Vigipirate

vig3

VIGIPIRATE, questionnement légitime sur le rôle des armées ?

L’exécution du plan gouvernemental VIGIPIRATE au stade le plus élevé de son intensité, dénommé à l’occasion Sentinelle, à l’issue des évènements du 7 janvier dernier a vu le recours aux forces armées dans le cadre d’une action d’ensemble contre le terrorisme. Déployé en dehors de tout état d’exception (état de siège, état d’urgence, défense opérationnelle du territoire[1]), ce plan est destiné à assurer la sécurité de lieux et de points sensibles. Il pose néanmoins la question du rôle des armées sur le territoire national et des conditions d’engagement de soldats en armes dans un cadre qui n’est pas rigoureusement défini sur le plan juridique, à l’inverse justement des états d’exception évoqués plus haut.

Mis en œuvre à des fins politiques pour rassurer la population, Sentinelle répond davantage à une préoccupation d’ordre émotionnel qu’à un objectif précis visant à l’efficacité militaire. Les armées ont été en quelque sorte réquisitionnées par la puissance publique, sous l’autorité des préfets, mais sans être pour autant considérées comme des forces dites de 3ème catégorie, destinées au maintien de l’ordre.

Dès lors, les règles de comportement et d’engagement imposent de limiter l’usage de la force à la stricte légitime défense, ce qui induit que les armées ne peuvent pas « ouvrir le feu d’initiative », tout comme les policiers en temps normal, à l’inverse des gendarmes qui jouissent de cette faculté en tant que force de police à statut militaire[2]. L’agression d’une garde statique de militaires par un individu armé d’un couteau à Nice, illustre bien la maîtrise de la force par nos soldats qui n’ont pas fait usage de leurs armes, avec un grand sang-froid, bien qu’ils se soient trouvés en état de légitime défense.

Le plan Vigipirate incluant une forte participation des armées est appliqué sans interruption depuis septembre 1995 – bientôt vingt ans – à des degrés divers de mise en œuvre selon les périodes. Le stade actuel dit « alerte attentat » est le plus élevé.

Mais, cette durée exceptionnelle d’activation pour un plan de sécurité nationale pose in fine la question de la finalité du rôle des armées, tout autant que celui des forces de l’ordre par contrecoup. La posture actuelle qui requière la participation de 10.500 militaires, essentiellement de l’armée de terre, n’est pas tenable dans la durée sauf à remettre en cause l’entraînement des unités et leur participation aux opérations extérieures. D’autant que la situation justifiant la mise en œuvre de Sentinelle pourrait paraître comme définitivement installée par tous nos concitoyens, ce qui va rendre particulièrement délicate l’annonce à un retour à des stades d’alerte moindres, voire à un désengagement des armées. Le fait que le Président de la République ait lui-même annoncé le ralentissement de la déflation des effectifs des armées entre 2015 et 2019, montre bien que les contrats opérationnels donnés aux armées, en adéquation supposée avec les menaces et leurs missions[3], étaient sous-estimés. On pourrait en dire autant des forces vives de la police et de la gendarmerie, dont les effectifs ont aussi connu une décrue depuis 2008, moins forte cependant que celle vécue par les armées, puisque la raison principale du recours aux armées tient à la nécessité de soulager l’effort des forces de l’ordre et de sécurité.

Mais, s’agissant de l’engagement d’unités de l’armée de terre, la véritable interrogation tient à la mission qui leur est confiée et aux modalités de son application. S’il est normal et légitime que les armées interviennent dans l’urgence en tant que seule force organisée au plan national, dotée des moyens nécessaires, pour pallier l’inexistence, l’insuffisance, l’inadaptation ou l’indisponibilité des moyens des forces de l’ordre et de sécurité, on ne saurait considérer comme normale une perpétuation de ce rôle, l’urgence passée, notamment depuis la création après-guerre des compagnies républicaines de sécurité et des groupements de gendarmerie mobile.

En effet, les armées doivent rester sur le territoire national le dernier recours, l’ultima ratio des gouvernants dans ce type d’intervention. A défaut d’user des « états d’exception », l’emploi de l’armée devrait signifier à l’ « adversaire » et à l’opinion publique un changement de posture, décidé par le gouvernement, devant la gravité d’une situation jugée elle-même exceptionnelle. C’est un signal fort. L’engagement d’un soldat en arme formé à neutraliser ou à détruire un adversaire ne doit pas se diluer, encore moins se dévaluer, sauf à contredire son statut singulier et spécifique de soldat. L’image de militaires en armes employés comme supplétifs de forces de l’ordre n’est pas saine. En ce sens, le défaut d’usage de ses armes à Nice par la patrouille agressée[4], délivre un signal négatif à l’égard de l’ « adversaire », lequel peut le considérer comme un aveu de faiblesse. Il faut méconnaitre la réalité de l’état militaire pour se féliciter de ce comportement et en faire le parangon des actions militaires à venir.

Si l’on considère que nos sociétés européennes sont exposées pour longtemps à la menace terroriste, hypothèse d’autant plus vraisemblable qu’elle est liée au fort taux d’engagement de nos armées en interventions extérieures, il devient urgent de réfléchir et de statuer sur les missions données aux armées sur le territoire national. Il conviendrait surtout de leur accorder un statut particulier agrémenté d’un environnement juridique approprié qui ne peut se confondre avec celui des forces de l’ordre. Car, même si les missions de nos soldats, en zone urbaine, évoluent de gardes statiques vers des patrouilles plus mobiles pour les rendre moins vulnérables, la finalité des armées n’est ni de rassurer les populations, ni de contribuer à la diminution de la délinquance, mais bien de combattre un ennemi déclaré avec les moyens adéquats.

Général d’armée (2S) Jean-Marie Faugère

[1] Pour l’état de siège et la DOT, les pouvoirs de police sont automatiquement transférés des préfets à l’autorité militaire. Pour l’état d’urgence, ce transfert n’est pas automatique.

 [2] Encore que l’actualité de ces dernières années montre que cette faculté est systématiquement remise en cause par le pouvoir judiciaire et que le statut de la gendarmerie s’aligne progressivement sur celui de la police.

 [3] Comme il est dit dans les deux Livres blancs sur la défense et la sécurité nationale de 2008 et 2013.

[4] Il est clair que ce comportement est imputable au souci légitime d’éviter des « dégâts collatéraux » dans la population civile, mais cela sera-t-il possible en toutes circonstances ? Le cas échéant, de quelle protection juridique disposeront les soldats « coupables » de ce qui ne manquera pas d’être qualifié alors de bavure.

64 Commentaires

  1. Il semble bien difficile de croire que la présence multipliée de ces sloldats puisse avoir quelque effet dissuasif sur les éventuels terrorristes. Le mode opératoire de ces derniers, tel qu’il fut pratiqué jusqu’à présent, ne serait pas arrêté par deux militaires à proximité. Lesquels, au contraire, pourraient constituer des cibles.
    Le plan vigipirate ne vise donc, comme le dit ce Général, qu’à rassurer la population. Toutefois cette population est-elle vraiment rassurée par ces déambulations de soldats en arme ? C’est peut-être l’inverse qui se produit. Et de toute façon, si l’effet désiré est obtenu, il s’amenuisera progressivement, vaincu par l’habitude.

  2. roturier

    Le civil que je suis ne peut qu’applaudir des deux mains ce pavé dans la mare jeté par le Général (non d’actif, me semble-t-il ; car sinon bonjour le devoir de réserve).

    Et la question non posée ; car, si il interroge le statut et la définition future des armées et de leurs missions, il se profile derrière le statut et la définition future de la France.

    Sachant que de nombreux militaires français actuels pourraient en avoir une idée divergente de celle du Général. Obéiraient-ils à certains ordres dans certaines circonstance pourtant prévisibles ?

    That is the question.

  3. Le Général ne nous dit pas que les armes des sentinelles ne sont probablement pas chargées, ou du moins qu’elles ne sont pas armées. Et nos soldats ne tirent pas plus vite que leur ombre.
    Quant aux militaires pouvant avoir  » une idée divergente  » lisez Le Figaro
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/01/14/01011-20090114FILWWW00644-des-musulmans-refusent-de-combattre.php

    Bonne fête de Pâque, et de Pâques à tous

  4. Florence

    Cela fait du bien de lire cet article.
    Quel malheur d’avoir des dirigeants si incompétents.
    En ce qui concerne les militaires, le fait qu’ils vont devenir des cibles n’est hélas qu’une question de temps. Il est évident que ça rentre dans leurs plans. Mais à quel stade ? Un stade avancé certainement et qui sera un signal déclencheur d’actions beaucoup plus importantes.

  5. Florence

    Bonne fêtes de Pâques et de Pâque à tous 🙂

  6. Florence

    BonneS !

  7. Charles Pasqua a proposé que les militaires devaient se considérer comme étant en légitime défense permanente.
    Et que cela se sache

  8. Souris donc

    La guerre évolue, on n’en est plus à la guerre en dentelles, Messieurs les Anglais, tirez les premiers. Le terrorisme islamique a déclaré la guerre à l’Occident, de façon officielle, univoque et spectaculaire, par l’attaque des tours jumelles du WTC le 11 septembre.
    Ce n’est pas une guerre conventionnelle, mais c’est une guerre. Les attentats sur notre propre territoire justifient que l’on déploie l’armée. Et ce n’est qu’un début. Je vois tout à fait une guerre civile se profiler.

  9. roturier

    Possible, Liebchen.
    Mais elle ne pourrait qu’être civile en effet.
    Car de quel poté serait l’armée avec des éléments qui refusent ceci et prennent l’initiative de cela?

    Sur un fil précédent qq1 (Impat) se posait la question si Beyrouth pourrait un jour (re)devenir (comme) Paris.
    Mais c’est plutôt l’inverse qui se pointe.

  10. Souris donc

    Dans le Figaro d’hier, article en une, La montée de l’immigration inquiète le gouvernement, une note de Cazeneuve aux préfets a fuité.
    Augmentation du nombre de franchissements clandestins aux frontières de l’UE : + 250% par rapport à la même période de janvier-février en 2014.
    Entre 500 000 et 1 million de migrants sont prêts à embarquer depuis les côtes libyennes (Fabrice Leggeri, patron de Frontex).
    Si c’est pas une invasion, ça y ressemble.

  11. loaseaubleu 4 avril 2015 à 14:10

    Je pense que l’armée sait gérer ce genre de problème, elle l’a montré avec succès pendant la guerre d’Algérie. Et contrairement à d’autres Corps de l’État, l’armée française est restée saine, et apte à exécuter les missions que la nation lui confie.

  12. Je le souhaite ardemment.

  13. « Mis en œuvre à des fins politiques pour rassurer la population »
    Je suis bien d’accord. S’il n’en était pas ainsi, l’armée aurait eu le droit de tirer sur les agresseurs de Nice.
    Sinon, je pense aussi que ces individus nous font la guerre, alors faisons-leur la guerre. Appliquons la loi martiale.

  14. Souris donc

    Si je peux me permettre un HS en ces temps bénis de grève de France Musique.
    Ce soir sur ARTE, l’Amadeus de Forman. Salieri en anti-héros. Fut pourtant un personnage positif, premier directeur du Conservatoire de Vienne, avec pour élèves Beethoven, Schubert et Liszt. Excusez du peu.

    Spécial Lisa :
    Nous avions parlé des origines sociologiques des musiciens d’orchestre. J’ai déniché un ouvrage déjà ancien mais pas une ride :
    Bernard Lehmann
    L’orchestre dans tous ses éclats. Ethnographie des formations symphoniques
    La Découverte, 2002.
    On sait enfin pourquoi le hautboïste est aussi déprimant que son instrument, pourquoi les cuivres collent des famapoil dans leur étui, déploient l’Equipe et répètent ostensiblement leurs solos pour narguer les tuttistes issus de milieux plus huppés qu’eux mais moins bien payés.

  15. Merci Souris pour le tuyau sur Arte, et Joyeuses Pâques en musique.
    Votre dernière phrase ci-dessus est un régal !

  16. … »Salieri en anti-héros. Fut pourtant un personnage positif « …
    Oui mais pour la postérité ça ne pardonne pas d’avoir été rival de Mozart. Le rival du héros peut-il être autre qu’un anti-héros ? L’opinion est binaire.

  17. Patrick

    Salieri a déclaré la guerre à Dieu par jalousie, sa vie fut une ruine et il finit dans un asile qu’on n’appelait pas encore psychiatrique. Selon le film en tout cas.

  18. Souris donc

    Patrick, Milos Forman a repris (avec génie) tous les clichés courant sur Mozart (par exemple son enterrement hâtif dans la fosse commune sans personne pour accompagner le cortège funèbre, alors qu’il s’agissait de mesures d’hygiène pris par l’empereur, et que les tombes étaient dites communautaires pour 6 ou 8 (?) roturiers, seuls les nobles avaient droit à un caveau familial, on a quand même pris le temps de faire son masque funéraire).
    Mais surtout Forman s’est inspiré d’une nouvelle de Pouchkine « Mozart et Salieri » où celui-ci nourrit une haine obsessionnelle envers Mozart. Qui n’a pas existé dans la réalité. Ils ont eu un différend à propos du choix de la langue pour les opéras. Le reste…Par exemple, le requiem a été « dicté » à un élève de Mozart, Süssmayr, et non à Salieri. Mozart n’est pas mort de harcèlement, mais d’une insuffisance rénale.
    Ce qui est vrai, ce sont les obscénités proférées par Mozart, elles figurent dans sa correspondance, que je n’ai pas lue (Il doit y avoir x volumes), mais que l’on retrouve chez J-J Greif « Les souffrances du jeune Mozart » (Ecole des Loisirs), qui construit son livre uniquement avec les citations de la correspondance, une gageure !

  19. roturier

    Mozart fut donc enterré avec des roturiers?
    Je n’ai jamais osé espérer tant.

  20. Je cite le Général Faugère : « la participation de 10.500 militaires, essentiellement de l’armée de terre, n’est pas tenable dans la durée sauf à remettre en cause l’entraînement des unités et leur participation aux opérations extérieures ».
    Or « la durée » va dépasser vingt ans. Cette disposition affaiblit donc la capacité opérationnelle de nos armées. Le Général soulève un point qui me semble très grave.

  21. Patrick

    @ Roturier, pour vous c’est trop tard ! Vous n’aurez pas l’heur de partager la tombe avec Mozart !
    🙂

  22. Souris donc

    Nous n’avons que 2.200 mosquées pour les 7 millions de Musulmans de France, ce n’est pas suffisant
    Boubakeur hier à la Tribune de l’UOIF (proche des Frères Musulmans)

    Pas gêné d’élever la voix. Il faudrait le double de mosquées. Au moment des Kouachi, Koulibaly, Merah, Nemmouche. De Charlie Hebdo et de Copenhague. D’Al Qaida, de Boko Haram, des Shebab, de l’Etat Islamique, des Talibans et d’autres dont j’ignore le nom. Qui mènent la guerre (djihad) sur la moitié de la planète.
    Islam veut dire Soumission, j’aimerais connaître le nombre d’élus qui vont obtempérer, en dépit de la laïcité dont on nous rebat les oreilles.
    Qui imagine un instant que la laïcité est autre chose qu’un chiffon rouge dont le musulman se gausse ?
    7 millions de musulmans, c’est plus de 10% de la population, puisque nous sommes 64,2 millions en France métropolitaine.

  23. Bourguiba appelait ça : la politique des petits pas. On avance lentement, on assure le terrain conquis. On recule si nécessaire, on contourne l’obstacle.

  24. roturier

    Deux choses, Liebchen.

    • Le Figaro dit ceci:
     »Pour les «7 millions de musulmans» de France, les mosquées actuelles «ne suffisent pas», a souligné le président du CFCM, qui n’a pas détaillé cette estimation. Les chiffres officiels recensent plutôt de 4 à 5 millions de musulmans dans l’Hexagone ».
    Je crois savoir que Michèle Tribalat ne dit rien d’autre.

    • Laïcitude mon c….
    Aujourd’hui lundi de Pâque est férié ; ainsi que l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption, la Toussaint, Noël et que sais-je. Si cette hypocrisie les fait rigoler, c’est à juste titre. Mais surtout que l’identité Française est malheureuse, dit Finkie ; culpabilisée, mal assumée.
    A trainer dans la cour de récré en fixant les bouts de ses chaussures on finit par s’en ramasser une.

  25. QuadPater

    Souris, le constat « il y a trop peu de y par rapport au nombre de x » est logiquement

  26. QuadPater

    Pardon
    Est logiquement équivalent à « il y a trop de x par rapport au nombre de y ».
    Boubakeur n’a pas proposé de diminuer le nombre de musulmans, par expulsion des clandestins et des doubles nationalités délinquants ou criminels.
    Ceux qui resteront devront s’adapter à la « pénurie ». Personne n’a informé Boubakeur que la construction de mosquées n’est pas une priorité ?

  27. Souris donc

    Zozio, c’est exactement ce que nos dirigeants ne veulent pas voir. Qu’ils balayent sous le tapis en criant au racisme. Aidés en cela par la victimisation des musulmans appuyée par les associations antiracistes subventionnées et la propagande des médias. Un système verrouillé.
    Problème
    Nous sommes 64,2 millions en France métropolitaine.
    7 millions de musulmans, soit plus de 10%.
    8 047 052 femmes sont en âge de procréer (Insee).
    Sachant que l’indicateur conjoncturel de fécondité est de 2,01 en 2014, que les stats ethniques sont interdites, mais que dans nos maternités chaque personnel sait que la musulmane a 5 enfants en moyenne et que l’ICF est majoré par les mères musulmanes.
    En combien d’années changerons-nous de catégorie pour devenir minoritaires chez nous ? (Abstraction faite du déferlement)

  28. Souris donc
    Grâce à nos dirigeants et nos média nous sommes déjà minoritaires
    L’épisode de la RATP nous le confirme

  29. Le Point écrit ce matin, de source AFP: … « Les effectifs de trois compagnies de CRS se sont mis collectivement en arrêt maladie afin de manifester leur grogne contre les effets du plan Vigipirate qui les « épuise », a-t-on appris mardi de sources syndicales policières « …
    On va les remplacer par des militaires supplémentaires ?

  30. roturier

    Le choix devient clair: défendre Bamako où défendre Paris ?

  31. Voyez comme vous êtes, Roturier. Lyon, Marseille, etc., on s’en fout ! 🙂

  32. Probablement qu’à Paris il y a un reste un gros bourg « Astérix « 

  33. roturier

    JJe mets Paris face à Bamako. Face à Lyon je mettrais, peut-être, Tombouctou.
    En revanche, Marseille est déjà perdu.

  34. Souris donc

    Impat
    Les effectifs de trois compagnies de CRS se sont mis collectivement en arrêt maladie afin de manifester leur grogne contre les effets du plan Vigipirate qui les « épuise »

    Les CRS dépendent du Ministère de l’Intérieur, comme les policiers, ce ne sont pas des militaires. Je ne sais pas comment sont gérées les ressources humaines, mais se mettre collectivement en arrêt maladie, ça sent son fonctionnaire absentéiste par convenance.
    Sûr que rester des heures dans leurs cars à taper le carton doit être é-pui-sant.

    Les gendarmes, Ministère de la Défense, sont des militaires, ils ont moins d’états d’âme et savent encore ce que servir veut dire.

  35. Souris donc

    Absentéiste pas convenance, et gangréné par la CGT. Cf. Radio France. Où la CGT passe, le service publique trépasse.

  36. Souris donc

    Origine de la vidéo : Soral (mention en surimpression). Donc montage douteux.
    On colle bout à bout des scènes qui vont dans le sens de la démonstration.
    EELV est un autre spécialiste du procédé, vidéos où on voit les ruches et les abeilles sur les toits de Paris, les fêtes des voisins, le covoiturage citoyen, les jardins partagés d’un Paris bucolique.
    Démonstration du vivre-ensemble républicain.

  37. Que penser de ces médecins distribuant à la chaîne des arrêts maladies ?

  38. QuadPater

    Impat
    Les effectifs de trois compagnies de CRS se sont mis collectivement en arrêt maladie […]

    Non, ça c’est le résumé bienveillant made in Sud-Ouest ou Nouvel Obs, En France un bonhomme lambda ne « se met » pas tout seul en arrêt.
    Il eut fallu lire, comme le suggère loizo,
    Les effectifs de 3 compagnies de CRS se sont fait prescrire, de manière concertée, des arrêts-maladie pour manifester leur grogne […].
    Les médecins étaient probablement complices, mais cela me sidère que les CRS aient préféré instrumentaliser des professionnels de santé plutôt que de planter une grève.
    Non, nous ne rêvons pas… Nous observons bien quelques centaines de policiers – dont la devise est « servir » – rester au lit tout en gardant leur paye, merci la Sécu, pour se plaindre qu’on leur en demande trop…
    Si ça ne motive pas encore des départs dans les rares pays où la protection de la population reste la préoccupation majeure du pouvoir…

  39. Souris donc

    Les CRS n’ont pas le droit de grève. La médecine du travail (?) a dû leur fournir des arrêts de complaisance. Sinon, c’est facile d’obtenir un « congé de nerfs », un petit chantage au suicide, au burn out, avec des symptômes que personne ne peut contrôler, insomnie, vertiges, mal au dos, envie de tuer sa belle-mère…

  40. Souris,… »envie de tuer sa belle-mère »…
    Cela c’est contrôlable. Suffit de voir la belle-mère.

  41. QuadPater

    « Le droit de grève »… Mon Dieu ! ça existe encore ?
    Et alors ? Ont-il davantage le droit de tirer au flanc ? de bénéficier de certificats médicaux de complaisance ?
    J’aurais plutôt imaginé une action symbolique consistant en une demande commune d’une journée d’arrêt de travail. Largement diffusée, l’image aurait été forte. Ç’aurait eu de la gueule.
    Mais là ils ont l’air tellement minables, à se pieuter le pouce à la bouche et un thermomètre au cul pour avoir le droit de chouiner après leurs repos rognés. C’est ça qui nous protège, c’est ça qui me faisait si peur quand ils nous chargeaient pendant les manifs ? Et les toubibs complaisants, c’est ça qui nous soigne ? et la Sécu ou leurs mutuelles qui ne ruent pas dans les brancards ? Mais comment on vit ?

  42. QuadPater

    Il y aurait une analyse à pondre sur cette intéressante méthode d’affrontement de « l’adversaire » (le patron, l’ultra-libéralisme, sa belle-mère, la drogue), de plus en plus en vogue, qui consiste à fondre en larmes et appeler à la pitié.
    J’ai déjà un titre « Quand la chouine s’éveillera ».

  43. L’enfant grec réclamait  » de la poudre et des balles  » . Mais ça c’était avant

  44. Trouvé sur le Net :

    Un homme soigné et guéri sort de l’hôpital, après avoir été mordu par un Pit-bull, le bras en écharpe. En chemin, il rencontre un Penseur unique.
    « Que vous est-il arrivé ?
    – J’ai été mordu par un Pit-bull.
    – Vraiment. Vous ne devriez pas ainsi stigmatiser les Pit-bulls. Vous avez tout simplement été mordu par un chien. »
    Poursuivant, il rencontre un Penseur encore plus unique :
    « Que vous est-il donc arrivé ?
    – J’ai été mordu par un chien.
    – Allons donc. Un chien ! Vous avez tout simplement été mordu par un animal. Vous ne devriez pas stigmatiser les chiens. »
    Tout en continuant, il rencontre un Penseur extrêmement unique :
    « C’est grave ?
    – J’ai été mordu par un animal.
    – Voyons, vous avez été mordu, certes. Mais par un animal ! Vous ne devriez pas stigmatiser les animaux. »
    – Presque arrivé chez lui, il rencontre le ministre de l’intérieur :
    « Vous avez le bras en écharpe.
    – Oui, j’ai été mordu.
    – Vous avez été mordu ! Oui, Vous avez le sentiment d’avoir été mordu mais vous n’avez pas été mordu. »

    D’après « Félix ».

  45. QuadPater

    Le président des socialistes (enfin, des non-frondeurs) a récemment condamné « avec la plus grande fermeté l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens, otages de Daech en Libye ».
    Le même a exprimé « sa solidarité avec le peuple kenyan, qui doit faire face au terrorisme le plus abject, celui qui s’attaque à la jeunesse, au savoir et à l’éducation. » (Garissa)
    Sachons apprécier la bassesse de ce triste individu qui, dans son effort de ne stigmatiser personne, a soigneusement passé sous silence que dans les deux cas les assassins étaient musulmans et que les victimes ont été massacrées parce qu’elles étaient chrétiennes.

  46. Souris donc

    Patrick, excellent ! Je vais la resservir !

    Quad, pour vous consoler, le doute commence à effleurer même les éditorialistes de gauche sur la compétence du gros tas élyséen. Mou-Président-Je faisant désespérément la seule chose qu’il sache faire : des synthèses, en attendant l’embellie providentielle suite à une conjoncture dont tous nos voisins ont fait leur profit, sauf nous (baisse de l’euro, emprunts bas, baisse du prix du pétrole), se fait éreinter par l’Obs de la semaine dernière, comme aucun éditorialiste de droite n’aurait osé le faire (Matthieu Croissandeau).
    « Danger de mort clinique, asphyxie, inefficacité, gangrenée, cortèges clairsemés, mythe délétère de la parenthèse socialiste, énième reniement… »
    Dans le même numéro, un délire de l’inénarrable Taubira, en substance, les apparences sont contre nous.
    Comme dans la fable de Patrick :
    Vous avez été mordu ! Oui, Vous avez le sentiment d’avoir été mordu mais vous n’avez pas été mordu.

  47. hathorique

    Bonjour à tous

    Les journalistes de gauche prosélytes hollandais incontestés, commencent à faire des révélations sur la véritable nature de Hollande.

    Mais pourquoi ces journalistes pourtant connaisseurs du caractère ou plutôt de l’absence de caractère de Hollande ne l’ont il écrit avant.

    Dans un livre récent sur Hollande écrit par François Bazin du N.Obs j’ai lu que le Président s’était flatté de très inélégante manière comme à son habitude, cette médiocrité hollandaise, restera (entre autres) comme une marque de son quinquennat.

    « j’ai chewing-gumer tout ça. Je l’ai fait ! » lance-t-il ravi après avoir passé les épreuves de l’affaire Cahuzac, de la Manif pour tous et du nouveau mois de mai dont rêvait Mélenchon »

    la conclusion de l’ auteur est terrible :

    « Alors, il faudra constater que, une fois encore, il est entré dans tout cela plus de jeu que de réelles convictions. Plus de réelles convictions que de véritable esprit de responsabilité. Et surtout, hélas, plus d’esprit de responsabilité dévoyé que de sens aigu de l’intérêt national. »

    Lui qui au fil des diverses élections toutes perdues, s’est marshmallowé et lové dans un fauteuil trop grand pour lui.

    L’impéritie coupable de François Hollande premier secrétaire du P.S ne pouvait que façonner François Hollande Président en cacique indolent érigeant l’indécision en système de gouvernement .

  48. roturier

    Liebchen 8 avril 2015 à 09:56
    Effectivement origine Soral ; mais en l’occurrence nul besoin n’était de cuisiner la séquence ; elle est intacte. La chaine russe Rossiya 1 pratique le french-bashing bien volontiers et l’occasion était trop belle.

  49. QuadPater

    Le monde a un problème avec l’islam. L’Europe, les USA, mais aussi l’Afrique, la Russie, un peu les Chinois… et bien sûr le MO.
    C’est indéniable. Sauf enfumage d’une ampleur jamais égalée, Daech, les égorgements, les massacres sélectifs, les viols, les rapts, les attentats, toutes ces horreurs existent.
    J’essaie de comprendre à quoi peut bien servir l’édulcoration de ces faits par les médias et les politiques. Pas vraiment l’édulcoration d’ailleurs. On nous dit « ah ouais c’est dégueulasse ». Contre qui se battent nos soldats ? Bin, des « terroristes ». Et qui tuent-ils, ces « terroristes » ? Habin des gentils, évidement.
    En contradiction avec la tradition de gauche, on ne nomme ni les assassins ni leurs victimes.
    J’ai envie de comprendre, de me mettre dans l’esprit de ceux que l’on balade et qui nous baladent à leur tour.
    Le PS, l’extrême gauche, la RATP, Boubakeur, l’Obs, Libé… mais aussi une partie du centre et de l’UMP.
    Hollande, bien sûr. On aura beau le qualifier de tous les noms, même si la plupart seront appropriés ça n’expliquera en rien son comportement. S’il n’a pas parlé d’islam et de chrétiens dans ses déclarations, ce n’est pas parce que c’est un gros con. Il y a autre chose que je ne saisis pas, peut-être une tournure d’esprit, je ne sais.
    Je lis pas mal « d’analyses » sur ces sujets.
    Ivan Rioufol dit à propos des évitements sémantiques que j’évoque dans mon 8/4 22:55 que « Ces pudeurs [de Hollande] servent à cacher le réveil de l’islam conquérant. ». (http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2015/04/ceci-nest-pas-un-choc.html?xtor=RSS-19)
    Ce serait absurde. Que peut-il cacher ? Bon je pense que IR fait de l’ironie. Mais ma question reste posée, parce que sans réponse satisfaisante Je peux la résumer en « pourquoi Hollande (et tant d’autres) refusent-ils de nommer ce qui nous menace tous (eux y compris) ? »

  50. Florence

    Quad,
    Pour répondre à votre question, parfois, je me demande s’ils n’ont pas peur d’exciter le monstre. Je n’ai aucune certitude là-dessus mais l’idée me traverse parfois l’esprit. Si les « quartiers » s’enflamment, cela risque de tourner à la guerre civile et nos gouvernants ne sont pas aptes à y répondre. Et donc, tout est fait pour ne pas exciter le monstre. Ils sont pris à leur propre piège de l’immigration et sont impuissants. Ils le savent bien , ils ont tous les renseignements qu’il faut pour savoir ce qui se passe dans les quartiers. Donc, pas un mot de trop, pas un mot qui fâche. La trouille à l’état brut.
    C’est la même chose pour la légalisation du cannabis qui est pourtant un marqueur de gauche. S’ils s’y refusent, ce n’est pas par esprit de compromis envers la droite, c’est la trouille des « quartiers ». S’ils enlèvent le business aux dealers, gros risques d’émeutes généralisées.

    C’est comme ça que je le vois. Je crois que ce n’est pas complètement faux. Mais peut-être que je me trompe complètement et à la limite, je l’espère car cela voudrait dire que la situation n’est pas aussi explosive que je ne le crains.

    Peut-être donc que ce n’est pas la trouille des émeutes mais seulement la trouille de perdre un certain électorat qui était jusqu’à présent tout acquis. On a vu que cet électorat, un peu perplexe avec le mariage des homosexuels, s’est rebiffé avec les ABCD de l’égalité à l’école. Vous noterez que ces ABCD ont disparu de la circulation, comme par magie. Non pas pour complaire à la droite mais pour calmer les musulmans. Les caresser dans le sens du poil. Il ne faut pas oublier que le PS sait parfaitement bien caresser son électorat.

    Tout bien pesé, je crois que c’est la seconde solution qui est la bonne. Cela colle tellement bien à leur esprit.

  51. Souris donc

    Affolés, ils sont. Si le tous pourris gagne du terrain, c’est que les politiques donnent l’impression d’être plus préoccupés de la vie interne des instances partisanes que du bien collectif. Cf. les grossières tractations avec EELV. Et la Cocoe dans toutes les mémoires. Les primaires importées d’Amérique renforcent encore cette tendance.
    Les outils conceptuels datent. On en est à la com’ qui n’est pas autre chose que la pub, la réclame. Qui lave le plus blanc ? Avec une touche de publicité comparative, Leclerc plus avantageux que Carrefour. Le PS plus républicain que le FN. Et le think tank qui sait ce qui est bon pour toi.
    Or les gens disposent d’une abondance d’informations qu’ils cherchent eux-mêmes, ils s’expriment, font circuler des critiques. Ce contrepouvoir, les politiques ne savent pas par quel bout le prendre. Pour continuer à fonctionner avec les bonnes vieilles stratégies électorales, mâtinées de manuel de management et d’oral de l’ENA, afin de s’assurer les bonnes grâces de telle ou telle partie de l’électorat. De la jonglerie aux assiettes chinoises. Les frondeurs grognent, on va les calmer avec une petite promesse, idem avec les immigrés, les fonctionnaires, les associations, les grévistes, les Verts. Improvisation permanente qui fait taire celui qui crie le plus fort en laissant de côté les vrais problèmes : immigration et chômage de masse, maîtrise des dépenses publiques.
    Et Islam conquérant.

  52. Souris donc

    Vigipirate et états d’âme des CRS

  53. Metronews, 10 avril : « Vendredi, en début d’après-midi, un homme a agressé à l’arme blanche un militaire en poste à l’aéroport d’Orly avant de prendre la fuite. »

  54. QuadPater

    Impat on y revient :

    le défaut d’usage de ses armes à Nice par la patrouille agressée délivre un signal négatif à l’égard de l’ « adversaire », lequel peut le considérer comme un aveu de faiblesse.

    Metronews indique que le militaire est choqué.
    Un autre article de Metronews nous informe que les collègues du policier de l’Aveyron mort après avoir été volontairement heurté par une voiture sont choqués et bénéficient d’une cellule d’aide psychologique.
    On pourrait s’étonner d’apprendre que des CRS se font prescrire des arrêts de travail pour épuisement, qu’un militaire et des policiers sont choqués d’avoir été confrontés à la violence.
    C’est pourtant naturel : être violemment agressé sans pouvoir rendre les coups mène à un syndrome dépressif.
    Par conséquent désarmer des dépositaires de la violence légitime non seulement donne un signal négatif à l’ennemi, mais aussi atteint fortement le moral de ceux qui sont là pour nous protéger.

  55. Le problème est que légitime défense ou pas, la mort de l’agresseur aurait embrasé le pays. Et nos dirigeants n’ont pas la carrure. Je ne vois pas François Hollande déclarer Moi, President de la République, chef des Armées, donne l’ordre…..

  56. Souris donc

    Mou-Président-Je sait qu’il y a dans la mémoire collective un Malek Oussekine, dont la mort a été exploitée jusqu’à l’indécence par la gauche hurlant à l’Etat policier de Pasqua-Pandraud. Provoquant la dissolution des Voltigeurs.
    La mort du petit Fraisse a été exploitée jusqu’à l’indécence, elle aussi.
    Dans les rangs des forces de l’ordre, une mort est dans l’ordre des choses, un dégât collatéral à passer par pertes et profits. Un mort chez les voyous, surtout issu de l’immigration, en fait ipso facto un « martyr ».
    Mou-Président-Je préfère attendre, laisser les situations pourrir.
    Le pays s’embrasera de toutes façons. Ne manque que l’étincelle.

  57. QuadPater

    Le pouvoir qui craindrait la déflagration ? une hypocrisie.
    Les journalistes de Libé, l’Huma, l’Obs etc, les militants gauchistes, écolos, les officines, les syndicats (notamment celui de la magistrature), les prédicateurs islamistes… font clic-clic-clic avec leurs discours-briquets tandis que le pouvoir, les Belkacem, Taubira, les partis de gauche… ouvrent à fond le gaz des provocations et déconstructions accélérées…
    Ils finiront bien par se rejoindre.

  58. Et ce mauvais gaz ne parvient même pas à s’enflammer. Pourtant la mauvaise odeur est bien là. Serait-ce du gaz de shit ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :