François, pape des progressistes

pape2

François, pape des progressistes.

Les progressistes de l’Église en sont persuadés profondément depuis son élection: avec le Pape François ils ont enfin « leur » Pape, un Souverain Pontife en accord avec leurs aspirations à la modernité pour la Foi, un « pape en phase » pour reprendre les termes de Philippe Muray, bientôt en « rollers » évidemment « citoyens »….

Ils se basent sur les déclarations faisant suite au Synode sur la Famille ou à l’allocution précédant la traditionnelle bénédiction « Urbi et Orbi » à Pâques sans parler de ses phrases sur les migrants. Bien entendu, ils les interprètent à leur sauce, oubliant que le discours de miséricorde actuel est exactement le même que celui de Benoît XVI ou Jean-Paul II réputés « papes des réacs ». Il suffit de lire « le Sel de la Terre » de Ratzinger paru en 1997 chez Flammarion pour le comprendre aisément (voir à ce lien).

Bien que leur nombre s’amenuise chaque année, car subissant le lot commun ils vieillissent, ils ont encore une capacité de nuisance importante en Europe en général et en France en particulier car ils sont aux postes de responsabilités. Ils s’y accrochent comme les daphnies à leurs coquillages. On en trouve beaucoup par exemple à la Conférence des Évêques de France là où les places sont bonnes. Ils sont anciens ou actuels éditorialistes à « la Croix », « le Pélerin », « la Vie ». La communication catastrophique de cette Conférence sur les affaires graves de pédophilie secouant l’archidiocèse de Lyon peut leur être directement imputée. Leur vieillesse est un naufrage et ce naufrage est celui du catholicisme français depuis une vingtaine d’années….

…Ils ne sont plus très nombreux car leurs enfants et petits-enfants ont arrêté de mettre les pieds à la messe dominicale depuis belle lurette, leurs géniteurs les assurant que de toutes façons cela ne servait pas à grand-chose pour vivre sa foi réduite à une sorte d’hygiène de vie intérieure « a minima ». Les mêmes continuent cependant de promouvoir aveuglément une foi sociologisante, un discours mièvre d’animateur social de MJC de banlieue qui ne repose plus ni sur l’Évangile ni même sur la doctrine sociale de l’Église dont pourtant ils se réclament à tort: comme elle comporte le mot « social » ils sont convaincus que cette doctrine promeut des convictions de gauche -sociétale- comme les leurs et s’arrêtent là, n’approfondissent pas et surtout ne lisent pas ce qu’il y a dedans.

Par foi sociologisante, j’entends un discours « citoyen » à la petite semaine. Etre très gentil avec le voisin, dire bonjour et s’il vous plaît à la dame, acheter « équitable », être éco-responsables etc…

 Les enfants de ce progressisme ne croient plus vraiment en Dieu de toutes façons. Il n’y a guère qu’au moment du décès d’un proche qu’ils se hasardent à demander une petite bénédiction, pas trop longue, en loucedé, car au fond « on ne sait jamais » quant à ce qui suit la mort. Au mieux, ils seront des « cathos de service » dans leur milieu professionnel ou scolaire, de ceux que l’on peut admonester sans risques sur tous les « crimes » de l’Église au cours des siècles, eux tendront toujours la joue gauche n’étant pas adeptes des « droites évangéliques ».

Au fond, comme beaucoup de catholiques, ils pensent que donner des garanties de bonne conduite, de pensée correcte, aux tenants de la « doxa » officielle empêchera de les cataloguer parmi les réacs de « Civitas » ou de « la Manif pour tous », ou des traditionalistes. Ils n’ont pas encore saisi que quoi qu’il arrive ils sont déjà dans le même sac que ces chrétiens pensant en dehors des clous, des séides du cléricalisme qui ainsi que j’ai pu le lire dans un ouvrage sur la morale laïque demeurent un risque immense pour la démocratie. Ils sont amalgamés dans le même livre et sans trop de scrupules méthodologiques aux « créationnistes » américains pourtant protestants mais passons…

Il faut toujours se rappeler que le pape François est un ancien jésuite, qu’il sait comment amener son auditoire à réfléchir sur tel ou tel sujet sans forcément le brusquer. Il se situe dans la droite ligne de ses prédécesseurs. Peut-être sait-il mieux communiquer. C’est d’ailleurs le reproche qu’on peut lui faire, être un peu trop souvent dans des « coups de com » trop bien organisés et manquant de spiritualité solide.

12 Commentaires

  1. un discours mièvre d’animateur social de MJC de banlieue

    Oui.
    Il faut dire que toujours l’Eglise a suivi l’air du temps et il n’est donc pas anormal qu’il en soit différemment aujourd’hui.
    Mais ce Pape se mêle, avec cette histoire de migrants, de choses qui à mon avis ne le regardent pas : ce sont bien aux états concernés de gérer au mieux de leurs intérêts, de dire ce qu’ils veulent et ce qu’ils peuvent, pas à l’Eglise.

  2. de gérer cette crise au mieux…

  3. Je n’ai pas trouvé, pour l’instant, selon quels critères ont été choisis les 12 migrants emmenés par le pape au Vatican. Ce serait intéressant de le savoir.

  4. QuadPater

    Impat : j’ai entendu sur iTélé qu’ils ont été officiellement tirés au sort parmi les humains ayant besoin d’être sauvés

  5. Merci Quad. C’était à mon avis le seul processus intelligent. Je me réjouis qu’il ait été adopté.

  6. « foi sociologisante« .
    Je dirai « foi socialo-gisante » ! Une foi qui n’en est plus une, la mort spirituelle tout simplement, précédant une mort physique sans espérance en l’au-delà.
    Si on remplace l’Evangile par l’humanisme, les « principes religieux » sans Dieu, il ne faut pas s’attendre à des résultats positifs.
    « Ils ont l’apparence de la piété, mais renient ce qui en fait la force » disait Saint Paul en 2 Timothée 3:5.
    Il n’est pas étonnant alors que beaucoup d’églises se vident. Les gens qui sont en recherche de Dieu se tournent vers des Eglises vivantes, animées par des hommes de foi et qui la vivent au quotidien. D’autres se tournent hélas vers l’islam, pensant y trouver ce que des Eglises mortes ne peuvent plus leur offrir : une vraie relation avec Dieu. On voit le résultat…

  7. Patrick,…  »pas étonnant alors que beaucoup d’églises se vident. Les gens qui sont en recherche de Dieu se tournent vers des Eglises vivantes, animées par des hommes de foi et qui la vivent au quotidien »…
    Je partage ce constat. Je crois que la dérive en ce sens de l’Église a commencé dans les années 60 avec l’instauration des  »prêtres ouvriers » qui mélangeait Dieu et César.
    Il me souvient que dans ces années-là mon père, très laïc, nous prédisait que l’Église allait  »déchristianiser » la France. Il ne s’en réjouissait pas.

  8. « On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure » Bernanos

  9. Amaury, heureusement une conspiration conspire, elle ne gagne pas toujours.

  10. Pour le moment elle a gagné

  11. lisa

    Les enfants et petits enfants des progressistes désertent, les enfants et petits enfants des non progressistes remplissent des églises, des sessions, des manifs…
    Je viens de voir un reportage sur Eugénie Bastié, par Canal+, même eux n’arrivent pas à masquer sa jeunesse et son intelligence qui remontent le moral.

    Les progressistes c’est aussi « témoignage chrétien » ? ils sont à 6000 abonnés.

  12. grandgil

    Oui, il y a un retour de bâton dans l’autre sens mais il est encore un peu timoré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :