilleton et je me rappelle de Fox Mulder et Dana Scullly, je me demande ce qu’est devenu l’homme à la cigarette qui à l’époque ne savait pas encore que « FUMER TUE « .
    Il est peut être parti fumer à Roswell en soucoupe volante pour rejoindre les extra terrestres en emmenant avec lui le couple de détectives pour une reproduction Orwellienne par P.M.A 🙂

    BONNE SOIRÉE À TOUS

  28. Florence

    Eh bien je suis d’accord avec Quad. Je trouve même assez raciste de penser que les noirs sont des petits êtres si faibles qu’ils sont incapables de se remettre qu’on leur dise qu’ils ressemblent à des singes. Du reste, cette ressemblance n’est pas du tout automatique et vaut aussi pour certains blancs ou jaunes.
    On ne se gêne pas pour traiter untel de porc ( ce qui est beaucoup plus dégradant que d’être comparé à un singe à mon avis ) ou unetelle de dinde ou de poule. On dit même régulièrement que  » les Français sont des veaux « . Quand la victime est blanche, on peut y aller sans problème. Quand il est noir, attention fragile.Le pauvre chou ne pourrait pas s’en remettre et rester traumatisé à vie tellement ces petites bêtes sont fragiles. Ce ne serait pas un peu du racisme ?!

    A vrai dire, j’en ai un peu marre de tous ces gens si susceptibles et si facilement « blessables ». Des vraies chochottes ! Zut, je vais encore blesser quelque âme un peu trop sensible 😉

  29. Florence

    D’accord donc avec Quad, mais aussi avec Impat.

  30. QuadPater

    on ne réduit pas un individu à la couleur de sa peau

    Cessons d’évoquer la couleur de la peau. Si on me peint en bleu et qu’on fait de même pour Wesley Snipes, on verra quand même qui est le Blanc qui est le Noir.
    La couleur ne représente qu’une partie négligeable de l’ensemble des différences visibles entre un Noir et un Blanc. Je trouve extrêmement intéressant qu’on se focalise sur la différence la moins discriminante*.

    ——————
    * au sens originel du terme, pas dans l’acception de gauche.

  31. QuadPater

    Florence, nous débusquons là une doxa enkystée dans les crânes. Bien sûr que non, un Noir n’est pas complexé d’être noir. Taubira n’est pas complexée par son accent ni par son physique, et ce n’est quand même pas une gamine de douze ans qui va lui faire du mal.
    Imaginons la situation inverse pour nous en assurer, un petit Noir qui traiterait devant les caméras Ayrault de face de craie…On en parlerait pareil ? Bien sûr que non !
    Mais comment on fait pour être aussi ridicules avec nos indignations à deux balles ?

  32. Cher Quad, j’ai trouvé que cette bande s’est comportée avec vous de façon méprisable et vous le savez bien, je n’ai à aucun instant douté de vous, la question n’est pas là. On ne peut extraire un propos de son contexte, comparer un noir avec un singe est lourd de sens de par l’histoire. Se moquer d’un individu n’est pas se moquer d’un groupe, d’un groupe qui a souffert les pires souffrances sous ces mêmes moqueries.
    Nous ne pouvons nous permettre de nous abaisser, c’est faire la part belle aux donneurs de leçons qui nous étouffent, la preuve en est : Christiane Taubira passe pour une héroïne, les pleureuses se tordent les mains.
    Il n’est pas question dans mon esprit de faire taire les gens, d’autoriser des associations à se porter partie civile, d’étouffer la liberté d’opinion, mais je revendique le droit à dénoncer des propos et des idées qui heurtent toute personne de bien.
    Par ailleurs, dire qu’une critique sur le physique doive interagir avec une honte de la victime ne dédouane en rien celui qui utilise un tel procédé pour blesser d’autant moins que la honte, la brulure est collective. Rien ne permet de justifier ce type d’injure dans le débat politique, c’est un appel évident aux sentiments les plus bas de l’homme.

  33. Les noirs ressemblent à des singes, les blancs à des porcs, les jaunes à des rats et que sais-je encore, quel monde formidable Florence ! Est-ce ainsi que vous concevez la charité ? Ne voyez-vous pas ce qu’il y a d’insultant à le faire ?

  34. Quad, si je vous comprends bien, lorsque l’adversaire se comporte comme un porc on a toute licence à le faire soi aussi ?

  35. Un noir n’est pas complexé d’être un noir, il est tout simplement sensible aux insultes racistes, nul n’a envie d’être comparé à un singe ou à un porc.

  36. Florence

    Tibor
    bien sûr que je n’ai pas envie de traiter quelqu’un de singe, ou de salope, ou de conne, comme ça sous son nez.
    Mais de là à se draper dans sa dignité haut et fort pour bien montrer que je ne suis pas raciste. Non.
    Je ne suis pas raciste et c’est bien parce que je ne le suis pas que je n’ai pas à me justifier et à « dénoncer  » et à traquer le racisme là où il n’est guère.
    Je n’ai pas besoin a priori de montrer que je ne suis pas raciste et que je trouve le racisme détestable.
    Tout comme je n’ai pas a priori besoin de montrer que je ne suis pas une voleuse et que je trouve le vol détestable. Pareil pour le viol, le crime, la torture.
    Cela va de soi.

    Je trouve même insultant que l’on passe son temps à « dénoncer » le prétendu racisme des uns et des autres.

    Est-ce que parce que vous êtes un homme, vous devez sans arrêt justifier que vous n’êtes pas un violeur en criant haut et fort au scandale dès qu’une femme est importunée ? Eh bien c’est pareil.

    J’en ai vraiment ras la casquette des procès d’intention et de la réaction obligatoire d’indignation pour prouver au monde que « non, je ne suis pas raciste. La preuve ? Je suis antiraciste ».
    Cela me fait un peu penser aux discours de Staline que les gens étaient obligés d’applaudir. Cela durait des dizaines et des dizaines de minutes. En effet, le premier qui s’arrêtait était automatiquement soupçonné de d’être un opposant et risquait le camp.

    Eh bien non, je n’ai pas envie d’applaudir Staline. J’ai envie d’être libre.

  37. Florence, que Taubira soit une politicienne retorse est une chose que l’on utilise des insultes racistes pour la combattre en est une autre.

  38. Mais là en l’occurrence ce n’est pas un prétendu racisme, s’en est un avéré.

  39. Florence

    Et voilà le travail !
    Vous faites le procureur à merveille Tibor.
    Si je dis que des gens traitent les uns et les autres de porc, de dinde, de singe. C’est un constat. Je ne donne pas mon avis. Je dis que c’est courant.
    Et tout de suite, vous m’accusez de le faire et de trouver ça bien.

    C’est pas raciste mais c’est quand même bien dégueulasse de votre part. Bien dégueulasse.

  40. Florence

    Quand ai-je été raciste avec Taubira Monsieur le Procureur ?
    Quand ai-je trouvé ça bien qu’on soit raciste , Monsieur le Procureur ?
    JAMAIS ! Je vous interdis de venir me donner des leçons.

    Pour des remarques comme celles-ci, si vous étiez en face de moi, je vous aurais collé une gifle bien méritée.
    Vous rendez-vous compte de l’insulte que vous me faites ?
    Venir me dire que je trouve bien que l’on soit raciste !
    Mais, vous êtes dingue !

  41. Ne vous fâchez pas ainsi, j’insiste simplement sur le fait que de telles insultes sont inadmissibles surtout de la part de chrétiens mettant leurs enfants en avant. Je ne vous accuse de rien, je trouve que vous édulcorez la gravité de fe qui s’est passé.

  42. Mais enfin Florence quand vous ai-je accusé d’être raciste? Vous vous emballez vite !

  43. Florence

    Je n’ai pas envie de polémiquer avec vous Tibor.
    Je trouve que vous avez tendance à polémiquer et à donner des leçons et ça me gonfle.
    Et si vous pensez que je suis raciste, je m’en tape. C’est faux et vos accusations débiles ne font que vous discréditer.
    Oubliez-moi ou dénoncez-moi à la police mais ne parlez plus.

  44. C’est hallucinant ! Je ne vous ai jamais traité de raciste, je ne fais qu’affirmer que les insultes racistes à Taubira, le fait de la comparer à un singe, de lui jetter des peaux de banane pour ce faire, d’embrigader des enfants est indigne. Est-ce interdit ?

  45. Florence

    Pour finir avec vous Tibor,
    si vous pensez que j’ai tendance à édulcorer l’incident, moi je pense que vous avez tendance à le dramatiser. Cet incidence n’a à mes yeux aucune importance particulière.
    Des insultes, il s’en échange des milliers et des milliers par jour.
    Christine Boutin et Cécile Duflot ont fait part récemment des toutes les insultes qu’elles recevaient régulièrement.
    Sarkozy est probablement parmi les politiques les plus insultés, voire le plus.
    L’incident avec Taubira est pour moi de la même veine.
    Tout comme Morano et Lepen qui se font traiter de conne et de salope.
    Je ne vois pas pourquoi on lui donnerai plus d’importance.

    Je n’aime pas cette société où les gens s’insultent et insultent les autres. Je déteste ça.
    Et je déteste être obligée de dire pour les mal-comprenants que je n’aime pas les insultes.

  46. Florence

    Non, ce n’est pas interdit. C’est même ce que pensent 99 % des gens. Cela tombe sous le sens.

  47. Pour finir de mon côté, je trouve très grave que des chrétiens poussent leurs enfants à jetter des peaux de banane à une ministre noire fut-elle la pire. Que ça dépasse de loin ce que l’on a pu faire dans le genre, et je déteste moi aussi me voir soupçonner d’accuser ici les uns et les autres de racisme parce que je n’ai pas la même analyse qu’eux, d’autant moins que je me suis senti bien seul sur un autre site pour prendre la défense de notre ami Quad.

  48. Bonjour à tous, la nuit qui porte conseil a certainement rappelé (c’est un souhait…) que le débat ne devrait pas porter sur le racisme. Personne ici à ma connaissance n’est de près ou de loin raciste, et écrire des odes en faveur de l’égalité des races consiste à donner des coups d’épée dans l’eau.
    La thèse que veut exposer l’article n’est pas une thèse sur le racisme, c’est une thèse sur l’usage abusif, inapproprié, dangereux, des mots « racistes » et « racisme » à propos d’événements nombreux, voire quotidiens, qui portent sur l’insulte et la grossièreté bien davantage que sur le racisme.

  49. Marie

    lampiste est toujours là avec sa cohorte mais bon…

  50. Marie

    ha bon j’y étais pourtant!

  51. Marie

    « Entendu hier sur France Info à propos de la censure, je n’en croyais pas mes oreilles tellement pour une fois c’était pertinent et relevait de la vérité vraie : Nos démocraties progressistes se sont débarrassées de toute censure officielle et venant du pouvoir, inimaginable désormais qu’un quelconque ministre de l’intérieur interdise quoi que ce soit comme ça se faisait auparavant : l’idéal de la liberté d’expression totale semblant atteint en fait. Sauf que maintenant ceux qui décident du bien et du mal et font la pluie et le beau temps du politiquement correct sont les lobbies et organisations en tout genre, avident de procès et assoiffés de dédommagements qui les font vivre et les rendent de plus en plus puissant. Ce journaliste ne cachait pas son inquiétude, faisant remarquer qu’on allait droit vers la plus absolu des dictatures : le moindre propos un peu humoriste ou subversif à l’égard de quoi que ce soit pouvant être récupéré par un groupuscule minoritaire se présentant comme victimaire. Enfin avant que tous les professionnels de l’indignation se rendent compte de la perversion du système, de l’eau va couler sous les ponts des palais de justice, ma seule consolation étant de voir que tous ces petits bataillons de l’empire du Bien commencent à se bouffer entre-eux ! »

  52. … « Ce journaliste… »…
    Il est en or ce journaliste, avez-vous retenu son nom, Marie ? D’ailleurs à mon avis pour dire des choses aussi vraies ce ne devait pas être un journaliste. 🙂

  53. Guenièvre

    Je suis globalement d’accord avec votre article Impat même si je pense, comme certains ici, que votre exemple est mal choisi : la comparaison des noirs avec les singes relève directement des thèses racistes :

    même si, aujourd’hui, la plupart des gens utilisent ces stéréotypes sans savoir d’où ils viennent.

    Ceci dit l’exploitation de ce geste stupide est évidente : on hurle partout à la libération de la parole raciste pour éviter de parler de problèmes plus graves. On pond des enquêtes pour montrer que « les français sont de plus en plus racistes » et bien évidemment on le « prouve  » puisque, comme vous le dites, on fabrique du racisme en étendant ce terme au maximum : vous êtes contre le port du voile pour les professionnels de la petite enfance : raciste ! vous êtes pour une régulation de l’immigration : raciste ! Vous considérez qu’il y a un problème d’intégration chez les immigrés : raciste !
    Que Madame Taubira soit choquée par ce qui lui est arrivé je le comprends parfaitement, qu’elle utilise cet événement politiquement en est une autre . Cela lui permet de se poser en victime et de faire oublier qu’elle a largement divisé et exacerbé les Français.

  54. Encore une fois ce geste n’est pas anodin, l’embrigadement des enfants encore moins. Ce n’est pas parce que Madame Tzubira est haïssable ou que l’antiracisme nous étouffe que ce geste n’est pas condamnable. Si nous en venons à excuser le racisme le plus évident au nom des excès de l’antiracisme nous tombons dans le même caniveau que nos adversaires. Peu importe la récupération politicienne, elle existe des deux côtés, ce qui compte ce sont les principes moraux essentiels et je le répète : comment admettre que des gens qui se prétendent chrétiens en arrivent à de telles extrémités ? Est-ce ainsi que se comprend la parole du Christ ?

  55. Ce geste n’est pas stupide, il est dégueulasse, d’autant plus dégueulasse que des enfants y sont associés.

  56. Alors pourquoi choisir un tel exemple ? Un acte si évidemment raciste et condamnable ?

  57. « Que Madame Taubira soit choquée par ce qui lui est arrivé je le comprends parfaitement, qu’elle utilise cet événement politiquement en est une autre . Cela lui permet de se poser en victime et de faire oublier qu’elle a largement divisé et exacerbé les Français. »
    Entièrement d’accord, Dame Guenièvre.

  58. Le thème « Le racisme se banalise-t-il ? » a été traité hier soir dans Ce soir ou jamais.

  59. Guenièvre

    Mais je n’excuse rien et je dis la même chose que vous !!!
    Même si je pense que le racisme de ces gens-là est plus une preuve de bêtise ( ce que l’on appelle le racisme ordinaire ) qu’une adhésion à des thèses racistes, il doit être combattu . Mais où est-ce que je dis que ce n’est pas condamnable ?
    Par ailleurs on peut combattre une chose et ne pas être dupe de sa récupération politicienne.

  60. … « Ce geste n’est pas stupide, il est dégueulasse »…
    L’un n’empêche pas l’autre, Skarda.

  61. Guenièvre

    Je répondais à Tibor…

  62. Skarda,… « Alors pourquoi choisir un tel exemple ? Un acte si évidemment raciste et condamnable ? »…
    Parce qu’il est évidemment condamnable sans être « si évidemment » raciste.
    On a parlé ici de connotation raciste de l’injure « guenon ». Avez-vous la preuve que cette connotation était connue des personnes et des enfants qui ont exprimé cette injure?

  63. Je crois que nous avons d’autres exemples que celui-ci pour dénoncer l’entreprise liberticide des donneurs de leçons de la gauche morale. C’est justement tomber dans un piège grossier que d’utiliser cet exemple précis, c’est intenable, c’est faire la part belle à nos adversaires.

  64. Impat, allons, croyez-vous vraiment que les gens soient si bêtes ? Les enfants sont bien évidemment innocents, pas ceux qui les ont embrigadé.

  65. À tous, je vous aime et je ne soupçonne personne ici, je ne suis pas mal comprenant, je suis tout simplement outré que des gens utilisent de tels procédés .

  66. En tout cas, Skarda (13h35), moi je le suis car j’ignorais cette « connotation ». Vous avez semble-t-il, et beaucoup d’autres avec vous, des connaissances permanentes sur ce qui se dit, ce qui ne se dit pas, doit être évité, etc…. dans les milieux autorisés comme disait Coluche. Connaissances dont le commun des mortels ne dispose pas toujours.

  67. Au nom du Christ qui plus est, même si Hathorique et Guenièvre s’en battent un peu les couettes.

  68. Alors vous êtes un petit enfant Impat et Jésus aime les petits enfants. Pour la plupart des gens cependant, la comparaison d’un noir à un singe ou d’un blanc à un porc est évidemment raciste.

  69. QuadPater

    Tibor, Guenièvre, qu’est-ce qui (au-delà de l’insulte évidemment !!) vous met spécifiquement mal à l’aise quand on traite une femme noire de guenon ?

  70. Comment ramener un peu de mesure et de bienveillance dans ce « hardi merdou » comme disait Louis XI, qui en connaissait un rayon?
    Peut-être en demandant qu’on définisse mieux les termes, comme souvent.
    Où commence le racisme condamnable?
    Quand je dis « Aïe, il y a des roms dans le champ de derrière! » C’est commencé?
    Quand je dis « Les noirs courent soit plus vite soit plus longtemps que les autres », c’est mal?
    Les comparaisons animales me révulsent.
    Mais si une bonne femme, de n’importe quelle couleur, vient me briser les tarses et les métatarses, je la traiterai bien de Taubira.

  71. Dans la constante comparaison des noirs à des singes c’est à dire à des sous-hommes, lorsque j’étais enfant une blague circulait chez les blancs : « Un ministre d’un pays noir en visite en France est amené à visiter un zoo, un singe depuis sa cage lui demande de s’approcher ; quand le ministre arrive près de lui, le singe lui demande : comment as-tu fait pour qu’ils te libèrent ? »
    D’une façon générale comparer un groupe d’êtres humains à des animaux est choquant car justement c’est les expulser de l’humanité. Je suis certain que vous comprenez et je me demande même pourquoi vous me posez la question.

  72. Skarda ’13h53)…  » Pour la plupart des gens »…
    Encore une affirmation très gratuite. Vous montrez seulement, selon moi, que vous ne connaissez pas les gens. Ou que vous connaissez seulement les habitués des forums.

  73. Mon cher Rackamounet, moi aussi j’aurais pu employer cette comparaison infamante, mais ça c’était avant, maintenant j’aurais peur que par transitivité on pense que je compare la personne à une guenon ce qui comme vous me révulse. C’est là le problème avec ce lamentable incident, on a transformé une harpie en victime.

  74. … « si une bonne femme, de n’importe quelle couleur, vient me briser les tarses et les métatarses, je la traiterai bien de Taubira. »…
    Rackam, je ne vous savais pas si méchant!

  75. Ah, bon Impat ? Et vous, vous les connaissez ? Je connais le racisme ordinaire par coeur, combien ai-je vu de blancs débarquer en Afrique et devenir plus raciste que mon père au bout de trois mois, et pourtant mon père en connait un rayon, il a coutume de dire : les melons il faut en aligner dix contre un mur tous les jours, il n’y a que ça qu’ils comprennent. Par ailleurs ayant du longtemps vivre dans ce que l’on appelle des quartiers populaires, avoir des amis chez les moins favorisés, je crous les connaitre assez, en tout cas au moins autant que vous. Tenez, là où je chassais mes camarades appelaient les noirs des « pas nous » (une vieille histoire de safari ou des chasseurs tiraient sur des noirs les prenant pour des singes, ces derniers leur criaient « pas nous, pas nous »), il va sans dire que mes camarades faisaient parti des couches populaires.

  76. Guenièvre

    Quad, le racisme scientifique prétendait que la race blanche était supérieure à la noire en présentant notamment une classification à partir des crânes : le Noir était toujours placé tout en bas de l’échelle de classification des races humaines. Parfois relégué au rang de sous-espèce, voire classé comme une autre espèce de primate ou singe dont la position évolutive serait intermédiaire entre l’ « Homme blanc » (aussi appelé Caucasien) et le chimpanzé. C’est à partir de cette théorie que certains justifièrent l’esclavage.
    Ce n’est donc pas complètement anodin même si, je le crois, beaucoup utilisent cette comparaison sans avoir connaissance de cette thèse.

  77. … « en tout cas au moins autant que vous »…
    Mais certainement, certainement. Ce doit être évident. 🙂

  78. Le problème du racisme ordinaire, c’est justement quand il déborde sur la scène politique. Quand Finkielkraut voit des émeutes raciales dans les émeutes qui ont secoué les cités il voit le racisme ordinaire déborder dans le domaine politique, la haine des gaulois surgissant dans la sphère médiatique.

  79. Bon je retourne à mes chères études, je crois que mon propos est clair et que le débat va virer à l’aigre à un autre fil.

  80. Guenièvre

    « Les comparaisons animales me révulsent »

    Ah! bon ? vous n’aimez pas que l’on vous appelle  » mon petit chat « ?

  81. Souris donc

    Attention, traquenard !
    Ne surtout pas se laisser engluer dans le discours raciste-antiraciste. (Mais oui, mais non, mais si).
    Un commode préchi-précha moralisateur (qui dénote un grand mépris pour les milieux populaires, leur méconnaissance des codes et leurs manières pas toujours policées.) Une façon d’esquiver le vrai débat sur l’immigration et d’engranger les dividendes de la bonne conscience qui permet de se défouler à bon compte.

    C’est la même rhétorique que celle qui convoque le nauséabond et la bête immonde. Que l’on n’entend moins depuis les protestations des Juifs. Il s’agit tout simplement d’une intimidation pour museler toute opposition. Dans un cas la Shoah, maintenant l’Esclavage. Fermez vos gueules, le progressisme sait ce qui est bon pour vous. Si vous vous laissez piéger par la polémique sur le racisme, vous êtes DEJA pris dans leur perversion.

    Taubiwa est l’écriture phonétique internationale officielle du créole. Comme pwofitasyon. Faut quand même pas exagérer, si on se laisse mettre la honte pour si peu, ça veut dire que le totalitarisme a déjà gagné. Madame Taubira s’empare d’un acte imbécile pour se dédouaner de son impopularité, sans se demander en quoi elle-même est responsable des atteintes à la « cohésion sociale ».

  82. Avant de partir pour de bon, d’accord avec vous Souris, entre autre pour le Taubiwa, nous nous sommes bien écharpé sur Causeur à ce propos. Même chose pour les couches populaires, c’est ce que j’essayais de dire juste avant. Par contre je maintiens ma position sur le racisme comme aegument politique. Que le racisme ordinaire soit une réalité et que les couches populaires l’expriment sans ambage est une chose que cela devienne un argument politique en est une autre. Encore une fois, c’est ce que dénonçait Finkie, l’interdiction de dire fe que l’on voit, ce qui vaut dans un sens vaut dans l’autre.

  83. Et une fois encore, que des chrétiens se livrent à de tels débordement, n’est pas admissible pour un chrétien.

  84. Dans l’émission « Ce soir ou jamais » d’hier soir, Leonora Miano (prix Fémina) tient des propos proprement hallucinants. Après avoir coupé la parole à Elisabeth Lévy (1:31:50 de l’émission),elle dit clairement que « la mutation est en cours« , puis (1:32:05), « n’ayez pas peur« , « personne ne sera là pour en voir l’aboutissement » etc. Le « n’ayez pas peur » fait montre d’une incroyable condescendance. Un intervenant lui a rétorqué, mais ses paroles ont été en partie couvertes par d’autres « vous ne vous rendez pas compte de la portée de ce que vous dites, vous faites monter le front national« .
    Oui, je crois que Marine Le Pen peut dormir sur ses deux oreilles. Ce ne sont pas ce genre de propos qui apporteront l’apaisement dans notre pays !

  85. Qui vous dit qu’ils sont chrétiens ?

    😉

  86. Guenièvre

    « Madame Taubira s’empare d’un acte imbécile pour se dédouaner de son impopularité, sans se demander en quoi elle-même est responsable des atteintes à la « cohésion sociale ». »

    Cent fois d’accord avec vous souris !

  87. kravi

    Les précisions de Guenièvre à 14h39 sont pertinentes. Vous n’êtes pas naïfs au point d’ignorer les glissements noirs/Afrique/jungle/singes. Que Taubira utilise les incidents pour se poser en victime et attirer la sympathie est une évidence. Que les antiracistes sélectifs fassent feu de tous bois pour promouvoir leur idéologie à sens unique en est une autre.
    Il n’en reste pas moins que Taubira a été victime de racisme avéré.
    Quand un islamiste me traite de descendant de singes et de porcs, ça m’indiffère totalement : il n’est qu’un abruti haineux et inculte décérébré par sa propagande antisémite. En plus, ce n’est même pas vrai. C’est çui qui’l dit qui y est.

  88. Souris donc

    Le racisme est un marketing, qui se lance exactement comme une lessive. Pour générer des bénéfices directs, en subventions, en dommages et intérêts, en vente de livres, en invitations sur les plateaux. Et des bénéfices indirects dans le domaine de la victimisation et des lois répressives de la liberté d’opinion.
    Cette rente doit s’entretenir, d’où les surenchères. N’entrons pas dans leur jeu, ne leur renvoyons pas le racisme anti-blancs, les bénéficiaires n’attendent que ça !
    L’enjeu c’est qu’on parle de racisme. Il n’y a pas de racisme, c’est juste un trouvaille d’associations pour, bassement, le fric. Le fric est tout ce qui les motive. Donc ils font ce véritable marketing pour endoctriner les gens et persuader qu’il y a du racisme en France. Plus il y a de racisme, plus les associations sont fondées à réclamer de subventions.
    Nous sommes le pays qui accueillons le plus d’immigrés en leur offrant les plus d’avantages, à tel point qu’ils risquent leur vie en masse sur des barques pour venir en profiter. Pesant très lourd sur notre économie.
    Refusons d’entrer dans ces histoires de racisme et antiracisme qui ne servent qu’à engraisser les associations.
    N’entrons pas dans leur jeu.

  89. Guenièvre, essayez! J’ai une sainte horreur des félins de gouttière, des siamois (racisme?), des ceusses de l’île de Man, et de tous les autres. Grrr!

  90. rackam

    Le racisme lave plus noir. La Lessive plus blanc. Seule nuance à apporter au souricismes.

  91. C’est plutôt :
    Le racisme lave plus noir, l’antiracisme plus blanc et les antidoxiens voient rouge !

  92. Et maintenant Rackam lance des hoax ! Mais où va-t-on?

  93. « Le racisme est un marketing, qui se lance exactement comme une lessive. Pour générer des bénéfices (…) Cette rente doit s’entretenir, d’où les surenchères. »
    Bravo Souris, c’est exactement ça. C’est tout le sens du titre: le racisme n’est pas issu d’une génération spontanée, il est fabriqué.

  94. Guenièvre

    Il est fabriqué parfois, monté en épingle ou manipulé souvent mais il existe aussi…

  95. Guenièvre

    Même à Marianne on reconnait que l’on exagère la « montée du racisme » en France !

    « En vérité, le tsunami raciste relève en grande partie du fantasme. Même le Front National, qui vient de loin (et de bas) en la matière prend soin d’exclure au plus vite toute voix douteuse, de peur de voir entacher son entreprise de dédiabolisation. Ce n’est donc pas parce que la dénommée Anne-Sophie Leclerc, ex tête de liste du FN, a tenu les propos détestables que l’on sait, qu’il faut en faire le symbole de la Marianne nationale.

    Il existe même plutôt une forme de veille républicaine en partie salutaire mais qui peut tourner à l’obsession, comme en témoigne l’histoire de la jeune militante de l’UNEF obligée de reconnaître qu’elle avait inventé de toutes pièces une pseudo agression raciste. La chasse à la parole déviante est ouverte 24h sur 24. On ne peut plus rien dire sans peser ses mots au trébuchet afin d’échapper au tribunal des flagrants délits intellectuels. Si certains comiques avaient l’audace de leurs prédécesseurs, ils seraient envoyés d’office devant le Tribunal Pénal International. »

    http://www.marianne.net/Le-fantasme-de-la-France-raciste_a233620.html

  96. Loaseaubleu

    Avez vous écouté hier soir Léonora Miano chez Taddei expliquant tranquillement à Elisabeth Lévy qu’il fallait bien payer la facture de la colonisation de l’Afrique sub-saharienne. Que la France avait changé, et qu’elle ( Elisabeth Lévy ) n’avait pas a s’inquiéter des changements survenus et à venir. Que ça allait bien se passer ?
    Visible sur le site de France2

  97. Loaseaubleu,
    J’ai évoqué la chose dans mon 9 novembre 2013 à 15:11, le lien pour aller sur l’émission s’y trouve.
    Mais pour l’instant, personne n’a réagi.

  98. … « Il est fabriqué parfois, monté en épingle ou manipulé souvent mais il existe aussi… »…
    Oui Guenièvre: il me semble qu’on peut lire ceci à la fin de l’article: … « Le racisme, le vrai, existe évidemment »…

  99. hathorique

    @ Guenièvre.
    Merci pour l’article de Marianne, mais peut être sont ils à la recherche des lecteurs perdus qui les abandonnent depuis que Monsieur Sarkozy n’est plus leur « tête de truc ». Je n’ai pas osé le turc.

    Pour notre région, pendant que Monsieur Destot va alluvionner de frénésie commémorative la tombe du Général de Gaulle chef de la France Libre, le chefaillon responsable de S. O.S. Racime à Grenoble et membre du P.S fait annuler la signature par ‘Obertone de son ouvrage « la France orange mécanique » avec des menaces d’incidents concernant un livre qu’il avoue ne pas voir lu et qu’il dénonce pourtant comme incitateur de racisme ???

    http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/laurent-obertone-censure-sos-racisme-grenoble-893986.html

    @ Patrick 15 H 11
    Comme vous j’ai été stupéfaite par le discours de cette jeune femme camerounaise vivant en France prix fémina ; dans le brouhaha je n’en étais pas sure, mais cela a bien été dit, et aucun des intervenants n »est intervenu. J’ai d’ailleurs trouvé E. Levy très brouillonne.
    Voilà ce que disait Leonora Miano (prix Fémina), en recevant son prix littéraire :
    «Ce n’est pas seulement la ministre qui est insultée, mais toutes les personnes noires qui sont animalisées», a lancé avec gravité la romancière camerounaise d’expression française après la proclamation du prix.
    «Je suis très contente, pour toutes les personnes qui se sentent ainsi un peu vengées aujourd’hui»

    Vengées de quoi, de qui, pourquoi, puisque son livre traite de la traite négrière des africains entre eux
    «La majorité des Subsahariens de l’époque n’étaient ni des captifs, ni des trafiquants d’hommes. Il s’agissait de personnes simples, dépourvues du moindre pouvoir sur les événements», remarque la romancière ; donc les africains ne sont ni responsables ni coupables, redonc seuls les européens sont et demeurent pour l’éternité responsables et coupables.

    Il y a bien sur l’ambiguité de Madame Taubira qui utilise un geste à connotation raciste pour se victimiser, c’est une manoeuvre calculée de mise en scène à des fins de diversion politique et çà marche.
    Elle avait déclaré (Express mai 2006) :
    “ il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les «jeunes Arabes» «ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes» et notre dos à nous ne mérite t il pas lui aussi d’être ménagé ?

    Olivier Pétré-Grenouilleau, historien a été attaqué en justice au nom de la loi Taubira, parce qu’il a eu l’extrême impudence de rappeler que la quasi-totalité des esclaves africains avaient été razziés non par des Blancs, mais par des négriers africains qui les revendaient ensuite et que le commerce des esclaves était pratiqué sur le continent noir bien avant l’arrivée des négriers européens.
    « l’esclave était un bien qui avait une valeur marchande qu’on voulait faire travailler le plus possible , On sait que l’Afrique noire a été victime et acteur de la traite ».

    Il s’est trouvé à l’époque peu d’intellectuels pour le défendre, je crois même qu’il avait été menacé d’exclusion d’un comité théodule machin, car il avait osé écrire dans un autre ouvrage que la transmission des textes grecs et latins avaient aussi été transcrite par des moines copistes chrétiens dans les abbayes d’Occident et non pas que par les seuls savants arabo-musulmans.

    Je pense que la France n’est nullement un pays raciste, mais qu’il s’y pratique des actes racistes, qui sont sanctionnés, lorsque les tribunaux en sont saisis.

    @ Impat
    Merci pour ce débat enrichissant quoique très émulsionnant 🙂

  100. Florence

    Impat 9 novembre 2013 à 13:43
    « En tout cas, Skarda (13h35), moi je le suis car j’ignorais cette « connotation ». Vous avez semble-t-il, et beaucoup d’autres avec vous, des connaissances permanentes sur ce qui se dit, ce qui ne se dit pas, doit être évité, etc…. dans les milieux autorisés comme disait Coluche. Connaissances dont le commun des mortels ne dispose pas toujours. »

    Merci Impat !

    Cela me fait du bien de vous lire, moi qui ai entendu toute ma jeunesse « arrête de faire le singe » et qui ai imité la guenon toute mon adolescence suffisamment bien pour faire rire mes camarades de classe.
    Personne n’y voyait de mal.

  101. Florence

    Tibor Skardanelli 9 novembre 2013 à 14:24

    si on a transformé une harpie en victime, on peut dire que vous y avez bien contribué en montant en épingle un incident aussi stupide que regrettable mais qui n’avait pas plus d’importance que Léonard

    On n’en peut plus que des faits divers prennent le pas sur l’essentiel.

  102. Florence

    Merci aussi à Souris et Guenièvre qui elles aussi savent remettre les choses à leur place.

    Savoir hiérarchiser les problèmes, distinguer l’important du détail est une urgence pour notre pays.
    Du reste, même le gouvernement, pourtant si défaillant, n’avait pas cru bon s’attarder sur l’incident. Avec le chômage, la dette et tout le reste, même le gouvernement n’avait pas jugé l’affaire si importante que la France s’arrêtât de tourner pour se rouler parterre d’indignation durant quinze jours.
    Il a fallu que Dame Taubira vienne se poser en victime de manière théâtrale !
    Quelle indécence !
    Cette dame est ministre de la Justice, en troisième position dans l’ordre des ministre et la France doit se soumettre à ses états d’âme alors que des millions de gens sont au chômage, que des millions de gens finissent difficilement leurs fins de mois, que la France est en train de couler !

    Eh bien NON ! Je ne chialerai pas sur le sort de Taubira. Je ne marcherai pas dans l’intox. Taubira n’a rien d’une victime. RIEN.
    Qu’elle pleurniche ailleurs. Elle n’est pas payée des dizaine de milliers d’euros, elle ne dispose pas de dizaines de collaborateurs, pour venir pleurnicher.
    Un peu de tenue !

  103. QuadPater

    Vous m’énervez toutes et tous avec vos « connotations ». La connotation ne prend tout son sens que dans l’esprit de celui qui prononce le mot.

    Quand on parle à kravi (ou à moi) de nos longues lignées d’ascendants chiens et porcs, ça ne nous touche pas, et ça ne vous touche pas. Ben oui, nous savons tous que ce n’est pas vrai, donc nous en rions En gros c’est comme quand on me traite de fils de pute.

    En revanche quand on dit la même chose à Taubira, vous vous hérissez, c’est Hitler, l’esclavage, la théorie du nègre simiesque etc… Est-ce parce que, réellement, Taubira est plus proche du singe ? est-ce pour cela que c’est raciste de la traiter de guenon ? Expliquez moi ce deux poids deux mesures, quoi, parce que vous me faites sérieusement flipper ! Nous sommes en 2013 et Guenièvre ressort des théories qui puent sacrément la naphtaline !
    Et expliquez-moi pourquoi on peut se foutre de l’accent de Gaudin mais pas de celui de Taubira. Utilisez des termes simples, écrivez lentement pour que je comprenne, parce que je n’y parviens pas.
    Et expliquez-moi aussi en quoi c’est raciste de se moquer d’un Noir. Pareil, prenez votre temps, mais soyez convaincants.

    Enfin, qu’ont les Noirs de plus ou de moins que les autres pour que, dès que l’un d’eux est mis en cause, votre surmoi vous fasse les gros yeux ?

  104. Excusez- moi Patrick j’avais commencé a lire les commentaires par les derniers et me suis arrêté en route

  105. Florence

    Quadpater
    « votre surmoi vous fasse les gros yeux  »
    Quoi ! quelle horreur !!  » faire les gros yeux » a une connotation horriblement raciste. Si si, c’est le PS qui l’a décrété avant hier à 12h46 ! beurk beurk ! Vite, plions-nous au nouveau critère de racisme décrété arbitrairement par le PS, notre maître à penser ! Vous serez brûlé pour blasphème après avoir été écartelé vivant et longuement. Fallait vous tenir au courant des connotations.

    Blague à part, je suis totalement d’accord avec vous.
    Cela dit ,je ne vois pas où Guenièvre a eu de tels propos.

  106. Une petite histoire vraie.
    Un jeune garçon est interne au collège d’une petite ville normande, dans les années 60. Le prof de math (excellent) est un Noir. Les élèves se moquent souvent de…son nom, il s’appelle Moscou et le chant potache à la fin des récré commence par « Moscou pas comme un prunier… ».
    Il le sait et ça le fait rire.
    Aujourd’hui je gage qu’il porterait plainte et que la Justice condamnerait les élèves, ou leurs parents, ou le Principal.
    Est-ce un progrès?

  107. kravi

    Je gage qu’aujourd’hui il ne porterait pas plainte pour cette chanson.
    Mais si d’aventure des potaches saluaient son entrée en classe par des cris et des grimaces de singe, il me plairait qu’il les punisse sévèrement. Car ce serait du racisme pur sucre.
    Votre anecdote est bien choisie, à rebours de votre exemple initial : la chanson sur Moscou n’est en rien raciste. Les raccourcis sur les noirs prétendument simiesques si.
    Je rappelle que Taubira m’insupporte.

  108. kravi

    Qu’il les punît.
    Apprenons la concordance des temps aux sauvageons, ils auront de meilleures chances d’intégration.

  109. Bonjour Kravi,… « Je gage qu’aujourd’hui il ne porterait pas plainte »…
    Acceptons-en l’augure, mais je crains que vous soyez légèrement optimiste sur ce début du 21e siècle en France…

  110. C’était Léonora ou Léonarda ?

  111. Guenièvre

    Cher Quad,

    Certains mots sont forcément connotés parce qu’ils ont une histoire .
    Cela ne vous touche pas quand on vous traite de porc parce que ce mot n’évoque rien d’autre qu’une comparaison absurde et sans objet et que vous avez assez de distance pour en rire. Imaginez que, dans un temps pas si lointain, ( le racisme scientifique sévit du 19e à la fin des années 30, ce sont les mêmes qui expliquaient « Comment reconnaître un juif » ) des gens qui se paraient du prestige de la science aient expliqué que vos parents, vos ancêtres et tous ceux qui avaient les mêmes caractéristiques physiques que vous, appartenaient à une sous- espèce proche du porc. Ne pensez-vous pas que cette insulte prendrait alors une toute autre signification pour vous ? Qu’elle ferait écho à une histoire que l’on vous a transmise, à des événements que l’on vous a rapporté et qui avaient leur comptant d’horreur ? Il faut essayer de faire la part des choses et je rejoins la position de Kravi. Autant je déteste la mémoire violente, pleine de ressentiment, accusatrice et revancharde que l’on rencontre souvent chez certains groupes autant cette mémoire douloureuse est légitime et respectable.
    Quand on se moque de Taubira en imitant son accent ou quand on chante « Moscou pas comme un prunier  » comme dans l’anecdote d’Impat il n’y a aucune raison par contre d’y voir du racisme . On se moque de tous les accents, on fait des jeux de mots sur tous les patronymes . Le problème aujourd’hui est que l’on mélange tout et que cette confusion est volontairement entretenue par tous ceux qui y voit des intérêts , ceux qui veulent profiter à fond du statut de victime et les politiques qui fonctionnent à l’idéologie ou qui veulent récupérer des voix.

  112. Florence

    Je crois qu’il les punirait effectivement sévèrement car cela serait un évident manque de respect.
    Tout comme des jeunes femmes professeurs subissent régulièrement des moqueries sexistes.

    C’est le manque de respect qui est à blâmer avant tout.

  113. Florence

    Cher Guenièvre
    le racisme scientifique du 19e que vous évoquez m’est quasi inconnu. Je l’ai vaguement appris et très tard qu’il avait existé. Je ne crois en aucun cas que ce racisme scientifique soit intégré dans la mémoire collective de la France. J’ai même l’impression que la France n’a rien de profondément raciste.
    Au contraire des Etats-Unis dont une des ses fondations est l’esclavage.
    La France n’a pas cette fondation esclavagiste.
    Le servage a été aboli très tôt et l’esclavage n’a été effectif en France que dans les colonies ultramarines pendant une période relativement courte de son histoire ( C’est toujours trop long, je vous l’accorde).

    Le racisme que vous évoquez est probablement lié à la colonisation qu’il fallait justifier idéologiquement.

    Mais l’essentiel de l’esprit français et de l’histoire de France est tout de même en Europe et je n’y vois pas de racisme d’Etat.

  114. Florence

    Chère Guenièvre ! Pardon !
    N’y voyez pas de connotation négative ! 😉

  115. Florence

    Avant de vous laisser pour raisons familiales, je pense profondément qu’il ne faut pas voir le mal partout.

    A traquer le mal, le racisme ou autre « homophobie », dans les moindre paroles, les moindres gestes, on va finir par pourrir la vie sociale et le résultat sera à coup sûr à l’inverse du but prétendument recherché.
    Traquer le racisme dans la moindre parole ne réduira pas le racisme mais contribuera largement à monter les gens les uns contre les autres. C’est peut-être le but recherché par ceux qui instrumentalisent ce genre d’incidents.

  116. kravi

    Florence, vous avez raison sur le thème de l’exploitation ad nauseam des phrases sorties de leur contexte pour faire s’indigner dans les chaumières. Ce que ressasse et dont se nourrit le politiquement correct à des fins d’instrumentalisme compassionnel.
    En l’occurrence les références simiesques sont bel et bien du racisme : cf. Le commentaire de Guenièvre sur ce racialisme scientifique dont la France s’est bel et bien nourrie, à l’instar d’autres pays à la même époque. Il en reste des traces dans les rares neurones de hooligans amateurs de bagarres footballistique, et plus communément chez nombre — qui reste à déterminer — de nos contemporains. Vous ne pouvez ignorer la désopilante saillie :  » remonte dans ton cocotier, Bamboula « .

  117. Guenièvre

    @ Chère Florence,
    « Je ne crois en aucun cas que ce racisme scientifique soit intégré dans la mémoire collective de la France. »

    Je ne le crois pas non plus même si je n’ai pas les compétences nécessaires pour mesurer exactement l’influence de quelqu’un comme Gobineau sur la mémoire collective de la France.

    Il n’empêche que ces thèses se sont banalisées dans des stéréotypes qui sont reçus comme un déni d’humanité particulièrement fort . C’est de ce point de vue que je me plaçais, du point de vue de la mémoire collective des noirs qui ne peuvent recevoir cette comparaison de la même manière que l’on reçoit une autre comparaison animalière .
    Après, en déduire que la France et les français sont racistes, et faire de cet incident un scandale d’Etat, c’est de l’instrumentalisation.

    .

  118. Florence (12h25)… « Cher Guenièvre (…) N’y voyez pas de connotation négative.
    Comment comment? Pourquoi négative? C’est du racisme.

  119. Il n’y a pas de mal, Loaseaubleu, je ne suis pas vexé. Et je vous avouerai même qu’il m’arrive parfois la même chose : lire les commentaires en commençant par la fin.

  120. Patrick (15h33) et tous. (hors sujet)
    … « il m’arrive parfois la même chose : lire les commentaires en commençant par la fin. »…
    Il serait possible d’organiser le site de telle sorte que les derniers commentaires apparaissent au début. Merci à ceux qui le souhaitent de le signaler, de préférence par courriel. Et on se conformera à la majorité de avis…

  121. Ce n’est pas fini : Dieudonné insulte Taubira et compare les journalistes français au Mali à des « soldats en ballerine et tutu ».

  122. Florence

    Guenièvre et kravi

    Certes, traiter de guenon Taubira a est en soi répréhensible. Nous sommes aussi d’accord sur l’instrumentalisation insupportable qui en est faite.

    Je pense que tout de même que la connotation raciste est loin d’être évidente pour tout le monde.
    Je ne suis pas non plus certaine que ces enfants et leurs parents soient d’atroces racistes. Je pense qu’il s’agit davantage de la connerie ordinaire.
    J’ai cinquante ans passés, je n’ai jamais entendu autour de moi, ni de près ni de loin, une thèse, même rudimentaire, qui assimilait les noirs à des singes. Non franchement, le racisme n’est pas dans notre inconscient collectif, j’en suis convaincue. Je n’en dirais pas autant de l’antisémitisme.

    Quant à la saillie  » retourne dans ton cocotier, Bamboula « , je ne crois pas l’avoir entendue souvent et quand je l’ai entendue, cela a toujours été du second degré, pour louer au gros beauf.

    J’ajoute que mes enfants sont beaucoup moins complexés que notre génération à ce sujet. Ils sont des copains noirs et arabes et tous ensemble, ils se moquent allègrement de l’antiracisme. Ce sont eux qui ont raison.

  123. Florence

    erratum

    pour jouer au gros beauf

  124. Marie

    Je ne sais plus impat .

  125. Marie

    Je plussoie aussi

  126. Marie

    Il paraitrait que cette romancière faisait référence au n’ayez pas peur de Jean Paul II …

  127. Marie

    Chres amis Je vous conseille de vous procurer ce livre quasi indispensable sur le sujet. Je l’ai lu et j’y ai trouvé une mine d’informations sur ces sujets. Taubiar devrait demander des comptes à SOS Racisme qui a été un déclencheur de certains propos .racistes. Notre génération qui a vécue avant cette merveilleuse période ou il faut faire attention à ses moindres propos, ne peut avoir le m^me regard que les générations Touche pas à mon pote (on doit encore avoir une petite main jaunes dans les affaires de mes ex ados. Ma grand mère avait deux bonnes martiniquaises avant guerre et je ne l’ai jamais entendu tenir sur elles de propos racistes.

  128. QuadPater

    Chère Guenièvre a écrit :

    Ne pensez-vous pas que cette insulte prendrait alors une toute autre signification pour vous ?

    Je n’en sais rien, amie Guenièvre. Et – à moins que votre histoire familiale fasse que – vous non plus. Vous estimez, vous imaginez une souffrance morale. C’est un exercice auquel je ne me prête jamais.

  129. Guenièvre

    @ Florence,

    @ » A traquer le mal, le racisme ou autre « homophobie », dans les moindre paroles, les moindres gestes, on va finir par pourrir la vie sociale et le résultat sera à coup sûr à l’inverse du but prétendument recherché. »

    Je suis d’accord avec vous et Claude Lévi-Strauss… est d’accord avec nous ! 🙂
    « Rien ne compromet davantage , n’affaiblit de l’intérieur et ne compromet davantage la lutte contre le racisme que cette façon de mettre le terme à toutes les sauces » Claude Lévi Strauss

    Mais il faut aussi tout bonnement le reconnaître quand il est là . C’est uniquement sur ce point précis qu’est notre désaccord je crois Florence. Sur la qualification de cet acte. Non, ces enfants et leurs parents ne sont sans doute pas « d’atroces racistes » mais ils véhiculent des stéréotypes qui sont racistes . Il y a une différence entre employer une expression comme  » faire le singe » qui veut dire  » faire des grimaces », et offrir une banane à un noir comme s’il était le chimpanzé du zoo (et ce de façon publique, pas en plaisantant entre copains). La thèse de l’assimilation de l’homme à la bête, même si elle n’est pas exprimée comme telle est bien là, présente dans le geste même. Est-ce que l’on ferait la même chose avec un blanc ?
    Le problème est aussi qu’être raciste est présenté comme la honte absolue parce qu’on l’associe au crime absolu et au nazisme . On peut commettre un crime sans être raciste et être raciste sans jamais commettre de crime. Le racisme des nazis n’a été effroyablement meurtrier que parce qu’il a servi une vision du monde idéologique . Le racisme ordinaire est souvent dû à l’ignorance et aux préjugés. Je vous assure que j’ entends parfois des choses assez horribles de la part de certains jardiniers dont j’ai parlé dans le billet précédent. Cela ne m’empêche pas de les apprécier pour des tas de raisons et de savoir que, dans les conditions actuelles, ils ne feraient pas de mal à une mouche. Si les conditions se durcissaient, si la période était trouble , et surtout, si un leader les poussaient , je ne sais pas ce qui se passerait. Sans faire des leçons de morale il suffit parfois de discuter un peu pour infléchir quelques positions. D’autres fois ça ne sert à rien.
    Enfin, pour conclure, je crois que nous sommes d’accord pour dire que c’est le manque de respect pour toutes les personnes qui est le problème essentiel aujourd’hui .

  130. Guenièvre

    Merci Marie ! la mort de Daniel Lefeuvre est passée bien inaperçue …

  131. Merci Guenièvre, je n’ai jamais essayé de faire la leçon à mes amis chasseurs pour les « pas nous » et autres bamboula. Mais lorsque ce racisme ordinaire fait irruption sur la scène politique, il faut le désigner pour ce qu’il est et ne pas détourner les yeux parce que celui ou celle qui en est victime est détestable. C’est justement parce qu’il y a eu le nazisme et qu’à Paris même s’est tenue une exposition sur le « juif » que le racisme en politique n’est absolument plus tolérable, il est impossible d’ignorer ce trou noir, cette catastrophe spirituelle et politique.
    L’antiracisme est détestable et il s’inscrit dans une entreprise totalitaire dont la théorie du genre est un autre aspect, il doit être combattu pour ce qu’il est, mais on n’éteint pas un feu avec de l’huile.

  132. Florence

    Guenièvre,

    Vous y voyez un acte de racisme ordinaire. J’appelle ça de la connerie ordinaire car on peut rabaisser n’importe qui au rang de l’animal. Ce n’est pas une question de race. L’homme sera rabaissé au niveau du cochon, la femme au niveau de la truie ou de la poule. J’en passe et des meilleures.
    On peut rabaisser un être humain de mille et mille manière. On en a des exemples à la pelle tous les jours.

    Ce qui n’empêche pas que je me serais bien passée de cet incident minable et que ces gens ont commis un acte lamentable, mais je ne m’offusque pas plus, et pas moins non plus, de cet incident que de celui de la « conne et » de la « salope ».

    Pourquoi je ne m’en offusque pas plus ? Parce qu’aujourd’hui je ne vois nulle part des idéologies racistes qui seraient en train de prendre le pouvoir des esprits en France. Si le climat était fortement teintée d’un racisme patent ou potentiel et que des bastonnades contre les noirs étaient commises, cet incident aurait une autre signification. Mais là, non, cet incident est pour moi un acte de plus de la connerie ordinaire. Rien d’autre. Il montre davantage une exaspération, une intensification des tensions qu’une montée grandissante du racisme.

  133. QuadPater

    Florence, goûtez la beauté de ces instants de blog : vous et moi contre la terre entière ! 🙂

    (mais dites bien à votre Chéri que je déconne, hein !)

  134. Florence

    Oui, cela est à la fois un grand bonheur 😀 mais aussi une grande interrogation.

    Alors donc, si ce n’est que ça le racisme, à quoi bon en faire tout un plat ?
    Tout comme le nazisme : si Sarkozy = Hitler, le nazisme n’est pas si terrible que l’on veut bien le dire.

    On en oublie ce que sont le vrai racisme et le vrai nazisme.

  135. Grâce à Patrick j’ai réécouté le passage de  » ce soir ou jamais  » au cours duquel Leonore Miano interpelle Elisabeth Lévy
    Pour madame Miano la France est en train de régler la facture de la colonisation. Ces masses fuyant une Afrique sub-saharienne colonisée, appauvrie, par l’exploitation systématique de ses richesses, débarquent en France avec leur culture qu’elles entendent conserver. La France change, a dejà changé et Madame Lévy n’a aucune raison d’avoir peur.  » vous verrez ça va très bien se passer  »
    Propos terrifiants car tenus calmement droit dans les yeux d’une E.L. abasourdie, et abandonnée par tous les participants, Taddeï n’ayant pas jugé bon d’intervenir.

  136. Florence

    Peut-être ai-je une autre sensibilité car je considère le singe comme un animal très sympathique. Judy, la petite guenon de Daktari, a enchanté mon enfance avec son ami le lion Clarence.

    D’autre part, quand je vois écrit sur des forum Taubira comme Taubi rat ou Taubirat, je n’aime pas du tout, j’y sens du racisme.

  137. Florence,… « On en oublie ce que sont le vrai racisme et le vrai nazisme. »…
    Vous avez raison, et cette forme de relativisme est à mon sens la « mode » la plus nocive de notre temps.

  138. Guenièvre

    @ Florence,

     » On en oublie ce que sont le vrai racisme et le vrai fascisme »
    Florence, le problème c’est qu’ il n’ y a un « vrai fascisme » alors qu’il y a de nombreuses formes de racisme qui vont de la théorie raciale dont effectivement personne aujourd’hui ne se réclame et à laquelle seule une infime minorité croit encore à la banalisation de stéréotypes et de comportements racistes . P.A.Taguieff a fait un travail considérable là-dessus . Il a aussi bien analysé le travail contre productif des associations anti racistes qui ont procédé à un double mouvement : ils ont fait DU racisme le mal absolu en le réduisant dans les esprits à sa manifestation la plus terrible et par ailleurs ils ont appliqué le mot à tort et à travers et pour des situations qui n’en relèvent pas. Elles ont brouillé toutes les cartes, elles ont empêché que l’on analyse sereinement le phénomène, elles l’ont flouté et dilué . En un sens elles ont gagné…

  139. Les associations antiracistes n’ont pu s’imposer que parce qu’il y a eu le séisme de la Shoah. Le constater, ce n’est pas

  140. Guenièvre, Florence parlait de vrai racisme et de vrai nazisme, non de fascisme. Il y a bien eu un vrai nazisme…

  141. faire du relativisme mais regarder les choses en face. Le racisme débouche sur l’ancien mécanisme du bouc émissaire, relisons Girard. Le racisme n’est pas le mal absolu qui n’existe pas mais c’est une manifestation du mal de la même façon que l’antiracisme en est une autre, la désignation d’une autre victime émissaire.
    En suivant toujours René Girard, je crois que nous assistons à une montée aux extrêmes, c’est tout à fait dangereux, cet épisode en est un exemple frappant. On euphémise ce qui se passe dans son propre camp et l’on exagère ce qui se passe en face : des deux côtés, c’est le mal qui est à l’oeuvre.

  142. Guenièvre

    et le vrai nazisme ….

  143. Guenièvre

    J’avais lu Marie. C’est très bien. Le blog de F.R est une mine en ce qui concerne l’information car on a bien souvent tendance à oublier même ce qui nous frappe sur le moment !

  144. Marie

    @Guenièvre Je suis ce blog depuis fort longtemps , il est vrai que FR est capable de nous remémorer des tas de choses oubliées.

  145. Guenièvre

    Je sais Marie, c’est en suivant l’un de vos liens sur FR que je suis arrivée sur Causeur… 🙂

  146. Guenièvre

    Je reprends :  » Le problème c’est qu’il y a eu UN vrai nazisme alors qu’il y a de nombreuses formes de racisme …

  147. Paroles de Taubira :
    « On sait bien ce que pense [le Front national] : c’est les Noirs dans les branches des arbres, les Arabes à la mer, les homosexuels dans la Seine, les juifs au four et ainsi de suite »

  148. QuadPater

    Patrick… Une haine immense doit imbiber chaque neurone de cette harpie pour qu’elle se sente ainsi obligée d’exprimer publiquement les fantasmes morbides qui la hantent.

    Quand on a le cerveau rongé par des images de meurtre de masse, de traite négrière, de St-Barthélémy, de Nuit de Cristal, on est incapable de penser pour le pays, pour le bien public, pour l’avenir.

    Alors, comme Hollande, Ayrault et les autres larves : casse-toi, Taubira !

  149. Souris donc

    La banderole Pédophiles, chômeurs, consanguins, bienvenue chez les Chtis, c’est de la gracieuseté ordinaire sur les stades, comme les cris de singe à l’entrée d’un joueur noir. On n’a pas entendu notre sourcilleuse Taubiwa au Trocadéro, et la petite bourgeoisie intellectuelle, gardienne de la bienséance, ne s’est pas formalisée plus que ça des saccages, pillages et bus incendié. Exubérance de supporters. C’est comme le Mur des Cons, une espièglerie de potaches.

    Tu lances une banane, ah pas pareil !

  150. Souris donc

    Racisme business :

    Comment parler du racisme aux enfants, publié par l’hystérique Rokhaya Diallo omniprésente sur tous les plateaux.

    Moi ce qui me navre dans l’histoire de la banane, c’est que personne ne relève que l’endoctrinement antiraciste dès les petites classes de l’Ed Nase vise à culpabiliser l’enfant blanc, et lui seul. Les autres enfants sont victimisés et excusés. Quoi qu’ils fassent.

  151. Souris donc

    Le sentiment d’insécurité a changé de camp. La gauche SAIT qu’elle a misé sur le tocard (merci Nafissatou, merci Dodo la Saumure), alors elle a recours aux artifices de la diversion, fabriquer des polémiques pour occuper les ligues de vertus et donner aux chaisières des forums de quoi minauder.
    Le racisme fabriqué.

    Petit rappel :
    « Le point faible de Hollande c’est l’inaction. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu’il aurait réalisée en 30 ans de vie politique? » (Ségolène Royal)
    « Il n’a aucune épine dorsale, il manque de caractère » (Martine Aubry)
    « Hollande est le principal défaut du Parti Socialiste » (Arnaud Montebourg)
    « Il est du bois dont on fait les marionnettes » (Eva Joly)
    « Tout sauf Hollande ! Hollande, c’est le premier secrétaire qui a tout raté » (Pierre Moscovici).
    « Un accord avec Hollande ou rien, c’est pareil. Il ne tient jamais parole » (Jean-Luc Mélenchon)

  152. QuadPater

    Comment s’enfoncer encore, alors qu’on est déjà méprisé par l’ensemble de ses pairs et des électeurs, qu’on est la risée et la honte d’un pays entier, qu’on n’est plus qu’une imitation de fausse pseudo-caricature ? Oui, par la diversion, effectivement, qui de tactique inefficace est devenue une posture réflexe :

    Jean-Marc Ayrault est également revenu sur les huées subies par François Hollande au cours des célébrations du 11 novembre. Selon lui, ces manifestations d’hostilité étaient « un acte contre les morts de la Grande Guerre, contre la République et la Nation (…) Ces attaques nécessitent un sursaut fort et puissant pour dire : ça suffit les attaques racistes, ça suffit les attaques contre la loi, la République, le droit, les destructions de biens publics ».
    Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/jean-marc-ayrault-repond-aux-attaques-ai-aucun-doute-soutien-majorite-896624.html#72iYZQYvMA9h5KDI.99

    À Ayrault : et les Veilleurs, ils voulaient salir la mémoire d’Anne Franck, peut-être ?

    Mon Dieu, mais qu’ils me dégoûtent !

  153. Je vous encourage à écouter Zemmour ce matin sur RTL.
    Excellent !

  154. QuadPater

    Tiens, et cette Une, vous avez vu ?

    Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane

    Charlie Hebdo – au moins à l’époque où je le lisais avec délectation – aurait parfaitement pu en être l’auteur. D’ailleurs j’ai cru que c’était eux.
    Ben non, c’est Minute ! Merde, les nazis !
    J’ai gardé un peu de l’esprit Charlie de la belle époque. Ce titre qui fait hurler la France cul-de-poule, moi il me fait rire. J’adore l’humour noir, on se refait pas.

  155. Florence

    moi aussi, ça me fait rire, je l’avoue sans honte.

    Ce qui me fait rire aussi, c’est le scandale que ça provoque. Tous ces politocards qui font un concours de « drapement  » dans leur dignité. C’est à celui qui sera le plus indigné. Encore une fois, ça me rappelle, toutes proportions gardées, les concours d’applaudissement lors des discours de Staline.

    Manœuvre assez grossière des socialistes qui espèrent ainsi à la fois faire une diversion et à la fois diriger la colère sur un bouc émissaire. Ils ont la trouille de voir toute la population unie contre eux et donc, comme d’habitude, ils divisent pour mieux régner.

    En attendant, le maire UMP, qui s’est pris trois coups de couteau dans le dos lors de la commémoration du 11 novembre dans sa ville, cela n’indigne personne.

  156. Si « maligne comme un singe » est raciste, alors « rusé comme un renard » l’est aussi.

  157. QuadPater

    Il existe probablement en France… combien ? quelques centaines ? de personnes capables de faire du mal à quelqu’un parce qu’il a une coiffure et un groupe sanguin qui ne leur revient pas.
    C’est grave ! dit la gauche.
    Ah ?! Et combien de crimes racistes dans l’année, voire dans la décennie ? où sont-elles, les hordes SS ?
    Par contre la paupérisation qui ronge maintenant les classes moyennes, ça oui, c’est une menace. Des milliers, non pas de clodos, hein, mais de simples chômeurs vont chercher tous les jours des colis alimentaires aux Restos ou chez St-Vincent-de-Paul. C’est pire que le racisme, le colis alimentaire, non ?
    Et ils font quoi contre la paupérisation, les deux macaques en chef, à part agiter quelques branches mortes pour faire croire qu’il y a encore de la vie au sommet de l’état ?

  158. kravi

    Le toujours excellent Finkie discute avec Élisabeth Lévy de l’incident des bananes : ici, à partir de la quinzième minute.

  159. Guenièvre

    Merci kravi ! Excellent d’un bout à l’autre , je trouve !

  160. Souris donc

    J’aurais tendance, comme vous, Quad, à hiérarchiser mes indignations, mais faut reconnaitre à la mégère qu’elle sait y faire dans la menace et l’autopromotion. Correspondant à la modernité des grouillants cloportes de clavier. Et leurs appels à la délation, leur rêve de tribunal d’exception et de dénonciation de membres de la famille :

    Chacun de vous peut agir, dans vos familles, face à vos  » amis », face à tous ceux dont la parole se libère dans nos rues, ne vous retranchez plus derrière le si confortable  » oh ben il a le droit d’avoir son opinion…  » Comme l’a souligné la ministre de la justice, l’injure raciste n’est pas une opinion, c’est un délit ! A vous donc de le rappeler autour de vous ! Vous allez vous fâchez avec des membres de votre famille, des  » amis « , des voisins ? Oui peut-être, mais au moins vous ne serez pas coupable d’avoir gardé le silence, et d’avoir toléré l’intolérable !
    http://monavistinteresse.blogspot.fr/2013/11/le-racisme-notre-combat-tous.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+MonAvisTintresse+%28Mon+avis+t%27int%C3%A9resse%29
    On n’est plus au temps de La Reine des Pommes, au moins deux expressions « racistes » par pages. Et gratinées. Mais sorti en 1958.

  161. Florence

    Souris

    promis juré, dès aujourd’hui, j’arrête d’acheter des bananes ! Non mais !
    Moi aussi, je veux mon brevet du parfait petit antiracisme.

  162. Florence

    Souris,

    trêve de plaisanterie, cet extrait vaut vraiment le coup d’être lu : la dictature est en marche. Chacun de nous doit surveiller son père sa sœur, son fils, son voisin et le remettre dans le droit chemin. Nul doute que l’on pourra bientôt le dénoncer, comme au bon vieux temps de l’URSS.

  163. QuadPater

    La suspicion s’était abattue sur la France, le mari dénonçait sa femme, l’enfant ses parents, la sœur son frère…

    M. Damien XXX, Français de souche et pourtant inconnu jusqu’à ce jour des Milices Orthosémantiques, a demandé lundi soir à son fils de lui prêter un crayon noir. Comme il avait appris à le faire à l’école aux séances Taubira, l’enfant a rappelé fermement à son géniteur qu’il fallait dire « crayon de couleur » et a aussitôt prévenu le ministère de l’Amour (envoyer « papa » au 3615 tobi).
    M. XXX a demandé en vain de bénéficier d’un avocat. Son extraction sociale par les équipes compétentes est prévue pour la fin de semaine. (Libération, 18 septembre 2014)

  164. QuadPater

    À propos du président des socialistes : sa cote de popularité vient de chuter à 15 %.
    Dans quelques semaines elle sera donc à zéro.
    Ce ne sera pas forcément un problème, cela signifiera simplement un rejet total.
    Mais…
    Mais si cette cote devenait négative ?

  165. kravi

    Quad, vous vous interrogez sur la nature [mathématique] de Hollande ? Est-il entier ? Est-il rationnel ? Est-il seulement réel ? Un imaginaire ?

  166. … « Un imaginaire ? »…i i i !

  167. Florence

    Il est « i » !

  168. kravi

    Rappelez-vous : I² = -1
    => Hollande serait un imaginaire si sa cote devenait négative.

  169. Florence

    Pourquoi pas en effet, nous sommes bien en croissance négative. Impossible n’est pas français !

  170. Florence

    hideux ! 🙂

  171. QuadPater

    Ah les copains, on va le mather, ce Hollande. 😉

    Alors voilà. La Licra appelle à la lutte contre les petites filles mal élevées :

    C’est pourquoi la Licra appelle toutes celles et tous ceux qui considèrent que comparer un être humain à un singe est une abjection indigne de la France à demander au Premier Ministre de faire de 2014 l’année de la lutte contre le racisme.

    La Licra est peuplée d’imbéciles. Une nana qui occupait les plateaux télé à une époque (j’ai oublié son nom, à la fois jolie femme d’origine arabe et forcenée haineuse) a qualifié les Blancs de sous-chiens – ou souchiens (amusant le jeu de mots, mais quand c’est prononcé on n’entend pas la différence) – et Mme Licra ne s’en était pas émue. Je demande que la couverture de Minute et la petite fille soient jugées comme les propos de cette femme (son nom, bon Dieu !?!) : c’était juste une blague affectueuse.

    D’autre part le singe est une espèce apparentée à la nôtre. La comparaison de l’Homme et du singe (ou plutôt de leurs peaux), qui initiait l’ouvrage de Desmond Morris le Singe Nu, est beaucoup plus légitime qu’avec le chien ou le porc.
    Je ressemble plus à mon grand-père que ma sœur. De même, Taubira a plus l’air d’un gorille que Demi Moore. C’est comme ça ! faut pas se vexer !

  172. Florence

    Quadpater, la phrase de la licra est-elle exacte ? Parce que si c’est le cas, cela est strictement débile. Quand on lit la phrase attentivement, elle est parfaitement idiote et n’a aucun sens.

  173. Florence

    Quant à la jeune-femme au souchien, elle a été attaquée en justice et elle a été blanchie.

  174. QuadPater

    Florence, la citation est exacte, cf. http://licra.org/fr/communique/trop-c%E2%80%99est-trop-licra-porte-plainte-contre-l%E2%80%99hebdomadaire-minute
    Mais je me suis trompé, c’est après Minute et non la gamine qu’ils en ont.

  175. Florence

    Ils deviennent complètement fous !
    Ils en oublient de faire une phrase qui ait un sens.
    En quoi comparer un être humain à un singe est-il abject ? Je me souviens d’avoir vu des dessins de Sarkozy et de Royal caricaturés en singe. Qui avait trouvé ça abject ?
    Et si on compare un être humain à un porc, un chien, un ours, est-ce abject ?

    Ils vont finir par mettre la France à feu et à sang.

    Il vaut mieux garder notre sang froid.

  176. Florence, mais la France à feu et à sang-froid ça donne quoi ?

  177. Florence

    Cela donne Antidoxe, cher Impat !

  178. Joli, Florence. Ça mériterait d’être inscrit en en-tête du site!
    Les avis sur ce point seront les bienvenus…

  179. Un extrait d’éditorial de Michèle Cotta dans le Point donne une opinion intéressante sur la prétendue poussée de racisme en France.

    … »Divisés aussi, même s’ils le disent moins (NDLR: les Français), sur le mariage pour tous, et d’une façon générale les valeurs de la République, ce qui se traduit par des remontées acides d’intolérance, et même, disons le mot, de racisme »…

    « Remontées acides » me semble décrire assez bien la situation d’une France plus divisée que jamais depuis quelques mois.

  180. Florence

    Dans mon pays, il y a des bourreaux d’enfants. Ils ne sont heureusement pas nombreux mais, il y en a et hélas une dizaine ou une vingtaine ( peut-être plus, je le crains mais en ordre de grandeur je pense ne pas me tromper) ils en viennent à tuer leur enfant. Quand ces bourreaux d’enfants sont pris, ils sont lourdement condamnés par la Justice et par l’opinion publique.
    C’est une horreur mais dois-je pour autant qualifier mon pays de pays tueur d’enfants ?
    Dois-je pour autant considérer mon voisin comme un potentiel bourreau d’enfant ?
    Dois-je pour autant traiter de bourreau d’enfant un père ou une mère qui donne une tape sur les fesses d’un enfant en proie à une crise de nerfs ?
    Dois pour autant jeter la suspicion et la haine dans tous le pays en lançant une traque de tout geste ambigu envers un enfant et une fatwa sur son père ou sa mère avant même avoir essayé de comprendre ?
    Dois-je pendre haut et court en ameutant la foule avant d’avoir instruit le dossier ?
    Dois-je accuser de bourreau d’enfant ou de complicité, celui qui ne veut pas lyncher en meute nationale son voisin sans sommation même si celui-ci n’est pas un père parfait ?

    Pareil pour le racisme.

    Je n’en peux plus de voir accuser mon pays de mille maux et de mille saloperies.
    La France n’est pas raciste. La France est un beau pays et les Français sont globalement de bonnes gens.
    Et j’accuse tous ceux qui accusent les Français de racisme d’incitation à la haine envers les Français.

  181. Florence

    Erratum

    Dans mon pays, il y a des bourreaux d’enfants. Ils ne sont heureusement pas nombreux mais, il y en a et hélas une dizaine ou une vingtaine ( peut-être plus, je le crains mais en ordre de grandeur je pense ne pas me tromper) QUI en viennent à tuer leur enfant.

  182. Florence

    Alors qu’il accompagnait un équipage de la Bac de nuit (Brigade anticriminalité) le préfet de Haute-Savoie, Georges-François Leclerc a reçu du gaz lacrymogène. Les deux policiers qui patrouillaient dans le quartier de Collonges à Thonon, réputé sensible, ont également été atteints. Les faits se sont produits dans la nuit de jeudi à vendredi vers 22 h 30. Les policiers ont voulu contrôler un jeune homme de 19 ans connu des services pour revendre de la drogue. Il était d’ailleurs porteur de 100 grammes de cannabis. Refusant de monter dans la voiture banalisée, il a alerté en criant une trentaine de jeunes qui a pris à partie les deux policiers et le préfet. L’un des deux policiers a été roué de coup alors qu’il se trouvait à terre. Les jeunes ont tenté d’extraire leur collègue de la voiture de police mais en vain. Le frère du dealer a été interpellé pour outrage, provocation à la rébellion et rébellion en réunion. L’auteur du gazage a été interpellé vendredi matin. D’importants renforts de CRS et de gendarmes ont quadrillé le quartier hier soir.

    Tout est normal, le préfet est blanc.Tout comme le maire poignardé le 11 novembre. Tout va bien.

  183. kravi

     » En effet, maintenant lorsqu’on arrête un faussaire on ne peut parler de monnaie de singe que si le faussaire n’est pas de race noire. D’autre part il n’y a rien d’offensant à écrire que Monsieur Copé rit jaune ou que Monsieur Placé s’est encore coupé, mais inversez les sujets de ces deux expressions et vous serez traîné devant les tribunaux pour injures raciales. Personne ne prend conscience que ce pinaillage ne fait rien d’autre qu’emprisonner les gens dans leurs caricatures.
    Pendant ce temps, il devient impossible à tout citoyen français d’afficher le moindre patriotisme sauf à se faire cataloguer d’extrémiste raciste. Préférez la prose de Sacha Guitry à celle de Nabila, l’humour de Devos à celui de Djamel, et la valse musette au rap, et vous les verrez ces échanges de regards soupçonneux et entendus. Au titre de la réciprocité, le petit peuple se sert de la permissivité qui a laissé sans punition, au nom de la «diversité», des textes de chansons engranger des fortunes en proclamant «nique la France» et il ne comprend pas qu’on lui refuse un droit de réponse, et il a la mémoire longue le petit peuple. » Jean Smia
    C’est assez illustratif de ces échanges.

  184. QuadPater

    Un article de la sympathique Gabrielle Cluzel (celle qui a lancé l’expression « la France bien élevée » en parlant de la Manif pour Tous) qui parle des parents de la fillette à la banane.
    François Morel l’avait qualifiée de « pauvre petite conne » puis est revenu sur ses propos.

  185. Florence

    Après la phase d’hystérie collective :

    Un chroniqueur de France Inter a demandé pardon à la petite fille d’Angers, laquelle va envoyer une lettre d’excuses à Christiane Taubira :

    « C’est pour qui la banane ? C’est pour toi, pauvre petite conne ». Dans son billet du 1er novembre dernier sur France Inter, le chroniqueur François Morel n’y est pas allé de main morte à l’encontre de la fillette qui avait lancé un slogan absolument déplacé à l’égard de Christiane Taubira, déclenchant un tsunami politico-médiatique.

    Rappelons les faits : le 25 octobre dernier, lors d’une manifestation organisée par la « Manif Pour Tous » à l’occasion du passage, à Angers, de la garde des Sceaux, Christiane Taubira, une petite fille brandit la peau d’une banane, qu’une camarade vient de manger pour son goûter, en disant : « La guenon, mange ta banane ». Durant quelques secondes, les propos sont repris et scandés par un petit groupe d’enfants. Filmée puis diffusée une semaine plus tard, la scène crée l’indignation partout en France, jusque dans l’hémicycle. (…)

    Mais hier matin, 15 novembre, (…) coup de théâtre et coup de chapeau : dans un nouveau billet sur France Inter, François Morel, qui a eu vent du ressenti des parents, s’est excusé : « Je te présente mes excuses. Accepte-les s’il te plait. Je suis allé loin en te traitant de petite conne à plusieurs reprises lors de ma chronique, il y a deux semaines. Mais toi aussi, avoue que tu avais été loin en brandissant une banane devant le palais de justice d’Angers. Mais tu as onze ans et j’en ai cinquante quatre (…) Tu es une enfant et je suis un adulte… »

    Rapidement mis au courant, les parents, qui se disent « blessés par le véritable lynchage médiatique dont toute leur famille est l’objet et atterrés par l’ampleur disproportionnée prise par cette histoire » se sont montrés « touchés par ce billet, qui respecte et rassemble et met un frein à la surenchère ». « J’ai été émue qu’un journaliste puisse ainsi s’excuser. Il avait été fort, sans avoir en mains tous les éléments pour juger. Dans ses propos, on n’avait pas reconnu notre fille », réagit la mère de la fillette. Quant au papa, que la suite de ce second billet n’a pas ménagé, il fait la part des choses : Regrettant que le journaliste se permette de le juger à son tour sans le connaître davantage que sa fille, il salue toutefois « l’attitude de cet homme qui a le courage et l’humilité de faire amende honorable, jusqu’à présenter ses excuses ; et qui en sort grandi ».

    Et en face, est-on prêt à s’excuser ? La famille, qui a vécu onze ans à l’étranger, dit « savoir ce que signifie être différent » et se présente comme « tout sauf raciste ». « Notre fille n’a fait que répéter ce qu’elle a entendu dans les médias. Elle n’a pas réalisé ce qu’elle disait et en tout cas, elle n’a jamais eu l’intention de proférer des insultes racistes », affirment les parents, qui qualifient l’incident de « chahut de cour de récréation ». Regrettant l’utilisation qui a été faite des propos de leur fille à l’encontre des valeurs qu’ils défendent, ils les condamnent cependant sans ambiguïté : « Rien ne peut les justifier ». Ils affirment par ailleurs avoir toujours voulu apprendre à leur enfants à « développer leur liberté intérieure, et faire la distinction entre les idées et les personnes et à respecter ces dernières. »
    C’est pourquoi, peu après l’incident, ils ont demandé à leur fille si elle voulait écrire une lettre à la ministre pour lui pour présenter ses excuses. « La lettre est prête depuis trois jours, confient-ils aujourd’hui à Aleteia. Nous attendions pour l’envoyer que la tempête qui s’est déchaînée se calme un peu. Ce billet, qui va dans le sens de l’apaisement, nous incite à le faire ».

  186. QuadPater

    Il est très bien ce Kersaudy. J’aime son résumé de l’opinion du Français sur l’étranger depuis les années 60, je suis convaincu que c’est ainsi qu’il faut la voir.

  187. Tout est bien qui finit bien…enfin presque: ne reste plus qu’à attendre les excuses de Taubira pour avoir tant monté l’affaire en épingle. Ça ne saurait tarder 🙂

  188. Florence

    « Personne ne prend conscience que ce pinaillage ne fait rien d’autre qu’emprisonner les gens dans leurs caricatures. »

    C’est tellement vrai ! Comme toute cette polémique doit être humiliante pour les noirs !
    On a beau dire que c’est abject de prendre les noirs pour des singes, on ne fait qu’asséner cette l’idée.

  189. Florence

    Ils vont cibler Minute.

  190. …  » cibler Minute. »…
    Cela, au moins, ne me tirera pas beaucoup de larmes.

  191. Les commentaires montrent, ce n’est pas un scoop, que personne ici n’est raciste.
    Plus précisément on peut à mon avis distinguer deux sortes de non-racistes.
    D’une part les non-racistes de nature, qui n’observent et ne sentent pas de différence entre les races.
    D’autre part les non-racistes par conviction, qui par environnement de la société sont imprégnés du problème de racisme, « sentent » le racisme et son risque, et luttent victorieusement contre lui.
    Les premiers peuvent se moquer d’un Noir, y compris au sujet de sa « couleur », ils n’y voient aucun problème.
    Les seconds ne peuvent pas se moquer d’un Noir comme ils se moqueraient d’un Blanc, cela les ferait se sentir racistes alors qu’ils ne le sont pas.
    Dans chacun d’entre nous coexistent sans doute un peu des deux esprits.

  192. Guenièvre

    @ Cher Impat,
    Croyez bien que je suis tout à fait certaine qu’ici personne ne pense encore qu’il y a des races supérieures et des races inférieures ! Mais la séparation que vous opérez entre les non racistes ne me convaincs pas vraiment. Parce que moi aussi je revendique le droit de me moquer de tout le monde : noir, blanc ou jaune ! Je ne me sens pas raciste si je fais une vanne sur la couleur d’un noir ou sur les yeux des asiatiques . Je me sens parfaitement à l’aise là-dessus, et de manière aussi naturelle que vous ! je trouve que l’atmosphère créée par les antiracistes est irrespirable et qu’il est vraiment insupportable de ne plus pouvoir plaisanter sans risquer les foudres des biens pensants et leurs jugements moraux ! Pire, là où ceux-ci pensent rassembler, ils instaurent des divisions : les blagues qui sollicitent des stéréotypes exagérant les particularités de certains groupes ( les accents par exemples) sont la preuve que tous les êtres humains, quelles que soit leurs origines, ont des faiblesses et des défauts et le rire qui en découle les rassemble dans une même humanité. Il y aurait donc des gens dont on peut rire et d’autres dont on ne pourrait pas ? Insupportable séparation !
    Cela n’empêche pas de reconnaître objectivement que l’origine de certaines blagues n’est pas totalement innocente. Que la bouche qui les profère le soit ne les exempte pas pour autant et il me semble qu’il est bien de le signaler quand cela s’exprime au niveau national. Il y a des « conneries ordinaires » qui ont des stéréotypes raciaux comme base. Pour moi, reconnaître ces origines douteuses n’est pas tomber dans le politiquement correct . Ce n’est pas pousser des cris d’indignation et ce n’est pas pronostiquer le retour de la bête immonde, ce n’est pas accuser de racisme avéré celui qui se comporte ainsi, c’est tout simplement prendre conscience ou faire prendre conscience du fait que reproduire certains clichés dépasse parfois largement ce que l’on pensait exprimer .
    Par ailleurs il est vrai que toute cette affaire Taubira est montée en épingle de façon très vicieuse et je suis d’accord avec ce qui est dénoncé ici : le deux poids deux mesures, l’instrumentalisation, le fait que tout cet emballement essaie de cacher les échecs d’une politique , etc…
    Et ça continue avec la pétition ridicule de Jeanne Moreau !  » Nous sommes tous des singes français !

  193. Guenièvre, j’essaie de trouver quelque défaut à votre 17h01 mais c’est en vain. Il est …impeccable.

  194. Guenièvre

    Impeccable, je ne sais pas Impat mais si cela vous convient je suis fort aise de cette « perfection » là…:-)

  195. Lector

    Bouuhhh y a du monde… pas le temps de tout lire… alors je plussoye ceux qui… surtout parce que comme eux je ne suis pas d’accord à propos de l’exemplaire… si je puis dire…

    Hum… ce n’est pas tant de critiquer le physique, son aspect, qui pose problème mais l’animalité i.e. le déni d’humanité qui ressort de l’exemple parce que comme le rappelle Tibor, l’assimilation d’un nègre ou autrement dit d’un africain noir, à un singe, c’est une figure de tradition raciste : le noir serait de race animal… la modernité coloniale s’étant posée la question de savoir si celui-là avait une âme etc.
    Voilà, c’est comme l’historique du FN : il existe. Et on ne peut faire sans.

    Puisque fut un temps j’ai fait caricaturiste (aussi) je dirai que Taubira a plutôt une tronche de mérou ou de merlan… et là je suis tranquille, tout le monde sait que la ministre n’est pas un poisson, elle fait comme nous partie des mammifères de la race humaine… ah oui, génotypes compatibles…
    La guenon plus la banane, d’Afrique ou des îles, c’est très mal venu.
    Ce n’est pas une histoire de couleur de peau ; c’est affaire de vécu, d’une personne ou d’un peuple, d’une « famille ». C’est aussi simple que de comprendre si votre fille s’est faite violée, qu’une blague sexiste de brigadier excusant les violeurs aura du mal à passer par vos oreilles sans y laisser quelques acouphènes… vous aurez du mal à faire la sourde oreille.

    @Lisa (en début de fil) : une anecdote pour désamorcer irl le fameux discours qui prétend que la France est raciste ; un jour un type genre racaille de cité, originaire du Maghreb, plutôt éméché, invective un ami qui tenait un bar et refusait, vu l’état du client, de le resservir encore ; le type l’insulte et le traite de raciste sale blond de céfran et tout le tralala, puis il me prend à témoin : « pas vrai mon frère que les français sont racistes ! », il m’avait pris pour un de ses coreligionnaires ; voici de quelle façon je lui répondis avec un sourire de tel sorte amusé qu’il pût le croire un temps complice : « Tarzon mon frère ! T pas français ? », lui demandé-je… il se révolte : « Ben si ! Zarma ! Si hein ! Chuis français ! »…
    « Ah bon ! », je poursuis l’air un peu désappointé mimant l’étonnement, je marque un léger temps de réflexion puis : « … mais alors, tu es raciste ? », questionné-je pour conclure avec l’innocence nécessaire à la sincérité du ton.
    Il faut croire que malgré l’alcool il lui restait un peu de logique : à ces mots sa mâchoire avinée s’est décrochée comme chez un personnage de Tex Avery, puis le type a ronchonné, marmonnant un « mais non, mais… »… je restais suspendu à ses lèvres bien sûr, lui prêtant toute l’attention que requerrait son comportement ; il est sorti du bar en fronçant les sourcil et se grattant la tête d’un air pensif. Le barman m’a payé une tournée.

  196. plantigrade69

    Comme Hatho, Kravi et Tibor…

  197. Souris donc

    Si vous voulez voir ce que la Russie de Poutine pense de Hollande et son « équipe de guerriers d’opérette » décrétant que l’urgence, c’est le racisme :
    http://www.prorussia.tv/Journal-hebdomadaire-de-Voix-de-la-Russie-18-novembre-2013_v626.html
    (juste les 4 premières minutes, du cash)

  198. Lector

    Génial Souris ! Hollande alias « monsieur bricolage ». Excellent; ça lui pendait au nez avec sa « boite à outils ».

    Tenez, à propos du dernier décoré par cette ignare de Filippetti (bandeau vidéo la voix de la Russie au début) ; bien qu’il en fut un fan (peu longtemps dupe apparemment) Barrett a taillé un sacré costard à ce faussaire de Bob Dylan :

  199. Souris donc

    Le progressisme croyait qu’enfin ça y est ! On en tient un ! De type « européen », un beauf au crâne rasé, bas du front, bien raciste, dont on allait pouvoir tirer un modèle de diversion sociétale, culpabilisante, flagellante et repentante, se défouler, en appeler à la délation, au renforcement des lois répressives de la liberté d’opinion, à l’éducation citoyenne dès la crèche, à l’éradication de la banane de la honte et à l’iconisation de Madame Taubira.
    Et paf ! manque de pot, après Richard Durn, Merah et Méric, voici Abdelhakim Dehkar ! Doublement intouchable : gauchiste et immigré.

  200. kravi

    Pas encore de tweet de journalistes bien-pensants  » putain, je suis dégouté  » comme lorsque Merah fut identifié en vengeur d’enfants « palestiniens » ?

  201. QuadPater

    Souris ils espèrent encore un beauf en battle dress pour les gros coups, parce qu’ils ont fini par admettre que l’appellation « faits divers » est parfaitement adaptée pour les plus petits.
    Toulouse cette semaine, deux individus jettent une dame à la Garonne parce qu’elle ne leur donne pas une cigarette. Aucun article nulle part n’évoque quoi que ce soit sur leur origine, mais tous les commentateurs prennent le même pari de 2 divers (statistiquement plus volontiers maghrébins qu’africains).
    Avant il y avait toujours quelqu’un pour dire « mais qu’en savez-vous de leur origine ? », maintenant ils ont laissé tomber.

    Ça pose un problème qui me turlupine, même si j’ai l’air relax comme ça.
    – Info brute : « deux hommes jettent à la Garonne une sexagénaire qui leur a refusé une cigarette »
    – Réaction unanime dans tous les courriers des lecteurs : « c’est encore des Arabes qui ont fait le coup ! »

    L’hypothèse des commentateurs est probablement exacte. Ou, si elle ne l’est pas, elle le sera pour un jeune étudiant de gratouillis-les-oies poignardé pour un mauvais regard, ou pour une jeune femme violée dans le RER F et… etc.

    La situation au niveau information-communication est la suivante :
    Il existe un postulat qui dit « En France les agressions les plus sauvages, les plus violentes, les plus incompréhensibles sont majoritairement le fait d’individus issus de l’immigration afro-maghrébine. »
    Ce postulat divise les Français. Il y a ceux qui y croient et élaborent éventuellement des hypothèses sur les causes, et ceux qui essaient d’anéantir toute apparition du postulat dans le débat public en posant dessus l’opprobre de l’accusation de racisme et la dénonciation d’une « parole libérée ».

    Ça ne peut pas durer, voilà ce qui m’inquiète… Cela fait bien longtemps déjà qu’à chaque fait divers violent les gens demandent d’un air narquois qu’on divulgue les prénoms des agresseurs… Que le postulat évoqué plus haut soit vrai ou faux, il FAUT l’aborder ouvertement, l’insérer dans le débat public, faire des tables rondes dessus, sinon je crains que les hypothèses élaborées sur les causes ne se résument qu’à la cruauté et la brutalité intrinsèques du divers, ce qui amènera les gens qui se pensent muselés à réagir très violemment et sans aucun discernement vis à vis desdits divers.

  202. Souris donc

    Même le couple qui réduisaient 3 femmes en esclavage à Londres ne sont pas des beaufs en battle dress, mais d’anciens maoïstes. Les progressistes n’ont vraiment que la banane de la honte à se mettre sous la dent.

  203. kravi

    Je trouve un article qui complète parfaitement notre débat.
    Pierre André Taguieff est sans doute un des intellectuels les plus pertinents sur ce thème.
    Je ne saurais trop conseiller ses livres sur le nouvel antisémitisme et sur les théories du complot, ceux qui en usent et en abusent.

  204. kravi

    Les militants de l’antiracisme ont contribué à pulvériser la citoyenneté républicaine en faisant des concepts de « diversité » ou de « mixité » non pas des concepts humanitaires et moraux qu’ils auraient dû rester mais des concepts politiques en vue d’obtenir des bénéfices liés à une identité ethnique et non fondés sur le mérite individuel. Les catégories identitaires (« noirs », « musulmans ») ne peuvent pas être invoquées uniquement quand elles sont assimilées à une condition victimaire mais interdites (politiquement correct, oblige!) quand elles servent de rampe de lancement à des revendications politiques.
    Le Conseil Représentatif des Association Noires (CRAN) vient justement de publier un classement des villes antiracistes dont un des critères consiste à vérifier si des candidats de « la diversité » font partie des équipes municipales. En somme, « si vous ne m’élisez pas, vous êtes racistes ». Ici, l’antiracisme n’est plus qu’un instrument idéologique.

  205. Pingback: Les noirs desseins de la propagande. | antidoxe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :