Peuplement et peuplement

Dodo1

EELV, avec ses 2% aux départementales, fait pitié. C’est une espèce en voie de disparition.

Je propose qu’on les inscrive au patrimoine mondial de l’UNESCO, section patrimoine immatériel. Ou culturel car leur effondrement est presque aussi désolant que la destruction des Bouddhas de Bamiyan ou des sculptures préislamiques du musée de Mossoul.

Une espèce en voie de disparition doit être protégée. Et ce d’autant que certains spécimens sont uniques en leur genre (comique) : Eva Joly, José Bové, Cécile Duflot, Jean-Vincent Placé, Emmanuelle Cosse, Daniel Cohn-Bendit.

Qui dit disparition, dit peuplement (ensemble des espèces appartenant à un même groupe taxinomique). Manuel Valls prône une « politique du peuplement » en menant une offensive contre la ghettoïsation et l’apartheid. Il prône une sorte de biodiversité artificielle et contrainte, la mythique mixité sociale.

Car il y a peuplement et peuplement.

1. Vous avez le peuplement endémique, la mauvaise herbe locale par exemple. Les Verts allemands ont obtenu que les plates-bandes municipales ne soient plus ensemencées par des gazons et fleurs exotiques, mais que la mauvaise herbe soit respectée car est ici chez elle. Elle est de souche. Il convient de lui laisser son espace vital. Son biotope.

2. Vous avez le peuplement en voie de disparition. Comme EELV et autres animaux. Et là, il faut s’arrêter deux minutes. Car il existe en fait une foule d’êtres vivants et donc sensibles et même d’objets inanimés qui ont une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer. Dont il est urgent de s’occuper. C’est ce que fait l’UNESCO avec ses inscriptions au patrimoine de l’humanité au titre de la conservation, la gestion et la transmission aux générations futures :

http://whc.unesco.org/fr/list

dont en France :

http://whc.unesco.org/fr/etatsparties/fr

Impressionnant, non, toute cette conservation ?

Pour, conformément aux missions de l’UNESCO,

apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue. Être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel, de l’utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer.

Dans cette hypothèse, EELV serait muséifiée dans un parc d’attraction animé par des gentils zadistes en costume traditionnel.

3. Vous avez enfin le peuplement par l’espèce invasive* (certains préfèrent parler d’espèce introduite, plus politiquement correct) qui menace tout l’écosystème endémique de souche. C’est une espèce vivante exotique []qui devient un agent de perturbation nuisible à la biodiversité autochtone des écosystèmes naturels parmi lesquels elle s’est établie. Son explosion démographique se traduit par une invasion biologique prédatrice. Notamment d’allocs.

C’est ce qu’a imparfaitement compris Manuel Valls avec sa politique de peuplement. Qui consiste à disséminer les invasifs (jouer sur leur potentiel de dispersion des espèces introduites, plus politiquement correct) sur tout le territoire parmi les espèces locales qui n’ont pas forcément envie de cohabiter et votent FN. A ceux-là, chaque fois qu’une cité de logements sociaux est programmée, on peut conseiller de déposer subrepticement une espèce en voie de disparition (par exemple un EELV) et d’ameuter les zadistes à l’ouverture du chantier. Faute d’EELV, on prendra Mirafra aschi, une alouette de Somalie, Pterodroma madeira, un pétrel de Madère, Pseudophilautus zorro, un petit crapaud à masque de Zorro du Sri Lanka. Ensuite on convoquera la presse en se couchant devant les bulldozers. Beaucoup plus efficace que de crier « On est chez nous ! » aux meetings de Marine Le Pen.

Et puisqu’on cherche un nom à l’UMP, je suggère Parti Conservateur de l’Écosystème Humain Français contre les Espèces Invasives.

Ce parti serait incontesté, car la caution morale serait ZéroExtinction, une gigantesque superONG qui fédère 98 ONG. C’est dire son poids.

http://www.zeroextinction.org/

Dès la crèche, on inculquerait les ABCD de l’extinction en s’appuyant sur des manuels tels que « Pourquoi vous les hommes, vous faites du mal à nos papas et à nos mamans ? » où l’enfant s’identifiera aux petits si mignons des espèces en voie d’extinction (sauf le petit du blobfish vraiment trop répugnant)

http://nsm08.casimages.com/img/2013/03/05/13030501154711002110934780.jpg

*http://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A8ce_envahissante

62 Commentaires

  1. Souris donc

    Manuel Valls a lancé cette idée de politique de peuplement en janvier lors d’une conférence de presse. Ça doit le travailler depuis qu’il a eu la révélation sur un marché d’Evry où il constata que ça manquait de blancos, de white.
    La presse n’a que peu relayé cette idée, pourtant ce qu’il a dit de plus violent depuis son accession à la primature. A moins que ce soit un clin d’œil à Alphonse Allais qui voulait construire les villes à la campagne car l’air y est plus pur.
    Humour socialope ?

  2. … »une invasion biologique prédatrice. Notamment d’allocs. »..
    dont le langage se résume à ceci: « alloc, mais alloc, quoi ! » ?

  3. Ce même Alphonse Allais, maintenant trop méconnu, disait aussi qu’il fallait supprimer le dernier wagon des trains, car il est moins stable.

  4. Souris donc

    Les régimes totalitaires se méfient de l’individu trop éduqué. Ils appliquent volontiers une politique de peuplement, envoyant l’intellectuel dissident à la campagne pour qu’il se refasse une santé idéologique. Ou dans des camps de rééducation où on lui inculque l’orthodoxie doctrinale.
    La différence est que Valls envoie les QI à deux chiffres abreuver nos sillons. Et éventuellement égorger nos fils et nos compagnes.

  5. Guenièvre

    Bonjour à tous !
    Un article plein d’humour sourisien ! Merci aussi pour cette illustration du dodo de l’île Maurice. J’ai une passion pour tous les naturalistes peintres des 17e/18e qui parcoururent la planète parfois au risque de leur vie, le peuplement local à ces époques étant parfois très réfractaire au moindre peuplement même peu invasif.

    « les espèces locales qui n’ont pas forcément envie de cohabiter et votent FN. »

    Dans « Intégration la fin du modèle français » Michèle Tribalat explique le processus qui a conduit à l’abandon de ce que l’on appelait l’assimilation à la française. Elle explique que ce processus reposait sur « une demande à la population autochtone d’être prosélyte de sa propre nation » ce qui nécessitait une certaine fierté. C’est sur le corps social, principalement sur les catégories populaires, que reposait cette assimilation, celles-ci faisant pression sur les nouveaux arrivants pour qu’ils se plient aux us et coutumes. Or cette exigence de la part de la société d’accueil a été petit à petit délégitimée, voire considérée comme une résurgence colonisatrice par les « élites ». Désavouées et voulant protéger leur mode de vie, les catégories populaires évitent autant qu’elles le peuvent les lieux de fortes concentration ethnique. Ce qui favorise l’entre soi et la tentation de vivre comme dans les pays d’origine. Cercle vicieux…
    J’ajoute que le modèle assimilationniste a été abandonné de fait depuis 10 ans , depuis que, le 19 novembre 2004, le Conseil de l’Union Européenne a adopté les 11 principes de base communs en matière d’intégration, principes qui promouvait le modèle multiculturaliste. A cette réunion aucun ministre français n’était présent ( la France s’est contentée de son représentant permanent ) alors que certains pays y avaient deux ou trois membres des gouvernements. L’Europe a conceptualisé les principes du multiculturalisme et la France l’a endossé discrètement.

  6. Souris donc

    Moi aussi, Guenièvre, je suis fascinée par les naturalistes-voyageurs, leurs écrits, leurs hypothèses, leurs peintures bien sûr, belles et minutieuses.
    Michèle Tribalat est un modèle d’antidoxa étayée, je note qu’on ne crie plus à la bête immonde quand elle s’exprime, on préfère faire diversion avec tout ce qui tombe sous la main, même les hélicoptères et les A320.

    Modèle assimilationniste un peu énergique : les cocos.
    Du temps où les cocos tenaient les banlieues (dans tous les sens du terme), ils n’hésitaient pas à envoyer le bulldozer contre un foyer abritant 300 Maliens à Vitry sur Seine. Puis à aller huer sous les fenêtres d’une famille dont un fils tentait de corrompre la saine jeunesse en dealant.
    Quand ils ont demandé à ce que la commune voisine de Saint-Maur prennent sa part du fardeau ( = politique de peuplement avant la lettre, c’était en 1981), les cocos de base se sont mis à voter FN. Et c’est pas Méchancon qui va les rallier.

  7. Plus directement je dirai ; réaliser des greffes de métastases

  8. Bonjour Guenièvre, je pense que le modèle assimilationniste n’est plus envisageable en France. Il était le meilleur, souhaitable avec des immigrés assimilables et en nombre réduit.
    Ce n’est plus le cas.
    Il n’est pas réaliste de penser assimiler 5 millions d’arabo-musulmans. Il faut donc se résoudre à pratiquer le multi-culturalisme, et à l’organiser de la moins mauvaise façon.

  9. Souris donc

    Zozio,
    On va invoquer le principe de précaution pour stériliser la recherche, interdire l’expérimentation animale, faire de spectaculaires opérations de libération et de saccage des animaleries des labos. Mais aucun principe de précaution concernant l’introduction massive d’une population non miscible.

    Contrairement à l’effervescence touchant la communauté savante, les mécènes, le pouvoir, mais aussi le public populaire, provoquant une diffusion sans précédent des savoirs au 18e siècle, le discours actuel est pauvrement moralisateur, avec un grand satan désigné, Monsanto.
    http://www.respect-animal.ca/fr/vivisection-animaux-laboratoire-argumentaire.html

    Impat,
    On peut tout à fait supprimer le droit du sol, conditionner le regroupement familial, restreindre les allocs et n’accepter que des expatriés nantis d’un contrat au terme duquel ils rentrent chez eux, comme le fait le personnel de Vinci, d’Areva et autres multinationales quand ils ont un chantier à l’étranger.
    Chaque année nous accueillons quelque 200 000 immigrés légaux dans un pays de 5 millions de chômeurs au modèle social fortement menacé financièrement.
    Nous n’avons tout simplement plus le choix. Si nous continuons de charger la barque, nous coulons tous.

  10. D’accord avec ce que vous écrivez-là, Souris. Il n’empêche que 5 millions d’arabo-musulmans sont déjà sur le sol français, qu’on ne veut ni ne peut les renvoyer ailleurs, et qu’il faut donc gérer cette présence.
    Il ne faut pas charger la barque, mais elle est déjà bien lourde.

  11. Souris donc

    Il n’existe aucune directive européenne concernant le droit du sol. Nous sommes sous le régime de la loi Guigou. Que le Parlement peut parfaitement abroger et remplacer par une autre, comme l’ont fait nombre de pays européens. Quant aux 10 millions de Français de papier, ils n’ont qu’à se conformer. Comme partout ailleurs. Nous ne sommes pas un pays d’immigrés comme les Américains dont le muliticulturalisme vient d’une histoire qui ne ressemble en rien à la nôtre.

  12. Souris, vous indiquez de très bonnes mesures à prendre, légales ou réglementaires.
    Mais on ne peut parvenir à changer, sauf sur le très long terme, les usages et mœurs d’une population de 5 millions de personnes qui ne désirent pas ces changements, par la loi et les règlements.
    Le même raisonnement s’applique aux 60 millions autres.
    Donc, solution restante ? Le multiculturalisme.

  13. Guenièvre

    « Il n’est pas réaliste de penser assimiler 5 millions d’arabo-musulmans. »

    On est bien d’accord Impat, c’est donc avant qu’il aurait fallu y penser. Gouverner c’est prévoir non ?

    « Il faut donc se résoudre à pratiquer le multi-culturalisme, et à l’organiser de la moins mauvaise façon. »

    Encore d’accord mais nous oublions que notre histoire est particulière, qu’après avoir demandé à l’autochtone jusque dans les années 70  » d’être fier de sa Nation et d’en être le prosélyte auprès des populations immigrées » on dit aujourd’hui à ce même autochtone :  » Ne soyez pas raciste, faites de la place et apprenez à célébrer la culture des autres. » Ne nous étonnons donc pas si c’est encore plus difficile qu’ailleurs et si « quelques personnes » la trouve mauvaise et regimbent en mettant dans l’urne des bulletins « non conformes « . Bref le boulot des politiques aurait été de prendre tous ces éléments en compte. Ils ont largement failli et ils font retomber la faute sur cette France rance pleine de beaufs toujours suspectés du pire .
    Les Anglais par exemple même s’ils ont quelques problèmes aujourd’hui n’ont pas connu exactement le même changement, n’ayant jamais eu de modèle véritablement assimilationniste comme le nôtre.

    On pouvait trouver des défauts à cette demande exigeante mais ce modèle a fonctionné et il était parfaitement égalitaire et pas du tout raciste : il pariait sur les capacités de changement de chaque individu ne l’assignant pas à un quelconque déterminisme culturel, il favorisait la confiance et le sentiment d’appartenance à un même peuple.
    Je ne pense pas que l’on puisse y revenir, on ne remonte pas le courant mais, sans jouer les oiseaux de mauvaise augure, les politiques vont tôt ou tard se trouver devant des problèmes très difficiles à résoudre, je ne voudrais pas être à leur place.

  14. Souris donc

    Oui, Guenièvre, la charge (non seulement de douiller, mais d’accueillir en faisant taire nos propres inquiétudes) nous incombe à nous, c’est quand même un peu fort. Je me souviens que lorsque Thilo Sarrazin avait un peu regimbé, Angèle a, elle-aussi, fait le constat d’échec du ‘Multikulti’ :
    Nous nous sentons liés aux valeurs chrétiennes. Celui qui n’accepte pas cela n’a pas sa place ici. Subventionner les immigrants ne suffit pas, l’Allemagne est en droit «d’avoir des exigences» envers eux

    Pour Valls, il ne s’agit pas de multiculturalisme, il s’agit simplement de mixité ethnique, en disséminant nos turbulents nouveaux compatriotes un peu partout. Sans le moindre principe de précaution. Les primo-arrivants, on n’a rien à leur proposer dans cette France périphérique à l’abandon, comment peut-on imaginer que la greffe prenne ? Quant à ceux de la deuxième, troisième, voire quatrième génération, ils ne sont toujours ni assimilés ni intégrés. A part une frange minime de petits propriétaires qui n’a aucune envie de mobilité.
    Comme Guenièvre, je trouve que le racisme est une explication un peu courte.

  15. D’accord avec tout ce que vous dites, Guenièvre, mais (mais ou et ?) votre conclusion rejoint la mienne: « Je ne pense pas que l’on puisse y revenir ».
    Quant aux Anglais, eux sont restés  » fiers de leur Nation et …/… prosélytes auprès des populations immigrées ». Cela n’a pas amélioré l’assimilation, qui d’ailleurs Outre-Manche n’était pas un objectif.

  16. Souris,… »Quant à ceux de la deuxième, troisième, voire quatrième génération, ils ne sont toujours ni assimilés ni intégrés »…
    Ils le sont même beaucoup moins que leurs parents. Il ne faut donc pas compter sur le temps pour arranger les choses.

  17. … »Comme Guenièvre, je trouve que le racisme est une explication un peu courte »…
    C’est même, à mon avis, une explication totalement hors de propos. En d’autres termes, ce n’est pas une explication du tout.

  18. QuadPater

    Mais on ne peut parvenir à changer, sauf sur le très long terme, les usages et mœurs d’une population de 5 millions de personnes qui ne désirent pas ces changements, par la loi et les règlements.

    Tout à fait, c’est pourquoi il ne faut même pas essayer. De plus il semble utile de répéter et rabâcher que c’est au nouveau venu de faire la démarche nécessaire à son intégration.
    En règle très générale un étranger débarquant quelque part a d’autant plus intérêt à s’adapter qu’il prévoit de rester longtemps. Si pour une raison quelconque il refuse, c’est tant pis pour lui. Son séjour sera pénible et ce sera de sa faute. Ceux qui ont occasion d’aller travailler hors UE le constatent, c’est ainsi partout. C’est même valable à une toute petite échelle lors d’un changement de fac, de ville, de résidence, d’entreprise…
    Alors pourquoi cela devrait-il être différent pour les immigrés afro-arabes en France ? pourquoi les indigènes d’ici devraient-ils « se pousser » pour libérer une place qu’eux-mêmes ont de plus en plus de mal à se faire ?
    Le multicul est l’exact opposé de la démocratie : c’est la minorité qui impose ses desiderata.
    Il ne faut surtout pas se résoudre au multiculturalisme mais lutter contre avec la dernière énergie.
    Quelques exemples.
    Il n’y a strictement aucune raison de servir dans les lieux de restauration collective des repas répondant à des contraintes religieuses. Si on le fait, c’est la peur d’être traité de raciste par les gauchards et pour ne pas entendre pleurer les musulmans.
    J’ai vu que certains (je vais chercher un lien) ont déjà décidé que ces 2 raisons étaient mauvaises et vont mettre fin aux repas halaux dans des cantines. Bien sûr les rites sont respectés, à savoir que les gauchards braillent et que les musulmans pleurnichent. Mais cela va se faire et personne n’en mourra.
    De même il y aura bien un doyen de fac qui ajoutera à son règlement intérieur une ligne stipulant que la politesse veut qu’on assiste aux cours tête nue. Ça s’indignera chez les gauchards. Ça chouinera (encore ! décidément !) chez les mahométans. Mais le doyen survivra. Et ses collègues s’y mettront.
    Rien n’oblige nos pays à accepter que viennent s’installer durablement des personnes qui n’ont pas de contrat de travail et dont le conjoint déjà présent et qui les fait venir n’a pas les moyens de les entretenir.
    Rien n’empêche un ministre de décider un beau jour qu’il va traquer les fraudeurs aux allocs.

    On peut bien sûr se tordre les mains en répétant qu’ils sont 5 millions et que c’est foutu parce qu’il en arrive des centaines de milliers. On peut aussi prendre quelques mesures parfaitement légitimes pour tarir rapidement la source. Et cesser de donner de l’importance aux indignations des uns et aux couinements des autres.

  19. Article très drôle et profond, en effet, bravo.
    C’est rigolo aussi : si l’assimilation avait réussi en continuant de façon inchangée, par le biais d’un mode de vie hypercollectif (dalles-agora à la Le Corbusier, école publique intransigeante, kermesse géante ou lendit en fin d’année », colonies de vacances de deux mois dans les centres des comités d’entreprises publiques ou des municipalités rouges) on aurait eu une assimilation à la France en général (si tant est que ça existe) ou à la classe ouvrière en lutte contre les autres ? 5 à 10 millions de communistes de plus ?

  20. Souris donc

    L’espèce invasive est prédatrice par définition et prospère sur le chaos qu’elle engendre. C’est ce que ne parvient pas à comprendre la gauchiotte.
    L’aveuglement de la gauchiotte est extrêmement troublant. On va instaurer des observatoires de la biodiversité où des écocitoyens vont dénoncer la moindre caulerpe en Méditerranée, harceler la douane pour qu’elle traque les mauvaises herbes exotiques sur les pots des bonsaïs (si si !).
    L’UE édicte des masses de directives mettant en œuvre une « Stratégie européenne relative aux espèces exotiques envahissantes » :
    http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-818_fr.htm
    http://ec.europa.eu/environment/nature/invasivealien/index_en.htm

    Ils vont se mettre d’accord sur une définition :
    C’est un agent de perturbation « nuisible » à la biodiversité autochtone.
    Parallèlement à la dégradation, fragmentation et disparition des habitats, l’introduction d’espèces exogènes et les dégâts liés à leur extension sont devenus l’une des causes majeures de leur régression.

    Sans, un moment, se dire que ces belles définitions et toute cette vigilance citoyenne s’appliquent parfaitement à l’écosystème humain.

    Je vous en ai trouvé une, on se croirait à Lampedusa où l’espèce exotique arrive barcasse après barcasse avec la bénédiction de Sa Sainteté Gaucho de la Pampa :
    On ne peut pas dire qu’une espèce n’est pas invasive parce que de petites introductions aléatoires n’ont pas amené à une invasion ; répétées dans le temps, ces petites introductions réparties aléatoirement dans différents patchs peuvent devenir suffisamment étendues pour dépasser la densité géographique critique permettant ainsi à l’espèce invasive de brutalement devenir pandémique.

  21. Souris donc

    Peut-être, Pjolibert, encore que je me demande si ce modèle de prise en charge collective pouvait être viable avec l’évolution vers des pratiques de plus en plus individuelles, chacun sa tablette, même à table, chacun son petit droit à, avec de temps à autre des flambées collectives, Marches de protestation, zadisme ostentatoire, poussées de fièvre, avant de retomber dans une léthargie rythmée et ritualisée par ce que décrit Quad, indignation des uns et couinements des autres.

  22. Pour les analogies avec le vivant en général, je suis sensible à ces contradictions (et aux contradictions des amateurs de local food s’ils sont amateurs de mondialisation sur d’autres sujets, et celles des contempteurs de Monsanto, l’entreprise la plus gay-friendly au monde, s’ils sont partisans du mariage et de la filiation pour tous), et j’avais déjà repéré l’éloge des mauvaises herbes. La transposition bute seulement sur l’unité de l’espèce humaine et l’unité de l’individu. Les divisions intermédiaires entre individu et espèce sont vues par pas mal de monde comme plus flexibles, et leur concurrence comme de moindre importance.
    Oui, je ne faisais qu’imaginer. Il est évident que ce modèle était arrivé à son stade d’essoufflement de toute façon. Je suis moi-même un produit inassimilé de la société de petits mois et suis bien conscient du changement.

  23. Souris donc

    La transposition bute moins quand elle est faite par la gauchiotte écologiste. Qui brave le ridicule quand il s’agit d’exhiber à l’Elysée et devant les caméras le chef amazonien Raoni, un souchien mais si exotique.

    Cépapareil, son biotope est menacé par le blanc raciste, colonisateur et saccageur de planète.

    Quand on va sur un site écologiste, on est frappé par la pauvreté conceptuelle et les stéréotypes. Le discours est toujours le même. Seule la bestiole ou la fleurette change, c’est ce qui parvient à masquer l’indigence de la pensée.
    De toutes façons, il ne s’agit pas de penser, il s’agit de marteler des slogans.

    Ils foutent une telle trouille aux industriels que ceux-ci communiquent maintenant sur leur pureté idéologique et leurs bonnes intentions. Presque tous les spots publicitaires. Et l’histoire finira bien, puisqu’il y aura la Grande Conférence du Climat à Paris. Lundi, un petit remaniement fera entrer Jean-Vincent Placé et Emmanuelle Coste au gouvernement.

  24. hathorique

    Bonjour à tous
    @Souris
    Merci pour votre article d’une vigueur mordante : pour les espèces endémiques françaises comme les chênes pédonculés 🙂 si chers à St Louis qui y tenait sa cour de justice ignorant probablement qu’ils étaient monoïques : ce que peut être n’ignore pas l’actuelle ministre de l’ Education Nationale :

    chênes verts, espèce monoïque :
    ” En parlant d’une plante, d’un arbre: Qui a des fleurs mâles et femelles distinctes sur un même pied. Quant au caractère de l’hermaphrodisme, que l’on fait consister dans la réunion des deux sexes sur le même individu, il semble que les plantes monoïques fassent une exception; car, quoiqu’un arbrisseau ou un arbre monoïque porte les deux sexes, chacune de ses fleurs est néanmoins unisexuelle” (Lamarck, Philos. zool., t.2, 1809)

    Pour en revenir au peuplement : les immigrés de la première génération avaient comme projet sinon comme désir d’avenir le retour dans leur pays d’origine, le Maghreb en général, mais au fil du temps au vu des conditions de vie moins difficiles en France et en Europe que dans leurs pays respectifs, ils décidèrent de rester ; leurs enfants essayèrent de s’intégrer voire « la marche des beurs » en 1983 qui donna naissance à S.O.S Racisme instrumentalisé dès sa création à des fins électoralistes par Mitterand le « Deus ex machina » des socialiste qui ainsi y gagnèrent « les beurs et le vote des beurs » » ce qui bien sur était un leurre surtout pour les beurs., dont les socialistes voient maintenant fondre le vote comme beurre au soleil.

    Puis le temps passant sans espoir et sans perspective, l’intégration ressentie et vécue comme un échec, certains se replièrent sur leurs valeurs religieuses et s’abandonnèrent à l’islam, si prégnant pour l’individu, qu’il supprime la liberté de penser hors du religieux, sans oublier l’influence néfaste des télévisions du Moyen Orient qui exacerbent le conflit Israélo palestinien et la détestation de l’Occident impur et décadent.

    Il y a eu aussi la relégation de ces populations dans des ghettos recréant ainsi les communautés identitaires de leurs origines où les règles sont celles du clan et non plus celles de l’individu, ce sont les “territoires perdus de la République” qui n’ont jamais plus été reconquis dont je me demande d’ailleurs s’il a été essayé de les reconquérir.

    Ces populations on retrouvé leurs coutumes ancestrales et se sont mis à vivre en endogamie : obligation pour les membres d’un groupe social (famille, clan, tribu, etc.) de choisir leur conjoint à l’intérieur de ce groupe. ce qui ne facilitait aucunement l’intégration, les mariages mixtes sont très peu nombreux l’obstacle majeur en étant la religion. Nos responsables politiques droite et gauche confondues n’ont pas eu le « cran » de s’opposer à ces dérives communautaires et ne peuvent être exemptés de cette lourde responsabilité eux qui par lâcheté ou aveuglement dogmatique ont reculé sur nos valeurs démocratiques les plus essentielles .

    La gauche avec la déstructuration du prolétariat contraint et réduit au précariat n’avait plus de « damnés de la terre » à capitaliser pour les sortir des enfers du capitalisme mondialisé a trouvé de nouvelles têtes de gondoles avec les immigrés venus en masse travailler dans les usines françaises , puis la désastreuse circulaire Giscard préconisant le regroupement familial à des fins humaniste car Giscard était un grand humaniste ,même si les éléphants d’Afrique et les ours des Carpates ne sont plus là depuis longtemps pour témoigner de son humanité qu’il affirmait la fleur au fusil de chasse.

    Mais il peut y avoir tant d’autres raisons mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi certains « ethno- politicus  » égotiques tendance narcissique sont tellement attachés à la préservation des identités nationales mais surtout ailleurs que chez nous, à en juger Hulot, qui sur cette photo ressemble à une raélien. Je me souviens du tollé qu’avait provoqué l’esquisse de l’ébauche du débat sur « l’identité nationale  » qui n’avait pourtant rien d’amoral.

    « La Nation nait d’un postulat, mais elle ne vit que par l’adhésion collective à cette fiction . La Révolution Française a donné à la Nation une souveraineté absolue et a fait de la République son expression politique … La Nation parce qu’elle est une fraternité laïque et par conséquent une solidarité de principe entre les héritiers du même legs indivis affirme l’existence d’un intérêt collectif  »

    La Création des identités nationales. Europe ( XVIIIe-XXe siècle)
    Par Anne-Marie Thiesse

    J’ai la désagréable impression que c’est cet idéal collectif qui se disloque et même se fracasse au fil des scrutins

  25. Souris donc

    La création des identités nationales, quel gros mot, Hathorique !
    L’identité, quand c’est nous qui la revendiquons, c’est mal, c’est pas républicain. Quand ce sont les minorités agressives qui la revendiquent et tout ce qui va avec (mosquées, menus et tenues halal, privilèges à l’hôpital…) c’est bien et favorise le vivre-ensemble.
    Jacques Faizant résume :

  26. Souris donc

    Zozio
    Là, on ne donne même plus le chiffre. EELV est noyé dans les divers gauche.
    Ce n’est pas leur poids électoral qui les amènera au gouvernement, c’est leur pouvoir de nuisance et d’intimidation qu’on espère neutraliser.

    Ce soir sur M6 (à 23 h) Enquête Exclusive. Des journalistes d’investigation s’infiltrent chez les zadistes. On verra à quel titre ils osent expliquer aux agriculteurs comment faire leur travail.
    http://www.m6.fr/emission-enquete_exclusive/29-03-2015-ecolos_extremistes_ou_marginaux_qui_sont_ces_zadistes_qui_defient_l_etat/

  27. « Cépapareil, son biotope est menacé par le blanc raciste, colonisateur et saccageur de planète. »
    Dans ce cas il faut éclairer les regards en l’étendant sur autre chose : la plus complète égalité entre les très diverses couleurs règne dans la responsabilité de la déforestation au Brésil : les ouvriers agricoles sont aussi responsables que les grands latifundiaires.
    Coïncidence : ce soir France 4 diffusait le « Harvey Milk », hagiographie du 1er élu gay, à la municipalité, réalisée par Gus Van Sant en 2008. Je ne l’avais pas vu. On y voit très bien plusieurs phénomènes entrant dans ce sujet. Espèce invasive dans le quartier de Castro : toutes les mauvaises herbes chassées par leurs divers milieux d’origine, principalement les Etats les plus Middlewest, rejoignent un quartier majoritairement irlandais et modifient l’ambiance. Modification aussi de la carte des circonscriptions, plus à même désormais de porter des élus communautaires (concerne apparemment aussi les Noirs et les Chinois). Montée des tensions avec les mouvements intégristes, goût du pouvoir partagé. par tous. Ambiance très bien restituée, on croirait un documentaire sur les pionniers du numérique, qui hantaient la même ville aux mêmes années, d’autant que le portrait final de ceux qui survivent (H. Milk est assassiné) nous apprend que tous ont poursuivi dans le militantisme, mais surtout réussi dans la communication, et autres choses qui rapportent bien.
    Or, Gus Van Sant est aussi l’auteur d’un film (dont il signale très honnêtement et drôlement que je ne sais plus quelle monarchie pétrolière a contribué à le financer) sur un trou perdu de je ne sais plus quel Etat où débarquent des prospecteurs pour une entreprise d’extraction de gaz de schiste. Ils essaient de persuader les paysans de vendre (enfin, non la proposition est techniquement plus compliquée que ça) leurs terrains, ça échoue ; très belle méditation sur le refus de changer, de l’enrichissement facile et de la pseudo-ascension sociale (l’argument qui convainc le 1er paysan de vendre, c’est qu’il pourra mettre ses enfants dans une super école), le désir de « take care of things », fibre Thoreau, etc. Bref, sentiment de voir là aussi une contradiction.

  28. Multiculturalisme : J’ai fini par voir  » Mais qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu  » . La descente aux enfers 22 ans après  » Les Visiteurs  » . Jacquouille-Clavier avait fait détaler le sarrasin en attaquant sa Renault 4L avec une massue, Verneuil-Clavier cède la place à ses quatre gendres.
    De profundis, ou Kaddish

  29. Souris donc

    Zozio,
    Pour autant que je me souvienne, un des chapitres du Suicide Français de Zemmour concerne la banlieue vue par le cinéma.
    Années 70, Elle court, elle court, la banlieue. Le stress des petits cadres. Pas un seul coloré. Le rôle-titre joué par une Suissesse, Marthe Keller.
    1995 : La Haine.
    En 25 ans, descente aux enfers, nous avons cédé aux zones de non-droit pour acheter une illusoire paix sociale.

    Pjolibert
    …tous ont poursuivi dans le militantisme, mais surtout réussi dans la communication, et autres choses qui rapportent bien.
    Chez nous, idem pour les assos antiracistes et mouvements étudiants et même lycéens, qui peuvent mener aux plus hautes fonctions sans trop se fatiguer (Dray, Cambadélis, Harlem Désir, Cohn-Bendit, Delphine Batho, Isabelle Thomas …) au journalisme (Serge July) et sans doute aux métiers de la communication, mais ils ne s’en vantent pas forcément.

  30. Souris : en effet, du coup on se demande si oui, il y a bel et bien imitation volontaire de ce modèle californien et américain en général, dans tous ces plans de carrière. Dans le livre de Zemmour, j’ai particulièrement adoré les portraits de ces figures qui gravitent entre sphère publique et grandes entreprises (et pour notre sujet multiculti, le cas de Schweitzer), mais je ne me souviens pas de détails précis. Pour le mouvement gay, je vois bien évidemment les traces d’une imprégnation diffuse, mais n’en sais pas plus. Il faudrait vraiment de très vastes et très fournies études prosopographiques (comme on en fait pour les catégories socio-professionnelles des époques passées) par générations, promotions de telles grandes écoles, savoir quels voyages, quels stages, quelles rencontres, en quels lieux, ont peu à peu tissé le Nouvel Esprit (du Capitalisme, of course).
    Loaseaubleu :
    ah oui, je l’ai regardé aussi il y a quelques jours !
    Comme il avait été dit par quelques commentateurs sur Causeur, le film lui-même est différent de l’esprit dans lequel il a été promu par les médias publics. Et je regrette d’avoir dit en son temps que Chantal Lauby n’était pas convaincante en bourgeoise, sur la base de photos : quand ça bouge c’est convaincant (de toute façon elle est censée être déprimée, et pas spécialement incarner le grand air). Bon tout ça pour dire que le film est assez intéressant là aussi, en matière de peuplement de quartiers (disputes entre les 3 gendres, notamment à un moment donné, le Chinois qui se vante d’avoir conquis le Sentier).
    Quant au Sarrasin des Visiteurs, si j’extrapole bêtement à partir des filières d’emploi de la Poste en Île-de-France, il avait toutes chances d’être antillais.

  31. roturier

    Le pavé du jour : cette histoire écrite par Liebchen, amusante et bien racontée, tirant un parallèle avec les espèces envahissantes du règne végétal ou animal n’a pas, me semble-t-il, cours dans le domaine qui nous préoccupe.

    Nous n’avons pas affaire à une espèce différente mais au narcissisme des petites différences cher à Sigmund. Les différences sont infinitésimales au point où l’entrecroisement fécond des deux espèces ne pose aucun problème ; essayez donc, vous verrez, ça marche bien.
    Nous sommes donc DE LA MEME ESPECE.

    Sinon, de temps en temps Impat le réaliste s’obstine : « que fait-on alors sauf pleurnicher ? ». Pour essuyer des pleurnicheries comme réponses.

    Bon, d’accord. Je dégage.

  32. Ce pavé du jour, Roturier, n’est qu’un tout petit caillou mou. Évidemment que nous sommes tous de la même espèce. Mais nous avons des « cultures », au sens de mœurs et usages, extrêmement différentes. Nous sommes donc différents. Très différents.

  33. roturier

    Essayez donc l’espèce adverse. Vous m’en direz de nouvelles.

  34. desavy

    roturier : « Nous sommes donc DE LA MEME ESPECE. »

    Vous me traitâtes de bien-pensant pour moins que ça, roturier.

  35. Souris donc

    Roturier, espèce de …. !
    Faites-moi l’amitié de croire que je sais à peu près ce que signifie espèce, dans la classification du vivant. Je me suis juste amusée à jouer avec la polysémie du mot. Voir un dictionnaire des synonymes. Une bonne trentaine.

    L’UNESCO inscrit au Patrimoine de l’Humanité à peu près tout et son contraire, les sites pallafitiques préhistoriques et la Juridiction de Saint-Emilion. Alors pourquoi pas EELV et le Français de souche ? Vous objectez qu’ils sont incompatibles ? Que l’un est républicain et l’autre facho ?
    On trouvera bien un altersavant pour nous nous concocter une de ces petites arnaques dont ils ont le secret

    En voici une, OGM et cas d’autisme. La même manip peut donner aliments bio et cas d’autisme ! L’arnaque est une confusion délibérée entre corrélation et causalité.
    http://imposteurs.over-blog.com/2014/09/des-correlations-fallacieuses-mais-desopilantes.html

  36. roturier

    Pour un petit caillou mou… il en a réveillé quelques-uns, le pavé.
    Je me recouche.

  37. hathorique

    @ Souris

    Votre jeu était plaisant pour qui voulait l’entendre et surtout le comprendre, merci pour la polysémie mot qui compte double 😉

    http://www.hominides.com/html/chronologie/chronoterre.php

    Je croyais qu’il fallait chercher l’origine de l’espèce humaine chez les bactéries même si nous avons aussi des points beaucoup plus communs avec nos amis les chimpanzés et peut être aussi avec les bonobos dont les descendants sévissent avec arrogance dans les quartier huppés de la capitale.

    Comme je ne voudrais pas improviser sur un sujet qui réclame bien plus de connaissance que je n’en possède et que je ne vais pas pleurnicher sur mon incompétence à pratiquer la science infuse, je préfère citer plus savant

    « Si vous regardez les bonobos, les chimpanzés et les humains, vous pouvez voir qu’il y a certaines caractéristiques spécifiques que nous [humains] partageons avec l’un ou l’autre des deux [singes]. Ainsi, par exemple, le comportement sexuel non reproductif est une caractéristique certainement partagée avec les bonobos, tandis que le comportement agressif est, malheureusement, un trait partagé avec les chimpanzés. D’une certaine façon, la question est de savoir à quoi l’ancêtre des trois ressemblait » Dr Pufer

    « En 1758 Carl Von Linné proposa dans Systema Natura quatre variétés d’Homo sapiens, leur attribuant des caractéristiques peu scientifiques :
    – les Americanus : rouge, colérique et droit
    – les Europeus : blanc, sanguin et musculaire
    – les Asiaticus : jaune pâle, mélancolique et rigide
    – les Afer : noir, flegmatique et décontracté
    Il distinguait également deux autres variétés fantaisistes : les monstrosus (êtres velus) et ferus (les enfants sauvages).
    Carl Von Linné fut malgré tout l’un des premiers à tenter d’établir une recension des espèces. »

    Bien sur que nous sommes de la même espèce, mais nous avons des différences de culture, comme le dit fort justement Impat.

  38. QuadPater

    Un des critères d’appartenance à la même espèce est l’inter – fécondité.
    Je me refuse à évaluer ma compatibilité avec Placé.

  39. Quad préfère jouer Gagnant. Je crois qu’on peut le comprendre. Non ?

  40. roturier

    Le caillou fait de ronds dans l’eau.

  41. « Caractéristiques peu scientifiques », Bof, à l’époque, ça passait, surtout avec le coup des 4 humeurs (il devait aimer les systèmes nets et bien complets, Linné)
    Ah oui, les corrélations prises pour des causalités, elles conduisent certains, enfin moi en tout cas, à se méfier comme de la peste de la notion même de causalité. Mais c’est un parti extrême.

  42. Souris donc

    Nous descendons à coup sûr d’une bactérie, Hathorique. Il y a 3,8 milliards d’années et 1,5 milliards pour que la vie telle que nous la connaissons (animaux et plantes)
    Les exobiologistes recherchent sur d’autres planètes les conditions nécessaires à la vie (eau, azote, carbone, conditions physiques de température, pression….) Il semblerait qu’il y en ait sur Europe et Titan, des satellites de Jupiter et Saturne.

    On dit que les grands naturalistes voyageurs n’étaient que des encyclopédistes soucieux de décrire. Non, ils décryptaient. Et ils n’étaient pas entravés par le principe de précaution, ils rapportaient des graines, acclimataient des animaux. De Darwin, le grand public ne connaît que l’Origine des Espèces. Il a aussi écrit sur la sélection sexuelle, la domestication, l’expression des émotions.
    Alors bien sûr, ils étaient des hommes de leur temps, à ne pas juger avec nos critères.
    Les perspectives évoluent. Les zoos si décriés en tant que lieu d’enfermement et d’exhibition coloniale de Vénus Hottentote ont maintenant une image positive de conservatoires d’espèces menacées.

    Nous sommes tout à fait capables, nous aussi, d’échafauder des théories fantaisistes (pourtant troublantes), comme celle qui nous ferait descendre du singe aquatique :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_primate_aquatique

  43. hathorique

    @ souris

    « Les zoos si décriés en tant que lieu d’enfermement et d’exhibition coloniale de Vénus Hottentote ont maintenant une image positive de conservatoires d’espèces menacées ».

    Comme vous avez raison, tout comme dans nos musées occidentaux tant décriés, car contenant des oeuvres « volées » aux populations locales alors qu’elles en faisaient un commerce très lucratif, toutes ces merveilles menacées ont heureusement été sauvées de la destruction, mais tant d’autres sont définitivement perdues, encore que nos rigoristes islamistes en aient soigneusement mises à l’abri parmi les plus authentiques pour les revendre au plus offrant et financer leur guerre, peut être les verront nous un jour.

    Vous citez Darwin, mais en France il y a eu au 18° siècle l’extraordinaire travail de classification scientifique de « Buffon le penseur de la nature «

    »Mathématicien, botaniste, naturaliste, géologue, encyclopédiste, industriel, Georges-Louis Leclerc Compte de Buffon fut tout cela à la fois et bien plus encore. L’héritage qu’il laisse est considérable dans tous les domaines qu’il a approchés jusqu’à sa mort à 80 ans. Son « Histoire Naturelle », véritable encyclopédie scientifique, fut le « best-seller » du 18ème siècle.
    Ses « Epoques de la Terre » constituent par ailleurs une première tentative de datation de notre planète dont Buffon n’aurait pas à rougir même devant un parterre de géologues contemporains cet homme, figure incontestable du Siècle des Lumières est l’un des fondateurs de la science et de la recherche modernes. «

    http://salon-litteraire.com/fr/georges-louis-leclerc-de-buffon/content/1833399-buffon-biographie

    Ce merveilleux 18° qui a donné à la France : Buffon, Lamarck, Cuvier, Littré, D’alembert, Maupertuis etc et surtout surtout mon cher Champollion, je n’en vois pas les actuels équivalents, pour faire court :

    il y avait Buffon il nous reste les bouffons 😉

  44. roturier

    J’adore votre théorie du primate aquatique, Liebchen.
    Notamment ceci qui me rempli d’allégresse; suis-je le seul?
    « L’humain est de loin le primate le plus gras ».

  45. roturier

    Vous oubliez Lavoisier et Laplace, Hathorique ; peut-être les plus importants du siècle.
    Et vous ne voyez pas les actuels équivalents. Moi non plus.

    Cela dit, ni en Europe. Le centre de gravité s’est déplacé ; d’abord vers l’Atlantique, ensuite vers le Pacifique. Avec les USA toujours au milieu.

    Et ce n’est pas parti pour s’améliorer : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/20/le-niveau-scolaire-baisse-cette-fois-ci-c-est-vrai_1835461_3232.html

    On en a bien assez glosé sur d’autres fils.

  46. hathorique

    Oui c’est vrai Lamarck, Laplace et Lavoisier ne méritaient pas d’être réduits à un etc… même si ce dernier a été raccourci par des « amis du peuple » révolutionnaires débonnaires et bienveillants.

    Comme il est ici question de savants, je voudrais rendre un hommage à deux savants français nobélisés mais hélas oubliés parce que moins célèbres que Joé Truck et Marion Cotillon, Georges Charpak spécialiste des particules qui aurait pu élargir son champ de recherche avec une étude approfondie des écarts présidentiels et Pierre Gilles de Gennnes spécialisé dans l’étude de la « matière molle » qui aurait eu matière à des recherches inépuisables sur la prééminence dans notre société d’ élites auto proclamées non pas tant pour la matière qui les définit que pour la mollesse qui les constitue

    D’autant que pour faire bonne mesure en matière de « manière molle » je lis que Madame Duflot entrerai dans le prochain gouvernement 😉

    Nous sommes sauvés et les genouillés aussi qui désormais protégées, ne seront plus persillées de manière offensante pour leurs vertus.

  47. Souris donc

    Ce que je trouve réjouissant, c’est que des gens soient payés pour pondre des théories farfelues.
    Il existe maintenant un peu partout des zoos dédiés aux singes qui utilisent la particularité suivante : les singes sont aussi hydrophobes que les chats. Donc au lieu de les mettre dans des enclos grillagés, on met chaque espèce sur des « îles » entourées de fossés avec de l’eau, et on est sûr qu’ils n’auront aucune velléité d’aller voir ailleurs. Ces îles permettent en outre, de reconstituer des conditions proches de leur habitat naturel.
    « Singe » et « aquatique » sont antinomiques. Ou alors les singes actuels ont subi une mutation.

  48. Ouh la la ! Ça comme ça, et puis un jour ils vont vouloir devenir des hommes. Défendons notre monopole !

  49. hathorique

    On appellera ces ilots « l’ile de la tentation » il faudrait davantage « crusoé » cette idée d’isolationnisme, d’ailleurs je suis étonnée que « Robinson Crusoé » ne soit pas encore interdit par le CRAN .

  50. Lisa

    hathorique, c’est que personne ne lit plus RC !

  51. Et par l’UOIF, Vendredi étant le jour de la prière

  52. roturier

    Liebchen: « Ou alors les singes actuels ont subi une mutation ».
    Bah évidemment. Un singe qui aime l’eau c’est courant; je viens d’en faire un selfie.

  53. Souris donc

    En fait, EELV ne serait pas une espèce aussi menacée qu’on pourrait le penser au vu des piètres résultats résultant de la piètre opinion que les Français ont d’eux.
    EELV sort maintenant l’argument définitif. Les 2% ne sont qu’apparents. En réalité EELV est masqué dans des binômes où le parti n’est pas annoncé, ou alors seulement la couleur locale. « Pour un département de progrès », ce genre.
    Pour son Forum du Climat, Mou-Président-Je pourra nommer Cosse et Placé le connard laqué, même et espérer se refaire une santé, un nouveau 11 janvier, une Marche avec les chefs d’Etat et de gouvernement et redevenir Moi Maître du Monde.
    Pour 2017. Fin stratège, non ?

  54. Comme dit l’oiseau, 2% => 2 ministres. Leur capacité de nuisance étant inversement proportionnelle à leur nombre, nous n’en avons pas fini, surtout si Aubry, qui nous les avait déjà imposé par un deal (j’emploie le terme anglais connoté drogue dure à dessein) scandaleux avant les dernières primaires socialistes.
    La potion va devenir encore plus amère si j’en juge par leur dernier exploit.

  55. QuadPater

    Amateur de paradoxes, je me suis toujours régalé en entendant des féministes défendre le port du niqab. EELV s’empêtre dans les mêmes contradictions entre ses déclarations et les convictions fondamentales de ses membres fondateurs.
    La raison est la même, il s’agit de la crise d’islamophilie* qui verrouille toute réflexion critique à gauche depuis une trentaine d’années.

    ———————————-
    * (les Anciens appelaient cela l’antisémitisme)

  56. Souris donc

    Vous vous étonnez encore ? L’écologie n’est que la feuille de vigne qui cache les parties honteuses d’arrivistes d’extrême-gauche.
    Mou-Président-Je entrevoit de nommer quelques EELV au gouvernement, histoire de les calmer et de s’en faire des alibis pour le Forum Climat ? Ils rappliquent tous. On sort même Eva Joly et Noël Mamère de leur naphtaline. Cohn-Bendit demande la nationalité française.
    Controverse sur les menus des cantines ? Quelques vieilles gloires défraîchies en profitent pour se refaire une notoriété et fourguer leur opus qui ne se vend pas. Le moine bouddhiste mondain Mathieu Ricard (Plaidoyer pour les Animaux) et Franz-Oliver Giesberg (L’Animal est une Personne. Pour nos Sœurs et Frères les Bêtes).
    http://www.lexpress.fr/education/le-menu-vegetarien-a-la-cantine-solution-a-la-polemique-sur-les-menus-sans-porc_1665519.html#

  57. A l’attention des féministes tentées

  58. roturier

    Comment ne pas citer ici le Premier Testament dit l’Ancien, le livre des Proverbes, chapitre 31, à partir du verset 10.
    Traduction (passable…) du poème « éloge de la femme vaillante » (et non « vertueuse », contrairement aux traductions approximatives).
    Ce texte décrit une maitresse femme ; patronne, cheftaine de sa maisonnée mais aussi de ses affaires, femme de tête et travailleuse acharnée de ses mains.
    A noter le statut de notable que ses mérites confèrent à son mari.

    « Heureux celui qui trouve une femme vaillante, elle vaut bien mieux que des perles précieuses.
    Son mari a confiance en elle, il ne manquera de rien dans sa maison. Tous les jours de sa
    vie, elle lui fait du bien, et non du mal.
    Elle cherche avec soin du lin et de la laine et elle les travaille de ses mains diligentes. Comme un
    vaisseau marchand, elle amène des vivres de loin en sa demeure.
    Quand il fait nuit encore, elle est déjà debout, préparant pour sa maisonnée ce qu’il faut pour
    manger et distribuant leurs tâches à ses servantes.
    Elle pense à un champ, alors elle l’achète. Du labeur de ses mains, elle plante une vigne. Avec force et courage elle se met à l’ouvrage et en récolte les fruits.
    Jusque tard dans la nuit, sa lampe est allumée.
    Ses mains filent la laine et ses doigts tissent des vêtements. Elle ouvre largement la main à
    l’indigent et tend les bras au pauvre. Pour elle et les siens, peu importe la neige, car toute sa
    famille est bien vêtue. Elle produit de tapis, toujours habillée de fin lin
    et de pourpre.
    Célèbre il est, son mari, aux lieux du pouvoir de la ville ; car il y siège avec les sages du pays.
    Elle tisse elle–même des habits et les vend, elle fait des ceintures qu’elle cède aux marchands. Force et splendeur lui servent de parure. C’est avec le sourire qu’elle envisage l’avenir. Ses
    paroles sont sages, elle plaide la miséricorde. Elle veille à la bonne marche de sa
    maison et ne se nourrit pas de paresse.
    Ses enfants l’acclament, son mari fait son éloge : ‘’Il y a bien des
    filles valeureuses, mais toi, tu les surpasses toutes.’’ La grâce est décevante et la
    beauté fugace ; mais la femme qui révère l’Eternel est digne de louanges.
    Que le fruit de son travail lui soit rendu! Qu’on proclame ses louanges aux portes de la ville !!! »

  59. Souris donc

    Zozio,
    Lol. Obsédés de sexe et de race. Comme la gauchiotte politiquement correcte qui nous fourgue les lois sociétales. Ne pas oublier que le politiquement correct est issu du puritanisme américain.
    Ce qui donne la femme bâchée chez nos nouveaux compatriotes et Conchita Wurst à l’Eurovision.
    Même concept en dépit des apparences.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :