États-Unis, tricherie à l’école.

aa4
Jongleries de l’ ‘ »Affirmative Action » : Tricherie: Rapport d’un initié sur l’utilisation de la race dans les admissions à l’UCLA , par Tim Groseclose (Dog Ear Publishing, 212 pages, $ 24,99)
À l’Université de Californie, la « diversité » l’emporte sur l’honnêteté et la primauté du droit.(City Journal, 7 juillet 2014)

L’enseignement supérieur est en chute libre. Dans les campus universitaires à travers le pays les discours d’accueil sont biaisés, les étudiants font l’objet d’avertissements impératifs lorsqu’ils sont exposés à des idées non conformes, et le dogme officiel remplace régulièrement les programmes classiques. Il devient de plus en plus clair que l’enseignement supérieur est conquis par les intégristes de gauche qui n’hésitent pas devant des mesures délirantes, y compris une violation de la loi, pour atteindre leurs objectifs politiques : multiculturalisme, politique identitaire, et « la justice raciale. » Le dernier exemple de folle politique universitaire peut être trouvée dans l’exposé du politologue Tim Groseclose sur la discrimination raciale dans les admissions à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). L’administration de l’UCLA, avec la complicité active de membres du corps professoral, a violé la loi en tenant compte de la race des étudiants. Groseclose donne l’alarme sur ces pratiques dans les chroniques de son ouvrage « Cheating » (Tricherie).

En 1996, les électeurs de Californie ont voté la « Proposition 209 , connue sous le nom de « California Civil Rights Initiative » (CCRI), qui amendait la Constitution en interdisant la discrimination contre, ou en faveur de, toute personne ou groupe, fondée sur la race, le sexe, la couleur, l’origine ethnique, ou l’origine nationale. De même qu’ en matière d’embauche, la CCRI interdit explicitement toute préférence raciale dans les admissions universitaires. Malgré les difficultés juridiques prévisibles, tant la Cour suprême de Californie que la Cour d’Appel ont confirmé cette mesure.

La Proposition 209 exigeant que les décisions d’admission dans toutes les universités publiques soient indépendantes de la race, les candidats doivent être évalués sur des critères tels que les moyennes de points et les « SAT » (NDT : tests d’admission) Cela semble assez simple. Le problème, c’est que la concurrence entre les candidats est forte au très sélectif campus de l’Université de Californie, et que les qualifications des candidats afro-américains et latinos sont relativement faibles, aussi le processus d’admission purement méritocratique produirait une classe disproportionnée en étudiants blancs et asiatiques. Le nombre d’étudiants noirs dans les campus les plus prestigieux de l’Université a diminué chaque année après l’interdiction de la discrimination positive. En 2006, lorsque le nombre d’étudiants noirs inscrits en première année diminua de 96 à 20 par rapport à l’année précédente – un record de faiblesse – il y eut des manifestations. Rapidement, l’UCLA adopta une approche «holistique» de l’admission, comme l’avait inauguré l’UC Berkeley, incluant l’ évaluation subjective de la compétence des candidats.

C’est là que Groseclose commence son histoire. En 2007, l’année suivant l’adoption de l’examen «holistique», l’UCLA double le nombre de Noirs admis en première année. En dépit de ses opinions politiques conservatrices, Groseclose avait été sélectionné pour faire partie du comité de surveillance des admissions, ce qui le plaçait aux premières loges pour observer les manigances, jusqu’à sa démission en signe de protestation en Août 2008. À partir de ses observations au comité et de l’examen des données obtenues avec l’aide du professeur de droit à l’UCLA Richard Sander, Groseclose conclut que les administrateurs de l’UCLA contournaient la Proposition 209 pour favoriser les candidats noirs. Le mécanisme utilisé était une épreuve de « deuxième chance » intégré dans le processus «holistique». Les administrateurs ont présenté un nombre disproportionné de candidats afro-américains à l’épreuve de la deuxième chance et leur ont accordé l’admission à trois fois le taux d’admission pour les Asiatiques dans la même catégorie. Bizarrement, le processus «holistique» n’a pas abouti à l’admission supplémentaire d’étudiants socio-économiquement défavorisées . Le subterfuge de l’UCLA a été conçu pour augmenter le nombre d’étudiants noirs, point. Cela a eu pour effet pervers de réduire le nombre de Latinos et d’Asiatiques plus défavorisés.

Au comité, Groseclose, qui est expert en statistiques, a demandé les données brutes des candidats pour vérifier ses soupçons. Ses demandes ont été refusées. Le livre décrit les machinations concoctées par las administrateurs de l’UCLA pour refuser l’accès aux données que Groseclose et ses collègues étaient censés superviser. Mais même sur la base des données limitées disponibles, Groseclose pouvait dire que l’UCLA a enfreint la loi. Il a ignoré les pressions pour «regarder ailleurs», a rédigé un rapport de 89 pages expliquant ses préoccupations, et a franchi la « ligne rouge » en informant les médias. Il faut porter au crédit de la presse californienne que cette dernière fit un large écho aux découvertes de Groseclose, obligeant l’UCLA à, prendre publiquement position. Pour réfuter le rapport Groseclose , l’université a même commandé une étude « indépendante », laquelle découvrit des preuves significatives de préjugés raciaux. Les conclusions de Groseclose peuvent conduire à des procédures juridiques engagées par les postulants refusés pour raison raciale.

Groseclose écrit à propos de ses collègues de gauche:

Si vous voulez comprendre les critères d’admission, vous devez comprendre un fait essentiel sur la gauche universitaire: ils ont un point de vue extrême sur la « diversité » et « la justice raciale ». Pour nombre d’entre eux, « la justice raciale » est encore plus importante que toutes les autres causes de gauche, y compris l’environnement, la négociation sociale, la paix dans le monde, ou faire payer aux riches « leur juste part » d’impôts. Pour eux, la justice raciale est également plus importante que les vertus à l’ancienne, telles que la politesse et l’honnêteté. Par conséquent, pour eux, il est parfois immoral de ne pas mentir sur des choses telles que la race dans les critères d’admissions. Autrement dit, si un mensonge contribue à accroître la diversité raciale dans la société, alors dans leur esprit, c’est un mensonge noble.

Ailleurs, Groseclose (qui peut parler franchement parce qu’il est titulaire) observe: «Je soupçonne que…/… les décideurs de l’l’UCLA non seulement connaissaient la tricherie, mais faisaient pression sur le personnel pour tricher. Et il pense que le scandale ne se limite pas à l’UCLA, ou aux admissions: « le problème est un symptôme d’une culture de la malhonnêteté qui imprègne les universités américaines », et aussi de riches donateurs et des politiciens. Le scandale des admission à l’Université du Texas en est un exemple. La tricherie est un fait écœurant de ce qu’une personne engagée peut accomplir. C’est aussi un portrait sévère de la culture académique d’aujourd’hui.

Mark Pulliam est écrivain et commentateur. Il est le père d’un diplômé de l’UCLA (classe de 2013).

Traduction et adaptation pour Antidoxe : Impat.

21 Commentaires

  1. * Pour suivre les débats…

  2. A transmettre à Willy Sagnol

  3. Souris donc

    Tu es noir ? Femme ? Tu as un QI à deux chiffres mais tu fais partie d’une minorité agressive ?
    Sur simple demande à l’association antiraciste de ton quartier, toi aussi tu peux être diplômé de l’université ou ministre socialiste.

  4. roturier

    J’ai fait état supra d’une émission TV où la dénommée Alessandra Sublet « recevait » ladite Audrey Pulvard. Evidemment à charge de revanche comme il est de coutume au paf; sous peu on verra la seconde « recevoir » la première. Ainsi que leurs autres « collègues » ; ça tourne.
    Ceux qui nous lisent les news deviennent donc les news; ils sont les prochaines Nabila, bimbos indissociables de la téléréalité. Et pour la morphologie, aucun souci; rien ne résiste à un bon bistouri.

    Pourquoi en parler nunc? Car, à mon étonnement, la Sublet disait de la Pulvard qu’elle était « journaliste noire ».
    Bien que la négritude de l’intéressée ne saute pas aux yeux du premier regard, (la féminitude, si) l’argument doit suffire pour clouer le bec à ceux qui s’étonnerait de l’intérêt porté à une femme-tronc à grosses lunettes.

    Puisqu’elle est noire, gloire.

  5. Comme les USA sont toujours en avance sur nous et qu’en France , le phénomène a déjà commencé, le futur paraît etre déjà ecrit.
    L’état devrait se contenter de ce qu’il peut faire et de manière equitable pour tous , c’est à dire mettre le paquet sur l’école primaire .
    L’état ne peut pas corriger toutes les inégalités sinon je demande a être beau et riche…. Et en bonne santé si possible .

  6. Mario, comme le montre l’article les États-Unis commencent un reflux en matière d’ « affirmative action », laquelle se heurte à nombre d’adversaires dans beaucoup d’états. Le futur n’est donc pas « écrit ».
    Par ailleurs les États-Unis sont souvent en avance sur nous, mais pas toujours. Il arrive que l’inverse soit vrai.

  7. C’est vrai il y a une réaction et même en France .Quand y aura t’il une action ?
    Je vais paraître monomaniaque mais pour cela il faudra que la main mise de la gauche sur l’enseignement,les médias,les syndicats, voire la justice soit inversée ou tout simplement rééquilibrée.
    Mais vous avez raison, il y a des signes.
    Nous ne sommes pas au printemps ,mais quelques hirondelles …..

  8. roturier

    Et le contournement du système universitaire public?
    Quid de la Ivy League et consorts (Harvard, Yale, Princeton…MIT…).
    L’excellence est là; pas forcément en Californie, UCLA et alileurs.
    Naturellement des équivalents français existent.

  9. Souris donc

    Chance pour la France.

    Vidéo du craquant Kit Armstrong enfant en concert. On vient de le voir tout à l’heure chez Rolando Villazón sur ARTE, il a maintenant 22 ans. Alfred Brendel, épaté, l’a pris comme élève. Surdoué en tout, études de maths à Paris, il compose aussi.
    Il a acheté une église à Hirson qu’il a aménagé en salle de concert. Les gens sont contents, ça change des racailles.
    Je dois à la vérité de dire que cet anglo-tawanais né en Californie est d’une famille richissime.
    Pas besoin de discrimination positive.

  10. « si un mensonge contribue à accroître la diversité raciale dans la société, alors dans leur esprit, c’est un mensonge noble »
    Exactement comme dans l’islam : un mensonge qui sert sa cause est légitime dans cette idéologie.
    Roses, rouges, verts : même combat. Le mensonge est érigé en vertu. Mais je crois savoir qu’il est écrit quelque part que « le diable est menteur et le père du mensonge« .

  11. Souris,… »anglo-tawanais …/…Pas besoin de discrimination positive. »…
    L’article le dit : les Asiatiques n’en ont jamais besoin. À priori les anglais non plus, mais c’est moins sûr.
    Merci pour Kit Armstrong.

  12. Si un mensonge……
    C’est comme la désobéissance civile,à partir du moment où pour certaines personnes le but est supérieur moralement ou idéologiquement ,tout les moyens sont bons.
    On fait votre bien sans votre consentement ,si vous ne le comprenez pas vous êtes un reac,un facho,un rétrograde .C’est une dictature soft.
    Et si par malheur,les réactions peuvent empêcher l’arrivée du bonheur ,on fait ça en catimini. Tous les moyens sont bons.

  13. Florence

     » …Et c’est là justement que se trouve, négligée par nous, mais si simple, si accessible, la clef de notre libération : LE REFUS DE PARTICIPER PERSONNELLEMENT AU MENSONGE ! Qu’importe si le mensonge recouvre tout, s’il devient maître de tout, mais soyons intraitables au moins sur ce point : qu’il ne le devienne pas PAR MOI !

    Et cela, c’est une brèche dans le cercle imaginaire de notre inaction, pour nous : la plus facile à réaliser, pour le mensonge : la plus destructrice. Car lorsque les hommes tournent le dos au mensonge, le mensonge cesse purement et simplement d’exister. Telle une maladie contagieuse, il ne peut exister que dans un concours d’hommes.

    Nous ne sommes pas appelés à — nous ne sommes pas mûrs pour — aller sur la place publique et proclamer à grands cris la vérité, et dire tout haut ce que nous pensons tout bas. Ce n’est pas pour nous, cela fait peur.
    Mais refusons au moins de dire ce que nous ne pensons pas ! … »

    Alexandre Soljenitsyne, 1974

  14. Merci Florence. Comme ce texte de Soljenitsyne, écrit voici 40 ans à propos de l’URSS, est actuel pour nous aujourd’hui !

  15. Roturier,… »Quid de la Ivy League et consorts (Harvard, Yale, Princeton…MIT…) »…
    Vous avez une réponse ce matin sur « lefigaro.fr-étudiant » :
    « Harvard discrimine les étudiants d’origine asiatique en faveur d’aspirants blancs, noirs, et hispaniques moins qualifiés», précisent les deux plaintes, déposée par l’association Students for fair admissions (SFFA, étudiants pour des admissions équitables), soutenue pour sa défense par le Project on Fair Representation (PFR, projet de représentation équitable). »

  16. Souris donc

    Le mot équitable, je ne peux plus le supporter, rien de plus faux-jeton, ne s’applique plus qu’à l’activisme gauchiotte. Ou alors au commerce qui a su flairer le filon. C’est comme citoyen.

  17. Je vois, Souris, vous n’êtes pas une citoyenne équitable.

  18. Souris donc

    Christophe Guilluy, dans son ‘La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires’ Flammarion, 2014.

    Dans un contexte de crise, Guilluy constate pourtant l’émergence d’une classe moyenne maghrébine et africaine, dans une tendance à la disparition de la classe moyenne traditionnelle, par paupérisation et déclassement, reléguée dans les territoires périphériques, petites villes et campagne. A cause de la concentration des activités très qualifiées ou peu qualifiées, gardiennage, services à la personne, dans les métropoles.

    « Les résultats montrent que si les taux d’emploi pour les hommes non immigrés baissent fortement, ceux des immigrés augmentent. On pourrait être tenté d’attribuer cette évolution à une forme de discrimination positive dirigée vers les immigrés au détriment des non-immigrés
    En réalité, ce qui est déterminant, c’est d’abord la situation géographique des immigrés. Majoritairement concentrés dans les quartiers de logements sociaux des grandes métropoles, les immigrés bénéficient d’un accès aux zones d’emploi les plus actives…. »

    Source : Insee Première, n°1503, juin 2014.

  19. plantigrade69

    Souris donc,

    malgré l’admiration que j’aie pour Alfred Brendel qui a des yeux de Chimène pour son élève, j’avais vu un long doc sur ce jeune surdoué. Très franchement, sur le plan musical, il ne m’avait pas épaté, au contraire.

  20. plantigrade69

    Je parle évidemment de ses qualités d’interprétation en tant qu’adulte, pas de ses multiples capacités stupéfiantes.

  21. Souris donc

    Je n’ai aucun CD de lui, Nounours, je ne le connais que par quelques apparitions télé ou YouTube.
    Voilà le replay d’ARTE
    http://www.arte.tv/guide/fr/emissions/MAE/maestro#details-videos
    à 24 :10, Villazón le présente, puis il joue le rondo du 3ème mvt du concerto en ré majeur de Haydn.
    Haydn se prête à un jeu virtuose avec gaîté, ma non troppo d’émotion.

    (Ensuite l’orchestre de jeunes joue l’Ouverture du Signor Bruschino de Rossini, avec l’effet de percussion des archets frappant les cordes ou le pupitre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :