Islam, l’embrouille de Cameron.

dc1
David Cameron, le Premier ministre britannique, ne va pas assez loin, plus loin cependant que la plupart des politiciens (City Journal, 30 juillet 2015).

En écoutant le récent discours du Premier ministre David Cameron à propos de l’extrémisme islamique en Grande-Bretagne, j‘ai compris pourquoi je ne pourrai jamais être un politicien en exercice. Je n’arrive pas à accepter son mélange de bon sens, de demi-vérités, d‘échappatoires, son attitude politiquement correcte et électoraliste. On aurait dit un margoulin, obligé par sa position de maintenir un équilibre d’une centaine de considérations à la fois. Obligation qui s’oppose, quoi qu’on veuille, à l’honnêteté intellectuelle.

À certains égards, le discours de Cameron est bienvenu. Il admet (lui ou le rédacteur de son discours) que son point de vue précédent sur le terrorisme islamique qui n’a rien à voir avec l’islam, était erroné, et reconnaît maintenant que ce point de vue viole le bon sens, ce qui était évident. Il a également suggéré aux fournisseurs d’internet et aux universités d’être moins complaisants envers les extrémistes islamiques, indiqué que les théories du complot colportées par les islamistes devaient être ridiculisées et vigoureusement combattues. Enfin il a raison de dire que le terrorisme islamique n’est pas une conséquence de la pauvreté, et qu’aucune raison ne peut le justifier.

Il élude cependant des questions graves mais évidentes. Vantant son propre pays, il a déclaré « C’est ici en Grande-Bretagne que, en une ou deux générations, les gens peuvent partir de rien et monter aussi haut que leur talent le permet », ce qui est certainement vrai : mais cette affirmation correcte a un corollaire inquiétant. Car si, dans l’ensemble, certains groupes ne montent pas, cela provient davantage de leurs caractéristiques de groupe que du pays d’accueil. Par exemple, les Sikhs, qui sont venus du Punjab vers la Grande-Bretagne avec rien, forment maintenant la deuxième population la plus riche par ménage selon la classification par l’appartenance religieuse. Or nonobstant plusieurs réussites individuelles, les musulmans qui sont venus du Punjab dans le même temps restent relativement pauvres. L’explication de cette différence peut ne pas être religieuse, mais c’est une question importante : Cameron, ni aucun homme politique, n’ose pas la poser, et encore moins essayer d’y répondre.

De même, le premier ministre, qui a défendu les valeurs « de base », comme la démocratie, la liberté, l’égalité des sexes et la non-discrimination, ne s’est pas attardé à examiner si elles étaient compatibles avec l’islam. De prime abord elles ne semblent pas l’être, bien que certains réformistes musulmans aimeraient certainement les rendre compatibles ; et le Bangladesh, d’où viennent un grand groupe d’immigrés en Grande-Bretagne, est l’un des rares pays où l’on a pu assister à une grande manifestation explicitement antidémocratique. Dans la plupart des pays musulmans, il reste dangereux d’être ouvertement athée. Et critiquer Mahomet, même de façon motivée et argumentée, serait encore plus dangereux.

Lorsque Cameron dit qu’il veut construire une société plus solidaire, il ne se demande pas s’il est possible de construire la solidarité, comme avec des legos. Quand il dit que de nombreux immigrants en Grande-Bretagne ne se sentent pas britanniques, il passe à côté d’une chose : ce n’est pas comment les immigrants se sentent qui compte, mais comment ils se comportent. Personne ne se demande comment les Polonais, les Brésiliens, les Chinois, les Vietnamiens, et les autres immigrants (ils sont des centaines de milliers, sinon des millions) se sentent, parce qu’aucun d’eux ne s’attache à détruire les institutions britanniques. Cela ne concerne pas une certaine proportion, inconnue et probablement inconnaissable, mais peut-être non négligeable, des musulmans d’où qu’ils viennent.

Tout homme politique, semble -t-il, doit marcher sur les œufs du politiquement correct. Cameron se sentait obligé de dire : «C’est ici, en Grande-Bretagne, que la réussite s’obtient non pas en dépit de la diversité mais à cause de la diversité. . . Chacune des communautés qui est venue ici pour s’y sentir chez elle a rendu la Grande-Bretagne meilleure. «  Suggestio falsi «  et  » suppressio veri «  ne peuvent guère aller plus loin. La réussite en Grande-Bretagne n’est pas causée par la diversité, mais devient possible pour  » la diversité  » grâce à l’état de droit dû à la loi britannique. Et non à la charia, la loi juive, le droit canon, ou autre loi. Et je doute fort que la population estime que les Kosovars, par exemple, ou les gitans roumains, aient en tant que groupe (indépendamment de tout individu parmi eux), fait de la Grande-Bretagne un pays meilleur. Si on lui demandait comment ils ont fait la Grande-Bretagne meilleure, Cameron répondrait sans doute sur le mode  » sophistico-politique  » : pour qu’ils se sentent britanniques et pas seulement résidents il faut construire une société plus solidaire.

Le pouvoir oblige, semble–il, à dire ce qu’on sait ne pas être vrai et à ne pas dire ce qu’on sait être vrai. Telle est la leçon du discours de Cameron, qui n’est certes pas le pire en son genre.

Theodore Dalrymple est  « Dietrich Weismann Fellow«  au « Manhattan Institute » et auteur de « Not with a Bang but a Whimper: The Politics and Culture of Decline«  (Sans un cri, mais en pleurant : politique et culture du déclin)

Traduction et adaptation pour Antidoxe: Impat

36 Commentaires

  1. QuadPater

    ce n’est pas comment les immigrants se sentent qui compte, mais comment ils se comportent

    A l’inverse de nos sociétés occidentales qui ne songent qu’à renier leur histoire et leur civilisation, c’est bien ainsi que certains pays comme la Chine, la Côte d’Ivoire, les Émirats Arabes Unis (où des proches ou moi avons vécu) considèrent les choses. Je pense qu’on peut y rajouter la Russie, le Japon, le Brésil… On le voit, ce ne sont pas tous des pays déculturés et écrasés par la botte coloniale française.

    Reniement, honte, culpabilité et auto-flagellation sont des attitudes spécifiques à notre société dont les valeurs sont volontairement et progressivement sapées depuis la Shoah et les décolonisations. « Nous » avons engendré le nazisme, « nous » avons fait régner la terreur dans tant de pays sur presque tous les continents. Par conséquent « nous » devons payer puis disparaître.

    Pour l’instant nous payons, en refusant d’appliquer nos lois aux clandestins.

    Quand on trouve dans un moyen de transport, dans une administration, une entreprise, une maison individuelle…) quelqu’un qui n’a pas le droit d’être là, il est sanctionné et expulsé. Il en va de même dans maints pays dont ceux que je citai plus haut.

    Eh bien pas en France, où « on » (l’État ou des assos) offrent très officiellement aux clandestins un toit, des repas, de quoi se laver, des titres de transport, l’impunité lors de l’occupation illégale de lieux publics et privés, et même des cours de français. Sans compter diverses aides pour l’accès au soins et aux démarches administratives.

    Nous payons…

    ——————
    Tiens, en parlant de Cameron et de nos voisins et amis anglais, quelqu’un d’instruit pourrait-il (elle) m’expliquer pourquoi des milliers de va-nu-pieds agressifs ont le droit de se promener et camper en France mais pas celui de se rendre en Angleterre ?

  2. Quad, « le droit » les clandestins s’en foutent. Mais sur « le fait » une réponse (sans être instruit) :
    Le Monde (même lui) énumère certaines mesures que la Grande Bretagne envisage de prendre :
    Condamner les propriétaires qui louent à des clandestins
    Faciliter les expulsions des demandeurs d’asile des appartements
    Lutter contre le travail au noir ( saisir les salaires des travailleurs clandestins. )
    Réduire les aides sociales

  3. Yaakov Rotil

    Pour suivre les débats…

  4. pjolibert

    Bonjour,
    très intéressant article
    bonjour quad, sur l’opposition entre ce qu’on se sent et la façon dont on se comporte, plutôt que de voir une différence entre sociétés occidentales et autres, j’aurais tendance à dire que l’inquiétude de M. Cameron sur ce qu’on se sent est avant tout et bizarrement très française, et que traditionnellement (relativement) c’était là l’opposition entre la France et le reste de l’Occident.
    Si comme je le soupçonne les immigrés Sikhs du Pendjab qui se sont massivement enrichis l’ont fait grâce à une remarquable solidarité intrafamiliale à grands coups de tontines et d’embauches maison (en se foutant royalement des titres scolaires à rallonge) dans des créneaux économiques bien ciblés, c’est qu’ils l’ont fait comme l’ont fait énormément d’autres groupes dans énormément d’autres empires, et en conformité avec l’esprit commun de base de l’empire britannique.

  5. QuadPater

    Bonjour pjolibert. Vous dites « c’était là l’opposition entre la France et le reste de l’Occident ». Je vous crois sur parole. N’ayant aucune connaissance approfondie des pays européens en dehors de la France métropolitaine, j’ai tendance à généraliser aux autres Européens les qualités et défauts que je trouve chez moi. Je sais que cela n’est pas pertinent ; c’est pour cette raison que je cherche régulièrement à comparer avec ce qui se passe en Allemagne, GB, Italie, Suède etc…, cf. un échange récent avec Souris.

  6. QuadPater

    Impat, la GB envisage seulement de prendre des mesures, ou les prend-elle déjà ?
    Si elle ne fait qu’envisager, je pose à nouveau cette question qui me lancine : mais dans quel système vit-on ?

  7. pjolibert

    mais je n’ai aucune connaissance vraiment approfondie
    quelques jours passés à Londres et à constater que tous les marchands de journaux que j’y ai vus sont du même quelque part

  8. Quad, la GB à ce jour et à ma connaissance ne fait qu’envisager. Mais laissons-lui le bénéfice du délai d’application inhérent à une démocratie, Cameron ne semble pas être du genre à lancer des idées en l’air sans les appliquer.
    En France d’aujourd’hui le simple fait  » d’envisager  » de telles mesures est impensable et de toute façon créerait un tollé rance !

  9. QuadPater

    (suite de l’indignation)
    Il apparaît officiellement nous ne sommes plus égaux devant la loi.
    Plus d’Égalité en France ? et la gauche qui ne remarque rien ?
    Comme je le faisais remarquer récemment, que les membres du présent site installent des tentes sur les marches du Grand Théâtre à Bordeaux et ils apprendront vite à quel point un coup de matraque peut faire mal. Ou les effets très neutralisants des gaz lacrymogènes.

    J’ai un souci avec l’incohérence apparente des décisions. Par exemple je ne comprends pas pourquoi on ne laisse pas ces « migrants » aller en GB. Ils n’ont pas débarqué à Golfe-Juan ou à Marseille que je sache, ils ont transité par un autre pays d’Europe. Et de là on les a laissés entrer en France.
    Alors ?
    Ça a quelque chose à voir avec Schengen, c’est ça ?

  10. C’est Schengen qui n’a rien à voir avec ça, Quad. N’importe qui pourra toujours franchir une frontière, réelle et tangible, ou ancienne et historique.
    La Suisse est dans Schengen, et très peu d’immigrés y entrent. Pourquoi ? Parce qu’elle applique déjà les mesures « envisagées » par Cameron.
    Quant à contrôler si on le veut les clandestins qui voyagent en train, en avion, en vélo, ou à pied, pas besoin de poste-frontière. Il y a des gares, des aéroports, des routes, non ?

  11. pjolibert

    Mais par rapport à la question de quad, c’est bel et bien le fait que le RU n’appartient pas à Schengen qui fait qu’il y a nécessité technique d’un contrôle sur cette frontière. Non ?
    Je n’ai pas compris grand chose aux détails de ces accords du Touquet que tout le monde se renvoie à la figure.
    Après pour le fait que les gens en question se pressent là et pas en Suisse, c’est en effet parce que youpi tralala pour les immigrés là-bas… surtout en matière d’emploi au noir. Pour une critique de gauche (mais le film est très bien je vous jure) de ce système :
    http://www.critikat.com/IMG/artoff1771.jpg?1390228803

  12. QuadPater

    Merci pjolibert de m’avoir reformulé, je voulais suggérer en effet que cela avait à voir avec la frontière Schengen-non Schengen 🙂

  13. pjolibert et Quad, vous avez, bien sûr, raison. L’existence de la frontière crée une accumulation locale des problèmes, un « goulot d’étranglement ».

  14. QuadPater

    Pardon grand chef, mais je ne peux m’en empêcher : on dit un goulet d’étranglement.

  15. QuadPater

    … mais c’était peut-être voulu ? d’où les guillemets ?

  16. C’est que…à défaut d’avaler la pilule, il fallait bien pouvoir le boire, ce goulot.

  17. QuadPater

    Par exemple, les Sikhs, qui sont venus [… et la suite…]

    C’est formidable ce qu’on peut mettre en lumière grâce aux stats ethniques et religieuses. Vous imaginez cela en France ? 😛

  18. Non. En France on sait mettre à l’ombre. Mais « en lumière », on a oublié.

  19. QuadPater

    quelques jours passés à Londres et à constater que tous les marchands de journaux que j’y ai vus sont du même quelque part

    Vous pouvez en avoir le cœur net en Angleterre au-delà du simple constat de visu, si des statistiques existent. En France (métropolitaine*) essayez donc de prétendre que la plupart des dealers sont noirs ou arabes… Y’en a qui ont essayé…

    ———
    * C’est plus relax dans les DOM-TOM. À Mayotte on peut dire sans risquer un procès zemouro-ménardien que « la communauté indo-pakistanaise est particulièrement active dans le négoce », en Guyane que « toutes les supérettes sont tenues par des asiatiques » (ce qui est certainement faux, il doit bien y en avoir une ou deux tenues par des Brésiliens).

  20. QuadPater

    En France on sait mettre à l’ombre

    Moui, mais seulement quand l’Exotique et le syndicat de la magistrature baissent leur vigilance. La fenêtre de tir est étroite, très étroite…

  21. Souris donc

    Cameron a instauré la préférence nationale. Pourquoi les clandestins illégaux s’agglutinent-ils encore à Calais ?

  22. Pourquoi ? Écoutez Cameron, Souris : il va instaurer la préférence nationale.

  23. Souris donc

    Il va. OK. Mais à l’instar de l’Australie, il y a déjà des campagnes publicitaires de dissuasion. Inimaginable en France. Big brother veille (SOS-Racisme et autres stipendiés de la censure de la liberté d’opinion, Je suis Charlie, mais seulement pour inculquer l’idéologie de gauche)

    http://www.lepoint.fr/monde/grande-bretagne-des-camions-publicitaires-contre-l-immigration-illegale-30-07-2013-1709899_24.php

  24. pjolibert

    Mais, M. Dalrymple, vous avez autant de moyens publics que le 1er ministre de répondre à votre question…
    http://www.britishsikhreport.org/wp-content/uploads/2014/04/British-Sikh-Report-2014.pdf
    Chaque ligne du début est source d’une interrogation parallèle infinie au sujet de la France,
    (…) « The younger generation of Sikhs are encouraged to learn Punjabi so that they can experience the teachings contained in the Guru Granth Sahib for themselves. Sikh communities in the diaspora worry about the survival of the Punjabi language. Gurdwaras are increasingly using projectors on which English translations of recited passages are displayed for the benefit of British Sikhs who are unable to read or understand the Sikh Scripture. » (…)
    « Maintaining a connection with Punjabi ethnicity is also imperative for many British Punjabi Sikhs. This reflects into lifestyles and accepted norms amongst Sikhs which emanate from the Punjabi culture. The notion of izzat ‘family honour’ remains dear to most British Sikhs. »
    Documents sur la propriété (en Grande Bretagne et en Inde), les ports de signes, les opinions sur les mariages exogames (et en interne, sur les castes, dont je n’avais aucune idée). C’est très varié.
    Plus variés encore, les secteurs d’activité, ce qui entame largement ma première supposition, peut-être valable uniquement pour le tout début mais il faudrait voir.
    Evidemment, en quoi doit consister exactement une comparaison entre un peuple-religion particulier, sûrement déjà très soudé en Inde même, et qui vante beaucoup ici une insertion ancienne dans les logiques de l’empire britannique, dont les plus de 500 000 membres sont en l’état actuel pour plus de la moitié nés sur le sol britannique, avec leur équivalent (au sens d’origine géographique) musulman ?

  25. pjolibert

    Le rapport officiel sur la « communauté » musulmane est pas mal parce qu’il y a parfois de la décomposition des données selon l’origine géographique du groupe, notamment sur le type de logement et la prison, et qu’il y a parfois des comparaisons avec tout le monde et avec les autres groupes religieux (tellement on les attend au tournant). Mais ça ne va pas plus loin que Pakistan et Bangladesh (donc rien sur le Pendjab indien ou pakistanais en particulier). Il semblerait que les so-called Pakistanais sont volontiers présents dans les Midlands ex-industriels et eux-mêmes ex-industriels d’où certain type préférentiel de logement, auquel je n’ai rien compris. Auquel cas la chronologie de leur établissement est sans doute similaire à celle des Sikhs.
    http://www.mcb.org.uk/wp-content/uploads/2015/02/MCBCensusReport_2015.pdf
    Par rapport à la question de M. Dalrymple, c’est surtout sur l’emploi des femmes qu’on voit une différence entre sikhs (6.4 % à la maison) et musulmanes (17.8 % à la maison). Mais là il n’y a pas de décomposition géographique des données.

  26. pjolibert

    Mais de toute façon, je suis très critique envers la question elle-même.
    M. Dalrymple veut à tout prix piéger le 1er ministre en lui disant : « Car si, dans l’ensemble, certains groupes ne montent pas, cela provient davantage de leurs caractéristiques de groupe que du pays d’accueil. », qui quitte à concéder « plusieurs réussites individuelles ».
    Mais le 1er ministre se fout des réussites de groupe. « les gens peuvent partir de rien et monter aussi haut que leur talent le permet », c’est la promotion de la réussite individuelle en tant qu’individuelle, qui sait parfaitement que « réussir », c’est réussir mieux que, à commencer par mieux que son beau-frère (ce qui fait pleurer la sœur, en général) et donc mieux que les autres, avant tout du même groupe.
    Si on commence à comparer les groupes entre eux (comme s’ils avaient tous le même effectif, et une similarité de nature de départ (car que signifie exactement venus du Pendjab « avec rien » ?), et n’étaient pas divisés en castes) et en regardant la ligne d’arrivée de la richesse, comme si c’était un 100 mètres haies individuel, hé bien justement on confond groupes et individus, on juge la supposée performance d’un groupe selon les critères qu’on utiliserait pour des individus.

  27. QuadPater

    Commentaires de Jacques Cardoze en fin de la vidéo de Souris : la 2è chaîne emploie des commissaires politiques en guise de pigistes. C’est scandaleux.
    D’après ce que j’entends et lis, je comprends que Cameron lancerait une action importante contre les clandestins. Les charlies padamalgam (!!!) traduisent par « guerre déclarée contre les étrangers ». Simple malcomprenance chronique ou malveillance systématique de leur part ?

  28. Souris donc

    Malcomprenance ET malveillance, Quad. Ou encore une forme d’hypocrisie, qui consiste à s’imaginer qu’il est possible de concilier les « valeurs de la République » avec le communautarisme (euh, pardon, le multiculturalisme).

    Le rapport PISA 2013 de l’OCDE classe la France 13e/34 pour les élèves issus des milieux favorisés. Et 33e/34 pour ceux de milieux défavorisés. Avant-derniers !
    Ce qui signe l’échec de ces enfants, mais aussi de l’EdNaze. Or que fait-on ? On ethnicise l’enseignement. On introduit l’enseignement des langues maternelles jusque dans le moindre swahili, au lieu de renforcer l’apprentissage du français. Les Maghrébins et Africains vont s’engouffrer dedans pour avoir de bonnes notes et parce qu’on les y incite.
    Des classes ethniques ta mère où on regroupe les boulets racailleurs, et des classes souchiennes. Bravo l’apartheid.

    Quant aux spécialisations par groupe, elles ont toujours existé, le ramoneur savoyard, le bougnat du bois-charbon-limonade, le maçon italien, le marchand de journaux de Zarzis. Pourquoi pas, à condition ne pas être cantonné dans ces spécialisations, et de pouvoir réussir dans un domaine, peut-être estampillé souchien, mais qui résulte du choix individuel, de la vocation. Pas du déterminant socioculturel.
    Les filles y arrivent, enfin avant que la police religieuse ne les surveille.

  29. Yaakov Rotil

    Est-ce qu’au nom de deux ou trois verres de divin vin du Golan on me pardonnera un hors-sujet? Parce que je suis vraiment hors sujet, sur ce coup-là.
    Mais j’ai mes faiblesses, je ne suis pas toujours bien équilibré – rien à voir avec le nectar du Golan, lequel rend parfois gai (j’ai écrit « gai » sans « y »), mais jamais bourré.

    Ces préambules faits, il s’avère de moins en moins invraisemblable que le bébé arabe brûlé vif ne soit pas le fait de ces méchants sionistes…

    Des doutes émergent de tout ce tintouin médiatique. Voyez , ça vaut le coup!

  30. pjolibert

    Soyez pardonné, ça vaut le coup en effet.

  31. Souris donc

    Lydia Guirous, d’origine berbère, dans son Allah est grand, la République aussi, JC Lattès, 2014, consacre un chapitre à l’islamophobie et démasque les Observatoires, Ligues et autres Collectifs contre l’islamophobie.

    En fait, un moyen de pression sur l’Etat […], un nouvel espace politique et médiatique […] pour installer l’idée auprès des musulmans qu’ils seraient oppressés comme les noirs l’était aux Etats-Unis. Parvenir à émietter la République, à diviser la France en communautés…et le député des blancs oeuvrera pour les blancs, le député des arabes pour les arabes et le député des noirs pour les noirs.

    L’ivresse du pouvoir et de l’argent est tapie derrière le concept d’islamophobie.

    Qui a dit « : L’islamophobie est le cheval de Troie des Salafistes » ?
    sןןɐΛ ןǝnuɐW
    Et c’est le titre du chapitre, p. 175

    @ Rotil : Le chapitre précédent, L’Internationale des frustrés, est consacré au recyclage du « complot judéo-maçonnique » par Dieudonné-Soral. Qui fait un tabac dans les banlieues.

  32. Souris donc

    La farce des migrants est assez réjouissante quand on analyse les contorsions sémantiques des socialopes. Madame Hidalgo appliquée à complaire au vieux routier du DAL, le gauchiste Jean-Baptiste Eyraud, verbe haut sur tous les fronts. En même temps, rêvant de nettoyage ethnique dans sa capitale. L’autre montant les enchères dans la dialectique, conduisant les migrants dans les lycées et collèges, d’où ils récitent les doléances que les associatifs leur ont inculquées, « Pas assez confortable, le lycée offense leur dignité ». Hidalgo cherche un hébergement qui réponde aux standards exigés, tout en rêvant de se défausser vers les provinces où ils seraient à la charge des collectivités territoriales. Mais en prenant des gants de velours pour ne pas avoir l’air de brutaliser le Migrant Sacré.

  33. Finalement pas mal, ce Cameron., Il a mis du temps à me convaincre, mais on peut penser aujourd’hui que l’efficacité montrée dans la solution des difficultés économiques laisse augurer d’une personnalité capable d’améliorer, aussi sur les autres plans, la situation britannique.

  34. Yaakov Rotil

    On verra avec intérêt s’il organise le référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe…

  35. Il l’organisera probablement. Reste à espérer que cette sortie se fasse, ce qui est beaucoup moins probable.

  36. Pas si mal le discours de Cameron, surtout dans un pays où l’islam a pris ses aises, encore davantage qu’en France, puisque des avocats anglais se sont demandés si tôt ou tard la loi britannique ne devrait pas tenir compte de la charia !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :