Harmonie

h7

Harmonisons, harmonisons, il en restera toujours quelque chose !

Que cache cette clameur, commune aux plus intégristes des Européens et…aux eurosceptiques ? Et d’abord, de quoi parle-t-elle ?

On l’entend le plus souvent à propos de deux domaines : harmonisation fiscale, harmonisation sociale. L’eurosceptique s’appuie sur ces deux manques d’harmonisation pour étayer sa thèse, « vous voyez bien qu’il n’y a pas d’Europe puisque les impôts et les clauses sociales varient d’un bout à l’autre de l’Union ». Et le fervent de l’Europe réclame à grands cris ces harmonisations pour…étayer son sentiment de l’unicité européenne.

L’ un et l’autre se trompe, ou se trompent, aurait dit Vaugelas, Européen du XVIIIe siècle. Ils confondent union et unicité, entente et alignement, accord et fusion.

Nul ne sait aujourd’hui si l’Europe achèvera sa reconstruction sous forme fédérale, confédérale, ou autre structure à inventer. Et qu’importe ? L’Union est faite pour unir, non pas pour fondre en un moule commun. Et pas non plus pour éliminer toute émulation, voire toute concurrence entre ses membres.

Qu’apporterait, dans cet esprit, une fiscalité « harmonisée » c’est-à-dire pour ceux qui prônent cette solution une fiscalité identique partout ? Cela apporterait certes une grande satisfaction aux jacobins de tout poil, mais quoi d’autre ? Si, une chose probablement : la tentation pour l’ensemble de s’enfoncer dans la voie des augmentations perpétuelles de l’impôt. Car aucun frein ne s’y opposerait, hormis le frein de l’opinion qui est mouvante et peu efficace ainsi que le montre la France chaque jour. L’impôt est pour les citoyens une décision d’achat forcé, or on n’a jamais inventé de motivation plus efficace que la concurrence pour faire baisser le prix des achats. Que chaque membre de l’Union reste donc maître de sa fiscalité, l’Union n’en sera que renforcée, mieux acceptée, et moins dépensière grâce à la concurrence Cela entraînera quelques mouvements de population, attirée par les zones à fiscalité plus avantageuse : et alors ? Ces mouvements, d’ailleurs, seront très limités comme le montre la situation présente de la France. Car personne, semble-t-il, n’y prête attention mais la disparité fiscale existe bel et bien dans notre pays. Le taux de taxe foncière est-il le même de Dunkerque à Perpignan ? La taxe d’habitation fait-elle l’objet du même calcul dans les 36.000 communes ? Loin de là, et si cette disparité conduit quelques personnes à déménager, elle compte pour bien peu en regard, par exemple, de la différence de pluviosité ou d’ensoleillement.

Quant au plus important pays du monde à constitution fédérale, les États-Unis, qui sait que les impôts y différent sensiblement d’un État à l’autre ? Même la TVA, invention française, n’est pas la même en Californie, en Louisiane, ou à New-York.

En matière sociale une certaine dose de régulation est certainement plus justifiée qu’en matière fiscale, pour la simple raison que des dispersions géographiques importantes peuvent entraîner des conséquences sur l’emploi Or l’emploi, en cette période où le chômage touche certains pays européens et surtout la France, constitue une donnée sociale plus sensible que le pouvoir d’achat. Le « dumping social » est un risque à éviter. Toutefois, si une certaine harmonisation est nécessaire, une obligation d’uniformité ne se justifie pas. Il n’est pas inutile de rappeler que même au sein du plus jacobin des États européens, le pouvoir d’achat pour un même salaire est touché différemment par la Sécurité Sociale en Alsace et ailleurs…

Dans tous les domaines, l’Union gagne et gagnera à maintenir ses différences internes. Chanter en canon, est-ce chanter ensemble sur les mêmes notes avec les mêmes voix ? Non, c’est chanter ensemble sur des partitions harmonisées mais différentes.

10 Commentaires

  1. Guenièvre

    Harmonie : fille d’Arès et d’Aphrodite, autrement dit de l’Amour et de la Guerre. Fruit de la conjonction des passions et des luttes. Née dans la douleur donc…
    La société grecque avait magnifiquement mis en symbole le côté à la fois violent et créateur des différences et des oppositions. Ce que nous nous efforçons aujourd’hui d’occulter par un égalitarisme forcené. Que rien ne dépasse, » tout le monde il est égal et tout le monde il est gentil… »
    Vous avez raison Impat, ce qui sortira de l’abolition des différences ce n’est pas l’harmonie mais la mort. Mais ce mot « harmonisation » prononcé comme un mantra, qu’est-ce sinon de la langue de bois ? 🙂

  2. Quel génie transitionnel, Guenièvre !

  3. QuadPater

    Employé par des politiciens, harmoniser est un strict synonyme d’uniformiser. On est toujours dans l’étude du vocabulaire de nos Maîtres.

  4. roturier

    Mouais…. ça mérite réflexion, cette idée de conserver les différences.

    D’autant plus qu’elle va dans le sens que j’ai défendu sur un fil précédent; à savoir la diversité, bio ou pas, comme condition de survie; non déplaise aux tenants de l’égalitude qui en devient une idéologie mortifère.
    Et tant pis pour le tryptique républicain.

    Cela dit, pas d’illusion: monnaie unique et frontières ouvertes finiraient à terme par « harmoniser » le reste.

    D’ailleurs ça, c’est faux : « la voie des augmentations perpétuelles de l’impôt….aucun frein ne s’y opposerait ». Le couperet électoral s’y opposerait ; la concurrence extra-européenne aussi ; mais surtout le bon vieux « trop d’impôts tue l’impôt » que le gouvernement actuel est en train de douloureusement constater.

  5. Souris donc

    Nous ne risquerions rien à nous aligner sur les autres (‘harmoniser’).
    La France a la pression fiscale (taux de prélèvements obligatoires) la plus élevée du monde.

    Nous dépensons 53 % du PIB en dépenses publiques dont 30 % pour des transferts sociaux (redistribution) et 23 % pour la fourniture de biens et services publics.
    11 points de PIB de plus que les autres pays de l’UE.

    http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/medias/documents/ressources/PLF2013/RPO2013.pdf

    Voir p.16 le graphique comparant la France aux pays de l’UE et de l’OCDE. Et encore, le graphique s’arrête à 2009. Depuis, ça s’envole.
    Graphique p. 40 : nous sommes aussi, de très loin, le pays au monde avec le plus de cotisations de sécurité sociale.

  6. Souris donc

    Le SMIC, un des plus élevés au monde qui rémunère le travail le moins qualifié, avec la législation du travail illisible, nous coûte des millions ( ?) d’emplois et 220 millions € par an.
    Que risquerions-nous à harmoniser si le terme signifie s’aligner sur les meilleurs ? Et si harmoniser signifie moins d’instabilité fiscale ?

  7. Je crois qu’il faudra qu’un jour j’explique quelle dent j’ai contre l’Europe…

  8. roturier

    Rien ne presse.

  9. … « Nous ne risquerions rien à nous aligner sur les autres »…
    Pardon, Souris, mais je trouve cette phrase très, mais alors très, incongrue. D’une part, s’il est toujours utile de se comparer aux autres et de s’inspirer de leurs actions, l’idée de « s’aligner » est à mon avis déplaisante et improductive. D’autre part « s’aligner sur les autres » c’est s’aligner sur qui ? Les autres sont tous différents, et heureusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :