La dentelle de Nantes

ndl4

Connaissez-vous Alençon ?

Une jolie petite ville normande, au milieu de nulle part, entourée de vergers, de pommiers, de prairies, de nombreux haras, chef-lieu du département de l’Orne mais totalement excentrée au sud de ce territoire, par crainte sans doute d’apparaître trop en vue en occupant le centre. Autrefois connue, dans l’ancien régime, par les apanages concédés aux comtes puis aux ducs d’Alençon dont nombre de titulaires ont émaillé l’Histoire de France jusqu’au duc Louis, frère de Louis XVI et futur roi Louis XVIII, Alençon se prévalait encore au 19e siècle d’une vie économique active centrée sur l’imprimerie et la dentelle. D’Alençon.

La ville rivalisait avec Le Mans, à peine plus importante, régnant sur la Sarthe à 50 kilomètres plus au Sud.

Aujourd’hui Le Mans est une agglomération prospère de 150.000 habitants, en croissance. Alençon, de 33.000 habitants en 1975, est descendue à 27.000. On y chercherait en vain une industrie, la ville survit par ses haras, son administration départementale, et ses souvenirs dont le dernier fut la fermeture de Moulinex.

Pourquoi cette différence de destin ?

Eh bien le destin n’y est pour rien. La volonté des hommes y est pour beaucoup. La construction de la ligne de chemin de fer Paris-Brest entreprise à la mi-temps du 19e siècle devait emprunter la voie traditionnelle la plus courte par Alençon, celle de l’actuelle route nationale RN12. Las, l’influence conjuguée du député-maire du Mans et semble-t-il des Alençonnais eux-mêmes aboutit à la déviation par Le Mans. L’histoire des discussions de l’époque reste controversée mais nombre d’autochtones affirment que leurs ancêtres s’opposèrent farouchement au passage dans leur ville de ces engins bruyants, fumants, polluants, qui laisseraient pour l’éternité leurs escarbilles de charbon dans les prés et apporteraient aux chevaux et aux hommes des maladies inconnues. Écolos avant l’heure, ces Normands prônaient ouvertement la décroissance plutôt que l’expansion, la tranquillité plutôt que l’activité, l’air bien pur plutôt que les escarbilles.

Et Alençon s’endormit…

On retrouve en maints endroits des histoires similaires concernant l’arrivée du chemin de fer.. Songeons par exemple aux Tourangeaux, obligés au 21e siècle d’aller prendre le train « grande ligne » à Saint-Pierre-des-Corps en utilisant leur voiture ou un train local parce que leurs ancêtres ont eu peur des locomotives.

Et maintenant ? Maintenant « nous vivons une époque moderne » disait Philippe Meyer. Ce n’est plus le train qui induit le développement, ce sont les avions. Ce ne sont plus les gares qu’on rejette, ce sont les aéroports. Néanmoins les anti croissance de principe, craintifs devant les nouveautés à vapeur du 19e, ou intégristes « écolos » du 21e siècle, sont toujours là. Et risquent comme ils le faisaient voici 150 ans de compromettre l’avenir de leurs concitoyens.

Nantes, grâce à un aéroport bien équipé, a bénéficié, bien avant toutes les villes bretonnes ou proches, de dessertes nombreuses vers le monde. Nantes-Château-Bougon, devenu Nantes Atlantique, offre des départs vers plus de 50 pays, dispose de moyens d’approche et d’atterrissage performants, voit se profiler un marché important qui permettra un accroissement d’activité pour les Nantais et toute la Bretagne. Mais le développement aéroportuaire s’avère impossible du fait de la piste unique, des zones habitées environnantes, de la proximité de Nantes, de l’axe de décollage et d’atterrissage survolant la ville dont quelques milliers d’habitants n’apprécient guère le bruit.

Alors faudra-t-il limiter le trafic, et envisager pour les Bretons un avenir du type Alençon ?

Oui, diront certains, c’est inéluctable, on ne peut ni ne doit continuer à implanter des infrastructures au nom de la croissance. Priorité à l’environnement, place à l’écologie !

Mais l’écologie, en la personne de quelques centaines d’intégristes ne sachant que dire non, ne s’est-elle pas transformée en arme hyper médiatique du déclin ?

Pour assurer maintenant le succès d’un projet, il faut décidément jouer de discrétion. Voici une vingtaine d’années, dix ans après que naisse à Nantes l’étude du transfert à Notre-Dame-des-Landes, la ville d’Angers se préoccupait de son aéroport d’Avrillé. Proche de la ville, une seule piste, entouré d’habitations (et du haut clocher d’une église juste dans l’axe!)…tout cela rappelle aujourd’hui quelque chose, non ? Eh bien sans coup férir mais sans le crier sur les toits, un autre aéroport fut construit à Seiches : plus grand, loin des zones habitées, plus dégagé. « Angers-Loire » ouvrit ses portes au trafic en 1998, date à laquelle Angers-Avrillé fut fermé après 90 ans d’existence.

Vous en aviez entendu parler ?

 

45 Commentaires

  1. Souris donc

    Je hasarderais bien une autre hypothèse. S’ils indemnisaient correctement les agriculteurs au lieu de leur payer 50 € l’are, on n’aurait pas vu la coalition des écolos des villes et des indignés des champs contre l’aéroport. Les campements des pâles et chétifs écolos n’auraient pas tenu longtemps devant les fourches, les faucheuses et les pulvérisateurs.
    Mais en France, l’expropriation se fait toujours dans des conditions spoliatrices. Ils ont besoin d’un bout de votre champ pour une bretelle d’autoroute, ils ne vous achèteront même pas la totalité. Vous recevrez des mises en demeure comminatoires vous menaçant des pires tribunaux et vous vous retrouverez avec même pas de quoi acheter un paquet de bonbons, et le restant du champ inexploitable.
    Ils ont mal joué à la base, il fallait se mettre les agriculteurs dans sa poche, les associer à l’exploitation de l’aéroport, sous forme de rente, qu’ils croient au jackpot. Et maintenant à cause de la radinerie initiale et pour les 3 clopinettes économisées, c’est pourrissement de la situation et fourches caudines.

  2. Même sort pour Vitry le François victime du trace aberrant de l’autoroute A 4 Paris-Strasbourg.

  3. roturier

    Marginal, mais qd même :

    1) « « Nous vivons une époque moderne » disait Philippe Meyer ». Disait ? Parce qu’il n’est plus ?

    2) Remarque technique assez générale. La présentation graphique des textes, surtout longs, (y compris les commentaires), gagnerait à être plus aérée : aller « à la ligne » plus souvent, le double espace entre paragraphes… Plus conviviale, clair, facile à lire.

    Sinon, RAS. La thèse se défend. La contraire aussi.

  4. Donc article pas si marginal que ça

  5. Souris (7h17), il y a certainement du vrai, aussi, dans la motivation de la protestation paysanne que vous mentionnez, concernant les taux d’expropriation. Mais les déclencheurs des opérations anti-tout sont bien les écolos, les mêmes que ceux de l’article « Déviation écologique » de novembre 2013 sur Antidoxe :

    http://antidoxe.eu/2013/11/17/deviation-ecologique/

  6. roturier

    Mon « marginal » concernait mon propre 17 juin 2014 à 09:25 et non le billet d’Impat.

  7. roturier

    Je suis tenté par la thèse de Liebchen; les paysans (et pourquoi pas d’autres riverains) mal indemnisés pour l’expropriation de leurs terres et qui, de ce fait, n’empêchent pas les écolos de f… le b….
    Et si tout ça n’était finalement qu’une question de gros sous?

    Cela dit, sauf erreur la presse n’en a jamais soufflé mot.
    Comment réclamer des sous si personne ne le sait?

    Thèse fragilisée donc.

  8. Le tracé aberrant de l’autoroute A4 Paris-Strasbourg provient d’une guéguerre entre Metz et Nancy. C’est Metz qui l’a remportée, contrairement à toute logique.

  9. Souris donc

    Je crois comme Patrick qu’il y a d’autres enjeux que ceux avancés. Politiques, électoralistes, tout ce qu’on veut, car l’alliance des écolos et des agriculteurs est contre nature.
    A part deux ou trois exploitants très médiatisés qui visent le bio en tant que créneau commercial rentable, tous les autres les haïssent car ils en ont vite percé l’incompétence et l’idéologie. Ils les considèrent comme de fumeux donneurs de leçons qui ne voient pas plus loin que leur plant de cannabis et leur poulailler de balcon. Aucun agriculteur ne sera jamais complice des saccageurs, autoproclamés faucheurs volontaires, la réintroduction d’ours ou de loups leur semble une lubie d’urbains frivoles en mal de parc d’attraction. Des hippies.
    Ecolo = source inépuisable de rires et de moqueries.
    Aucun écolo n’aurait tenu un jour face à la sulfateuse.

  10. Eh oui, écolo rime avec rigolo.

  11. Guenièvre

    Impat , il est bien certain qu’une ville qui néglige les moyens de communication modernes ne peut se développer aujourd’hui mais dans la déclin de certaines industries il y a eu aussi l’évolution de la mode et la mécanisation des travaux.
    Le point d’Alençon qui est né au départ d’une imitation du point de Venise connu de brillants succès à la fin du XVII et au XVIII e siècle parce qu’il avait été déclaré  » dentelle d’hiver  » à la Cour . Il eu une renaissance au Premier et au Second Empire et fut nommé  » reine des dentelles  » lors de la première Exposition Universelle à Londres en 1851. Aujourd’hui nous ne portons plus de dentelles à nos habits ou alors de la dentelle faite à la machine … bien dommage d’ailleurs !
    http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://p3.storage.canalblog.com/38/89/610356/59338789.jpg&imgrefurl=http://www.blogazonzon.com/archives/2010/11/25/19698228.html&h=530&w=800&tbnid=imDsL4rB8RsclM:&zoom=1&tbnh=90&tbnw=136&usg=__9y4leIJywPvD9hlNcw7oh7sBG_o=&docid=oRoQJeHNlhDH4M&sa=X&ei=OIGhU-3jHsv44QTM5IGAAQ&sqi=2&ved=0CCIQ9QEwAA&dur=961

  12. Guenièvre (18 juin 14h11)… « dans le déclin de certaines industries il y a eu aussi l’évolution de la mode et la mécanisation des travaux. »
    C’est indiscutable, mais il faut ajouter que « le déclin de certaines industries » se produit toujours un jour ou l’autre et est normalement compensé par l’arrivée de nouvelles activités…à condition que « les moyens de communication moderne existent ». C’est ce qui a manqué à Alençon.
    Une industrie ne fait pas toujours dans la dentelle ( 🙂 ), mais est toujours un être vivant qui naît, grandit, meurt tandis que d’autres industries naissent.
    Lyon n’a plus de métiers à tisser, mais possède bien d’autres industries installées depuis…grâce aux autoroutes Nord-Sud et Est-Ouest, au TGV, au Rhône et à la Saône, à Bron et Satolas.
    Cela dit, merci pour vos intéressantes informations dentellières !

  13. …merci pour vos intéressantes informations dentellières… et pour la superbe image.

  14. Une de mes grand-mères, normande, portait un grand col en dentelle d’Alençon à chaque cérémonie familiale. Ce col, joliment encadré, orne maintenant un couloir.

  15. Guenièvre

    Bonjour Patrick !
    Comment faites-vous ?

  16. Guenièvre,… « les grands-mères étaient coquettes »…
    Et les jeunes filles ?

  17. Pourquoi me faire tant souffrir ? Je vais en rêver toute la soirée …

  18. En effet ! Mais je me sens coupable: elle fut mon idole à l’ecran, et je l’avais oubliée …

  19. « totalement excentrée au sud de ce territoire, par crainte sans doute d’apparaître trop en vue en occupant le centre »… Oui ou bien pour faire suer d’avance tous les nostalgiques républicains de la soi-disant tabula rasa géométrique avec départements tirés au cordeau.
    Mais alors je dois dire, faire de la pub au projet de cosmoport Notre-Dame des Landes en utilisant pour exemple… l’aéroport d’Angers ! ça me la coupe.
    http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=4827
    Remarquez rien ne dit que les gens, quand bien même ils seraient pleins de bon sens, accepteraient de gaieté de cœur de rendre leurs villes égales entre elles en puissance sur chaque rang en leur faisant prendre place dans une parfaite hiérarchie urbaine à divers étages très fournis, comme la Normandie, précisément, l’a longtemps figuré (http://www.insee.fr/fr/insee_regions/basse-normandie/faitsetchiffres/presentation/img/ZAU_2010.gif), ne songeraient pas en permanence à faire que leurs villes écrasent leurs voisines, à faire que « c’est mon Nantes à moi qui sera la plus forte du monde et na ».
    Ce qui fait le jeu de ces hypertrophies, c’est, comme vous le dites, qu’il y a aussi des villes qui renoncent délibérément à la puissance.
    Madrid n’est pas devenue du jour au lendemain capitale fixe et unique des Espagnes. Les Cortès pouvaient se réunir où on voulait, mais les autres villes ont fini par se lasser d’événements politiques qui apportaient beaucoup d’inconvénients à des élites locales qui voulaient tranquillement cuver leur splendeur passée. Tolède a fini par redouter ces foires bruyantes qui n’entraînaient guère que hausse subite de tous les prix, encombrements, débauche… Conséquence à long terme : elle est très belle… en étant restée petite, si bien que les encombrements, aujourd’hui, sont dus aux touristes qui se pressent pour admirer le résultat esthétique de ce choix passé de tranquillité. Quelques-uns viennent sans doute en avion, profitant des bas prix que proposent, je n’en doute pas, les pistes d’atterrissage pléthoriques qu’a fournies la période de croissance à toute berzingue basée sur la bulle immobilière.

  20. Bonjour Guenièvre, bonjour à tous !
    1. Soit vous voulez donner le lien de l’image seule, dans ce cas, une fois l’image affichée, clic droit de la souris et « copier l’adresse du lien », puis le coller dans votre commentaire ;
    2. Soit vous voulez donner le lien de la page où apparaît l’image, dans ce cas vous fermez l’image et récupérez (par copier) l’adresse URL en haut de page.
    Le cas 1. ne fonctionne pas avec Internet Explorer (j’utilise Firefox). Suivre alors le cas 2., une fois la page affichée, chercher l’image dans la page, faire un clic droit sur l’image et choisir « Propriétés », puis récupérer le lien URL par copier/coller. C’est plus laborieux, je préfère largement Firefox à Internet-Explorer.

  21. Guenièvre

    Merci Patrick ! Je voulais l’image seule …pour Impat !

  22. Impat, je ne savais pas que vous pouviez être si friand de vieilles dentelles. Vous êtes en danger !

  23. Information sur le nombre de mouvements annuels: Angers 20.000, Nantes 70.000

  24. De mouvements de quoi ?
    Je cherchais des chiffres pour répondre à votre question sur Angers : « vous en aviez entendu parler ? »

    Non, nous n’avions pas entendu parler du nouvel aéroport d’Angers. Au contraire nous avons les oreilles rebattues des projets pharaoniques d’élus pénibles. Et si plus de gens avaient entendu parler de l’aéroport d’Angers, en effet, il y aurait peut-être un besoin moindre de pistes à Nantes.
    http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/maine-loire-quelle-strategie-pour-laeroport-dangers-marce-12-10-2012-70613
    Voilà donc un élu qui pose la question autrement : et si on organisait un territoire entier et pas seulement l’expansion d’une seule ville ?

  25. pjolibert (21 juin 2014 à 13:00)

    Dans un aéroport les mouvements auxquels on se réfère sont en général des mouvements… d’avions. Désolé de n’avoir pas précisé.
    Entre Nantes et Angers il y a une centaine de km. Si vous habitez une ville grande ou moyenne, ça vous conviendrait que la gare soit à 100 km ?

  26. Ah oui merci… 20 000 ? l’écart est plus faible avec Nantes que je ne pensais.
    Si j’habitais Rennes, j’adorerais faire partie des 453 121 passagers de l’année 2013 (? ou un peu avant, négligé de revérifier) mais répugnerait profondément à faire partie des 3 631 693 passagers de Nantes. Quel ennui de devoir aller de Rennes à Nantes ! quelle absurdité, trouverais-je, que deux villes égales en taille affichent une telle disproportion dans la concentration de flux de passagers !
    De fait, donc, pour les Rennais, les Angevins, les Brestois … ce que vous appelez « la gare », en vertu de votre analogie, semble être à 100 km ou plus, et comme cette gare qui est à plus de 100 km est trop étroite, on veut en construire une autre un peu à côté.
    De toute façon, la question est aujourd’hui : où est la 1ère gare ? et où est le hub ?

  27. Souris donc

    Strasbourg a un aéroport à peine plus grand qu’un aérodrome. Pour les vols internationaux, et la plupart des vols domestiques, il faut aller à Mulhouse-Bâle, 120 km. Comment font les 766 députés européens quand ils transhument 3 jours par mois en grand arroi, avec secrétaires, assistants et traducteurs, de Bruxelles, siège du Parlement Européen au site strasbourgeois intermittent du spectacle ? Mystère. Ils viennent par train spécial ? A moins qu’ils n’affrètent des avions privés, ce dont ils sont bien capables, avec nos sous. Comme ils sont peu assidus, ça fait des économies, remarquez.

  28. Les vols de ce jour au départ de Strasbourg Entzheim: (vols commerciaux passagers, hors vols privés et fret)

    21/06/14 21:35 LONDRES STN FR 5062 RYANAIR
    22/06/14 09:55 PARIS ORLY AF 7305 AIR FRANCE
    22/06/14 12:25 AMSTERDAM A5 3572 HOP
    22/06/14 12:40 PARIS ORLY AF 7307 AIR FRANCE
    22/06/14 12:45 BASTIA V7 2957 VOLOTEA
    22/06/14 13:45 ROME A5 3512 HOP
    22/06/14 14:15 TOULOUSE AF 7869 AIR FRANCE
    22/06/14 14:25 MARSEILLE A5 3524 HOP
    22/06/14 14:30 PARIS ORLY AF 7311 AIR FRANCE
    22/06/14 14:45 MONTPELLIER A5 3484 HOP
    22/06/14 16:25 BORDEAUX V7 2411 VOLOTEA
    22/06/14 17:40 LONDRES LGW U2 8334 EASYJET
    22/06/14 17:45 NANTES V7 2123 VOLOTEA
    22/06/14 18:05 LYON A5 4187 HOP
    22/06/14 18:20 MARSEILLE A5 3526 HOP
    22/06/14 18:35 AMSTERDAM A5 3576 HOP
    22/06/14 18:35 BORDEAUX A5 3546 HOP
    22/06/14 18:40 PARIS ORLY AF 7315 AIR FRANCE
    22/06/14 20:45 NANTES A5 3067 HOP
    22/06/14 22:15 NICE AF 7899 AIR FRANCE

  29. QuadPater

    Euh Miss Souris…
    Le 22 c’est demain.

    À moins qu’on assiste à ce phénomène étrange et rare appelé « le 22 à lanières » où des lambeaux de 22 se mélangent au 21.

  30. QuadPater

    Pardon Impat le message etait de vous.

  31. Souris donc

    C’est ce que je disais. 19 vols/jour, il(s) ne se tue(nt) pas à la tâche, dans sa/leur tour de contrôle.

  32. Ils ne se tuent certaienement pas à la tâche, Souris. Ceux de CDG non plus, d’ailleurs. Mais accordez-leur d’avoir aussi à contrôler, faire approcher et faire atterrir et décoller ces avions ( 19 vols font environ 40 contrôles d’une dizaine de minutes chacun) et d’y ajouter les vols de fret, les vols privés, et les vols militaires. Ces derniers étant il est vrai devenus plus rares. À l’origine Entzheim était une base militaire importante et très active.

  33. Quad, c’était un effet de la nuit blanche du solstice, sans doute. Ou du décalage horaire avec Londres.
    Nous vivons la journée au cours de laquelle une hôtesse française rencontre une hôtesse anglaise. Cette dernière se lamente : « c’est le jour le plus long ». La première se lamente aussi : « c’est la nuit la plus courte ».

  34. Si j’habitais Strasbourg, surtout du côté du nord, mon plus grand plaisir serait de prendre l’avion à Baden-Baden.

  35. pjolibert,… « Si j’habitais Strasbourg, surtout du côté du nord, mon plus grand plaisir serait de prendre l’avion à Baden-Baden »….
    Avis que je partage volontiers, au moins pour l’idée d’approcher la Forêt Noire et le plaisir de goûter une forelle blau !

  36. Nous arrivons à nous entendre ! j’ai d’abord regardé ce qu’il y avait du côté de Fribourg, mais apparemment l’aéroport international de Fribourg c’est très officiellement celui de Bâle-Mulhouse.

  37. pjolibert,… « l’aéroport international de Fribourg c’est très officiellement celui de Bâle-Mulhouse. »…
    Oui, et pourtant Fribourg était voici quelques années entourée de deux sites aéronautiques de première grandeur : les deux bases militaires françaises de Lahr et Bremgarten. À ce jour les deux ont disparu, et la ville n’en a pas profité.
    Il ne faut peut-être y voir qu’une coïncidence, mais Fribourg ( im Breisgau ) est depuis longtemps en pointe en matière de protection de l’environnement. Elle fut une des premières villes d’Europe, et sans doute du monde, à imposer des quartiers entiers sans voiture.

  38. J’aurais tendance à dire qu’ils ont eu tort, en effet.
    Quant à la coïncidence… j’imagine que ce cher Tibor Skardanelli nous dirait qu’il s’agit là de la preuve absolue, Fribourg étant la ville universitaire de Heidegger, que tout projet écologiste est fondamentalement empreint de rêverie nazico-romantique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :