La courte échelle

index

Longtemps, dans la cour comme dans les salles de classe, la jeune France avait impressionné ses amis. Elle n’était plus une enfant, ses camarades non plus, mais tous avaient senti le poids que France représentait parmi eux. Son histoire, sa culture, ses relations dans tous les milieux proches et lointains, ses ressources, sa capacité de résistance aux épreuves, avaient contribué à lui assurer un premier rang au sein du groupe. Ce premier rang, elle l’avait partagé récemment avec Angèle dont la solidité apportait à tous une sorte d’assurance, de garantie pérenne contre les aléas de la vie.

France avait créé le groupe, une union inespérée qui avait réussi en un temps record à vaincre les antagonismes ayant longtemps empoisonné l’ambiance et la bonne entente. Angèle la première avait acquiescé, le couple construisant ainsi le fondement de l’union. Puis l’idée de cette union avait séduit, très vite, tant et si bien que progressivement les amis d’alentour s’y étaient joints. Les uns, attirés par le passé glorieux de France, se sentaient grandis par l’appartenance à une union incomparablement plus conséquente que leur solitude de petite taille. Les autres, séduits par la richesse d’Angèle, se réjouissaient de pouvoir s’appuyer sur un tel modèle de prospérité.

Et les uns comme les autres, combinant ainsi la richesse économique avec la puissance historique, diplomatique et militaire, pouvaient envisager un avenir de succès dans un monde dangereux.

Le groupe grandissait ainsi, France continuant à jouer le rôle de « leader » qu’elle avait toujours gardé aux époques de sa grandeur universelle. Toutefois le monde extérieur évoluait lui aussi. D’autres groupes se constituaient, donnant naissance à des unions équivalentes, lesquelles ne manqueraient pas de devenir des unions concurrentes. France, longtemps seule au niveau de presque tous ses rivaux, ne pouvait plus se comparer à leur succès grandissant. Même en se hissant sur la pointe de ses jolis pieds, elle ne parvenait plus à s’élever à la hauteur des nouveaux grands de ce monde. Elle y parvenait d’autant moins, hélas, qu’elle s’était récemment donnée à un « coach » nuisible, aussi incapable que mal intentionné. Son rôle, elle le voyait s’amenuiser de jour en jour, tandis qu’heureusement Angèle assurait la relève et maintenait en vie leur union.

Cependant France avait, telle son ancêtre Jeanne, protégé son épée de la rouille, elle l’avait entretenue dans un état certes minimal mais passagèrement suffisant. Elle avait aussi, et surtout, gardé son bouclier et poursuivait l’entraînement nécessaire. Malgré le déclin, cela lui permettait d’afficher un rôle indispensable à la future défense de l’union. Elle n’était plus le guide, mais elle restait le chien de garde.

Quant au monde extérieur, si France était devenue trop petite pour pouvoir se mesurer à lui à la bonne hauteur, les yeux dans les yeux, elle rendait grâce tous les jours à ceux qui soixante années auparavant lui avaient montré la voie. Car maintenant, ses partenaires de l’Union lui faisant la courte échelle, elle avait une chance de se retrouver un jour à la même hauteur qu’autrefois face à ses rivaux et de maintenir ainsi son rang dans le monde.

140 Commentaires

  1. roturier

    Paraît que le nostalgique l’est toujours d’un passé imaginaire.

  2. hathorique

    Bonjour à tous

    La nostalgie fait partie intégrante de l’histoire des hommes et elle est indissociable de la pensée humaine ; pour ma part, je ne vois aucune nostalgie dans ce texte, même si la nostalgie peut parfois être un état d’esprit heureux.

    Cela ne signifie aucunement occulter le temps présent, mais se rappeler des jours anciens non pour les regretter mais pour en cultiver le souvenir peut être en mémoire d’un éden mythique à jamais disparu si tant est qu’il ait jamais existé.

    Mais dans ce ce que nous dit Impat si j’ai bien lu son juste constat, il n’est nullement question de nostalgie mais de lucidité pour aller de l’avant et ne pas se réfugier dans le morne désert des illusions perdues mais tendre vers de plus grandes espérances, nous chérissons ces maux (ces mots) qui nous accablent alors que nous en sommes en partie responsables à peu près collectivement.

    La lucidité se définit comme la tentative de regarder la vérité en face même lorsqu’elle est déplaisante, elle engendre la compréhension, elle ne comporte ni condamnation ni identification, mais une observation rigoureuse des faits elle pose un diagnostic.

    Impat ne nous parle pas que du passé mais aussi du présent et surtout de l’avenir à construire en ne négligeant aucune des leçons des temps difficiles que nous pensons révolus, mais que nous pourrions être condamnés à revivre

    Comme le disait le philosophe Thomas Hobbes

    « Toute connaissance est souvenance »

  3. Yaakov Rotil

    Je sais l’enthousiasme d’Impat pour l’Europe, son admiration pour le Grand Charles… Mais au-delà des slogans, au delà du narratif qui fait l’éloge de celui qui déclara  » La France, de Dunkerque à Tammanrasset », que reste-t-il?

    Les massacres en Algérie où nous étions vainqueurs, et le naufrage de ce pays qui avait tout pour réussir.
    La trahison vis-à-vis d’Israël qui aurait été le meilleurs testeur pour le Rafale, par exemple, et qui se serait alors sans doute mieux vendu…

    De Gaulle me laisse un goût amer, quant à l’Europe avec Catherine Ashton comme lécheuse d’Abou Mazen, vraiment non merci.

    Cher Impat, je ne comprends pas ce que vous voyez de bien à l’Europe, et j’aimerais que vous me l’expliquiez.

  4. Yaakov Rotil

    Sans commentaire…

  5. Yaakov, l’Union Européenne n’est pas favorable à la politique actuelle du Likoud, et Catherine Ashton n’est pas un personnage captivant, Mais ce ne sont là que des épiphénomènes liés à la courte actualité des décennies présentes. L’intérêt, l’importance, la grandeur de l’Union, on les trouve à une autre échelle, celle que l’article essaie de montrer.
    L’Union Européenne est ma citoyenneté, présente et future, et il en est de même pour tous les membres de l’Union.
    Mais on peut comprendre que ça ne plaise pas aux étrangers.

  6. roturier

    Que l’on puisse reprocher des choses à De Gaulle est certain. Personne n’est parfait.

    Certes sa « trahison » d’Israël en 1967 (si tant est que la fidélité en géopolitique ait un sens…) ; avérée in fine, nul doute en rétrospective, avoir été une erreur de calcul, plus nuisible à la France qu’à Israël.

    Mais aussi, entre autres, son incompréhension des évènements de mai 68 ; ayant mené au référendum raté de 1969 et finalement à sa démission.

    N’empêche qu’il était d’une stature historique hors normes ; bien au delà de l’échelle française. Les anglophones appellent ça « bigger than life ».

    Il a eu le privilège, unique me semble-t-il, au péril de sa vie et à contre-courant des siens et de l’air du temps, de sauver son pays deux fois dans une seule existence ; et de surcroit le sauver surtout de lui-même, d’exorciser ses démons.
    Et, chaque fois, d’instaurer une paix durable ; alors que cela semblait auparavant, au commun des mortels, inimaginable.

    Je suis témoin, ayant, ni Français ni francophone à l’époque, vécu sous d’autres latitudes pendant les années 60, de son exceptionnelle aura et du symbole puissant d’une France idéalisée, souvent jalousée, qu’il incarnait.

    Cela dit, naturellement, personne n’a le droit de s’exprimer au nom de son héritage sur des questions actuelles. Il n’y a que les escrocs qui prétendent faire parler les morts.

  7. hathorique

    Bonjour Rotil,

    Pour le discours de Monsieur Boukovski si vous me le permettez

    « comparaison n’est pas toujours raison et tout ce qui est excessif est dérisoire  »

    Je cherche en vain dans l’Union Européenne où peuvent bien se situer les « goulags » staliniens qui ont provoqué, suite aux déportations dans des conditions abominables, la mort de millions de citoyens soviétiques innocents qui n’étaient pas que fantasmés mais bien réels dans l’U.R.S.S.

    Je ne vous parlerai pas du sort épouvantable réservé au Koulaks : décrétée par Staline en 1929 la famine organisée fit environ des millions de victimes dans la seule Ukraine dont Staline voulait briser l’identité nationale les survivants seront déportés en Sibérie avec leurs familles. Cette sanglante moisson pour la liquidation des koulaks en tant que classe sociale est achevée en 1931. Il ne restait presque plus personne à éliminer, place à l’homme nouveau le « soviéticus stalinien »

    Je ne sache pas qu’à l’intérieur des pays de l’Union Européenne il soit interdit de critiquer son fonctionnement et ses parlementaires élus ou nommés ; il y a même des députés européens fortement opposés à cette Union mais élus par les citoyens libres, dont c’est le seul discours politique et qui ne finissent pas tous dans les caves de la Loubianka bruxelloise ou strasbourgeoise mais plutôt dans les brasseries de la Grand-place ou celles de la Petite France lorsqu’ils sont présents au Parlement .

    Je suis presque sure que les déportés des goulags et de la Kolima auraient été heureux de vivre dans
    l’ Union Européenne même imparfaite et réformable.

    Aucune institution politique n’est parfaite, mais toutes sont perfectibles avec l’accord et l’appui des citoyens libres de leurs votes envers des élus responsables et c’est peut être là que doit intervenir un long travail de pédagogie qui n’est aucunement fait dans notre pays.

  8. roturier

    Parfaitement d’accord avec Hathorique ci-dessus.
    Les Etats-Nations au sein de l’UE existent et existeront aussi loin que l’on puisse voir.
    Ils rendront donc toute dérive totalitaire de l’Union impossible.
    Le sieur Boukovski fut apparemment traumatisé par son expérience soviétique au point de voir le KGB partout.
    Négligeable.

  9. Entre autres fossés immenses différenciant l’UE de l’ancienne URSS, il y a celui-ci :
    L’URSS était un Empire, imposé aux autres états par le plus gros d’entre eux.
    L’UE est une Union entre états volontaires. Cette situation ne concerne je crois dans l’Histoire que les deux cas américain et européen. Même l’Union Indienne fut imposée par l’étranger : la Grande Bretagne,

  10. Lector

    Le croc-en-jambe.
    Quelle récréation était-ce de la voir gambader dans la cour cheveux au vent ! Marianne se fichait bien qu’on lui ait parfois, jalousant sa belle boucle historique, tiré les anglaises, et roulait son cerceau d’une habille baguette magique. C’était le bon temps. Prodigue en conseils elle en avait distribués à ses nombreux camarades, qui de par le monde parlaient encore sa langue, jusqu’à ce que sa hotte fût vidée, comme exsangue. Dès lors l’on dit la belle quelque peu cigale et jura que Marlène n’avait pas d’égale. Celle-ci plus für mich, d’un bâton dans la roue tira son profit comme l’épingle du jeu. Elle avait pris le taureau par les cornes, disait encore le troupeau morne quand une fille bâtarde d’Agénor, montée sur sa robe brune, n’avait de cesse de tirer sec sur le mors, piétinant de la triste Hélène l’infortune.
    Cependant que, pour ainsi plaire à la cour, Amélie, Irina, Lucrèce et Rodrigue se laissaient pousser des anglaises à leur tour, Elisabeth amusée scrutait la prodigue, spoliée et qui ne comptait plus ses abattis, son cercle voilé, son rayon pris d’apathie : Marianne présentait un air un peu sot, faisant de Clémentine, cette chérie qui ravit le cerceau, sa figure de proue vent en poupe, toujours prompte à danser le hula-hoop.
    Curieux serpents qui forment un vil caducée ! Attendant la chute annoncée, Catherine se marre et regarde l’Union, qui en Ukraine fait son tintamarre, se tordre dans de bien étranges convulsions.

  11. Bravo Lector ! Jusqu’à la dernière phrase non comprise c’est un texte charmant:. 🙂

  12. Lector

    Salut à vous Impat. Disons tout de m^eme que ça va dans le sens du commentaire de Rotil. La France et la Grèce sont les dindons de la mauvaise farce, tel est mon constat. Or, on ne pourra pas dire que j’ai été traumatisé par l’expérience soviétique. Et pourtant je vois bien ce goulag de la pensée qui nous restreint dont il est question dans la vidéo.

  13. Yaakov Rotil

    Au rythme actuel et avec des chiffres non complaisant, dans combien d’années, Impat, pensez-vous que les CPF (ou CPE) seront majoritaires?

    Cela aussi est, indirectement, l’héritage de De Gaulle pour l’hexagone, et d’autres politiques très complaisantes pour les autres membres du club des 27…

  14. Yaakov Rotil

    J’ai oublié un « s » à complaisant… Sorry.

  15. Yaakov Rotil

    D’une, ce n’est pas le likoud, mais une coalition qui est au pouvoir en Israël, avec Tsipi la dinde de Kadima, et Yaïr Lapid qui flirte avec le centre gauche.
    De deux, l’UE a une politique absolument scandaleuse dans cette région du monde, se positionnant contre la seule démocratie du proche-orient, le seul endroit où les chrétiens vivent en paix, ainsi d’ailleurs que les arabes – malgré toutes les crasses que commettent certains d’entre eux.
    Politique scandaleuse et contre-productive.

  16. hathorique

    @ Lector

    « Entre ici Dithyrambe, avec ton terrible cortège » 🙂

    Merci pour les les métaphores aussi filantes que les étoiles, mais aussi et surtout le plaisir de vous lire, oh grand imprécateur bouillonnant, fracassant et sauvage, orageux comme le souffle tumultueux qui annonce la tempête dans le grand désenchantement des apocalypses à venir.

  17. Yaakov,… « dans combien d’années, Impat, pensez-vous que les CPF (ou CPE) seront majoritaires? « …
    Je n’en sais rien. Ce que je sais en revanche, c’est que le chiffre serait le même sinon pire sans l’Union, et que par conséquent affubler l’Union de ce reproche est …abusif.
    Mais on peut s’amuser : accusez aussi l’Union du dérèglement climatique s’il existe, du chômage en France, du cancer, du sida, de la justice française laxiste, de la vie trop courte et des cheveux blancs prématurés. Ah si au moins nous avions les bonnes vieilles frontières pour nous protéger de tout cela !

  18. Lector

    S’il n’y a qu’une jambe à ce panthéon, c’est sans doute qu’un pied délivre l’autre !
    Accusez l’Union européenne ? N’est-elle pas souveraine ? Abusivement, sans doute ! Nous en sommes à compter nos croutes. C’est de dérèglement schismatique dont il est question en somme. La délocalisation, c’est du chômage ou tout comme. Dérégulation mimétique ne peut être gage de notre assise systémique, ni période glacière monétaire une carotte légitime et nécessaire. Nous ne demandons plus protection mais de l’invention !

    @Hathor et en trouvère je love ma ligne qui file un si terrible coton qu’elle vous sera malgré tout bon chandail, quelque peu irritant peut-être mais chaud, qui s’enfile par la tête et s’apprête à la faille. Ciao Bella :
    What storm should that be comes so desperately? Ask the dusk, said the Piper in a growing greenish glow, you’ll see the nightmarish dervish glistening above the crumbling strong flow. For its roar brought us back to our sin, I got a thrill roaming under my skin; & it says: The bigger is the wish, the worse is the witch. So… can’t we switch?

  19. Bibi

    L’Europe unionisée est une excellente idée.
    Son exécution est magistrale.
    Richelieu est ravi.

  20. roturier

    What a son of a bitch.

  21. roturier

    S’il pleut le mardi c’est la faute à mardi. Vivement la semaine à deux mercredi !

    Et si on a la fièvre c’est la faute au thermomètre. Cassons-le !

    Si on est devenu une espèce en voie d’extinction à force d’être surprotégés, c’est la faute à l’Europe.

    Si un ancien colonisé nous taille des croupières à force de travail, c’est la faute à l’Euro.

    Si notre sport national est de battre notre coulpe sur la poitrine d’autrui, c’est la faute à autrui.

    Sus à autrui ! Indignez-vous ! Merkel_poubelle !

  22. Lector

    you probably meant: what a son of a hitch!

  23. roturier

    Let me have men about me who are fat
    Sleek-headed men and such that sleep all night.

  24. Souris donc

    Nous faisons du surplace peu anti-doxique, avec toujours les mêmes arguments, qu’Impat balaie d’un revers « Ce serait pire sans l’Europe ».
    L’UE ne profiterait qu’à l’Allemagne, selon les journalistes français et certains partis ? J’ai trouvé un Allemand, que l’on ne peut pas accuser de complaisance car TRES critique envers l’UE. Il s’agit de leur Roland Barthes, leur Umberto Eco, c’est Hans Magnus Enzensberger. Son essai « Le Doux Monstre de Bruxelles ou l’Europe sous Tutelle » Gallimard 2011, 80 pages percutantes.
    Quand je serai libérée de la douce corvée de drôles, je tâcherai de faire un papier sur leS fuiteS en avant, le déficit démocratique, l’impuissance du Parlement, les lobbys (la norme européenne sur les sièges des tracteurs vient des agriculteurs bavarois dont le gros cul s’accommodait mal des sièges John Deere et autres mauviettes occidentales).
    Je vous dirai aussi tout le mal que pense Roman Herzog, constitutionnaliste et, accessoirement, ancien Président de la République Fédérale.
    Enfin, autre personnage intéressant : Jean Monnet qui n’a JAMAIS été un politique. Qui s’y colle ?

  25. Souris donc

    Je ne me lasse pas des hilarantes normes qui, à l’heure actuelle, équivalent en poids de papier à un jeune hippopotame. Je ne me lasse pas des multitudes de directions, sous-directions et organismes, dotés de leur sigle bien opaque, d’autant plus opaque qu’il se lit à l’envers comme à l’endroit selon la langue, mais dotés aussi chacun d’un président ainsi que d’un vice-président. Si bien que l’UE ressemble à une armée mexicaine avec plus de généraux que d’hommes.

  26. Comment ne pas se réjouir, Souris, Yaakov, de votre détestation répétée de l’Union ! Elle prouve votre prise de conscience de son existence, de son importance, et pour Yaakov du poids de sa politique étrangère.
    La politique menée par l’Union, comme celle de tout État, est évidemment sujette à discussions, controverses, et critiques. Mais quand la politique de la France ne me plaît pas (et Dieu sait que…!) je ne rejette pas la France.

  27. roturier

    Vous valez mieux, Liebchen 08:59, que de vous laisser aller à cette simplicitude propagandiste qui vous tente parfois.

    Laissez Jean Monnet tranquille ; ma dithyrambe ci-dessus 22 avril 2014 à 17:23 sur De Gaulle, j’aurais pu en prononcer une sur Monnet. Bien que les deux aient été ennemis inconciliables sur des détails (mais hautement complémentaires, peut-être à leur insu, sur l’essentiel).

    J’ai assez glosé sur ces colonnes sur l’incompatibilité entre les qualités utiles pour être politicien et celles du gouvernant. Et sur la tragédie innée de la démocratie, portant au pouvoir des gens inaptes à la gouvernance.
    Monnet, n’ayant, heureusement, jamais tenté d’accéder à un mandat politique, jamais donc élu, jamais voulu l’être, échappe à cette malédiction.

    MAIS quelle coïncidence de qualités pour la gouvernance… Issu de l’économie « vraie », plongeant des profondes racines, personnelles et familiales, dans le commerce, l’industrie et la finance, transfrontalier impénitent, apatride car enfant de toutes les patries (qui comptent…).

    Et pourtant, homme d’affaires avisé MAIS agissant toujours pour le compte des Etats et des organismes supra-nationaux dont il fut souvent fondateur, quelle énergie ; quelle intelligence ; quel courage à prendre tous les risques ; quelle détermination à agir pour ses congénères sans distinction d’origine.
    Et naturellement, force est de réitérer l’avertissement de rigueur : personne n’a le droit de s’exprimer au nom de son héritage sur des questions actuelles. Il n’y a que les escrocs qui prétendent faire parler les morts.

  28. Yaakov Rotil

    Comment ne pas se réjouir, Souris, Yaakov, de votre détestation répétée de l’Union ! Elle prouve votre prise de conscience de son existence, de son importance, et pour Yaakov du poids de sa politique étrangère.
    La politique menée par l’Union, comme celle de tout État, est évidemment sujette à discussions, controverses, et critiques. Mais quand la politique de la France ne me plaît pas (et Dieu sait que…!) je ne rejette pas la France.

    Impat, j’ai longtemps été un partisan de l’UE. Et je n’éprouve aucune détestation pour cet organisme politique. Je pense qu’il est devenu un tant soit peu monstrueux, comme peut-être monstrueux un canard à deux (ou 27) têtes ou pattes… En un mot, boiteux. Je suis donc déçu, mais pas détestant.

    D’autre part, la politique menée par l’Union n’a qu’une importance pratique très limitée. Voir à ce sujet l’Ukraine ou la Syrie. Ou encore l’Iran qui se gausse des positions tant européenne qu’américaine.

    Non, je me plaçais d’un point de vue à la fois moral et affectif. Mes racines françaises remontent au 11ème siècle (Rachi). Il m’a donc été particulièrement douloureux d’assister au revirement de De Gaulle, en 1967, lorsqu’il prononce l’embargo et enjoint à Israël de rester les bras croisés et l’arme au pied alors que le pays est confronté à une menace explicitement mortelle.

    Aujourd’hui, avec la France en tête, l’UE alimente le conflit par ses subsides aux « palestiniens ». Et ses exigences à notre endroit, si nous les satisfassions, équivaudrait à un suicide collectif.

    Impat, ma porte vous est amicalement ouverte, j’ai une petite chambre d’ami qui vous attend. Venez donc nous rendre visite, je pense que vous êtes quelqu’un doté d’assez d’intelligence et d’ouverture d’esprit pour être en mesure de constater les ravages que commet ici l’UE, par aveuglement ou par intérêt cynique.

    Je vais me laisser aller, pour finir, et risquer ce fameux point godwin:

    Quel que soit un organisme politique, si son projet est de nature à déboucher sur une deuxième Shoah, ou si simplement son projet implique de ne pas empêcher une deuxième Shoah, cet organisme m’apparaît détestable.

    P.S.: Merci à De Gaulle pour son embargo, grâce à celui-ci nous avons développé une industrie militaire que nous vendons jusqu’au Maroc…

  29. Merci de votre invitation, Yaakov, peut-être en profiterai-je un jour. Quant à l’industrie à laquelle vous faites allusion, je la connais assez bien pour avoir pris part, très jeune, à son implantation, bien avant l’embargo.

  30. roturier

    Certes, Rotil 12:28 .

    Notons tout de même que vous présentez une attitude à l’égard de l’UE basée exclusivement sur des critères juifs; ou israéliens.
    Or, ce sont VOS positions. Souffrez que je doute de leur représentativité.

    J’en connais qui sont intrigués, voire admiratifs, à constater la paix entre la France et l’Allemagne après l’Histoire et surtout celle du 20ème siècle. Et qui se demandent « pourquoi pas ici ? ».

    Cette considération semble absente du discours des cracheurs dans la soupe. Pourtant elle est infiniment plus lourde que tous les reproches « administratifs » que l’on puisse faire à l’égard de l’UE.

    La paix, vous devriez être bien placé pour le savoir, ne va pas de soi.

  31. Roturier, votre 17h03 est à la fois juste, pondéré, et plein de bon sens. Cela, je crois, méritait d’être dit.

  32. desavy

    Rotil :

    « P.S.: Merci à De Gaulle pour son embargo, grâce à celui-ci nous avons développé une industrie militaire que nous vendons jusqu’au Maroc… »

    Comme quoi…

    Puisque ce fil a permis aussi de tracer une sorte de bilan du Général, j’en profite pour rappeler l’abandon de l’Algérie et la tragédie qui a suivi. Le processus de décolonisation peut s’inscrire dans un certain sens de l’histoire, mais la trahison vis-à-vis des harkis, non.

    Quant à l’UE, a-t-elle réellement une politique étrangère ? N’est-ce pas plutôt la politique étrangère de ses principaux membres ?

  33. Lector

    Le bon sens et la pondération ?! La paix ? Bring your alibis ! Parce que vous croyez que l’Europe n’était pas déjà épuisée par les guerres, que personne depuis la grande, d’Abel Gance (J’accuse) à Céline même (le Voyage) en passant par Mendès et autres n’en avait eu ras le bol et ne l’avait dit ?! Ce sont les chefs états qui décident de la paix ou de la guerre. Les peuples, pour la plupart, ça fait un bail qu’ils sont contre, partiront plus la fleur au fusil en tout cas, chez nous. Mais continue. L’Europe l’a déplacée la guerre, avec d’autres cartes qu’elle est jouée et militairement se poursuit sur d’autres territoires ; elle reste mondiale que je sache. De la Bosnie à la Syrie en passant par la Lybie et le Mali… ah beh non, ce serait la France-Afrique tout court… ben tiens… le terrorisme ne concerne que ces deux là… pfffffuiiiiii ! Faut le dire en quelle langue ?! Onuzi qui mal y pense !
    La fille d’Agénor était-elle grecque ou atlantiste ?! Otan pour elle !
    Nan mais c’est vrai ça, si vous n’êtes pas avec l’UE c’est que vous la détestez… bubeuliou bush’s concept ! Jolie démonstration !
    Je m’y étais collé Souris (Monnet, Schuman, que le grand deG admirait tant n’est-ce pas, etc), d’autant que je l’avais peu ou prou promis à Tibor il me semble ; et c’était assez drôle, vu que : qui aime bien châtie bien. Mais j’avais bien noté l’agacement irascible des européïnomanes qui bien sûr, eux, n’avalent jamais aucune couleuvre propagandiste doxique, c’est bien connu ; et puis un crash disk a tout emporté. Alors… et puis à quoi bon. Convaincre je m’en fiche. C’est mort.
    Lorsqu’il y a dix ans, pro européen, je disais à mes camarades démocrates que si l’on ne savait pas mieux construire l’Europe, en dépit de ce condominium bruxellois, beaucoup d’entre-nous finirait par la rejeter, c’était déjà les mêmes critiques rabâchées par la médiacratie qui étaient relayées par chaque pékin qui s’improvise géoéconocroquignolesque du haut de son déni borgne voire aveugle ; or qui avait raison ?! Ce bon vieux Pyrénéen sur son tracteur qui à l’époque disait aussi la chose et dont le programme économique avait été le seul approuvé par la Cour des Comptes, qui entrevoyait une crise durable, non équitable et recyclable. Mais non, trop rougeaud le gars ! C’est l’agité du local maternel qui fut choisi par la Nursery.
    http://www.observatoiredeleurope.com/L-Union-est-devenue-une-entreprise-de-liquidation-de-l-Europe-comme-civilisation-et-comme-projet_a2099.html
    (j’aime bien l’arrogance de la question : « qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que » ! Eh bien on vous la retourne les ouiouistes : qu’est-ce qui vous permet d’affirmer le contraire ?!)
    Ni la forme politique ne débouchent les esgourdes, ni la forme symbolique n’ouvre les mirettes des insulteurs barrosiens. Le suffrage universel c’est de la merde, le référendum est anti démocratique (ben voyons ! ça pour « redonner du sens » on y est, et keskon y est bien pas vrai ?!), l’esperanto, le latin ou le plurilinguisme et la constitution sont secondaires etc. etc. l’Histoire dit le contraire mais bon, comme dirait la socio de Mafesseaulit : c’est un peu caca l’Histoire. (Faut donc en sortir et prétendre que tous ceux qui le remarquent sont des réac tradi facho… on connait ; merci.) Mais c’est Bourdieu qui se fit ostracisé pour avoir épinglé l’entrée du paradigme (pour le dire en ses termes) « économie de Marché » dans le discours médiatique contemporain, qui fait diable ! Mouarf !
    Et le souverainisme est un repli sur soi. Donc de facto, par syllogisme, l’UE qui l’est, souveraine (oui, c’était en toutes lettres écrit dans la rédaction de Monnet et le transfert dans le TCE), et souverainiste, serait repliée sur Elle-même en son château ? Non, je n’ose le croire ! Une constitution sans constituante cela n’avait mis la puce à l’oreille que d’imbéciles ? Vraiment ?! Où sont les contre-arguments des ouiouistes ? Aucun ! Nib ! Que dalle ! Comme par gomme magique. Des insultes pour toute réponse ! Barroso avait annoncé la couleur d’emblée, injuriant les français, surtout les français, ces feignasses, au lendemain du vote. Mais les ouiouistes n’en avaient que faire, ils se savaient dans le camp du Bien avec ce gros con ; ce n’était donc pas d’eux qu’ils étaient question, juste, rien de moins que la majorité de leur pays. Et il n’y aurait pas de quoi se demander chez qui croissent les détestations ?! Ben tiens ! Et ça se réjouit ?! Ah c’est du propre ! Quelles sont ces arguties ! Leurs noms ? Injure, insulte, mensonge, bêtise et propagande. N’inversons pas les rôles pauvres aptères ! Et remisez donc vos brûle-gueules si vous ne voulez qu’on vous crame à votre tour. Tenez, je vous signale au passage que présenter l’autre joue ça signifie généralement : vas-y essaye un peu, voir si je ne vais pas te la remettre dans la tronche ta baffe !
    Le plus comique c’est d’entendre sur les ondes ou au bistrot du commerce des retraités approuver les arguments d’un Attali qui ose prétendre que le peuple français a vécu au dessus de ses moyens ; moyens qui sont la sécu et la retraite entre autres choses bien de chez nous historiques et menées de haute lutte. Eh bien messieurs-dames les européïnomanes rendez vos retraites, versez les direct à la Caisse dévoyée des Dépôts ! Les banques le demandent. Allez hop tous à la chaine et que ça saute ! Comme au bon vieux temps des familles. Je le dis d’autant plus aisément que je n’aurai pas de retraite et ai vécu ma vie roturière d’adulte le plus souvent sans protection médicale, payant de ma poche d’arsouille ; je ne lui ai pas couté trop chère à la sécu ; rien qu’en comparaison du nombre d’arrêts maladie que s’octroie le bon travailleur lambda, je m’éclate.
    L’industrie parlons-en ! Vendue aux capitaux étrangers, et les brevets qui vont avec. Mais pas de trahison des élites lorsqu’elles se gobergent de faire un travail de vrp… sont-ils revenus avec des contrats ? : applaudissez ! Vive la médiacratie ! A coup de publicités dans le derche qu’on vous la fourgue la propagande. Vaselinez-moi tout ça encore un coup, y’en a qui se rebiffe… mais qui sont les caves !
    Merkel ? Keskela Merkel ? Une Loi du fondement qui ne va pas peut-être ? Quand même ! Sa coalition gouvernementale (nom de pipe, une bayrouiste !) est en revanche admirable ; moins les travailleurs pauvres de l’Allemagne et cette dite Loi fondamentale (interdiction du référendum ça qu’est fondamental, message reçu, on se passera de toi puisqu’on est là pour te faire du bien malgré toi… mais pourquoi tu te suicides bordel, tu le sens pas le bien qu’il te fait l’ultralibero ?! Comprend pô ! Je t’ai mis un but applaudit quoi ! ), loi rédigée à l’époque contre son peuple par des Alliées sans la France. La chute du mur n’y a rien changé. Un état sans constitution ni constituante réussit forcément mieux dans un monde qui demande que l’avenir soit ainsi croqué. La représentativité ? Pffff ! Des clous ! Que chacun porte sa croix.
    Merkel a bien raison, elle se bat pour l’Allemagne. Arrêter de nous parler de solidarité ou allez vous faire voir chez les grecs… l’a peut-être pas été essorée par l’Allemagne la Grèce durant la seconde… ils s’en souviennent très bien. Merci pour eux. Le devoir d’examen n’a pas été amputé par celui de mémoire… non mais regardez d’un peu plus près cette appellation d’origine contrôlée qui dérape ! Finalement tout le travail sémantique de Klemperer ou de W. Reich est passé à la trappe propagandiste avec l’appui des théorétiques relativistes Milner, Chomsky et consorts… j’en reviens pas !
    Rebond : Et la bombe dissuasive, qui l’a donc offerte à Israël ?! Ce n’est peut-être pas la France ! Mais la recherche d’armes bactériologiques ça par contre… faites donc votre examen de conscience aussi.
    Quant au point Godwin, c’est une hérésie contemporaine qui ne sert qu’à empêcher ce constat : c’est dans un quatrième Reich que nous vivons, qui se mire au troisième, et qui se veut tout autant éternel, hic et nunc, et sans passé donc sans avenir et qui s’effondrera comme de bien entendu. Reste à savoir combien de victimes il aura fait, cet éternel faillible.
    Le château administratif des bureaucrates : BCE, SEBC, MES, BEI, le Conseil de l’UE et le Conseil européen, la Cour de Justice, la Cour des Comptes, le Conseil économique et social (sic), Budget européen et fonds structurels (donne-moi 10 briques je t’en refile 8 pour ta PAC, j’en prélève deux au passage pour faire mes choux gras), la grosse Commission des commissars (eh oui des commissaires ! c’est leur nom, ça ne trompe pas en période de flicage intense), le médiateur et le comité des régions, à 28 svp ! Allemagne 96 sièges, Royaume-Uni 73, Grèce 21, Portugal 21, Malte et Chypre 6. Pourquoi croyez-vous que les galops d’essais destructeurs se font sur les plus petits ? Et le président du parlement européen cumulard, Schultz, qui exerce les trois pouvoirs : législatif, budgétaire et le contrôle desdites instituions européennes (cf article du 19 avril du Journal des Finances). Elle est chouette votre démocrassie pacifiée ! Et après ça d’aucuns s’étonnent que les bonnes gens ne considèrent plus la démocratie comme le régime le moins pire de tous ?! Arrêtez donc de leur demander de se sortir le doigt du cul et cessez de trifouillez dans vos narines… les doigts dans le nez hein ! La victoire en chantant ! Pour abattre quelles barrières ?! Et le système d’endettement ? Soi-disant pas de défaut possible selon la propagande « une dette ça se paye ». Mon cul ! Et la dette Africaine, par carrément remise peut-être ?! Une exonération on ne peut plus légitime vu le pillage historique.
    C’est peut-être pas un système de domination la dette ?! Tiens, c’est étrange, l’équivalent de la loi dite de 73 ou de l’article 123 du traité de Lisbonne est aussi critiqué au Québec (qui a une dette supérieure au revenu global)… on leur a fait la même ! Mais le mondialisme bancaire ça n’existe pas, personne de spécule non plus sur la dette grecque, ni l’Allemagne ni la Chine, et la banque dite de France n’a pas été fondée par des petits suisses et des intérêts privés ?! C’est le Marché l’entité ! Sus aux complotistes ! Mais qui sont-ils je vous le demande ! Et les accros de Bretton Woods qui se mangent les doigts sur la fin de l’étalon or… avec le FMI pas de crise de 29 reproductible ?! Bien sûr que si (et pire encore, devenue « financière » d’ailleurs) et puisque nombre d’économistes vous parlent de banqueroute comme d’un moyen/outil économique (sic !) ; et pourquoi pas une bonne guerre tant qu’on y est. Ah mais elle a lieu, économique et militaire !
    La France et l’Allemagne n’avaient peut-être pas demandé le rapatriement de notre or, non plus ?! Si le dollar craque… tout fiche le camp. Suite au 11 septembre, que s’est-il passé ? Toutes les bourses dans l’expectative comme un fil à la patte. La dette américaine aussi n’a cessé d’augmenter d’ailleurs, depuis les mêmes années qu’en Europe, au Canada, et qui s’accompagne d’une courbe croissante du chômage. Les chinois se marrent. Sont fortiches au FMI, suffit de voir le résultat ! Allez c’est bon ; ras le bol hein.

    Henri Guillemin, pas un historien n’est-ce pas mais un dangereux complotiste hahaha :

    La dette pour les nuls :

    Mais si vous avez envie que vos impôts de contribuables (hahaha) servent à payer les intérêts de la dette (la belle contribution !) et non pas vos services publics, eh bien continuez à voter comme des truffes aux européennes et à vous gargarisez. Marine La Populiste se réjouit. Ah mais c’est con !, Kadhafi est mort, qui va payer la campagne du petit Nicolas aux prochaines présidentielles nationales !? Yes you can ! Envoyez les grosses coupures et fissa !
    Commentaires de Myret Zaki sur la dette américaine et la politique de la FED:

    D’ailleurs, j’y pense, même Agnès Verdier-Molinier – un agent de Thinktank de plus et mère-courage entre deux plateaux téloche la bonne dame – l’a dit en substance : les chefs d’état n’ont plus les moyens de mener une quelconque politique budgétaire, point. Epileptique et paralytique nos présidents suzerains ? Ont-ils les mains liées ces chérubins (complices par défaut ou non), ou pas ?!
    Ah oui, rassurez-vous les gars, la Turquie ne veut plus du tout entrer dans l’UE qu’elle observe amusée depuis ses 10 dernières glorieuses personnelles… sans doute pour ça qu’on nous enfle à l’Ukraine fasciste… l’obésité structurelle qui conduit à l’austérité économique, et la vague brune en sus, chouette programme ! Ceinture pour tous ! Et le bâton avec.

  34. Yaakov Rotil

    Je crois que c’est dans Les frères Karamazov que Dostoïevski pose le problème moral d’une humanité parfaitement heureuse contre la souffrance indicible et permanente d’un seul enfant…

    Souffrez donc que je fasse un parallèle et que j’assume sans hésiter l’opinion que si l’Europe doit se faire au dépens d’un petit peuple (petit par le nombre) pour satisfaire ses besoins en pétrole, petit peuple que pratiquement tous ceux d’Europe se sont échinés à faire disparaître durant des siècles; Eh bien, cette Europe-là n’emporte pas mon adhésion.

    Et si vous pensez que c’est une position judéo ou israélocentrée, qu’y puis-je?

  35. En un mot comme en — ? (10000 ?), la dette c’est très simple : suffit de pas la rembourser ! Comment n’y avait-on pas pensé ?
    Et puis « les chefs d’état n’ont plus les moyens de mener une quelconque politique budgétaire, point »—-Vraiment, tous ? Les Scandinaves, les Allemands ?

  36. Lector

    c’est tout ?! Rien sur la langue ni sur la constitution ? En 3 mots comme tout en un : « rendez votre retraite! » Faut renflouer la dette. Ce qui est impossible, tous les économistes s’accordent à le dire, ceux de la doxa aussi ; nous ne payons que les intér^ets. Mais ça vous gène pas qu’on flambe vos imp^ots. Je paye moi la CSG sans avoir de sécu; super comme système. Mais tout va très bien, tout va très bien. C’est juste qu’il en faut encore plus de bureaucratie à l’union et si possible avec un euro pas trop fort à l’export… mince l’Allemagne n’est pas d’accord… c’est de la faute aux français ces feignasses qui réclament des salaires décents. Rendez-vous compte, quelle misère, et puis quoi encore?! Dix balles et un mars?
    Quand madame Molinier parle faut apprendre à se taire.
    Le défaut n’existe pas, aucune dette n’a jamais été annulée et balablabla. Mais oui mais oui.
    Simpliste dites-vous ? Manifestement oui, la propagande l’est.
    Trop complexe à comprendre pour vous et vos nuances de grisailles brumeuses.
    Guillemin est complotiste je suppose ? Et de Gaulleétait un imbécile
    Allez, c’est bon la caricature là j’en ai ras le bol. Si vous avez passé votre vie dans les nuages c’est pas de ma faute, ça ne vous a pas permis de prendre de hauteur. Je vous laisse à vos petites bassesses aussi vides que les caisses de l’état.
    Après vous le déluge, je sais, ça vous fait une belle arche. Alors faudra pas nous dire que l’avenir des enfants est en périle, hein, je me fourtrai encore joyeusement de ce genre de mièvreries débiles.
    Allez-y travailler pour 500 euros en Allemagne ou conduisez-y vos dr^oles qu’on se marre.
    Quant à la défense de la culure française, laissez-moi rire encore, vous avez déjà laissé tomber la Grèce, berceau de notre pensée dialectique et politique; nan mais je r^eve ! Quelle leçon !
    L’élite antidoxique ?! Hahahaha. Allez salut le club de belote, vos parties fines sont un peu courtes et sans atouts, impossible de construire un pont, j’ai parfaitement compris. Chacun sa tambouille et l’UE sera bien gardée.

  37. Selon un sondage Ifop pour le Figaro, les intentions de vote dans la circonscription amplifient la tendance nationale, avec un Front national qui devance l’UMP et le PS.

  38. … dans le Grand Est.

  39. Yaakov Rotil

    DOCUMENT ALLEMAND INTERDIT DE DIFFUSION en FRANCE !!!…
    Quelle belle image de la France !!!
    Incroyable … Le Président du Bundestag (parlement allemand) est tellement plié de rire qu’il ne peut même plus s’exprimer… quand il raconte la façon dont Hollande nous l’a mis profond sur les retraites! De quoi avoir honte d’être français …
    Grâce à hollande nous sommes la risée du monde !!!

    (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1 »; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

  40. Yaakov, comme d’autres, vous vous êtes fait avoir : le sous-titrage ne correspond en rien au discours en allemand. Ce document est un fake.

  41. desavy

    Lector n’aime pas la belote, si j’ai bien compris.

  42. Lector

    Suis d’une famille de joueuses de cartes, qui les comptaient. Je connais un paquet de jeux, de la Luette vendéenne à la Manille marseillaise et autres Canasta en passant par le Bridge. Ma grand-mère était une sacrée joueuse et remportait tous les trophées ; c’est elle qui m’a appris; je jouais dès l’^age de 6 ans dans son club. Ce que j’ai observé très t^ot, comme pour le jeu d’échec, c’est que la plupart n’y comprend rien, les gens suivent la règle, point ; pas d’invention, pas de déduction, pas de mémoire, peu de stratégie. ce n’est pas donné à tout le monde de voir en cour de partie qui a gagné ou si l’on va au pat ; c’est mon cas, ce qui m’a permis de devancer des joueurs pourtant plus expérimentés et qui jouaient mieux à ce jeu que je ne le ferai jamais. Pour le jeu politique c’est la m^eme chose, l’idéologie ne gouverne pas mon appréciation. J’ai un esprit dichotome qui sépare naturellement l’affect de l’intellect. M’emp^eche pas d’^etre soupe au lait, ni m^eme contemplatif, ça m’évite d’^etre béat ou colérique rentré. Je ne triche pas. Je joue chaque partie dans laquelle j’entre sans tortiller. Sinon je m’abstiens. Alors les raccourcis, les caricatures… à d’autres. J’en ai marre de devoir composer avec les problèmes d’écoute des entendants, ça m’a tjrs fatigué, depuis la plus tendre enfance.

    Je sais faire courtois mais aussi vociférer, n’en déplaise.

    erratum du millepatte « ce n’était donc pas d’eux dont il était question », et puis au dessus un pluriel de verbe qui est resté après montage et en dessous j’ai laissé tomber ; le cour d’Histoire de Guillemin, deuxième lien sous la première vidéo ça vaut le coup par contre.

  43. roturier

    Effectivement, Rotil 23 avril 2014 à 20:26 , vous n’y pouvez rien.

    Je constate, sans surprise, que vous êtes lecteur de Dostoïevski (irréprochable, ça) mais toujours pas d’Amos Oz. Vous êtes donc (toujours sans surprise) lié par le cordon ombilical à une culture franco-européenne (toujours irréprochable); mais vous ignorez (que dis-je ; vous tournez le dos à) celle du lieu de votre résidence.

    D’ailleurs, à pratiquer votre vision des choses (qui n’est pas la mienne), vous devriez surtout (pas moi) éviter Dostoïevski. Antisémite. Féroce. Je vous fais grâce des preuves, facilement accessibles.

    D’ailleurs, à pratiquer votre vision des choses vous devriez éviter à peu près tout. Sauf peut-être les Psaumes. Et encore.

    L’UE, comme il est dit justement ci-dessus, comme chaque entité géopolitique, pratique la préférence de ses intérêts. Et d’ailleurs, ayant une identité assez floue, elle pratique celle de ses composantes.

    Lui faire des reproches de nature « morale » est futile et puérile. Vos voisins de palier sont nombreux à l’avoir assimilé.

  44. Yaakov Rotil

    Je devais avoir 17 ans quand j’ai lu Dostoïevski. C’est donc bien loin, mais je n’ai pas de regret.
    Quant à Amos Oz, je le lirai, si j’en ai envie, quand je pourrai le faire dans le texte original.

    Je vous remercie de votre conseil d’éviter à peu près tout, votre charge m’a fait sourire…

    Quant à l’Europe à laquelle faire des reproches de nature morale serait futile et puéril, ok, d’accord, je comprends que je ne dois pas pointer ses errances passées ou actuelles, et que le monde ne doit être dirigé que par les intérêts sans se préoccuper des conséquences des actes ou attitudes politiques*.

    Je vous remercie de ce renseignement dont je tenterai de faire bon usage.

    Mes voisins de paliers me chargent de vous donner le bonjour.

    * Dois-je comprendre à ce sujet que l’intérêt de l’Allemagne hitlérienne étant la conquête de son espace vital, émettre quelque critique ou reproche à son sujet eut été futile et puéril?

  45. Souris donc

    « Et le président du parlement européen cumulard, Schultz, qui exerce les trois pouvoirs : législatif, budgétaire et le contrôle desdites instituions européennes »
    Lector
    Ne vous tracassez par pour ses excès de pouvoir, il a une belle salle à manger privée avec au plafond une fresque « L’enlèvement d’Europe ». C’est tout.
    Le Parlement n’exerce AUCUN pouvoir, c’est bien le problème du « déficit démocratique » qu’on reproche à L’UE. Le « déficit démocratique » vient de ce que seul le Parlement européen est élu, mais strictement encadré. Il n’a pas l’initiative des lois (c’est la Commission. Or la Commission est un appareil non élu, qu’aucun vote ne peut mettre en échec !).
    La Commission établit ses directives ( = lois) à huis clos, en toute opacité (ce que les lobbystes ont parfaitement compris).
    Le Parlement ne sert à rien du tout, puisqu’il n’a ni l’initiative des lois ni le pouvoir de les retoquer, de les censurer. Même le budget, le Parlement en discute, mais il est accepté ou non, par le Conseil européen, dont 1 seul membre peut bloquer la décision.

    C’est pourquoi il n’est nullement choquant de constater les bâillements de Rachida Dati, l’absentéisme de Marine Le Pen : le Parlement n’a d’autre utilité que d’éloigner les indésirables dans un placard doré.
    Par conséquent, si vous voulez montrer votre mécontentement à Hollande, un vote FN ou pour le Parti d’en Rire ne portera à aucune conséquence concrète. Aller à la pêche non plus. Les Commissaires en seront ravis, car l’abstention signe la passivité du citoyen, ce qui convient tout à fait bien à leur arbitraire.

  46. roturier

    Toujours ce bon vieux Godwin, n’est-ce pas, Rotil? L’Allemagne hitlérienne…Et Mars attacks?
    Restons sur le plancher des vaches.

    Ce billet (et le débat) concerne le pour ou contre de l’UE. Vous avancez des arguments contre. Légitimes, puisqu’ils vous tiennent à cœur. MAIS ne tenant pas débout. CAR.

    La disparition de l’UE; donc son remplacement par les diverses politiques en ordre dispersé de ses Etats membres actuels à l’égard des problèmes internationaux, dont ceux du Proche-Orient; serait-elle:
    • Favorable à ce qui vous tient à cœur ?
    • Défavorable ?
    • Indifférente ?
    Croyez-vous que c’est la première réponse ? VRAIMENT ?

    Car, sinon, votre propre « biais » devrait vous faire pencher vers l’Union. Auquel cas il y’aurait lieu à s’interroger sur les véritables causes de votre hostilité.

    Kravi parlerait peut-être d’un complexe amour-haine… Suite à une déception sentimentale…
    Mais je ne suis pas qualifié pour sonder les âmes, moi.

  47. /…
     » Législation de l’UE
    Comment la législation européenne est-elle adoptée?
    La «procédure législative ordinaire» (anciennement «codécision») est la procédure la plus courante pour adopter la législation de l’UE. Les propositions législatives doivent être approuvées à la fois par le Parlement européen, qui est directement élu par les citoyens, et par le Conseil, qui réunit les gouvernements des 28 États membres. La Commission est chargée à la fois d’élaborer les propositions de législation et de les mettre en œuvre.
    Traités européens
    Les traités européens sont le fondement de l’Union européenne: toute action entreprise par l’UE découle de ces traités, qui ont été approuvés librement et démocratiquement par tous les États membres.
    Avec le traité de Lisbonne, la procédure législative ordinaire a été étendue à de nouveaux domaines. En outre, le Parlement européen a plus de pouvoir pour bloquer une proposition s’il est en désaccord avec le Conseil. »
    /…

  48. Yaakov Rotil

    roturier,

    Pour répondre à votre 24 avril 2014 à 10:07, je crois simplement que l’Europe est une erreur historique et qu’elle va à sa perte.

    Que je sois critique (très) sur sa politique extérieure n’influe pas sur cette conviction. J’ai déjà dit il y a quelques commentaires déjà que j’avais longtemps cru à cette utopie, mais mes analyses – sur un certain nombre de points, m’ont amené à cette conviction que l’Europe et les peuples qui la composent vont dans le mur.

    Savoir si c’est bon ou mauvais à travers mon prisme israélien, à vrai dire je ne pense pas la question pertinente. Car, que cela soit bon ou mauvais pour Israël n’influe pas sur l’avenir de l’UE.

    Pour prendre un autre exemple: Hollande s’est jusqu’à présent montré bien plus amical pour nous que son prédécesseur. Mais cela ne change rien au fait que sa politique mène la France au désastre.

    Je suis moins incapable que vous semblez le croire de faire une analyse indépendamment de mon « biais ».

    Bien à vous.

  49. Yaakov Rotil

    …ces traités, qui ont été approuvés librement et démocratiquement par tous les États membres.

    Là, Impat, vous m’apprenez quelque chose que j’ignorais… J’ai dû zapper un épisode, il me semblait qu’il y avait eu 2 refus par référendum…

  50. … « Là, Impat, vous m’apprenez quelque chose »…
    Tant mieux, Yaakov, j’en suis ravi. On n’en sait jamais trop. 🙂

  51. roturier

    OK. C’est donc une critique indépendante de votre prisme « israélien ». Là, même n’étant pas de votre avis, vous (pluriel) êtes légitimes.
    Cela dit (mais c’est secondaire): Hollande s’est montré plus amical? Je n’ai pas de microscope assez puissant pour voir leur différence à cet égard. Même p

  52. roturier

    Même pas cosmétique, ai-je voulu dire avant que la satanée machine s’emballe. En matière de politique extérieure les différences gauche-droite sont inexistante (si tant est qu’elles existent ailleurs…).

  53. Souris donc

    Les chantres de l’européisme totalitaire ne s’offusquent nullement du choix malheureux du mot commissaire et de ses connotations policières voire politiques : « commissaires du Peuple », « commissaires du Reich », pas plus que de la production à la chaine de normes plus contraignantes et ridicules les unes que les autres, alors que les mêmes vont s’indigner du poids pachidermique du code du travail.
    Au contraire, ils vont utiliser les mêmes méthodes de propagande que les chantres du gender : culpabiliser.
    Tactique N°1 : nous devons à L’Europe 70 ans de paix, donc l’Europe ne saurait être que le Bien (vous n’aurez pas le droit de vous demander si la dissuasion nucléaire n’y est pas pour quelque chose)

  54. roturier

    La dissuasion nucléaire n’empêche pas les conflits locaux souvent dévastateurs. Cf. Yougoslavie, Syrie, j’en passe.
    Pour empêcher des conflits, locaux ou autre, y’a que la paix.

  55. Souris, les 60.000 fonctionnaires européens sont sûrement trop nombreux, tout service d’État ayant partout tendance à trop grossir. Et tout le monde a le droit de s’en offusquer. Tout le monde sauf les Français, et les Françaises, avec leurs 5 millions de fonctionnaires dont, au bas mot, 2 millions surabondants.
    Et le poids pachydermique du code du travail français fait beaucoup beaucoup beaucoup plus de mal que les normes de l’Union, même celles qui sont ridicules.

  56. roturier

    Je salue, ce n’est pas la première fois, la qualité littéraire des interventions de Maître Lector. Son excellent plumage donc. J’en suis jaloux ; jamais je n’écrirai comme ça.
    Pour le ramage, comme j’ai eu l’honneur de dire il y’a déjà longtemps, c’est autre chose. Véhémence vociférante n’est pas raison.

    Les économistes sont tous plus brillantissimes les uns que les autres ; et l’immense majorité ne voient rien venir avant d’être emportés par le tsunami. Ils prédisent la météo d’hier. Et même là, ils trouvent le moyen d’être en désaccord.
    A chaque discours d’économiste on peut en trouver 3 pour dire le contraire. Il y’en a tellement et ils parlent tellement qu’une probabilité statistique indéniable donne à certains, de temps en temps, raison. C’est l’horloge cassée qui indique l’heure exacte deux fois par jour…

    En plus, depuis les subprimes de 2007 ils s’habillent tous en Cassandre. C’est la mode. Se prennent pour un Nuriel Rubini, Dr. Doom. Avant, ils étaient plus-optimiste-tu-meurs. Avec les mêmes algorithmes…

    L’exemple allemand fait voler en éclats la plupart de ce qu’on voit sur les vidéos apportées par Lector. Rien que hier, un sondage du « Spiegel », je crois, sérieux comme canard, indique que 80% des allemands sont très heureux de la manière dont leur pays est gouverné…

    Pour le déficit démocratique dont on nous bassine. Le nom du jeu (the name of the game…) n’est rien d’autre que construction d’empire. Et jamais empire ne fut construit par une démocratie. Et si vous me donner les USA (c’en est un, effectivement) comme exemple contraire je vous parlerais de peaux noires et de peaux rouges.

    Maître Lector, c’est l’Etrusque qui s’offusque (moi aussi, parfois, je peux). Voyant son magnifique pays réduit à une province de l’empire romain, lourdingue, bureaucratique, démocratiquement déficitaire.
    La sympathie que j’ai à l’égard du penchant démocratique de l’Etrusque ne m’empêchera pas de voir que sa bataille est perdue.

    Viva Europa.

  57. Souris donc

    (Tactique N°1 : nous devons à L’Europe 70 ans de paix, donc l’Europe ne saurait être que le Bien.)

    Tactique N°2 : traiter d’antieuropéen quiconque ose élever une critique.

    « La simple idée d’un referendum déclenche aussitôt la panique dans l’Eurocratie. Les traces des consultations populaires qui se sont soldées par des échecs effraient les responsables. Les Norvégiens, les Danois, les Suédois, les Néerlandais, les Irlandais et les Français ont obstinément dit non. Pas question que ça se reproduise… C’est pourquoi les ténors de Bruxelles ont imaginé une stratégie destinée à les immuniser contre toute critique. Qui conteste leurs plans se fait traiter « d’antieuropéen ». Cette façon de kidnapper les concepts rappelle de loin la rhétorique du Sénateur Joseph McCarthy et du bureau politique du PCUS. Les uns parlaient de « un-American activities », les autres de « menées antisoviétiques »…
    Que « l’esprit européen » (Barroso à propos d’un nouvel impôt) soit censé avoir choisi de descendre sur la tête d’un non-élu est peu crédible.
    Drôle d’idée que ce soit le personnel de l’Union qui doive décider qui est ou n’est pas un « bon Européen ».

    H.M. Enzensberger, Le Doux Monstre de Bruxelles, p. 66

  58. Lector

    Souris
    je rejoins vos deux avant-derniers commentaires ; souscris au troisième en rappelant que la Pologne n’était pas loin de rejoindre le cortège avant que les oligarques ne dénient à son peuple le droit de s’exprimer.
    Précision en ce qui concerne mon suffrage : il rétrécit tant au fur et à mesure que l’UE s’enfle comme la grenouille de la fable qu’il se fera pour la première fois si mince et chagrin qu’il pourrait bien confiner au hâve, ressembler paradoxalement à un vote blanc. Mais, si je crois cette partie perdue d’avance, j’avoue couver quelqu’espoir de représentation nouvelle (donc pas FN qui en croque déjà), de voir entrer au parlement un parti d’opposition dont la moindre stratégie serait au moins de faire entendre un discours différent de la soupe publicitaire servie depuis plus de 20 piges ; s’il est question de vote utile, c’est dans cette intention que je servirai ma votation, au final d’une bien modeste entreprise.

    Impat 15.25
    Au contraire, c’est bien parce que la France est si désespérément bureaucratique que nous sommes fondés, parce qu’en connaissance de cause, à critiquer le Château. Je le nomme la chose ainsi car elle n’est jamais parvenue à devenir l’Europe, cette UE. Fallait pas mettre la charrue avant les veaux et les vœux éventuels.
    Je devine que les commissaires sont bien plus pragmatiques que le rêveur que je fais ; c’est bien à cause de ces techniciens peu savants que l’idéal n’est jamais atteint… disons pas même considéré.

    Roturier
    Je ne suis pas en désaccord avec votre 15.51 qui m’apparait pertinent d’un bout à l’autre (bien que je ne souscrive plus à son exclamation terminale). La véhémence n’est qu’une réponse à la caricature. Les économistes : tout est de savoir pour quel système ils roulent. La presse française fait le constat inverse de l’allemande ce qui n’est pas moins faux : parait que nous consommons plus d’antidépresseurs qu’aucun autre pays membre. De toute façon les français sont bien plus râleurs et bien moins… éduqués, plus revêches. Et, sommes bien d’accord : l’impérieuse Union coalisée n’a rien de démocratique. 😀
    Le portrait conclusif me sied. Hélas !

    PS mon salut à Yaakov, ainsi qu’à toutes et à tous.

    Erratum : il y a un cours d’histoire qui s’est féminisé perdant consonne finale et sens dans mon dernier comm’.

  59. Bibi

    Nous savons que les gens qui gèrent l’Europe sont des éclairés sup et transparents spé.
    A ces titres, il y a des bilans auxquels le contribuable a droit. Par ex., quels bénéfices a-t-il tiré des investissements dans la kleptocratie falastinie? Que et combien rapportent plusieurs milliards d’Euros investis depuis une vingtaine d’années aux Dupont et Martin ?

    Je vous signale que, en ce moment, le contribuable israélien assure entre autres une dette de qq 300 millions d’Euros de dettes falastinis à la compagnie d’électricité, ainsi que le traitement médical de plusieurs centaines de blessés graves syriens.
    Que fait l’UE apart engraisser les comptes suisses d’Abbas et fils, Erekat et Co.?

  60. roturier

    Exact, Bibi matinal spin doctor. Vu que cela s’appelle un « spin ».
    Spin-off, n’est-ce pas; prendre la tangente, HS mais pas tout-à-fait.

    Globalement c’est le même cirque depuis le magot d’Arafat autour duquel ils sont en train de s’étriper avec Souha.
    Sans que ça soit une consolation, d’autres contribuables (surtout US) seraient en droit de poser la même question.

  61. Souris donc

    Juste un complément d’information. Certes, nous consommons plus d’antidépresseurs qu’aucun autre pays membre. Les autres pays membres consomment plus de vodka, ou, comme l’Allemagne, plus de millepertuis, un antidépresseur « naturel », plus conforme à l’esprit du sadisme vert qui domine l’opinion allemande. Qui a des effets secondaires notamment d’interférence avec d’autres médicaments. Mais, le millepertuis n’est pas comptabilisé par la Sécu, ni remboursé, donc, en effet, même si les Allemands se bourrent de millepertuis, ce sont les Français qui seront les éternels champions de la consommation d’antidépresseur ( commode pour disqualifier leurs critiques, à ces ronchons chroniques sous antidépresseurs).

  62. Ah, mon pauvre Impat, j’en viendrais presque à soutenir vos vues sur l’Europe ! Tant d’absurdités sur la dette, le refus de regarder les chiffres, les idées simplistes, la haine du riche. Ah, ça fleure bon la carmagnole et le règlement de compte : heureusement que notre situation n’est pas si mauvaise, le confort tempère. En tout cas le prétentieux imbécile qui nous parle de ses robinets ne nous dit pas que la Russie qui n’utilise que le premier robinet est un des pays les moins endettés au monde (envie d’émigrer?) mais que le Danemark et la Suède qui n’utilise que le second sont deux fois moins endettés que nous, que l’Allemagne qui a avalé la RDA, ne l’oublions pas, a le même niveau d’endettement que nous et une économie insolemment florissante. Qui se souvient de l’inflation et du miraculeux premier robinet ? Qui peut croire que l’on peut s’endetter sans cesse sans que l’on perde un jour tout crédit justement. Peter Schiff nous annonce des catastrophes depuis toujours, il est normal que quand quelque chose va mal il puisse dire qu’il l’avait bien dit.
    Nous crevons de l’étatisme et de la bureaucratie, des caprices d’hommes politiques inconséquent (la cagnotte de Jospin) et on a le toupet de nous proposer plus de bureaucratie, plus d’étatisme, et plus d pouvoir aux politiciens, plus de premier robinet pour siphonner les retraites. Nous sommes devenus un peuple d’assistés geignards, incapables d’affronter les défis d’un monde où la misère à plus reculé au cours des 50 dernières années qu’au cours des deux siècles précédent. Nous sommes sur le reculoir et de ce point de vue Impat a raison, où serions-nous sans l’Europe avec notre mentalité de perdants ?

  63. Yaakov Rotil

    … où serions-nous sans l’Europe avec notre mentalité de perdants ?

    Je trouve la question de Tibor géniale. Je ne saurais encore expliquer la chose de façon logique et argumentée, mais cette question en amène une autre de ma part:

    « Et si cette mentalité de perdants était en partie une résultante de l’Europe telle qu’elle s’est construite, justement? »

    Je n’ai pas de réponse claire, c’est juste une intuition…

  64. Yaakov Rotil

    Il semble que je n’ai pas refermé la balise de citation et vous prie de m’en excuser… Et à propos de citation, je vous propose ceci:

    (…) un Etat n’est pas un objet matériel. L’Etat est une idée, privé d’existence hors de l’esprit humain. En conséquence, c’est avant tout une question de culture.
    (…) lorsque le peuple cesse de croire dans l’élément culturel qu’est un Etat particulier, comme cela s’est produit dans l’Etat soviétique, en Allemagne de l’Est, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie et comme cela risque d’arriver aussi au Canada, ce n’est qu’une question de temps avant que tout l’édifice s’avère aussi creux que la confiance qu’on lui prête et s’écroule au premier coup de vent dans l’effritement de la mémoire.

    Cette réflexion de Yoram Hazony me semble féconde et en la lisant, je n’ai pu m’empêcher de penser à l’UE… Peut-être que les prochaines élections européennes fourniront un élément de réponse…

  65. Lector

    Ahlala, les chiffres, les courbes croissantes… de la gabegie ; le refus de regarder au-delà de son petit confort personnel tous ceux qui crèvent, juste à côté, ici même, dans cette Union de cocagne. Envie d’émigrer ? Mais tout à fait ! Ils sont nombreux qui s’expatrie.
    La Suède et sa couronne ? Hahaha ! Elle se porte mieux effectivement que l’euro-franc. Et les idées simplistes d’une soi-disant haine des riches, entre autres, dans la peopeulisation publicitaire la plus forcenée.
    Ah la réunification, la chute du mur, et sans demander de Constitution, allez hop tous au pas, ça ne change pas ; aucune insolence là dedans, au contraire. Qui peut croire que l’on peut nous endetter indéfiniment ? Les traders peut-être qui spéculent sur le malheur à crédit ? Les suzerains complices qui viennent vous taper dans les poches pour servir les intérêts de gros plein de soupe qui votent la déflation. Des inconséquents oui. Et ce pauvre Jospin libero dont le mandat avait équilibré les comptes de la sécu. Et l’autodénigrement systématique des français qui ravissait Churchill, servi depuis par l’antiracisme le moins patriote et l’ultra propagande mondialiste des potentats ricaneurs, pas même élus, que d’autoproclamés plénipotentiaires ont désignés souverains systémiquement reconduits à la solde du grand fédérateur extérieur. La concurrence historique des modèles civilisationels serait dépassée ? Il est là le règlement de compte : ces sales froggies qui ont donné au monde une déclaration de droits universelle. Rendez-vous compte quels perdants ! Une mentalité d’assistés canoniques ça.

    Tactique n° 3 : battre la coulpe.

  66. Le vilain trader : indémodable de Mussolini à Goebbels en passant par le petit père des peuples. Franchement, pas le temps de discuter sur des poncifs pareils, les « potentats ricaneurs », les « gros pleins de soupe » alors que pour la première fois le pourcentage de gens extrêmement pauvres va passer sous les les vingt pour cent. Quelle pauvreté effectivement, mais d’analyse surtout ! Voilà toute la rhétorique des cacas d’oie du FN au FdG en passant par les Verts, c’est consternant, ces gens-là aiment tellement les pauvres qu’ils en veulent toujours plus.

  67. Tactique n° 1 : voter avec les pieds quand on peut.

  68. Des pauvres subventionnés se sont des votes assurés !

  69. roturier

    Rotil demande: « Et si cette mentalité de perdants était en partie une résultante de l’Europe telle qu’elle s’est construite, justement? »
    Comme par miracle ce n’est pas le cas de l’Allemagne? Et il ny a pas qu’elle.

  70. roturier

    J’ignore pourquoi ce passage de Hazony présente un intérêt. Il enfonce des portes ouvertes ; c’est banal. D’ailleurs pourquoi parle-t-il du Canada ?

    A force de nous parler de lui vous avez fini par susciter ma curiosité. Mauvaise pioche. J’espère que vous avez une connaissance suffisante de la langue de Shakespeare ; c’est une enquête journalistique détaillée et étoffée ; bien longuet d’ailleurs : http://www.haaretz.com/weekend/week-s-end/storm-in-a-neo-con-teapot-1.234226

    Certainement le même. Laisse à désirer et je suis poli. Bizarreries pécuniaires, confrontations judiciaires, népotisme, conflits d’intérêts, voire désordres mentaux. Sous couvert de prétentions « académico-idéologiques » contestées par des pairs.

    Lisez plutôt OZ. Propre, lui. Conseil : ne vous attaquez pas directement au monument « Amour et Ténèbres », pas forcément son meilleur. Je le soupçonne de l’avoir écrit le Nobel derrière la tête. Tentez d’abord au moins un de ses « petits » bouquins, dans les 200 pages, de qualité et plus lisibles.

  71. roturier

    Exact, Tibor. Un regard planétaire, et non franco-français, permet de constater une amélioration rapide et sans précédent du niveau moyen de vie, de santé, d’éducation dans le monde.
    Mais naturellement, ceux qui restent assis sur des acquis de nature coloniale subissent le contraire.

  72. Yaakov Rotil

    Je transmets à l’ami qui m’a conseillé le livre, mais ne pense pas avoir de réponse avant demain soir, Shabbat oblige. Cela dit, Haaretz n’est pas pour moi une référence incontestable… Bien à vous et Shabbat Shalom à tous!

  73. Lector

    pas le temps non plus avec les v^otres, je vous réponds comme vous envoyez c’est tout; je ne suis ni FN ni FDG ni vert mon pauvre ,remballez votre marchandise. Elle est où votre analyse ?! Que dalle!, comme d’habitude. Vous présupposez c’est tout. Par ex : pour moi la bourse n’est pas le problème mais la spéculation sur les monnaies….
    Aimer les pauvres ? Dans la caricature vous atteignez des sommets, pour vous c’est noir ou blanc et vous nous bassinerez encore avec des nuances de gris.
    Nan mais il n’y a pas de pauvres, ni de sans logis, puisque vos stats le disent. Il est classe votre regard planétaire! Vous ^etes allés où dernièrement, vous revenez de Chine en passant par la Russie avec un petit détour par les pays du Golfe ? Pfff. Pauvre truffe!
    Vous votez avec vos pieds en plus ?! C’est cool !

  74. Lector

    Tactique n°4 : accuser de ses propres maux son interlocuteur, il faut bien lui monter que l’on est son adversaire supérieur.

  75. Et sur tout le spectre colonial d’ailleurs, des nostalgiques des boys dévoués aux nostalgiques de la décolonisation qui ne cessent de la rejouer chez nous (les plus nombreux). Tous ayant au fond d’eux un profond mépris ou une grande commisération pour ceux que l’on appelait autrefois les indigènes. Maintenant qu’ils commencent à nous botter le train économiquement nous commençons à chouiner. Ah, les salauds de capitalistes qui font bosser ces gens à bas prix, c’est intolérable ! Toujours est-il que c’est ainsi que l’Asie se libère de façon stupéfiante, que les villes d’Amérique Latine sont devenues de plus en plus vivables (sauf bien sûr quand une chiure comme Chavez vient tout bloquer). Chavez le modèle de la gauche de la gauche : tout est dit finalement.
    Le monde change de façon phénoménale et nous discourons sur les acquis sociaux, sur le pacte machin, le plan bidule, le choc de mes deux couettes. Nous vaincrons car nous sommes les plus forts et les tannées que nous prenons jour après jour, c’est la faute des libéraux : mais quelle profonde imbécillité, quel amour des oeillères, quel culte de la défaite.

  76. Heu, pardon Souris, pas une chiure, un Ubu bien sûr.

  77. Skarda, 18h35. Superbe discours, juste sur le fond et capable d’enthousiasmer une foule !
    Sauf en France…

  78. Bibi

    Ha Ha Ha.
    Rot calling the kettle black.

  79. Bibi

    Un peu de retenue, tout de même.
    L’Eurôôôôpe est le continent de référence – n’est-il pas – de la civilisation.
    Et de l’humânisme et toussa.
    Depuis à peu près toujours. Ou presque.

  80. desavy

    J’aime vous lire, Impat, lorsque vous essayez d’opposer des arguments rationnels (cela devrait être un pléonasme) non pas en faveur de l’UE mais tout simplement pour décrire son fonctionnement. Mais face à l’irrationnel, le rationnel ne peut rien.

  81. Souris donc

    « Face à l’irrationnel, le rationnel ne peut rien »
    Forte sentence ! Sauf que l’irrationnel n’est pas toujours où l’en pense.
    La critique est un droit de l’Homme et un indice de liberté d’opinion. Dénier à quelqu’un le droit de critiquer l’UE est déjà douteux en soi. C’est s’agiter sur sa chaise en criant l’Europe, l’Europe, l’Europe. C’est l’incantation, style inversion de la courbe. La pétition de principe au niveau de l’argumentation et l’imprécation contre qui ne souscrit pas. Pour dire les choses plus simplement, c’est de l’ordre de la croyance et de l’excommunication.
    Moi, je veux pouvoir dire que l’Eurocratie ne me fait pas rêver, que les fuites en avant sont inquiétantes, que cette construction délirante ne peux que s’écrouler. Que l’écroulement de cette Europe bureaucratique est une bonne chose qui permettra, peut-être, de repartir sur des bases plus respectueuses, vertueuses et démocratiques.

    Exemple de fuite en avant :
    La clause de flexibilité.
    Késaco ?
    L’UE revendique les compétences suivantes : les politiques économique, sanitaire, industrielle, tout ce qui touche à l’environnement et au climat, à l’énergie, à la recherche, aux technologies, à la formation, aux retraites, à la jeunesse, aux consommateurs, à l’immigration et à l’asile, aux régions, au droit civil et pénal, à la sécurité intérieure. Chaque extension permettant de réclamer plus d’argent et de postes, et afin que rien n’échappe à son œil inquisiteur, on a veillé à introduire la « clause de flexibilité » permettant d’étendre les compétences sans restriction et à l’infini.
    C’est pas beau, ça ? C’est pas un brin totalitaire ? Ubuesque ?

  82. Souris donc

    Dans le domaine de la consommation, nous connaissions l’inénarrable courbure du concombre.
    Voici les critères de commercialisation du poireau (Règlement 2396/2001) :
    « Les poireaux doivent présenter une coloration blanche à blanc verdâtre sur au moins un tiers de leur longueur totale ou sur la moitié de la partie enveloppée. Toutefois pour les poireaux primeurs, la partie blanche à blanc verdâtre doit avoir au moins un quart de la longueur totale ou un tiers de la partie enveloppée. »

    Il y a des gens que passent leur temps très bien payé à tourner ce genre de plaisanterie.
    Si j’ai du temps gratuit à perdre, je vous ferai rigoler avec les prescriptions concenant le préservatif.

  83. desavy

    En effet, Souris donc :

    Mais les compétences ne peuvent être élargies que par le Conseil de l’UE. Or, qui siège à ce conseil ?

    « L’article 352 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) prévoit une clause de flexibilité relative aux domaines de compétence de l’Union européenne. Cette clause permet d’ajuster les compétences de l’Union aux objectifs assignés par les traités lorsque ceux-ci n’ont pas prévu les pouvoirs d’action nécessaires pour atteindre ces objectifs.

    L’article 352 TFUE ne peut servir de base juridique que si les conditions suivantes sont remplies:

    . l’action envisagée est «nécessaire pour réaliser, dans le cadre des politiques définies par les traités (à l’exception de la politique étrangère et de sécurité commune), l’un des objets de l’Union»;
    . aucune disposition du traité ne prévoit d’action pour la réalisation de cet «objet»;
    .l’action envisagée ne doit pas conduire à étendre les compétences de l’Union au-delà de ce qui est prévu par les traités.

    La décision de recourir à cet article appartient au Conseil de l’Union européenne qui statue à l’unanimité sur proposition de la Commission européenne et après approbation du Parlement européen.

    La Commission européenne, en conformité avec la procédure de contrôle de la subsidiarité prévue par l’article 5 du traité sur l’Union européenne (UE), doit informer les parlements nationaux des initiatives prises sur la base de l’article 352 TFUE. »

    http://europa.eu/legislation_summaries/glossary/subsidiary_powers_fr.htm

  84. Yaakov Rotil

    Souris donc,

    Vous êtes punie: vous écrirez donc (à la plume, comme dans le temps, et sans faire de pâté ni nulle faute d’orthographe): « L’Europe, c’est bon pour moi, car on me l’a dit ».
    10000 fois. Vous avez jusqu’à demain pour cela…

  85. desavy

    Il faut juste comprendre que les commissaires européens sont nommés par les États, c’est à dire par des personnes élues. Un peu comme les ministres… Nous sommes donc tous responsables du concombre courbé.

  86. desavy

    Rotil, un peu de caricature, non ?

  87. Yaakov Rotil

    desavy, vous voulez avoir des lignes à recopier, vous aussi?

    Plus sérieusement, oui, un peu de caricature, un clin d’œil aussi à Souris donc que j’apprécie.

  88. roturier

    Bibi 26 avril 2014 à 02:01 :
    « L’hôpital qui se moque de la charité » c’est pas assez bon? Snob.

  89. Souris donc

    Oui, ce texte alambiqué dit exactement la même chose que moi, en plus précautionneux et faux-jeton.
    Quant àl’approbation par le Parlement, c’est de la pure rhétorique, car on a pris soin de le neutraliser ainsi que je l’écrivais plus haut. Le Parlement est un alibi de démocratie, c’est tout.
    http://antidoxe.eu/2014/04/22/la-courte-echelle/#comment-24603

    « Il faut juste comprendre que les commissaires européens sont nommés par les États, c’est à dire par des personnes élues. Un peu comme les ministres… »

    C’est le suffrage indirect, vestige du suffrage censitaire. Ce qui nous vaut de coûteuses institutions, comme le Sénat honorant la sénilité des momies vivantes comme à l’Académie qui, en 4 siècles, doit en être à la lettre C d’un dictionnaire que jamais personne ne consulte.
    C’est ainsi que nous avons vu surgir du néant un Van Rompuy, un Barroso et une Reding, la mégère qui vient périodiquement nous donner des leçons de Roms.

  90. Souris donc

    Rotil, jamais de la vie ! Encore moins à la plume d’oie évoquant le gavage pro-européen que nous subissons.

  91. Pour ma part, il y a une chose qui me rend l’Europe proprement insupportable, c’est d’une part ça manière de vouloir toujours s’étendre et nous imposer de nouveaux peuples avec qui nous ne partageons pas grand chose et d’autre part sa prétention de dicter nos modes de vie par d’obscures décrets d’une façon qui ne serait même pas envisageable aux États-Unis. Les compissaires sont peut-être nommés par les gouvernements, on ne peut pas les virer quand ils décident ensuite n’en faire qu’à leur tête.
    L’Europe est hégémoniste, anti-démocratique, bureaucratique, tatillone et inefficace, un leg de la France peut-être.

  92. Souris donc

    Bureaucratie tatillonne et inefficace ? Suite pour vous faire plaisir, Skarda :

    La Commission composée de 27 Commissaires, un par pays, dispose d’un Président et de 7 vice-présidents. Quantités de directions sont placées sous son autorité. Avec chacune son directeur et ses sous-directeurs. Les sous-directions conférant au directeur la qualité de directeur général qui, sans ça, ne serait qu’un simple directeur.
    Vous suivez ?

    En voici un petit échantillon :
    EAC, RTD, ENTR, TAXUD, MOVE, ECFIN, ECHO, ENER, ELARG, BUDG, SANCO, JUST, DGT, HOME, INFSO, CLIMA, AGRI, SCIC.
    Et c’est pas tout.
    Il y a aussi des agences rattachées qui ont chacune un conseil d’administration d’au moins 16 membres, mais peut avoir 60 collaborateurs ou plus.
    La EU-OSHA en a 64, et un conseil d’administration de …84 membres.
    Les organismes et agences (surnommées Brussels-sprouts) portent les noms :
    ACER, CdT, Cedefop, CEPOL, CFCA, CPVO, EACEA, EAHC, EASA, EAWI, ECDC, ECHA, EDA, EEA, EFR, EFSA…
    …et j’en ai marre, ça continue et le Brussels-sprout essaime de Vilnius à Héraklion. De 2 en 1075, ils sont une 40aine, et autant dans les tuyaux.
    « Vouloir toujours s’étendre », on en est au stade de la folie furieuse.

    Il y a aussi les agences et organismes dépendant des Conseils, mais je fatigue.

  93. desavy

    Souris donc :

    « Oui, ce texte alambiqué dit exactement la même chose que moi, en plus précautionneux et faux-jeton.
    Quant à l’approbation par le Parlement, c’est de la pure rhétorique, car on a pris soin de le neutraliser ainsi que je l’écrivais plus haut. Le Parlement est un alibi de démocratie, c’est tout. »

    Vous passez un peu vite sur l’essentiel qui est le rôle du Conseil européen. Ses membres sont élus.

    « C’est le suffrage indirect, vestige du suffrage censitaire.  »

    C’est cela la question, la comparaison entre le suffrage indirect, ou représentatif, et le suffrage direct. Il est de bon ton (surtout lorsqu’on est dans l’opposition) de dire que le premier n’est pas démocratique contrairement au second.
    J’ai plutôt tendance à me méfier de tout ce qui est scrutin direct, les foules étant encore plus manipulables que les représentants.
    L’exagération et le coté rigolo des normes dispensent de souligner le plus important : dès le départ, l’intégration européenne a été conçue comme une marche en avant vers le fédéralisme, mais surtout sans le dire.

  94. Yaakov Rotil

    Peut-être parce que si on l’avait dit, ça aurait couiné?

  95. desavy

    Tibor, on pourrait « vider » les commissaires européens mais on ne veut pas le faire. Quant au côté hégémonique de l’UE, n’est-ce pas plutôt celui de l’Allemagne ou de la France ? L’exemple ukrainien l’illustre parfaitement.

  96. desavy

    Rotil : « Peut-être parce que si on l’avait dit, ça aurait couiné? »

    Très certainement et nous en serions restés à un simple marché commun. Mais peut-être que maintenant, on peut le dire ? En gros, la disparition de la France en tant que pays est prévue depuis le début et on amuse la galerie à propos de normes et de sigles.

  97. desavy

    En écrivant cela, je ne prends pas position. Après tout, les États-Unis d’Europe peuvent faire rêver.

  98. Desavy,…  » la disparition de la France en tant que pays « …
    Vous touchez là au vrai sujet, celui que soulève l’article.
    La France se trouvait face à l’alternative : disparaître en tant que pays majeur, diplomatiquement et économiquement, et se retrouver en petit ou moyen pays marginal aux possibilités limitées pour elle-même et pour ses citoyens. Une sorte d’Autriche. Ou disparaître en tant que pays à 100 % souverain, mais apparaître en pays meneur important au sein d’une Union constituant un levier pour l’extérieur, un appui pour elle-même.
    Dans les deux cas la France pays majeur 100 % souverain disparaît, ce qui est déjà « acté » et n’est peut-être pas dommage étant donné ce qu’est devenue la mentalité des Français.
    De toute façon la « Nation Française » n’a aucune raison de disparaître au sein de l’Union, quel que soit l’avenir de l’État Français.

  99. Lector

    tactique tictac n°5 : la mauvaise foi saupoudrée d’une bonne tautologie : le monde change !
    Wahou! Personne ne l’avait remarqué, jamais. Tout est dit et de manière terminale. Comme culte de la défaite, ça se pose là. Quand l’UE ne va pas, c’est un peu la faute de la France. On ne va qd même pas nous ennuyer avec les combats de nos aïeux, ces ladres de l’Histoire. Tout doit disparaître.
    Pourquoi ne pas mélanger un peu d’auto-dénigrement à de l’indigène… ça devrait faire la farce.

  100. roturier

    Les combats de nos aïeux…
    On fait parler les morts… On croit savoir ce qu’ils auraient fait dans la situation actuelle, alors qu’ils ne l’auraient jamais imaginé…
    Et naturellement on pratique l’hagiographie, ce sont des saints, ils ne pouvaient pas avoir tort, mettons nous à genoux devant leur souvenir, mettons nous au service de ceux qui disent parler en leur nom.
    Et évidemment il faut mener les combats de nos aïeux… Refaire la guerre d’hier alors que ceux d’en face font celle de demain…; Et c’est comme ça que ça ira mieux….

    Manque d’imagination? Pire: fossilisation mentale, grandiloquence verbale.

    Mes dithyrambes ci-dessus concernant De Gaulle et Jean Monnet se terminent, les deux, ainsi:
    « Force est de réitérer l’avertissement de rigueur : personne n’a le droit de s’exprimer au nom de son héritage sur des questions actuelles. Il n’y a que les escrocs qui prétendent faire parler les morts ».

  101. Souris donc

    Il n’y a que les escrocs ?
    Mais tout le monde fait parler les morts, en choisissant ceux qui conviennent le mieux à la démonstration que l’on entend faire, et en faisant le tri dans les citations. En falsifiant.
    Les Pères Fondateurs, De Gaulle et Adenauer, Mitterrand et Kohl se donnant la main. Trémolos et chromos. Manipulation des symboles.
    « La disparition de la France en tant que pays est prévue depuis le début’
    Ah oui ? Pour moi, il s’agissait d’abord, au lendemain de la guerre, de répartir de façon pragmatique les aides du plan Marshall. Ce qui amène Churchill à proclamer, à Zurich, « Let Europe arise ! ».
    Ensuite la guerre froide lui a donné l’idée de réunir, en 1948, le congrès de La Haye « pour l’unification de l’Europe ». Un rêve de congrès, avec des experts certes, mais aussi des philosophes, des historiens, des écrivains, des évêques, Raymond Aron, T.S. Eliott, Martin Niemöller.
    Mais bien sûr on préfère entretenir la mièvrerie, les ennemis d’hier se donnèrent la main et l' »esprit européen descendit sur eux ». A partir de là, tout ce que vous dites sera retenu contre vous.

  102. Souris donc

    On va donner ad nauseam dans « le couple franco-allemand », même Angèle et Mou Président Je doivent rentrer dans le schéma. C qui donne lieu à d’improbables photos avec d’improbables légendes. Ce ne sont pas des physiques de jeunes premiers, Angèle et François, et il leur arrive de regarder ailleurs que dans la même direction. Très pratique pour gloser sur les divergences.

  103. roturier

    Je dois avouer que Liebchen a qq part raison. Faire parler les morts est un sport répandu, ça arrive à des gens bien.
    Cela s’appelle « qui oublie son passé est condamné à le revivre » et je ne suis pas le dernier à l’ânonner.

    Cela dit, dire « La disparition de la France en tant que pays est prévue depuis le début’’ est une provoque.
    Sa dissolution, non. Sa dilution, sans l’ombre d’un doute.

    Les combats d’arrière-garde ne feraient même pas en repousser l’échéance; uniquement la rendre plus pénible.

  104. … « Les combats d’arrière-garde ne feraient même pas en repousser l’échéance « …
    Plus intéressants et prometteurs sont les combats d’avant-garde, et de pleine opération, pour terminer la construction de l’Union.

  105. Souris donc

    Ah terminer la construction de l’Union, l’idéal de l’eurocrate post-stalinien se gobergeant à nos frais. Surpayé à rien foutre, à part le zèle qu’il met à pondre tous les 6 mois une nouvelle norme hilarante et à créer, grâce à la clause de flexibilité, une nouvelle extension de ses compétences, avec toujours plus de fonctionnaires et de normes hilarantes.
    A l’autre bout, nous avons l’entrepreneur ou l’agriculteur qui doit appliquer la norme hilarante. Qui le ruine ou rend dépendant et en fait un kolkhoznik fonctionnarisé avec juste ce qu’il faut d’aides communautaires pour ne pas crever.
    C’est l’idéal européen.

  106. … « C’est l’idéal européen. « …vu par Souris donc à travers son prisme « arrière-gardiste »: 🙂

  107. Yaakov Rotil

    Sauf votre respect, Impat, je ne lis rien sous votre plume/clavier qui soit une réponse aux critiques, rien qui fasse rêver l’Europe…

    Phrases ironiques, esquive des questions à vous posées…

    Devenu eurosceptique, j’aimerais tant que vous devinssiez le porte-parole de l’Europe !!! -;)

  108. roturier

    Effectivement nous sommes de plus en plus entravés par des normes-régulations-obligations.
    Européennes? Pas forcément. Rien ne permet de supposer que sans l’Europe il y’en aurait moins.

    Sachant que ce n’est pas fini: plus il y’aura d’humains sur terre, moins ils auront d’espace vital (sol ? eau ? oxygène ?) par tête; c’est mathématique.
    La profusion d’entraves réglementaires, en d’autres termes de limitations d’espace, en est la conséquence; et la survie de l’espèce est à ce prix (et encore…).

    Faute à l’Europe ? L’Europe n’en est qu’une courroie de transmission.
    Comme j’ai dit ci-dessus : s’il pleut le mardi, c’est la faute à mardi. Vivement la semaine de deux mercredis.

  109. Souris donc

    D’où sort la menace suivante ?

    « L’action des services chargés de faire respecter la loi dans la période qui suit immédiatement l’entrée en vigueur de celle-ci est un facteur important aussi bien pour l’acceptation de la loi elle-même que pour le succès des mesures de surveillance.
    Pour ce qui est de la répression active, de nombreux pays recommandent de donner un large écho aux poursuites engagées contre les contrevenants pour en accroître les effets dissuasifs.
    Une réaction très ferme donne un signal fort qui rend ensuite l’application de la loi plus facile. »

    Non, non, ce ne sont pas des dispositions pénales d’exception en cas de guerre.
    Mais la réglementation 2009/0088 pour un environnement sans tabac.

    nous sommes de plus en plus entravés par des normes-régulations-obligations.
    Européennes? Pas forcément. Rien ne permet de supposer que sans l’Europe il y’en aurait moins.

    En effet. On va vers le modèle américain où on peut acheter un pistolet-mitrailleur à chaque coin de rue mais où on n’a pas le droit de fumer une cigarette. Avant-gardiste.

  110. roturier

    Mais, Liebchen, vous valez mieux que cette confusion permanente de la cause et de l’effet.

    Non, nous n’allons pas vers le modèle américain: c’est les américains ET nous qui allons vers un modèle planétaire.

    Or, le modèle planétaire (je le hais d’office mais c’est comme ça) ne suivra pas forcément le modèle américain. Il est hautement probable que les américains finiraient par ne pouvoir acheter d’autre arme q’un couteau de cuisine (comme nous).

  111. Yaakov 16h38.
    Ma réponse tiendra en une seule question : Yaakov, aimez-vous votre pays ? Si oui, demandez-vous pourquoi : les réponses que vous vous donnerez sont celles qui me font aimer le mien.
    Ajoutez-les à celles que détaille l’article, et vous aurez tout ce qui pourra vous faire rêver.

  112. Yaakov Rotil

    Je veux bien, mais l’Europe n’est pas un pays, me semble-t-il… Seriez-vous prêt à vous battre pour Riga, pour Dublin ou Ljubjlana?

  113. Yaakov, … « je veux bien »…Merci, c’est déjà ça. 🙂
    Mais détrompez-vous : quand vous parcourez 3000 km sans passer un poste frontière, sans vous arrêter devant la police ou la douane, sans changer de monnaie, vous vous rendez parfaitement compte que vous traversez « un pays ».
    Je ne sais pas si je serais prêt à me battre pour Riga ou Dublin, ni pour Paris ou Berlin. Pour l’Union en tant qu’Union, oui.
    Je vais encore vous poser une question. Lorsque mes petits-enfants vivront dans leur pays, l’Union Européenne à peu près achevée, ne pensez-vous pas qu’ils trouveraient ridicule quelqu’un qui proposerait de rétablir les anciennes frontières de l’Europe, de ré-implanter les barrières douanières, de diviser leur monnaie en une douzaine de petites monnaies concurrentes, d’échanger leurs passeports de l’Union Européenne connus et reconnus dans le monde entier par des « petits » passeports locaux, etc. ?
    Si une sorte de FN ou FdG futur proposait cela, ça les ferait bien rire mes petits-enfants. D’ailleurs même aujourd’hui cette idée de retour à l’ancienne Europe divisée leur semble assez farfelue. Ils ont, eux, franchi le pas depuis longtemps.

  114. desavy

    Yaakov, Lorsqu’Impat évoque le pays qu’il aime, il ne parle pas de l’Europe mais de la France.

  115. Souris donc

    Le passeport et les monnaies, c’est bien gentil, mais c’est cher payé, avec l’espace Schengen ouvert à tous les vents (mafias de l’Est, clandestins de partout, travailleurs détachés, chômage exponentiel des délocalisations, conceptions inconciliables des systèmes de protection et de négociation, distorsions sociales des SMIC, retraites, santé… ).
    Ce qui attend vos petits-enfants : les compromis à marche forcée, façon normes eurocratiques. Les cotes mal taillées, le nivellement par le bas.

    Déboussolés jusque dans les rangs de l’UMP, voilà que 40 députés menés par Wauquiez (ex-ministre des Affaires Européennes) et Guaino (qui a écrit avec Cohn-Bendit La France est-elle soluble dans l’Europe) signent un Appel pour changer l’Europe

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/04/25/31001-20140425ARTFIG00081-henri-guainolaurent-wauquiez-il-est-temps-de-tout-changer-en-europe.php

    On dirait du Souris.
    Ça sent le roussi à l’approche des élections ?

  116. … « On dirait du Souris.
    Ça sent le roussi » …
    Souris se lance dans la contrepèterie européenne. Bravo !

  117. roturier

    Faut tout changer, disent-ils?
    Mais, ça rappelle qq1….
    Le changement c’est maintenant?
    Rarement entendu slogan aussi propagandiste.
    Un changement? Lequel? Pour quoi faire?
    Concert de grandes gueules. Depuis quand changer est une fin en soi? Nous prennent pour des imbéciles. Comme d’hab.

  118. Souris donc

    Oui, Patrick, et d’abord ce n’est sûrement pas un Allemand, avec son accent à couper au couteau suisse. Ensuite, il se marre à propos des tarifs douaniers des sauces et condiments.

  119. Souris donc

    Que sont devenues les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

    « Le traité de Maastricht agit comme une assurance-vie contre le retour à l’expérience socialiste pure et dure. » (Alain Madelin à Chalon-sur-Saône, 4.9.92)

    « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

    « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    « Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

    Extraits du bétisier de Maastricht, Chevènement et Plantu, Ed Arléa, 1997

    http://www.chevenement.fr/Le-Betisier-de-Maastricht_a958.html

  120. Ce que vous nous sortez là, Souris, permettez-moi de l’appeler le bêtisier de Souris. À moins que vous trouviez une preuve, dans ces exemples cités, selon laquelle la situation aujourd’hui serait meilleure sans l’Union.

  121. Yaakov Rotil

    Impat,

    Quant à nous, nous n’avons d’union avec personne, mais, avec une population de 8 millions sur moins de 5% de la surface de la France, nous sommes auto-suffisants en nourriture, nous avons un chômage qui est parmi les plus bas de l’OCDE, nous avons dépassé la France en exportations d’industries militaires cette année, notre monnaie est appréciée et solide, notre endettement baisse chaque année, et tout récemment, nous commençons à exporter du gaz à l’Egypte et de l’eau – oui! de l’eau, à la Jordanie. Nous vendons nos drones jusqu’au Maroc!

    Et ne me répondez pas par l’aide américaine. Car les USA ont un excellent retour sur investissement, vu que nous sommes le laboratoire de leurs armes et systèmes les plus sophistiqués. En plus, nous pourrions nous en passer assez facilement: nos exportations vers l’Asie ont dépassé cette année nos exportations vers les USA.

    Alors, je me demande si la France a tant à gagner avec l’UE.

  122. Demandez-vous plutôt, Yaakov, s’il n’y aurait d’autres différences expliquant une meilleure compétitivité en Israêl. Tenez, par exemple, combien de pages dans le code du travail chez vous ?

  123. Yaakov Rotil

    Je ne sais pas, mais certainement beaucoup moins que chez vous.
    D’une façon plus générale, il me semble – mais je suis encore trop « jeune dans le pays » pour être à l’abri de dire une sottise -, que notre vulnérabilité dans un environnement hostile agit comme un stimulant.
    Concernant la France – dont je rappelle que j’y ai des racines presque millénaires et qu’il s’ensuit que je ne peux y être indifférent -je me demande si, justement,le fait d’être devenue partie de l’union n’a pas eu l’effet contraire… Un effet rassurant, (« on fait bloc, donc nous sommes protégés »), avec un effet pervers (sans connotation morale, bien sûr).

    Je le redis mais je crois, sur ce point précis, que j’enfonce une porte ouverte, que si la France avait conservé Israël dans sa clientèle aéronautique, le Rafale se serait vendu comme des petits pains…

  124. Souris donc

    je me demande si, justement,le fait d’être devenue partie de l’union n’a pas eu l’effet contraire…
    Je me le demande aussi, Rotil.
    Sérieux, on nous avait promis l’Europe de la prospérité par les hautes technologies, les nanosciences, l’économie du savoir…
    Discours sur l’état de l’Union 2013 du clown Barroso : rien. Les habituelles excuses, la crise, le réchauffement climatique, les temps sont difficiles. Mais on va inverser la courbe.
    http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-13-684_fr.htm

  125. Bibi

    Le code de travail israélien est très protecteur de l’employé. Dans le secteur public c’est similaire au français (avec moins de congés quand même). C’est plus « libre » dans le privé, hormis les cotisations sociales notamment.
    Le grand problème en France est le coût du travail, qui fait exploser le prix des produits au point où ils ne sont pas ou peu compétitifs.
    Le principe de précaution n’améliore pas les choses.

  126. Yaakov Rotil

    Zut, j’ai mal fait… Bon, Allez voir ça: https://www.youtube.com/watch?v=dPpMdr9VqUY

  127. roturier

    Confirmation du Bibi 28 avril 2014 à 21:57 ; Ne pas croire qu’Israel n’a pas de code du travail.
    Les employeurs israéliens se plaignent aussi des difficultés pour licencier. Mais c’est plus facile qu’en France.
    Le Smic est plus bas (mais il existe…). Globalement le coût du travail est inférieur à la France.
    Les indemnités et la durée du chômage indemnisé sont bien plus modestes. Un salarié n’a pas intérêt à être au chômage. En conséquence il fait plus d’efforts au boulot.

  128. Bibi

    Et surtout pour retrouver un boulot au plus vite s’il est licencié/quitte son job.

    Ce sont les mentalités qui diffèrent.

    Ne pas oublier que le e d’Israël prend un tréma en français.

  129. roturier

    J’ai des circonstances atténuantes.
    Mon seul et unique prof de Français s’appelait (s’appelle toujours) correcteur d’orthographe. Jamais eu un autre, jamais mis les pieds dans une classe de (ou en) Français.

  130. Yaakov Rotil

    roturier, compte-tenu des circonstances atténuantes que vous présentez, vous évitez la ligne verte… 😉

  131. roturier

    En revanche, pour être honnête je me suis frotté copieusement à des Français(es).
    Non que ça parlait beaucoup. Mais faut croire que les onomatopées sont la base du langage.

  132. Lector

    ben faut retourner à l’usine ou à la mine bosser 20 heures par jours pour un quignon de pain mon gars, et puis démanteler la sécu et cracher sur les retraites (pour ma part je n’en aurai pas)…
    Vous connaissez la leçon de Simone Weil ? Je vous résume la chose : Ce n’est pas parce que nous sommes enclins à admirer la force qu’il ne faut pas accorder d’attention aux faibles.
    A-t-on le droit de ne pas se faire servile et de penser le monde, la volonté de le changer pour mieux?!!!! J’espère. C’est ce qu’ils voulaient non, du moins promettaient les parvenus oligarques… flop total, sauf pour leur pommes, à notre détriment.
    Avec Roturier comme pseudo ça pourrait pourtant vous parler le front pop’ etc. Ou bien êtes-vous né une cuillère d’argent à la bouche?
    Faut-il qu’il y en ait de nombreux qui crèvent pour que le gros plein de soupe de notre démocratie bourgeoise (car c’est comme cela qu’elle s’est construite) puisse jouir de son opulence ? Curieuse idée.

    Faire parler les morts ?!!! N’importe quoi. Pas besoin, ils ont dit ce qu’ils avaient à dire, dont le général sur l’impossible union et son « fédérateur extérieur »; non seulement il l’avait imaginée impossible l’UE mais il avait prévenu. Ce n’est pas l’imagination qui fait défaut à votre commentaire (quoique) mais la mémoire ou le savoir.
    Et lorsqu’on nous balance les truismes en vogue éculés mais rabâchés vous ne voudriez tout de même pas que je m’emploie à répondre dans le détail ?!!! Merci.

  133. Lector

    Où ça ? Ben dans l’isoloir voyons.

  134. Lector

    ben oui des onomatopées du genre de « bling bling »… le logos a une grosse fièvre vous avez remarqué, pire régression complète.

  135. roturier

    Et pourquoi ne pas me blottir contre des lointains souvenir?

  136. Souris donc

    Pour arrondir le trollomètre :
    Parlement européen :
    Quand les gens se rendront compte de ce que vous êtes, ils vous pendront et ils auront raison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :