Immigration

i1

Immigration

(Heather MacDonald, City Journal, 7 avril 2014)
Avec la récente confirmation que le contrôle de l’immigration aux États-Unis est plus ou moins interrompu, c’est le moment de se demander ce que peut devenir l’Amérique, si sa politique d’immigration – de facto et de jure – reste inchangée. La Californie offre un bon point de vue sur ce futur, car le bouleversement déclenché par les trois dernières décennies d’immigration de masse y est plus profond que nulle part ailleurs. Près d’une naissance sur deux en Californie est désormais d’origine sud-américaine, et cette population y est presque égale à la population blanche.

Les conséquences de ce changement démographique ont été profondes. Dans les années 1950 et 1960, l’État était en tête du pays en réussite scolaire. Aujourd’hui, avec une majorité hispanique chez les moins de 12 ans et la plus grande concentration des apprenants en anglais dans le pays , la Californie est au bas de l’échelle en éducation , avec des scores à peine différents de ceux des déserts économiques comme le Mississippi, l’Alabama et la Louisiane .

Plus d’un tiers des collégiens en Californie n’atteint même pas les compétences les plus élémentaires en mathématiques; 28 % sont déficients en lecture. L’écart de performance en mathématiques entre les élèves de 12 ans hispaniques et blancs n’a pas bougé depuis 1990, tandis que l’écart en lecture a diminué légèrement depuis 1998.

En 2013, le gouverneur Jerry Brown a fait passer une loi controversée qui redistribue l’argent des contribuables des écoles à succès vers ceux qui ont de fortes proportions d’ apprenants en anglais et d’ étudiants à faible revenu. Il reste à voir si cet effort récent pour combler l’écart se révélera plus efficace que les précédents. Vont à l’encontre de cette hypothèse le taux d’abandon des hispaniques en cours d’étude – le plus élevé de l’état et de la nation – et le taux de grossesse des adolescentes tout aussi inégalé.

La Californie dépense des sommes importantes chaque année pour tenter d’amener davantage d’Hispaniques à l’université – et de les y maintenir. Dans la seule année 2009, dans une initiative visant à conduire un plus grand nombre d’Hispaniques vers des programmes de quatre ans, la Californie a dépensé 100 millions de dollars en faveur des étudiants de collèges communautaires … qui ont abandonné après la première année . Le taux de réussite des étudiants latinos à  » University of California » et à  » California State University » est le plus faible de toutes les catégories d’étudiants et a légèrement diminué ces dernières années.

L’avenir économique de la Californie dépend de sa capacité à attirer et garder les meilleurs talents. Pourtant, depuis 2000, le nombre de diplômés d’université ayant quitté la Californie l’emporte sur le nombre des entrées, en partie à cause des impôts élevés nécessaires pour maintenir les services publics en faveur des résidents peu qualifiés de l’État. Les Hispaniques sont les principaux consommateurs d’aides et de services publics. Les ménages US d’origine hispanique en Californie utilisent les aides financières, les coupons alimentaires, et l’aide au logement à un taux deux fois plus élevé que les ménages non hispaniques. L’aide sociale aux immigrants est encore plus élevée . Les quatre cinquième des ménages gérés par un immigrant hispanique clandestin , et 61 % des ménages gérés par un immigrant hispanique légal, bénéficient d’au moins une aide sociale. Rien d’étonnant à ce que les Hispaniques soutiennent massivement les grands programmes gouvernementaux d’aide sociale, y compris « Obamacare », et les impôts nécessaires à ces programmes.

La grande majorité des immigrés hispaniques de Californie possède une éthique de travail admirable. Ils ont stabilisé certaines communautés locales, telles que South Central Los Angeles. Mais à cause d’un manque de sociabilité , nombre de leurs enfants et petits-enfants sont piégés dans une culture marginale. Le taux de natalité hispanique hors mariage en Californie et aux États-Unis est de 53 % – le double de ce qu’il était dans la population noire en 1965, quand Daniel Patrick Moynihan écrivait son avertissement prémonitoire sur la catastrophe de l’éclatement des familles. Le taux d’incarcération des Américains d’origine mexicaine en Californie a été multiplié par huit entre les première et deuxième générations, pour égaler le taux d’incarcération des noirs. L’implication des gangs est endémique dans les écoles de « barrio » (NDT: quartier hispanique), donnant lieu à une vaste armée, payée par les contribuables, de conseillers anti- gangs à la disposition des enfants de mères célibataires .

L’état de droit est sérieusement remis en cause en Californie. L’année dernière , le gouverneur Jerry Brown a signé une avalanche de règles augmentant les droits et protections des étrangers clandestins. Les Hispaniques ont soutenu ces lois, tandis que la majorité des Blancs s’y est opposé. Bien que l’octroi de permis de conduire et le droit à la profession d’avocat pour les étrangers clandestins aient davantage attiré l’attention, le projet de loi le plus insidieux interdit aux responsables de la prison locale de coopérer avec les autorités fédérales de l’immigration. La loi sur la sécurité des communautés du gouvernement fédéral oblige les fonctionnaires de la prison à retenir un criminel étranger en situation irrégulière lorsque le « Immigration and Customs Enforcement (ICE) l’exige, afin de donner à l’ICE la possibilité d’éventuelles procédures d’expulsion. Mais cette nouvelle loi « Trust Act » permet aux autorités de la prison locale de refuser les demandes de l’ICE pour presque tous les criminels les plus odieux. Le vol des plantes de votre jardin, le vol à l’étalage, le vandalisme par graffiti, le trafic de drogue, la conduite en état d’ivresse, doit être jalousement protégé de l’ICE et leurs auteurs autorisés à retourner à la «communauté » sans aucun souci quant à une éventuelle expulsion (La Californie, apparemment, n’a pas déjà assez de criminels).

En 2010 , les défenseurs de l’immigration clandestine ont bruyamment protesté contre la loi SB 1070 sur l’immigration récemment adoptée en Arizona. Cette loi attestait le droit pour la police locale d’enquêter sur le statut d’immigration d’un suspect si elle avait des raisons de croire que le suspect était un clandestin. L’administration Obama a considéré SB 1070 comme une violation inconstitutionnelle de l’autorité du gouvernement fédéral en matière d’immigration et a bloqué la loi devant les tribunaux. Mais maintenant que la Californie a entrepris une véritable agression contre l’autorité fédérale de l’immigration, les partisans sont en liesse et l’administration Obama prend le contre-pied.
Finalement, il y a la politique. La prise en main de l’État par les Démocrates semble irrésistible. La politique californienne va probablement devenir encore plus redistributive si les Latinos ne commencent pas à faire des progrès économiques et éducatifs plus rapides, prédit Larry Gerston, politologue à la « California State University », San Jose. Il est possible d’espérer de tels progrès, étant donnée la forte éthique de travail Hispanique. Pour le moment, en tout cas, l’État a de bonnes raisons de déplacer la politique d’immigration du pays vers les étrangers éduqués et hautement qualifiés, qui ne seront pas un drain fiscal pour des contribuables déjà surchargés.

Heather Mac Donald est « Thomas W. Smith Fellow at the Manhattan l’Institute » et «  contributing editor of the Manhattan Institute’s City Journal. »

Traduction pour Antidoxe: Impat.

 

103 Commentaires

  1. Bien sûr il s’agit de la Californie, mais…
    Et toute ressemblance avec une nation différente serait naturellement fortuite…

  2. Yaakov Rotil

    Il ne faut pas stigmatiser, c’est vilain…

  3. roturier

    Ayant l’impression que la première phrase se contredisait, j’ai accédé au texte d’origine:
    http://www.breitbart.com/Breitbart-California/2014/04/07/California-A-View-of-America-s-Immigration-Future

    Cela n’a pas raté; le début du texte dit: « Vu la confirmation récente que L’APPLICATION DES LOIS concernant l’immigration à l’intérieur du pays est quasiment vidée de sa substance ».
    Ce n’est donc pas l’immigration qui est interrompue, mais la répression de l’immigration illégale.

    (« With the recent confirmation that immigration enforcement in the country’s interior is all but eviscerated »).

  4. Yaakov Rotil

    roturier, je vous fais confiance sur ce point là, mais sur le fond… Ce qui se passe en Californie est exactement ce que nous décrit Guy Millière, c’est-à-dire la transformation de citoyens en redevables et bénéficiaires de l’Etat providence. C’est la fin programmée du rêve américain… Et de bien d’autres choses.

  5. Yaakov Rotil, depuis que les États-providence existent, il y forcément des redevables et des bénéficiaires, rien d’anormal à cela. Là où l’exemple californien est instructif, et à méditer, c’est dans les proportions atteintes. En gros, la moitié de la population uniquement redevable, la moitié uniquement bénéficiaire.

  6. Yaakov Rotil

    Je vous invite aussi à regarder le virage israélien… Bien amicalement.

  7. Yaakov Rotil,… « le virage israélien »…
    C’est à dire ? (bien amicalement aussi à vous, merci)

  8. Roturier: oui, OK.

  9. Yaakov Rotil

    Je vous répondrai demain soir ou dimanche matin…

  10. Bibi

    Ç’eut été davantage éclairant en comparant la Californie et la Floride.
    Aucune comparaison avec une République européenne, et encore moins avec une démocratie asiatique, n’est valable.

  11. roturier

    Trop dit ou pas assez. Expliquez. Les différences? (Vues par vous, s’entend).

  12. QuadPater

    des redevables et des bénéficiaires

    Ça me fait penser à mon résumé à moi des « Clochards Célestes » de Kerouac : pour permettre à de gentils vagabonds vaguement bouddhistes de voyager à l’oeil dans des wagons de marchandises, il faut bien qu’existent de méchantes gens qui fabriquent et fassent rouler des wagons de marchandises.
    —————–
    À propos de trains, vous savez sans doute qu’en France la personne qui n’a pas composté est conviée à régulariser spontanément sa situation auprès d’un contrôleur avant qu’il ne passe systématiquement dans les voitures pour vérifier les billets.
    Tant qu’elle n’a pas de titre de transport, elle n’a aucun « droit ». Ni à un siège, ni à se faire rembourser en cas de retard, par exemple.
    Or on peut monter clandestinement dans le train France et bénéficier d’aides diverses (financières, associations…), on peut mettre ses gamins à l’école, se faire soigner gratis ses caries, se déplacer gratis dans certaines villes.
    C’est illégitime et injustifiable.

  13. Souris donc

    Mettre ses gamins à l’école, le Graal. On devient intouchable. On est sûr d’avoir toutes les associations stipendiées, qui braillent, accrochent les calicots, culpabilisent le cochon de payant s’il s’avise de faire ouf, fournissent des kits pour aller aux divers guichets soutirer toutes les aides possibles et imaginables.
    Cf Léonarda.

    + 51 % de régularisations en 2013.
    Sempiternel argument gauchiote :
    « Normal, ils travaillent et paient leurs impôts ».
    Or la loi interdit de faire travailler des clandestins.
    Ne faudrait-il pas condamner ces employeurs délictueux, ainsi que les fonctionnaires du fisc, qui se rendent complice de trafic d’êtres humains ?

    La régularisation, l’appel d’air, c’est l’idéologie Terra Nova. Sauf que voilà que les immigrés se mettent à voter FN (gender dans les écoles, affaire Dieudonné).
    Les pauvres gauchiotes vont encore devoir changer de peuple.

  14. Bibi

    Essayez de faire votre prof avec d’autres.
    Pour du verbiage voir Evita Illouzionnista.

  15. QuadPater

    Vu sur dreuz.info : on nous explique ici que l’immigration des Africains vers l’Europe est négligeable.

  16. C’est un hors sujet, scusez m’sieurs dames, mais quelqu’un regarde-t-il http://www.24hjerusalem.tv/ et l’émission non-stop correspondante sur Arte ? Quelqu’un voudrait-il faire un article ? Mai ch’peux pas trop de TAF.

  17. Yaakov Rotil

    Je n’ai pas accès à ce programme « depuis ma zone géographique »…

  18. Yaakov Rotil

    « Erreur
    Cette vidéo n’est pas disponible dans votre pays. »

    Sorry!

  19. Par contre, je ne crois pas qu’il y ait des restrictions sur http://www.24hjerusalem.tv/

  20. Loiseaubleu

    24 heures à Jérusalem. On ne peut pas juger de la qualité ou de la fiabilité de cette émission marathon de l’extérieur. Il,faut vivre à Jerusalem pour faire une critique raisonnée.
    Échaudé par des émissions précédentes je me méfie lorsque Arte, France2 ou France3 nous présentent un programme traitant d’Israël. Un œil sur la Planète fut le paradigme de la désinformation . Et hier soir l’émission diffusée par France3  » La France face à Israël  » n’a pas démenti mes inquiétudes. Les intervenants Alain Gresh,, Challognaud , Henry Laurens , Zeev Sternhell, Vedrine égaux à eux mêmes. Shimon Peres pour la caution morale et Moshe Dayan pour le pittoresque ne suffirent pas à rétablir un équilibre bancal dès le début de l’émission.
    J’ai eteint très rapidement.

  21. Yaakov Rotil

    Pareil:

    « Désolé
    Ce programme n’est pas disponible
    dans votre zone géographique »

    Tantôt, ce n’est pas disponible dans mon pays, tantôt dans ma « zone géographique »…

    Tant pis, je retourne au bouquin de Yoram Hazony, capital pour comprendre les origines de nos problèmes actuels…

    Je ne dis pas « merci » à Buber, Arendt, et une foultitude qui ont bien failli faire capoter le projet qui est aujourd’hui mon pays.

    Bonne soirée à tous!

  22. Bibi

    C’est quoi cette chaine?
    Quel lien/relation avec ARTE?

  23. Bibi

    Ça y est, j’ai à peu près compris.
    Curieux qu’ils aient choisi samedi – et pas n’importe lequel, celui précédant la Pâque juive – pour passer ces 24h. Et en effet, c’est un peu court pour comprendre.

  24. Hello, j’ai trouvé ce que j’ai pu voir pas trop mal en regard de ce qui est servi habituellement. 24h c’est peut-être un peu court mais au regard d’une émission de télévision et en direct c’est proprement énorme, il n’y a pas d’équivalent à ma connaissance. Il y avait, entre autres, parmi les gens suivis, un couple : un architecte palestinien et une Allemande, et contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre les propos n’étaient pas vraiment tendres pour les Palestiniens. J’ai aussi regardé un passage sur un mariage Palestinin d’une tristesse à mourir : les hommes dansant seuls un jour, les femmes le lendemain ; il faut leur envoyer notre chère Najat Vallaud-Belkacem dare-dare, pour instiller un peu de théorie du genre. Une vielle dame survivante d’Auschwitz racontait sa vie et comment elle avait vécu la libération, une jeune femme racontait sa peur des bus à la suite d’un attentat dont elle a réchappé miraculeusement, comment son jeune fils lui a permis de surmonter cette peur, un boulanger et son fils parlait de leur vie, un Juif éthiopien de sa synagogue. Il y avait quelqes poncifs bien sûr, mais franchement j’ai été étonné et j’ai regardé plus longtemps que je ne le pensais, j’aurais pu, je crois, tout regarder en fait. Pour une fois le propos n’était pas frontalement anti-isrélien, peut-être suis-je tombé sur les seuls passages acceptables.

  25. Cher Oiseau, je ne suis pas d’accord avec vous, même de l’intérieur vous n’auriez jamais eu l’occasion de rencontrer les gens qui ont été suivis là.

  26. Souris donc

    J’ai regardé une heure, de 10 h à 11 h. C’est le concept de l’Auberge Espagnole, on filme des tranches de vie quotidienne, il y avait l’architecte marié à une consoeur allemande, les étudiants, le peintre qui avait vécu en Guadeloupe, la sage-femme travaillant dans cet hopital privé qui reçoit les malades sans distinction, j’en oublie, et cette extraordinaire grand’mère, analysant les choses d’une façon assez détachée, en faisant son repassage, et ce qu’elle raconte d’Auschwitz à 17 ans, est atroce.
    Comme le Zozio, je n’ai pas une grande estime pour les télévisions et radios de service publique noyautées par la propagande gauchiote qui roupille sur sa bonne conscience depuis des décennies.
    Mais là, je n’ai pas vu de propagande, ou alors, elle est insidieuse. J’ai cru comprendre que le fil conducteur était : d’où viennent les Israéliens et quelles sont les raisons qui les ont poussés à quitter leur pays d’origine et à rester en Israël. J’ai trouvé intéressant qu’ils aient montré les jeunes générations et leurs motivations.

  27. Souris donc

    On a eu la même impression, Skarda.
    Et ce couple d’universitaires, le père, un Français professeur de géopolitique, ses filles ne voient en lui que l’opportunité de lui donner à garder les drôles, en leur apprenant le français, et en étant moins regardant que les crèches sur les heures auxquelles on doit venir récupérer les drôles. Et qu’il se garde sa géopolitique universitaire.
    Et l’Allemande qui renonce à son rêve de passer l’été en Bavière et l’hiver en Israêl, car les enfants sont enracinés et n’ont aucune envie de quitter Israël, même l’été.

  28. Yaakov Rotil

    Plusieurs des commentaires précédents me donnent le plaisir renouvelé de constater qu’Israël n’a pas que des ennemis – je le savais déjà, mais cela est toujours agréable à constater…

    Je suis en train de dévorer ce pavé dont j’ai déjà dit quelques mots, et je vous en recommande à nouveau la lecture.

    Particulièrement pour ceux qui ont une haute opinion, par exemple, de Martin Buber, d’Hannah Arendt, ou de « shalom AHchav »…

    Il est vraiment très éclairant sur les origines d’un mouvement antisioniste et pacifiste dont on voit aujourd’hui les conséquences désastreuses pour l’image d’Israël.

    Yoram Hazony, L’Etat juif
    (Sionisme, postsionisme et destins d’Israël)
    Editions de l’éclat.
    http://www.lyber-eclat.net

    400 pages de texte + 72 pages de notes…

    Bon dimanche à tous!

  29. Cher Skardanelli, je n’ai regardé que pendant une quarantaine de minutes. J’ai dû tomber sur des sujets inintéressants. Ce qui ajouté a ma paranoïa, pourrait expliquer mon post. Mon frère qui vit à Jérusalem, et fervent défenseur d’une solution pacifique au conflit, a suivi l’émission sur le web. Je joins sa réaction:
    écrit sur facebook donc limité

    il faut feliciter ARTE d avoir consacre 24h a la ville,nombril du monde JERUSALEM.
    je n ai pas tout vu ,par contre j ai entendu
    1-comme certains journaleux ,il parle de l esplanade des mosquees ,alors qu historiquement tout le monde sait qu il n y a qu une seule mosquee,celle d el aksa
    2- on a oublie de dire que le marbre de l interieur d el aksa a ete offert par..le fachiste mussolini.
    3-l onu a cree apres chaque conflit ds le monde des organismes de refugies le seul qui existe depuis ,..64 ans est l’ UNRWA…on se demande pourquoi…
    je vais tenter de suivre le reste de l emission.

    -Je persiste et je signe je felicite ARTE d avoir consacre a la ville nombril du monde JERUSALEM
    Toutefois je constate
    1-il est difficile d imaginer que le journaliste ne sache pas compter lorsqu’ il parle de 4 confessions chretiennes,alors qu il y en a plus d une vingtaine
    2-la palestienne peut elle parler de sheikh jarrah,sans rappeler qu il y a plus de 20 ans Teddy Kollek ( premier maire de Jérusalem après 1967 ) a fait de sheikh jarrah l’hopital de jour le plus performant du moyen orient.
    3-peut-on montrer le camp de refugies de chouaffate,avec ces milliers drapeaux de l organisation terroriste du hamas et qq malheureux drapeaux de l autorite palestienne ..au vu des millions de telespectateurs ss que cela interpelle le journaliste.

    Mais je reconnais que si des millions de téléspectateurs ont pu se rendre compte qu’il n’y a pas de check- points à chaque coin de rue, c’est déjà un progrès.

  30. L’Oiseau, je crois que votre frère a raison, bien sûr tout n’allait pas dans le sens espéré, mais pour une fois 24h durant c’est une image positive d’Israël qui a été diffusée, pourtant je m’attendais au pire, vraiment, je trouve qe c’est un signe encourageant.

  31. Hello Souris, je n’ai donc pas rêvé ! Cela a ravivé chez moi le désir de visiter Jérusalem.

  32. Bibi

    Excellente décision!

  33. Bibi

    À propos de Cheih Jarrah/Chimon HaTzaddik (le nom ancien du quartier), est-ce qu’ils ont montré la « colonie allemande »? Ont-ils évoqué les allemandes qui s’y étaient installés et pourquoi ils ont été déportés? Et quid des 2 hôtels du Mufti al-Husseini (dont un à Cheih Jarrah) et leurs histoires?
    Ont-ils montré la maison Dajani à côté de l’Église du Saint-Sépulcre?

  34. Yaakov Rotil

    Entre nous, Cher Bibi, tu soulèves-là des questions dont je n’ai pas entendu perler encore, malgré que je me documente avec assiduité sur mon pays retrouvé.

    Penses-tu donc que ces choses-là auraient intéressé le public d’Arte?

    D’un autre côté, ces choses-là sont d’un grand intérêt, et je lance un appel à Hannah pour qu’elle nous donne quelques références à leur sujet…

    Hag pessaH saméaH lékoulam!

  35. La colonie allemande ou moshava guermanit est un quartier de Jerusalem (il y a aussi le même à Haifa et Tiberiade) peuplé à la fin du 19 ème siècle par des protestants allemands qui venaient là pour être au plus près quand leur Messie reviendrait. Rien de mal à ça, sauf que dès les années 30, ils ont adhéré aux idées nazies et se sont mis à attaquer les Juifs dans les rues de Jerusalem. Ça ne faisait ni chaud ni froid aux Anglais mais quand ils s’en sont pris aux soldats anglais, le gouvernement britannique les a renvoyés dans leur mère patrie. on ne peut pas parler de déportation!
    C’est vrai que le quartier de ce que la bien-pensance continue à appeler le quartier palestinien de Sheikh Jarra, s’appelait autrefois le quartier de Shimon le Juste (ou Shimon Hatsadik).Il avait été fondé en 1876 par des Juifs comme le quartier adjacent Nahalat Shimon. Au moment de la partition de la ville par décision de l’ONU, les deux quartiers se retrouvèrent en Jordanie.
    Je vous renvoie à mon article: http://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2014/03/02/nous-les-yerushalmim/ mais vous avez l’air de connaitre la ville aussi bien que moi sinon mieux. Amicalement
    Hanna

  36. Me voici à nouveau après avoir fini de préparer le ‘Harosset.
    Le plus connu des deux hôtels est le Waldorf Astoria qui ouvre cette semaine. J’irai y prendre un café ou du moins un verre d’eau selon les prix!
    http://fr.timesofisrael.com/des-espions-juifs-mirent-sur-ecoute-lhotel-du-grand-mufti/
    http://elderofziyon.blogspot.co.il/2014/04/palestinian-lie-of-day-waldorf-astoria.html#.U0qdjvmSx8E
    Celui de Sheikh Jarrah, s’appelle le Shepherd Hotel
    Les deux ont été confisqués en 1937 par les Anglais lorsqu’ils exilèrent le grand Mufti qui fricotait un peu trop avec les Nazis.
    J’avoue ne pas avoir lu le roman « La maison Dajani » et ne pas en avoir grande envie vu le commentaire plus qu’élogieux qu’en a fait Shimon Peres.
    Pessah Sameah ou Bonnes fêtes de Pâques
    Hanna

  37. Bibi

    En effet, Hannah.

    C’étaient d’ailleurs pour la plupart des templiers, et n’oubliez pas Sarona à Tel-Aviv. La plupart ont adhéré au parti Nazi, durant qq années il y avaient des Swastikas dans ces villes, ainsi que des Hitler-Jugend, et l’adhésion des arabes était souhaitée et approuvée. Ils ont bel et bien été déportés par les britanniques, pas qu’en Allemagne mais jusqu’en Australie, ils étaient là, pour certains, depuis 3-4 générations…
    L’hôtel Shepherd faisait parti d’un complexe d’al-Husseini, loué notamment par George et Kate Antonius (qui avait bcp d’admiration pour le Mufti). Durant la guerre d’Indépendance, l’attaque barbare sur le convoi d’infirmiers, médecins, et blessés/femmes qui devaient accoucher à l’hôpital Hadassah sur le Mt. Scopus, a eu lieu juste devant.

    Bon, alors vous êtes dans les temps pour le Seder?
    (Moi, j’effectue ma tournée…)

  38. Bibi

    Ce n’est pas le roman, c’est l’histoire du clan Dajani. La branche de Jaffa avait construit, entre autres, un hôpital.

  39. roturier

    Ce billet est consacré à « l’immigration » avec un texte américain comme levier.

    Mais, naturellement, à la faveur de l’émission d’Arte sur Jérusalem, le débat dévie sur un hors sujet (habituel en ces lieux): Israël et particulièrement Jérusalem.

    Le hors sujet étant déjà là, et des textes divers ayant été recommandés ci-dessus à la lecture, comment ne pas mentionner Amos Oz ; et particulièrement son « histoire d’amour et de ténèbres ».
    Gros pavé certes et pas à l’abri de qq longueurs et répétitions. Mais un regard extérieur ne comprendrait rien à ce pays et à cette ville sans l’avoir lu. Traduit en Français évidemment.

    Oz est nobélisable ; certes pour l’ensemble de son œuvre ; mais surtout ce livre.

  40. Yaakov Rotil

    Et John Kerry, on le nobélise aussi, pour le fun et les efforts qu’il a faits depuis quelques mois?

    Je ne pense pas que je lirai Amos Oz. Non par fermeture d’esprit, mais parce que je ne suis pas masochiste. Or, les idées que défend Oz sont tellement opposées aux miennes que je vais sans doute bouillir à chacune de ses pages.

    C’est un peu – et je pense en pire, comme pour Finkie, dont tant de juifs applaudisse l’élection à l’académie sur facebook et qui ne l’on pas entendu déclarer récemment lors de son émission Répliques qu’il estime « légitime de soulever la légitimité de l’Etat d’Israël »… Cela m’a scié, cela m’a choqué, cela m’a déplu, et l’estime que j’avais pour lui en a grandement pâti.

  41. Yaakov Rotil

    Hors sujet, pour « la soute »: ne serait-il pas possible qu’un commentateur ai la possibilité de corriger son texte après relecture?

    J’ai honte des fautes d’orthographe que j’ai faites et prie tout un chacun de me pardonner…

  42. Bibi

    Ha-ha-ha, la provoc’ qui ne loupe pas.
    Amos écrit merveilleusement bien en hébreu (je n’ose pas le lire traduit), qu’importe le Nobel. Il y a aussi « La fiancée vendue » de Bouli Yéhoshoua qui se passe à Jérusalem.

    Ceci étant dit, le H.S. portait sur Jérusalem, pas sur la littérature.

  43. Bibi

    Tiens bon jusqu’à Kippour! 😉

  44. Bibi

    Pour revenir au sujet, les US est un état d’immigration. Comme le faisait souligner Christopher Caldwell, la société américaine a changé à plus d’une reprise à la suite de vagues d’immigration. C’est aussi le cas israélien, et là s’arrête la similitude. On ne vient pas pour les mêmes motifs et on n’accueille pas les nouveaux venus de la même manière, et pour cause: on n’immigre pas en Israël, on y revient. C’est très différent p/r à une immigration, et de la part des arrivants et de celle des accueillants.
    Pour un regard ironique:

    L’Europe a vu aussi des flux migratoires, mais on ne peut la définir comme terre de migration/d’immigration que dans un sens plus étroit. C’est plutôt intra-continental (hormis des départs pas-très-massifs, notamment vers « le nouveau monde »).

  45. Yaakov Rotil

    Là s’arrête en effet la similitude, dans la mesure où, ici, je me sens proche des francophones parce que le Français et toute la culture qu’il véhicule sont une part de moi-même, mais je me sens proche aussi des juifs d’Ethiopie ou de Russie, pour une autre raison…

    Ici, ce soir, tout le monde s’est acharné au nettoyage de PessaH, et tout le pays va vivre cette fête en même temps, c’est une impression, un sentiment palpable et… Eh bien j’aime!

  46. Souris donc

    Les clandestins par milliers à l’assaut de Melilla.
    http://www.lefigaro.fr/international/2014/03/14/01003-20140314ARTFIG00295-melilla-une-entree-sur-l-europe.php
    Par milliers aussi, avec la bénédiction de Sa Sainteté Gaucho de la Pampa, et une nouvelle stratégie : embarquer sur de gros bateaux qui les larguent dans les eaux territoriales italiennes sur de petites embarcations, où ils sont secourus. Puis de là direction la France, où les aides sociales sont les plus juteuses.
    Ils sont 600 000 prêts à embarquer en Libye. Et c’est Libé qui le dit :
    http://www.liberation.fr/monde/2014/04/09/en-48-heures-4-000-migrants-secourus-en-mediterranee_994330?xtor=rss-450

    On nous traite de racistes, fermez le ban. Et vos gueules.
    Individuellement, l’immigration se comprend (aides sociales supérieures au salaire d’un chef de service dans un ministère africain). Catastrophe humanitaire et économique à l’échelle collective.
    Quand nos dirigeants vont-ils ouvrir les yeux ? Non, ils continuent à subventionner les associations antiracistes.

  47. Bibi

    C’est en Syrie qu’on meurt littéralement de faim (et de bombes, et de gazage). Mais Un million d’Euros du contribuable français vont aux…
    http://www.consulfrance-jerusalem.org/La-France-accorde-1-million-d

  48. L’Europe n’a ni la capacité, ni la volonté de prendre ce problème à bras le corps.

  49. Bibi

    C’est vrai que la puissance mandataire de la Syrie et du Liban n’a pas laissé de très bons souvenirs chez les mandatés. Un hôpital et de l’aide alimentaire aux rescapés et aux réfugiés auraient contribué au changement d’attitude. Mais l’ancienne puissance a ses fixettes.

  50. QuadPater

    Vous avez lu la page indiquée par Souris ?
    Si ce n’était pas aussi dramatique on pourrait évoquer un remake du « Prix du Danger ». Les concurrents sont soumis à mille difficultés pendant lesquelles ils risquent d’y passer, mais s’ils surmontent l’ultime épreuve, « le Grillage de la Mort », ils gagnent le droit d’avoir des papiers, de se faire soigner, etc…

    À quoi jouent les Espagnols à Melilla ?

    Je disais ceci il y a 7 ans :

    l’Afrique ne se résume pas à un grillage contre lequel s’entassent des gens.

    Les peuples africains doivent un jour décider de dire à la face du monde : nous avons maintenant notre libre arbitre, la colonisation c’est fini, l’esclavage c’est fini, nous avons fini de vous faire pleurer, nous nous prenons en charge, nous voulons ceci, allons faire cela..
    Ça risque de prendre du temps. En attendant foutons-leur la paix : nos larmes et notre compassion ne servent qu’à les faire atterrir toujours plus nombreux dans les ghettos de Seine St Denis.

  51. roturier

    @ Rotil 13 avril 2014 à 18:49 .
    Vous ne lirez pas Amos Oz.
    Alors que, si votre Hébreu ne vous le permet pas (j’ai cru comprendre), il est pas trop mal traduit en Français. (Naturellement, il est toujours mieux de lire la version d’origine; surtout vu la richesse de sa langue en VO).

    Eh bien, tant que vous ne l’avez pas lu, cessez de prétendre comprendre qqc au pays où vous vivez.

    Et si vous ne le lirez pas par peur de vous confronter à une vision de choses qui n’est pas la vôtre, c’est que, contrairement à votre prétention, c’est par étroitesse d’esprit et rien d’autre.

    Il n’y a pas que lui; il y’a bcp d’autres.
    Comme dit Bibi ci-dessus il y a aussi Yehoshoua; également traduit en Français. Perso je recommanderais « Voyage vers l’An Mil » qui comporte un volet historique européen et même français non dénué d’intérêt.

  52. @ Roturier
    Vous voilà bien péremptoire! Amoz Oz n’est qu’un écrivain parmi d’autres. On peut l’apprécier ou pas mais delà à dire qu’il est la clé pour comprendre ce pays…. Je l’ai lu et si j’ai trouvé A.B Yehoshua intéressant, Amos Oz m’a toujours ennuyée. Il est le maître à penser de Shalom Akhshav, un mouvement à l’opposé de ma conception des choses mais ce n’est pas la raison. Bien que ne partageant pas les idées de David Grossman, je peux être touchée par ses textes, alors que Oz me laisse indifférente.
    Cela dit, je conseille à Yaakov de lire « Une histoire d’amour et de ténèbres ». Ce livre permet de comprendre les mécanismes psychologiques qui ont conduit Amos Klausner à devenir Amos Oz.
    Hanna

  53. Yaakov Rotil

    Vu sous cet angle, c’est effectivement tentant… J’attendrai un peu, pour pouvoir le lire en Hébreu, quitte à m’aider de la traduction en Français…

  54. Bibi

    La VF du Voyage vers l’an Mil est illisible.

  55. Souris donc

    Quad,
    est-ce que les clowns complètement dépassés qui décrètent « les larmes et la compassion » croient VRAIMENT que ces pauvres hères vont payer nos retraites ? Quand dans le reportage l’un ou l’autre se targue d’un diplôme, quelle valeur, sur un marché du travail saturé, peuvent avoir des savoirs ânonnés sur des manuels obsolètes ?

  56. QuadPater

    Bien sûr qu’ils le croient, vous connaissez la puissance de conviction de l’auto-persuasion, des évaluations statistiques biaisées.
    Quand je lis « votre » article je me dis que les Marocains sont dans leur rôle (j’aimerais qu’on confronte la brutalité de leur police et la violence des clandestins, à peine survolée dans le papier) et que les Espagnols gèrent leur enclave de façon ahurissante.

  57. roturier

    @ Boker 14 avril 2014 à 07:38 .
    Vous me traitez de péremptoire, mais in fine vous ne faites que me réitérer.
    Dont ma recommandation de lire Oz. Et pour les mêmes raisons usant du même mot: comprendre.
    Dont mon « Il n’y a pas que lui; il y’a bcp d’autres ».
    Si Rotil dit « vu sous cet angle c’est effectivement tentant »: votre « angle » est le même que le mien.
    Le nationalisme russe d’un Tolstoï vous empêcherait-il de lire « guerre et paix »? J’assume la comparaison.

  58. Souris donc

    Les Espagnols gèrent. Comme les Italiens. Les trafiquants passent du stade artisanal de la petite barcasse et de la poignée d’individus se faufilant sous le grillage au stade industriel de la fourniture de masse. Ce qui génère une petite économie locale florissante, des emplois de gardiens, secrétaires, cuisiniers, infirmiers, toute une logistique providentielle abondée par les subventions européennes.

    Un clandé-business du côté du Bien, les filières des passeurs du côté du Mal. Même matière première, le trafic d’êtres humains. Les villages africains se cotisent, des sommes ahurissantes dont on se demande où ils les trouvent, et attendent le retour sur investissement. Des actionnaires autodidactes.

  59. Souris donc

    Au fin fond de la campagne, Monsieur Babacar distribue ses flyers dans les boites aux lettres. Résout tous vos problèmes. Passons sur les vertus traditionnelles concernant le désenvoûtement, la protection contre le mauvais sort, le retour du mari infidèle et l’impuissance sexuelle.
    Monsieur Babacar a aussi la solution pour le permis de conduire, l’entreprise en difficulté et la personne qui tremble. En sociologue autodidacte, Monsieur Babacar repère les maux de notre société et propose des remédiations. Aussi inefficace que nos bac + 15 des sociétés d’études de marché.

  60. roturier

    Vos origines fonctionnaires, Liebchen, remontent à la surface au détour d’une phrase.
    Croyez-vous que les sociétés d’étude de marché ne sont pas efficaces? (Bac + 15 hors sujet).
    Travaillant pour des entreprises, une inefficacité les condamnerait dare-dare. La VRAIE économie ne pardonne pas l’inefficacité.
    En revanche, les instituts de sondages, dont les clients paient rarement de leur poche (plutôt de la vôtre), eux, peuvent être à côté de la plaque et continuer impunément à postillonner dans tous les micros.
    Ne pas confondre.

  61. Souris donc

    Juste une blague, Roturier, avec une (lourde) allusion à la florissante économie informelle de nos cités qui s’insinue partout.

  62. roturier

    Mille excuses, Liebchen 21:18, mais ne faites pas de propagande; pas avec moi en tous cas.

    L’économie informelle est un sport national français de longue date (depuis toujours?).
    La montagne de milliards entassée dans des (plus ou moins) paradis fiscaux n’est pas du fait des « cités ».

    Cahuzac est on-ne-peut-plus-français-de-souche. Et comparé à d’autres il est loin d’être le champion de la chose. Il ne doit sa notoriété qu’au fait d’avoir été assez maladroit pour devenir, toujours assis sur le magot, ministre du budget et donc l’objet de curiosité des folliculaires.
    Comme quoi on peut être très intelligent et très stupide.

    Combien sont-ils, plus-souchien-tu-meurs, à rester cachés et heureux, ministres de rien ?

    And the Oscar goes to les grandes entreprises aux ramifications internationales qui, de ce fait, peuvent faire du « off-shore » LEGALEMENT; optimisation fiscale, ça s’appelle.
    Et pourquoi ne le feraient-ils pas vu que garder l’argent en France est, dans les conditions actuelles, d’une stupidité sans bornes?

    En France les pauvres immigrent, l’argent (et le talent et l’énergie et le savoir-faire) émigrent.

    Connaissez-vous la Loi économique de Carmen? « L’argent est un oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser; et c’est bien en vain qu’on l’appelle s’il lui convient de refuser ».

    Les « cités » ont bon dos.

  63. Bibi

    Je recommande l’article de John Vinocur paru dans le WSJ d’hier.
    Le titre commence par « France ».

  64. roturier

    S’agit-il de ça?
    http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702303663604579501091034167048

    D’ailleurs, ça, n’est pas mal non plus: (du 25/12/13).
    http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304020704579276623867074990

    Y’a intérêt à prendre le Wall St. Journal au sérieux.
    Pas forcément le cas d’autres canards dont certains nous gavent ici.

  65. Bibi

    Oui, c’est bien l’article.
    J’appréciais Vinocur encore au temps où il écrivait au Herald Tribune.

    H.S. Que pensez-vous de la dernière livraison de l’Éva?

  66. roturier

    Eva? Quésaco? J’ignore.

  67. roturier

    Cf. Éva:

    J’imagine que « la dernière livraison » c’est ça ; (peux pas lire n’étant pas abooné) : http://www.haaretz.com/news/features/.premium-1.572880

    En revanche, j’accède à ça sans pb : http://www.haaretz.co.il/magazine/the-edge/.premium-1.2236126
    Qqc me dit que la VO est en Français. C’est peut-être celle-ci que vous avez lu ; voire ses commentaires.

    Je serais trop gêné à en parler ici vu que pour la plupart des participants c’est de l’Hébreu…Et pour cause… Effectivement HS et d’importance secondaire. Evitons les apartés, c’est malpoli et n’inspire rien de bon.

    Brièvement : elle est dans l’excès délirant et tout ce qui excessif est insignifiant. Cela ne date pas d’hier ; elle a dû ingurgiter les œuvres complètes de Chomsky.

    MAIS comme dirait l’autre, je suis en désaccord avec elle et je me battrais pour qu’elle puisse s’exprimer.

    Et ceci pour des raisons pratiques et non morales. L’efficacité d’une gouvernance dépend de l’existence d’une presse libre, pluraliste et critique en contrepoids. « Checks and balances », disent-ils outre-Atlantique (et outre-Manche d’ailleurs).

    Si j’ignorais qui était « Eva » c’est que je lui accorde peu d’importance. Encore une voix qui vocifère parmi d’autres. La combattre c’est accéder à ses désirs.

  68. Bibi

    Non, ce n’est pas l’esclavage – qui est de saison – qui fait l’objet de la « permission de critiquer Israël ».
    Ou, de manière plus générale, la critique des siens – son groupe d’appartenance – tout en s’en dissociant. Au delà du cas particulier de cette sushiologue engagée (qui n’a pas du tout l’air de s’inspirer de Noam), et dans le contexte de l’article, on peut discuter de comparaisons plus ou moins douteuses, et d’analogies plus ou moins tirées par les cheveux.
    Par ailleurs, pjolibert se joindrait volontiers à une discussion impliquant Hannah’le 🙂

    Il y a lieu cependant de lire les articles de la source que vous recommandez.

  69. kravi

    Pour continuer sur le HS concernanat Jérusalem : je n’ai pas voulu regarder l’émission, connaissant l’amour immodéré de la chaine pour les Juifs morts et son aversion pour les Juifs en uniforme de Tsahal, mais j’ai trouvé ceci.
    Un écrivain est bon ou pas, quelles que soient ses opinions politiques.

  70. Yaakov Rotil

    Un écrivain est bon ou pas, quelles que soient ses opinions politiques.

    Sans doute, mais je pense que je mourrai avant d’avoir lu Céline, par exemple… C’est peut-être un mauvais choix, ou un blocage, mais c’est ainsi…

  71. Souris donc

    Oui, il faut séparer le bonhomme de l’auteur.
    Sans quoi ne reste plus que la littérature bienpensante bienpropre sur elle. Forcément pesante et didactique. Un roman policier qui s’appellerait, au hasard, Le Bloc, c’est tellement téléphoné qu’on est fatigué d’avance.
    Si on doit éliminer de nos lectures tous les scélérats, les malpensants et les déviants, on arrive à Hitler et Fahrenheit. Censure. Autodafé. Révolution Culturelle.
    Et à la fin, ne reste plus que le traité de propagande, petit livre rouge ou vert.
    Merci bien. Mais chacun son trip. On peut avoir un blocage. Moi, je bloque sur la fiction française, à force d’être toujours déçue. Tout au plus Dugain et Rufin.

  72. Souris donc

    Pour en revenir au sujet
    « La France se distingue toujours des autres pays occidentaux par une grande majorité de migrations répondant à des motifs familiaux (mariage, enfants, regroupement familial) avec 94.457 titres délivrés à ce titre l’an dernier (+8,4% par rapport à 2012). »
    9.400 parents d’enfants scolarisés.

    http://www.afp.com/fr/node/2274465

  73. Bibi

    Pour ma part, je crois qu’il est très difficile de séparer l’écrivain ou l’artiste ou le philosophe de l’homme. Le message que l’auteur véhicule à travers son œuvre ne m’a pas l’air séparable de l’être qui l’engendre.
    Lire Untel n’implique pas adhérer aux idées qu’il avance. C’est en prendre connaissance.

  74. kravi

    Pour en revenir au sujet :
     » Il est possible d’espérer de tels progrès, étant donnée la forte éthique de travail Hispanique « . C’était aussi le cas avec les immigrés du Maghreb dans les années 60, ainsi que les vagues d’immigration précédentes.
    Les motivations ne sont plus seulement de trouver un travail hors les zones de misère : il s’agit de trouver le système le plus favorable possible (regroupement familial, accommodements au communautarisme, voire dans certains cas escroqueries en profitant des failles du système ou de la complicité passive des bien-pensants). Ce qui, reconnaissons-le, est bien tentant.

  75. roturier

    @Kravi

    Le lien que vous recommandez 09 :38 http://www.europe-israel.org/2014/04/arte-ou-24-heures-dantisemitisme/ prétend rendre compte de l’émission d’Arte sur Jérusalem et s’intitule, excusez du peu, « 24 heures d’antisémitisme ».

    Je vous invite à (re)lire l’échange assez étoffé à ce sujet ci-dessus à partir du comm de Tibor 12 avril 2014 à 19:20 et suivants.
    La contradiction entre la tonalité mesurée (voire favorable) des commentaires des participants ci-présents ayant vu l’émission, au moins partiellement, (perso je me suis abstenu de tout commentaire) et la véhémence vociférante du texte recommandé par vous, et surtout de son titre, est riche d’enseignements.

    Le problème principal étant que cette presse poubelle à base d’intox crie au loup non-stop. Avec les conséquences habituelles dans ce cas : perte totale de crédibilité.

    Si ça ne vous suffit pas, je vous recommande cet article de la même crémerie: http://www.europe-israel.org/2014/03/antisemitisme-nouvelle-agression-antisemite-particulierement-violente-a-paris-le-20-mars/

    Regardez BIEN ATTENTIVEMENT la photo et dites :
    • A-t-elle un lien quelconque avec le texte ?
    • Y’a-t-il un doute quelconque que cette photo n’est pas « in situ » mais est une mise en scène ?

    Vous vous laissez bourrer le crâne avec une facilité déconcertante ; vu votre métier vous devriez être moins crédule.

  76. Bibi

    Pourquoi tant d’agressivité?

  77. roturier

    Car nous sommes tous, Bibi 18:10 , ce n’est pas à vous que je l’enseignerai, garants les uns des autres.
    Et si il se laisse intoxiquer des miens, pour la même raison, le seraient à leur tour ; in fine, moi aussi.
    Effectivement, qu’il le soit tout seul, intoxiqué, lui et pas mal d’autres qui gobent tout, qu’en aurais-je à faire ? Mais hélas il y a la contagion.
    Il faut dénoncer cette presse. Si vous voulez tenez absolument à lire une presse judéo-francophone sur le web, lisez plutôt « Tribune Juive ». Loin d’être à l’abri de tout reproche, c’est encore le moins atteint.

  78. Bibi

    Je vous ai déjà prié de bien vouloir vous défaire du rôle de prof à mon égard. Je lis ce que je veux, quand je le veux, et je n’éprouve pas le besoin de vos directives.
    Il y a une différence entre la critique d’un journal/livre/article et la « descente » du lecteur-posteur de la lecture.

  79. roturier

    Mais, certes, Bibi.
    Vous lisez ce que vous voulez.
    Et moi je dis ce que j’en pense.

  80. kravi

    Roturier, c’est votre droit de trouver que les médias français en général et Arte en particulier ont une approche mesurée du conflit israélo-arabe. Vous avez le droit de penser que les journaux pro-israéliens intoxiquent les pauvres imbéciles crédules que nous sommes.
    Je constate que vous critiquez mes liens de façon systématique, ce dont je n’ai cure mais qui ne laisse pas de m’interroger sur vos motivations.
    Votre perpétuelle suffisance — ah, que vous êtes malin, sage et sagace ! — a eu raison de mes quelques tentatives d’équanimité. Comme je ne veux polémiquer en pure perte, apprenez que je ne m’adresserai plus à vous.
    N’en concluez surtout pas que vous m’avez convaincu de la justesse de vos positions. S’aveugler face à un danger, refuser d’entendre des menaces ou se taire devant des ignominies est une attitude à mes yeux… irresponsable. Pour rester poli.

  81. Bibi

    En essayant de cibler la lecture ou l’auteur plutôt que celui qui le poste et dont vous ne savez rien.
    Merci d’avance.

  82. Souris donc

    L’économie informelle est un sport national français de longue date (depuis toujours?).
    La montagne de milliards entassée dans des (plus ou moins) paradis fiscaux n’est pas du fait des « cités ».

    Roturier 11:12

    Bien sûr que les Cahuzac s’entourent de conseillers fiscaux qui leur permettent de s’affranchir des lois, du code du travail et des impôts. Ils ne nous pourrissent la vie qu’indirectement, en incitant les socialopes à faire les poches aux classes moyennes pour financer l’Etat-providence et l’open-bar des aides sociales.

    Mais ce qui nous pourrit la vie directement :
    Le cambriolage
    Le découpage de pots catalytiques
    Le désossage des voies ferrées
    La mendicité agressive
    Le vol d’identité
    Le déménagement d’engins de chantier et agricoles
    Le racket
    Le trafic de stupéfiants
    Les armes dans les caves

    Comme Cahuzac, pas d’impôts.
    A part qu’elle ne tolère pas d’Etat même sous forme de SAMU, cette économie n’est pas si informelle, elle est très structurée, avec une hiérarchie du caïd aux guetteurs, des débouchés, un marché, des investissements.

    Le juge Gilbert Thiel vient de publier « Mafias ». Fayard
    Un synthèse du crime organisé, de Cahuzac aux cités, avec la bénédiction de nos bisounours en tous genres.

  83. Bibi

    Souris,
    Y-a de l’espoir. Surtout avec une reprise économique.
    Mon étude non-statistique des caissiers/caissières des supérettes citadines à Paris et à Tel-Aviv, sur qq années (pas bcp), montre l’adaptation de personnes aux mœurs étrangères aux normes locales. La société de consommation (où le client est roi) n’a pas que des défauts.

  84. roturier

    Kravi ne m’adressera plus la parole.
    Cela me rajeunit; depuis la cour de récrée, jamais entendu…ne date pas d’hier.

    N’empêche. Quel choc.

    Et maintenant
    que vais-je faire
    de tout ce temps
    qui sera ma vie.

    La prochaine fois je vous le chanterai.

  85. roturier

    N’empêche aussi que, comme chacun sait, il y a un petit antisémite qui se cache derrière chaque tronc d’arbre.
    Assis sur chaque feuille d’arbuste.
    Couché sous chaque pavé de la route.

    ATTENTION DANGER. Certaines marques de café en contiennent.

  86. Yaakov Rotil

    Moi je ne bois pas de café…

  87. roturier

    Surtout que là où vous êtes il y a le café « Elite », mal nommé.
    Vous avez mille fois raison de ne pas en boire.

  88. roturier

    Le pire avec la paranoïa est que le paranoïaque fini par avoir raison.
    A force de traiter tout le monde d’ennemi on fini par en fabriquer.

  89. roturier

    @Liebchen 16 avril 2014 à 20:03
    Certes. Vu sous cet angle.
    MAIS ces branches d’économie informelle sont-elles l’apanage exclusif des « cités »?

    Il s’agit au départ d’activités souchiennes pures (voire la filmographie Gabin-Bébel-Delon-Verneuil et j’en oublie).
    « Max et les ferrailleurs »? Pas un bronzé dedans.
    Stupéfiants idem; mais cela s’appelait autrement. Cf. « Razzia sur la Chnouff ». Pas d’hier. J’en passe.

    Que faire si les nouveaux venus se montrent plus entreprenants (et affamés) que les autochtones, mieux assis?

    Naturellement c’est pour vous énerver. J’adore.

  90. Souris donc

    C’est bien le problème !
    Des gens dynamiques, jeunes, sans scrupules ni vergogne, n’ayant rien à perdre, sachant manier la menace, l’intimidation et se victimiser quand il le faut. Avec l’active complicité d’associations stipendiées pour nous museler. Face à nous, vieux chiens rhumatisants qui ne savent plus défendre leur os, rabroués, maltraités et culpabilisés par nos maîtres (censeurs). Fiottes occidentales.

  91. Bibi

    Souris,
    Le lien avec l’immigration est, au mieux, indirect.

  92. roturier

    Ce n’est pas si mauvais que ça, Liebchen.
    Très majoritairement « ils » ne sont pas nos ennemis; et « nous » ne manquons pas de ressources.

    A l’horizon 2040 je parierais sur la France.
    Sauf que d’ici là, des vieux chiens rhumatisants pourraient perdre leurs repères. Et le reste.

    D’ailleurs il me semble que certaines choses commencent à bouger dans le bon sens.
    Patience et courage.

  93. Avez-vous vu ce « fait divers » : Violée parce que toutes les Françaises sont des putes ?
    Qui en a parlé ?
    – Le Figaro,
    – Valeurs actuelles,
    – Atlantico.
    Des journaux « réacs » ou « proches du FN« . Pour le reste, silence total.

  94. kravi

    Patrick, vous êtes un fasciste. Vous aurez des comptes à rendre.

  95. kravi

    Pour ceux qui l’auraient raté, en plein dans le sujet, l’entretien avec Finkie aux matins de France Culture ce jour :
    http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4835626
    et
    http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4835684
    Un régal, d’autant qu’il était en forme et sans stress.
    Certains ont dû faire la gueule dans le studio…

  96. Souris donc

    J’adore son phrasé un peu bousculé, sa conviction, la précision dans l’articulation, les choix lexicaux, en même temps sa sérénité contagieuse qui se fiche éperdument des tentatives d’intimidation des roquets qui voudraient lui mordre les mollets mais ne lui arrivent pas à la cheville.

  97. roturier

    Un peu trop viscéral, épidermique, offusqué.
    Pas assez analytique, cérébral.
    La véhémence tonitruante instantanée, ça passe bien au micro.
    Ensuite, on se surprend à se demander: « qu’a-t-il dit exactement? ».
    Ses écrits pêchent moins par ce travers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :