Une chance pour tous

cpt1

Une chance pour tous
Comment la liberté de choix favorise l’éducation.
(City Journal, 20 Juin 2014)

Opportunity and Hope: Transforming Children’s Lives through Scholarships (Chance et espoir: Transformer la vie des enfants à travers des bourses) , par Naomi Schaefer Riley (Rowman and Littlefield, 156 pp, $ 27,60)

Anthony Samuels a grandi entouré par la criminalité dans le Bronx. Sans le soutien qu’il a reçu du  » Children’s Scholarship Fund » (CSF), fonds de bourses d’études lancée en 1998 grâce aux efforts des philanthropes Ted Forstmann et John Walton, il n’aurait jamais pu suivre les cours de « Abington Friends School » à Jenkintown, Pennsylvanie. Sinon, raconte-t-il à Naomi Schaefer Riley dans son nouveau livre, il aurait sûrement fini dans un gang.

Dans « Opportunity and Hope » , Riley montre comment la liberté du choix de l’école peut changer en mieux la vie d’un enfant. Les histoires qu’elle raconte de manière vivante, fondées sur des entretiens approfondis avec les élèves tels que Samuels qui ont bénéficié de la possibilité de choisir leurs écoles, sont plus convaincantes que n’importe quel argument politique. Elles nous rappellent que les familles américaines se partagent entre ceux qui peuvent se permettre de payer pour une école privée – ou déménager dans les quartiers munis de bonnes écoles publiques — et celles qui sont prisonnières de leurs écoles publiques locales, que ces dernières soient bonnes ou mauvaises. Il est tragique de constater que dans les communautés hispaniques et afro-américaines pauvres, l’éducation d’un enfant et ses perspectives d’avenir dépendent souvent du simple hasard.

Riley traite des dizaines de milliers d’enfants pauvres qui ont bénéficié de bourses d’études philanthropiques pour fréquenter des écoles privées, grâce à un groupe de fondations dirigé par CSF. Au cours de la première campagne de dons en 1998, CSF a reçu les demandes de 1,25 million d’enfants de 20 000 communautés dans les 50 états. Les chiffres confirment ce que les défenseurs du choix ont dit pendant des années: les parents pauvres voient l’éducation comme la voie vers une vie meilleure, et comprennant que le choix de l’école fait la différence, ils veulent investir dans l’éducation de leurs enfants.

Dans toutes les histoires mentionnées, l’acquisition d’une solide formation générale se révèle être déterminante. Un jeune homme évite une rixe en se demandant: « Qu’est-ce que Socrate aurait fait à ma place? » Les protagonistes de Riley soulignent à plusieurs reprises le contraste entre le chaos et la violence des quartiers et l’environnements pacifique et amical de leurs écoles privées. Autre thème récurrent: la différence apportée par des enseignants compétents, dévoués et sympathiques. Cathiana fréquentait une école chrétienne à East Orange, New Jersey. Elle se souvient qu’elle s’est mise soudain à aimer et comprendre les mathématiques en raison de la façon dont son professeur enseignait, avec passion et esprit. Danielle, d’origine haïtienne, maintenant diplômée du lycée Notre-Dame de Miami, dit son intention de « rendre la bonté qu’elle a reçue  » en sensibilisant sa communauté sur les possibilités de transformation par un bon établissement scolaire.

Bien sûr, il ne faut pas trop extrapoler les édifiants récits de Riley. Les familles qui ont reçu des bourses d’études avaient pris auparavant les mesures nécessaires pour en faire la demande, puis elles ont été choisies, en partie par un processus d’auto-sélection. En outre, ceux qui ont reçu des bourses d’études n’ont pas tous atteint l’université. Le choix scolaire peut certes transformer le système public d’éducation américain, mais il ne peut pas garantir la réussite pour tout le monde. Il peut, toutefois, augmenter les chances et améliorer les conditions pour les enfants à faible revenu.

Dans leur livre et leur série télévisée , « Free to Choose » (libre de choisir) , Milton et Rose Friedman font valoir que, alors que les économistes, les experts et les élus ne peuvent pas offrir le bonheur pour tous, ils possèdent vraiment le pouvoir d’élargir la liberté de choix – liberté qui, pensent-ils, est au cœur de la démocratie américaine. Je soupçonne que Naomi Schaefer Riley en est d’accord.

Guy Sorman, « contributing editor » de City Journal et intellectuel français, est l’auteur de nombreux livres, y compris « L’Économie ne ment pas ».

Traduction pour Antidoxe : Impat

9 Commentaires

  1. roturier

    Quo vadis, angelismus?

  2. La liberté de choix de l’école est à mon avis une liberté fondamentale, aussi importante que la liberté d’opinion, d’expression, de choix de la résidence, du conjoint, du nombre d’enfants…
    Elle est un marqueur d’une civilisation humaine démocratique. Son absence est un marqueur de totalitarisme.

  3. kravi

    Je suis un peu perdu, là.
    L’auteur prétend-il que l’octroi d’une bourse permet d’améliorer les conditions financières d’un écolier pauvre ?
    Qu’il est préférable d’étudier dans un établissement — privé ou publique — de bon niveau plutôt que dans un établissement — publique ou privé — d’un niveau lamentable ?

  4. Kravi, je crois que l’auteur prône avant tout la liberté du choix de l’établissement, les bourses n’étant qu’un moyen pour y parvenir.

  5. roturier

    Les bourses furent toujours un moyen d’arriver à ses faims.

  6. QuadPater

    Les critères habituels d’évaluation de la bonne ou mauvaise qualité d’un établissement sont
    – les notes des élèves
    – l’âge des enseignants
    – le pourcentage de profs qui y ont été mutés volontairement
    – le nombre de crimes de sang qu’on y commet hebdomadairement
    – le nombre de dialectes subsahariens que parlent les parents d’élèves

    Dans ces conditions, à quoi bon avoir le choix ?

  7. Quad,… « à quoi bon avoir le choix ? « …
    Mais je revendique le droit de choisir entre un dialecte subsaharien et un autre, moi !

  8. …et on peut aussi s’intéresser à l’âge des enseignantes, non ?

  9. roturier

    On a déjà reglé son compte à l’égalitude sur ces colonnes.
    Qqc me dit qu’on fera aussi la libertude.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :