Déviation écologique

LT4

Imaginez un gros village de la grande banlieue bordelaise, entre 5 et 10.000 habitants, traversé dans toute sa longueur par une route importante. Chaque jour et dans chaque sens, passent sur cette route plus de 20.000 véhicules, et davantage en cours d’été car la route relie Bordeaux à de nombreuses plages. Pour corser l’affaire, il faut savoir qu’une grande partie des 20.000 véhicules est constituée de gros camions munis de grosses remorques roulant à destination, ou revenant, d’une importante entreprise de ferraillage.

La situation, vous vous en doutez, est insupportable pour tous les riverains de cette rue principale. Cependant rassurez-vous, la chance a voulu que l’un des flancs du village soit constitué d’une grande zone forestière. La solution vous a par conséquent déjà sauté aux yeux. Elle s’est avérée très simple, une déviation de sept kilomètres en bordure de cette forêt fut proposée voici une trentaine d’années, étudiée, dessinée, et acceptée par les services compétents de l’État, de la Région, du département, de la communauté urbaine, de la commune. Un miracle ? Oui, un vrai miracle, toutes ces administrations munies d’effectifs trop nombreux dédiés à l’examen des mêmes problèmes sont arrivées à se mettre d’accord sur une solution, et à partager les coûts afférents. Cerise sur le gâteau, pas une seule expropriation n’était nécessaire à l’exécution des travaux. Lesquels, naturellement, furent aussitôt entrepris et achevés depuis longtemps.

Ah, vous y croyez, à cette dernière phrase ?

Vous avez tort. Les travaux… ils ne sont pas commencés. Pourquoi ? C’est qu’on avait négligé un facteur, le plus important, le plus fondamental, le plus décisif. La santé des riverains ? Le coût ? Le regret des arbres à abattre ? L’incommodité des travaux pendant quelques mois ?

Que nenni. On avait négligé…l’épouvantable dérangement causé à  deux espèces animales qui logent en ces lieux. Le vison d’Europe, le papillon azuré.

Le vison d’Europe, ses implantations abondent sur les cartes aéronautiques de vol à basse altitude car il ne faut pas le déranger. Il y en a donc partout, mais comme l’écrivit un jour le journal Sud-Ouest : « … il y en a partout où des travaux sont projetés, bizarre, non ? N’y en aurait-il  pas ailleurs en cherchant bien ? ». Non, apparemment ce sont ceux, ou peut-être celui, qui nichent sur cet axe dont le déménagement obligé mettrait la race en péril.

Quant au papillon azuré, il semble aussi unique que le « pique-prune » qui a retardé pendant des années le chantier de l’autoroute Le Mans – Tours avant qu’on s’aperçoive de son existence un peu partout.

Voilà donc où nous mènent ces intégristes écolos, qui n’ont guère d’écologistes que le nom mais parviennent à intimider, freiner, terroriser les décideurs couchés devant leur influence électorale supposée. Est-ce donc si écologique de voir chaque jour une population de plusieurs milliers de personnes respirer des gaz d’échappement du matin au soir, rester abrutie par le bruit des camions et des voitures, vivre dans la peur que leurs « drôles » insouciants se retrouvent brusquement sous les roues d’un véhicule ?

Pendant que ces forcenés mènent leurs pseudos combats pour une biodiversité qu’ils croient menacée, ou qu’ils font semblant de croire en danger, des hommes et des femmes souffrent, étouffent, deviennent malades.

Mais qu’importe, ne dérangez pas les papillons.

 

 

 

 

45 Commentaires

  1. kravi

     » leur influence électorale supposée  »
    Précisément, elle est nulle si on excepte les dernières européennes. C’est donc un réel mystère que cette nuisance soit si répandue. Aubry a signé un pacte avec quelques hurluberlus à l’importance inversement proportionnelle au nombre qu’ils représentent. Je ne comprends pas les raisons de leur maintien au gouvernement ni celle de leur pernicieuse influence.

  2. Kravi, plus précisément encore leur influence est nulle si on la limite au parti « EELV ». Toutefois elle est probablement un peu moins nulle si on y ajoute certaines personnes qui se sentent « d’une sensibilité écologique » et qui bêtement votent, ou ont voté, PS simplement parce que ce dernier s’est lié aux écolos. Je ne vois pas d’autre explication à leur maintien au gouvernement et à ce que vous nommez si bien « leur pernicieuse influence ».

  3. Connu mais a rappeler :
    Les EELV ? une pastèque : verts a l’extérieur, rouges à l’intérieur

  4. Et des pépins dès qu’on y touche!

  5. Marie

    Communiqué de presse : 14 nov.2013

    Éolien : le couple franco-allemand disjoncte
    Cette semaine, Berlin vient d’annoncer sa volonté d’arrêter le développement de l’éolien en Allemagne. (1)
    Depuis 2001 l’Allemagne sert de modèle aux dirigeants de notre pays pour justifier la politique de développement de l’éolien en France avec comme argument fondamental : « La France est en retard sur l’Allemagne ».
    Cette décision met en lumière l’absurdité du programme français actuel dont l’historique est le suivant:

    En 2001 les ministres de l’écologie Dominique Voynet, Yves Cochet et le conseiller politique Denis Baupin ont justifié le lancement du programme éolien français en se référant à l’Allemagne et en mettant en place un système de ponction économique des consommateurs à travers un système de tarifs de l’électricité.

    De 2007 à 2012, le développement éolien a été accéléré par les Ministres de l’environnement Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosiusco Morizet, organisateurs du « Grenelle de l’environnement ». Pour atteindre les objectifs de 19.000 Mégawatts, soit environ 12.000 éoliennes terrestres, Jean-Louis Borloo a imposé aux préfets, sous peine de sanctions, des quotas annuels d’éoliennes à implanter par département.

    Depuis 2012, le programme de la « Transition Énergétique » de François Hollande a amplifié le développement éolien sans en faire le bilan. Le nombre d’éoliennes terrestres pourrait atteindre 25.000, impacter 36.000 communes déclarées arbitrairement propices à leur implantation et dégrader plus de la moitié des paysages de la France.

    Ce programme est actuellement porté par le député socialiste François Brottes qui tente de faire voter, au mépris des fondements mêmes de la démocratie, des nouvelles lois ayant pour objectif de supprimer les dernières barrières juridiques qui protègent encore la population. Il a pour appui des élus socialistes Roland Courteau, Philippe Plisson, et les dirigeants du parti Europe Écologie les Verts, Denis Baupin, Jean-Vincent Placé et la ministre Cécile Duflot.

    Depuis 2001 l’Agence de Maitrise de l’Energie (ADEME) organisme public dépendant du ministère de l’écologie, a été pilotée par un de ses anciens directeurs, Jean Louis Bal nommé depuis 2011 Président du syndicat des promoteurs éoliens.
    Contrairement à son devoir normal d’impartialité, cette agence a fait le nécessaire pour inonder la France de documentation « pro éolienne », directement inspirée par les syndicats des promoteurs. Elle a vanté sans réserve les merveilles du modèle allemand au profit des seuls promoteurs et au détriment des citoyens.

    Aujourd’hui, partout en France, la lutte civique anti éolienne prend une ampleur importante, non seulement avec l’appui de la Fédération Environnement Durable forte de ses 900 associations mais aussi grâce aux associations du patrimoine qui dénoncent avec fermeté le saccage inutile de notre pays et le désastre économique qui l’accompagne. (2)

    Compte tenu des faits récents il n’est pas possible que la France poursuive cette politique éolienne obsolète, ruineuse et destructrice, alors que l’Allemagne qui est « en avance » est en train de l’arrêter.

    Contact presse
    Jean-Louis Butré
    06 80 99 38 08
    contact@environnementdurable.net

    (1) Le Monde.fr avec AFP | 11.11.2013: Berlin veut freiner les subventions aux renouvelables

    (2) Le Parisien |11.11.2013 : la France de Monuments se bat contre les éoliennes

    Cordialement

    Jean-Louis Butré
    Président
    Fédération Environnement Durable

    http://environnementdurable.net

    contact@environnementdurable.net
    tel 06 80 99 38 08

  6. Bonsoir à tous,
    Chez nous ce n’est pas le papillon, ni le vison, mais le Grrrrrrrrrrand Hamsterrrrrr d’Alsace qu’il faut protéger!
    Dans les années 1960, il était considéré comme un nuisible, qu’on a piégé, gazé, qu’on cherchait à éradiquer par tous les moyens.
    Aujourd’hui des chantiers de bâtiments et de routes sont bloqués car il ne faut surtout pas nuire au grand hamster d’Alsace.
    Voilà où on en est arrivé !
    Un site Internet lui est dédié !

  7. Puisqu’il est question d’espèces en danger : pas oublier le citoyen français.

  8. Souris donc

    Il me semble que l’Ayraultport avait été bloqué initialement pour une histoire similaire, ils avaient trouvé un triton bleu, plutôt un NAC relâché délibérément. A mon avis.
    Les chantiers bloqués pour cause de bestiole protégée font monter les coûts vertigineusement. mais les Verts s’en moquent. Ceci dit, je trouve que c’est une bonne idée, de relâcher un NAC, quand une commune veut se conformer à la loi Gayssot SRU de 20% de logements sociaux.
    Ils veulent construire un HLM à racailles en face de chez vous ? Lâchez un nouvel animal de compagnie, un lézard, un serpent, non sans avoir convoqué la presse locale. Ou une orchidée rare.

  9. Souris donc

    1,57% à la présidentielle ! Mais ils sont bruyants et noyautent une quantité d’associations subventionnées, tout le monde les craint.

  10. Kravi…avec talons rouges, quand même !

  11. kravi

    Oui, c’est ainsi qu’il se dévoile sur Causeur, comme je me suis plu à le décrire. A son immense courroux.

  12. QuadPater

    Impat, kravi, vous avez fini avec vos obscénités ? du mandon a coulé derrière vos posts, c’est dégoûtant ! on voit que ce n’est pas vous qui nettoyez la page !

  13. Souris donc

    Les éoliennes sont emblématiques de la frivolité des Verts : des moulins à vent qui brassent de l’air et coûtent plus qu’elles ne rapportent. Le Grenelle de l’Environnement, incroyable concession aux Verts, faite par Sarko, mise en oeuvre par Borloo. Nous lui devons également les écoportiques. Et les normes absurdes qui donnent des avantages fiscaux aux bobos qui calfreutrent leurs maisons, payés par ceux qui n’ont pas les moyens de calfeutrer ou d’installer les panneaux photovoltaïques (on touche le sublime : EDF obligé de racheter l’électricité des bobos à un tarif supérieur, répercuté sur les factures des autres consommateurs. Puis on s’aperçoit que 4 millions de Français sont en situation de « précarité énergétique ». Qu’à cela ne tienne, ils ont des tarifs sociaux, répercutés sur les factures des autres consommateurs. Sans parler du somptueux CE d’EDF…répercuté, toujours, sur le consommateur captif).

  14. hathorique

    Bonjour à tous

    Malgré mon attachement au vison vernaculaire argentique et à l’azur papillonnant des coteaux bordelais, je crois que la préoccupation essentielle de notre gouvernement (sans gouvernail ) est son attachement à une espèce protégée  » les verts » ( 2,30% aux dernières élections présidentielles).
    Ces verts moulus sont aux même une espèce en voie de disparition c’est donc eux qu’il faut protéger, ils font donc en sorte d’être préservés de l’extinction programmée qui les menace aux prochaines élections, tous ceux de mes amis qui votaient « écolo » sont en voie de désécolonisation transgénétique.

    Les écolos sont pétrifiés par l’effet papillon : le battement d’aile d’un papillon au Brésil peut provoquer quelques semaines plus tard une tempête au Texas, alors imaginez ce que ce serait un tsunami papillonnaire dans la moiteur des plages tropicale du médoc, maintenant que les blockhaus sont ensablés. Imaginez Bègles plage, sans sa luxuriance cocotière et Mamère sans son marcel pur coton tige.

    Mais pour en revenir à votre article, j’ai trouvé un lien expliquant la complexité du maquis législatif pour l’élaboration d’un projet routier et que ces projets étaient soumis entre autres à « l’étude d’impact du projet sur l’environnement » ce qui est parfois une bonne chose pour la préservation de certaines espèces non reproductives en voie de disparition comme  » l’homo homonculus spéculos spéculum » .

    Dans notre cher et merveilleux pays il est préférable d’être un vison argenté qu’un pigeon désargenté.

    Il faut cependant essayer de trouver une harmonieuse répartition entre la préservation l’environnement et la nécessaire modernisation du réseau routier, mais nous avons dans ce gouvernement des ayatollahs intégristes qui considère l’accessoire comme essentiel et vice versa, cela dépend des courants, qui les mènent parfois à la dérive et la dérive sans gouvernail nous ramène à notre capitaine de pédalo qui prend l’eau.
    http://www.developpement-durable.gouv.fr/Principales-etapes-de-l.html

    @ souris 20 h 20
    votre idée est géniale

  15. Bonjour à tous,
    @ hathorique
    « il est préférable d’être un vison argenté qu’un pigeon désargenté »
    Bien trouvé !

    🙂

  16. Florence

    D’un autre côté, les pigeons désargentés prolifèrent !

  17. Patrick

    Au point que certains se soulèvent, mais pas pour s’envoler, bien au contraire.

  18. lisa

    Ou le Président de la République ?

  19. Imaginez alors le sort des habitants de Churchill dans le Manitoba, là-bas ce ne sont pas des papillons que les green warriors défendent, réchauffement climatique oblige ce sont des ours polaires. En 40 ans la population d’ours polaires a quadruplé, les gentils nounours déambulent dans la ville, font les poubelles et bouffent les chiens, les habitants ont pris l’habitude de ne jamais fermer leur voiture à clef de façon à pouvoir se mettre à l’abri le plus vite possible, les enfants sont constamment sous surveillance d’adultes armés, mais qu’importe, l’espèce continue d’être protégée et les scientifiques utilisent des méthodes inadéquates pour le comptage basées sur des probabilités de survie que rien ne supporte. L’ours polaire est un symbole, les habitants de Churchill doivent s’en accomoder. Plus d’information sur l’irremplaçable site d’Antony Watts.

  20. Et en désespoir de cause ils en mis un sur Causeur ? 🙂

  21. Notre Nounours à nous est un ours méditérranéen, une espèce qu’il faut préserver avec soin ne serait-ce pour ses visites dans les commissariats

  22. Quad! Un bon coup de karcher! De vilains mots ont été postés ici! Et les petits jouent avec!

  23. QuadPater

    J’ai rien vu, rien entendu.

  24. Souris donc

    Excellent, Slarda !!!!
    L’ours blanc sur sa banquise a tout pour émouvoir. Réminiscence du nounours de la petite enfance, son bout de banquise fond, donc le pauvre nounours va forcément se noyer. Réminiscence de sa mythologie, l’ours considéré comme un dieu (arctique = pays de l’ours. De arc- ou art-, comme Artémis. Ou ber-, comme Berlin)
    Or l’ours blanc est un prédateur féroce, carnivore, excellent nageur. Le réchauffement supposé, s’il rétrécit la banquise, augmenterait le plancton et toute la chaîne alimentaire (poissons → phoques → ours).

    (merci Quad de supprimer mon doublon où l’excellence est allée se réfugier à côté de la souris)

  25. Souris donc

    Kravi et moi sommes fan de Jean-Christophe Rufin. Dans son Parfum d’Adam, il s’amuse confectionner un thriller en introduisant toutes les branches, sous-branches, branches latérales et branches concurrentes de l’écologie. Qui se réclament d’idéologies opposées.
    Les écolos anglais anti-chasse au renard n’ont rien à voir avec les chasseurs canadiens, écolos de droite pour qu’aucune route ou activité ne vienne perturber « leur » gibier. Qui n’ont rien à voir avec les anti-expérimentation animale des labos, les anti-OGM. Qui n’ont rien à voir avec les décroissants démographiques qui veulent réduire la population humaine, responsable de la pollution et de la raréfaction des ressources. Dont l’ultime avatar sont les illuminés prônant le bioterrorisme pour réduire la population des pays pauvres les plus prolifiques.

    A l’intérieur de chaque chapelle, une radicalisation des derniers arrivés qui reprochent aux « installés » de s’embourgeoiser à coup de subventions, de respectabilité et de visibilité sur les plateaux. Et de perdre la pureté originelle…

  26. QuadPater

    chi la madame elle veut que je fache le ménache de chon doublon elle doit me dire où che trouve le doublon
    merchi.
    (penchez à mes étrennes à la fin deux mille treiche)

  27. Souris donc

    Ben, le doublon est parti tout seul après avoir affiché « en attente de modération ».

  28. kravi

    Quand j’entends le mot pureté, je sors [au choix selon le lecteur]…
    Ce qui me fait penser à cet article de la psychanalyste Jacqueline Chasseguet-Smirgel qui expliquait déjà — il y a au moins 20 ans — que la vague écologiste chez nos amis allemands était une défense (formation réactionnelle) contre le sentiment de culpabilité laissé par les émanations de Zyklon B et les noires fumées des crématoires.
    C’était peut-être vrai à l’époque, mais ce n’est pas suffisant puisque cette mode est devenue planétaire.
    En revanche, cette thèse pourrait être élargie à la recherche névrotique de pureté et la croyance en la bienfaisance essentielle de Dame Nature.

  29. @ souris donc
    Une belle hure de sanglier ?

  30. Ah! ouiche, le Parfum d’Adam, le meilleur Rufin à ce jour.
    Mais il parait que son Compostelle est très bon.
    Skarda pourrait nous le commenter.

  31. rackam

    Wazoble, une belle hurette? 🙂

  32. Je commande le Compostelle de Ruffin

  33. Kravi, il ne faut tout de même pas négliger un plus grand amour de la pureté chez nos cousins germains, c’est indéniable. Comme vous le faites justement remarquer cela les a conduit à des errements tout à fait abominables, je ne résiste pas à ce propos de citer mon ami Heidy le nazi :
    « L’ennemi est celui-là, est tout un chacun qui fait planer une menace essentielle contre l’existence du peuple et de ses membres. L’ennemi n’est pas nécessairement l’ennemi extérieur, et l’ennemi extérieur n’est pas nécessairement le plus dangereux. […] L’ennemi peut s’être enté sur la racine la plus intérieure de l’existence d’un peuple, et s’opposer à l’essence propre de celui-ci, agir contre lui. D’autant plus acéré, et dur, et difficile est alors le combat, car seule une partie infime de celui-ci consiste en frappe réciproque; il est souvent bien plus difficile et laborieux de repérer l’ennemi en tant que tel, de le conduire à se démasquer, de ne pas se faire d’illusions sur son compte, de se tenir prêt à l’attaque, de cultiver et d’accroître la disponibilité constante et d’initier l’attaque depuis le long terme, avec pour but l’extermination totale. »
    A coté de ça le roundup, c’est du pipi de chat.

  34. Notez bien qu’un porc de on genre qui roule en diesel et glisse parfois, par pur malice, un vieux morceaux de barbaque dans la poubelle papier, est tout à fait le genre d’ennemi de notre être écologique, le genre enté à la racine.

  35. Ça c’est tout Skarda: on lui ordonne de lire un livre et il répond « je commande »! 🙂

  36. Ordonner, commander…c’est un club de chefs ici ! 🙂

  37. QuadPater

    Le problème est là : quand il n’y a que des chefs, la convivialité en prend un coup.
    Exemple : Souris m’a intimé de nettoyer un message, je l’ai sommée de me préciser lequel.

  38. kravi

    Skarda, merci de nous ouvrir l’esprit avec la prose de votre cher Heidi. Je ne sais en quelle année il a écrit ces lignes, mais en observant l’histoire rétrospectivement, on ne peut qu’être frappé par l’adéquation entre le problème posé à cet adepte de la pureté et sa ré–solution finale.
    Cette recherche de pureté nous ramène à l’article dont je parlais : rien de tel pour s’exonérer de ses propres pensées ressenties comme malsaines ou interdites que de les projeter sur autrui.

  39. C’était en 1936 six ans avant la conférence de Wannsee. L’année précédente dans son cours d’introduction à la métaphysique (remarquable par ailleurs : fascination et répulsion) il écrivait : « Voilà ce qu’on nomme philosophie. Et en particulier, ce qui est mis sur le marché aujourd’hui comme philosophie du national-socialisme, et qui n’a rien à voir avec la vérité interne et la grandeur de ce mouvement. »
    Alors, bien sûr ce peut-être une subtilité de la langue allemande (seule langue de l’Etre avec le grec selon lui) qui fait que l’on ne saisit pas bien son propos. Le druide nazi comme l’appelait Deleuze nous pose un foutu problème tout de même : je compte bien venir vous assommer sur ce sujet dans un futur articulet.

  40. Allez-y, Skarda, assomez. Les Bretons ne pas seuls à avoir la tête dure.

  41. QuadPater

    rien de tel pour s’exonérer de ses propres pensées ressenties comme malsaines ou interdites que de les projeter sur autrui

    (kravi)

    Passionnante, pertinente, éclairante remarque…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :