Température ressentie

tr4

Si vous accompagnez une amie, ou un ami, au théâtre et que la pièce plaît à l’un, déplaît à l’autre, quelle est la signification de ce désaccord ?

Si vous admirez intensément le paysage que vous traversez, mais que ce dernier n’inspire pas la moindre émotion à votre voisin, que doit-on en conclure ?

Si, passant devant Chambord ou Chenonceaux, vous tournez la tête vers le ciel tandis que votre alter ego s’extasie, que se passe-t-il ?

La conclusion s’impose d’elle-même : la pièce de théâtre ne vaut rien, le paysage est sans intérêt, les châteaux du Val de Loire ne sont que de vilains vestiges de la Renaissance.

Ah non, c’est évident, la pièce est sublime, le paysage est une splendeur unique au monde, les Châteaux de la Loire sont admirables.

Ou bien, peut-être est-ce le contraire ? Mais aussi, il faut envisager que je me trompe. Toutefois rien n’est sûr, serait-ce lui ou elle, serait-ce moi  qui ai raison ?

Oh, je ne sais pas, on ne sait plus, que diable doit-on penser ? Eh bien la question ne se pose plus, ce qu’il faut penser, on vous le dit. Ne pensez plus, écoutez-nous. Nous, les gens bien. Nous, les autorités. Nous, l’État. Ce que vous « ressentez » n’a pas d’importance, ce qui compte est ce qu’il faut ressentir. Ainsi voit-on parfois à l’entrée de certains villages : Touristes, admirez !  C’est un ordre.

Car mes amis, ne cherchez plus : on doit penser comme il faut, et savoir maintenant ce qu’il faut penser. Folie, imagination, paranoïa ? Hélas non, réalité sinon pourquoi nous faudrait-il subir le bannissement de certains mots ? « Race », qu’il faut supprimer de la constitution : suppression stupide et contre productive puisqu’il y était mentionné pour affirmer…l’anti-racisme ! « De souche » dont l’utilisation fait condamner Eric Zemmour. « Sexe » qui doit disparaître au profit du « genre », « mariage » qui doit prendre un autre sens…

Mots interdits. Or les mots ont un sens, une signification qui correspond à une pensée. Par conséquent « mots interdits » signifie « pensée interdite ». Ainsi se met en place ouvertement la fameuse « police de la pensée » dont l’idée même, il y a peu, inspirait l’horreur à tous les démocrates.

L’idée de base de la révolution des mots à laquelle nous assistons, idée plus ou moins présente mais toujours sous-jacente en l’esprit socialiste français actuel, c’est bien de contrôler la pensée. Terminée, la réflexion propre. Terminé avec elle, le sens des responsabilités.

La neige a couvert le sol parisien ? Vous allez naturellement faire attention, marcher prudemment, peut-être chausser des semelles anti-dérapantes, mais vous réjouir de voir vos enfants bâtir un bonhomme de neige ? Non pas, ces décisions ne vous regardent pas : la mairie de Paris en son royaume dictatorial a pensé pour vous, elle a fait fermer tous les jardins publics !

Vous comptez sur l’École pour instruire vos enfants, mais vous vous réservez de les éduquer au savoir-vivre, à la considération des autres, à la laïcité ou à la religion qui  anime votre âme, à la relation entre les hommes et les femmes ? Pas question, l’École socialiste prend en charge cette éducation qu’elle ne se cache même pas de nommer rééducation. Peut-être parlera-t-on bientôt de redressement, mais que diable ce mot pourra-t-il alors signifier ? ( En langue anglaise il faut apprendre chaque mot deux fois, l’écriture et la prononciation n’ayant que de lointains et non univoques rapports. En langue française il faudra bientôt lier un mot à l’année où il est utilisé pour appréhender son sens.)

Tout est fait pour, peu à peu, nous enlever nos habitudes, et partant notre capacité, de réflexion. D’hommes responsables, on cherche à nous habituer à devenir des hommes soumis, obéissants, formatés.

Le dernier épisode du genre nous vient d’un domaine inattendu que l’on croyait…sous abri : la prévision météorologique. On ne se contente plus de vous dire s’il fera beau ou mauvais, froid ou chaud, soleil ou pluie, calme ou venteux. Non, vous n’êtes pas capable de décider ce que vous « ressentez » à partir des informations brutes. On vous explique ce que vous devez ressentir : « Température mesurée 20°C, température ressentie 17°C » !

Non seulement c’est humiliant, non seulement c’est déresponsabilisant, mais de plus c’est parfaitement faux. Le prévisionniste ignore-t-il que pour 20°C mesuré, l’effet « ressenti » sera différent selon votre exposition au soleil ou non, à l’abri du vent ou non, près du sol ou non, sur un balcon, voire de bonne humeur ou non ? Il ignore tout cela, mais ce n’est pas la question, il est l’autorité qui décide. Pour vous.

Le ciel des Gaulois nous est-il tombé sur la tête ?

 

54 Commentaires

  1. roturier

    Indéniable, évidemment ; hélas pas nouveau : bonjour Orwell, hello Huxley, prédicateurs et prophètes.

    Ce n’est pas moi qui assimile à qui voudrait m’entendre un glissement sémantique à celui des plaques tectoniques, annonciateur de séismes, qui dirais le contraire.

    Accessoirement : « ’De souche’ dont l’utilisation fait condamner Eric Zemmour » : ne confondez-vous pas avec Finkie ? Faut dire qu’il y a, récemment, de quoi…

    Sinon, « En langue anglaise il faut apprendre chaque mot deux fois, l’écriture et la prononciation n’ayant que de lointains et non univoques rapports ».
    Naturellement les anglophones disent ça, et pire, du Français.
    Ayant connu l’Anglais (loin d’être ma langue maternelle d’ailleurs) bien avant le Français je puis témoigner que c’est le Français qui présente plus de problèmes de prononciation aux novices.

  2. Souris donc

    Le « sentiment d’insécurité » a ouvert un champ d’action à nos chaisières progressistes, qu’il convient de ridiculiser car elles n’ont aucun sens de l’autodérision, et l’indignation hesselienne à géométrie variable excite leur propension à insulter.

    On peut aussi traduire, comme Philippe Meyer reprenant une annonce de recrutement.
    Travaillant en binôme et en parité, les médiateurs de tranquillité auront pour mission de conduire une médiation préventive par une veille dans les espaces publics du centre-ville et d’intervenir sur les situations d’incivilité.
    [de patrouiller, de surveiller et de faire circuler]
    De réguler les conflits par le dialogue et d’intervenir en interface entre les publics et les institutions.
    [d’appeler la police, les pompiers, l’armée]
    Vous possédez des connaissances applicables dans l’évaluation des situations, la gestion des conflits et la résolution des problèmes…
    [vous savez reconnaître un basset d’un pitt et vous êtes ceinture noire de judo…]

    Comme la toile fourmille déjà de dictionnaires de la langue de bois, tous formés sur le modèle du Pipotron http://www.domisse.fr/fun/management/pipotron.html
    je m’attaquerais bien à un dictionnaire des idées reçues stéréotypes, si ça ne me fatiguait pas d’avance. Et Quad a déjà décortiqué le problème.

  3. kravi

    J’en profite pour rappeler l’excellent  » Parlez-vous le crétin ? « .

  4. Kravi, où trouve-t-on ce « Parlez-vous le crétin » ? A défaut, donnez-nous quelques exemples pour le plaisir…

  5. QuadPater

    Quad a déjà décortiqué le problème.

    Oh, à peine effleuré, Miss Souris, tandis que l’offensive lexicale de la Socialie est permanente.

    À ce propos, chers Antidoxiens, vous avez peut-être été informés d’une affaire récente de tract bilingue français-arabe à Pierre-Bénite (69).
    Résumé de l’affaire : l’équipe municipale degôche a rédigé une invitation à une réunion de leur liste en deux langues : recto en français, verso en arabe littéraire.

    Pas de quoi s’émouvoir outre mesure : en 1941 aussi certaines affiches étaient bilingues, et les fachos ne s’en plaignaient pas. Pourtant les mêmes montent au créneau pour dénoncer ce scandale.
    C’est la réponse à ces hordes haineuses de M. Daniel Deleaz, adjoint au maire, qu’il faut savourer.

    […] suite au [sic] nombreux « porte à porte » réalisés dans les quartiers de notre ville, en remettant notre Projet de ville, nous avons rencontrés [sic] des personnes françaises d’origine maghrébine, portugaise ou italienne qui parlent le français mais ne le lisent pas, ou mal. Certaines d’entre-elles [sic] ont fait part d’un sentiment de frustration ou de mise à l’écart.

    Jusque là, rien de nouveau. Des gens qui chouinent, le socialo qui s’émeut et qui se met illico à écrire en arabe littéraire pour que les Portos et autres Ritals comprennent mieux.

    C’est juste après que cela devient passionnant : le Diagnostic.

    Il y a donc une inégalité entre les citoyens.

    Je vous sens impressionnés, et il y a de quoi. Cet Élu ne fait-il pas preuve de créativité lexicale malgré sa bêtise ?

    « Inégalité, n. f., état dans lequel se trouve quelqu’un qui ne comprend pas quand on lui parle dans une langue qu’il ne connaît pas« .

  6. kravi

    Avec son arabe littéraire, il ne risque pas non plus d’être compris par les maghrébins du coin. Inégalité ! Je m’indigne.

  7. Quad, il s’agit d’une inégalité ressentie, pas d’une vraie 🙂

  8. kravi

    Dés mon retour.

  9. Kravi, surtout si son arabe est aussi littéraire que son français…

  10. QuadPater

    Je lis kravi, je lis impat
    et j’attrape un monstrueux fou-rire
    pardonnez mon écriture saccadée

  11. kravi

    Beau pb de philo. Qu’est-ce que le vraiment vrai, la réalité réelle ou le ressenti subjectif ?

  12. Sortez prendre le soleil, Quad, avec votre saccados, ça ira mieux.

  13. kravi

    J’écrivais bien à votre édile pour protester à mon tour.
    Petit fils de réfugié — pas immigré, attention, mes grands-parents n’ayant choisi que de pouvoir survivre –, et n’ayant pas jugé utile d’apprendre la langue du pays d’accueil, j’exige que le tracte soit traduit en russe. Et rédigé en alphabet cyrillique d’avant la révolution, s’il vous plait.
    Sinon, indignation.

  14. kravi

    J’ecrirais… Correcteur indigne.

  15. Souris donc

    Excellent, le coup de l’arabe littéraire.
    Pas effleuré, brillamment analysé, Quad, les glissements sémantiques destinée à manipuler les esprits. Il y a un autre glissement : Langage. Quand tout est langage, tout se vaut. Dans les magazines féminins, langage à tous les étages (la mode est un langage, le maquillage est un langage…). Et les fameux éléments de langage de la com’ politique.
    Jusque dans les arts. Les arts sont un langage qui parle à d’autres récepteurs. OK. Dans la vidéo du scandale* (L’atonalisme, et après ?), Ducros démontre que l’atonalisme ne parle plus car ses dissonances non seulement nous cassent les oreilles, mais sont du même ordre que « Longtemps je me suis levé de bonne chèvre ».
    * On ne se lasse pas quand il montre ce qu’est, en musique, un « cluster » ( tapez au hasard sur le clavier avec le coude, et vous avez de l’atonalité)

  16. QuadPater

    Mille mercis, Souris pour cet exposé fascinant. « On ne peut défigurer impunément que ce qui n’a pas de sens pour le spectateur ».
    Exemples au piano : fascinants.
    La notion d’attente, de prévision, de surprise, la tension et sa résolution…
    Merci !!

  17. Souris donc

    En anesthésiant sa capacité prédictive, un discours qui n’a pas de sens rend l’auditeur passif et amène les compositeurs à radoter indéfiniment le même discours. Absurde et hygiéniste en même temps. La table rase éternelle puisqu’on ne veut plus s’inscrire dans la continuité historique.
    Fascinant, oui. Très convaincant.

  18. Je ne suis pas choqué par l’idée que le maquillage un langage, je le serais si l’on prétendait que c’est une langue. La sémiotique du maquillage fait-elle sens ?

  19. kravi

    Souris, merci pour la vidéo. Je n’avais jamais entendu discours plus intelligent sur l’inutilité de l’atonalité, cette nuisance, cet épate-crétins inventé par des faiseurs. J’ai jubilé sur la notion de « sens » de la musique, que l’on dit le moins cérébral des arts. Notre inconscient travaille dans plusieurs logiques.

  20. Oui, cette démonstration est absolument géniale !

  21. Guenièvre

    Magistral, merci Souris !

  22. Atonament détonant !

  23. QuadPater

    Qui est Ducros ?

  24. Quad,… « Qui est Ducros ? »…
    C’est le mec qui se décarcasse au collège de France. Il allie conviction, art, et pédagogie sans que la moutarde lui monte jamais au nez. Du grand art.

  25. QuadPater

    Ah oui, http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9r%C3%B4me_Ducros un nazi négationniste révisionniste (et ce n’était pas que des insultes ressenties, semble-t-il). Il a dû en déranger du monde.

  26. Même dans ce milieu artistique le désaccord conduit aux accusations ad hitlerum ! La gauche subventionnée fait des ravages partout.

  27. kravi

    Quad, merci pour cet article Wikipédia. La conférence de souris, merci encore, en prend davantage de relief : nous pouvons voir les conflits et arguments des protagonistes, et ce serait risible si ce n’était sinistre. Nous sommes vraiment dans la querelle des bouffons — sans majuscule cette fois — du 18e.
    Il en ressort, une fois de plus me direz-vous, que les idéologues au front de taureau se déconsidèrent.
    Je n’ai plus qu’à écouter les œuvres de Ducros pour me faire une idée de ses talents de compositeur. En tant que polémiste, il a toute ma sympathie et mon agrément.

  28. Guenièvre

    Complètement H.S mais que pensez-vous de la manière dont est traité ici le douloureux problème des mariages forcés ? Je parle du film tourné avec Julie Gayet …
    http://www.metronews.fr/culture/journee-de-la-femme-14-millions-de-cris-julie-gayet-dans-le-film-de-lisa-azuelos/mncf!mxqtZG1LwPg/

  29. En attendant; aujourd’hui à Bordeaux, il faisait 21 °C ressenti 25 🙂

  30. Guenièvre

    Pour une fois vous n’étiez en rien privilégié Impat ! Ici, dans le Centre, nous avions les mêmes températures …

  31. … « la manière dont est traité ici »…
    Bonsoir Guenièvre. Attirer l’attention sur cette si douloureuse question ma paraît fort louable, mais je n’ai pas vu ce documentaire. Que voulez-vous dire par : « la manière dont est traité ici »… ?

  32. … « nous avions les mêmes températures »… Ah oui mais quel ressenti ?

  33. rackam

    impat, l’homme du ressentiment!

  34. Guenièvre

    Voyez le film Impat, cela ne dure que quelques minutes ! 🙂

  35. Guenièvre

    Un ressenti bien senti , en tous cas !

  36. Guenièvre

    14 millions de cris par jour, cela ne dure que 4 mn , vous pourrez tenir 4 mn ? 🙂

  37. Le ressenti ment toujours, Rackam !

  38. QuadPater

    Guenièvre, j’ai vu une vidéo racontant le mariage forcé d’une petite fille dans une famille sans doute aisée, et surtout très croyante (l’affiche ou le tableau dans la chambre de la petiote).

    Des Français, riches, blancs et catholiques qui forcent leur titoune à se marier ? Ça ne m’évoque rien.
    Tout sonne faux par rapport à ce que je sais de la criminalité des riches-Français-blancs-catho. Vol, viol, drogue, meurtre, prostitution, tout ce qu’on veut mais mariage forcé ? non ! Pourquoi ne pas avoir suggéré une infibulation avant le mariage, tant qu’on était dans le sordide ?

    On en a évidemment fait le reproche à Azuelos. Elle répond

    En France, 70 000 jeunes femmes seraient mariées de force chaque année. Ces unions concernent essentiellement les communautés turques, maghrébines, d’Afrique noire et asiatiques. Mais Lisa Azuelos, elle, a pris le parti de mettre en scène ce fléau chez des Parisiens aisés. « Je ne suis pas là pour braquer la lumière sur une population et dire regarder ce qu’ils font à leur femme, déclare-t-elle.

    La réalisatrice nous enfume : elle braque la lumière sur une famille française riche blanche catho, les présente dans son film comme des salauds, puis en dehors du film elle explique que le riche français blanc catho, meuh non c’est pas lui le salaud, c’est une allégorie pour le pauvre Africain noir animiste, qui est en l’occurrence un super salaud avec ses femmes mais elle est pas là pour le dénoncer faut pas déconner, merde chuis pas raciste !

    Euh… La mère Azu elle nous prendrait pas pour des cons ?

    Puis elle nous ré-enfume :

    De plus, on a besoin de s’identifier pour être en empathie.

    S’identifier à qui ? À une petite nénette de 12 ans, je n’ai même pas essayé. En revanche j’ai essayé très fort de m’identifier au papa, puis au mari.
    Hélas, même en expliquant à mon Surmoi que je faisais semblant, même en ignorant les vagues nauséeuses, je n’y suis pas parvenu.
    Alors pour l’empathie il faudra repasser.

    Azuelos ? Poubelle ! Urgent !

  39. Ce film n’est donc rien d’autre qu’une entreprise raciste, insidieuse, de désinformation. Dommage pour la cause.

  40. Guenièvre

    Vous avez bien compris Quad et Impat. Les arguments de la réalisatrice sont vraiment bidons , bidons et malhonnêtes !! Il y a un moment où trop c’est trop ! Et comme vous le dites Impat, ce sujet douloureux ne mérite pas une telle malhonnêteté !

  41. Et Julie Gayet s’est prêtée à ce jeu, ce n’est pas à son honneur.

  42. kravi

    Poursuivons dans le hors sujet température. Je ne résiste pas à vous donner un extrait de la critique, par Sébastien Castellion du site Menapress, du livre de David Horowitz « The black book of the american left ». Bien entendu, rien de ce qu’il dit ne saurait s’appliquer à la gauche française.
    « Horowitz voit d’abord dans la gauche une illusion tenace qui, parce qu’elle se nourrit de l’espoir d’une amélioration à venir de l’humanité, parvient toujours à survivre aux échecs successifs qu’elle rencontre lors de ses passages au pouvoir : on peut toujours dire que ce qui a échoué n’était pas « le vrai socialisme » et que celui-ci reste à venir – alors même que tous les socialismes réels conduisent à la ruine des États et à l’affaiblissement des liens sociaux.
    Il voit aussi dans la gauche un facteur fondamental de désunion et de haine au sein de la société américaine. La gauche américaine a besoin, pour survivre, de se considérer comme moralement supérieure. Comme ses membres ne se comportent pas mieux que les autres dans la vie quotidienne, ils doivent, pour préserver cette illusion, attribuer des vices et des crimes imaginaires à leurs adversaires politiques.
    Ceux-ci ne sont plus simplement des conservateurs ou des chrétiens, mais nécessairement des racistes (même s’ils sont Noirs), des sexistes (y compris les femmes) et des partisans de la ségrégation (alors même que les Républicains, le parti de la droite américaine, furent historiquement la force motrice de la lutte contre la ségrégation et, auparavant, contre l’esclavage).
    Ce mensonge permanent sur la nature réelle de leur adversaire conduit les hommes et femmes de gauche à introduire dans la vie politique américaine une atmosphère permanente de haine et de quasi-guerre civile qui empêche tout débat raisonnable et apaisé.
    Plus fondamentalement encore, ce besoin de considérer l’adversaire politique comme l’incarnation du mal conduit la gauche américaine à se donner pour objectif réel – même s’il est rarement exprimé en ces termes – la destruction complète du système politique et social dont elle a hérité.
    Si les conservateurs et les chrétiens sont vraiment l’incarnation du mal, alors c’est l’ensemble de la société américaine – sa constitution, ses valeurs et sa culture – qu’il faut abattre. Il en résulte aussi qu’à chaque fois que les États-Unis sont engagés dans un conflit international, la gauche souhaite plus ou moins explicitement la défaite de son propre pays. Horowitz, ancien leader étudiant pendant la guerre du Vietnam, sait parfaitement de quoi il parle quand il porte cette accusation.
    Et puisque les États-Unis sont, pour la gauche, une incarnation historique du mal, tous leurs ennemis seront soit considérés comme des héros malgré tous leurs crimes. L’auteur rappelle au passage la longue liste des crimes de Fidel Castro à Cuba et des communistes du Nicaragua.
    Il montre combien, après que les États-Unis furent attaqués le 11 septembre 2001, la gauche eut de difficultés à comprendre l’ampleur de l’émotion et de la colère populaires. Il cite les textes des intellectuels de gauche appelant l’Amérique à s’interroger sur ses propres fautes plutôt que de condamner ceux qui venaient de l’attaquer. Il montre comment l’attaque fut immédiatement suivie d’un intérêt croissant de la gauche pour l’islam, accompagné d’une indulgence particulière pour l’islam radical. »

  43. Kravi,… « rien de ce qu’il dit ne saurait s’appliquer à la gauche française. »…
    En effet ! 🙂

  44. QuadPater

    1/ La french left n’a aucun adversaire politique
    2/ elle a UN ennemi, Le Grand Satan : l’homme blanc catholique
    3/ tout ce qui n’est pas le GS est le Bien. Il est vénéré, piédestalisé, intouchable.

    Toutes les analyses de la gauche française aboutissent à désigner son GS préféré comme le monstre à l’origine de l’ensemble des pleurs et des souffrances
    la faim dans le monde c’est le pillage de l’Afrique par le GS
    la guerre en Syrie c’est l’arrogant GS qui l’a déclenchée
    l’esclavage, le racisme, le sexisme, la pédophilie, la misère, la guerre, j’en passe, c’est le GS.

    Donc lorsqu’on demande à une gauchonne sans talent un petit film sur le mariage forcé et la condition de la femme dans le monde non-occidental, pas étonnant qu’elle mette en scène une famille de satans. Elle ne sait faire que ça, taper et retaper sur les GS.

    « Plutôt me couvrir de ridicule ma vie durant que d’entrevoir un seul instant une vérité taboue ».

  45. Guenièvre

    Il est vrai que tous les autres hommes valent mieux que ce GS. J’écoutais tout à l’heure sur France Culture une émission sur le Poro , à l’occasion d’une exposition sur les masques aux musée du Quai Branly .
    Le Poro est un système initiatique qui perdure pour les garçons en Afrique de l’Ouest : ils se retirent en forêt dans un espace sacré, où les masques se manifestent à eux, imposant une série d’épreuves et délivrant des enseignements destinés à rester secrets. Stricte séparation des garçons et des filles et des tâches qui leur incombe….et beaucoup de respect pour ces cultures du masque dans tous les commentaires.
    Et les A.B.C. de l’égalité alors ? 🙂

  46. hathorique

    Bonjour à tous

    Pour répondre à Guenièvre, mon ressenti sur le film mis en ligne a été l’écoeurement le dégoût pour ceux qui y ont contribué, exception faite de cette jeune enfant et surtout la participation de cette actrice inconnue intermittente du spectacle qui aurait gagné à le rester jusqu’à sa récente découverte par un Dafk Punk pizzaÏolique en stage de formation chez Pizza Hunt pour des métiers en désir d’avenir.

    Je ne sache pas qu’en France le mariage des moins de 18 ans soit autorisé bien au au contraire, Auparavant l’age légal du mariage était fixé à 15 ans, Le Haut conseil à l’intégration estimait en 2003 à 70 000 le nombre d’adolescentes, le plus souvent issues de l’immigration, concernées par des unions imposées.
    Deux personnes peuvent se marier en France, à condition qu’elles soient âgées d’au moins 18 ans »

    http://www.maire-info.com/organisation-gestion-communale/etat-civil/le-senat-porte-de-15-18-ans-age-minimum-legal-pour-le-mariage-des-jeunes-femmes–article-5505

    Dur la forme de voir célébrée dans une atmosphère crépusculaire cette union pédophile qui plus est devant « une mairesse » est une atteinte à l’honneur des maires qui pour le mariage « exercent leurs fonctions sous la responsabilité et le contrôle du ministère de la Justice. Des négligences ou irrégularités dans la tenue de l’état civil peuvent donner suite à des amendes civiles, des sanctions pénales ou disciplinaires » donc ce clip tombe sous le coup d’une sanction que pourrait lui infliger madame TAUBIRA.  » ce qu’à Dieu ne plaise q Chacun sait bien que les mariages forcés se pratiquent rituellement chez les « souchiens blancs catholiques surtout après excision ou parfois même infibulation

    @ Impat
    Ce film n’est donc rien d’autre qu’une entreprise raciste, insidieuse, de désinformation. Dommage pour la cause.

    Vous avez raison, car ce film dessert la cause qu’il prétend servir et je ne serais pas étonnée de le voir circuler dans les pays intégristes ou autres d’ailleurs, comme illustration de la réalité occidentale et peut être hélas justifier leurs propres pratiques.

    Pour le film le prisme idéologique de ce partis pris est celui l’idéologie des domi­nants :
    le Grand Mâle Blanc ou son homonyme le Grand Mal Blanc qui s’impose socia­lement comme une évidence légitime et une vérité réelle.

    C’était là l’expression d’un ressenti qui a fait monter ma température

  47. … « C’était là l’expression….. »…
    Hathorique, déesse des chutes géniales !

  48. QuadPater

    Et les A.B.C. de l’égalité alors ?

    le 🙂 est de trop ! vous pointez en peu de mots tout le paradoxe, toute l’incohérence et la contradiction de cette (pffff !) idéologie.

  49. hathorique

    merci Cher impat

    J’ai remarqué quelques fôtes. mais j’ai une excuse votre Honneur : c’est mon dictaphone qui sans autorisation préalable de conformité s’est déclenché dans ma poche révolver car il a du être marabouté.

    On combattra jamais assez la dictature du dictaphone.

    Longue vie aux dictaphones aphoniques fiers libres et indépendants 🙂

  50. kravi

    Hatorique :  » comme illustration de la réalité occidentale et peut être hélas justifier leurs propres pratiques.  »
    Exactement comme les soviétiques avaient montré la queue des Parisiens allant chercher le pain Poilane :  » vous voyez, les occidentaux ont des restrictions comme chez nous « .

  51. hathorique

    @ Kravi

    « montré la queue des Parisiens allant chercher le pain Poilane » est chose plus éprouvante qu’apporter ses croissants chauds rue du Cirque, mais c’était encore pire pour les polonais sous tutelle soviétique, car cela m’a remis en mémoire un moment télévisuel surréaliste avec cette vidéo que je vous recommande sur l’organisation spontanée des queues (alimentaires) en Pologne.

    Henri Weber co fondateur avec Krivine et Bensaïd de la « ligue communiste » depuis reconverti dans le socialisme, disserte avec talent sur les queues polonaises qui secrètent leur propres dirigeants, leur comité social de queues, avec une économie politique de la queue 🙂

    Il est très prolixe sur son expertise de l’organisation secrète des queues en Pologne qu’il parait connaître sur le bout des … doigts

  52. QuadPater

    Hathorique !!! Savez-vous que je me souvenais de ce passage du journal de A2, et des gens qui suggéraient « files d’attente… » en riant !
    j’avais oublié la chaîne, oublié que c’était Bilalian, le nom du type qui racontait ces histoires de queues… et vous avez retrouvé la vidéo !!! Fabuleux !

  53. hathorique

    Au plaisir Quad vous étirez donc déjà né à cette époque 🙂

    Moi j’avais oublié que Henri Weber dans ses jeunes années était « Nicaragua révolution sandiniste » mais il a abandonné la révolution « cuba libre » pour devenir conseiller fabusien, formateur au P.S, sénateur socialiste, député européen, le parfait parcours d’un combattant révolutionnaire dans les salons très feutrés de la République.

  54. Souris donc

    Grotesque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :