Fabriques d’envies

fe2

C’est une cause entendue, et néanmoins une vérité avérée : la société de consommation, qui est celle de tous les pays développés, ne se contente pas de satisfaire nos besoins. Elle les crée. Elle fait en sorte que naissent des envies, puis que les envies deviennent des besoins. On peut avoir la force de résister à une envie, mais pour les besoins, bernique : essayez un peu !

La création d’envies est tout simplement le propre de la publicité. Agaçante, dérangeante, horripilante, et quelques rares fois utile, la publicité nous entoure.

Si on se laisse faire elle nous envahit, cependant nous ne sommes pas sans armes face à elle. L’œil accoutumé à ne pas la voir dans les journaux, ni dans les rues, le « zapping » de la radio, celui de la télévision si on tient absolument à regarder cette dernière de temps en temps, tout cela est efficace et permet de rester libre et serein. La pub est partout, mais un peu d’entraînement suffit pour ne plus la voir. Un peu de bon sens, aussi, celui qui nous rappelle que ce n’est pas une information : la pub n’est pas là pour informer, elle est là pour vendre. Et nous lui devons beaucoup puisque la vente soutient l’activité et l’activité engendre la richesse.

Dame Publicité, née Réclame, n’en est pas moins accusée de tous les maux, assortis de gros mots tels que marchandisation, commerce (non équitable), consommation (société de), abrutissement, abêtissement, capitalisme ! Pourquoi ? Parce qu’elle donne envie en créant des besoins qui n’en sont pas vraiment.

Mais elle n’est pas la seule !

Que dire, par exemple, de l’éducation ? Être éduqué, être instruit, n’a jamais été sauf pour quelques esprits un besoin naturel. Pourtant un bon professeur est capable d’intéresser ses élèves au point de leur donner l’envie, puis de leur communiquer le besoin, d’apprendre. C’est même là le critère majeur qui à notre avis distingue le bon prof de l’amateur. En matière d’éducation, transformer une envie en besoin est un devoir. C’est en tout cas une garantie d’efficacité.

Un autre exemple moins séduisant mérite l’attention car il touche au bon usage de la démocratie. On a vu arriver sans crier gare, fin 2012, une revendication homosexuelle réclamant un « droit au mariage pour tous ». Qui auparavant avait entendu parler de cette demande, ou avait lu quelque chose à son propos ? Même la rocambolesque « marche des fiertés lesbiennes, gaies, bisexuelles et transsexuelles » faisant suite à la « gay pride » (les homos ne savaient pas parler français à l’époque ?) ne mentionnait pas cette question, ou la mentionnait fort discrètement. D’ailleurs ceux qui avant 2012 avaient l’occasion de converser avec un homosexuel s’entendaient dire que leur préférence habituelle consistait à « butiner » d’un partenaire à l’autre. Certains et certaines, probablement, faisaient exception à cette règle, mais il semble bien qu’ils se trouvaient être peu nombreux.

Pourtant cette revendication est vite devenue celle de toute une communauté. Pourquoi et comment ?

Simplement parce qu’auparavant ces personnes n’éprouvaient pas un tel besoin de ressemblance avec le reste de la population, mais que le « lobby LGBT » ayant obtenu du gouvernement un projet de loi Taubira qui instaurait un « mariage pour tous », ce projet a entraîné chez elles une réflexion en forme de « tiens, pourquoi pas » qui très vite est devenu une envie d’égalité. Et une envie d’égalité se transforme vite en besoin, ou en sentiment de besoin selon la formule de Jospin. C’est une forme de publicité d’État qui a fait naître le besoin, ou qui au moins l’a fait s’étendre. Puis naturellement le « désir de mariage » ainsi fabriqué a donné naissance au « désir d’enfant »…

Sans ce besoin « sociétal » artificiellement créé par un gouvernement ne sachant pas résoudre par ailleurs les problèmes socio-économiques, nous aurions fait l’économie de la cruelle division de la France en deux clans opposés.

42 Commentaires

  1. Souris donc

    La pub fait marcher le commerce. C’est ben vrai, ça !

    A part celle qui fait déborder ma boite aux lettres et celle qui renforce la laideur des centres commerciaux aux abords des villes, j’aime bien la publicité. Les entreprises qui ont les moyens font appel à de grands noms
    On a tous été enchantés par Vanessa Paradis dans sa cage pour Chanel, mise en scène par J-P Goude.

    Après, on n’est plus dans la publicité, on est dans la communication et la propagande, le lavage de cerveau, l’endoctrinement, l’Etat socialiste qui sait ce qui est bon pour toi.
    Tiens, j’ai un slogan : « Socialisme, fabrique à pauvres ».
    De temps en temps ils se prennent un méga-rateau, ce qu’on appelle un Trierweilerbucketchallenge.
    Et.
    Sous une dépêche Reuters annonçant Moscovici à la Commission Européenne, un anonyme :
    « Un pied nickelé s’est incrusté dans l’équipe de Juncker. Sauras-tu le retrouver ? »
    Excellent, non ?
    Le web comme contrepouvoir quand la presse est aux ordres.

  2. Ce billet traite trop de sujets à la fois. Pub, mariage gay…Et la récup politicienne n’est pas loin.
    Faute de savoir par quoi commencer je m’abstiens.

  3. Lecture trop rapide, Roturier, mais vous êtes pardonné 🙂
    Pub et mariage gay : le thème (la thèse) du billet est justement que c’est le même sujet, l’envie de mariage ayant été créé chez les homos par une pub gouvernementale.

  4. Pour paraphraser Dame Guenièvre: au premier regard c’est l’oeuf et la poule. Pour l’instant je n’ai pas les idées assez claires pour contribuer valablement (OK ; c’est souvent le cas, me diriez-vous).

  5. Toujours au premier regard : vous sous-estimez la problématique et la nuisance potentielles du mariage gay en l’assimilant à celles d’une pub commerciale.
    Il y va, au risque de radoter, encore de la survie de l’espèce ; ou, au moins, de la civilisation qui d’est laissé dévoyé à ce point.

    Le mariage est l’estampille de reconnaissance accordée par la Société (le village, la tribu, la nation, que sais-je, partout aux X coins du globe) à la genèse d’une nouvelle cellule procréatrice.

    Sachant que la mise au monde d’un bébé humain n’est que le début du travail ; sa socialisation (=éducation ; apprivoisement; apprentissage), vitale à l’espèce, jusqu’à ce que lui (et sa fratrie) puissent eux-mêmes former des cellules procréatrices, est l’œuvre d’une vie de parents.

    L’estampille ne s’intéresse pas à l’amour entre les tourtereaux ; facultatif ; ni à leurs vie sexuelle qui pourrait se limiter, pour autant que ça intéresse la Société, au minimum syndical indispensable pour la procréation.

    L’amour comme raison du mariage est une notion très récente, d’origine d’ailleurs judéo-chrétienne.

    Le mariage gay s’attaque donc, certes, à une pierre angulaire de la survie de l’espèce. Mais aussi à l’outil de travail fondamental qui est le langage, travestissant le sens des mots.

    Pollution des esprits, autrement plus grave qu’une quelconque pub.

  6. … « Pollution des esprits, autrement plus grave qu’une quelconque pub. »…
    Assez d’accord. Pollution des esprits, de nature similaire mais de degrés différents.
    Et encore plus d’accord sur votre « travestissant le sens des mots « .

  7. Souris donc

    Pub !

    Vieux réac
    La Renault 5 du bon vieux temps par Claude Chabrol le bon vivant jovial, épicurien.

    Jeune progressiste
    La Propagandastaffel des ABCD de l’égalité, par Najat, la mégère socialiste sectaire et bornée.

  8. Cette Najat se fait-elle appeler Madame la ministre, ou parle-t-elle en bon français ?

  9. QuadPater

    Le marketing du prétendu* « mariage pour tous » a été élaboré par des gauchards qui exprimaient dans les années 70 une opinion sur le mariage que je regrette de ne pas avoir conservée, tant le grand écart est impressionnant.
    Le principe des opérations de com’ des socialistes est fort simple : il se résume à présenter toute revendication comme l’exigence d’accès à un droit. L’appellation « pour tous » du mariage homo en est un exemple parfait.
    Le socialisme moribond français tente de généraliser le désir du « droit à… », et c’est pour cela qu’il est moribond : les gens normaux n’ont besoin que d’avoir le « droit de… ».

    ———————
    * quid des pédophiles, ces oubliés de la gauche ?

  10. Quad,… « Le socialisme moribond français tente de généraliser le désir du « droit à… »
    On ne saurait trouver meilleure exégèse pour cet article.
    C’est du moins l’avis de son auteur… 🙂

  11. J’approuve fort ce triple rapprochement, Impat.
    Il me fait penser à ce que je racontais de temps à autres au moment des 1ères et importantes Manif pour tous.
    Je n’aime guère à présent marcher en groupe dans la rue. Mais dans ce cas précis, et malgré ma forte motivation, quelque chose me repoussait : les enfants. Et la seule, très départementale, où je sois allé, m’a chassé par ses enfants distributeurs trop zélés de ballons.
    1) Curieux quand même qu’on n’ait rien trouver de mieux, pour dissuader les autres d’éprouver ce besoin d’enfants anormal, que de trimbaler les siens dans des manifs filmées sous tous les angles. C’est très exactement chanter : J’ai du bon tabac dans ma tabatière, j’ai du bon tabac, tu n’en auras pas. Et c’est donc renchérir sur la propagande gouvernementale en croyant la combattre.
    2) J’avais vu bien longtemps auparavant dans un manuel d’histoire une photo de manif communiste de l’entre-deux-guerres, où l’on voyait un enfant lever le poing à côté et à l’imitation d’un père très fier. J’en avais déjà médité sur l’abus que l’on fait en suscitant chez des êtres si jeunes l’envie de participer à ce genre de distractions qui ne me paraît pas de leur âge.
    Bref, derrière tout ça, et comme souvent, René Girard…

  12. pjolibert

    qu’on n’ait rien trouvé, en fait

  13. Ah, voilà bien une occasion d’étrenner mon iPhone 6 sorti flambant neuf d’une usine chinoise ! Il ne lui a pas fallu 48 heures pour arriver de Shenzhen, chaque étape étant dûment enregistrée par UPS, du colissimo presto. Désir mimétique plutôt qu’envie, je ne vais pas vous refaire l’envie de faire pipi, enfin vous voyez bien la nuance. Le désir mimétique il en faut mais pas trop : l’iPhone ça va, le mariage triste c’est pas marrant. A-t-on le droit de ne pas aimer l’image de deux gros moustachus s’embrassant à bouche que veux-tu, sous les grains de riz ? Est-ce homophobe docteur ? Cela mérite-t-il une rééducation ou bien est-ce seulement la marque du vieux con irrécupérable ? Je me tâte, la rééducation c’est bien on doit y rencontrer des gens sympas j’imagine. Mais le statut de vieux con n’est pas mal non plus, on peut se lâcher un peu ; un peu comme quand Mamie pète et que seuls les petits enfants peuvent en faire la remarque. Mais bon, vieux con ou néo-refuznik qui dit Madame le Président, il y a bien une différence entre l’envie de Mamie et celle de Julo et Paulo, Mamie n’imite personne ça lui vient du fond des tripes par contre les deux autres veulent jouer aux Feux de l’Amour, quant à moi je n’ai payé que fort cher un bel objet qui me dit Papa, Maman (Apple qui est une société de son temps doit avoir la version qui dit Papa Papa, je n’ai pas dit l’autre possibilité car je suis un vieux con).
    La question au fond n’est pas celle du désir mimétique triomphant des invertis, mais celle de l’écroulement de nos vieilles sociétés de droit qui vont au bout de leur logique. Le droit est contraint de refléter l’idéologie dominante, celle qui pense plus fort que les autres. Cette idéologie, c’est nous qui l’avons promue, c’est nous qui avons rejeté les vieux oripeaux moraux, c’est nous qui avons déclaré que le sacré était une astuce de curé pour faire tenir le populo en place, c’est nous qui avons décrété que ce qui contenait le désir mimétique ne servait à rien que seule la raison nous guidait. Résultat ; Paulo et Julo se roule des pelles devant Monsieur le maire. Ce n’est finalement qu’un problème parmi d’autres que l’effritement des digues du désir mimétique fait surgir de toutes parts.
    Vraiment super cet iPhone, j’ai écrit tout ça avec Drafts en vente dans l’App Store : une très bonne application que je vous recommande 🙂

  14. rackam

    Quad, ça vient, il y a des partis politiques en Europe qui prônent les « relations  » avec des mineurs. En Hollande, notamment. Et les ABCD de l’égalité sont suspects à cet égard…

  15. pjolibert

    Mais il faut écrire tout ça sur un clavier si petit, c’est très fatigant… ;))

  16. pjolibert, je partage avec vous cette réticence à faire participer les enfants à ce genre de manif, y compris lors des manifs pour tous contre la loi Taubira. Mais, ayant vu de mes yeux (et de mes jambes) la plus importante d’entre elles à Paris en mars 2013, je crois que les médias ont exagéré le nombre des enfants présents. Les TV savent très bien filmer un attroupement de quelques personnes en faisant croire qu’elles sont nombreuses. Rappelons-nous par exemple le renversement de la statue Saddam Hussein devant « une foule en liesse » dont on a appris ensuite, grâce à d’autres prises de vue, que cette foule était composé d’une dizaine d’Irakis.
    En matière d’enfants que leurs parents font défiler je peux faire état d’un souvenir assez ancien : la grève d’une usine, au cours de laquelle les enfants avaient été conduits en ville par leur père et défilaient, seuls, avec des banderoles « Des sous pour Papa ».

  17. Ah, mais que non pas mon cher Pierre, l’alliance du nouveau clavier intelligent d’IOS8, d’un logiciel de saisie bien pensé et d’un écran plus grand m’a décidé à donner mon iPad à ma fille !

  18. QuadPater

    Arte donne de l’art aux cochons.

  19. Souris donc

    Rackam préfère le saint doux.

  20. Votre fille collectionne les antiquités ?

  21. pjolibert

    A vrai dire je n’avais pas prêté attention à un nombre d’enfants explicite. Je me demandais d’ailleurs si on les comptait, dans les querelles de chiffres. Je vous parle pour ma part d’un rassemblement de 100/200 personnes sur une placette triangulaire dans un chef-lieu de 30 000 hab. spécialisé dans le pruneau. Les enfants se voient vite, car ils tournent dans tous les sens et sont très enthousiastes. Il y en a deux qui voulaient signer la pétition du CESE !
    Marrant, votre souvenir. Le père s’occupait du barbecue ?

  22. pjolibert,… « Le père s’occupait du barbecue ? « ….
    Je crois plutôt que comme les vôtres ils sont restés agen.

  23. Anonyme

    Non elle applique la devise « à cheval donné on ne regarde pas les dents »

  24. En attendant, il nous manque le saint ex.

  25. La pub est à mes yeux un bon révélateur du mépris de ceux qui la subissent : agressive, débile, perverse, on y trouve de tout. Quelques uns de ses principes : ne jamais dire au consommateur qu’il est un pigeon, mais le considérer comme tel, flatter ses bas instincts, l’abrutir, lui laver le cerveau, le manipuler etc.
    L’inquiétant étant que l’on maîtrise de mieux en mieux les techniques de manipulation de l’individu, les perspectives d’avenir sont sombres aussi sur ce plan.
    Donc la pub, je l’évite comme je peux.

  26. Souris donc

    Ah non, Patrick, les plus grands cinéastes réalisent des pubs (Altman, Coppola, Lynch…), les plus grands peintres aussi ( Magritte en son temps…). C’est un genre qui exige de tout dire en 2 minutes, un vrai challenge. Regardez bien la vidéo de Chabrol, comment il s’amuse avec les échelles, tantôt la R5 est petite ou démesurée, tantôt les objets ou les paysages sont petits ou démesurés. Un chef d’œuvre.
    Maintenant, pendant la pub, vous pouvez toujours en profiter pour aller au pipiroom.

    Il y avait une formidable émission, Culture Pub, qui se proposait de décoder les publicités. Dommage, C. Blachas est mort. Il existe encore un blog.

  27. Certes, Liebchen.

    Sans oublier les meilleurs cinéastes français actuels qui arrondissent leurs fins de mois en faisant des pubs. Aucune raison que l’exemple de Chabrol ne soit pas suivi ; sauf qu’il semble un peu malséant en France pour un artiste reconnu de faire ça ; l’hypocrisie habituelle dès qu’il est question d’argent.

    Et ça se voit souvent à la qualité de la pub : scénario, jeu d’acteurs, éclairage, cadrage, effets spéciaux, musique…. Des petites perles parfois. Je ne compte plus les pubs que je revoie avec plaisir tout en ignorant, voire en oubliant dans la minute, le produit que ça tente de me fourguer.

    De quoi se plaint-on. Michel-Ange faisait-il autre chose en peignant la chapelle Sixtine.

    Le tout consiste à prendre une distance critique, ne pas se laisser submerger par les émotions, puisque c’est de cela qu’il s’agit, Chabrol ou Michel-Ange, peu importe.

  28. Michel-Ange faisait-il autre chose en peignant la Chapelle Sixtine ?
    Eh bien…oui. Heureusement.

  29. Il faisait la pub à la gloire d’un client du genre dont Voltaire disait « je crains le ciel et je méprise ceux qui prétendent parler en son nom ».
    Client extrêmement fortuné et puissant d’ailleurs.

    Nous en sommes certes tous bénéficiaires aujourd’hui, du « manteau blanc des cathédrales dont l’Europe fut couverte» et leur inestimable contenu.

    N’empêche que la mécanique du marketing à la base de la commande passée à l’artiste est la même.
    Non déplaise aux bretons.

  30. desavy

    Bonsoir les gens.

    Il me semble que la relation entre envie et besoin est plutôt à inverser. Au commencement est le besoin (un sentiment de manque) qui va susciter une envie, l’envie de combler ce manque.

    Il peut être intéressant de discuter sur le pourquoi de la loi sur le mariage pour tous mais la question est de savoir si une nouvelle majorité de droite reviendra dessus. Je suis certain que non.

    Les ABCD de l’égalité suspects quant aux relations entre mineurs et adultes… On peut en effet laisser courir les pires rumeurs.

    A part ça, Hollande est toujours président, mon amie Guylaine soutient Juppé, les Turcs regardent les Kurdes mourir et l’école d’économie de Toulouse a touché le gros lot. Sans oublier l’état islamique qui infiltre Gaza.

  31. QuadPater

    Bonsoir desavy ! vous dites

    Il peut être intéressant de discuter sur le pourquoi de la loi sur le mariage pour tous mais la question est de savoir si une nouvelle majorité de droite reviendra dessus. Je suis certain que non.

    Eh bien moi au contraire je suis sûr que oui, car un pouvoir avec des idées de droite ne poursuivrait pas la politique de déconstruction sociétale de la gauche s’il disposait d’une majorité sur laquelle il pourrait compter.
    Ce serait le cas avec tous les sympathisants de la MPT.

    La « droite » type UMP n’a pas trop osé frayer avec ce mouvement. Peut-être de peur d’enfourcher le mauvais cheval… de faire le mauvais choix, celui qui serait balayé à terme par l’Histoire. Allez savoir ! ce microcosme est si peu sûr de ses idées.

    Ce qui manque au fond en France c’est un homme / une femme / un parti / un rassemblement capable de mener à bien toutes ces réformes et dégraissages si nécessaires (et si impopulaires) : retraites – code du travail – immigration – fonction publique…, en acceptant les conséquences de l’impopularité, à savoir ne pas être réélu.

  32. QuadPater

    C’est plutôt « s’il disposait d’une majorité sur laquelle il puisse compter », non ?

  33. … « À part ça Hollande est toujours président »…
    Ce n’est pas gentil, Desavy, de tourner ainsi le fer dans la plaie des Français … 🙂

  34. desavy

    Certes Impat, j’aurais même pu préciser qu’il n’était qu’à la moitié de son mandat pour ajouter un peu de sel dans la plaie.
    J’aurais aussi pu évoquer le « retour » de l’homme le plus présumé innocent de France, celui qui nous a offert Hollande. Le spectacle ne fait que commencer.

  35. Bien vu, Desavy. La faute aux autres, ça marche toujours.

  36. desavy

    Impat : « Bien vu, Desavy. La faute aux autres, ça marche toujours. »

    « Aux autres », un pluriel qui est bien singulier.

  37. Hé mais je plaisantais, vous avez un père excellent, Anonyme.

  38. pjolibert

    Il y avait une chronique pas mal à la radio, à propos de Candy Crush, ce matin. (besoins créés, dopamine, etc.)

  39. On lit Antidoxe, à la radio…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :