Macron économie

macr1
Macron économie
Une réforme économique mineure sème la panique en France (City Journal,18 mars 2015)

On dit que la France ne se réforme pas, sauf par la violence. Comme j’ai entendu bien souvent cette formule dans la bouche de mon beau-frère français je pense que ça doit être vrai.

Le gouvernement français est actuellement impliqué dans une lutte à mort pour adopter une loi introduisant quelques réformes économiques mineures. On l’appelle la loi Macron, du nom du ministre qui l’a conçue. Le Premier ministre, le relativement populaire Manuel Valls, n’étant pas certain que son propre parti à l’Assemblée Nationale va voter cette loi, a profité d’une clause, dans la constitution française, selon laquelle il a droit de faire passer une loi au cours de chaque session législative de sa propre autorité, sans l’approbation du Parlement à condition de se soumettre ensuite à une motion de confiance. S’il perd ce vote de confiance, il doit démissionner. Mais Valls a calculé que son propre parti, en dernière analyse, allait le soutenir plutôt que  risquer de nouvelles élections.

Que le projet d’une loi aussi bénigne ait provoqué une crise politique est symbolique de la paralysie de la France (et de celle d’une grande partie de l’Europe). La loi, auto-proclamée de « croissance et d’égalité des chances, » institue quelques petits changements. Par exemple, les magasins seront autorisés à ouvrir 12 dimanches par an (avec la permission des autorités locales) au lieu de 5. On crée par ailleurs des zones touristiques où les magasins seraient autorisées à ouvrir tous les dimanches. On rationalise les tribunaux de prud’hommes qui rendent si difficile et coûteux tout licenciement. On libéralise la profession notariale et on réduit ses frais fixes. On introduit la concurrence dans les lignes de bus. Une autre disposition oblige les entreprises de transport étrangers, principalement d’Europe orientale, à payer leurs conducteurs au moins au Smic français quand ils roulent en France (ce qui rappelle les Britain’s Navigation Acts de Grande-Bretagne).

Ces modifications se situent bien loin d’un profond changement, mais les députés socialistes les voient comme une menace, le doigt dans l’engrenage, comme est vu tout changement en France. Quand ma femme et moi sommes allés voir notre notaire récemment, nous avons vu sans surprise une immense affiche dans ses bureaux protestant contre la Loi Macron. L’Assemblée Constituante peut avoir supprimé tous les privilèges féodaux en France le 4 Août 1789, de nombreux privilèges commerciaux de nature différente ont été développés depuis. Quelle que soit leur importance, leur abolition conduit toujours à un conflit entre ceux qui en bénéficient et ceux qui doivent payer. Dire que les privilèges ne sont pas toujours justifiés, n’est pas dire que la société peut faire entièrement sans eux ; mais quand ils deviennent trop fréquents ou onéreux, l’économie se grippe.

Un signe de l’immobilisme français est que l’auteur de cette mini-loi, le ministre de l’économie Emmanuel Macron, a reçu des menaces de mort.

Theodore Dalrymple est  » contributing editor » au « City Journal » et « Dietrich Weismann Fellow«  au « Manhattan Institute ».

Traduction et adaptation pour Antidoxe: Impat

7 Commentaires

  1. Ah la France ce pays ‘irreformable » la loi Macron est ridicule. Entendu dans la bouche de Charles Gave : « il faut décoloniser la France. L’état français a colonisé la France. La France n’est pas réformable à cause de l’état français » https://m.youtube.com/watch?v=2NGM52MqbYM&spfreload=10

  2. Bonjour Expat, c’est beau d’avoir raison à 100 % dès 6h53 du matin. Bravo !

  3. Souris donc

    On va avoir une loi Macron II. LE chiffon rouge.
    Je n’ai toujours pas compris pourquoi on s’en prenait aux notaires qui sont des collecteurs d’impôt. Comme les buralistes et les stations-service. Et même les entreprises avec la TVA. Bien sûr ce n’est pas dit aussi abruptement, on a mille façons de noyer le poisson, taxe, contribution et redistribution, redevance, impôt de solidarité, vignette des vieux, et je dois en oublier un bon paquet. Vol, spoliation, racler les fonds de tiroir, faire les poches, narguer la Cour des Comptes, se foutre de l’Ifrap.
    Tout, sauf réduire les dépenses et le train de vie de l’Etat.

  4. Souris donc

    Ya aussi une autre ruse. Mobiliser les journalistes de gauche (pléonasme). Je ne sais pas si vous avez regardé l’affaire Tapie sur la 5 hier soir. En fait, que des socialistes notoires, et une attaque en règle contre Sarkozy. Et un vibrant plaidoyer pour Médiapart, le chevalier blanc, et la délation des lanceurs d’alerte citoyens.
    C’est ce qu’ils sont en train de faire avec Mathieu Gallet, le jeune PDG de Radio-France. Nommé à l’unanimité par le CSA. Comme il a dû vouloir réduire le train de vie de Radio-France (avons-nous besoin de DEUX orchestres symphoniques ? d’une pléthore de rédactions plus propagandistes les unes que les autres ?), eh bien on déterre toutes ses turpitudes, les boiseries de son bureau et son coach. Et pour faire bonne mesure, les frais de coach dans son précédent poste à l’INA.
    Personnellement, je trouve bien cette grève illimitée, on écoute de la musique avec les titres et de temps en temps le message « Par suite…nous ne sommes pas en mesure… ». Le rêve.
    Si seulement ils restaient toujours en grève illimitée, enfin de la radio comme on l’aime. Je ne demande pas à une radio de m’endoctriner.

  5. En grève illimitée ? Enfin une bonne nouvelle. Je vais réécouter Radio-France. Jusqu’à la fin de la limite…

  6. roturier

    Merci, Expat, pour l’excellente séquence avec Charles Gave.

    Comment ne pas rappeler que je m’égosille ici et ailleurs depuis longtemps sur l’effet dévastateur de l’Etat sur la France et notamment la mainmise fonctionnaire sur la politique.
    Vu le tapis rouge que l’Etat déroule devant chaque fonctionnaire qui souhaite se présenter au suffrage ; au détriment du reste de la population et en contradiction diamétrale avec le fonctionnement anglo-saxon).
    Avec l’ENA pour sommet de l’iceberg. J’abrège.

    La phrase clé étant : « La France n’est pas un pays qui a mandaté un appareil administratif dénommé l’Etat pour gérer ses affaires. La France est un Etat qui dispose d’un pays ».

  7. Bonjour Roturier la phrase est tes bonne. Et pour épater la galerie, vous connaissez le point Godwin ? Maintenant on a « le point ultra libéral » enjoy : http://www.collectifantigone.fr/le-point-ultraliberal-de-jean-christophe-cambadelis/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :