Les apéesses

Apéesses

Alex et la réforme des rythmes scolaires.

Bonjour ! Moi, je suis Alex . J’ai quatre ans. Quatre, c’est comme ça : une main avec un doigt plié. Quatre,  je l’ai appris dans mon école. Quatre et cinq et  … six aussi, j’ai appris tout, dans mon école.

Ma maîtresse, elle s’appelle Monique. Et dans mon école y’a aussi Bernadette. Bernadette, c’est la dame qui aide ma maîtresse. Mais c’est aussi ma maîtresse quand ma maîtresse elle s’en va. Quand c’est les apéesses alors Bernadette c’est la maîtresse. Un jour, Bernadette elle a apporté un gros tambour et elle a tapé dessus. Ça faisait plein de bruit alors elle criait :  » Taisez-vous ! Ecoutez la musique ! « Avec mon copain Antoine on se bouchait les oreilles avec les mains alors on a été au coin . Une fois, on a bien rigolé avec Antoine.  Bernadette, elle a mis une table au milieu de la salle. « Alex  » monte là-dessus » elle m’a dit. Moi j’étais content parce que j’aime grimper partout même que ma maman elle me dispute toujours.  » Fais un cri d’animal  ! » elle a dit Bernadette.  Je savais pas quoi faire . Et pis j’ai pensé à ma tirelire-cochon alors j’ai fait le cochon. Là j’ai regardé Antoine et on a rigolé tous les deux. Antoine, quand il a été sur la table, il a fait le singe ! On a bien rigolé aussi.

Souvent les apéesses, c’est dans la cour. On joue au toboggan et à la course avec Antoine, Bryan et Juliette. C’est comme le matin à la récréation mais là c’est les apéesses, c’est pas la récréation ! On sait bien que c’est pas la récréation parce qu’à la récréation y’a aussi Lucas qui gagne toujours à la course. Mais Lucas, il est pas là l’après-midi.  Les jours que j’ai aimé c’est quand on a été voir les gendarmes et les pompiers. Parce qu’on n’a pas fait la sieste. Moi j’aime pas faire la sieste mais ma maman elle dit que quand je fais pas la sieste je suis trop fatigué le soir et je fais que des bêtises et je pleurs beaucoup…  Le jour qu’on a été voir les pompiers, eh ben le soir j’ai pleuré beaucoup. Là, je sais pas pourquoi mais mon papa il a dit que les gens qui avaient fait les apéesses c’étaient tous des … Non je peux pas vous dire ce que mon papa a dit parce que les papas ils disent parfois des gros mots quand ils sont en colère mais y faut pas les répéter. C’est ce que mon papa m’a dit …

Sur mon cahier, ma maîtresse Monique elle a écrit que l’année prochaine je vais allez chez les « moyens ». Je sais pas si on aura encore des apéesses.

60 Commentaires

  1. Loaseaubleu

    Guenièvre. Apparemment ma petite-fille fréquente la même école que votre Alex.

  2. kravi

    Bonjour guenièvre.
    Après une recherche Google sur APS — je vous épargne les autorisations provisoires de séjour, advanced photon source et autres agence de presse sénégalaise —, j’ai fini par comprendre qu’il s’agissait d’activité physique et sportive.
    N’est-ce pas ce que nous appelions la gym ? Vous décrivez ce qui se passe en petite section de maternelle, qui ne porte pas trop à conséquence.

    Ce qui m’inquiète beaucoup plus est le fait — je le sais de source sûre — que nombre de jeunes censés encadrer les élèves pendant les fameux temps d’activité sont des adolescents en déshérence que l’on cherche ainsi à intégrer et qui n’ont bien évidemment ni le bagage ni les compétences nécessaires.

  3. QuadPater

    J’ai trouvé « apprentissage des premiers secours » sur Google.

  4. Dans l’école de la petite-fille il s’agit parfois de femmes de ménage. Nous l’avons retirée de cet aps

  5. Kravi, ne s’agirait-il pas plutôt des « acivités periscolaires », inventées récemment pour occuper de nouveaux embauchés inutiles à l’Éducation Nationale en les faisant payer par les communes ?

  6. Sur RMC ce matin …des parents demandent que soit repoussée l’épreuve du brevet ….pour permettre à leurs enfants de regarder ,le match ce soir ….des jeux …

  7. Bibi

    C’est légal l’occupation des enfants?

  8. kravi

    Parfait symbole de notre époque aux valeurs assurées et affirmées.

  9. kravi

    C’est bien cela. Le ludique à l’école.
    Je remercie encore mes maîtres de l’École normale — pas la supérieure, mais avec majuscule quand même — d’Instituteurs de m’avoir enseigné des connaissances, des valeurs et des méthodes de réflexion, prémisses de l’esprit critique.
    Je suis un réac fier de l’être.

  10. Guenièvre

    Bonjour à tous ! Les APS sont effectivement, comme le dit Impat, les Activités PériScolaires mises en place dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires ( de Peillon) . Cela a été testé dans à peu près 500 communes je crois et ça sera obligatoire partout à la rentrée. Puisque les enfants ont désormais classe le mercredi matin, l’école se termine à 15 heures les autres jours de la semaine ( l’institutrice a fini ses horaires de classe en présence des enfants ) . La commune doit donc organiser jusqu’à 16 h 30 des activités éducatives . Elle doit donc trouver des intervenants et les prendre en charge financièrement . A part dans quelques villes où l’on avait déjà sous la main un certain personnel ça a créé très souvent des problèmes insurmontables : les horaires de ces activités étant les mêmes dans toutes les écoles il est difficile de trouver quelqu’un qui accepte de travailler 1 h 30 par jour. Et puis il faut que ce quelqu’un existe, et puis il faut qu’il soi compétent…
    C’est ainsi que dans l’école d’Alex c’est l’Assistante maternelle ( ATSEM) qui , la plupart du temps, s’occupe des enfants dans le temps qui est réservé aux APS . Ces ATSEM ont aujourd’hui très souvent un BAFA (brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur ) mais les plus âgées – c’est le cas de Bernadette – n’ont pas de diplôme particulier en matière d’animation . Il ne leur était d’ailleurs jusqu’alors pas autorisé de rester seul avec les élèves. Vous confiez votre enfant le matin une institutrice diplômée de l’E.N , vous le retrouvez le soir entre les mains de je ne sais qui employé à la hâte par la mairie.
    On ne dira jamais assez que cette réforme c’est du grand n’importe quoi ! Il paraît que dans certains endroits ça se passe très bien. il n’empêche que, même s’il n’y a que quelques cas comme celui d’Alex ,c’est déjà scandaleux !

  11. Guenièvre

    …qu’il soit .. – j’ai pourtant eu école à plein temps moi !

  12. kravi

    bis : Ce qui m’inquiète beaucoup plus est le fait — je le sais de source sûre — que nombre de jeunes censés encadrer les élèves pendant les fameux temps d’activité sont des adolescents en déshérence que l’on cherche ainsi à intégrer et qui n’ont bien évidemment ni le bagage ni les compétences nécessaires.

  13. QuadPater

    Kravi je peine à vous croire.

  14. kravi

    Ça ne m’étonne pas, sceptique que vous êtes.
    De source sûre, c’est-à-dire par un des formateurs de cette main d’œuvre, recrutée on ne sait sur quels critères, pour servir d’encadrement à des élèves ayant bagage et capacités supérieurs.

    Comme dit l’excellent Goldnadel [HS mais l’article vaut la peine] : le déclin est en progrès.

  15. Guenièvre

    Je suis d’accord avec vous kravi : il y a des situations beaucoup plus graves que celle que je raconte ici. Cette brave Bernadette est un peu  » brute de décoffrage  » mais elle ne mettra pas les enfants en danger . On les récupère rouges comme des pivoines le soir parce qu’elle n’a pas idée de leur enlever le gros pull qu’ils avaient le matin ( sont encore petits pour le faire eux-mêmes ) mais ce n’est pas dangereux. A mon avis on risque des accidents très sérieux .

  16. Guenièvre

    Oui, bien sûr , c’est Juliette ! 🙂

  17. Il n’y a qu’à confier les enfants aux « grands frères ». Ils seront ainsi formés plus rapidement pour le deal de drogues ou, pourquoi pas, le djihad. Ce sont des professions d’avenir comme chacun sait.
    Plus sérieusement, je ne comprends pas pourquoi l’association des maires de France ne réagit pas à cette stupidité de réforme des rythmes scolaires.
    Hamon comme Peillon devraient être virés avec des gros coups de pieds dans le d….. et avec interdiction à vie d’exercer un ministère.

  18. Guenièvre

    L’un des « arguments » en faveur de cette réforme est le même que celui que l’on nous a servi depuis 30 ans pour toutes celles qui ont précédé et qui ont donné le résultat que l’on connait aujourd’hui : c’est une question d’égalité. Les enfants de familles défavorisées ne peuvent pas , comme ceux des familles qui ont de l’argent, accéder à des activités enrichissantes comme des cours de piano ou des leçons d’équitation.
    Le problème c’est que l’on aura bien peu de cours de piano dans les APS…

  19. Guenièvre,… « des cours de piano ou des leçons d’équitation.
    Le problème c’est que l’on aura bien peu de cours de piano dans les APS… « …
    Bon, si on y trouve des leçons d’équitation, ça ira. 🙂

  20. Mes enfants avaient des activités musicales et sportives le mercredi. Cela va être difficile maintenant pour les enfants d’aujourd’hui. Difficile aussi pour les clubs qui auront moins d’heures disponibles pour ce type d’activités.

  21. QuadPater

    Qu’appelez-vous des jeunes en déshérence ? des saloperies de racaillasses ?

  22. kravi

    Bonne question, Quad, qui m’a fait rechercher sur le CNRTL où je trouve ceci : « Absence d’héritiers ou de légataires pour recueillir une succession, laquelle revient alors à l’État.»
    Outre le comique grinçant involontaire, je m’aperçois que j’emploie ce mot à mauvais escient. Merci donc.

  23. QuadPater

    Pas grave Kravi, on avait compris. Mais donc s’il s’agit de jeunes au parcours accidenté, expliquez moi comment on peut leur confier des gamins, alors que chacun connait très bien les contraintes et obligations de toute personne approchant professionnellement les enfants.

  24. kravi

    De toute évidence, on peut. On ne devrait pas, mais c’est techniquement possible.

  25. … « expliquez moi comment on peut leur confier des gamins « …
    C’est simple, Quad. Il suffit d’être un responsable politique irresponsable. 

  26. Souris donc

    Pourquoi le boulet racailleur ne serait pas un bon GO d’apéesse, l’essentiel étant que son apport soit durable, gayfriendly, genré, écologique, renouvelable, intergénérationnel et solidaire ?

  27. Souris donc

    Et puis techniquement, yaka acheter des tablettes et mettre les drôles devant des MOOC.

  28. kravi

    Et allez, encore un sigle à chercher sur google. J’ai trouvé. Pas facile avec vouzautres.

  29. Souris donc

    Bayard Presse en propose des ludiques depuis très longtemps, de 3 à 13 ans :
    http://www.bayam.fr/
    C’est génial, le drôle peut passer des heures dessus, l’adulte n’a plus qu’à s’asseoir dans un coin avec Closer pour se tenir au courant de l’actualité du chaud lapin national.
    On évite ainsi les pédophiles et les idéologues, ainsi que les montreurs de chèvres savantes et autres intermittents improvisés pédagogues qui ne veulent pas manquer l’aubaine.

  30. Guenièvre

    A la rentrée TOUTES les communes devront avoir mis en place les APS. Juste après sa nomination Hamon avait semblé reculer et dire qu’il serait possible de faire des aménagements selon les communes mais non, finalement aucune dérogation ne sera possible : tout le monde y passera !
    http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2014/06/12/rythmes-scolaires-hamon-inflexible_4436458_1473688.html

    Patrick, les maires ont réagi au début. Les instituteurs aussi. Dans ma ville ils ont fait grève deux fois. Mais rien ne sera possible si les parents d’élèves ne contestent pas . Un ministre de l’E.N a beaucoup plus peur d’une révolte des parents d’élèves que de celle des enseignants ! Or le Ministère s’appuie sur l’une des Fédérations pour cette réforme :

    http://www.fcpe.asso.fr/index.php/actualites/item/1073-la-fcpe-garde-le-cap-pour-la-reforme-des-rythmes-scolaires

  31. Guenièvre

    J’ai dit une bêtise. Cela a été testé dans 4000 communes pas dans 500 !

  32. Guenièvre,… « Un ministre de l’E.N a beaucoup plus peur d’une révolte des parents d’élèves que de celle des enseignants »…
    Ce point me paraît fort intéressant. Comment expliquez-vous cela ?

  33. Florence

    A vrai dire, je n’ai toujours pas compris l’intérêt de cette réforme des rythmes scolaires.
    Je suis d’accord avec le fait qu’il manquait une demi-journée dans la semaine. La solution était pour moi simplissime : remettre les enfants à l’école le mercredi ou le samedi matin, chaque commune ayant à se débrouiller pour trouver la meilleure solution localement. Revenir donc à ce qui se faisait il y a peu puisque mes enfants qui ne sont pas bien vieux sont allés à l’école tous les samedis matin à la satisfaction générale.
    On a monté une usine à gaz pour rien.
    Avant on montait des usines à gaz pour un petit quelque chose. Aujourd’hui, c’est pour rien.
    L’étape prochaine, ce sera pour du négatif. Ne vous impatientez pas, cela viendra très vite.

    On n’arrête pas le progrès.

  34. Souris donc

    Les rythmes scolaires sont le serpent de mer. Trop d’intérêts divergents en jeu, et aucun ne veut céder :
    La journée de l’enfant trop longue, de toute évidence (6 heures d’attention, quand l’adulte décroche au bout de 2 heures de conférence, une torture),
    La journée de l’instit trop longue, 6 heures en scène.

    Oui mais voilà, la journée trop longue à l’école convient aux parents qui travaillent et fait office de garderie gratuite.
    Et sauvegarde les vacances. Un anachronisme de la France des moissons qui arrange tout le monde.
    Enseignants, parents, et professionnels du tourisme ! Eux n’ont pas du tout envie d’une journée plus courte et de vacances plus courtes.

    L’intérêt du petit drôle passe après celui de tous ces adultes.

  35. Florence

    Honnêtement Souris, quand on alterne séances de travail intellectuel et travail manuel ou physique, 6 heures, ce n’est pas la mer à boire.
    Le problème est qu’en fait la majorité des enfants ne passent pas 6 heures à l’école mais beaucoup plus. Ils arrivent le plus souvent autour de 7h30 ou 8 h le matin, en garderie et quittent vers 18h ou18 h 30 le soir. Ce qui leur fait une dizaine d’heures par jour au compteur. C’est bien là le problème. C’est ça qui est épuisant.

  36. Guenièvre

    Sans doute parce que les parents d’élèves sont plus nombreux que les profs 🙂

    Ou alors :
    – si c’est un ministre de droite il se dit que des profs mécontents ce n’est pas trop grave parce que, de toute façon, ils ne votent pas à droite.
    – si c’est un ministre de gauche il se dit que, de toute façon, mécontents ou pas , les profs continueront à voter à gauche …
    Cela c’était vrai jusque dans les années 2000, il paraît que ça l’est de moins en moins …

  37. Guenièvre

    Souris je crois que nous sommes à peu près de la même génération. Souvenez- vous ! nous avions école le lundi, le mardi, le mercredi, le vendredi et le samedi – 8H 30 – 16 H 30
    Le « petit drôle » est devenu chochotte ? Comme le dit Florence nous alternions les activités intellectuelles et manuelles…

  38. Florence

    Exactement Guenièvre ! Sans oublier les activités artistiques.

  39. Mais heureusement il y avait la s’maine des quat’jeudis.

  40. Souris donc

    Le petit drôle post-moderne doit de taper, en plus de nos 6 heures, tout ce que décrit Florence, une dizaine d’heures par jour au total. Et crèche, puis école maternelle dès 2 ans, avec cantine, passant d’adulte en adulte, nounou, gardiennes, animateurs, instits. Vie en collectivité, élevage en batterie. En plus parfois un planning dément, musique, sport, arts plastiques, aide aux devoirs, cours particuliers, orthophoniste ou -dentiste, mondanités comme les goûters d’anniversaire, trajets, anxiété des parents.

    Chochotte, non, produit de la fabrique du crétin, à plein rendement.

  41. Florence

    Souris
    tout à fait juste. Ne pas oublier le centre aéré le mercredi et pendant les vacances scolaires

  42. Souris donc

    Bien sûr, j’oubliais le centre aéré ! Et la colo.
    Je ne sais pas ce qu’en pense Kravi, mais sur-stimulés comme ils sont, comment font-ils pour ne PAS devenir hyperactifs, hyperanxieux ou fous ?
    Moi je n’avais aucune obligation de rendement, les parents Souris n’étaient pas dévorés d’ambition pour nous. Seul principe éducatif : Tâchez que les voisins ne se plaignent pas de vous.
    Et à l’école primaire, franchement, on n’apprenait pas grand chose, l’orthographe, la conjugaison, les tables de multiplication, les départements avec le chef-lieu. Et 3 poésies.
    Lire-écrire-compter (autre grand serpent de mer, « revenir aux connaissances de base »).
    On était adaptés à notre époque, bêtes et disciplinés.
    Je suppose que le drôle post-moderne est adapté à la sienne où il faut tout le temps zapper.

  43. Souris,… « on n’apprenait pas grand chose, l’orthographe, la conjugaison, les tables de multiplication, les départements avec le chef-lieu. Et 3 poésies.
    Lire-écrire-compter « …
    Pas grand chose, vous plaisantez ? 🙂
    Essayez de faire apprendre tout ça aux élèves, l’EN et les syndicats vont hurler aux travaux forcés, voire à l’esclavagisme.

  44. Guenièvre

    D’accord avec vous Souris, les enfants actuels sont souvent surbookés . On n’attend trop d’eux, on pense leur donner le meilleur en leur faisant faire de multiples activités et on les prive d’une partie de leur enfance qui est justement d’avoir du temps pour rien, pour rêver éventuellement.
    Mais je ne vois pas en quoi cette « réforme des rythmes scolaires » qui rajoute X personnes supplémentaires dans l’encadrement change quoi que ce soit. Il me semble que, pour les plus petits en tous cas, le fait de n’avoir qu’un adulte, en l’occurrence un instituteur tout au long de la journée – et de l’année- était plutôt facteur de stabilité.
    C’est pourquoi je la soupçonne d’avoir des objectifs autres que ceux d’un « rééquilibrage du temps scolaire » à savoir comme il a été suggéré ici : l’emploi de personnes plus ou moins en marge . Ce qui en soi est louable ; ce qui l’est moins c’est que cela se fasse au dépend des enfants .

  45. kravi

    Comme il se doit, Souris, j’en pense beaucoup de choses, mais me bornerai à une seule.
    S’il est légitime d’offrir à notre progéniture des possibilités extrascolaires d’accomplissement et/ou de créativité, c’est, comme toujours, l’excès de l’offre qui me semble problématique.
    Je soupçonne alors le déficit narcissique des parents d’être à l’origine de cette surenchère.
    Autrement dit : « mon cher enfant, tu seras le porteur de mes rêves anciens, de mes aspirations déçues, de mes frustrations taraudantes. Je te donnerai accès — quel qu’en soit le prix car rien n’est trop beau ni cher pour combler les failles narcissiques — à toutes ces possibilités pour que tu deviennes le représentant de ce Moi idéal. Et [in petto] tu n’as pas intérêt à me décevoir .»
    Ces enfants-là sont porteurs d’un insupportable fardeau.

  46. Guenièvre,… « l’emploi de personnes plus ou moins en marge . Ce qui en soi est louable  » …
    Si vous permettez je voudrais apporter un bémol à votre phrase, bémol avec lequel je crois que vous serez d’accord : l’emploi de qui que ce soit est louable…si c’est un emploi utile. Notre pays souffre d’un trop grand nombre d’emplois inutiles, ce qui a pour résultat (paradoxal au 1er degré et en France) d’augmenter le chômage.

  47. Guenièvre

     » Notre pays souffre d’un trop grand nombre d’emplois inutiles  »
    Sans doute Impat, mais il faut s’entendre sur la signification du mot  » inutile ». Des emplois, même très peu rentables économiquement parlant, s’ils permettent à certaines personnes de s’intégrer , s’ils évitent un délitement de la société, ne sont-ils pas utiles ?
    Quand ils ne se font pas au détriment des enfants ou d’autres personnes , à mon avis si…

  48. … « il faut s’entendre sur la signification du mot  » inutile » « …
    En effet, et je suis coupable de n’avoir pas précisé davantage. « Inutile » dans mon propos signifiait utile seulement au titulaire de cet emploi, mais ne servant à rien aux autres ni à la société.

  49. Florence

    Je vous suis d’autant plus Impat qu’un emploi inutile aux autres et à la société ne peut pas satisfaire celui à qui il est donné. On ne s’insère vraiment dans la société que quand on lui apporte quelque chose. Les gens titulaires de ces emplois « inutiles » ne sont pas forcément complètement tarés. Ils sentent bien si ça sert à quelque chose ou non. Leur refourguer un boulot inutile, c’est leur dire qu’ils ne sont bons à rien.

  50. Guenièvre

    @ Florence, Impat,
    On se fiche du monde en offrant certains emplois , parfois, c’est évident et bien sûr que les personnes s’en rendent compte.
    Mais ne pensez-vous pas aussi que cette notion « d’utilité  » est tout à fait variable selon le type de société dans lequelle on se trouve et qu’elle est, dans la notre actuellement, un peu trop prégnante ? J’ai en tête, entre autre, le débat sur l’euthanasie et le fait qu’aujourd’hui les personnes âgées se sentent très souvent « inutiles » ce qui n’était pas le cas il y a seulement 50 ans parce qu’aujourd’hui ce critère est devenu primordial .
    J’ai du mal à classer les choses en deux catégories, et à juger de l’utilité des choses de façon trop stricte et trop rapide. Une chose peut avoir une plus ou moins grande utilité apparente mais se révéler utile dans le long terme.
    Je me suis souvent entendue dire que l’atelier théâtre que je faisais avec des élèves en dehors des cours ne leur était d’aucune utilité. J’ai pu constater 15 ou 20 ans après, en retrouvant ces élèves, qu’il n’en était rien.
    .

  51. Guenièvre

    …dans lequel …

  52. Florence

    Guenièvre,
    je vous suis totalement sur la notion d’utilité à court terme qui peut être mortifère pour la société. Mais c’est bien l’utilité dont il s’agit, d’utilité à court terme, moyen terme , long terme. Ce que vous avez fait était utile à long terme et vous le saviez, même si ce n’était pas évident pour tout le monde, les gens se contentant souvent du court terme.
    Pour les jeunes à insérer, je crois que l’utilité à court terme leur serait bénéfique. Vous avez pu mesurer la difficulté d’être utile à long terme…

  53. Guenièvre, les deux cas que vous citez ne rentrent évidemment pas dans le cadre de ce que j’entends par « inutile ». Gardons-nous de donner un sens marchand à l’utilité !
    Pour mieux me faire comprendre je cite un exemple d’emploi « inutile » : imaginez la municipalité d’une petite ville disposant de 30 secrétaires. Le maire dispose d’un budget suffisant pour en embaucher une 31ème, il l’embauche bien que les 30 existant déjà soient loin, très loin, d’être surchargées. À cette 31ème on ne donne rien à faire, ou on lui donne des travaux qui ne servent à rien. Cette secrétaire en surnombre « bénéficie », d’un emploi inutile.
    À ne pas confondre avec un emploi fictif, qui peut être utile mais pas à l’organisme qui le paye.

  54. Florence

    L’exemple que vous donnez Impat n’est pas tout à fait juste. Dans la mesure où la nouvelle secrétaire et toute sa famille va voter pour le maire, cet emploi n’est pas inutile pour tout le monde. 😀

  55. Florence

     » vont  » et pas « va ». Pardon.
    Et au pluriel, c’est encore moins inutile. 😀

  56. Florence vous avez le don de lire entre les lignes…

  57. Souris donc

    Comme exemple d’inutilité, on a le fonctionnaire européen occupé à la courbure du concombre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :