Haine, zwei, drei…

rusty-barb-wire-1427473-s

Haine, zwei, drei…

Je ne sais toujours pas où l’antisémitisme commence. Mais là où il finit, je le sais trop bien. Aussi suis-je attaché au fait qu’il ne commence jamais. Ce qui me vaut de trouver que Manuel Valls n’a pas tort. C’est nouveau pour moi. Sur sa campagne de fermeté à l’encontre de l’histrion que je ne  nommerai pas mais qui accommode les quenelles à la sauce brune, je le soutiens. Je le comprends, je l’excuserai s’il force le trait, je douterai si l’on m’affirme qu’il n’agit que pour de basses raisons électoralistes à courte vue.

Hélas, autour de  moi, on rigole, on trouve cela disproportionné, on loue la liberté d’expression, on charge la mule socialiste, déjà bien mal en point. Bref on minimise, sans toujours l’avoir entendu, le discours du triste pantin barbu.

Je ne l’ai pas entendu non plus, et n’y suis pas prêt. Je manipule donc le principe de précaution, de prévention, de prudence.

Je ne suis pas allé au Zénith de Nantes, ni pour assister au spectacle dudit, ni pour « contre-manifester ». La contre manifestation ayant, semble-t-il été annulée. Cela aurait été la première fois que j’aurais défilé avec le CRIF. Et quelques braves gens au côté desquels on ne m’aurait jamais vu auparavant.

Peut-être ai-je été intoxiqué par les échos lus ici où là. Peut-être le parallèle entre la quenelle et un autre geste synonyme de haine m’a-t-il sauté aux yeux comme pire qu’une faute de goût. Certainement la « chanson » Shoah Nana, m’est-elle apparue comme une horreur, inadmissible, incompréhensible, rédhibitoire.

Puis sont venus les soupçons de collusion du sinistre rigolo avec les mollahs, et d’autres rats qui sapent la société dans laquelle je vis et qui en vaut bien d’autres, malgré les balafres que le socialisme libertaire lui a récemment infligées.

Seul un petit nombre de choses peuvent annihiler mon modeste sens de l’humour, pourtant souvent en éveil. Dieu en fait partie, et ceux qui se dévouent à sa cause. Le Diable ne  me fait pas rire non plus. Je crois à son existence, et le comique lugubre en question me semble bien être l’un de ses funestes coursiers.

Abreuvés de « phobies » et de contre-phobies, nous en avons oublié la haine. Elle est pourtant bien réelle, et tapie dans le cœur de l’homme depuis le commencement ou presque. On ne peut pas rire de la haine. De l’animalité revendiquée. De la violence gratuite. Ni à l’égard des juifs ni d’aucun autre groupe humain. Même les coiffeurs.

Une nation, un homme, un groupe s’honorent toujours à dire non lorsque la haine montre son groin sec et grimaçant. Pas la méfiance, ni la défiance, pas le dédain ni l’hostilité. Mais la haine : toujours. Elle est sans doute rare. Mais dès qu’on en détecte le fumet aigre et puissant, le vocabulaire fétide et cinglant, il faut se lever et dire : « Stop » !

Sans calcul, ni soupçons à l’égard de ceux qui se dressent au même moment, ni même à celui des autres, muets, goguenards ou adeptes de ce qu’on combat.

S’il ne s’agissait que de rire de la Shoah ou d’autres horreurs, d’ampleurs diverses, ce serait déjà inacceptable, mais le propos est là tout autre. On frise l’appel au pogrom, sous couvert de liberté d’expression, de spectacle, d’amusement. Le véhicule est peut-être respectable, la cargaison non.

Alors, au risque de déplaire (mais c’est là une des conditions de la liberté que de savoir le faire lorsque sont en jeu des acquis chèrement payés) j’écris ici que la lutte contre la propagation de la haine déguisée en show-business mérite qu’on lui prête main-forte.

Rire de tout, c’est se préparer à pleurer doublement. D’abord lorsque le pire surfe sur le rire, ensuite lorsqu’on se rend compte qu’on pouvait contribuer à ce que ce pire n’advienne pas.

Je relis le texte magnifique du pasteur Niemöller et je signe cette chronique d’un cœur   grave et léger.

Martin Niemöller:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Niem%C3%B6ller

 

117 Commentaires

  1. QuadPater

    Bonsoir !

    Les articles indignés sur Dieudonné fleurissent.
    C’est exaspérant.
    Soit M’bala a fait quelque chose d’illégal, et la police doit l’appréhender et la justice le juger.
    Soit non et il serait urgent que la blogosphère cessât de jouer le rôle de tribunal populaire.

  2. Souris donc

    La haine ? Peut-être la guimauve au contraire.
    Dieudonné signe la fin d’une époque, le gigantesque échec du bisounoursisme qui revient en boomerang dans la gueule de ceux qui l’ont érigé en dogme, distribuant culture de l’excuse pour les uns et anathèmes de l’antiracisme pour les autres.
    Le monde joli de mon bisounours et du showbiz conscientisé s’effondre. Ouf.

  3. kravi

    Merci pour votre texte, Rackam. Vous n’étiez pas à Nantes, mais voici l’analyse de ce phénomène qui finit par exaspérer certains, tant on parle de ce guignol sinistre. Pas une analyse sur M’bala, qui n’est que le symptôme, mais sur la maladie et ses causes.
     » Je me trouvais hier devant le Zénith de Nantes. J’avais fait le voyage en Loire-Atlantique afin d’assister au spectacle de Dieudonné à un moment où la polémique enflait ; histoire de tâter l’ambiance, de voir le « comique » sur scène, de tout entendre par mes propres oreilles, y compris les autres choses qu’il dit sur des sujets qui n’ont rien à voir avec l’antisémitisme. Histoire aussi de scruter le public, de me renseigner sur sa composition et d’observer ses réactions.
    Le spectacle n’a pas eu lieu, comme vous le savez tous. Dans la salle s’entend, parce que ce qui s’est déroulé à l’extérieur, la réaction du public, a comblé mon attente au-delà des mes espérances. Au point de me faire comprendre que M’bala M’bala n’est pas l’élément principal du puzzle de la tragédie en cours. Il n’est rien qu’un artiste empli de haine et pas très intelligent, qui fait son beurre sur l’un des réflexes les plus sales de la société : Dieudonné utilise les Juifs comme Jean-Marie Bigard exploite le sexisme des Français, sauf que parler de bites est moins nocif que raviver la haine des Israélites.
    Quant à l’aspect juridique de la question, je suis gênée que l’on puisse en discuter autant. Outrée que l’on ait pu laisser aussi longtemps quelqu’un exprimer en public à propos de la Deuxième Guerre Mondiale : « je sais pas, j’y étais pas, je suis neutre. Entre les juifs et les nazis, lequel a volé l’autre, je ne sais pas, mais j’ai ma petite idée ».
    Ces juristes et notamment ceux de la Licra, qui s’opposent à l’interdiction du show au prétexte qu’il s’agit d’une « interdiction a priori », soit avant que la faute n’ait été commise, m’interpellent : ignorent-ils que le bonhomme a déjà fait l’objet de neuf condamnations pénales, dont sept sont définitives, pour des déclarations du même genre ?
    J’accepte le principe qu’il existe une « discussion juridique » à ce sujet, mais peut-on sérieusement imaginer qu’il ne récidiverait pas, ou qu’il n’existe pas une énorme probabilité qu’il le fasse ? Au sens le plus légal de l’interrogation, faut-il attendre la dixième, la vingtième condamnation pour l’empêcher de nuire ? Si le Conseil d’État n’avait pas décidé ce qu’il a décidé, il aurait fallu, chaque fois, attendre que Dieudonné commette le même délit avant de sévir ; cette réflexion justifie bien une nouvelle jurisprudence et cela me semble aller de soi.
    Quant à l’argument retenu par le tribunal administratif de Nantes, selon lequel l’antisémitisme dans le discours du comique ne serait pas caractérisé parce qu’il ne constitue pas l’entièreté de son show, il me laisse pantoise. Imaginons un instant un professeur de botanique qui effectuerait une conférence de trois heures sur les cèpes, et qui terminerait en faisant, trois minutes durant, l’apologie d’Adolf Hitler et de la Solution finale, cela ne justifierait-il pas, d’un strict point de vue légal, de lui interdire de s’exprimer et de le sanctionner ?
    Et puis il y a ces intellos qui balancent sur les plateaux TV des leçons sur le refrain « il est interdit d’interdire », confondant anarchie et démocratie. En démocratie, il n’est pas uniquement permis d’interdire, c’est aussi nécessaire, et de multiples interdictions s’inscrivent dans notre vie quotidienne. En 68, plusieurs leaders qui clamaient qu’il est interdit d’interdire ont imposé leurs pulsions sexuelles à des enfants. Voilà où peut mener la confusion. Cela participe-t-il du modèle sociétaire que nous désirons ?
    Ce retard au démarrage de l’État et de la justice provoque ma sympathie et ma honte vis-à-vis des Juifs de France. A leur place, je me demanderais légitime-ment si je désire continuer à vivre dans un système qui se nourrit des hésitations du genre que je viens d’énoncer et qui m’apparaissent insupportables. D’ailleurs je sais que nombre d’entre eux envisagent ce questionnement et c’est bien naturel. L’on sait, d’autre part, ce qu’il est advenu des nations que cette communauté a dû fuir.
    Or ce qui est réellement inquiétant dans l’affaire M’bala, ce n’est pas le personnage, c’est la foule et les préjugés qu’elle entretient. Car hier, au Zénith, toutes les 6 000 places étaient vendues, et, parce que je côtoie souvent ce public dans mon cadre professionnel, et que je suis consciente de son nombre et de ses convictions, je n’ai aucune peine à affirmer que si on permettait à l’ « humoriste » de se produire pendant une semaine au Stade de France, toutes ses représentations se dérouleraient à guichets fermés.
    Ce n’est pas la faute de Valls, de Hollande et de Jean-Marc Ayrault, il faut que cela soit dit. Pour la première fois depuis très longtemps, les principaux animateurs d’un gouvernement français ne présentent aucune trace, si infime soit-elle, d’antijuivisme. On a même d’excellentes raisons d’affirmer qu’ils sont carrément philosémites et proches de l’État d’Israël, et qu’ils n’hésitent pas à le montrer. On en veut pour preuve le clip volé de la réception intime de François Hollande chez les Netanyahu : les marques d’émotion et d’amitié du président français étaient sincères et personne ne peut s’y tromper.
    Et cette constatation heureuse nous amène à nous intéresser à nouveau à la relation existant entre antisionisme et antisémitisme. Ce, alors qu’aujourd’hui tout le centre-gauche et le centre-droit se mobilisent quasi-unanimement contre l’antisémitisme de Dieudonné. Tous ont oublié que l’énergumène s’était présenté aux élections européennes de 2004 sur la liste d’Euro-Palestine, un mouvement qui prétendait que l’on peut être opposé à Israël sans être antijuif.
    A l’époque, personne n’avait souligné l’instrumentalisation de cette confusion, personne n’avait songé à souligner sa vénénosité. Or hier, devant les portes closes du Zénith, derrière les « quenelles » et quelques saluts nazis, en quatre heures, j’ai à peine entendu le nom de l’État hébreu. Il se disait beaucoup que ce sont les Juifs qui contrôlent l’État, la justice, le spectacle et l’argent, pas Israël. Le monstre a enfin retiré son masque, les cache-pots n’ont plus cours.
    Comme cela fut souvent dit dans les colonnes de la Ména, les évènements actuels démontrent que ce n’était pas Israël qui était visée par les attaques contre les Juifs de France, mais les Juifs, par les accusations qui fusaient contre Israël. Il va être désormais de plus en plus difficile de se prétendre antisioniste sans faire immédiatement comprendre qu’on est antijuif. Pour cela, on peut au moins remercier M. Dieudonné.
    Probablement sans le vouloir, il participe également à démasquer les alliances contre-nature, en recadrant la gauche dans sa traditionnelle doxa anti-anti-sémite. Ouf, il était temps ! Au parti socialiste, on était divisé en deux clans immiscibles depuis deux ou trois décennies : les anti et les pro ; et les pro n’étaient pas souvent les plus nombreux. L’offensive engagée par le gouvernement pour interdire M’bala, chez qui il est impossible de discerner l’antisémitisme de l’antisionisme, rapproche l’image d’Israël du cœur des socialistes et des Français modérés.
    Ils sont aidés en cela par les images des décapitations en provenance de Syrie et des violences égyptiennes : voilà la sauvagerie que l’on reprochait aux Juifs d’Israël depuis quarante ans et qui n’existait pas. On se rend compte du coup que l’on a accusé en vain, et que la démocratie israélienne, au milieu de cette jungle, ce n’est pas si évident que cela, et surtout, qu’à l’inverse de ce qui se déroule dans les pays arabes, on peut sans effort s’identifier à elle.
    Mais ces constatations ne font que renforcer la responsabilité de tous les gouvernements précédents et de la plupart des journalistes français dans le désastre que nous affrontons : ils avaient rendu licite – et même encouragé – la haine d’Israël et par conséquent des Juifs. Dieudonné n’a pas inventé ni même suscité l’antisémitisme, il surfe dessus.
    Cette observation saute aux yeux en écoutant la foule du Zénith : son antisémitisme est totalement décomplexé. Les amis du comique s‘expriment avec le sentiment affiché et ressenti de se trouver du côté du bien et de la justice immanente, contre le système, qui lui est manipulé, soumis à des intérêts et inique.
    Le problème est qu’ils n’ont pas honte ! Parce que la génération M’bala s’est vue rabattre les oreilles par des journalistes plus haineux encore que lui, qui prétendaient que les Juifs d’Israël prenaient du plaisir à massacre les enfants arabes, et que les Juifs français les soutenaient dans cet assassinat sadique.
    Un confrère du service public, de l’émission « Un Œil sur la Planète », n’a-t-il pas écrit dans un grand quotidien que le président du CRIF était en fait le second ambassadeur d’Israël ? Simplement parce que le Dr. Prasquier avait osé demander des éclaircissements à France 2, qui avait diffusé un commentaire dans lequel on entendait que les soldats de Tsahal tiraient quotidiennement sur les agriculteurs de Gaza à « tirs tendus », c’est-à-dire avec l’intention de les tuer. Ce, alors qu’aucun soldat israélien n’a jamais tiré sur un paysan de Gaza. D’ailleurs, pourquoi l’aurait-il fait, à moins d’être un être malfaisant et satanique. Et si un Juif-soldat est vicieux au point de prendre plaisir à abattre quotidiennement des cultivateurs de Gaza, alors tous les Israélites…
    Cela aussi, les rédacteurs de notre agence n’ont pas cessé de l’écrire : la plupart des journaleux tricolores, inconscients des conséquences de leurs actes, ont incité, jour après jour, JT après JT, à la haine des Juifs. Et ce, sans que les pouvoirs publics, pourtant alertés par la Ména et par des rapports qu’ils avaient eux-mêmes commandés, ne prennent les moindres mesures, n’appellent à la réserve, au respect des chartes éthiques « même quand il est question d’Israël ».
    Il fallait un révélateur au droit de haïr qu’on avait suscité, et ce révélateur, ce détonateur, c’est Dieudonné. Les « jeunes » que j’ai écoutés à Nantes sont les produits de l’imposture de Mohamed Dura, des « tirs tendus » de Fr2, des rédacteurs du Monde, de l’Obs et de ses « soldats juifs violeurs » ou de Marianne, et des théories foireuses de Boniface, se demandant, dans un livre, si ce n’est pas un hasard que l’apartheid et l’État d’Israël soient nés le même jour.
    Ce dont nous vous avions aussi prévenus est que l’antisémitisme ne sévit jamais seul ; lorsqu’on lui ouvre la porte, il délite l’ensemble des valeurs. Témoins ces consœurs des chaînes de télévision, devant le Zénith, régionales obscures propulsées par l’évènement sur le devant de la scène nationale. Tenaillées non pas par la crainte de la racaille qui les bouscule, mais par la crainte de déroger au politiquement correct.
    J’ai visionné les enregistrements d’I-télé et de LCI : l’antenne revenait sans cesse à Nantes. Mais au lieu de laisser s’exprimer la foule qui n’attendait que cela, et qui constituait le sujet de ces directs répétitifs, la caméra se fixait sur elles, et elles prenaient le plus grand soin pour rester le plus insipides possibles et proposer un narratif qui n’avait pas grand-chose à voir avec ce qui se passait directement autour d’elles.
    Hier, on a pu ainsi mesurer en années lumières la distance séparant les débatteurs et les politiciens parisiens de la France. Simple question : le courant Dieudonné, ceux dont on a pu palper un échantillonnage représentatif devant le Zénith, sont-ils de gauche ou de droite ? Plus proches de Mélenchon ou de Marine Le Pen ? Ou sont-ils en train d’échapper au « système », comme ils disent, pour devenir les mutants agressifs et incultes de la République ?
    Beaucoup sont issus de l’immigration, je dirais un peu plus de la moitié, et je base cette estimation autant sur mon expérience dans les banlieues que sur ma soirée nantaise. On compte cinq à dix pour cent de vieux et de jeunes cons – dont certains brandissaient hier le drapeau français – tout contents que quelqu’un de connu scande, avec plus de talent qu’ils n’en possèderont jamais, la haine du Juif qui leur étreint le cœur. Trente pour cent de gens venus « pour se marrer », qui viendront voir Bigard à son prochain passage, qui aiment bien le pied-de-nez que M’bala fait au « système » qui ne les favorise pas, et qui n’ont pas la moindre idée de qui était Adolf Eichmann, mais que la détestation des Feuj ne dérange absolument pas. Ils ne comprennent d’ailleurs pas que l’on puisse les prendre pour des antisémites simplement parce qu’ils rient quand M’bala affirme que le judaïsme et le mensonge sont presque des synonymes.
    Peu de femmes ; j’en ai difficilement comptées une pour six ou sept personnes devant la salle de concerts.
    J’ai vu que nos élites se posaient ce matin la question de savoir si l’interdiction de Dieudonné ne risquait pas de dégénérer en censure généralisée du pouvoir contre tous ceux qui le gênent. La question ne se poserait pas dans un climat de stabilité et de confiance minimale. Tout le monde saisirait qu’il s’agit d’un cas extraordinaire et qu’il n’existe aucun danger à interdire ce qui doit l’être.
    Mais le grand problème du phénomène Dieudonné/antisémitisme consiste en ce qu’il révèle un pays en plein doute. Doute identitaire, doute sur l’avenir, sur l’Europe ; perte totale de confiance en l’État et en ceux qui le dirigent ; pour la politique : ils ne croient plus qu’aucun parti, aucun bord n’est capable d’apporter de solution à leurs problèmes. Ils sont convaincus que leur vote ne sert à rien, reprenant à leur manière l’antienne de Coluche, qui affirmait que si les élections servaient à quelque chose, cela ferait longtemps qu’elles seraient interdites.
    Puis il y a la crise économique, avec la France qui continue de plonger alors que l’Europe reprend du poil de la bête. Sept mille emplois perdus dans la seule journée d’hier, entre les licenciements prévus à la Redoute et chez Mory Ducros.
    Ça va mal, le doute dont je parle frappe des millions et des millions de Français de plein fouet ; l’on sait, pour avoir étudié l’histoire, que l’antisémitisme est, en Europe, un corollaire coutumier de ce genre de crises, mais pas forcément sa manifestation principale.
    La marge de manœuvre du gouvernement n’est pas large : il y a tous ces gens qu’il ne veut pas voir parce qu’il ne sait pas qu’en faire. Dans les banlieues, surtout. Dans un état de désespérance qu’il faut toucher du doigt pour apprécier ; de sous-éducation flagrante, qui les pénalise énormément et hypothèque leur survivance sur le marché du travail. Je parle d’un autre peuple que vous ne voyez pas car il évolue derrière un mur – le mur est le titre du spectacle annulé de Dieudonné – de séparation aussi impalpable qu’infranchissable. Il ne parle ni n’écrit la même langue que vous et il ne vous aime pas.
    Nous nous trouvons sous la menace d’une dislocation – le terme largage convient mieux – entre l’État visible et ce peuple inculte et grossissant. Des gens qui ne pigent rien au dialogue d’intellectuels, de politiciens et de juristes qui s’est ouvert sur Dieudonné. Lui, ils le comprennent, parce qu’il s’adresse à eux plus ou moins dans leur langue, et parce qu’il désigne des causes et des coupables à leur malheur. Et peu leur importe de vérifier ces accusations, du moment qu’elles justifient leur misère intellectuelle, spirituelle et matérielle. A la clé de ce drame une accumulation d’amertume et de violence. A la recherche de détonateurs… »
    Par Patricia La Mosca © Metula News Agency

  4. Marie

    Je partage à mille pour cent votre article rackam !

  5. Marie

    Merci kravi et le « Peu de femmes  » me conforte dans ce que je disais hier les femmes sont plus pour l’interdiction . Je me permets de faire passer ce texte à un ami bien difficile à convaincre de l’efficacité de l’interdiction.

  6. kravi

    Quad, je comprends que vous soyez exaspéré. Il est par ailleurs évident que nombre de politiques utilisent l’affaire à des fins électoralistes ou pour se dédouaner d’un silence et d’une inaction passés assez inexplicables. Sauf à penser qu’ils étaient tout aussi électoralistes que le battage actuel.
    En l’occurrence, et pour la énième fois, il ne s’agit pas de M’bala mais d’un phénomène beaucoup plus inquiétant qui gangrène la société française. C’est à ce titre que cela devrait vous questionner.
    Souris, je vous trouve optimiste quoique j’espère me tromper. L’article que j’ai reproduit montre que nous avons bien du souci à nous faire. Le monde joli des bisouniais s’effondre peut-être, mais je crains que les lendemains ne déchantent d’une drôle de façon.

  7. Marie

    Bien d’accord kravi , je crains qu’effectivement, l’affaire ne soit en rien régler . Le lavage de cerveau, la haine des politiques et le jeu trouble des médias sont autant de point plus qu’inquiétant. D’après un sondage plus de 80/100 des français n’aiment pas Dieudonné mais désapprouvent les interdictions de son spectacle .

  8. Souris donc

    Je ne suis pas si optimiste, Kravi, la radicalisation alimentée par la crainte des lendemains qui déchantent, le chômage galopant, la paupérisation des classes moyennes, l’exaspération générale, l’insécurité infligée aux milieux les plus fragiles, la mystification du vivre-ensemble quand on promeut la juxtaposition communautariste, peuvent aussi bien mener à une guerre civile.
    Mais peut-être une page se tourne-t-elle, celle de l’imposture mondaine et des gavés de la République, des bobos frivoles et de l’indignation facile des émules de Stéphane Hessel ?

  9. Yaakov Rotil

    * Pour suivre…

  10. Dans cette histoire trois points me semblent peu clairs et mériteraient des réponses que je ne vois exprimées nulle part.
    Le premier point réside en la question posée ici par QuadPater: si Dieudonné a fait quelque chose de répréhensible, et il l’a fait, pourquoi ne lance-t-on pas contre sa personne une procédure de justice ? On a vu, il n’y a pas si longtemps, des mises en garde à vue pour moins que ça: alors ?
    Second point, le ministre Valls explique ses interdictions de spectacle par le caractère de « meeting politique » de ces spectacles. On peut donc maintenant interdire des meetings politiques en France ? Danger…
    Troisième point, qui rejoint le premier: cette affaire est une affaire de justice. Comment expliquer l’étonnante position en retrait du ministre de la justice Madame Taubira qui pourtant sait parfois se positionner en première ligne ?

  11. kravi

    Impat,
    1. En effet, le négationnisme et l’appel à la haine sont répréhensibles. Votre question est la bonne, et j’ajoute : pourquoi a-t-on attendu si longtemps ? Il aura fallu attendre que la raclure regrette l’existence des chambres à gaz pour assassiner un journaliste juif. Vous n’avez pas entendu auparavant ces appels à la haine, sans doute parce que vous n’êtes pas concerné en tant que tel. Mais ils étaient quotidiens dans la presse et de la part d’ONG palestinolâtres. Certes, ils ne concernaient pas des français, seulement les juifs d’Israël… Il est bien temps de se réveiller.
    2. Il ne les interdit pas parce que ce sont des meetings politiques, mais des réunions où l’on pousse au crime, à l’éradication d’un État faisant partie de l’ONU au seul motif qu’il est juif. Voir l’article de la Ména que j’ai posté ci-dessus.
    3. Taubira a pris position dans le Huff Post, mais un peu tard et en tant que simple citoyenne. En tant que ministre, elle n’a pas bronché, vous avez parfaitement raison.
    Peut-on rapprocher ce silence de celui qu’elle a voulu maintenir sur la traite négrière arabe et africaine pour ne pas froisser la diversitude ? J’ai tendance à le croire. Ajoutons à cela la guerre ouverte mais larvée entre Valls et Taubira. Le premier semble avoir pris la seconde de vitesse. Cela étant, je ne réduis pas la position du ministre de l’intérieur à un simple calcul politicien. Je le crois sincèrement écœuré.

  12. Souris donc

    Sincèrement écoeuré ? Calculateur et cynique qui a ouvert une boite de Pandore, il ne maîtrise plus rien, vous croyez que la gauche Terranova le félicite, même s’ils affichent tous une unité de façade ?

  13. Rackam, peut-être avez-vous raison, Valls a peut-être raison, mais je dis bien peut-être. La liberté d’expression est un bien précieux, les appels au meurtre et au pogroms sont condamnés par la loi, ce ne fut jamais pour cette raison que l’histrion fut condamné. Ce à quoi vous applaudissez aujourd’hui vous fera pleurer demain, mais admettons que cela était nécessaires, la hâte evec laquelle le CE a pris sa décision pour invalider une décision du TA fera plus pour la cause de la haine, que la représentation elle-même.
    Lutter contre la haine demande de la détermination, de l’intelligence et de la ruse. Le gouvernement est dans l’indignation et la posture, c’est autre chose. Pire, l’opinion publique se braque, elle sent bien poindre l’enfumage et l’autoritarisme pour ne pas dire plus. À l’image du président du Sénat qui prone le vote à main levé confondant certainement la vénérable assemblée aux AG de sa jeunesse voire au club des Jacobins où la chasse aux traitres compte par dessus tout, le gouvernement dérive vers des eaux très troubles.
    Enfin, wahed, jouj, tlata aurait mieux convenu pour votre titre, comme le disait Finkielkraut lors d’une discussion avec Elizabeth Lévy que nous avait recommandé Kravi, c’est la France black, blanc, heur qui s’exprime au travers de Dieudonné, elle se reconnait en lui. Elle applaudit quand Dieudonné, Faurisson et Fofana pour attaquer Alain Jakubowicz en justice. On parle de racisme anti-blanc mais ce nouvel antisémitisme en est la quintessence or que fait-on ? On dit haine, zwei, drei comme si c’était des hordes casquées et bottées qui allaient de nouveau franchir le Rhin. On se trompe car on n’arrive pas à désigner le mal, c’est l’antisémitisme musulman, jamais dénoncé, toujours occulté, toujours euphémisé qui a libéré cette haine, il a fédéré toutes les haines des rancoeurs des enfants de la décolonisation.
    Dénoncé l’antisémitisme musulman serait faire du tort aux damnés de la terre, jamais Alain Jakubowicz ne s’y résoudra vraiment, il aurait l’impression de fouler ses idéaux au pied.
    Alors oui, nous pouvons défiler avec lui, ce que nous n’aurions jamais fait, mais nous continuerons de mal nommer les choses pendant que les barbares continueront de profaner ce que nous avons de plus sacré.

  14. Guenièvre

    Merci Rackam ! Et merci kravi pour le témoignage de la journaliste à Nantes .
    Après avoir lu et visionné quelques vidéos ( finalement je ne connaissais que très peu le personnage et les discours de Dieudonné et sans doute est-ce la même chose pour beaucoup d’entre nous ) je pense que Valls a pris la bonne solution. Est-ce qu’il y a un risque de dérive, est-ce que cette interdiction sera contre-productive je n’en sais rien, mais il fallait dire « stop » !
    Et d’accord avec vous kravi, on en est arrivé là , à cette interdiction qui malgré tout a un goût amer puisqu’elle elle est l’aveu de l’échec de cette prétendue « éducation au respect et à la tolérance » parce que les politiques n’ont jamais voulu réagir aux appels à la haine contre Israël propagés dans la presse ( par adhésion pour quelques uns , par calcul politique pour beaucoup d’autres ) .
    En réponse à votre troisième point Impat je crois que l’on assiste au travers de l’affaire Dieudonné à la lutte entre le courant plus à droite de Valls et celui plus à gauche de Taubira ( le Bisounoursisme de souris ).

  15. Souris donc

    c’est la France black, blanc, heur qui s’exprime au travers de Dieudonné, elle se reconnait en lui.

    Oui, Skarda, c’est ainsi que Zemmour analyse les choses, dans sa dernière « Insolence », il voit en Dieudonné…

    « …le produit idéologique des années 80 et 90, du droit à la différence et de la diversité. Son public est cette France black-blanc-beur des banlieues que les antiracistes professionnels ont tant vantée.
    Son antisionisme rejoint la passion de l’extrême-gauche pour les Palestiniens qui les a conduits à faire d’Israël un Etat fasciste, pire que les nazis, disait Stéphane Hessel.
    Dieudonné est le produit paradoxal d’une époque qui a connu la sacralisation de la Shoah, érigée en quasi religion républicaine et dans le même temps son extrême banalisation, la moindre rafle d’une famille de Roms sans papiers rappelant les heures les plus sombres de notre histoire.

    En s’acharnant soudain sur Dieudonné, la gauche veut faire oublier que lui, autant que son public de la diversité tant prisé par les bien-pensants, sont le produit d’une époque, d’une idéologie, d’une politique : LA LEUR. »

  16. Souris donc

    Que Zemmour m’excuse, j’ai oublié de mettre « rafle » en italique. Et d’indiquer que souligner LA LEUR en gras est de moi.

  17. Il faut voir comment certains se précipitent pour récolter leurs certificat d’antiraciste à cette occasion. J’en connait un qui a déclaré que l’antisémitisme n’était pas une chose dont on pouvait rire et se promettait, l’air martial, d’aller en découdre en participant àla manisfestation antifa (soit en passant les petits blancs becs d’antifa risque de se prendre une sacré dérouillée face aux admirateurs de Dieudonné qui semblent avoir une certaine habitude su combat de rue), ce Jean Moulin-là même écrivait sur un site ami pour faire enrager Bibi :
    « Mais Hitler ne pouvait pas se permettre la présence de millions de ressortissants hostiles au coeur de l’Europe, dès lors que le Yishouv armé a attaqué le Reich – comme vous l’avez vous-même montré -, alors qu’il n’y avait pas de population japonaise ennemie d’une quantité aussi importante aux US. Il lui fallait sans doute les neutraliser. C’était une nécessité stratégique pour l’Allemagne. »
    Soutenu en cela par un FTP bien connu qui se dresse aujourd’hui devant la vague fasciste en lui tournant le dos.

  18. Guenièvre, épargner Dieudonné serait plus à gauche, et l’attaquer serait plus à droite ?
    Perplexité…

  19. Guenièvre

    Impat , ne raisonnez pas en « libéral ». 🙂
    Sur le plan  » sécuritaire  » , oui, vous savez bien que pour certaines personnes de gauche, Valls n’a pas sa place au PS. Valls n’a jamais pratiqué la « culture de l’excuse  » pour les populations immigrées des banlieues ce que Taubira n’arrête pas de faire. C’est pourquoi elle est un peu gênée aux entournures dans cette histoire. Sont pas sur la même ligne du tout !

  20. … « Impat , ne raisonnez pas en « libéral ». »…
    Impossible, Guenièvre: les autres ne raisonnent pas du tout. 🙂

  21. kravi

    Ah ça, Terranova joue les funambules. Puissent-ils se prendre un gadin en cette occasion !

  22. kravi

    « Évidemment, ce motif pose donc directement la question de savoir si une telle ordonnance aurait pu être rendue à propos de propos de même gravité mais qui n’auraient pas eu un caractère antisémite ? À notre sens, pour clarifier sur ce point, il serait nécessaire que le Conseil d’État, plutôt qu’à la dignité de la personne humaine, recoure à la notion de discrimination, en lui adjoignant des considérations liées à la gravité des propos ou situations visées, notion dont le caractère général lui permettrait de saisir un plus grand nombre d’objets et de devoir utiliser des motivations particulières propres à certains groupes ou situations. »
    Comment dites-vous ? Ah oui : je plussoie.

  23. Yaakov Rotil

    Ariel Sharon est mort…

    Je ne sais celui qu’on retiendra, de l’audacieux qui change l’issue de la guerre de 73 par un coup de génie, ou de celui qui, pour des raisons douteuses, effectue un retrait unilatéral de Gaza avec les conséquences désastreuses que l’on connaît.

    Ce soir, dans le doute, j’allumerai quand même une veilleuse en pensant à lui…

  24. Souris donc

    @ Rackam

    Moi, je n’ai pas envie d’invoquer le Pasteur Niemöller. Ni de me ranger du côté de Valls.
    C’est l’Etat dorénavant qui va m’indiquer quand j’ai le droit de rire ? Ça s’appelle de la censure. Comme en Corée du nord. Je préfère qu’on donne des leçons d’histoire à nos racailles, et si les profs ont peur des représailles, qu’on leur projette des documents d’archive. Plutôt que de mettre au programme les civilisations africaines les plus infimes et locales.

    Censure. Sur le site Libertés Chéries, de veille juridique portant sur les libertés publiques et les droits de l’homme, le professeur Sur va plus loin : « Jour de deuil pour la liberté ».
    Il a repéré une bonne dizaine d’irrégularités dans l’ordonnance du Conseil d’Etat. Si Dieudonné fait appel auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, on lui donnera raison.
    http://libertescheries.blogspot.fr/2014/01/les-invites-de-llc-serge-sur-jour-de.html

  25. Si nous en sommes là, c’est que le laxisme a prévalu depuis trop longtemps. Comment la justice de Taubira, tout comme celle de ses prédécesseurs a-t-elle pu laisser des peines inappliquées à l’égard de DMM ? Essayez donc de ne pas payer un PV de stationnement ou de petit excès de vitesse et vous verrez ce qu’il adviendra. Le bouffon pervers et « funeste coursier du diable » a, semble-t-il commis des délits en tenant le langage qu’il tient, en toute impunité.
    Vall a intimé au CE d’interdire le spectacle du bouffon. Pas sûr qu’il ait raison si celui-ci fait appel auprès de la cours de justice européenne.
    Au lieu de chercher des factieux là où il n’y en a pas, Valls aurait du enjoindre sa copine Taubira de veiller à ce que les décisions de justice soient appliquées. Vu les propos tenus à la TV iranienne et ailleurs, le bouffon aurait du être condamné à des peines qui lui feraient passer l’envie de se produire en spectacle.
    Maintenant nous avons un ministre de l’intérieur aux abois qui interdit des spectacles, dangereux précédant qui conduira à interdire d’autres manifestations ou meetings dérangeants pour le pouvoir.
    Le meilleur qui puisse nous arriver, c’est que ces gauchistes soient battus à plate couture lors des élections municipales et européennes, et bien sûr en 2017. En tout cas, je le souhaite.
    Quant à Taubira, elle est étrangement silencieuse ces temps-ci…

  26. Patrick

    Sincères condoléances aux Antidoxiens israéliens touchés par la mort de leur ancien chef d’Etat.

  27. Florence

    Quel est le nom de la Justice qui a épargné Dieudonné durant des années ?
    La Justice Française. ??!!

    Taubira a fait tout un foin pour une peau de banane mais là elle fait le service minimum.
    Est-ce la couleur de la peau qui prime sur les idées ?

    Toute cette histoire me laisse un goût amer car on n’aura rien réglé. Rien n’est remis en cause. Car Dieudonné n’est qu’un symptôme. On a procédé à une purge. Et puis c’est tout. Le cancer continue de se propager, en silence.

  28. Florence

    Bien d’accord avec vous Patrick

  29. Patrick

    Eh oui, Florence, quand on a enlevé la tumeur (à supposer qu’elle soit enlevée), il reste les métastases, encore plus dangereuses, car plus nombreuses. Et actuellement, j’ai l’impression que le bouffon en produit beaucoup.

  30. Florence

    Oui Patrick
    si la France avait été au clair avec tout ça, on n’en serait pas là.
    On fume 2 paquets de clopes pendant 30 ans et puis patatras, on se retrouve avec un cancer en train de se généraliser. Ceux qui refourguent les paquets de clopes, avec la marge qui va avec, ont beau jeu de jouer les indignés.

  31. hathorique

    La liberté d’expression ne doit pas conduire au négationnisme ni davantage à faire l’apologie du nazisme, ce qui est st interdit par la loi Gayssot
    D’ailleurs ce polémiste surtout escroc a déjà été condamné par la justice pour propos antisémites, et chose curieuse ces sentences n’ont pas été exécutées, il serait sain que la lumière soit fait sur cette curieuse indulgence et que les citoyens sachent pourquoi il a pu échapper aussi facilement aux sanctions qui le touchaient et comment il a pu organiser son insolvabilité. L’administration fiscale française ne pratiquant pas particulièrement l’indulgence pour les fraudeurs.

    Il aurait eu toute sa place « sur le mur des cons » qu’il n’aurait pas déparé .

    Il souffle sur notre pays un vent mauvais, les raisons en sont multiples de l’envahissement de la martyrologie diverse et variée, de la victimisation communautaire, de la surenchère victimaire, les « martyrs  » des causes sont transformés en valeurs monnayables dans le marché des associations communautaires, grassement pourvues en subventions publiques. Force est de constater que leur influence est inversement proportionnel à leur nombre

    Quels dangers, quels enjeux pour la République confrontée aux dérives du communautarisme ? Comment faire vivre et vivre la République dans la société d’aujourd’hui, plurielle, multiculturelle que l’on en soit d’accord pu pas, c’est un fait . Comment réduire la haire raciale qui s’installe sans nuire à la liberté d’expression, qui rappelons le n’est pas sans limite , mais bornée par le droit et la jurisprudence..
     » La liberté ne s’affranchit pas de la légalité « .

    Dieudonné n’est que l’épiphénomène qui cache un état des lieux plus inquiétant à en voir ceux qui se profilent sous sa bannière et le succès qu’ils rencontrent l’antisémitisme se cachant sous les oripeaux de l’antisionisme .
    Il est issu de la diversité militante de S.O.S racisme. Soral est un ancien communiste.

    J’ai lu que Mein Kampf battait des Records de vente sur le net et serait un best-seller sur Amazon et iTunes.
    l’action de Monsieur VALLS qu’ici je pense sincère avec un crochet de sa droite à Madame Taubira et son silence assourdissant. Elle ne nous a pas pas fait entendre sa grande et belle voix et doit encore fourrager dans les textes d’ Aimé Césaire quelle aime tant à citer pour trouver la phrase choc ad hoc, ses recherches se poursuivent, elle doit camper à la B.N.F

    L’opération coup de boule du ministre de l’intérieur n’a pas été tout à fait inutile, Monsieur M’bala M’bala renonçant à se produire pour ce spectacle il a déclaré « dans un Etat de droit il faut se conformer à la loi ». » Dura lex sed lex  » reconnaissant de facto que son spectacle dérogeait donc à la loi, car ce n’est pas
    l’humoriste qui a été interdit, mais bien ce spectacle particulier, dont il a donné un aperçu en se grimant en griot africain : la griotte et pas la quenelle

    Je crois surtout que cet engouement pour ce pseudo humoriste surtout militant politique prosélyte de la haine est un aussi échec de notre Education Nationale, et sur ce point là j’aurais aimé entendre Monsieur Peillon plus préoccupé par son élection de député européen.

    un article qui j’en suis sure vous passionnera.

    http://conflits.revues.org/531?lang=en

    @ souris
    Rien ne s’effondre un monde s’en va et un autre est à venir et cet autre monde sera celui que les hommes et femmes de bonne volonté aideront à construire, aucune apocalypse immédiate ne nous guette au moins en Occident, mais nous avons un devoir de vigilance nous devons rester éveillés et attentifs, sans craindre d’affronter nos propres responsabilités politiques et historiques dans ce regain de virulence antisémite, dans ces remugles racistes.

    Bonsoir à tous

  32. hathorique

    « Force est de constater que leur influence est inversement proportionnelle à leur nombre »

    lorsque j’écris ceci, je signifie bien sur que pour ces associations anti racistes, leur influence sinon pour faire cesser le racisme mais au moins pour l’empêcher de progresser est quasi insignifiante et sans résultat aucun.
    Elles sont même parfois elles mêmes sélectives comme S.O.S racisme par exemple.

  33. Noble Lionne, bonsoir, il faut savoir rendre à César ce qui lui appartient : Dieudonné était bien sur le mur des cons.
    La liberté ne s’affranchit pas de la légalité bien entendu, mais la rapidité du conseil constitutionnel à casser un jugement du tribunal administratif est pour le moins étrange et cette décision risque fort bien d’être invalidée par la Cour Européenne, l’idée étant que le recours à l’interdiction d’une représentation ne doit se faire qu’en dernier ressort, lorsque par exemple l’ordre public est menacé, ce qui n’a manifestement pas été le cas lors de précédentes représentations. Ce n’est qu’à l’issu du spectacle que l’on peut savoir si le bouffon a dépassé les limites. Soit ce que dit Dieudonné est interdit par la loi et que ne l’utilise-t-on pas, soit il est tout simplement odieux et l’on doit souffrir qu’il s’exprime, la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.
    Comme vous le faites remarquer, et j’extrapole peut-être un peu, il n’est nul besoin d’associations pour poursuivre les délinquants, nous avons quelque chose qui s’appelle le parquet pour cela, Madame Taubira l’aura peut-être oublié et Monsieur Valls, prévenant, n’aura pas manqué de le lui rappeler. Toujours est-il que tout cela semble bien improvisé, depuis bientôt quinze ans le poison de l’antisémitisme se répand en Europe sous prétexte d’antisionisme et l’on s’étonne qu’aujourd’hui Dieudonné porte plainte dans les termes les plus orduriers contre le président juif de la LICRA en compagnie de Faurisson et Fofana pour antisémitisme. Je veux bien croire que Monsieur Valls soit un brave homme animé des meilleurs intentions, d’autant que comme Rackam vous semblez le croire, mais vous savez ce que l’on dit des bonnes intentions.
    J’aime assez la liberté telle qu’elle se pratique dans le monde anglo-saxon, il faut dire qu’ils sont les inventeurs de la démocratie libérale, nous avons une idée un peu plus leste de ce qui se trouve derrière ce troisième mot de notre devise nationale, cela ne nous a pas toujours porté chance. Il se trouve que je crois que l’islamisme est en grande partie responsable de la haine nouvelle, et je crains fort que demain on me fasse taire en utilisant précisément ce précédent, souffrez que je sois circonspect, la liberté ne semblant pas être la préoccupation première de ceux qui sont aujourd’hui aux affaires, Monsieur Valls s’est d’ailleurs montré beaucoup plus intraitable avec des quidams portant des T-shirts où se trouvaient dessinés un Papa une Maman et des enfants, qu’avec des sauvageons le piégeant en lui infligeant une séries de quenelles bien senties sur une photo qui va devenir emblématique.
    Bref, il faut bien sûr s’adapter à la société plurielle qui vient, ce n’est pas moi qui vous contredirait, vraiment, on ne foutra pas dehors des millions de gens comme ça, et quand bien même le pourrait-on que ce seraient nos valeurs, notre âme, qui partirait avec eux. Si les Israéliens dans l’environnement qui est le leur, réussissent à vivre avec 20% d’Arabes, tout en restant une démocratie, nous devrions réussir à faire de même avec une proportion plus de deux fois moindre. Mais il faut, je crois, traiter tout le monde sur un pied d’égalité, sans minimiser les turpitudes des uns et accentuer celles des autres. Il faut parler clairement de l’idéologie nauséabonde (c’est bon de pouvoir dire ce mot parfois, merde) que l’on a trop longtemps laissé prospérer dans la communauté musulmane. Or, et j’en finirai là, ce n’est pas ce que l’on semble faire avec cette lamentable affaire, j’ai plutôt l’impression que l’on repart comme en quarante-cinq à la chasse aux nazis d’outre Rhin, époque bénie où les résistants poussaient plus vite que les champignons en automne dans le Sud-Ouest.

  34. Troisiéme mot par l’importance, c’est pour cela qu’il est en tête de la devise.

  35. Florence

    Tibor, sur ce coup-là, je n’aurais qu’un mot : BRAVO !

  36. Noble Lionne, le texte que vous nous donnez à lire est passionnant !

    Un extrait pour inciter à le lire :
    « Le comptage des victimes positionne chaque communauté sur un marché soumis aux lois de l’offre et de la demande, de la concurrence, du démarchage, de la publicité, de la saturation. Pour être bien cotée à cette bourse des tragédies, une communauté militante doit aligner un nombre important de victimes, plus élevé que ses concurrentes connues ou non, qu’il s’agisse de morts, de blessés, d’exilés, d’affamés, tout en évitant d’accumuler les victimes chez ses adversaires de peur de voir ceux-ci se prévaloir de leurs « martyrs » pour améliorer leur indice. »

  37. Souris donc

    Je vous trouve tous bien sentencieux et bien solennels, Valls aurait réussi son coup de la « République en Danger « ?
    « La haine raciale qui s’installe » (Hathorique), faut quand même pas exagérer, c’est ce que la gauche tente de nous fourguer, surtout les associations dont c’est le fonds de commerce. Il n’y a pas plus ouvert, tolérant et généreux qu’un Français. C’est bien le problème. Ça nous fait rappliquer toute l’Afrique et sa vision tribale du monde.

    Dieudonné est un con. S’il avait clamé qu’il était antisioniste, la meute bien-pensante l’aurait applaudi, continuerait à nous bassiner avec le racisme, tout en cajolant les « jeunes » qui assistent aux spectacles d’un humoriste issu de la diversité.
    Méga-enfumage pour ne pas parler de la courbe du chômage qui refuse de s’inverser et autres échecs sur toute la ligne.
    Et voilà qu’on a droit au chaud lapin avec la deuxième concubine.
    Degré zéro du débat public.

  38. desavy

    C’est vrai que le chômage, on n’en parle jamais.

  39. desavy

    J’aime beaucoup l’article de Rackam, résultat d’une pensée cohérente et courageuse.

    Je n’approuve pas l’interdiction des spectacles (mais je ne tombe ni dans la minimisation des propos de Dieudonné ni dans le fantasme d’un CE aux ordres) mais je regrette que la justice ne soit pas assez implacable.

  40. Souris donc

    Rackam est tombé dans le panneau de la com’ du matamore qui fonctionne sur le mode vieille marmite/meilleure soupe.
    Mou Président de la République fait sa petite Mitte qui, pour détourner l’attention du virage de la rigueur, avait magistralement et durablement enfumé avec la séquence SOS-Racisme + révélation Mazarine.
    Mou Président tente la recette, pour détourner l’attention de ses piètres résultats économiques, enfumage avec la même séquence antisémitisme + chaud-lapinisme.
    Ça fonctionne moyen, les gens sont moins crédules.
    Preuve de la manœuvre de diversion : la Femen mimant un avortement avec un morceau de viande en pleine messe. Qui réclame l’interdiction d’un spectacle hautement christianophobe ? Personne.

  41. Marie

    De m^me desavy

  42. Marie

    Ha que si souris , la question a été posée entre autre sur RMC à Anne Hodalgo et à Valls .

  43. desavy

    « Qui réclame l’interdiction d’un spectacle hautement christianophobe ? Personne. »

    Cherchez bien, vous trouverez.

    Avec Dieudonné, nous avons un antisémitisme d’extrême-gauche. Nous avons aussi un antisémitisme musulman, que vous évoquez d’ailleurs plus haut. Vous devriez vous réjouir de cette dénonciation plutôt que de nous replonger dans des théories du complot.

    La révélation Mazarine a été bien plus tardive.

  44. Guenièvre

    @ Souris,

    Est-ce que c’est toujours aussi tranché que cela Souris ? Est-ce que lorsque, finalement, on se dit que, peut-être , l’interdiction était la moins mauvaise des solutions on se laisse abuser par l’enfumage ? Il ne s’agit même plus de Dieudonné . J’ai lu plusieurs articles, dont celui de kravi, sur ses spectateurs , ceux qui allaient assister précisément à ce spectacle .

    Un autre ici tout à fait édifiant…

    http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20140103.AFP6761/spectacle-de-dieudonne-rires-non-stop-obsession-des-juifs.html

    « Devant le théâtre de la Main d’or, à Paris, la file d’attente est bigarrée. Casquettes, bonnets, belles vestes, femmes voilées. Deux amis se croisent. « Je ne te demande pas ce que tu fais là », dit le premier. Sourire du second. « Je suis avec des potes d’Alger, des purs et durs. » Blancs, Noirs ou Maghrébins, ils sont venus soutenir Dieudonné, que Manuel Valls veut interdire de spectacle. »

    « Arrêtez avec l’antisémitisme… Vous me faites de la pub », se marre Dieudonné. « Je ne dis pas que je ne le serai jamais. Je me laisse un temps de réflexion. » Rires et applaudissements. « Je n’ai pas à choisir entre juifs et nazis, je suis neutre dans cette affaire » »

    « Sur les 75 minutes que dure le spectacle, il ne s’en passe pas cinq sans une charge contre « les juifs », « la juiverie », « kippa city », « le maître esclavagiste banquier »

    On venait donc expressément d’Alger pour assister à un spectacle où l’on se moque des juifs ( avec tous les clichés des années 30 ) et de la Shoah ? ( je ne te demande pas ce que tu fais là…)
    La question est : est-ce qu’on laisse faire si l’on sait que des milliers et des milliers de spectateurs dans toute la France vont se retrouver régulièrement dans cette ambiance malsaine à rire exclusivement d’une communauté ? Est-ce qu’il ne faut pas dire stop ?

    Après on n’est pas dupe non plus, on sait qu’une interdiction peut être le début d’un engrenage et on n’oublie pas le chômage .

  45. Que ceux que les attaques répétées contre la liberté d’expression n’émeuvent pas, méditent sur l’arrestation du fondateur du site hollandedemission.fr
    http://valeursactuelles.com/société/fondateur-site-hollande-démission.fr-arrêté20131113.html

  46. kravi

    Dieudonné ne serait rien sans son public. Bien sûr il est fait état à son sujet d’autres aides occultes ou inavouables qui expliquent, dit- on, ses passages en Iran et sa barbe «salafisante». Pourtant le triste pitre ne serait rien sans ce public addictif qui lui apporte soutien psychique et financier, lui procurant ce sentiment d’impunité qui lui permet de récidiver, tout en se laissant happer chaque fois un peu plus par cette logique qui s’avèrera, n’en doutons pas, destructrice. Qui donc compose non pas à proprement parler ce « public » mais l’engeance, au sens de la sociologie des bandes, qui le porte? Les quelques reportages ou fragments de reportages disponibles ne permettent d’en avoir qu’une idée elle même fragmentaire. Il y a d’abord le «noyau dur»: les antijuifs invétérés, rabiques et incurables, à propos desquels même la psychiatrie ne sait que dire. On y discerne ensuite les antijuifs islamistes qui lisent le Coran après de fortes inhalations des « Protocoles des Sages de Sion »; et les antisionistes idéologiques, auto-convaincus que l’Etat d’Israël est une création du Lobby Sioniste Mondial dont le CRIF est l’émanation française; et puis les antijuifs empiriques, ou d’occasion, qui ont eu un différent avec un voisin ou un collègue juif, ou présumé tel, et qui viennent chez Dieudonné exhaler leur rancoeur homicide parce qu’il n’y pas plus de Kommandantur ou de Commissariat aux Affaires Juives à qui adresser des lettres de délation. Sans parler des belles âmes prédisposées, pour lesquels les images à sens unique en provenance du Moyen Orient causent ce que l’on pourrait appeler des « préjudices mentaux médiatiques ». Pourquoi s’en étonner? Dans « Le Figaro » du 4 mai 1948 – donc trois ans à peine après la découverte des camps de la mort, François Mauriac pouvait écrire: « L’antisémitisme est loin d’avoir disparu depuis que l’écroulement du nazisme a interrompu la proscription de la race infortunée ». On a bien lu: pour Mauriac il ne s’agit que d’une interruption. Cependant, il n’y pas que le noyau dur, il y a les autres, tous les autres, ceux qui n’hésitent plus à faire le geste de ralliement que l’on sait, ceux qui viennent inhaler un air empuanti pour s’encanailler, par jeu, pour passer un bon moment ludique, par bravade, par esprit de transgression, pour se prouver qu’ils n’ont peur de rien, qu’ils ne respectent personne, qu’il n’y a plus de tabou; tous ceux et celles dont le « moi » pour employer une caractérisation plus savante est un moi « désencombré », désencombré de normes, de valeurs, de scrupules, de limites et aussi de vrai courage. A cet égard, et sans abuser de ce terme, ils forment la symptomatologie de ce qu’Alain Touraine, nomme, dans un autre ordre d’idées, l’« après- social » contemporain, celui des individus qui ne se sentent liés par rien et par personne, pour lesquels la notion d’interdit relève du crime de lèse- majesté. Ces individus qui s’imaginent «souverains» et «résistants» ne font en réalité que céder à ces formes de contagion psychique d’où naissent régulièrement les refrains entêtants, les mots sans signification mais auto-magnétisés (« allô quoi »), les opuscules pavloviens, sans contenu réel, vendus à des millions d‘exemplaires et dont on se demande, tant ils manifestent de débilité mentale et de panurgisme décérébré, pourquoi ils sont si largement repris. Il y faut néanmoins des relais et des des-inhibiteurs majeurs. A moins de se reporter à une pathologie personnelle, comment expliquer que Nicolas Anelka, que Tony Parker, que Mamadou Sakkho, s’y soient laissés allés? Cependant ils ne sont pas les seuls et ils ont été épinglés à cause d’une célébrité qui, au contraire, aurait dû les en dissuader. Il ne faut pas se tromper: laissée à sa propre pente cette contagion aurait tôt fait de transformer le métro en champ de bataille.
    extrait de Raphael Draï dans http://raphaeldrai.wordpress.com/2014/01/06/la-logique-du-pitre/

  47. Guenièvre

    Je complète ma phrase :
    « ….à rire exclusivement d’une communauté avec le sous-entendu permanent que les événements dont ils ont été victimes n’ont pas eu lieu et que ce sont eux qui au contraire mènent le monde » . C’est cela le plus grave..

  48. Souris donc

    Pas complot, Desavy, de la com’, de la vulgaire com’ opportuniste et visant à enfumer. Depuis 10 ans, Dieudonné exploite le même filon donnant à un public acquis ce qu’il attend. Et on s’en avise maintenant ?
    Marie, la question a été posée, mais aucune réponse n’a été apportée, ni de Valls, ni de Taubira. Les Femen sont les protégées de Caroline Fourest nommée Chevalier des Arts et des Lettres. Les Femen sont sacrées.

  49. « Une société ne choisit pas toujours les maux qui la minent. Une fois qu’elle les a décelés, si elle ne les combat pas pour s’en guérir, il est rare qu’elle n’en paye pas le prix. »

    Ce n’est pas en interdisant un spectacle que l’on lutte contre l’antisémitisme, ce n’est pas une question psychiatrique c’est une question de droit, une question de protection des libertés. Il est symptomatique que ce gouvernement interdise au lieu d’appliquer tout simplement la loi. L’incitation à la haine n’est pas une question d’opinion de tel ou tel mais une question juridique d’une extrême importance, c’est là que se joue l’essentiel. Dieudonné a été condamné, n’a pas payé ses amendes, il doit être envoyé en prison comme tout autre Français dans la même situation, et être condamné plus sévèrement encore en cas de récidive. Interdire ses spectacles est une tout autre chose et met notre liberté à tous en danger car c’est la marque même de l’arbitraire, plus inquiétant encore la célérité du Conseil d’État à casser le jugement du tribunal administratif montre qu’il est aux ordres. Quant à la quenelle, vouloir l’empêcher c’est être complètement coupé de la réalité.

  50. rackam

    Tibor,
    j’entends bien votre crainte que ce qui a servi pour l’un soit brandi pour tant d’autres. Comme manifestant (et un peu plus) de la LMPT, veilleur occasionnel, je vois très bien. Le pilote de l’avion a été victime d’une vindicte inique. Les marcheurs de cet été, contrôlés à maintes reprises, aussi.
    Mais la gravité de leurs opinions est bien légère, même aux yeux du livreur de pizzas de la rue du Cirque, ils sont relâchés, blanchis etc. Alors que, si la Justice va au bout de ses textes, l’agité de la quenelle aurait dû écoper depuis belle lurette.
    Et c’est là que je rejoins ceux qui s’étonnent que les propos tenus pendant le spectacle du zina barbu n’aient pas fait l’objet d’une plainte, d’une instruction, d’une condamnation (lisez-moi bien, c’est la première fois que la douteuse loi Gayssot reçoit mes hommages)…
    Bref je suis partagé, mais j’incline dans un sens comme ce billet l’indique.
    Dût-il indisposer Quad qui préfère qu’on parle d’autre chose… qu’il nous donne des thèmes, je ne rechigne pas. 🙂

  51. Souris donc

    Thèmes.
    Les Femen, happening et body art ?
    Le mur des cons, humour potache ?

  52. Marie

    A voir sur le site de France 5, ce que dit Naulleau .dans l’émission sur les médias Ce monsieur non dénué d’intelligence pense que les explications par les livres suffiront , quelle naïveté quand on sait combien les bibliothèques ou les librairies s ont de lecteurs surtout sur ce genre de sujet. Pensez que les fans de Dieudonné aient tous un niveau de culture qui leurs permettent d’analyser lucidement ce problème en dit long sur la distance entre le monde de la culture et le citoyen lambda.

  53. Souris donc

    La marque de l’arbitraire, oui, Skarda. La police de la pensée n’a qu’une chose en tête, censurer, censurer censurer. Internet et sa contre-culture, sa dissidence, sa libre parole, est la prochaine cible. Instrument : la CNIL.

  54. kravi

    Les femen, souris, voici un lien.

  55. rackam

    Souris, vous êtes l’attachée de presse de Quad? ça paye bien?

  56. QuadPater

    Mais non, Rackam tant qu’on communique, et quel que soit le sujet, je suis content.
    Une seule remarque : je rappelle que sur Antidoxe il est interdit de faire l’apologie des lois contre l’humanité (genre la Gayssot 😉 ).

    ——————-

    J’ai déjà dit ce qui m’espante : en France il y a UN SEUL antisémite officiel. On peut le citer, on peut le condamner, on peut le haïr, mais on ne peut le forcer à purger ses peines – faut pas exagérer non plus.
    Contre le Mal, un ministre, Manouel « ah mais j’vais lui faire fermer sa gueule, moi ! » Valls. Ce n’est pas rassurant : imaginons 4 ou 5 crétins qui prennent le chemin de Mbala Mbala. l’Intérieur va passer son temps à les interdire. Ou déléguer à Taubira, puisqu’elle n’a rien à faire en ce moment¹.

    Nous ne mesurons pas vraiment le ridicule de notre système. Un car a un accident, un ministre propose une loi. Un train déraille, c’est un ministre qui lance l’enquête. Un humoriste fait passer des messages immondes, c’est encore un ministre qui s’occupe personnellement de son cas.
    Nous n’avons plus de régulation, hein ? Un ministre, j’avais dans l’idée que ça s’occupait des problèmes globaux du pays… Pas des pets de travers d’un ex-amuseur.
    Mais après tout pourquoi pas, étant donné que c’est le Prèz lui même qui gère certains dossiers délicats d’immigration… 🙂

    ————————————
    ¹ affronter l’antisémitisme de 2014 c’est se mettre à dos toute la population arabo-musulmane de France et d’outre-mer. Taubira ne mouftera pas, c’est une évidence.

  57. Rackam, … « Bref je suis partagé, mais j’incline »…
    J’aurais a priori tendance à incliner dans le même sens. Mais je me tiens et me retiens, hérissé que je suis par ce permanent réflexe d’interdiction qui guide la pensée socialiste.
    Je persiste donc à répéter qu’il eut mieux valu depuis longtemps ou maintenant arrêter l’auteur de ces propos plutôt que censurer un spectacle même si on appelle celui-ci « meeting politique ». Et je persiste aussi à demander pourquoi « ils » ne l’ont pas fait.

  58. Deux informations ce matin sur Facebook
    – La photo d’une dame ,pas très jeune , seule ,tenant d’une main son sac de provisions ,de l’autre un drapeau Israélien et chantant « Israël je t’aime « avec à ses cotés une grande bringue ,la dépassant d’une tête et quenelle en mains …si j’ose dire
    – La vitrine d’un magasin juif ,Naourî ,en région parisienne ,souillée de la mention JUD en lettres grasses,noires ,surmontée d’une étoile de David …
    Je pleure…

  59. Rackam, nous sommes d’accord sur le fond, je trouve incroyable que la lutte contre l’antisémitisme passe par l’interdiction d’un spectacle alors que son principal acteur et promoteur devrait être en prison depuis longtemps pour n’avoir payé ni ses amendes, ni ses impôts. Tout ceci me semble un peu gros, on veut faire la chasse à Dieudonné sur Internet, et les prêches antisémites enflammés, ? Et les déclarations décomplexées de sympathie pour Hitler sur les chaines Arabes ? etc. etc.
    J’ai plutôt l’impression que l’on veut mettre sur un même pied une homophobie supposée et l’antisémitisme le plus patent, une banane dont vous savez ce que je pense et des appels à la haine multiples et répétés. Tout ceci m’inquiète, j’ai beaucoup plus l’impression que le célèbre passage de Martin Niemöller s’applique à nos libertés que l’on confisque qu’à autre chose.
    Je suis le premier à dénoncer Dieudonné, je m’étonne que l’on parle si peu des racines du mal, je duis très mal à l’aise devant le spectacle d’un Conseil d’État rampant devant l’exécutif.

  60. « la deuxième concubine »
    La second first woman ?

  61. rackam

    En vous lisant tous, ma pensée évolue. Mais j’incline toujours du même côté.
    C’est un peu comme si, vivre (de nos jours ou toujours?) consiste à choisir entre deux violences.
    Caïn revient…

  62. desavy

     » je suis très mal à l’aise devant le spectacle d’un Conseil d’État rampant devant l’exécutif. »

    C’est votre point de vue. En fait, le CE ne pouvait que contredire Valls, sous peine d’être accusé de ramper.

  63. desavy

    Impat : « Et je persiste aussi à demander pourquoi « ils » ne l’ont pas fait. »

    Il faudrait poser la question aux prédécesseurs de Mme Taubira.

  64. Desavy,… … « Il faudrait poser la question aux prédécesseurs de Mme Taubira. »…
    Sans doute. Ils n’avaient qu’à deviner à l’avance le texte du spectacle et son succès. Quant à Madame Taubira elle-même, il n’est probablement pas besoin, en effet, de lui poser la question.

  65. Peut-être pas avec ce servile empressement, il est d’ordinaire plus mesuré pour invalider le jugement d’un tribunal administratif.

  66. Souris donc

    Le CE n’a pas contredit, il a conforté Valls.
    Il nous faudrait quelque chose comme le premier amendement de la Constitution des Etats-Unis pour empêcher les dictateurs amateurs d’avoir des velléités de censure.

  67. kravi

    Non, Impat. M’bala donne ses spectacles/meetings antisémites depuis des années. Le désopilant sketch dans lequel Faurisson se fait remettre le prix de l’infréquentabilité par un comédien « déguisé » en déporté (poilant !) date de 2010.
    Rien n’est nouveau, simplement la provocation à l’ignoble — et l’aspiration au martyr — atteignent à présent la presse parce que M’bala vient de regretter que les chambres à gaz ne soient plus en action pour gazer un journaliste juif qui refusait de l’inviter.
    Ce que les lecteurs de certains sites savaient — et dont ils se désolaient — depuis des années vient seulement d’éclater au grand jour.
    Il aura fallu qu’un hacker entre dans le site de M’bala et donne les noms des ordures quenellant devant des lieux juifs symboliques (Mémorial de la Shoah, synagogues, affiche d’Anne Franck, Auschwitz et j’en passe) et que Patrick Cohen se voit rappelé à son statut de rat à gazer pour que l’affaire explose.
    MAIS CELA FAIT DES ANNÉES QUE ÇA DURE EN TOUTE IMPUNITÉ.
    Nous avons donné suffisamment de liens montrant que tout ceci est le fruit du laxisme + israélophobie + islamisme rampant + complaisance électorale + antisémitisme canal historique (en perte de vitesse mais néanmoins vivace) + instrumentalisation de l’antiracisme par officines dévoyées.

  68. desavy

    Impat, je répondais à cela :

    « Je persiste donc à répéter qu’il eut mieux valu depuis longtemps ou maintenant arrêter l’auteur de ces propos plutôt que censurer un spectacle même si on appelle celui-ci « meeting politique ». Et je persiste aussi à demander pourquoi « ils » ne l’ont pas fait. »

    Donc « depuis longtemps » veut dire pour vous depuis l’arrivée au pouvoir de Hollande.

    Souris donc : « Le CE n’a pas contredit, il a conforté Valls. »

    Souris, relisez ma phrase et attention au contresens.

  69. Lisa

    Florence, votre version moderne de la citation de Bossuet à laquelle on peut penser de plus en plus est très jolie….

  70. Skarda,… « J’ai plutôt l’impression que l’on veut mettre sur un même pied une homophobie supposée et l’antisémitisme le plus patent, une banane dont vous savez ce que je pense et des appels à la haine multiples et répétés. Tout ceci m’inquiète »…
    Vos impressions me semblent clairvoyantes…

  71. Desavy, « depuis longtemps » pour un phénomène qui est allé s’amplifiant fait référence au point de départ que vous pouvez choisir au gré de vos convictions. Mais il est difficile de nier que plus il s’amplifie plus il demande à être corrigé.
    Par ailleurs la défausse sur les gouvernements précédents, ça marche…un temps.

  72. Souris donc

    Taubira ne mouftera pas, c’est une évidence (Quad)

    Pour le moment. Bien trop contente de voir le premier flic patauger et s’empêtrer. Puis ils vont faire de bruyantes démonstrations d’amitiés. Comme pour la banane de la honte.
    Avant d’aller, avec tout le gratin subventionné, chez Jean-Michel Ribes s’empiffrer contre l’antisémitisme tout en se rengorgeant de sursaut républicain.
    Caviardons contre la haine !

  73. desavy

    Impat

    « Par ailleurs la défausse sur les gouvernements précédents, ça marche…un temps. »

    Cette phrase correspond bien à notre époque, celle de l’immédiateté.

    Par ailleurs, comme le remarque fort justement Kravi, l’antisémitisme de Dieudonné existe depuis des années.

    Je ne comprends pas certaines réticences que je perçois parmi quelques estimables participants à ce forum. Nous sommes face à un antisémitisme d’extrême-gauche, un antisémitisme musulman mais il ne faudrait pas le dénoncer. Du coup, on nous explique (pas ici) que Dieudonné est devenu d’extrême-droite, comme si l’extrême-gauche ne pouvait pas être antisémite.

  74. Souris donc

    C’est bien qu’il aille tirer son coup rue du Cirque, imaginez un peu qu’il nous fasse du Félix Faure à l’Elysée ? Déjà qu’on est la risée de l’Europe entière. Le scooter, le casque, la braguette au vent et le garde du corps pour tenir la chandelle.

  75. hathorique

    @ desavy
    « Du coup, on nous explique (pas ici) que Dieudonné est devenu d’extrême-droite, comme si l’extrême-gauche ne pouvait pas être antisémite. »

    Vous avez raison sur le dernier point desavy, cela n’est pas assez souligné mais pas seulement ici .
    Mais comment les médias qui font autorité pourraient ils « méa culper » puisqu’ils se sont prêtés avec complaisance à ce jeu de rôles, leur antisémitisme virulent s’est dissimulé sous les oripeaux d’un l’antisionisme militant, surtout l’extrême gauche mélanchonesque et les verts terreux.

    Mais Tibor spécialiste du quantique vous expliquerait mieux que moi que les extrêmes se rejoignent dans l’infini de l’absolu ou le contraire, ce qui revient au même et vice versa, sans vertu.

    @Souris,

    Pour Hollande qui nous avait promis de prendre à bras le corps le problème de l’emploi et d’inverser la courbe du chômage, il a plutôt comme priorité de prendre à bras le corps le problème des intermittentes du spectacle pour inverser les courbes de ses exquises conquêtes

  76. Souris donc

    Elle restera dans l’histoire, la main d’or du chaud lapin. C’est pas possible autrement.

    ils [lesmédias] se sont prêtés avec complaisance à ce jeu de rôles

    Le code pénal réprime la violence verbale et physique. Et l’apologie de crime contre l’humanité.
    Nous n’avions nul besoin des lois antiphobiques. Ni des associations, ni des observatoires. Quand Zemmour a été trainé devant les tribunaux pour provocation à la haine raciale pour avoir dit une chose aussi anodine que « la délinquance était majoritairement le fait des arabes et des noirs », alors que les imams eux-mêmes réclament plus d’aumôniers musulmans dans les prisons, on est dans le délit d’opinion. Qui n’existe pas en France. Et là, on est en train d’installer une censure de pays totalitaire. Qui sera le prochain sur la liste ?

    C’est précisément parce qu’on risque de se cramer les doigts (et plus encore) à défendre la libre expression pour Dieudonné que cette liberté d’expression vaut qu’on la défende. La liberté de dire la même chose que tout le monde, celle d’ânonner le politiquement correct n’a besoin de personne pour la protéger
    http://h16free.com/2014/01/12/28411-la-semaine-ou-tout-a-bascule
    Deux lycéens quenellistes se font poisser pour apologie de crime contre l’humanité.
    Résultat de l’imbécillité progressiste : des quenelles partout par goût de la transgression.
    Bravo Mr Valls, belle réussite.

  77. Vous ne comprenez rien à rien l’extrême-gauche est antisioniste et compatit au sort des Palestiniens, c’est l’extrême-droite qui est antisémite ! Par exemple le maire de Malmö, Ilmar Reepalu, qui explique aux juifs de sa ville que c’est leur sionisme qui leur vaut les avanies que l’on sait et qu’il ne tient qu’à eux d’abjurer est antisioniste et non pas antisémite, il faut tout vous expliquer !
    Quant à la physique quantique elle se bat les protons de ces passions macroscopiques, saluons tout de même les physiciens quantiques qui ont massivement préféré le camp des justes, à part Heisenberg qui continua sans état d’âmes à travailler pour les nazis ce qui signa la fin d’une longue amitié avec Niels Bohr quinje le lui pardonna pas.

  78. Pour dire les choses comme je les sens, je préfèrerais largement voir Dieudonné à l’ombre pour n’avoir pas payé ses amendes et ses impôts, les biens de son épouse mis sous séquestres, plutôt que son spectacle interdit.

  79. Souris donc

    Pareil.
    Interdire un spectacle ? Il suffisait d’installer deux huissiers dans la salle et de traduire Dieudonné devant un tribunal correctionnel. Et s’il lui prenait fantaisie de recommencer, menottes et au trou pour récidive.
    Il a organisé son insolvabilité ? Remonter l’historique, c’est l’enfance de l’art.
    Ça prend quoi, 8 jours ? Aucun fonctionnaire de Bercy n’en est capable ?

  80. Nonette, cela me rappelle une boulangerie incendiée à la Meinau, quartier sud de Strasbourg, dit « sensible« . C’était la boulangerie Blum, et Blum, ça sonne juif. L’incendie était donc bien déclenché par des antisémites « issus de ». Ironie du sort, M. Blum est catholique.
    En cherchant des traces sur Internet, je trouve ceci :
    « 17 octobre 2000
    A Strasbourg (Bas-Rhin), dans le quartier de la Meinau, une boulangerie appartenant à un non-juif nommé Blum est détruite par le feu après avoir été maculée de graffitis antisémites.
    « 

  81. Lector

    De passage…
    Plus envie d’entrer dans ce débat que j’ai déjà peu ou prou mené ailleurs. La plupart des acteurs politiques et médiatiques dans cette affaire durable en ignorent des pans entiers. Et puis le cas Dieudonné est maintenant réglé.
    Question jurisprudence par contre, et/ou plutôt droit européen, il y aura des suites et ce ne seront d’évidence pas celles que la censure de l’autoritarisme vallsien espère.
    Pour le dire brièvement je suis pour ma part sur la ligne de Souris et de Tibor. Qui est celle aussi du commentaire juridique d’un Jack Lang ou de celui de la porte parole de la ligue des droits de l’homme qui avait plusieurs fois assigné l’humoriste. Ce n’est pas rien. Ces exemples pour dire aussi que les concepts de culture de gauche ou de droite peinent à faire en l’espèce argument plus encore que d’ordinaire.
    Une chose tout de même, s’il ne s’agit aucunement à mon sens et en mon nom d’avoir tort avec Dieudonné – je n’ai d’ailleurs pas attendu Valls pour dire à l’humoriste il y a maintenant plus de 10 piges ce que je pensais, devant lui et son public qui déjà était devenu à l’époque pour part afro-communautaire – il est pour moi tout à fait hors de question de prétendre avoir raison avec Valls. Voulez-vous que je vous dise qui est en réalité le ministre de l’intérieur ? Non, bien sûr ! Qui aurait envie plutôt que de renvoyer dos à dos, confronter à l’assurance dont certains dans cette affaire se gobergent, les sympathies de ces deux sinistres des affaires étrangères ?! Je vais le faire : si vous avez cru que l’humoriste qui est devenu antisémite entretenait avec Faurisson les rapports de copinage que le ministre de l’intérieur au blanco a entretenu avec Terrence Cooper, ancien néonazi compagnon/amant de Françoise Dior elle-même nationale socialiste « depuis toujours… et même inconsciemment » (n’est-elle pas charmante de le dire ?! – c’est une antiphrase bien sûr que la mienne), vous vous fourvoyez dans le plus sournois des pièges médiatiques. Et de peur qu’il ne se referme sur nous politiquement, puisque pour beaucoup dans cette affaire la fin justifie les moyens, attendez-vous à entendre ceci : si monsieur M’bala bis est le retour de manivelle ou boomerang de la culture SOS racisme qui l’a lancé, qu’en sera-t-il du retour de flammes de celui qu’une jeunesse franquiste a produit ! Autoritaire autant qu’austère Manuel Valls est le meilleur candidat qui soit à la présidentielle dans ce monde de plus en plus conformiste dont il partage les appétences funestes. Si c’est à cet avenir que l’on entend vouer mon pays autant le quitter.

    http://www.dreuz.info/2013/12/manuel-valls-tout-sourire-dehors-en-photo-avec-un-neo-nazi/

    http://www.ina.fr/playlist-audio-video/301692

  82. Marie

    Le maire de Malmö n’est pas suédois d’origine mais balte.

  83. Ce sont les baltes qui votent pour lui ? Le parti Social Démocrate Suédois est-il Balte ? A-t-il été exclu ?

  84. Lector

    ah ! Vous en êtes encore à la quenelle ?!

  85. kravi

    Non, Lector, il s’agir de bien autre chose. Je vous copie ici ma lettre à E.Lévy sur son article de Causeur :
    Chère Élisabeth Lévy,
    vous êtes la première à savoir n’être point sotte. En revanche, dans cet article vous me paraissez d’une naïveté confondante : penser une seconde que M’bala a compris et s’excuse quand il n’est saisi que d’une peur pour son portefeuille et les suites judiciaires, à l’instar des ordures épinglées par des photos de quenelle prises devant le Mémorial de la Shoah, les wagons d’Auschwitz, l’école Otsar Hatorah ou des photos d’Anne Franck.
    Mais vous avez raison de poser la question de ses spectateurs ou de ceux qui les défendent, au nom d’une liberté d’expression dévoyée. Car M’bala n’est que la partie émergée de l’étron, un symptôme de cette maladie incurable et contagieuse qu’est l’antisémitisme.
    Le point positif de cette histoire est bien la révélation du climat insoutenable en France, et pas seulement du fait de l’extrême-droite. À cet égard, la quenellisation des esprits dépasse de loin la lepenisation tant dénoncée.
    Il n’est que de voir l’incroyable multiplication des commentaires sur tous les articles que Causeur a produit sur ce sujet. Certains commentateurs s’inquiètent à juste titre au des atteintes à la liberté d’expression, mais la plupart sont pris d’une rage qui, à mon sens, n’a pas grand-chose à voir avec la défense de celle-ci.
    Le levier M’bala a permis de soulever les pierres que maintenaient en place médias calomniateurs et journalistes propagandistes. En sont sortis les bestioles qui rampaient, et qu’il faudrait, selon vous tenter de comprendre ? Combien sont-ils, 10, 20, 30% des Français ?
    C’est précisément à cela que l’on peut mesurer l’ignominie antisémite, soigneusement camouflée depuis la Libération. Elle a juste été déplacée dans l’espace, sur Israël, État-nation des Juifs, qui devient le bouc émissaire des Nations et l’objet de tous les mensonges, falsifications, révisions historiques et géopolitiques.
    Tout comme “Israël n’a pas terminé sa guerre d’Indépendance” (Sharon), la France est loin d’être sortie de l’affaire Dreyfus. Il faut juste le savoir, le faire savoir et continuer à lutter, même si c’est en vain.

  86. kravi

    Et j’ajouterai ceci, qui n’accorde pas d’importance à la quenelle mais à ce qu’elle symbolise.
    http://raphaeldrai.wordpress.com/2014/01/13/la-force-de-la-loi/

  87. D’accord avec vous Skarda. Je pense que Manuel Valls a commis une faute. Il fallait demander a Tracfin d’Alcaponiser le bouffon.
    Les amendes n’étant pas payées le Parquet avait également son mot à dire. Mais madame Taubira en avait elle envie

  88. Ah, l’Oiseau merci ! Notre démocratie est-elle si faible qu’elle doive passer par dessus ses principes pour mettre un bouffon au pas ? Il est vrai que comme vous le soulignez Madame Taubira et le reste du gouvernement ne sont pas présisément les meilleurs gardiens de l’état de droit que l’on puisse imaginer.

  89. Lector

    efficace Loaseau ! Joli !

  90. Lector

    Kravi, je ne suis pas d’accord avec vous. Comment pouvez-vous dire d’une part comme je le fais que l’affaire Dieudonné est un épiphénomène et d’autre part qu’il a été le révélateur de l’antisémitisme dans la France contemporaine ? Excusez-moi mais dans une échelle de valeur précise le massacre des enfants de l’école Otsar Hatorah ou la séquestration d’Ilan Halimi (plusieurs acteurs bigarrés là déjà) puis son meurtre sont d’un autre ordre, bien plus grave. Je vous concéderais que Fofana a pu être influencé aussi par le discours de l’humoriste, par contre en ce qui concerne Mérah, celui-ci avait d’autres sources d’inspiration létale.
    Le discours de M’bala bis n’est pas la partie émergé mais la partie underground de l’antisémitisme. Voilà pourquoi d’ailleurs plein de jeunes non informés n’avaient même pas compris que la quenelle servait l’antisémitisme.
    Quant à la rage, dites-vous, ou à l’émotion, quant au pathos, celui-ci est également partagé. C’est tout de même incroyable de voir des gens qui riaient avec E.Lévy de la gauche olfactive se pincer le nez.
    Si vous m’avez compris en me lisant sur antidoxe vous devinez ceci que je répète : je pense, moi, que nous vivons un quatrième Reich, dont l’antisémitisme résurgent était déjà il y a plus de dix ans le signe avant coureur. Et cette analyse, cette impression, n’exclue pas Manuel Valls, ministre de l’intérieur, pas simple humoriste. Affaire Dieudonné-Valls ou comment s’acheter une conduite après avoir fréquenté un néonazi. Et en plus de se faire de la publicité Valls en fait à Dieudonné. C’est réussi !
    Et puis j’ose encore vous faire entendre une chose : les étrons, les bestioles rampantes et tout ce genre de vocabulaire appartient précisément à la propagande nazi. Il n’y a pas d’honneur à user des termes de l’adversaire pour le combattre, sinon, comme dans la leçon du Lorenzaccio de Musset l’on finit par ressembler à ce que son ennemie. Voilà, c’est certainement violent à lire, à entendre, ce n’en est pas moins vrai.
    Ce n’est pas ainsi que l’on m’a appris à lutter contre le fascisme. Si vous voulez de Valls, grand bien vous fasse et en ce qui me concerne c’est très simple, je l’ai dit et ce n’est pas mon genre de déclarer à la légère : je quitterai ce pays ou ce territoire parce qu’il y aura vraiment plus rien à sauver ici, sinon sa peau. C’est peut-être parce que j’ai un peu fait l’apache dans ma jeunesse que je peux considérer savoir faire partie des derniers mohicans français en ces termes.
    Croyez bien que je suis désolé que d’une Autorité palestinienne l’autre aucun accord de paix n’ait été signé avec Israël. Par contre j’insiste sur le fait que de dire les palestiniens devenus les damnés de la terre occulte la chose stratégique, politique : le peuple palestinien a été aussi et surtout entre autres choses l’alibi de l’antisémitisme, de la judéophobie qui font la volonté de destruction de l’état hébreu, de beaucoup de dirigeants de pays dits arabes. Vous devez le savoir autant que moi sinon mieux.
    J’appelle donc à un peu plus d’attention dans ces affaires.
    Cordialement,
    Lector

  91. Souris donc

    Il faut arrêter avec Dieudonné, il a un plan B où il apparait déguisé en mandarin. Il est clairement dans la surenchère, il nargue l’interdiction parce qu’il la sent juridiquement fragile. Il se fout de Valls, quoi.
    Et comme écrivait Kravi le 12 à 16 : 48
    « CELA FAIT DES ANNÉES QUE ÇA DURE EN TOUTE IMPUNITÉ.
    Nous avons donné suffisamment de liens montrant que tout ceci est le fruit du laxisme + israélophobie + islamisme rampant + complaisance électorale + antisémitisme canal historique (en perte de vitesse mais néanmoins vivace) + instrumentalisation de l’antiracisme par officines dévoyées. »
    Tout est dit.

  92. Guenièvre

    Un lien laissé par Bibi ( merci Bibi !) sur Causeur. L’avis de Finkielkraut …
    http://nosnondits.wordpress.com/2014/01/13/finkielkraut-nous-sommes-engages-dans-un-mouvement-de-profanation-integrale/

    Les lois condamnant les propos délictueux après qu’ils ont été prononcés ne sont-elles pas suffisantes?

    Les condamnations sont tombées. Elles n’ont pas été exécutées. Et quand bien même elles le seraient, Dieudonné est un récidiviste et, à moins de ridiculiser l’État de droit, il faut bien faire quelque chose contre la récidive. La force sans la justice est tyrannique mais, comme dit Pascal, la justice sans la force est impuissante. La République a voulu mettre ensemble la force et la justice. Tant mieux.

    Manuel Valls ne s’est-il pas montré plus communicant que politique?

    Il fallait creuser l’abcès. Manuel Valls a pallié la carence médiatique. Si nous étions dans un monde à la hauteur des principes qu’il proclame, c’est la presse qui aurait rendu la vie impossible à Dieudonné. Les médias n’ont eu besoin de personne pour dénoncer la petite fille qui agitait une banane au nez de la garde des Sceaux et pour se demander si la France n’était pas raciste. Pourquoi a-t-il fallu qu’elle attende Valls pour Dieudonné? Parce que l’antiracisme vit dans l’obsession de l’éternel retour des années 1930 et supporte mal d’être pris à contre-pied par une haine inédite.

    Comment expliquer sa propagation? ( de la quenelle )

    Il y a une débâcle de la civilité dont témoigne aujourd’hui Internet. L’écriture jusqu’à l’ère digitale était une ascèse. La parole coulait de source, l’écriture même épistolaire demandait un travail patient d’élaboration. Le digital a introduit l’immédiateté dans l’écriture. On ne rédige plus. On écrit comme ça vient, et on n’est pas même inhibé par le visage de l’interlocuteur. D’où la violence ordinaire des échanges et des commentaires sur le Net. La quenelle est la forme paroxystique de cette spontanéité violente.

  93. Et merci Guenièvre: superbe explication de texte de Finkielkraut.

  94. Souris

    « Jusqu’à l’ère digitale l’écriture était une ascèse » ? Depuis toujours il y a eu en France une tradition pamphlétaire, souvent d’une violence qu’on n’imagine plus à l’ère de la guimauve politiquement correcte et du journaleux partagé entre le scoop et ses privilèges fiscaux propices aux accommodements avec le pouvoir.
    Et si Internet véhicule ses scories, c’est aussi une contre-culture salutaire à la « carence médiatique ». Que Finkie ne se tracasse pas, les socialopes sont obsédés par la censure, ils cherchent tous les biais possibles pour museler Internet :

    « Il faut prendre les dispositifs qui sont particuliers au net, et notamment à travers les hébergeurs, pour que cela ne puisse pas se répandre quand il y a des attaques contre la dignité de la personne humaine. »
    (Aurélie Filipetti)

    http://h16free.com/2014/01/14/28499-filippetti-le-fascisme-a-la-portee-des-caniches
    Le ministère de la Culture qui se bat pour la censure, pour la limitation explicite du droit d’expression, ça ne se retrouve que dans les régimes totalitaires ou fascistes. Oui, le constat est là, implacable, sans la moindre ambiguïté : lorsque la Culture s’empresse d’intervenir pour dire ce qu’on a le droit de lire, d’écrire, de voir, d’entendre, c’est qu’on n’est plus dans la culture, mais dans la propagande.

  95. Souris donc

    Souris donc

  96. Chère Guenièvre,

    tout d’abord bravo pour votre incroyable patience sur ce site ami où s’exprime l’ignoble. Je reste cependant en désaccord sur la forme qu’a pu prendre cette mesure de salubrité :
    Il y avait largement de quoi mettre Dieudonné au pas sans pour autant attenter à la liberté d’expression.
    Quoiqu’en dise le CE dans Le Monde (merci Kravi pour le lien), nous avons de leur aveu même créé un précédent. Valls s’est comporté comme un pompier pyromane en excitant la presse dans un premier temps, créant beaucoup d’agitation, pour ensuite prétexter de je ne sais quelle menace à l’ordre public, pour mettre le CE devant le fait accompli et l’obliger à désavouer le TA de Nantes. Toutes les protestations d’indépendance des magistrats qui ne sont plus à un mur des cons près n’y changeront rien. Le roi est nu et son bon peuple le voit. Pourquoi une telle bouffonnerie quand il y avait largement matière à contraindre le malfaisant : essayez de vous amuser avec le fisc comme il le fait pour voir.
    Pour le reste, je ne suis pas convaincu par les arguments contre Internet, l’arme de la profanation existait bien avant, le même argument était utilisé pour critiquer la télévision et le relâchement des moeurs. Je suis plus convaincu par l’article posté par Hathorique que je redonne ici :
    http://conflits.revues.org/531?lang=en
    Ce n’est pas une question d’éducation, c’est une crise mimétique généralisée. Un aspect frappant, je trouve, est la nouvelle kasherout musulmane, le halal. Il n’y avait pas cet obsession sur la nourriture autrefois, les musulmans ne mangeaient pas de porc ni ne buvaient d’alcool, c’est tout, c’est par imitation de leur modèle/adversaire mimétique que cette question devient essentielle.
    Je n’ai pas le temps de poursuivre mais j’aimerais vraiment développer cette idée à propos de cette lamentable affaire Dieudonné.

  97. Souris donc

    Une crise mimétique va en chasser une autre. La quenelle va disparaitre aussi vite qu’elle est arrivée, les imbéciles sont en mode transgression, attisée par Valls. Ça passera, comme tout ce qui est dans l’actualité, elle est déjà remplacée par les frasques de Prostate Yop la Boum !

    Elle aura eu le mérite de mettre au grand jour les causes profondes que Kravi énumérait, dans lesquelles les minauderies sociétales de la gauche ont une énorme responsabilité.

  98. Guenièvre

    @ souris,
    Je suis d’accord sur le fait qu’ A.F. donne trop d’importance au rôle que jouerait Internet dans la banalisation de la violence écrite. Cette position qui ne voit que le côté négatif du développement des nouveaux médias c’est la faiblesse de Finkie, on le sait, on lui pardonne car il est tellement clairvoyant sur beaucoup de choses. J’ai tendance aussi à déplorer le côté « charognard » des journalistes aujourd’hui mais vous avez raison, j’ai vu l’autre jour une émission sur Salengro : terrible ! ils ont eu sa peau en répétant des informations non vérifiées et en le piégeant dans certaines interviews avec de bien sales méthodes…
    @ Skarda,
    Merci ! C’est une véritable anguille mais il se laisse parfois aller en citant des pseudos historiens pas bien reluisants…
    Je suis partagée vous le savez bien avec, comme Rackam, une petite tendance à croire que l’on a pris la solution la moins mauvaise . Ce qui ne veut pas dire que je suis dupe de tout ce que Valls essaie de tirer de cette affaire.

  99. kravi

    Je suis fasciné par les capacités synthétiques de Finkie. En deux pages (l’article de nos non-dits collé plus haut par Bibi) il résume tous les points importants de l’affaire.
    HS : il avait été suggéré par nos chers soutiers d’inverser l’ordre des commentaires. Ce serait bienvenu car ça devient pénible à partir de la trentaine (pas l’âge, impat).

  100. rackam

    kravi, j’ai beau chercher, je ne trouve pas de post de mon Bibi préféré.
    Soit je berlue, soit c’est d’un autre… mais le lien vers A.F. m’intéresse, j’ai raté le coche..
    Merci.

  101. Kravi (et tous),… « inverser l’ordre des commentaires ».
    Cette possibilité existe toujours, merci de le rappeler (à ceux qui ont dépassé la trentaine 🙂 ). Je n’ai recueilli à ce jour aucun avis sur ce point, ni en positif ni en négatif. Que ceux qui ont une préférence veuillent bien le signaler, merci aussi à eux.
    Mais il faut savoir, certains ayant malheureusement l’habitude d’utiliser le bouton « réponse » (que je trouve très désagréable), que les réponses successives en ce cas resteraient dans l’ordre des dates et heures croissantes. De ce fait la lecture des commentaires, si on inverse l’ordre des commentaires directs, doit se faire en allers et retours bas vers le haut et haut vers le bas. C’est le cas, par exemple, sur le site « Causeur ».
    Conclusion: je suis tout ouïe…

  102. kravi

    Voici, régalez-vous.
    nosnondits.wordpress.com/2014/01/13/finkielkraut-nous-sommes-engages-dans-un-mouvement-de-profanation-integrale/?blogsub=confirming#blog_subscription-3

  103. kravi

    Il suffira donc de ne plus utiliser le bouton réponse comme je le fais actuellement. [émoticône « tape sur les doigts »]

  104. Souris donc

    La lecture naturelle, de haut en bas, beaucoup plus ergonomique que l’inverse. Il est si facile d’utiliser le défilement pour descendre le fil, non ?
    Je trouve qu’Antidoxe a eu d’emblée un design sobre, élégant, pratique. Bravo au webdesigner. Pas de surcharge, ça ne clignote pas dans tous les sens, aucun pop up publicitaire intempestif, rien d’inutile.

  105. Bibi

    Bonsoir,
    Je débarque en retard sur cet excellent article de l’ami RK.
    Pheeew, les 115 commentaires me changent de ceux de la nouvelle Loge du Lobby de la Main d’Or.

    Je crains que l’interdiction soit venue trop tard, son seul avantage est de focaliser enfin l’attention des citoyens sur un phénomène qui existe de longue date et qui se répand. Et comme je suis contre le clouage de bec (sauf parfois ceux des Trolls trop insistants), je doute de l’efficacité de la mesure.

    La crise économique et sa gestion est un terrain fertile pour cultiver la haine, et les opportunistes ont beaucoup à gagner de telles conjonctures. L’Ambassadeur de France en Israël a publié aujourd’hui une tribune, en hébreu et en anglais, assurant le lecteur israélien que la France met son poids d’honneur pour lutter contre le fléau de l’antisémitisme, du négationnisme, et l’incitation à la haine. Un véritable diplomate, ce Monsieur. Mais je vois mal l’État faire ce travail. À mon avis, c’est la société – le citoyen – qui le fera.

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :