Le triptyque

33

A travers une lunette disposée en cet été 2014, les présidents que la France peut se donner en 2017 se profilent selon les trois faces d’un triptyque : Fillon, Juppé, Sarkozy.

Ce billet va tenter, pour chaque face du triple miroir reflétant cet avenir proche, de déceler les spécificités que la mise au point des lentilles est capable, peu à peu, de faire émerger. Il ne s’agit pas d’un classement, plutôt d’un exercice de description des qualités reflétées par les miroirs. Il appartient naturellement au lecteur, à partir des qualités et handicaps qu’il souhaite placer en priorité, d’établir son propre classement.

Expérience. Les trois candidats bénéficient d’une expérience gouvernementale. Sarko l’a exercée personnellement, les autres l’ont partagée de très près, ce qui donne aux trois la capacité certaine de savoir et pouvoir l’exercer à nouveau sans délai d’ajustement à la fonction. Toutefois l’expérience acquise par les deux anciens premiers ministres varie considérablement de l’un à l’autre. Le ministre de Chirac fut exhorté à la prudence, à la précaution politique, aux méandres nécessaires pour durer. À l’inverse, le ministre de Sarkozy fut entraîné à l’action, aux réformes décidées et appliquées à bon rythme, à l’énergie consacrée à agir plutôt qu’à durer. Cela étant, il ne faut jamais oublier que l’expérience est aussi utile pour mémoriser ce qu’il ne faut pas faire que ce qu’il faut faire. Cette dernière remarque vaut pour les deux anciens premiers ministres comme pour l’ancien président.

Empreinte initiale. Seul Juppé est énarque. Les deux autres furent des étudiants universitaires en droit, à la suite desquelles Fillon est entré directement en politique. Sarkozy a débuté sa vie professionnelle comme avocat. Est-ce un hasard si, des trois, le plus « politicien » est l’énarque, les deux autres plus portés sur l’action ?

Expression. « Casse-toi pov’con » à un interlocuteur insultant, « petits pois » aux juges, et autres exclamations un peu…vives ne risquent guère d’être entendues dans la bouche de Fillon ou celle de Juppé. Et si justifiées qu’elles fussent à l’époque sur le fond, il est certain qu’elles n’ont pas amélioré la cote de Sarkozy auprès de nombreuses âmes sensibles. Ce point, à n’en pas douter, distingue les deux anciens premiers ministres de l’ancien président. Leur origine dans l’esprit de Sarkozy est sujet à controverse, due à la fois à une réaction trop rapide et à une volonté affichée, dès le début de son quinquennat, de sortir de l’attitude compassée traditionnelle du président pour se rapprocher du peuple. Quoi qu’il en soit, Juppé comme Fillon donneraient de la fonction présidentielle une image plus traditionnelle.

Énergie. Les trois personnalités se détachent nettement l’une de l’autre. Le moins connu en ce domaine est certainement Fillon, dont l’énergie sans doute réelle fut occultée pendant cinq ans par l’omniprésence du président. Occultée devant les médias et l’opinion, son activité « en coulisse » s’est montrée cependant efficace dans la mise en œuvre des réformes lancées par l’Élysée. Juppé, lui dirigeait plus directement les affaires sous la présidence Chirac. Quant à Sarkozy, le reproche le plus souvent entendu consistait à affirmer « qu’il en faisait trop » : l’énergie, il en a à revendre !

Compétence. À l’évidence les trois personnages peuvent prétendre à une connaissance des dossiers indiscutable. Plus théorique initialement pour Juppé, ENA oblige, elle est acquise pour les deux autres par l’exercice assumé de divers postes ministériels. Ce n’est pas la compétence qui permettra de les départager.

Autorité. Sarkozy, fort des cinq années de sa présidence, peut à bon droit s’en prévaloir. Son autorité était reconnue et acceptée. Toutefois son échec en 2012, qui plus est face à un incapable notoire, lui a certainement enlevé une bonne part de son ascendant sur le « peuple de droite ». Fillon fut un second très efficace, et à bonne école, mais cela n’est ni une preuve d’autorité ni une preuve du contraire. C’est une fois seul en selle qu’on juge le bon cavalier. Enfin Juppé, avec son passé de premier ministre aux affaires sous un président peu actif, de créateur de l’UMP, ainsi qu’avec son image de sage acquise au fil des ans, saurait probablement s’affirmer en vrai chef.

Prudence. Juppé n’en manquerait pas, il fut à l’école de Chirac et, depuis, ne cesse de parler en s’entourant de toutes les précautions d’usage. Comme ministre des affaires étrangères c’était sans doute un atout. Fillon, parfois, se livre à des déclarations très claires sur ses intentions de réformer en profondeur même quand il sait que les mesures proposées ne sont guère populaires en France : retraite à 65 ans, diminution de nombre de fonctionnaires…Paroles ? Quant à Sarkozy le fonceur, inutile de préciser que la prudence n’est pas inscrite en lettres d’or sur son front.

Finesse politique. Cette spécificité, qualité pour les uns, est aussi nommée « habileté politicienne » par d’autres. Nos trois compères n’en manquent pas.

Prestance. D’aucuns la jugent nécessaire, et même essentielle, pour le président de la république française. Un signe du sentiment très monarchique dormant dans ce pays. Chacun voit prestance à sa porte, mais le tiercé majoritaire serait sans doute Juppé, Fillon, Sarkozy dans l’ordre.

Honnêteté. L’auteur de ces lignes n’a pas souvenir d’une quelconque malhonnêteté dont l’un des trois se serait rendu coupable. Pas de mensonge majeur, pas de tromperie… Pas mal pour des hommes politiques, non ?

Auréole internationale. Elle brille de tous ses feux sur la tête de Sarkozy. Les dirigeants du monde n’ont eu de cesse entre 2007 à 2012 de saluer ses actions internationales, allant jusqu’à lui décerner un rôle de « leadership » mondial au moment de l’affaire géorgienne. Juppé, en particulier grâce à son passage au Quai d’Orsay, semble bénéficier également de soutiens au sein de la communauté internationale. Moins connu que Sarkozy, il est cependant respecté, et réputé pour son attitude de sang-froid et sagesse « à l’anglo-saxonne », qui ne peut que plaire aux diplomaties. C’est probablement François Fillon qui aurait le plus long chemin à parcourir pour imposer une image n’ayant présentement rien de négatif mais manquant de visibilité.

Casseroles. On peut s’amuser à constater que les trois personnages occupent, chacun, une des trois marches de l’escalade judiciaire. Fillon n’a jamais été inculpé, Sarkozy est l’objet de maintes inculpations et de poursuites entêtées (c’est le moins qu’on puisse dire!) mais n’a jamais été condamné. Et Juppé fut inculpé et condamné. Que faut-il en déduire ? On est tenté de répondre : rien. Rien, car étant donné ce qu’est devenue la justice en France, ouvertement partiale et plus militante que juste, il est assez logique de penser que ses inculpations et condamnations constituent quasiment des titres de gloire. Il est en tout cas établi que les « casseroles » n’engendrent plus d’entraves vers les succès électoraux.

Pouvoir de conviction sur les électeurs. Ce point n’est cité que pour mémoire. On a vu un Hollande convaincre, le temps d’une élection, 51 % des Français. Tout est donc possible…

Capacité de rassemblement. C’est la vertu première de Juppé. Depuis vingt ans il a construit toute sa vie politique autour de cette idée. Créateur de l’UMP dont le principe reposait sur une fusion de la droite et du centre, il se bat depuis, au plan local comme au plan national, afin de réunir ces deux tendances. C’est à ses yeux, non sans logique, la seule solution pour l’emporter sur une gauche plus ou moins unie et sur le Front National. Pas une occasion ne lui échappe quand il peut rappeler cette ligne de conduite. Alain Juppé a ainsi acquis une réputation justifiée de rassembleur. Associée à son adhésion au gaullisme et à son tempérament, cette qualité lui permettrait, s’il était élu, de réunir sur sa politique une partie de la gauche déçue du socialisme. Fillon pourrait se targuer, peut-être, de la même capacité, cependant il ne semble pas vouloir insister souvent sur cet aspect. Et Sarkozy ? Plus entier, plus brutal, il avait cependant réussi au début de son mandat à obtenir quelque 67 % d’approbation de l’opinion. Saurait-il reproduire une performance comparable ?

Capacité de réformer l’État. Dans l’état où se trouve la France, il serait difficile de ne pas accorder à ce critère une priorité absolue. Le pays ne pourra que s’enfoncer davantage dans l’impuissance et le déclin s’il continue à s’étrangler sous le poids d’une administration obèse et d’un état abusivement dépensier. Que disent nos trois compères, et qu’ont-ils fait ? Alain Juppé mentionne le problème, il en parle mais ne semble pas y attacher la première des importances. Cependant les faits plaident pour lui : premier ministre en 1995 et 1996 il avait progressivement fait chuter le déficit de 5 % à 3 % du PIB. Peut-être considère-t-il qu’une action de cet ordre est naturelle et qu’il n’est pas nécessaire d’en trop parler ? Mais pour obtenir une tendance baissière de long terme c’est sur les vraies grosses dépenses qu’il faut jouer, et que sont les vraies grosses dépenses ? Elles résident dans les frais de personnel, donc dans le nombre aberrant des gens payés par l’état. Et c’est là qu’on trouve un seul gouvernement français qui ait jamais entrepris et réussi une action concrète : diminution du nombre de fonctionnaires et division par deux du nombre d’élus territoriaux. En sont responsables Sarkozy et Fillon, tous deux se sont donc montrés convaincus d’agir en ce sens. François Fillon a confirmé qu’il poursuivrait dans cette voie. Quant à Sarkozy, initiateur de ces réformes en 2007, on peut lui reprocher de les avoir menées trop prudemment et trop tardivement. Il dévoilera prochainement, à n’en pas douter, son nouveau projet : tiendra-t-il compte d’une nouvelle France traumatisée par cinq années socialistes désastreuses la conduisant à souhaiter des réformes plus drastiques, plus brutales, plus rapides afin d’espérer enfin mettre la tête hors de l’eau ? Le pays n’était sans doute pas mûr en 2007 pour une révolution libérale, il le sera probablement en 2017.

Reste à préciser une chose: les lignes ci-dessus traduisent les images perçues par l’auteur. A chacun de parfaire la mise au point de sa propre lunette pour en apercevoir d’autres, complémentaires, différentes, ou opposées.

47 Commentaires

  1. Souris donc

    Moi, c’est Lagarde ou rien.

  2. J’ai cru voir dans cet article un exemple de second degré… Me serais-je trompé?

  3. Yaakov Rotil

    C’est vrai qu’elle a su faire adopter un dispositif qui permet aux banques du Golfe de fonctionner en accord avec les règles de la Charia… Un bon point pour elle!

  4. Souris, à mon avis vous avez raison de lui faire confiance. Demandez-lui pour qui elle vote…

  5. Souris donc

    Mais Rotil, si on fait paradis fiscal, c’est pas moi qui vais me plaindre.
    Vaut mieux attirer les pétrodollars que les clandestins sans qualification voués aux aides sociales qui coulent notre « modèle », et nous avec.

  6. Guenièvre

    Je suis bien d’accord avec Souris, je préfèrerais une autre personne, C.Lagarde pourquoi pas ou Bruno Le Maire par exemple…

  7. Titre du Monde ce jour : « Marine Le Pen se dit prête à devenir première ministre de François Hollande »
    La simple évocation de cette éventualité donne idée de ce qu’est devenue la France :
    « président Hollande, premier ministre Le Pen »…est entré dans le domaine du possible.
    Vous dormirez bien ce soir ?

  8. Cher Impat, cela ne me fait pas sourire… Bien au contraire! Mais une chose m’étonne, c’est que vous ne voyiez pas que ce qu’est devenu la France est corrélé à ce qu’est devenu l’Europe.

    Je suis en ce moment relevant d’une très sévère bronchite, et de ce fait fatigué et avec des capacités amoindries de présenter un raisonnement logique. Je vous prie de m’en excuser…

    Mais juste un petit témoignage local: depuis le début de l’opération « tsouk eytan » (faussement traduit par « bordure protectrice »), il y a ici floraison de drapeaux bleus et blancs, en signe d’unité du pays dans ces circonstances difficiles.

    Ce que je veux souligner par cela, c’est que nous existons en tant que nation.

    Et je crois bien que le projet européen est de s’établir sur la mort des nations qui composent l’UE.

    Je crains qu’il n’en ressorte rien de bien, il y aura certes quelques soubresauts, mais c’est vrai que la France, à laquelle je dois tant, à laquelle ma famille a tant donné depuis des dizaines de générations, la France me semble bien malade…

    Shabbat Shalom à tous!

  9. Vous ne voulez pas que je me présente ?

  10. Si Skarda, je vote pour vous.

  11. Yaakov,… « vous ne voyiez pas que « …
    Je ne risque pas de le voir en effet, mes pauvres yeux humains voient plus ou moins ce qui est, rien d’autre.
    Cela dit je vous souhaite le plus prompt et bon rétablissement possible.

  12. rackam

    Juppé = Gandalf
    Fillon = Jiminy Cricket
    Sarkozy = Zébulon, Taz, …

  13. Qui sont tous ces gens, rackam, des copains à vous ? 🙂

  14. Souris donc

    Sa ve dire c des bouffons Marack c 1mec 2cité vénère ki vou nike vos races si vous ouvré vogueules pour rien

  15. Souris donc

    Le feuilleton ridicule de la Cocoe a définitivement grillé Fillon.
    Sarko a prêté le flanc à toutes les caricatures que l’opposition a habilement exploitées.
    Juppé n’a aucun charisme, on le verra toujours le jour de l’élection présidentielle, vert de trouille dans la foule derrière un Chirac épanoui et rigolard. Un énarque similaire à Hollande, formaté à faire des grands oraux sur tout et n’importe quoi, inadapté aux enjeux actuels qui réclament de l’engagement, et pas des synthèses faisant plaisir à tout le monde et gagner du temps en attendant que la croissance tombe du ciel toute seule.

    La seule, Christine Lagarde, auréolée de son FMI, pardon Rotil, saura comment faire pour échapper à la tutelle. Si d’ici là, on n’est pas déjà sous contrôle (plan d’ajustement structurel = assainissement des finances à marche forcée. Coupes dans les dépenses publiques, privatisation des entreprises publiques, suppression des subventions, réduction drastique des dépenses publiques, aides sociales, santé, logement, nombre de fonctionnaires.
    Tout ce qu’aucun énarque ne fera jamais, préférant acheter la paix sociale et refiler la patate chaude au suivant.

  16. hathorique

    impat votre triptyque tient des beaux arts, avec deux saints de glace impassibles et le tempétueux Sarkozy.

    Votre tableau comparatif est celui de la raison, qui donne la possibilité aux électeurs d’un choix réfléchi et construit, ce que n’est pas ou presque jamais le cas pour l’élection d’un président de la République au suffrage universel qui se fait davantage sur l’émotion et l’affect pour la représentation dans inconscient collectif de la figure du « Domine Deus, Pater omnipotens « . celui qui vous protège peut être en résonance nostalgique du « roman national  » imaginaire bien sur, comme la Force tranquille sur fond d’Eglise et de village alors que la France était urbaine.

    Mitterand le plus cynique d’entre eux a désossé Rocard avec autant de délectation qu’il en mettait pour savourer les ortolans, auparavant il avait archaïsé Savary au congrès d’Epinay en devenant premier secrétaire du P.S sur un coup de force. Giscard lui a trahi les accordéonistes qui ne s’en sont pas remis, Chirac lui c’est tout le monde et surtout les siens dont Chaban-Delmas, c’est d’ailleurs dans cet exercice plus que dans la conduite de affaires de l’ Etat qu’il s’est le mieux illustré.
    En France c’est surtout le vétéran, le rescapé, le survivant ou même le miraculé s’agissant d’un triptyque 🙂 de picrocholines guerres intestinales qui est vainqueur de ces combats singuliers, Hollande lui n’a eu à combattre personne sa meilleure aillée ayant été une femme de chambre new-yorkaise, qui ne devait pas être « sans dents » envers D.S.K.

    Aucun des deux premiers Juppé et Fillon (merci de nous avoir épargné Raffarin qui ne guigne que le Sénat en y allant de bon train ) ne me parait avoir cette force de conviction du tribun Sarkozy qui était un orateur d’une grande éloquence, d’autant plus grande que c’était les textes d’Henri Gaino.

    Juppé est glaçant probablement par excès de pudeur et peu communicant , je le vois mal enflammer les militants et enthousiasmer les électeurs, et n’a t il pas dit qu’il resterait le maire de Bordeaux s’il se présentait cela apparaîtrait comme une promesse non tenue .
    Fillon apparait comme une personnalité velléitaire et ondoyante et puis il a été ministre de Sarkozy durant 5 ans, car il n’a pas fait comme Chirac qui avait rompu avec Giscard pour devenir son principal opposant.

    Les élections sont aussi et surtout des histoires de ruptures radicales non je n’envisage pas la candidature de Valérie T. à qui Hollande ne doit pas dire merci 🙂

    « L’homme est un animal politique  » affirmait Aristote et pour dompter les vieux lions de cette ménagerie, je redoute, même si je me méfie des sondages pour une élection qui aura lieu dans 3 ans, le triomphe d’un tigresse aux dents longues,

    Pour gagner des élections la condition essentielle est qu’il faut un avoir parti derrière soi ce que n’a pas Madame Lagarde Je pense à de jeunes comme Lemaire ou Wauquiez

    Ce qui je crois comptera aussi, c’est la défaite en rase campagne, des socialistes lors des dernières élections municipales où il ont pris là une raclée historique ils ont perdu là les principales bases de leur électorat car ce sont les mairies qui irriguent les associations militantes et mobilisent les militants, cela compte pour une élection au suffrage universel .

  17. Souris donc

    @ Rotil
    Finance islamique.
    Ce jour article pages saumon : Goldmann Sachs à l’assaut de la finance islamique.
    Où on apprend que HSBC s’y est déjà mis, ainsi que la Société Générale, Mitsubishi banque et le Trésor britannique.
    http://www.lefigaro.fr/societes/2014/09/06/20005-20140906ARTFIG00075-goldman-sachs-a-l-assaut-de-la-finance-islamique.php

    @ Nonette
    Pas réussi à ouvrir votre lien. Où est Patrick ?

    @Hathorique
    …en résonance nostalgique du « roman national  » imaginaire bien sur, comme la Force tranquille sur fond d’Eglise et de village alors que la France était urbaine.
    Mitterrand le plus cynique d’entre eux a désossé Rocard avec autant de délectation qu’il en mettait pour savourer les ortolans.

    Le cynisme de la socialope
    Elle ressuscite comme le phénix, le démarcheur à domicile et le témoin de Jéhovah.
    On les fout dehors ils rentrent par la fenêtre, l’étrange lucarne, et autres médias où ils sont incrustés sans aucune vergogne, et reviennent donner des leçons à tout le monde comme si de rien n’était, dicter ce qu’il faut dire et penser, extorquer des lois antiphobiques contre la dissidence traitée de raciste.
    Le 21 avril, c’était hier, on pensait ne jamais les revoir, la honte qu’ils se sont pris. Dès le lendemain ils la ramenaient. Et voilà le désastre Hollande. On ne sera JAMAIS débarrassés. Ils vont continuer à se poser en autorité morale et au moindre froncement de sourcil, tout le monde s’aplatira. Après comme avant.
    Y a que la tutelle du FMI qui en viendra à bout. Et encore…

  18. Et vous êtes tous certains qu’il y aura des élections en 2017 ?

  19. … « Y a que la tutelle du FMI qui en viendra à bout. Et encore »…
    Bravo Souris, je vous vois devenir très europhile. 🙂

  20. Yaakov Rotil , d’accord,  on préférerait 2014 mais ne rêvons pas.:-)

  21. Hathorique,… « qui se fait davantage sur l’émotion et l’affect pour la représentation dans inconscient collectif de la figure du « Domine Deus, Pater omnipotens  » …
    C’est exactement pour lutter contre cette réalité regrettable que j’ai eu l’idée de rédiger l’article.

  22. hathorique

    « C’est exactement pour lutter contre cette réalité regrettable que j’ai eu l’idée de rédiger l’article »

    Comme vous j’espère qu’il y aura de plus en plus de pratiquants adeptes de cette lucidité politique qui est la confrontation entre le rêve illusionniste avec la réalité objective, les deux n’étant pas forcément incompatibles dans cette lutte finale.

  23. En tout cas, on ne voit à ce jour pointer à l’horizon aucun autre potentiel président que ces trois. Un ou une qui possèderait à la fois les qualités, l’envie, et la possibilité de recueillir une majorité au second tour.
    À ce jour. Mais ce jour n’est pas en l’an 2017.

  24. Souris donc

    Europhile ? Le FMI représente 188 pays à travers le monde et n’est pas spécialement indulgente avec l’Europe.
    http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203755237191-christine-lagarde-il-ny-a-pas-dausterite-excessive-dans-la-zone-euro-1039961.php
    Quant à moi, on en a déjà discuté, l’idée d’Europe est belle, mais dévoyée par la Commission et les fonctionnaires européens. Il semblerait que Juncker, et Tusk veuillent la sortir du bourbier, avec la bonne idée de Draghi de permettre à la BCE d’entrer au capital d’entreprises privées (si j’ai bien compris).

  25. Supplique à l’administrateur
    Merci d’effacer mon commentaire ..indignation de(vieille ) institutrice française ,tellement en colère qu’elle a avalé un hoax …sans même se relire ..

  26. Souris (8 septembre 2014 à 08:39 )
    Le FMI n’a en effet rien à voir avec l’Union. Le sens caché ( 🙂 ) de mon commentaire sibyllin était que, comme vous le dites, aucune institution internationale ne viendra « à bout » de la France socialisée. Mais que seule l’Union Européenne pourra le faire. Et c’est cela que je crois profondément.
    En particulier parce que majorité des pays de l’Union étant plutôt libérale, la France un jour sera obligée de s’aligner. C’est la lumière au bout du tunnel.
    Il suffit d’imaginer déjà ce que serait devenu aujourd’hui ce pauvre pays hollandiste sans les pressions de la Commission.

  27. Souris donc

    Wesh Nonette sia 1 blème avec kelkin Quad y va lui clasher le cul mdrrrrr !!!!!

  28. hathorique

    bonjour Nonette
    Nous avons tous un jour été les victime innocentes d’un hoax constrictor.

    l’exemple le plus connu de hoax anaphorique  » MOI Président de la République etc… « 

  29. Celui lâ est si difficile â digérer que j’en ai encore ,près de trente mois après ,des spasmes â l’estomac …

  30. QuadPater

    Personne n’est innocent, Hatho.
    Nous fûmes abusés par le traficotage en temps réel de la bande son par Pujadas et sa collègue. Sur la bande originale on entend clairement Mollande répéter 15 fois à Sarko « Mouarfff, pauv’ sans-dent de la ripou-clique… » (et non « m’hoax précédent.. » comme il a été hypothésé par erreur).

  31. Souris donc

    Voui Quad, personne n’est innocent, nous fumes abusés.

    Mou-Président-Je vous fais avaler la couleuvre,
    Mou-Président-Je , et le boa sans faire ouf,
    Mou-Président-Je, Nonette a le hoax si difficile â digérer qu’[elle] en a encore, près de trente mois après, des spasmes â l’estomac.

    Solution :
    Smecta + Rennie
    Ou alors
    Hoax buster, killer, team, secure… Eux-même canulars ?

  32. hathorique

    QuadPater
    Bonsoir à vous

    Dans cet exercice de prestidigitation télévisuelle illusionniste il est pourtant apparu à ses fidèles dévots confits particulièrement « transansdent ».

  33. Souris donc

    Et « consansdent »

  34. Oserai je ajouter c….tout court …c’est concis, confortable ,facile à digérer …

  35. Souris donc

    « m’hoax précédent », je suis con. Comme dit Quad.
    Et quand on est con, on est con.

  36. Souris donc

    Je l’adore, Oncle Koums, avec son ghettoblaster too much qui parodie les rappers. plein d’humour.
    L’humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l’homme sur ce qui lui arrive.
    Romain Gary. La Promesse de l’Aube.
    Sur ce, assez jacassé, bonne nuit à tous !

  37. Souris donc

    Et le côté déjanté de Martin Koums dans la tenue de camouflage + béret rouge = un Hugo Chavez parodique. Ça va de soi !

  38. QuadPater

    Un peu de ménage. Juppé, dans Valeurs Actuelles :

    Je crois que [la loi Taubira sur le “mariage pour tous » est] un acquis, qui a été intégré par la société française.

    Hop ! reste un diptyque ! 😛

  39. L’article du Point sur l’implantation d’un nouveau TGI à Tulle…
    http://www.lepoint.fr/justice/un-president-correzien-ca-aide-12-09-2014-1862517_2386.php
    …me semble décrire un exemple parfait, presque caricatural mais hélas véridique, de ce qu’a pu faire un gouvernement sérieux et de ce que peut faire une équipe nulle et nuisible.
    Exemple, aussi, montrant l’absurdité de l’expression trop utilisée, UMPS, prétendant à la similarité de deux politiques totalement opposées.

  40. Guenièvre

    Ce gouvernement n’a jusqu’à ce jour qu’une orientation politique : défaire ce que le précédent gouvernement avait fait – avant éventuellement de le refaire quand on s’aperçoit que ça tourne à la catastrophe ! – c’est-à dire qu’il fonctionne à la revanche un très mauvais moteur…

  41. Pourtant les moteurs « à réaction » je connais un peu… 🙂 mais cet exemple est tellement flagrant, tellement honteux, tellement l’image de gens malfaisants, que j’ai failli me mettre en colère !

  42. Souris donc

    Renforçant l’arsenal répressif des lois antiphobiques, on pourra dorénavant déclarer la phobie administrative.
    Voici le formulaire (Thévenoud©)
    http://falconhill.blogspot.fr/2014/09/nouveau-formulaire-de-declaration.html

  43. Oui, j’ai vu ça circuler sur FB, ça m’a fait sourire…

  44. Souris donc

    Et même rire, Rotil, n’ayons pas peur des mots.
    Nos commissaires politiques peuvent traquer nos nauséabonderies et nous faire la morale, fachos, racistes, tout en ayant la conscience élastique avec, dans leurs propres rangs, des ministres fraudeurs fiscaux et un président qui s’arrange pour échapper à l’ISF.

    Cahuzac. Qui recycle son black dans des paradis fiscaux. Qui se trouve des excuses genre dédoublement de la personnalité. Qui trouve maintenant le moyen de faire la morale à Thévenoud. Lequel n’a pas payé ni ses impôts ni ses loyers depuis 3 ans. Et se trouve des excuses genre phobie administrative.
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/incroyable-jerome-cahuzac-fait-la-lecon-a-thomas-thevenoud_1574535.html#xtor=AL-839
    Nos commissaires politiques ne craignent pas la contradiction. Ni le ridicule.

  45. QuadPater

    Tiens, justement… savez-vous où en est Cahuzac dont l’affaire a démarré il y a bientôt 2 ans ? a-t-il été sanctionné, à part les 6 mois (dont 3 fermes) d’interdiction d’exercer la médecine infligés par l’Ordre des Médecins ?
    Un ministre coupable de fraude, corruption, mensonges, parjure, blanchiment, etc… et même pas un petit bracelet ? et ça envisage le conseil en entreprise ? et ça caracole dans les médias ?

    J’en peux plus, moi.
    Dehors toute cette engeance !
    Dehors !!
    DEHORS !!!

  46. Souris donc

    Quand on regarde bien la leçon de morale de Cahuzac à Thévenoud :
    « Moi, ça date d’il y a 10 ans » (autant dire y a prescription)
    « C’est ma femme qui m’a dénoncé » (sinon, pas vu pas pris)

    Grandiose socialope qui va aller faire du conseil en placements à Singapour auprès de son magot..
    Pendant que son Président traite, en privé, les petites gens de « Sans dents », tout en ayant le discours officiel du défenseur des pauvres « contre le monde de la finance, sans nom et sans visage ».
    Nous vivons une époque moderne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :