La liberté de circulation dans l’espace public

A la suite de la mésaventure arrivée à A.Finkielkraut je me pose la question de la privatisation de plus en plus répandue de cet espace en France. Il y a bien sûr les banlieues mais aussi certains quartiers parisiens comme celui dont il est question dans cet article de Marianne ( à ce propos quelqu’un aurait-il la possibilité de nous en communiquer la totalité  ? ). Je suis allée passer deux jours près d’Avignon : dans les petites villes environnantes même les centres villes ont changé d’aspect et , en tant que femme, on hésite à s’y aventurer. Que faire ? Il ne s’agit pas là, pour revenir à une conversation que j’ai eue avec Quad, de faire intervenir une force policière. La police peut pénétrer de force dans un quartier mais personne ne peut interdire à des hommes de se réunir à cinquante ou soixante devant un café. On ne peut pas non plus interdire les regards réprobateurs ou concupiscents….  Cette privatisation de l’espace est donc plus insidieuse et la solution à ce problème ne se résume pas seulement à une application plus rigoureuse de la loi.

http://www.marianne.net/entre-bobos-barbus-rue-jean-pierre-timbaud-enclave-salafiste-au-coeur-paris-100242314.html

 

47 Commentaires

  1. Je lis pour la première fois que ce problème existe dans de petites villes, éloignées des capitales nationale ou régionales. Est-ce généralisé à toutes les provinces ? Les témoignages seraient les bienvenus.

  2. QuadPater

    Impat de nombreuses bourgades des départements du sud et du sud est de la France ont vu se transformer le « paysage humain » de leur centre ville historique.
    J’ai assisté à la transformation de la vieille ville de Grasse. En 73 le maire utilise des lances à incendie pour empêcher une manif de clandestins maghrébins d’entrer dans la mairie.
    Le maire déclare que les arabes se comportent comme en terrain conquis et que cette invasion est pénible.
    En 73.
    Des voix de commerçants ou d’habitants de la vieille-ville s’élèvent pour se plaindre des regards concupiscents, paroles et gestes déplacés et autres invasion des terrasses de café.
    Racisme ?
    C’était en 73.
    Il y a 5 ou 6 ans mon fils a travaillé dans un resto de la vieille ville durant quelques mois. C’est un costaud qui ne craint pas les réflexions lubriques.
    Un antiraciste aussi. Pourtant il a dû admettre qu’il prenait des risques en sortant tard de son travail, et il a dit qu’il aurait déconseillé à sa compagne ou à ses soeurs de prendre les mêmes rues aux mêmes heures.
    À l’époque plus aucun européen n’habitait le centre historique de Grasse. C’est fou quand même !
    L’invasion maghrébine, puis les changements dans l’ambiance, les vêtements, les moeurs… tout cela n’est pas récent dans les petites villes du sud est. Alpes Maritimes Var Bouches du Rhône même phénomène partout. Allez voir Tourrettes Brignoles Fréjus, même taux d’arabisation dans les centres ville que dans des quartiers d’Aix ou Marseille.

  3. QuadPater

    Quant aux problèmes de sécurité cela fait longtemps que je me pose la question que vous soulevez, Guenièvre.
    Prenons l’exemple des femmes. Il est certain que vous bénéficiez d’un ensemble de libertés depuis des périodes plutôt récentes.
    Il est certain également que vous ne pouvez jouir pleinement de ces libertés que dans un environnement humain qui les a admises et intériorisées.
    Je reformule. Votre droit à ne pas subir de regards salaces est respecté lors d’un dîner avec des Antidoxiens, alors qu’il est foulé aux pieds quand vous achetez un kebab.
    « Que faire ? »
    Bonne question. J’en sais rien. Mettre un flic devant le kebab. Vous interdire d’acheter seule des kebabs. Cesser d’importer des vendeurs de kebabs.
    J’en sais rien.

  4. Guenièvre

    Impat, le FN a fait un tabac dans tout le Vaucluse, il a emporté la mairie du Pontet et a failli remporter celle de Sorgues. On sait pourquoi quand on se promène dans ces villes.
    Il y a eu dernièrement, dans Paris Match un article controversé sur un quartier d’Avignon appelé le quartier de La reine Jeanne  » la cité des salafistes « . Je dis « controversé » parce que la mairie avait protesté en disant que tout ce qui était décrit là était faux. J’ai des amis qui sont de la région. Pour eux c’est la stricte vérité. Ces amis ont un gendre d’origine marocaine. Lui-même a voulu quitter le Pontet et a changé de mosquée parce qu’il n’apprécie pas les prêches des salafistes..
    http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Avignon-Reine-Jeanne-la-cite-des-salafistes-903833

  5. QuadPater

    Un article sur l’islamisation de quartiers d’Avignon. Scandaleux, tout le monde s’en inquiète.
    Mais qu’y faire ?
    On ne sait pas
    La video en caméra cachée d’une etudiante marchant dans les rues de Bruxelles avait montré l’intensité du harcèlement.
    L’indignation est naturelle et générale. .
    Mais au delà ?
    Rien.

  6. …  »Mais au delà ? Rien. »…
    Un exemple de chose à faire, peut-être, dans ces villes.
    En accord avec le maire (s’il n’y est pas opposé) organiser des sorties d’une vingtaine de jeunes gens, filles et garçons, qui s’attablent bruyamment au café dans ces quartiers occupés, sous protection éloignée d’une police municipale ou privée. L’objectif étant de réhabituer le voisinage, et la presse, à un mode de vie locale occidental.
    ??

  7. Guenièvre

    C’est une très bonne idée Impat ! D’ailleurs j’y avais pensé 🙂 !
    Voila le genre d’action qui, si elle était régulièrement répétée, permettrait de réaffirmer notre conception occidentale de la mixité. Encore faut-il que cela ne soit pas considéré comme « une provocation » par nos édiles qui flattent les intégristes dans le sens du poil afin de recueillir leurs voix . Encore faut-il que cela ne soit pas vu par les bien-pensants comme une forme de racisme. Bref, ceux que l’on pourrait appeler les idiots utiles de l’islamisme ont une énorme responsabilité dans la situation qui est la nôtre.

  8. Guenièvre

    @ Quad,
    « L’indignation est naturelle et générale. .
    Mais au delà ?
    Rien. »

    Je vois quand même une petite évolution. L’indignation n’était pas si générale que cela il y a encore peu. L’épisode des viols de Cologne a été un tournant. Même dans les colonnes du « Monde  » une universitaire peu s’indigner….
    Voilà ce qu’écrivait C.Habib le 30 janvier 2016. Elle est professeur à l’université de Paris III et maître de conférences à l’université Lille III. Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Esprit.

    « Habituées de plus longue date que les Allemandes au contact des Maghrébins, les Françaises ont appris à faire profil bas, notamment à troquer la jupe contre le pantalon quand elles doivent traverser des espaces où les musulmans sont majoritaires. Les territoires perdus de la République furent d’abord des territoires perdus pour les femmes, tout un réseau de rues et de places non mixtes, même de jour, et des cafés dont nulle cliente n’ose jamais pousser la porte. Ceux qui découvrent avec  » stupeur  » le déchaînement des attouchements et des viols qui a marqué la nuit de la Saint-Sylvestre auraient pu se demander comment, en France, des espaces s’étaient progressivement vidés de celles qui auparavant y vivaient librement. La réponse est simple : par le même cocktail d’intimidation et de harcèlement, mais peu à peu, à bas bruit, et surtout sans qu’on le signale. Car c’est le contraire qui captait l’attention.
    Quand des jeunes des cités se voyaient interdire l’entrée en boîte de nuit, la presse a toujours accusé la stigmatisation de la jeunesse : on ne s’est guère interrogé sur les raisons qui poussaient les tenanciers à se priver d’une clientèle. La consigne de ne pas désespérer Billancourt fut relayée par celle de ne pas offenser le 9-3. Les femmes y ont perdu de leur liberté de mouvement et de leur assurance, dans l’indifférence générale. L’enfer de ce renfermement fut pavé de bonnes intentions. »

  9. Guenièvre

    Et pour aller encore dans le sens de la solution que préconise Impat. Voilà ce qu’elle ajoute :

    « Il faut souligner la faible présence de réfugiés syriens parmi les interpellés. Ceux qui ont connu la Syrie avant la guerre savent qu’on y voyait des femmes non voilées et des filles en minijupes, c’est-à-dire des chrétiennes. Les populations savaient cohabiter.
    Pour les jeunes fraîchement arrivés du Maghreb, cette cœxistence est inconnue, et il n’y a pas besoin de concertation pour profiter d’une si extraordinaire aubaine : des jeunes femmes, de nuit, sans défense. Pour la plupart des musulmans du Pakistan ou du Maghreb, une femme dehors de nuit est une prostituée. Une femme maquillée est une provocation sexuelle. Une femme non voilée se désigne comme proie. »

    « Les populations peuvent cohabiter ». A conditions de les y habituer très tôt. Mais nous, nous avons laissé faire !!

  10. QuadPater

    Il aurait fallu touiller la soupe au fur et à mesure qu’on y ajoutait des Maghrébins, pour éviter la formation de grumeaux.
    Cela n’a pas été fait ; aujourd’hui recréer dans les banlieues la diversité ethnique qui aurait permis la dilution puis l’assimilation des Arabes est impossible. Des dizaines de milliers de déménagements seraient nécessaires.
    Les seules actions possibles sont du type impatien : « la mixité joyeuse investit les terrasses » dont le principe, ne nous y trompons pas, se rapproche de celui de l’apéro saucisson pinard.

  11. QuadPater

    Pardon je voulais dire guenievro-impatien.

  12. Quad,  »l’apéro saucisson pinard. »
    Pourquoi pas si le vin est bon et le saucisson sec, et non aïe aïe aïe.

  13. Vous rendez-vous compte que nous en sommes à imaginer une solution guenièvro-impatienne analogue à la technique de chasse au tigre indienne consistant à attacher une chèvre à un piquet ?
    C’est dire à quel point de rage impuissante nous sommes parvenus. Ce qui laisse présager, à brève ou moyenne échéance, des violences incontrôlables. La manière corse devrait d’ores et déjà faire des émules.

  14. Guenièvre

    @ dov kravi,

    Pas une chèvre, kravi, des dizaines de chèvres et …pas attachées du tout. Vous n’imaginez pas comme c’est difficile à contrôler un troupeau de chèvres ! 🙂
    Sans rire j’ai peur que vous n’ayez raison : des violences en perspective ou alors une société complètement ghettoïsée .

  15. oypsilantis

    Guenièvre.
    Votre courrier du 24/4, 10.50. Concernant la Syrie et ce lent basculement. J’ai recueilli les témoignages d’un couple d’amis, des archéologues espagnols qui avant la guerre ont effectué de nombreuses campagnes de fouilles en Syrie, non loin de la frontière turque, vers l’ouest. Ils m’ont décrit leurs rapports avec les Syriens (à commencer par les ouvriers) et les Syriennes et ce qu’ils sont peu à peu devenus : distanciation progressive, femmes aux vêtements libres peu à peu entorchonnées, etc. La douce et lente pénétration des capitaux saoudiens avec notamment la construction de mosquées contrôlées par leurs prêcheurs. Mais les Saoudiens sont nos amis, n’est-ce pas ? Le Pakistan est lui aussi doucement et lentement pénétré par ces mêmes capitaux. Mais les Pakistanais sont nos amis n’est-ce pas ?

  16. Il est vrai que les femmes musulmanes ont connu des temps bien meilleurs: il y avait un embryon de mouvement féministe en Egypte à la fin du 19 ème siècle. Jusqu’à il y a 30 ou 40 ans, dans la plupart des pays musulmans, les femmes s’habillaient l’occidentale, elles étaient autant diplômées que leurs consœurs européennes, commençaient à travailler…
    Tout cela ne concernait que la bourgeoisie urbaine mais on pouvais espérer…

    Pourtant, en parallèle, on voit apparaître des signes d’exclusion dès la fin du 19 ème siècle: massacres en masse et expulsions des non-musulmans (chrétiens maronites, Arméniens, Juifs). Pourquoi établir un lien entre les droits des minorités et les droit des femmes? Parce que lorsque les sociétés sont malades, elles accusent toujours les minorités et les femmes, c’est à dire ceux qui viennent d’être émancipés par un pouvoir qui le regrette déjà.

  17. oypsilantis

    Hannah. Vous avez raison, Nasser l’ennemi fut aussi un homme qui chercha à émanciper les femmes de son pays. Mais cet homme a été lâché par les USA (et je ne suis en rien un anti-américain frénétique) qui ont préféré (et ils ne sont pas les seuls) soutenir les Saoudiens dont ils dépendaient dramatiquement à l’époque. Il ne s’agit pas de refaire l’histoire et de s’ériger en petit juge, mais il est certain que nous allons payer cet appui aux Saoudiens. Le divorce semble prononcé entre les USA et cette engeance ; il n’empêche que ce cancer a lancé tant de métastases du Pakistan à la Bretagne, et plus encore, que je ne sais quel traitement prescrire. Et je pourrais en venir à notre giton et souteneur, le Qatar, suppôt des Frères musulmans. Les métastases prolifèrent aussi de ce côté…

  18. lisa

    J’ai habité la rue JP TImbaud il y a plus de 20 ans. Cen’est pas loin des quartiers où on été commis les attentats.
    A l’époque mon souvenir du point de vue religion exotique, c’était un temple protestant non loin….
    Maintenant je fuis cette rue car je ne veux pas voir ce qu’elle est devenue.

  19. QuadPater

    Des chèvres libres qui courent partout et attirent le tigre dans un piège c’est de la non violence, une méthode de combat respectable.

  20. Et si on les attaque elles en parleront sur leurs faces de bouc.

  21. A propos d’Arabie et du Quatar, concernant les réfugiés :

  22. QuadPater

    À tous : certains lecteurs dont je suis manquent de temps pour lire les articles et regarder les vidéos conseillés par les intervenants.

    Par consequent lorsque vous postez un lien, pensez à résumer en quelques mots ce qu’on va trouver en cliquant dessus.

    Merci !

    QP.

  23. Quad: très judicieux conseil ! Un petit texte sans lien vaut mieux qu’un gros lien sans texte..

  24. Guenièvre

    @ oypsilantis, Hannah,
    Je me souviens aussi de photos de Téhéran et de Kaboul, dans les années 60 où l’on voyait des femmes en minijupes côtoyant des femmes voilées…
    Je me souviens que Bourguiba en Tunisie avait interdit le voile…
    C’est très juste ce que vous dites Hannah : « lorsque les sociétés sont malades, elles accusent toujours les minorités et les femmes, c’est à dire ceux qui viennent d’être émancipés par un pouvoir qui le regrette déjà. »

  25. Concernant mon 24 avril 2016 à 18:34,
    La vidéo dure 7 minutes. Cet homme est un chrétien marocain issu de l’islam et il interpelle vigoureusement l’Arabie Saoudite et le Quatar qui n’accueillent aucun de leurs frères musulmans. Selon lui, ce qui compte pour eux, c’est le dogme, mais la misère humaine leur est complètement indifférente. Il les fustige en disant que l’Europe « mécréante » les accueille alors que les pays arabes « croyants » sont complètement indifférents à leur sort.

  26. Guenièvre

    Merci Patrick !

  27. oypsilantis

    Patrick. J’ai visionné votre vidéo hier soir. Elle est impeccable. Ce que dit cet homme rejoint ce que je pense depuis longtemps.
    Guenièvre. Je vous dirai quelque chose sur l’Iran, une impression de voyageur.

  28. Patrick, une précision qui m’est propre à propos de mon « très judicieux conseil ! Un petit texte sans lien vaut mieux qu’un gros lien sans texte..  » écrit ce matin à 8h26.
    Je ressens, chaque jour davantage, une réticence à la lecture des images, fixes ou mobiles, TV ou autres DVD…. Je trouve, et je crois, que les images mentent plus facilement que les textes. Ou que lorsqu’une image ment, on s’en aperçoit moins facilement que lorsqu’un texte ment. La conclusion que j’en tire est de ne jamais croire les images.
    Cette idée est née dans ma tête à la fin des années 80, avec l’affaire de Timisoara.

  29. lisa

    Patrick, à moins que cela les arrange d’islamiser encore plus l’Europe ?

  30. Nonette

    Saint -Denis et sa basilique …les rois de France doivent se retourner dans leur tombeau ..une ville sale,papiers et canettes dans le caniveau,femmes voilées ,hommes en saroual ,magasins halal et vente de kebab ,magasins fermés le jour ,pendant le Ramadan ….
    Il faut avoir connu Saint Denis petite ville de banlieue ,vivante et cultivée (un beau théâtre Gérard Philippe) dans les années 1960-1970 pour se rendre compte qu’un véritable transfert de populations s’est opéré en moins d’un demi siècle ..consternant !

  31. Lisa,
    Cela les arrange sans doute.
    Mais force est de constater qu’on nous culpabilise facilement et que nous nous laissons relativement culpabiliser en raison de notre éducation chrétienne ou judéo-chrétienne. Les musulmans n’ont pas tant de scrupules : il faut imposer l’islam, quelles qu’en soient les conséquences pour les populations. L’humain ne compte pas, c’est le dogme qui prime, même si la vie ici-bas doit être un enfer.
    Jésus a toujours manifesté de la compassion pour l’humain. Et le fait qu’il ait dit « le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat » en constitue une bonne preuve.
    Par ailleurs, il a fustigé les chefs religieux de son époque qui imposaient des charges lourdes aux gens, mais manquaient singulièrement de compassion envers eux. A Jésus qui vient de guérir un malade, ils disent : « Il ne t’est pas permis de guérir un jour de sabbat« .

  32. Impat, en effet, je me souviens très bien de cette affaire de Timisoara.
    Dans la vidéo de mon 24 avril 2016 à 18:34, il s’agit simplement d’un discours, pas d’images-chocs.

  33. oypsilantis

    Guenièvre,
    Je pensais développer sur l’Iran, mais trop long ici et je risque fort le hors-sujet, ma spécialité 🙂 Des intervenants ont fait allusion à Timisoara. C’est aussi à partir de cet événement que j’ai regardé les médias avec suspicion. J’ai beaucoup circulé dans la Roumanie de Ceaucescu, seul, en sac à dos (chose très rare à l’époque mais nullement héroïque). Des indices m’avaient alerté sur une certaine propension roumaine aux histoires. Par exemple : des histoires de transfusions sanguines destinées à rajeunir le Conducator m’avaient été rapportées par plusieurs Roumains (dont un universitaire) et sur un ton qui n’admettait pas la réplique. Il n’empêche, je me suis laissé prendre avec Timisoara. Des heures passées à faire des colis en l’église de la rue Jean de Beauvais, des chèques solidaires et conséquents qui tombèrent entre de mauvaises mains, etc. Je suis retourné en Roumanie quinze jours après l’exécution du Conducator. Les rumeurs allaient bon train mais on avait plutôt les mains dans les poches que le doigt sur la gâchette. Concernant Timisoara, ces images télévisées avec cadavres exhumés, n’avez-vous pas été intriguée par un détail ? Votre réponse est importante.

  34. oypsilantis , pour ma part je me rappelle mal des détails (c’était il y a 27 ans…) mais c’est votre question qui m’intrigue. Quel détail ?
    Les bébés morts sur le ventre de leur mère morte (ce qui n’est pas vraiment un détail) ?

  35. oypsilantis

    Impat

    Les bébés ! Exactement ! Plus précisément un bébé prétendument exhumé dans un square de la ville (j’y avais passé une nuit et j’en connaissais chaque détail), prétendument massacré avec d’autres. Mais ce bébé (un nouveau-né vraiment) avait quelque chose de particulier et je pense que vous aussi vous en souviendrez…

    Lorsque je dis « détail », c’est par rapport à l’ampleur des « massacres » rapportés par les médias européens. Souvenez-vous, quasiment un million de morts, le lendemain « quelques » centaines de milliers, puis quelques milliers pour en arriver à la vérité, quelques centaines. Les supermarchés étaient pris d’assaut par des âmes généreuses qui remplissaient leurs poussettes pour la Roumanie.

    Ce bébé portait une marque qui m’a fait comprendre qu’on nous mentait… ce qui ne m’a pas empêché d’être pris dans l’élan général.

  36. Une marque ? Je sèche…

  37. Guenièvre

    @ oypsilantis,

    Peut-être pouvez-vous nous faire le développement sur l’Iran en  » brève ». Je suis très intéressée par ce pays et par son évolution. La société civile iranienne me semble bien plus avide de modernité que celle des pays arabes.
    Vous m’intriguez avec Timisoara. Comme Impat je me souviens des bébés morts sur le ventre de leur mère et aussi je me souviens d’avoir trouvé assez étrange que certains cadavres comportent des cicatrices bizarrement recousues. Mais je n’ai pas pensé une seconde à remettre en cause ce que disaient les médias. C’est sûr que ça a été une grande leçon !

  38. oypsilantis

    Guenièvre ! Exactement. Il y a tant de différence d’une mémoire à une autre que c’en est désespérant. Mais nous y sommes. Nos mémoires commencent à coller les unes aux autres. L’enfant (un garçon, une fille ? je ne sais plus) portait une cicatrice qui allait du sexe à la base du cou, une marque d’autopsie donc, plutôt propre. Et aucune trace d’impact de balle ou de coup. Cet enfant complaisamment et atrocement offert aux caméras avait été ramassé à la morgue d’un hôpital proche (je l’ai supposé et les événements m’ont donné raison). Ce « détail » m’a fait comprendre qu’on nous mentait. Il m’a fait remonter à la mémoire des conversations ahurissantes avec des Roumains — on parlait alors encore beaucoup le français dans la Roumanie des années 1980.

  39. Guenièvre

    Oui, différences d’une mémoire à l’autre car si je me souviens de cicatrices qui m’avaient intriguées ( j’aurais dit plusieurs ) je ne me rappelle pas du tout que c’était le bébé qui portait une cicatrice…

  40. oypsilantis

    Guenièvre, l’Iran, beaucoup de choses à dire, mais pas très catholiques ou plutôt pas très orthodoxes…

  41. oypsilantis

    Genièvre, pour répondre à votre demande, je vous enverrai dans les jours qui viennent quelques impressions de voyageur sur l’Iran, des détails…

  42. Guenièvre

    Kaboul, 1972

  43. oypsilantis

    Guenièvre. Désolé de ne pas vous avoir répondu. L’Iran est un sujet si vaste… Un point parmi tant d’autres : l’histoire du voile (en Iran) n’est qu’une stupidité activée par des médias couchés aux pieds des Arabo-musulmans. Je puis dire en simple voyageur que les femmes iraniennes ont un autre aspect que les sacs poubelles ambulants que favorise la « fine fleur » du monde arabe, chez lui et chez nous.

  44. En voici une autre :

    Jeunesse – « Beyrouth centre-ville » (1965), par Raymond Depardon. Dix ans avant la guerre civile, on joue à la dolce vita… © Raymond Depardon/ Magnum Photos

  45. oypsilantis

    Ces images en lien correspondent à ce que j’ai pu voir à Téhéran, Ispahan et autres villes d’Iran. Toute cette polémique au sujet du voile islamique en Iran (hôtesses d’Air France et autres stupidités) est d’abord destinée à faire oublier au bon peuple de France que les sacs poubelles ambulants inspirés de l’Arabie saoudite envahissent peu à peu le paysage, et qu’un pays nommé la France s’est abaissé à voter en faveur d’une certaine résolution du Conseil exécutif de l’UNESCO (mais je n’insisterai pas). Les images ci-jointes figurent dans un site officiel, je les poste parce que des femmes habillées dans ce genre, il y en a des milliers et des milliers dans les rues d’Iran. Que le régime des ayatollah ne soit pas mon ami ne m’empêche pas de rapporter ce que j’ai vu :
    http://www.irantravelingcenter.com/women_iran_picture_fashion/

  46. Guenièvre

    @ Oypsilantis,
    Je vous crois volontiers. J’ai vu plusieurs films du cinéma iranien que j’aime beaucoup. Ce qu’on y voit de la société iranienne est infiniment plus moderne que ce qui se passe en Arabie Saoudite. Le régime va être obligé ( il l’est déjà ? ) d’en tenir compte :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :