Remise à plat

plat4

Chiche !

C’est le premier mot qui vient aux lèvres à l’écoute de la déclaration fracassante de notre Ayrault national: il va « remettre à plat  » le système fiscal français. Rien que ça. Cette déclaration a surpris tout le monde, y compris dans l’entourage immédiat du Premier ministre, y compris dans les milieux « habituellement bien informés », y compris dans la presse qui sait tout avant tout le monde. Là, rien, surprise absolue. Mais n’allez pas penser que c’est de l’improvisation, non, c’est un personnage sérieux. De la contre attaque, plutôt. Une inspiration soudaine afin de détourner l’attention et cacher les nombreux nuages noirs qui s’accumulent sur le pays. D’ailleurs c’est bien joué, on ne parle plus que de ça, et c’est parti pour durer…un certain temps. Le président a aussitôt averti le bon peuple: « La réforme fiscale prendra le temps du quinquennat ». Bravo, voici occupés à l’avance tous les commentateurs. C’est en tout cas un bon coup politique: on essaie de faire savoir que le Premier ministre, acteur d’une réforme qui ne sera pas achevée à la fin du quinquennat, ne va pas être remplacé.

Et c’est vrai qu’elle va durer tout le temps du quinquennat. La réforme? Mais non, bien sûr, une telle réforme est hors de portée d’un président et d’un gouvernement qui hésite, improvise, avance en reculant, brouille les cartes, et se trouve lié par les différents clans de sa majorité dont les avis sur tous les sujets sont contradictoires. Non, de réforme nous ne verrons rien sinon peut-être quelques mesures cosmétiques assorties d’augmentation d’impôts. En revanche les discussions sur la réforme vont bien, elles, durer longtemps. Et ce « longtemps » est du temps gagné pour épargner au gouvernement  les affres d’autres problèmes. Elles vont durer d’autant plus longtemps, ces discussions, que le gouvernement a annoncé pour ce faire une « concertation sociale ». Or, comme le rappelle Pierre-Yves Cossé, ancien commissaire général au Plan,  dans La Tribune du  21 novembre 2013: Une réforme fiscale ne saurait résulter d’une concertation sociale (…) Par définition, les organisations socioprofessionnelles défendent leurs mandants et ne peuvent que chercher à transférer l’impôt sur les autres catégories sociales. C’est un jeu de mistigris qui ne profite à personne…

Cela dit, on a bien envie de le prendre au mot,  ce gouvernement. Il prétend vouloir une remise à plat des impôts? Il annonçait récemment un « choc de simplification » (tiens, où est-il passé, celui-là?). Eh bien voici une idée. Une idée qui répond à la remise à plat et à la simplification, avec en prime des économies d’argent public, davantage de justice, et une action déterminée en faveur de la production française, pour faire plaisir à Montebourg.

Alors chiche, voici la recette.

À prélèvements obligatoires maintenus, avec toutes aides sociales maintenues, avec montant total de rentrées d’impôt pour l’État maintenu, il faut supprimer totalement l’impôt sur les revenu des personnes physiques (IRPP). Totalement, on ne peut pas faire plus simple, n’est-ce-pas ? Et par quoi remplacer ce manque à gagner? Par une modification bien ciblée des taux de TVA.

Un peu de chiffres, juste un peu pour bien montrer les ordres de grandeur de l’opération. L’IRPP apporte 50 milliards par an à l’État, la TVA apporte 150 milliards (chiffres ronds). Pour supprimer l’IRPP à apport constant il faut donc augmenter la TVA de 50 milliards, soit 33 %. Pour simplifier le calcul ne touchons qu’au taux intermédiaire de 19,6 %. Il deviendrait 26 %. Cela augmenterait les prix à la consommation de 5,3 %. Ce calcul très simple est évidemment trop simple, car il y a plusieurs taux et il y aurait peut-être un impact sur les quantités consommées. Toutefois il donne une idée: les prix augmenteraient de quelque 5 % en moyenne, étant entendu que le taux bas de TVA (5 %) pourrait rester inchangé, et le taux élevé (produits de luxe) pourrait augmenter davantage.

5 %, contre la suppression de l’IRPP, est-ce la mer à boire? Mais je vois venir les généreux pleureurs: vous sacrifiez les pauvres, qui ne payent déjà pas l’IRPP ! Eh non, je ne sacrifie personne car la solution est immédiate: ne pas toucher au taux des produits de première nécessité, voire le réduire, et augmenter davantage le taux des produits de luxe. Un des mérites de cette TVA (invention française, au passage) réside en sa grande souplesse. Chaque année, un vote du parlement peut modifier les taux en fonction de la conjoncture. En augmentant encore un peu plus les taux élevés on pourrait diminuer les charges sociales, donc augmenter les salaires: c’était la vertu de la TVA dite « sociale » décidée par l’équipe Sarkozy puis annulée en vertu de l’affiche de campagne de Hollande qualifiant la TVA de « impôt injuste »! Cette même TVA qu’il s’apprête à augmenter maintenant…en plus des autres impôts.

Adieu l’IRPP, bonjour la TVA sociale. Une telle solution multiplie les atouts. Choc de simplification: terminées les pénibles rédactions annuelles de déclaration, terminés les soucis de paiement en temps voulu, terminé le coût pour la nation de 80 000 fonctionnaires occupés à établir, expédier, contrôler, encaisser, les contributions de millions de citoyens. Choc d’économie: 80 000 fonctionnaires, c’est 4 milliards par an. Choc de justice: terminée la fraude à l’IRPP. Choc d’aide aux difficultés passagères: si une grosse dépense vous envahit inopinément cette année – accident, chômage, événement familial – vous étalez les dépenses non indispensables et la TVA qui les accompagne. Alors que l’IRPP, quand il échoit, c’est le pistolet sur la tempe. Choc, enfin, d’une vraie mesure destinée à lutter contre les délocalisations puisqu’elle taxe aussi les importations alors que les impôts et charges sur salaires ne taxent que les produits fabriqués en France.

Chiche donc ? Allons, ne rêvons pas. En fait de mise à plat, l’idée ici exposée, si elle ne manque pas d’air, serait à l’inverse plutôt gonflée. Quant à notre gouvernement, il va, n’en doutons pas, agir fermement selon son habitude: il va se dégonfler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

67 Commentaires

  1. Chic et choc: chapeau.
    Et l’illustration est parfaite, la nacelle de l’état est au sol….

  2. Présenté tel quel, cela a l’air pas mal. Mais…
    Quand il faudra renouveler sa voiture, un tel taux de TVA aura forcément pour conséquence un prix bien plus élevé. Pire encore pour les loyers, les acquisitions de logement et la construction de maisons.
    L’Allemagne a longtemps pratiqué des taux bien inférieurs aux nôtres, et même s’ils ont augmenté, ils restent toujours inférieurs et ils s’en sortent beaucoup mieux que nous.
    La TVA est un impôt injuste dans le sens que l’on est bien obligé de se nourrir, se loger, se soigner, se déplacer, que l’on soit riche ou pauvre. Et là, les bas revenus sont réellement pénalisés. Mais si le taux est plus bas que pour les produits dits « de luxe », comme le chocolat et autres folies.
    Et il y aurait sans doute une incidence sur les dons aux oeuvres s’il n’y a plus de déduction finale possible. Ce n’est peut-être pas négligeable.

  3. … « un prix bien plus élevé »…
    Oui, Patrick, de 5 %. Et voiture, maison, logement, ça ne s’achète pas tous les ans. Un IRPP ça se paie tous les ans. Le choix est vite fait…

  4. Quant à « une incidence sur les dons aux oeuvres s’il n’y a plus de déduction finale possible », c’est actuellement une mesure très injuste car elle ne touche que « les riches », ceux qui payent l’IRPP. Les pauvres en sont privés, or il en est qui donnent…
    Il serait plus « juste » de la transformer en crédits d’impôts « pour tous ». Comme une Manif.

  5. Souris donc

    Pour moi, la TVA est l’impôt le plus juste, on consomme beaucoup, on paie beaucoup, on consomme moins, on paie moins. A chacun selon ses dépenses.
    Qui paie, individuellement, le plus de TVA ? Les riches. Mais les classes pauvres et moyen-pauvres sont plus nombreuses, élargissant l’assiette fiscale, ce qui garantit un niveau de recettes plus élevé.
    Moralement, tout le monde apporte sa contribution. Contrairement à l’IR dont 50% des foyers fiscaux soient exonérés..
    MAIS. Mais. Symboliquement, l’impôt sur le revenu est doté de pouvoirs quasi-magiques : il a son petit air équitable par ses tranches progressives, il a son petit air redistributif, et surtout, il permet de prendre aux riches, ce super-fantasme marxiste.

  6. Skarda, avec plaisir, mais ne serrez pas trop fort.

  7. hathorique

    « La réforme fiscale prendra le temps du quinquennat »

    Qui donc peut encore croire à une promesse socialiste même les irréductibles socialistes égarés comme ils le sont dans la solitude des niches fiscales ont perdu la foi et ont surtout les foies pour les prochaines élections municipales et européennes.

    Ce gouvernement, c’est madame du Barry au pied de l’échafaud « encore un moment monsieur le bourreau  » et le bourreau va commencer à tonner ; à Bruxelles le couperet va tomber on entend déjà sonner les conques et les olifants instruments à vent et on va le sentir le vent du boulet Hollandais.

    Ce qu’il y a de grave maintenant, que l’on entend de plus en plus c’est le refus de l’impôt, une révolte et surtout un grand sentiment d’injustice, c’est l’une des pires menaces qui puisse atteindre un gouvernement à l’inverse de ce que disait la candide ingénue, porte parole du gouvernement, qui manie aussi habilement l’aporie que moi la pelle à tarte :

    « Le consentement à l’impôt se renforce chaque fois que l’impôt est juste. »

    Le prélèvement de l’impôt reste pour la majorité des individus celui de la contrainte , sauf pour Bernard Henri Levy en lévitation dans un article de grande confusion hellénistique que je qualifierais de « pathos ».

    l’impôt nous dit cet homme dauphin « c’est les droits de l ‘homme » et j’ajouterai comme le disais naguère Jacques Chancel  » Et Dieu dans tout çà ? »

    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/vive-l-impot-21-11-2013-1759286_69.php

  8. Hathorique,…  » manie aussi habilement l’aporie que moi la pelle à tarte »…
    Alors essayez le rouleau à pâtisserie…peut-être ?

  9. hathorique

    La pelle à tarte, c’est plus torride.

    J’aurais pu écrire à propos de la belle ingénue :

     » l’appel de la tarte « 

  10. Certains lecteurs, évidemment, vont trouver un peu farfelue l’idée de l’article prônant la suppression de l’impôt sur le revenu. Qu’ils sachent quand même que cette idée fut avancée et soutenue, en particulier, par un prix Nobel d’économie en la personne de Maurice Allais. (Non, non, pas Alphonse).

  11. Florence

    Je suis presque d’accord avec vous Hathorique. Le presque? Le couperet de Bruxelles.
    Sur le papier, c’est vrai.
    En vrai, cela ne se fera pas.
    Si Bruxelles fait tomber le couperet, les taux d’intérêt pour la dette française flambent. Si les taux français flambent, la France se retrouve dans le même état que la Grèce il y a 3 ou 4 ou 5 ans.
    Si la France se retrouve dans le même état que la Grèce d’il y a 4 ans, il faudra un plan de sauvetage 10 fois plus gros, voire plus ( grosso modo ) que pour la Grèce.
    Or la Grèce a failli faire sauter l’euro en son temps.
    La France fera sauter l’euro à coup sûr. Et Bruxelles avec.

    Et donc, Bruxelles sera fera semblant de faire les gros yeux à la France tout en étant très compréhensive. Et cela durera. Depuis combien de temps Bruxelles nous « réprimande » sur le critère des 3 % de déficit par rapport au PIB ? Depuis le début, depuis 20 ans. Et pour quel résultat ? Aucun, si ce n’est que nous évitons les trop gros excès, en trichant bien entendu, comme les Grecs ont triché en leur temps.

  12. Florence

    Eh bien non Impat, je trouve cette idée très bonne. Pour deux raisons :

    La première est qu’elle remet en cause tout le système des impôts qui comme, tout le monde peut le constater, arrive au bout de sa logique. Trop de niches, trop compliqué, illisible et trop chère à collecter.

    La seconde va plus loin : elle remet en cause le sacro-saint esprit de  » redistribution », de « correction des inégalités sociales ». qui dévoie l’idée même d’impôt.
    De même, l’impôt utilisé comme instrument de pilotage de l’économie ( niches fiscales) est une perversion.

    Car à quoi sert l’impôt ? Il ne sert pas à corriger les inégalités sociales. Il sert à financer les dépenses faites pour le bien public. C’est-à-dire à assurer les missions régalienne de l’Etat. La police, la justice, l’armée et quelques autres domaines sur lesquels nous devrions avoir un consensus national.

    Pour financer ces dépenses, l’impôt doit être simple, efficace et juste.

  13. Florence

    Trop cher, bien sûr. Désolée …

  14. Florence

    J’allais oublier le plus important :
    Pour financer ces dépenses, l’impôt doit être simple, efficace, juste et SUPPORTABLE.

  15. Souris donc

    Florence, leur « correction des inégalités », du barratin. L’IRPP ne sert qu’à rembourser les intérêts de la dette qui augmente vertigineusement, voir ces compteurs de dette sur les sites de défense du contribuable. Notre légendaire capacité à lever l’impôt inspire la confiance et fait que le trop-plein de liquidités mondiales trouve à s’investir dans notre dette. Cette facilité entretient le cercle vicieux. Le 1er octobre, l’Etat ne parvient plus à payer ses fonctionnaires et recourt à la dette. Ça ne peut que s’écrouler un jour, mais quand ?
    Il existe un pays de la zone euro qui a le plus faible taux d’endettement et en même temps une flat tax, c’est l’Estonie. Ça ressemble à la TVA : tout le monde paie et au même taux.

  16. Souris Donc,… « Ça ressemble à la TVA : tout le monde paie et au même taux. »…
    Pas vraiment. Avec la flat-tax (impôt sur le revenu à un seul taux) tout le monde paie le même taux, mais la TVA est au contraire un impôt à taux progressif: les moins riches, qui achètent en moyenne des produits moins chers, se voient appliquer un taux moins élevé (et possiblement nul) que les plus riches.
    Si on veut appliquer le raisonnement « impôt juste = corrections des inégalités sociales » qui plaît tant à Florence [:-)] la TVA est donc plus « juste » car progressif, que la flat-tax.

  17. Souris donc

    Les manipulations du taux de TVA que vous évoquez, Impat, pour plus de justice fiscale bénéficiant au consommateur : dans la restauration, le taux réduit ne fut pas répercuté. Ce fut juste une aubaine pour augmenter les marges.
    Il faudrait moduler les charges et contraintes des entreprises pour les rendre compétitives. Je constate que les artisans proposent de plus en plus le black, une petite réduction contre un paiement en espèces. Modulation du consentement à l’impôt ? Exactement comme l’exemplaire Cahuzac qui avait tout compris au racket fiscal.
    Et puis moduler ? Les gauchiottes dogmatiques vont s’arranger pour moduler dans le sens de leur réélection.

  18. Un bel exemple, aujourd’hui, de l’esprit économique vérolé de la presse française, même quand il s’agit d’une des « moins pires » (expression bordelaise).
    Les Suisses votaient sur une limitation des salaires « versés aux grands patrons ». Ils ont fait, à plus de 65 %, le choix de refuser cette limitation. La motivation des électeurs était évidemment, non pas de faire plaisir à ces quelques grands patrons, mais de préserver l’attractivité de leur pays et donc la prospérité de tous. Or Le Point relate cette votation sous le titre  » Suisse: échec d’une votation visant à limiter les hauts salaires  »
    En quoi ce choix est-il un échec? Qu’est-ce qui fait penser à l’auteur de ce titre que les électeurs suisses vivent ce résultat en majorité comme un échec?
    Une seule chose le lui fait penser: il est français, imbibé d’égalitarisme forcené. Cet égalitarisme qui appauvrit notre pays.

  19. Impat, je vous trouve chicaneur pour le coup ! On peut tout à fait interpréter cette phrase comme l’échec des promoteurs de cette votation, l’échec donc de cette votation.

  20. Désolé Skarda, ce serait jouer sur les mots.
    Échec des promoteurs de la votation, oui. Échec de la votation, non.
    C’est vrai que je chicane, mais à bon escient. Et c’est vrai aussi que la presse française est pour moi une cible favorite, mais… c’est parce qu’elle le vaut bien.

  21. …Par exemple La Tribune de Genève titre de manière neutre: « Les Suisses refusent de limiter les hauts salaires ». Là, rien à dire.

  22. Et ce soir Le Point affiche en ligne un nouveau titre: »Les Suisses refusent la limitation des gros salaires »….
    La presse française est amusante.

  23. Souris donc

    Le taux progressif est spoliateur, vous confondez avec proportionnel.

  24. Souris donc

    Tout citoyen, qui bénéficie du bien public, doit contribuer au financement de ce même bien public, en proportion de ses moyens
    (Déclaration des droits de l’homme et du citoyen)

  25. D’une façon générale ce ne sont pas tant les gros salaires qui posent problèmes mais les grosses organisations bureaucratiques qui favorisent le copinage et le remplissage des poches de gens incompétents mais bien introduits. La cible de Ayn Rand, dans « La grève », sont les très grosses entreprises qui finissent par tuer toute créativité, qui favorisent les apparatchiks au détriment des inventeurs et des hommes d’action. Les grandes multinationales sont vite étouffées par des gens médiocres une fois que les visionnaires qui les ont créées ont disparu. En ce sens ces gros salaires là sont choquants, comme le financement de syndicats par l’État, comme les multiples pensions dont bénéficient les hommes politiques professionnels, ceux-là même qui ont fait passer le sénat à gauche, dès qu’il a été question de leur retirer une part du gâteau, enfin tous les subsides qui sont versés aux un et aux autres à titre divers. Je ne crois pas que l’on puisse être contre la gabegie socialiste et pour celle du capitalisme du connivence.

  26. Ce qui ne veut pas dire que je sois pour une limitation des gros salaires.

  27. Florence (23 novembre 2013 à 22:36)
    Ce que vous écrivez est très juste (enfin c’est mon avis). L’UE ne fera pas usage du couperet sur la France. Mais cette situation d’une France mauvaise élève, si elle ne conduira pas à un étouffement financier de la France, conduira à un affaiblissement certain de son influence, de son poids dans les négociations, de son pouvoir de décision, de son rôle historique de co-leader avec l’Allemagne. Notre monnaie n’est pas menacée par l’effacement français, mais notre rôle s’étiole. la locomotive française deviendra le fourgon de queue.
    La pente sera difficile à remonter ensuite.

  28. Sans vouloir rallumer une dispute je voudrais citer ce passage de Finkie dans Atlantico ce matin :
    « Il y a quelque jours des enfants à Angers ont accueilli Christiane Taubira, la garde des Sceaux, en agitant des bananes et en criant : « C’est pour qui les bananes, c’est pour la guenon ! ». Cet épisode a très légitimement fait scandale. Comment peut-on parler ainsi et quels sont les parents qui mettent des propos aussi infâmes dans la bouche de leurs enfants ? Le racisme existe malgré le discrédit scientifique, politique et moral dont il est frappé. Mais très vite, cette indignation est devenue complaisante et même jubilatoire. On est venu dans des pétitions, des articles en tout genre, à répéter sans cesse l’injure pour ce faire croire qu’elle était proférée de tous côtés. J’ai eu le sentiment que tous ces indignés, tous ces pétitionnaires, protestaient avec une étrange ivresse contre l’écho de leur propre parole. Et quand Minute, journal exsangue a titré, pour surseoir par le scandale à sa mort annoncée, que Christiane Taubira avait la banane, l’antiracisme officiel a repris la main. »
    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/finkielkraut-c-est-parce-que-j-ai-destabilise-edifice-ideologique-gauche-avec-livre-que-j-ai-fait-objet-tant-hargne-907138.html#cEOTep4JlzYq6XMF.99

    Je suis en tout point d’accord avec ce qui est dit là, je voudrais aussi ajouter cet autre passage tiré de son excellent livre « L’identité malheureuse » et aussi rapporté dans Atlantico:
    « Il faut toujours dire ce que l’on voit. Surtout il faut toujours, ce qui est le plus difficile, voir ce que l’on voit« .
    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/finkielkraut-c-est-parce-que-j-ai-destabilise-edifice-ideologique-gauche-avec-livre-que-j-ai-fait-objet-tant-hargne-907138.html#cEOTep4JlzYq6XMF.99
    Il faut voir le racisme quand il est là quel qu’il soit et voir comment on l’utilise.

  29. La dernière citation est de Péguy bien sûr, mais c’est bien Finkie qui le cite.

  30. Finkie aussi doit avoir une âme de procureur, ça me rassure.

  31. Péguy? La cochonne du Muppet Show? Elle a dit cela? On progresse …

  32. Faites gaffe vous Péguy Sue.

  33. Souris donc

    Ayrault veut remettre à plat. Pour l’instant ce qu’il a mis à plat, c’est le moral de Moscovici qui a découvert la rodomontade en ouvrant le journal. Qui est donc ulcéré à juste titre. A-t-on idée aussi de parler du « ras le bol fiscal » des Français quand chacun sait que le Français, à part les séditieux aux bonnets rouges, consent joyeusement à l’impôt qui combat l’inégalité et finance le bien collectif. Et jamais aucune gabegie, qui a pu exister, mais du temps de Sarko le responsable du désastre qu’à trouvé la gauche en arrivant aux affaires. Moscovici sera exilé à Bruxelles, et il ne veut pas, un feuilleton commence.

  34. … « Moscovici sera exilé à Bruxelles, et il ne veut pas »…
    S’il ne veut pas il a tort. « Bruxelles », c’est plus important que Bercy.

  35. De plus Moscovici est de tout temps un fervent européen, il a au moins ça pour lui. Dans les années 90 il s’était montré opposé à l’élargissement trop rapide à l’Est que les Allemands souhaitaient, de crainte d’affaiblir l’Union. Il militait pour un approfondissement préalable à l’élargissement, il avait raison mais il n’a pas gagné.

  36. Florence

    Désolée Skardanelli mais ni vous, ni Finkielkraut ne savez ce qu’on vraiment fait ces parents.
    Moi-même, j’ai été confrontée à une grosse bêtise que mon fils a commise en ses jeunes années. Si la terre entière était venue accabler mon fils et moi-même sans savoir, ç’aurait été du lynchage. Le lynchage, ce n’est pas mon truc.
    La moindre des choses, c’est de les écouter et donc je remets ce commentaire :

    Un chroniqueur de France Inter a demandé pardon à la petite fille d’Angers, laquelle va envoyer une lettre d’excuses à Christiane Taubira :

    « C’est pour qui la banane ? C’est pour toi, pauvre petite conne ». Dans son billet du 1er novembre dernier sur France Inter, le chroniqueur François Morel n’y est pas allé de main morte à l’encontre de la fillette qui avait lancé un slogan absolument déplacé à l’égard de Christiane Taubira, déclenchant un tsunami politico-médiatique.

    Rappelons les faits : le 25 octobre dernier, lors d’une manifestation organisée par la « Manif Pour Tous » à l’occasion du passage, à Angers, de la garde des Sceaux, Christiane Taubira, une petite fille brandit la peau d’une banane, qu’une camarade vient de manger pour son goûter, en disant : « La guenon, mange ta banane ». Durant quelques secondes, les propos sont repris et scandés par un petit groupe d’enfants. Filmée puis diffusée une semaine plus tard, la scène crée l’indignation partout en France, jusque dans l’hémicycle. (…)

    Mais hier matin, 15 novembre, (…) coup de théâtre et coup de chapeau : dans un nouveau billet sur France Inter, François Morel, qui a eu vent du ressenti des parents, s’est excusé : « Je te présente mes excuses. Accepte-les s’il te plait. Je suis allé loin en te traitant de petite conne à plusieurs reprises lors de ma chronique, il y a deux semaines. Mais toi aussi, avoue que tu avais été loin en brandissant une banane devant le palais de justice d’Angers. Mais tu as onze ans et j’en ai cinquante quatre (…) Tu es une enfant et je suis un adulte… »

    Rapidement mis au courant, les parents, qui se disent « blessés par le véritable lynchage médiatique dont toute leur famille est l’objet et atterrés par l’ampleur disproportionnée prise par cette histoire » se sont montrés « touchés par ce billet, qui respecte et rassemble et met un frein à la surenchère ». « J’ai été émue qu’un journaliste puisse ainsi s’excuser. Il avait été fort, sans avoir en mains tous les éléments pour juger. Dans ses propos, on n’avait pas reconnu notre fille », réagit la mère de la fillette. Quant au papa, que la suite de ce second billet n’a pas ménagé, il fait la part des choses : Regrettant que le journaliste se permette de le juger à son tour sans le connaître davantage que sa fille, il salue toutefois « l’attitude de cet homme qui a le courage et l’humilité de faire amende honorable, jusqu’à présenter ses excuses ; et qui en sort grandi ».

    Et en face, est-on prêt à s’excuser ? La famille, qui a vécu onze ans à l’étranger, dit « savoir ce que signifie être différent » et se présente comme « tout sauf raciste ». « Notre fille n’a fait que répéter ce qu’elle a entendu dans les médias. Elle n’a pas réalisé ce qu’elle disait et en tout cas, elle n’a jamais eu l’intention de proférer des insultes racistes », affirment les parents, qui qualifient l’incident de « chahut de cour de récréation ». Regrettant l’utilisation qui a été faite des propos de leur fille à l’encontre des valeurs qu’ils défendent, ils les condamnent cependant sans ambiguïté : « Rien ne peut les justifier ». Ils affirment par ailleurs avoir toujours voulu apprendre à leur enfants à « développer leur liberté intérieure, et faire la distinction entre les idées et les personnes et à respecter ces dernières. »
    C’est pourquoi, peu après l’incident, ils ont demandé à leur fille si elle voulait écrire une lettre à la ministre pour lui pour présenter ses excuses. « La lettre est prête depuis trois jours, confient-ils aujourd’hui à Aleteia. Nous attendions pour l’envoyer que la tempête qui s’est déchaînée se calme un peu. Ce billet, qui va dans le sens de l’apaisement, nous incite à le faire ».

  37. Florence

    Dans ce débat sur une réforme fiscale lancé par Ayrault , dont on se demande quelle idée il a derrière la tête, je trouve que l’on met la charrue avant les bœufs

    Il me semble que tout d’abord, il faudrait se mettre d’accord sur des règles simples :

    La première règle est de ne plus accepter de déficit.
    La seconde règle est de limiter les prélèvements obligatoires ( par exemple à 40 % du Pib au lieu des 55 % actuels).

    Ensuite, dans ces limites, il faut être d’accord sur les missions incontournables de l’Etat ( police, justice, armée, etc).

    Enfin seulement, on peut se demander comment l’argent nécessaire sera collecté, en respectant, la simplicité et l’efficacité. En effet, à quoi sert une taxe si elle coûte presque aussi cher à collecter qu’elle rapporte.
    Toutes les taxes « symboliques » doivent être bannies. Les taxes et impôts doivent être conçus sans exceptions. Enfin, ces taxes et impôts doivent être stables dans le temps. Pas question d’y revenir tous les 4 matins, ni à chaque changement de majorité.

    Et donc, l’idée d’une TVA remplaçant l’IRPP est intéressante, tout comme l’idée d’une « flat tax » .

  38. Florence, vous parlez d’or.
    Mais cette langue est devenue intraduisible en français, aussi je crains fort que personne en ce pays ne vous comprenne.

  39. Souris donc

    Grand meeting pour défendre la République contre les extrémismes.
    Que du beau linge : Valls, Taubira, Peillon, Baylet, Caroline Fourest, et même Robert Hue. Hu hu hu !
    Savourez chaque mot du pathos signé Harlem :
    Chers camarades,
    Ces dernières semaines ont été particulièrement éprouvantes pour tous les Socialistes, pour tous les progressistes, pour tous les républicains. Les valeurs qui sont le socle de notre pays sont aujourd’hui mises en cause par une montée de racisme, de la xénophobie et de la haine. Une offensive réactionnaire, dont un des terreaux a été la « Manif pour tous » et qui a pris récemment pour cible la Ministre de la justice Christiane Taubira, a libéré en France la parole d’intolérance et nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.

    …parce que nous refusons que la France, patrie des Lumières et des droits de l’Homme, ne sombre dans cette vague nauséabonde.

    La suite sur :
    http://www.parti-socialiste.fr/articles/grand-meeting-de-la-gauche-defendre-la-republique-contre-les-extremismes-la-mutualite-le-27

  40. Florence

    Souris

    ça y est , ils sont en train d’organiser la semaine de la Haine.
    1984, on y est.

  41. Patrick

    @ Impat 23 novembre 2013 à 12:36
    « voiture, maison, logement, ça ne s’achète pas tous les ans. »
    Certes, mais pour un logement ou une maison, on rembourse un prêt pendant 25 ou 30 ans quand on n’a que peu de moyens, et ceci au plus grand bonheur des banques. Et cela grève le budget pour d’autres dépenses nécessaires, elles aussi grevées par la TVA.

  42. QuadPater

    Tibor :

    Sans vouloir rallumer une dispute […]

    Ben tiens ! Il a pas fait exprès !
    ———————
    Ecoutez, Tibor… des foules immenses de Français ont manifesté contre Taubira et ses délire.
    Parmi ces millions, une fillette de 11 ans (UNE fillette, Tibor ! de ONZE ans !) a dit banane-guenon.
    Des centaines de réactions outragées, la mise au pilori d’une famille, ça passe aux infos, c’est en boucle sur toutes les chaînes, on en parle dans tous les débats, les mongolos de service ressortent les heures les plus sombres, même le brave Finkie – qu’on a connu mieux inspiré – y va de ses moulinets de mains scandalisés… !!!
    C’est bon maintenant ? Comme dit très justement plus haut on a eu la semaine (la quinzaine) de la Haine, tout le monde s’est libéré de ses angoisses. Par conséquent a-t-on le droit d’espérer enfin un peu de paix pour cette gamine ? Et pour nous en même temps parce que vous me trouez l’estomac avec vos gémissements incessants sur la France fasciste, Tibor.

  43. Patrick

    @ QuadPater,
    Il faut casser du réac-facho-catho-homophobe ! A tout prix ! Et ici ils ont eu l’occasion rêvée.
    Ils ne louperont pas une occasion pour vilipender la Manif pour Tous, d’autant que les manifestants « ne lâcheront rien, jamais« , que vont être discutés des projets de loi tels que celui de la PMA, ou pire, du funeste projet pour le « droit de mourir dans la dignité », ou du « suicide assisté.

  44. Patrick

    « Il faut casser du réac-facho-catho-homophobe », et j’avais oublié « raciste ».

  45. QuadPater

    Ben, Patrick, casser du facho raciste je veux bien.
    Mais des vrais !
    Ceux que je chassais dans mes jeunes années portaient des croix gammées en brassards ou tatouées ! Ils faisaient des ratonnades dans les foyers Sonacotra ! En casser signifiait leur démolir la gueule.
    Le concept a évolué et désigne aujourd’hui des préadolescentes qui n’ont pas bien compris la zoologie.
    Les casser signifie médire sur ces fillettes à l’abri d’un pseudo.
    Très peu pour moi.

    Quant à sonner l’hallali sur des gens parce qu’ils vont à la messe ou que les aventures de Zaza Napoli les font rire, euh…

    La gauche qui se vautre dans ces pratiques est méprisable. Tout le monde sait pourquoi ils déploient tant d’énergie à désigner puis attaquer des moulins à vent : c’est inscrit dans les documents de l’INSEE.

  46. Vous avez oublié de prendre votre Temesta Quad ? Quels gémissements sur la France fasciste ?

  47. Florence, comme le dit bien Finkielkraut l’exploitation d’une ampleur démesurée de ce qui s’est passé est un véritable scandale, je me permets seulement de le citer pour montrer que l’interprétation que j’ai faite est partagée par celui qui fut le premier à avoir subit la vindicte antiraciste, si Finkielkraut pousse lui aussi des gémissements inappropriés je veux bien geindre avec lui.

  48. D’une façon générale aller gueuler comme un imbécile : « Ya bon Banania, y’a pas bon Taubira ! » Était la meilleure façon de conforter le camp du bien. Désolé, ni sur le fond, ni sur la forme, je ne pieux suivre de tels imbéciles.

  49. Souris donc

    Il existe un expert qui s’est livré à une étude comparative des systèmes européens d’accueil des étrangers et d’attribution des aides sociales. Il en a conclu que c’est en France qu’un étranger était le mieux loti. Tant en facilité d’accès aux aides, qu’en volume, en moindre contrôle, en défense par les associations, en acceptation par la population autochtone. Il n’a détecté aucune trace de racisme actif.
    Cet expert s’appelle Monsieur Leonarda père. Après quelques avatars qui lui ont valu un éloignement, tous les critères convergent pour qu’il soit résolu coûte que coûte à revenir en France.

  50. QuadPater

    Mon outrance est la conséquence directe de mon exaspération, mon Tibor préféré.
    Votre citation de Finkielkraut fut la goutte de trop dans le débordement de vase.
    J’estime que vous n’avez aucun point commun avec cet individu (par exemple), mais je constate avec tristesse que vous vous bouchez le nez de la même façon.

  51. Florence

    Je crois que si Finkielkraut veut faire passer son message sur son livre, il ne peut pas faire autrement que tenir ce discours. D’autre part, je crois que PERSONNE n’a soutenu la bêtise de cette gamine. C’était clairement une grosse bêtise mais on peut imaginer qu’à onze ans, elle n’a pas compris ce que son geste signifiait et on peut aussi laisser les parents s’exprimer sans les accuser d’avoir tout manigancé.

    Se trimbaler avec une banane en guise de goûter est très très courant, surtout quand on ne veut pas que ses enfants se goinfrent de saletés comme les barres chocolatées. Quant aux vacheries que les enfants s’envoient dans les cours de récréations, on sait tous ce qu’il en est. J’ai des enfants suffisamment jeunes pour me rappeler qu’il se passe des choses très cruelles entre les enfants.

    On sait bien aussi comment la presse peut monter en épingle et déformer un incident.

    Je vous ai expliqué mon opinion, vous m’avez expliqué la vôtre. Nous ne sommes pas obligés d’être du même avis sur cette affaire.

    Passons donc à autre chose. A des choses beaucoup plus agréables, comme les impôts, n’est-ce pas Impat ? 😉

  52. Non, à la façon de Finkie, Quad, à la façon de Finkie. Je m’efforce de dire ce que je vois : « cette citation de Péguy était déjà au coeur de sa pensée lorsqu’il eut le courage de dire que les émeutes des banlieues étaient des émeutes raciales. » Je ne vois pas pourquoi ce qui serait courage d’un côté serait pusillanimité de l’autre. Fillon a bien sorti sa pince à linge lors du débat sur l’identité nationale cela n’a rien à voir. Je trouve Finkie exemplaire car justement il ne transige sur rien de ce qui est essentiel.

  53. Florence,… « plus agréables, comme les impôts, n’est-ce pas Impat ? »…
    On en rêve! Impôt plus, impôt moins, toujours l’impossible impôt-cible.

  54. QuadPater

    Le racisme vient d’être officiellement éradiqué en France.
    Pour le chômage et l’IRPP, ce n’est plus qu’une question de semaines.
    Confiance.

  55. Quad, génial ce site Gorafi. D’où sort-il ?

  56. QuadPater

    De mes favoris, Impat. Un humour à rebrousse-poil qui m’enchante quasi quotidiennement.
    Exemple d’article à mourir de rire : le zoo de la Palmyre annonce la naissance d’un bébé-gardien :

    Moko, un petit gardien de zoo est né tôt ce matin au parc zoologique de la Palmyre. Le nouveau né de type caucasien pèserait 2,9 kg et serait en parfaite santé.[…]

  57. Florence

    en voilà une bien bonne :

    Par une lettre aux différents partenaires sociaux, le ministre du Travail Michel Sapin vient de signifier sa décision de supprimer purement et simplement les élections prud’homales prévues en 2015. Au-delà de la méthode, sans concertation, sans débat préalable, l’argumentation vaut son pesant de cacahuètes.

    http://www.regards.fr/web/Le-ministre-du-travail-supprime,7233

  58. Quelque chose doit les démanger fortement, l’un d’eux va bien finir par le dire: si on supprimait les élections municipales de mars prochain?
    Et puis au fond, le parlement actuel n’est pas trop mal: et si on supprimait les élections législatives ?
    Et…les élections présidentielles, qu’en pensez-vous ? Oh ben non, quand même, on est en démocratie, vous n’y pensez pas…En revanche, on pourrait limiter les candidatures au candidat sortant. Non ?

  59. Souris donc

    Présidence à vie, il a déjà le physique de l’ubu, une belle gidouille sur le ventre, ça le ferait.

  60. kravi

    A father walks into a restaurant with his young son. He gives the young boy 3 nickels to play with to keep him occupied.
    Suddenly, the boy starts choking, going blue in the face. The father realizes the boy has swallowed the nickels and starts slapping him on the back. The boy coughs up 2 of the nickels, but keeps choking. Looking at his son, the father is panicking, shouting for help.
    A well-dressed, attractive, and serious looking woman in a blue business suit is sitting at the coffee bar reading a newspaper and sipping a cup of coffee. At the sound of the commotion, she looks up, puts her coffee cup down, neatly folds the newspaper and places it on it on the counter, gets up from her seat and makes her way, unhurried, across the restaurant.
    Reaching the boy, the woman carefully drops his pants; takes hold of the boy’s testicles and starts to squeeze and twist, gently at first and then ever so firmly. After a few seconds the boy convulses violently and coughs up the last nickel, which the woman deftly catches in her free hand.
    Releasing the boy’s testicles, the woman hands the nickel to the father and walks back to her seat at the coffee bar without saying a word.
    As soon as he is sure that his son has suffered no ill effects, the father rushes over to the woman and starts thanking her saying, « I’ve never seen anybody do anything like that before, it was fantastic. Are you a doctor?  »

    « No, » the woman replied, « I’m with the Internal Revenue Service. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :