Les trois singes et le canari

c3

Pour aussi spectaculaire qu’il soit, l’arbre Dieudonné nous cache la forêt.

Nous ne devrions pas focaliser notre vision sur ses spectacles, ni nos humeurs sur ses déclarations abjectes, mais bien plutôt prendre la mesure de ce qu’ils révèlent.

Il n’est qu’un symptôme, l’instrument de mesure de la détestation antijuive qui se montre dans toute son horreur aujourd’hui en France pour qui sait voir et nommer les choses.

Il est bien sûr salutaire d’avoir mis un terme légal et fiscal à ces vomissures mais il ne faut se faire aucune illusion en croyant l’abcès percé, la plaie parée et prête à cicatriser. Car l’infection est torpide, profonde et étendue.

Dés que l’on se mêle de dénoncer l’antisémitisme en ce pays des Lumières et de la Laïcité — bien comprise, ce qui est loin d’être toujours le cas —, on est taxé d’exagération, voire de paranoïa.

Or Dieudonné révèle — c’est son seul mérite — des mouvements beaucoup plus insidieux et d’autant plus dangereux qu’ils sont en général déniés.

Les appels à la haine antijuive du bateleur de l’immonde ne datent pas de décembre dernier, il sévit sur ce mode depuis au moins dix ans. Au reste, on peut s’étonner de la tolérance des instances judiciaires et fiscales à faire appliquer la loi.

Il aura fallu qu’un représentant visible de l’establishment médiatique soit attaqué sur sa seule judéité — en regrettant, excusez du peu, que chambres à gaz et fours crématoires ne soient plus en activité —, pour que les journalistes, et les politiques à leur suite, décident de s’intéresser aux déjections antisémites du clown sinistre.

Les Juifs ont connu une vraie histoire d’amour avec la France, premier pays à leur avoir donné accès à une entière citoyenneté.

Ceux-ci lui ont bien rendu par un patriotisme sans réserve et une fidélité républicaine célébrée chaque shabbat dans les synagogues par la Prière pour la République française.

Mais un siècle après l’émancipation, voici que l’affaire Dreyfus la remit dramatiquement en question.

Si la foule put hurler « mort aux Juifs » dans le pays hautement civilisé des droits de l’homme, c’est que l’émancipation n’était qu’un leurre et que seul l’État juif pouvait leur apporter sauvegarde et sécurité.

Certes le capitaine fut réhabilité, mais l’antisémitisme prospéra entre les deux guerres et culmina avec Vichy, qui donna toute sa mesure en anticipant et outrepassant les exigences nazies.

Certes les trois quarts des Juifs de France échappèrent aux massacres — un record en Europe occupée — grâce aux réseaux de solidarité.

La fallacieuse geste gaullienne selon laquelle la France entière avait résisté comme un seul homme au nazisme fit le reste : la communauté nationale parvint à se reformer ; les Juifs purent rester attachés à leur pays.

Survint la Guerre des Six Jours précédée de peu par la soudaine volte-face gaullienne, qui mit les Juifs de France en opposition ouverte avec leur gouvernement.

Cependant l’opinion publique française restait alors majoritairement favorable à ce minuscule pays qui avait héroïquement — miraculeusement selon certains — vaincu la coalition des pays arabes acharnés à sa perte et à l’égorgement de ses habitants.

L’antisémitisme restait alors confiné dans une extrême droite délégitimée par l’Occupation et dans les milieux catholiques intégristes refusant de rompre avec l’antijudaïsme multiséculaire à l’encontre du « peuple déicide » en dépit des résolutions officielles de l’église promulguée par Jean XXIII.

Et voici que les provocations de la Dieudosoralie — car n’oublions pas Soral, le prétendu idéologue — viennent poser d’impitoyables projecteurs sur un courant de la société française que l’on refusait de prendre sérieux, voire de reconnaître.

La nouvelle judéophobie, désormais impossible à glisser sous le tapis de la bien-pensance, n’a même plus honte d’elle-même.

Elle s’estime légitime dans ses nouveaux habits tissés en proportions variables d’antisionisme et de conspirationnisme.

Elle s’autojustifie au nom de la liberté d’expression, confondant ainsi un droit fondamental de la démocratie avec celui de dire n’importe quoi.

Elle se propage impunément sur les réseaux dits sociaux par la grâce du net impossible à réguler.

L’antisémitisme s’est presque (il lui reste l’anonymat) totalement affranchi de l’opprobre qu’il traînait depuis la Shoah. Il suffit de voir le déferlement des commentaires défendant l’insoutenable au nom de la dérision omnipotente, de la liberté de parole, de l’ignorance revendiquée ou de la haine communautaire.

Ainsi, la quenellisation des esprits diffuse dans de larges secteurs de la société française, malheureusement impossibles à quantifier.

Cet antisémitisme nouvelle mouture se pare des atours de la rebelle attitude par un prétendu “mouvement antisystème”, dernière veulerie pour éviter les procès : l’antisémitisme n’est pas une opinion mais reste encore un délit en France.

On constate cependant sans surprise que ce système à abattre n’est autre que le capitalisme apatride et mondialisé via l’axe Washington/Jérusalem, c’est-à-dire la finance internationale aux mains crochues des Juifs.

Vieille resucée de l’inusable Protocole des Sages de Sion — record des ventes avec Mein Kampf dans les pays arabo-musulmans comme vient encore de le démontrer la dernière foire du livre de Marrakech — qui ne peut que séduire l’extrême gauche en mal d’ennemis de classe et nostalgique des luttes anti-coloniales.

Il ne reste plus que les benêts et les ignorants pour croire encore que les photos de quenelles fièrement composées devant les lieux ou des figures symboliques des Juifs — et de leur extermination ! — ne seraient qu’un signal d’exaspération devant un système qui ne leur laisse que peu de chances d’intégration.

Cette piètre justification en direction des forcenés de la culture de l’excuse ne saurait abuser quiconque ayant des sens et un cerveau en état de fonctionner.

Les raisons par lesquelles nous en sommes arrivés là ne manquent pas, étudiées par d’éminents penseurs hélas peu audibles car ostracisés par les médias généralistes, voire honnis pour crime de lèse bien-pensance.

La République ne veut plus imposer les règles de l’intégration à la française. L’école, censée enseigner les savoirs, les bases de la rationalité et de l’esprit critique n’en a plus ni les moyens ni probablement les ambitions.

La classe politique ne raisonne plus qu’en termes quantitatifs et quelques millions de votes musulmans compensent largement l’abandon de valeurs démocratiques et laïques. La realpolitik impose au Quai d’Orsay de nouvelles distorsions dans sa vision géopolitique du Moyen-Orient.

À quelques exceptions près, l’ensemble des médiacrates — victimes consentantes des théories gramscistes —, adhère au narratif obligeamment fourni par la propagande dans le cadre du conflit israélo-arabe qu’elle contribue à importer et attiser dans notre pays et singulièrement dans nos banlieues.

La république peut-elle se reprendre ? Tout dépend de la manière dont elle saura mobiliser ses citoyens, en particulier musulmans, autour de ses valeurs. Le fiasco de la mobilisation appelée par le courageux imam Chalgoumi au lendemain des meurtres de Merah laisse peu d’espoir.

Plus besoin de canari dans la mine car le grisou est d’ores et déjà repérable : spectaculaire, assourdissant et pestilentiel. Encore faudrait-il que les trois singes aient le courage de quitter leur veule posture de confort.

 
Alexandre Krivitzky
(Cet article a été publié sur « The Times of Israël » édition française le 22 mars 2014.

 

90 Commentaires

  1. Yaakov Rotil

    Cependant l’opinion publique française restait alors majoritairement favorable à ce minuscule pays qui avait héroïquement — miraculeusement selon certains — vaincu la coalition des pays arabes acharnés à sa perte et à l’égorgement de ses habitants.

    Déjà à cette époque, les médias de gauche (Nobs, Le Monde) étaient très critiques par rapport à la victoire de la guerre des 6 jours…

  2. Souris donc

    Paris Match avait publié une photo plus parlante que toutes les analyses : les chaussures abandonnées dans la débandade pour courir plus vite.

  3. Souris donc

    Les défoulements tiennent de l’aveuglement sur nos propres insuffisances. Accuser les Juifs, l’Europe, les complots, dispense d’une analyse de notre fonctionnement, de nos instances politiques, de nos choix économiques.
    Je ne peux m’empêcher de rapprocher l’expatriation des jeunes diplômés de l’émigration des Juifs vers Israël.
    Ne serait-ce pas plus productif, pour les juifs, de quitter le terrain de la dénonciation de l’antisémitisme, pour celui, plus positif,
    1. de la promotion d’Israël (ses scientifiques, ses domaines d’excellence, pourtant dans un environnement hostile, l’obligeant, je suppose à des dépenses de sécurité plus élevés que tout autre pays)
    2. de la perte que représente pour la France l’émigration des juifs vers Israël. Pas que le domaine de la finance et des doigts crochus, mais combien de médecins, avocats, ingénieurs, chercheurs, pouvons-nous potentiellement perdre ?
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/03/31/01016-20140331ARTFIG00169-les-juifs-de-france-emigrent-en-masse-vers-israel.php

  4. Bibi

    Ce n’est pas nouveau et ne trompe que ceux qui le souhaitent ardemment.

  5. Bibi

    Les canaris ne sont pas les seuls, et il n’y a pas que vers Israël qu’ils partent.
    Pour la France, qq milliers par an n’est pas significatif, pour un pays de 8 fois moins de citoyens, oui.

    Ceci étant dit, il est vrai qu’il se dit que le français est le nouveau russe en Israël, en référence aux précédentes vagues d’Aliya.

  6. roturier

    Mouais…. Krrrrivitzky…. Avec l’accent.
    Me rappelle furieusement qq1….
    Association d’idée psychomachin?

  7. Yaakov Rotil

    Bonjour Souris donc,

    Je pense que les juifs doivent quitter la France, l’Europe, les USA, etc., et rejoindre Israël. Je comprends et accepte très bien que certains ne partage pas mon sentiment qu’il s’agit de la réalisation de très anciennes prophéties, mais il y a autre chose: les affaires de tous ces pays ne vont pas s’arranger, et les juifs vont, comme toujours dans l’Histoire, se retrouver entre le marteau et l’enclume. Les Finkie, Lévy ou Zeimour comme les BHL ou les autres idiots utiles, jusqu’à cette infâme Olivia pathétiquement propals…

  8. Yaakov Rotil

    Il semble se confirmer que le mouvement s’accélère. Nous attendons d’ici deux mois la première aliyah de groupe ici à Ashkelon. 80 familles d’un seul coup! Sans compter ceux qui arrivent en « pas de groupe » toutes les semaines. La mairie et le bureau de l’intégration sont très mobilisés…

  9. Merci pour cet excellent article.
    « La république peut-elle se reprendre ? Tout dépend de la manière dont elle saura mobiliser ses citoyens, en particulier musulmans, autour de ses valeurs. »
    Aucune chance avec le gouvernement annoncé ce matin.
    Par ailleurs, les Redecker et autres fatwatisés devront encore et toujours se cacher.
    L’égorgement fait partie des « valeurs » de l’islam préconisées dans le coran. Et comme il nous faut respecter les « valeurs » et les « coutumes » des « issus de »…

  10. Hello Bibi, que voulez-vous dire quand vous écrivez : « Les canaris ne sont pas les seuls, et il n’y a pas que vers Israël qu’ils partent. Pour la France, qq milliers par an n’est pas significatif, pour un pays de 8 fois moins de citoyens, oui. » ?

  11. Bibi

    Hello Schadenfeudelli,
    Qu’il n’y a pas que des juifs qui partent, et pas qu’en Israël.
    Le nano-pourcentage p/r à la France a un poids bien plus important en Israël.

  12. Souris donc

    Bibi dit, peut-être, que nous ne percevons pas ces expatriations et émigrations comme des pertes parce que rapportées au nombre d’habitants en France, elles ne sont pas (encore) très significatives. En Israël, les arrivées sont plus visibles.
    Je crois cependant qu’il y a maintenant des statistiques alarmantes sur la fuite des jeunes diplômés. Mais toujours pas en termes de solde migratoire concernant les qualifications. D’une part, les stats ethniques sont interdites, d’autre part elles seraient de toutes façons faussées par le droit du sol et l’acquisition automatique de la nationalité française, que les impétrants ne manquent jamais de nous jeter à la figure en brandissant leurs « papiers » et en se prétendant aussi français que vous et moi, ce qui est vrai.

  13. Cela aurait pu être interprété comme un parallèle avec une situation semblable en Israël, d’où ma question.

  14. Je ne suis pas particulièrement gêné par la confusion entre droit à dire n’importe quoi et liberté d’expression, la liberté d’expression c’est aussi le droit de dire n’importe quoi. Les lois mémorielles n’auront finalement rien empêchées, et pire, elles servent aujourd’hui à introduire des parallèles oiseux entre les atrocités des nazis et les dérapages des armées occidentales depuis la guerre du Vietnam ou les bombardements stratégiques : quelle différence après tout entre le nettoyage d’un shtetl ukrainien et le massacre de My Lai, entre les camps d’extermination et les bombes atomiques sur le Japon. Ces lois ont même fait en sorte de donner une légitimité aux négationnistes et autres relativistes, si on empêche l’expression de certains c’est que ce qu’ils disent dérange le pouvoir en place. L’Europe qui a cru exorciser ses démons en restreignant la liberté n’a fait que reculer pour mieux sauter : sauter dans le sordide. L’infernale mécanique de la concurrence victimaire s’est mise en place car il est apparu à certains que la sanctuarisation de la Shoah était un privilège exorbitant qu’ils ont dès lors revendiqué pour leurs propres causes : esclavages des Noirs, colonisation, extermination des Amérindiens … Une fois rapporté à l’immense cohorte des victimes innocentes de la barbarie, l’antisémitisme est redevenu banal et l’on a même pu s’étonner que les victimes d’hier soient les bourreaux d’aujourd’hui, puisque, bien évidemment, si un Stéphane Hessel s’en indigne, c’est qu’il y a là matière à s’indigner: c’est le Conseil National de la Résistance qui dénonce ainsi Israël.
    Il eut mieux valu, de rien interdire du tout car finalement on justifie ainsi les mesures liberticides et l’on fabrique des victimes intouchables qui peuvent sans cesse s’exonérer de leurs responsabilités en montrant les plaies qui les consacrent, c’est même devenu un fonds de commerce pour nombre d’associations.

  15. Bravo Kravi, kol hakavod!
    A Yaakov:
    Le manifeste du Bilu de Kharkov qui date de 1882 est curieusement d’actualité:
    « Frères! Apres la crise terrible qui vient de secouer notre peuple. Il s’est trouvé parmi notre intelligentsia, un grand nombre de jeunes décidés à réaliser un seul idéal: le retour et l’installation en Eretz Israel…Ne poursuivez plus les chimères auxquelles vous vous attachiez tant jusqu’ici: l’idée de progrès et la notion de civilisation qui, pensiez-vous, sont l’apanage de l’Europe. Sachez que, si le peuple juif continue à rester en Europe, deux voies seulement lui seront ouvertes. La première: offrir à nouveau la gorge aux bourreaux et accepter comme par le passé des supplices et des souffrances sans nombre et sans fin. La seconde: quitter la scène de la vie et disparaître sans laisser de traces dans l’histoire…Nous partons pour tracer la route de l’avenir de notre peuple… ».
    Ceux qui à Karkhov ne sont pas partis à temps se sont retrouvés dans les purges staliniennes et plus tard dans les fosses communes nazies.
    Je ne connais pas les chiffres de l’Alyia en provenance de France, mais a Jerusalem, on entend de plus en plus parler francais

  16. Bibi

    En effet j’ai écrit sur l’Aliya (montée), pas la Yérida (descente).
    Minnie a peut-être raison de s’inquiéter pour la France, il faudrait des stats par tranche d’âge et diplôme (c’est permis) pour avoir une idée un peu plus précise.

  17. Bibi

    Il aurait mieux valu ne pas fabriquer de victimes.
    De la Shoah il ne reste que des survivants, ce qui est autre chose du pt. de vue de la perception de soi et celle des autres. Et ça change le discours et les enseignements, ainsi que leur portée.

  18. Article très intéressant, Bibi.

  19. Bibi

    Puisque, visiblement, il s’agit de canards, et pour faire plaisir en particulier à Marie et Hathorique,
    Un journaliste égyptien demande à son gouvernement de faire un procès à Israël pour des événements racontés dans l’Exode
    http://fr.timesofisrael.com/israel-attaque-en-justice-pour-les-10-plaies-degypte/

    Il y a des crimes imprescriptibles.

  20. Écoutons ce que disait André Chouraqui il y a 22 ans. Est-il encore possible de le croire ? J’essaie, mais c’est difficile.

  21. Bibi

    Quel rapport avec le sujet?

    (oui, il faut voire pour croire)

  22. Yaakov Rotil

    Un doux rêveur… Ils sont nombreux.

  23. Yaakov Rotil

    On était à environ 870 fin février, ce qui donne une moyenne annuelle de 5220… On parlait d’une augmentation de plus de 300% par rapport à l’an passé…

  24. Bibi

    Yaakov,
    « Si vous le désirez, ce ne sera pas qu’une chimère » dixit un certain Theodor.

  25. Yaakov Rotil

    J’ai retrouvé l’article sur les chiffres de l’aliyah actuelle

  26. Bon, Bibi, je vois que vous êtes dans un de vos bons jours, je vais prendre le large pour un moment. Ciao !

  27. Bibi

    Ça ne risque pas de concurrencer le 1,3 million de l’ex-URSS des années 1990…

  28. Yaakov Rotil

    Concernant les propos d’André Chouraqui… Ils datent de 22 ans? Donc de l’époque approximative des accords dits « d’Oslo ». Bonjour les dégâts!

    Bon… A-t-il oublié les massacres perpétrés par les arabes en Algérie, avec la complicité des autorités française dirigées par le grand Charles de Gaulle?

    Et que dirait-il aujourd’hui des massacres perpétrés par les arabes entre eux d’une part, contre les chrétiens d’autre part et, si nous laissions faire, contre les juifs aussi?

    Ce monsieur est dans le déni, et ce rêve-là tourne très vite à un cauchemar d’où l’on ne se réveille pas.

  29. Bibi

    Laisse Chouraqui reposer en paix.
    Jérusalem et Oslo n’ont rien à voir avec le sujet.
    Le grand exploit de la dieudosauralie est d’avoir coalisé des francophones européens (français, belges, suisses…) de toute « couleur » politique et provenance géographique grâce au dénominateur devenu trop commun: le « système » mondialement et localement manipulé par tout « sioniste » du coin. Merci l’Iran!

    On est tous confrontés aux insécurités économiques et sécuritaires. Les juifs de France, d’Europe, sont confrontés en plus à l’anti-judaïsme agressif, virulent, dont « les autorités compétentes » ne les protègent pas ou pas assez.

  30. Yaakov Rotil

    Bibi, tu me demandes un peu trop, là… Surtout que je suis immergé dans le livre de Yoram Hazony « L’Etat juif, sionisme, post-sionisme et destins d’Israël
    Absolument passionnant d’ailleurs.

  31. roturier

    Pourquoi, Boker, dites-vous « Bravo Kravi, kol hakavod! »?
    Sauf erreur il n y a pour l’instant aucun comm signé de lui sur ce billet.
    A moins que mon 12:32……

  32. Bibi

    Oui, les zèbres ne sont ni des singes ni des canards. Mais on peut toujours (se) distraire avec le carnaval des animaux.

  33. Yaakov Rotil

    roturier, c’est le billet qui est de lui… 😉

  34. Que ce Gamal prenne garde, Israël pourrait réclamer réparation pour les 400 ans d’esclavage en Egypte !

  35. Pour quelqu’un qui a traduit le coran (après avoir traduit la Bible), c’est effectivement un doux rêveur !
    Il devrait connaître les propos haineux du coran à l’encontre des juifs et des chrétiens notamment.

  36. Cher Alexandre,
    J’ai lu votre article avec plaisir. Il appelle une mise en perspective historique, une perspective que Michel Dreyfus trace dans un livre pionnier : « L’antisémitisme à gauche – Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours  ».
    Je me permets une seule critique (amicale) : Vous passez un peu vite sur le basculement qui s’est opéré après la guerre des Six-Jours (1967) dans l’opinion publique française (pour ce citer qu’elle), une guerre qui fit passer les Juifs du statut de victime à celui de vainqueur (ou bourreau si vous préférez), les Palestiniens devenant LEURS victimes. Or, vous savez mieux que moi que si le Juif faible est à l’occasion cajolé, le Juif fort occasionne de l’urticaire, parfois même de l’hyper-acidité gastrique. Les déclarations d’Alain Bonnet (dit Alain Soral) et de son compère M’Balala ont une généalogie, à gauche notamment. Si vous lisez « L’antisémitisme à gauche – Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours », vous verrez que des eaux sales venues de diverses canalisations ont conflué dans un grand égout central à divers moments de l’histoire et… aujourd’hui.

  37. Souris donc

    Quand on lit les posts du lien de Bibi (RTBF), on est frappé par la bêtise et l’inculture.
    Antisémitisme, il faudrait affiner. Qui sont-ils.
    Il est certes vrai que les réseaux sociaux libèrent la parole antisémite et raciste, une étude montrerait qu’elle concerne surtout les roms et les musulmans :
    http://www.20minutes.fr/article/1339949/ynews1339949?xtor=RSS-176

    Les plus dangereux ne sont pas les DieudoSoraliens, trop bouffons, qui, certes, exploitent leur petite boutique, braillent beaucoup et se photographient en quenellisant. « Ils cachent la forêt » comme dit Kravi dans son papier.
    « L’antisémitisme à gauche », les intellectuels, politiques et journalistes pro-palestiniens qui savent se servir des médias sont plus manipulateurs d’opinion. Ils avancent masqués. Antisionisme, et posture de la défense de la minorité opprimée, ce stéréotype marxiste rabaché.

  38. Je m’y mettrai quand je serai sortie du ménage de Pessah 🙂
    Voici un article sur l’imam Palazzi que tu connais sans doute: http://www.aschkel.info/article-l–43215140.html
    Amicalement
    Hanna

  39. oypsilantis

    Alain Bonnet et M’Balala ne sont que des professionnels du sensationnel, des agités par d’autres, c’est vrai. Ils sont aussi là pour cacher des choses plus inquiétantes encore. Le pouvoir est passé maître dans l’art de la démagogie, mère des pires catastrophes humaines.
    Alain Bonnet et M’balala sont intéressants dans la mesure où ils sont mis en perspective. L’un et l’autre ont une généalogie « intellectuelle » et « spirituelle », une généalogie assez échevelée, presqu’aussi échevelée que celle de Paul Rassinier avec lequel ils ont un peu à voir, Paul Rassinier qui a vite compris la parfaite complémentarité entre l’extrême-droite et l’extrême-gauche, une complémentarité dans laquelle ‟le Juif” — pourquoi ? — tient bien malgré lui une place centrale. Ces mises en perspective — ces études généalogiques —, et à ce sujet je pourrais citer bien d’autres noms, permettent de mieux voir, même si l’on est souvent pris par l’envie de se pincer — rêverais-je ? — ou de dégueuler.
    Antisionisme, posture de la défense opprimée, bien sûr. Une généalogie encore…

  40. Bibi

    De son côté, le quotidien The Daily Telegraph souligne le caractère antisémite des banlieues telles qu’elles sont décrites par Hussey. Le chroniqueur Damian Thompson fait part, dans une note de blog, de sa stupéfaction à la lecture de ce livre écrit par un universitaire « qui, de prime abord, à tout du libéral de gauche ».

    The French Intifada, comme l’affaire Dieudonné, renforce la conviction du journaliste conservateur que la société française est profondément antisémite : « Avant de lire Hussey, je savais que l’antisémitisme français, nourri par l’affaire Dreyfus et Vichy, était bel et bien vivant : il est toujours au goût du catholicisme traditionnel français et du Front national. […] Vous pourriez penser que les jeunes des cités détestent plus que tout autres les descendants chrétiens de leurs oppresseurs colons. Faux. Ce sont les Français juifs qu’ils détestent vraiment. […] Hussey écrit cela dans une langue sans détour que l’on n’attend pas d’un contributeur régulier de la BBC et du Guardian, lesquels redoutent de dénoncer le racisme non blanc. »

    http://www.courrierinternational.com/article/2014/02/26/les-banlieues-vues-par-les-britanniques

  41. Bibi

    Ce que CI n’a pas cru bon traduire de l’article de Thompson est, entre autre, l’extrait suivant:
    Tout ça est moins surprenant lorsque Hussey explique que, durant 100 ans, les colons français de l’Algérie (colons ou pieds-noirs) et leurs voisins arabes étaient unis dans leur répugnance des juifs: en effet, Cagayous, un voyou antisémite dans la fiction populaire pied-noir, fait encore partie de l’Algérie musulmane. Durant Vichy, « colons et les musulmans algériens étaient contents d’accepter les lois anti-juives que le gouvt. Pétain a honteusement et rapidement mis en place ».

  42. Bibi

    Correction: fait encore partie du folklore de…

  43. roturier

    Qu’aurais-je fais sans vous.

  44. Bibi, je vous remercie pour cette mise en perspective fort juste. Je pourrais en tracer d’autres, mais je n’ai aucunement l’intention d’encombrer l’espace de ce blog. Simplement, Alexandre Krivitsky écrit que les Juifs ont vécu une véritable histoire d’amour avec la France. C’est indéniable ; mais, par ailleurs, la France est le pays qui a le plus théorisé l’antisémitisme, plus encore que l’Allemagne qui, à ce propos, a recyclé nombre de produits français. Et je ne remue pas de « vieilles histoires » à plaisir. L’attitude du quai d’Orsay, de l’AFP et autres basses-cours envers Israël a une généalogie. Israël peut être critiqué — comme peut l’être tout État et ses gouvernements —, mais pas avec ces airs et ces propos lourds de sous-entendus qui ont une généalogie…

  45. Bibi

    Hello oypsilantis,
    Pour ce qui est de généalogie des « idées », je viens de lire le dernier ouvrage de Barry Rubin (sur et autour de Haj Amin), très instructif.
    La haine des juifs est trans-nationale, et coalise des personnes aux intérêts très différents, voire contradictoires. C’est ce que l’épisode « Main d’or » démontre pour la nième fois (il paraît que sur les sites « alternatifs », on se réjouit de la croissance des départs des « La France n’est pas à toi »). Ça n’a pas grand-chose à voir avec Israël, une ou plusieurs de ses politiques, ou le sionisme, sous une nouvelle terminologie se cache mal la vieille détestation.

    Une des leçons non-apprises de la guerre froide est l’emploi de la guerre psychologique et notamment la subversion consistant à affaiblir, chez la partie adverse, la notion de moralité de l’action.

  46. Monsieur Bibi
    Je ne connais pas le livre de Barry Rubin. Je vais me renseigner. L’antisémitisme et l’antisionisme se superposent presque parfaitement, vous avez raison ; je dis « presque » car je mets à part certains groupes comme ces Juifs « orthodoxes » (je n’aime guère cette dénomination fourre-tout, trop commode, c’est pourquoi je place des guillemets) qui vitupèrent contre Israël au nom de je ne sais quelle orthodoxie, de je ne sais quel messianisme. Il y a aussi les antisémites-sionistes. J’en ai connu un certain nombre, dans les milieux militaires notamment, un antisémitisme traditionnel du genre « Les Juifs sont un peu trop présents dans… » mais appuyé par un fort sionisme dans lequel j’ai reconnu plusieurs axes : 1 – Les Juifs ont un pays à défendre, avec ses frontières ; à présent, ils nous ressemblent. 2 – Une admiration clairement exprimée pour Tsahal. 3 – Une détestation des Arabes et une secrète jubilation lorsqu’Israël leur rend les coups. Bref, pour ces antisémites-sionistes, le Juif de la diaspora convertit en israélien devenait respectable, admirable même.

  47. QuadPater

    Bonsoir Bibi !

    Je conteste que chez les Pieds-Noirs la « répugnance » inspirée par les juifs ait dépassé celle que leur inspiraient les Arabes.
    Il est important de tenir compte de deux périodes, avant et après l’indépendance.
    Avant, j’ai peu connu.
    Après, je n’ai pas entendu de propos antisémites. Seulement « ah, c’est un juif ! » devant un nom de famille séfarade, rien de comparable avec le mépris et la haine avec lesquels étaient évoqués les arabes.
    La guerre des Six Jours évoquée naguère ici a même été l’occasion de réjouissances et d’éclats de rire çà et là. Pas des rires de moquerie. Des rires provenant d’un respect retrouvé.

  48. Yaakov Rotil

    Je suis en train de lire un livre dont j’ai repris sur mon blog sioniste le premier chapitre. Ce livre est vraiment très éclairant, et j’en recommande la lecture.

  49. Yaakov Rotil

    J’ai bonne souvenance de cette époque… Je battais le pavé des avenues parisiennes, avec beaucoup d’autres juifs, pour soutenir Israël, en cette période-là.
    Nous avions peur. Et nous manifestions pour que… Pourquoi? – Peut-être pour que la République française affirme son soutien à un Etat minuscule de 3 millions d’habitants…

    De Gaulle, le grand Charles, prononça alors l’embargo sur les armes!

    J’ai bonne souvenance de cette époque… Mon père m’envoyait acheter tous les journaux, aussi bien France-soir que Le Monde et « Combat »…

    Dès le début de la crise, les journaux de droite comme de gauche se sont mis à publier de façon quotidienne un tableau des forces en présence.

    A regarder ce tableau, cela ne faisait pas un pli: Israël allait prendre une historique raclée.

    Les journaleux se sont trompés. Nous avons gagné! Mais comme nous avons gagné, nous les avons vexés et ça, ça leur reste en travers de la gorge…

    Je crois que ce papier que j’ai écrit il y a trois ans maintenant reste vraiment d’actualité.

  50. QuadPater

    Il ne reste plus que les benêts et les ignorants pour croire encore que les photos de quenelles fièrement composées devant les lieux ou des figures symboliques des Juifs — et de leur extermination ! — ne seraient qu’un signal d’exaspération devant un système qui ne leur laisse que peu de chances d’intégration.

    Oui Alexandre Krivitzky vous avez raison. J’aimerais cependant que nous donnions (ensemble ?) une réponse à la question qui me harcèle :
    On entend « sales feujs ! », hein ! mais…
    Pourquoi les feujs sont-ils sales ?
    Le Noir est un feignant, un violeur, un voleur, donc c’est un sale négro.
    L’Arabe est un égorgeur, un vendeur de drogue, un détourneur d’allocs, donc c’est un sale raton.
    L’entrepreneur exploite les miséreux, fait crever le peuple de faim, donc c’est un sale patron.
    Mais le Juif, que lui reproche-t-on ? c’est dit nulle part.

  51. Yaakov Rotil

    On ne lui reproche rien de logique… Simplement, on le supprime, d’une façon ou d’une autre.

  52. Bibi

    Je pensais à vous et à votre réaction, Quad, en lisant et traduisant l’extrait.
    Hussey généralise-t-il trop? Les vôtres seraient-ils l’exception? Les Deux?
    Je n’en sais rien.
    Mais des descriptions du public du Théâtre et des vagues impressions des visionneurs des vidéos qui viennent poster, il est clair que ceux séduits par le conspirationnisme « humoristique » ne sont pas que les néo-français des « quartiers ».
    D’ailleurs, le pseudo-clown et son éminence grise montent bien que les Protocoles racolent toujours et fournissent une colle unifiant des personnes très différentes.

  53. Souris donc

    Ce problème de l’antisémitisme m’a hantée toute la journée. Des films et documentaires sont passés à la télé sur la Shoah, l’histoire est enseignée, nous avons des lois qui répriment l’antisémitisme : pourquoi sont-elles sans efficacité sur des Dieudonné-Soral, sur des Merah*, sur les intellectuels planqués derrière l’antisionisme ?
    D’autre part, les curseurs ne sont pas opératoires, on ne peut pas dire à partir de quel degré, où commence l’antisémitisme, puisque les juifs sont les premiers à raconter des blagues de juifs.
    Et voilà que Oypsilantis nous trouve une nouvelle catégorie, l’antisémite-sioniste.
    Question :
    Si on s’exprime, en tant que non-juif, est-ce qu’on n’est pas toujours susceptible de dire ce qu’il ne fallait pas ?
    Faut-il plus de tabou politiquement correct ? Je n’ai pas envie de me perdre dans des excès d’égards comme cela m’arrive avec les handicapés et dont je me dis qu’ils perçoivent le malaise, et que c’est pire que tout.
    * Je suis très curieuse de voir comment se déroulera le procès du frère Merah. Qui a manipulé ces imbéciles, au point de les faire passer à l’acte.

    Dans le genre incompréhensible, on a aussi Soros qui finance des études sur les contrôles au faciès autour de la Gare du Nord
    http://www.liberation.fr/societe/2013/08/26/reperes_927299

  54. Bibi

    Quad,
    C’est dit dans le Saint Livre, et surtout par des Saints hommes qui prêchent la haine depuis un siècle. Le bouquin que je viens de survoler (avant une lecture plus attentive), « Nazis, Islamists, and the Making of the Modern Middle East » by Barry Rubin and Wolfgang G. Schwanitz, retrace depuis la 1ère GM la nébuleuse des allemands, musulmans, européens, soviétiques, dans laquelle l’infâme Mufti de Jérusalem a évolué et dont il a tiré profit grâce à l’anti-judaïsme.
    Le Kampf et le Protocoles traduits en arabe et publiés dans les gazettes (avant la 2GM), l’implication d’allemands dans le génocide arménien, les émissions radiophoniques en langues musulmanes de propagande nazi, les Fatwas, l’aryanisation des collaborateurs musulmans… l’accueil des nazis en Égypte, Syrie, Maghreb après la guerre, les réseaux européens (dont banques suisses et certains intérêts français et britanniques), l’implantation des Ramadan successeurs d’al-Banna (Fratrie musulmane) en Suisse et en Allemagne… Très riche.
    Bref, sur fond d’anti-judaïsme inhérent en terre d’Islam, s’injecte celui AOC européen remodelé par leurs collabos islamistes d’Orient. Et qq dizaines d’années après, ça revient à la source.

  55. Bibi

    Bonsoir Souris,
    Je pense que Oy parle d’antisémites admiratifs de force qui interprètent les victoires sionistes selon la grille « beurk arabes, ceux qui leur infligent des coups sont louables ».

    Et je conçois bien votre malaise.
    Ce sont les idées et les actes d’un BHL, un Soros, un Fink, une Butler, qui sont critiquables (ou risibles), pas leur judéïté, quand bien même certains avancent « en tant que Juif » pour justifier leur engagement. Perso, je déteste la politique de l’identité, et ne juge pas les dires des un(e)s et d’autres en fonction de tel ou tel ingrédient (femme, homo, juif, intellectuel, prolo, fils-de…) de ce qu’il est.

  56. roturier

    Invraisemblables, les textes ci-dessus. Sans exception ou presque.
    Hystérie, paranoïa, panique, pointage de doigts accusateurs, pleurnicherie et concurrence victimaire à dosage industriel.
    Woody Allen n’est pas dans la caricature; il est dans l’euphémisme.

  57. Bibi

    Allez lire l’excommunication d’Ari Shavit par les Nature Karta de gauche pour hérésie de judaïsation.
    Piss Now!

  58. Souris donc

    « beurk arabes, ceux qui leur infligent des coups sont louables ».
    C’est ce que je dis souvent, c’est grave, Docteur Bibi ?

  59. roturier

    On peut dire tout mais pas à n’importe qui. (Desproges, évidemment).

  60. QuadPater

    Souris, cela indique
    – soit que vous êtes sensible au marketing pro-israélien (auquel cas chapeau la sensibilité, si vous parvenez à l’entendre)
    – soit que le marketing pro-palestinien (victimaire, pleurnichard) vous brise les croquinettes menu (là ça fait de suite plus normal).

  61. Bibi

    Venez illico prestissimo aux urgences, Souris! 😀

    Ce ne sont pas des coups qu’on inflige aux zarabes (sauf en cas de représailles) mais de l’éducation, au sens le plus large du terme, et c’est ça la plus grande réussite.

  62. @Souris donc
    Les antisémites-sionistes constituent une catégorie, avec ses nuances. Il me semble (et j’en suis même certain) que ceux qui y entrent sont de moins en moins nombreux. Mais qu’importe !
    Vous écrivez : « Si on s’exprime, en tant que non-juif, est-ce qu’on n’est pas toujours susceptible de dire ce qu’il ne fallait pas ? Faut-il plus de tabou politiquement correct ? Je n’ai pas envie de me perdre dans des excès d’égards comme cela m’arrive avec les handicapés et dont je me dis qu’ils perçoivent le malaise, et que c’est pire que tout ». Don’t worry. Quand on aime une culture, on peut s’y avancer sans crainte ; et la maladresse est vite pardonnée. Le politiquement correct n’est qu’un outil manipulé par les pouvoirs pour contraindre à marcher au pas. C’est un truc à l’usage du troupeau. Il ne s’agit pas de vouloir choquer ; il ne s’agit pas de vouloir être politiquement correct.
    Connaissez-vous Matthias Göring ? Je vous propose ce lien non pour faire la promotion d’un livre auquel je reproche bien des choses mais parce que j’aime la sincérité de cet homme :
    http://www.frequency.com/video/itw-de-matthias-goering/75800243

  63. Souris donc

    Non, je ne connais que Hermann, et pas personnellement…Etonnante vidéo, étonnant personnage.

    Autre perplexité. Quand les articles les plus critiques (et pro-palestiniens) sont signés par des juifs :
    Exemple :
    Le magazine de géopolitique La Revue, émanation de Jeune Afrique. J’ai eu en main leur numéro sur la Corée du Nord, abondamment pourvu en articles sur Israël.
    Uri Avnery, qui explique qu’Obama parle faux quand il est en Palestine, par manque d’empathie, parce qu’il a intégré le discours des sionistes autour de lui (il est passé devant la tombe d’Arafat sans s’arrêter).
    Gérard Haddad, qui décrit le plan de paix du roi Abdallah qu’Israël a fait capoté à cause de son refus crispé d’indemniser les Palestiniens ou de les intégrer pour des raisons démographiques.

  64. Souris donc

    Merci, Oypsilantis, c’est vrai ce que vous dites au sujet de l’intérêt que l’on porte à quelque chose ou quelqu’un, qui gomme les gaffes, les miennes n’ont pas été bien au delà du style « Salomon ! vous êtes juif ? » de Rabbi Jacob. Enfin je crois. Ou alors j’ai rencontré beaucoup d’indulgence (qui, peut-être, n’en pensait pas moins sans le dire, voyez ?) Mais j’évite de m’empêtrer dans les histoires de territoires auxquelles je ne comprends toujours rien, et je suis encore plus larguée en religion, toujours épatée par votre érudition. En religion et en histoire.

  65. Bibi

    La, Souris, vous gaffez. Le sujet n’est pas Israël, et les anti-sionistes juifs/israéliens non plus. Je vous accorde que le phénomène est intriguant, et que la nébuleuse divino-sauralienne a ses juifs utiles. L’essentiel est cependant les « singes » français et européens.

    Sur ce je vous quitte, j’ai qq affaires mondiales à régler dans ma loge du LoBibi (2-3 bidules financiers, une dizaine de médias à mettre au pas, qq coups de fil aux capitales politiques… ça me prendra la soirée).

  66. rackam

    Prenez des photos, Bibi, ça nous fera un diasporama…

  67. @Souris donc
    Ne me traitez pas d’érudit, je me vois déjà en vieillard barbichu et chauve ! On danse ? Israël c’est aussi cela, à tous les coins de rue ou presque :

    Et pendant ce temps, Bibi complote avec les sages de Sion.

  68. Souris donc

    Ɛ-6 ǝן suɐp doɥ dıɥ nɐ ɹǝuıɐɹʇuǝ,ɯ sıɐʌ ǝɾ

  69. Bibi

    Le militant d’extrême droite, ex-membre du Front national et professeur d’histoire Hervé Lalin (dit Ryssen) a été condamné à deux mois de prison ferme pour menace de mort homophobe proférée à l’encontre de Bertrand Delanoë.
    http://www.metronews.fr/paris/menace-de-mort-contre-bertrand-delanoe-deux-mois-de-prison/mncC!el5kSoUrCSHmE/

  70. roturier

    Liebchen

    Si je puis me permettre un conseil-réponse:
    Soyez vous-même et n’ayez aucune crainte de vous exprimer comme bon vous semble.
    Il y’aura toujours qq1 pour en redire et médire; ne vous laissez pas effrayer par les vociférants.

    Concernant les juifs (voire israéliens, c’est le cas d’Avneri) qui s’expriment à contre-courant (majoritaire):
    C’est le propre de la pluralité d’opinions dont nous sommes qq rares pays à bénéficier.
    Légitime et normal.

    N’est-ce pas votre cas, Liebchen, en France?

  71. Je vous remercie d’avoir mis en lien « Philosémitisme », un site magnifique. J’ai suivi le cas Israël Adam Shamir et Maria Poumier. Ils me rendent dépressif et je me dis : Est-il possible que nous vivions sur la même planète et respirions le même air ? Mais peu importe ! J’ai une question à vous poser Bibi, et je vous la pose sans arrière-pensée : Pourquoi les écrits à forte connotation antisémite (et antisioniste), et qui émanent de chapelles très diverses, sont-il si obligeamment mis en ligne, et d’une manière particulière puisqu’ils sont consultables dans leur intégralité et aisément téléchargeables, et parfois même directement à partir de Wikipédia ? Je me vais pas en dresser la liste car je saturerais le présent fil de discussion.

  72. Bibi

    Désolé, oypsilantis, je n’ai pas de réponse. Je ne suis même pas sûr d’avoir bien compris la question: est-ce que c’est la facilité d’accès de ces matériaux qui vous chagrine?
    Si c’est le cas, ma seule hypothèse est le souhait de diffuser, divulguer ce poison.

  73. Bibi

    Anelka : Valls, « sous l’influence de sa femme »
    http://fr.timesofisrael.com/anelka-valls-sous-linfluence-de-sa-femme/

    P.S. oypsilantis, il y a un lien sur la page à propos de la communauté juive romaniote de Ioanina.

  74. Bibi

    Repris et traduit d’un entretien/reportage de Haaretz titré « French hatred of Jews goes far beyond Muslim anti-Semitism, says U.K. author »

    À l’avant-garde de ce mouvement, Hussey voit Dieudonné M’bala M’bala, le comédien français polémique qui est devenu notoire pour son déni répété de l’Holocauste – une infraction pénale en France – et son salut néo-nazi « quenelle ».
    Dieudonné, dit l’auteur, est «une figure très sinistre» qui vise à apporter la négation de l’Holocauste – ou negationisme, comme il est connu en France – dans le courant dominant.
    « Une partie de sa propagande vise carrément à la jeunesse principalement des hommes dans les banlieues, qui croient, pour citer un de ses fans, que ‘la France est un pays occupé par Israël’. Voilà pourquoi ils sont discriminés et exclus, parce que les Juifs contrôlent tout. Dieudonné parle de cela. Juifs n’ont pas le monopole de la souffrance, d’autres expériences coloniales françaises ont la même résonance que l’Holocauste. Et les Français qui ne sont pas musulmans ont beaucoup de culpabilité et de honte envers la Seconde Guerre mondiale, ainsi si l’Holocauste n’a pas eu lieu alors il n’y a rien à se reprocher ».

  75. Merci pour le lien sur la communauté juive romaniote, peu connue, peu nombreuse et ancienne entre toutes. Concernant votre dernier lien, il va dans le sens de la dernière partie de « L’antisémitisme à gauche », avec raisonnements tordus et sophismes. Ce que j’ai découvert en étudiant ce phénomène, c’est l’étrange courant pacifiste dans les années 1930, puis au cours de l’Occupation, un courant qui a suscité le révisionnisme-négationnisme. Le credo des pacifistes (radicaux) étaient que les Juifs poussaient à la guerre alors que Hitler voulait la paix. Les travaux de Michel Dreyfus et de Simon Epstein soulignent ce fait :
    http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=AJ_431_0054
    http://www.les4verites.com/histoire/simon-epstein-la-gauche-et-la-collaboration
    On peut critiquer Eric Zemmour, mais ce qu’il dit en la circonstance est vrai de A à Z. Il n’y a aucun désir de provocation, aucun :

  76. Souris donc

    Un jour, j’avais parlé de la guerre du rap. Booba vs La Fouine. Où ils se traitaient mutuellement d’Emile Louis, de sous-merde. Et de …juif. La Fouine a publié un montage photo de Booba en juif caricatural :
    http://www.meltybuzz.fr/la-fouine-montre-la-green-card-de-booba-sur-le-net-galerie-424704-1266600.html

    Il se trouve en effet que le nom d’état-civil de Booba est Elie Yaffa.
    Booba s’en défend énergiquement, et compose un rap en l’honneur de Merah
    Titre « Porsche Panamera », qu’il scande « pana mera » et dont les paroles sont sans équivoque :

    Porsche Panamera, Porsche Panamera
    Aveugle ou pas, qui vivra verra
    Porsche Panamera, Porsche Panamera
    On canarde tout pour une cause #MohamedMerah

    Un observatoire de l’antisémitisme vient de porter plainte.

    Je voulais écrire un papier sur le rap en tant que petite boutique qui ne connait pas la crise, mais je ne sais pas par quel bout le prendre. Plus je creuse, plus je découvre, plus le fond se dérobe. Par exemple la marque de prêt-à-porter de Booba et ses inscriptions gothiques

  77. Souris donc

    Le nom de la marque déjà : Ünkut. Le U-Umlaut.
    Sur votre T-shirt, satisfait ou remboursé (sic), vous pouvez avoir, pêle mêle, des symboles nazis, antifas, de la lutte pour les droits civiques, du sang qui dégouline, des squelettes, des armes, des flammes.

  78. Bibi

    Mmmm… fasci…nant.

  79. @Souris donc, ce plaidoyer d’Herbert Pagani devrait s’adapter sans problème au rap :

  80. kravi

    L’élégance d’oypsilantis l’empêchant de mettre en lien deux intéressants articles sur l’antisémitisme de la gauche issus de son [excellent] blog, je m’empresse de le faire à sa place :
    http://zakhor-online.com/?p=7418
    http://zakhor-online.com/?p=7432

  81. Souris donc

    Elégant, et érudit, c’est bien ce que j’entrevoyais.
    Quant à Herbert Pagani, sa lecture un peu scandée est proche du rap. En plus intelligent. Un autre niveau.
    (Que les juifs nous donnent d’excellents musiciens classiques suffit à mon bonheur)

  82. Bibi

    Honni soit qui boniface

  83. Bibi

    L’antisémitisme, ciment d’une France multiculturelle ? C’est implicitement le message de Dieudonné et de ses comparses…
    http://www.michelgurfinkiel.com/articles/499-Antisemitisme-Le-Mythe-du-XXIe-siecle.html

  84. L’antisémitisme est un liant, et depuis longtemps. Son histoire le montre, à gauche comme à droite. Les pires ennemis sont capables de coucher ensemble lorsqu’il s’agit de dénoncer les Juifs et Israël. L’un est en bottes, l’autre en pantoufles et le maître des cérémonies est à présent en babouches. Ce sont de ragoûtantes copulations…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :