Brèv’xit ?

Brèv'xit-j (2)

De deux choses l’une, disait ma grand-mère pour me laisser le choix entre la punition et l’accomplissement de mes devoirs.

De deux choses l’une: ou la Grande Bretagne reste dans l’Union, ou elle en sort.

Dans les deux cas la décision revêtira une importance certaine. Pour les Anglais, certes, mais c’est leur problème.

Pour l’Union Européenne aussi,  »of course », parce que la Grande Bretagne n’étant pas un État négligeable, ce mouvement d’un gros morceau vers l’extérieur ne pourrait que créer une vague de gros temps entre les deux rives de La Manche.

Et surtout parce que l’opération fera suite à un référendum. C’est dire que la décision sera pesée, soupesée, commentée……..avec toutes les conséquences qu’il est facile d’imaginer en ce qui concerne l’état d’esprit des Européens. Or il peut se produire un effet majeur dans les têtes européennes. Un effet, différent selon le résultat, majeur à tout coup.

Si la rupture l’emporte, par un vote  »out », les Européens seront en un premier temps assommés, renversés par la vague. Mais ceux qui réfléchissent d’abord, puis les autres, comprendront vite que l’Union se trouvera délestée du boulet qu’elle traîne depuis que le Royaume Uni avait réussi à intégrer la Communauté Économique Européenne pour … en limiter la portée, sinon la détruire. Délestée d’un boulet, la CEE devenue entre temps l’Union Européenne verra s’ouvrir les portes d’une intégration politique plus resserrée. À la grande joie de tous ceux qui aspirent à une Europe forte.

Si à l’inverse les Britanniques maintiennent leur appartenance à l’Union (vote  »in »), les plus chauds partisans de l’Europe unie seront certes déçus. Mais la déception sera très vite occultée, effacée par une impression que de nombreux médias, surtout économiques, ne manqueront pas de répandre dans les esprits: si la Grande Bretagne, tellement  »à cheval » sur ses intérêts économique, décide de rester dans l’Union, c’est à n’en pas douter qu’elle y trouve son intérêt. Donc, au diable tous les prophètes de malheur, peu nombreux mais à la voix impétueuse, qui ne cessent, sur le continent, de proclamer que « l’Europe ne sert à rien », voire qu’elle nuit à la richesse et à l’emploi des Français. Ah bon, l’Europe est une nuisance mais les Anglais choisissent d’y rester ! Voilà qui fera réfléchir dans les chaumières…

Ainsi, après l’énorme l’agitation qui s’est emparée des Îles britanniques et fut quasi ignorée à l’Est de La Manche, il se pourrait bien que le résultat pour l’Union oscillât entre gagnant… et gagnant.

52 Commentaires

  1. Réflexion annexe: si l’Union est probablement gagnante dans les deux cas, on peut penser que le Royaume Uni, lui, risque un  »perdant-perdant ».
    En cas de Brexit il perd des marchés, et surtout il ne joue plus son rôle de porte d’entrée des États-Unis en Europe.
    En cas de maintien il reconnaît officiellement l’intérêt pour lui d’appartenir à l’Union, et il s’affaiblit en perdant son argument permanent de chantage au départ.

  2. Yaakov Rotil

    Bon sang mais c’est bien sûr !

    L’Europe, gagnante de toutes façon ?

    Elle préfère mourir comment, l’Europe? Avec la Grande-Bretagne, ou sans la Grande-Bretagne ?

    Parce qu’elle est mourante…

  3. Yaakov Rotil

    Et puis, Cher Impat, quand je vois comment elle se comporte, votre Europe, ben qu’elle meurt ne m’attriste pas particulièrement… Je ne regretterai qu’une chose, c’est qu’elle ne soit pas morte de honte… https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/05/29/lere-de-la-calomnie/

  4. Oui, oui, Yaakov, on connaît la méthode: proclamer qu’un organisme est mourant afin de tenter désespérément de le faire mourir. Toutefois vous devriez vous méfier, cette méthode peut s’avérer efficace quand elle est menée de l’intérieur. Mais actionnée de l’extérieur, d’un  »corps étranger », elle peut avoir l’effet inverse.

  5. Yaakov Rotil

    Impat, je ne cherche à faire mourir personne… Je vois ce qui se passe, je dis ce que je perçois. Rien de plus.

  6. Yaakov Rotil

    Et puis je vais vous faire une confidence… J’ai longtemps été euro-enthousiaste. Et puis j’ai vu, petit-à-petit, ce qu’il en était vraiment.

    Mais si vous avez des arguments factuels pour m’expliquer que l’Europe se porte – et se comporte – très bien, je les lirai avec intérêt.

  7. …  »une confidence… J’ai longtemps été euro-enthousiaste »…
    Inutile de vous excuser, Yaakov. On a le droit d’aimer ou de détester ce qu’on veut, et même de retourner sa veste !
    Pour les  »arguments factuels », renseignez-vous un peu, ils courent les rues. Les arguments opposés aussi, naturellement: c’est la réflexion, le cœur, et un peu de  »vista », qui permettent d’aboutir au choix.
    Vous devriez lire Antidoxe. 🙂

  8. Yaakov Rotil

    Impat,

    Je trouve plutôt désagréable d’apprendre que changer d’avis devienne pour vous « retourner sa veste ».

    Ce n’est pas la première fois que vous bottez en touche ou, simplement, ne répondez pas. Vous évoquez des arguments factuels qui « courent les rues », c’est amusant quand on voit l’organisation par le couple Hollande – Merkel d’un jogging sur les tombes de gens qui sont morts à Verdun, dont certains de mes proches parents, médaillés post mortem.

    C’est cette Europe-là qui me dégoute.

    Ne me dites pas que c’est Hollande, car Sarkozy ne s’est pas privé, en son temps, d’inviter successivement Bachar El-Assad et le colonel Khadafi, Chirac était le grand pote de Yasser Arafat tandis que la maire de Paris a donné la médaille de la ville à un autre, le sieur Abbas / Mazen…

    Votre « vous devriez lire antidoxe » m’a fait sourire. J’ai quand même participé à son lancement, comme vous ne pouvez l’ignorer… Je ne suis pas le seul à m’en être un peu distancé – allez savoir pourquoi ?

    Bien à vous.

  9. Patrick

    Si les Britanniques veulent quitter l’Europe, qu’ils s’en aillent et que grand bien cela leur fasse. Au moins ils ne seront plus un cheval de Troie au profit des USA.
    Je rejoins Yaakov lorsqu’il dit que « Cette Europe-là » le dégoûte. Moi aussi elle me dégoûte. Je n’ai jamais aimé Hollande qui notre honte nationale et qui fait de la France la risée du monde. J’avais une certaine estime pour Merkel, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Car quand on accueille un million de migrants en une année, sans discernement aucun, avec des islamistes dans le lot, on fait preuve d’irresponsabilité. J’attendais mieux de la chancelière.
    Et quand je vois que nos guignols qui nous servent de gouvernement signent n’importe quoi pour faire plaisir aux musulmans et en l’occurrence aux « Palestiniens » et contre Israël, cela ne fait qu’augmenter mon dégoût.
    Malheureusement il n’y a aucune perspective d’amélioration en vue : la droite est inaudible et insipide. Elle s’est largement gauchisée. Sarkozy, on l’a vu à l’oeuvre, Juppé l’islamophile bordelais ne m’inspire aucune confiance et entre eux ils se comportent comme des crabes dans un panier.
    Reste le FN qui engrange de plus en plus de voix, mais pour qui je n’ai pas de sympathie non plus.
    Nos politiques sont en train de nous préparer l’enfer sur terre. Mais eux seront bien à l’abri, pensent-ils sans doute.

  10. Patrick, ce que vous dites est en grande partie justifié, mais n’est en rien lié à l’opération de construction européenne, Qui peut croire que sans l’Union l’islamisme n’existerait pas, ainsi que ses crimes ? Qui peut croire que la crise des migrants n’aurait pas lieu, touchant les pays du continent ? Qui peut croire que la France de Hollande serait mieux gouvernée ?
    Dans nos discussions sur l’Union je vois un malentendu, On reproche à l’Union tout et son contraire en se référant à l’actualité et ses innombrables difficultés. Mais cette création européenne n’est pas une affaire d’actualité, c’est une affaire de géopolitique concernant les générations à venir, voire les siècles. Une création qui nécessitera sans doute un siècle, Commencée en 1950 elle en est à la moitié…
    A titre d’exemple la création des Etats-Unis a demandé plus d’un siècle, et c’était plus facile car les Etats concernés étaient jeunes.

  11. Lisa

    Schenguen n’existerait pas alors Les islamistes et les migrants seraient peut-être moins présents.

  12. Lisa, d’une part l’existence de Schengen est indépendante de l’existence de l’Union (par exemple la Suisse est dans Schengen, pas dans l’Union, L’Angleterre est dans l’Union, pas dans Schengen), Donc aucune raison de penser que  »Schengen n’existerait pas ».
    D’autre part pourquoi les migrants seraient-ils moins nombreux ? Ce ne sont pas les frontières qui les arrêtent, ce sont les contrôles n’importe où, et surtout le niveau des aides sociales. Il y a peu de migrants en Suisse, qui a choisi d’être dans Schengen.

  13. Lisa

    Je ne savais pas pour Schengen, je suis inculte…
    Mais je crois être assez euroseptique….

  14. Eurosceptique en effet, Lisa 🙂
    Bonne soirée !

  15. Impat, l’Union européenne et/ou Schengen sont en tout cas des prétextes mis en avant par nos gouvernements pour ne pas assumer leurs responsabilités : il y a trop de migrants ? « c’est la faute à Schengen » ! Par ailleurs, avec Schengen, il devrait exister une douane idoine 😉 internationale impliquant TOUS les Etats qui en font partie, pour garder nos frontières extérieures. Mais là, il n’y a personne. On laisse les Italiens, les Grecs et les Hongrois patauger dans leurs problèmes qui devraient être aussi les nôtres. Au lieu de cela, on accuse de fascisme des gouvernements qui ferment leurs frontières et érigent des murs, faute de pouvoir maîtriser les flux ! 😦

  16. Patrick, votre discours de 2 juin 2016 à 23 h 09 min me plaît. Il fait ressortir les problèmes, qui sont réels, tout en se gardant de n’être que négatif et de jeter le bébé avec l’eau du bain.
    Vous avez raison, le nœud (un des nœuds) du problème se trouve dans l’existence d’une douane européenne, plus généralement dans la surveillance efficace des frontières de l’Union, Ce corps de fonctionnaires existe, mais il a été créé trop tard et n’est pas encore assez opérationnel. De même, une marine de gardes-côtes existe, et monte progressivement en puissance.
    Tout cela nous rappelle surtout que l’Europe est en construction et que rien ne se fait en un jour. Surtout une opération de cette ampleur. Elle ne se fait pas assez vite, certes, mais n’oublions pas que pour d’autres elle se fait trop vite. Ces derniers avançant souvent un argument bizarre que je résume ainsi : l’Europe n’existe pas donc il ne faut pas la faire !
    Et puis quand même,  »notre Europe », qui eut cru qu’elle serait déjà capable de résister à deux énormes crises dans la même décennie : la crise économique mondiale exceptionnelle de 2008/2010 et la crise des migrants actuelle sans précédent. Le bébé est déjà très fort.
    Et puis bravo pour la douane idoine !

  17. Yaakov Rotil

    Parce que « votre Europe », Impat, résiste à la crise des migrants. Comme disait je ne sais plus qui dans Tintin, « toujours le mot pour rire »… 😉

  18. Ainsi ce qui était inespéré s’est produit. Le boulet anglais va être détaché de l’Union.
    Il faut s’attendre à de fortes turbulences à court terme, à de vrais progrès à plus long terme. Et certainement à tout sauf à la fin de l’Histoire !

  19. QuadPater

    Impat vous n’êtes pas triste que l’UE se défasse en partie ?

  20. Yaakov Rotil

    Impat,

    Vous me faites penser à ces leaders de parti politiques qui clament victoire le soir d’une élection qu’ils ont perdue…

    C’est, me semble-t-il, la troisième fois qu’un peuple dit NON à l’Europe – après les référendums en France et aux Pays-bas de 2005- et la première fois que, peut-être, ce refus sera respecté.

    Et vous de crier « Victoire ! »…

    Je m’y attendais tout-à-fait, vu comme vous aviez écrit votre article.

    Je ne suis donc pas surpris.

    Mais entre nous… Imaginez un peu que tous les pays de l’UE organisent le même referendum, vous pensez qu’il en resterait quoi, de cette magnifique Europe ?

  21. Quad, merci de vous inquiéter de mes sentiments du jour. 🙂
    Je vous les donne avec d’autant plus de plaisir que depuis bien des années je ne m’étais pas senti aussi politiquement heureux. L’Union ne se défait pas aujourd’hui, elle vient de se renforcer. Si, accrochée à un mur, vous voyez une nervure en porte-à-faux, vous ne menacez pas le mur en la coupant. Au contraire.
    Il n’empêche que le futur immédiat va être difficile pour l’Europe, mais j’essaie de ne pas avoir la vue basse. Si on vise plus loin, l’horizon s’éclaircit fortement depuis ce matin. Nos enfants seront citoyens d’un grand pays qui pèsera dans le monde. Un pays dont ils seront fiers, cela les changera.

  22. oypsilantis

    Je ne suis guère surpris par le Brexit. La notion de liberté est historiquement plus fine en Angleterre qu’en France, un pays centralisateur où l’État est une énorme chose qui étouffe tout le monde dans ses remplis — hormis ceux qui ont posé leur cul sur la tête de la chose. La Révolution française est superbe aussi longtemps qu’elle s’inspire de l’Angleterre. L’Angleterre, pays de courage et de détermination, d’humour aussi, a fait sentir à l’Europe que quelque chose n’allait pas. Nous devons nous montrer fair play et, une fois encore, remercier ce royaume. L’Angleterre, cet outsider, a une perception plus fine — plus libre — de l’Europe que ne l’ont la France et les autres pays continentaux de ce continent. Messieurs les Anglais, je vous aime. And God Save Your Gracious Queen :

  23. QuadPater

    L’Europe sans la GB c’est bien ?
    Moi quand je dis que je ne veux pas de la Turquie j’ai des raisons valables : ils ne sont pas européens avec leurs moustaches et leurs derviches.
    Mais les Anglais aux mèches rousses à l’accent rigolo et aux grandes dents ? Comment pouvez vous leur refuser d’être européens ?
    Et même je suis sûr qu’avec un nom pareil « Impat » vous devez avoir 98% d’anglais dans le sang

  24. Mais, Quad, je ne refuse pas les Anglais. Je les accueillerais même avec grand plaisir s’ils voulaient être européens**, mais depuis le début il est clair qu’ils ne veulent pas sauf pour tenter de la torpiller. L’Union est une union de peuples volontaires. Un peuple qui veut en être en voulant être ailleurs, en exigeant de plus un lot de conditions particulières, et en ne cessant de brider la construction de l’Union : c’est de cela que je ne veux pas. Et comme ça n’avait aucune chance de s’améliorer je me réjouis de cette clarification qui n’avait que trop tardé.
    **D’ailleurs je souhaite la bienvenue aux Écossais.

  25. Yaakov Rotil

    Oui, et quand les peuples ne veulent pas?

    France et Pays-bas 2005…

    Ce sont donc les peuples qui ont tort, c’est ça ?

  26. Rotil, de grâce un peu de bonne foi. Le référendum de 2005 portait sur l’approbation d’un texte de constitution, et non sur un souhait d’appartenance à l’Union. Quelle que soit donc l’opinion qu’on peut avoir le fait que les Français de 2005 ont été abusés par les arguments mensongers d’un Fabius, le résultat ne saurait porter sur l’adhésion à l’Union.
    Si les Français, soit par référendum soit par décision présidentielle légale, décidaient de quitter l’Union, évidemment qu’il faudrait appliquer cette décision.
    Pour votre information, les sondages récents (Le Point du 25/6/2016, sondage Odoxa)) montrent que 2/3 des Français sont satisfaits de leur appartenance à l’Union, la moitié de ces 2/3 souhaitant cependant une modification de ses institutions. Dans le tiers des opposants à l’Union on trouve 77 % des électeurs du FN.

  27. Quant à l’antienne sur « les peuples n’ont jamais tort », c’est une ânerie démagogique. Non, les peuples n’ont pas toujours raison, preuve en est qu’ils changent souvent d’avis. Alors quand ils changent d’avis, ils ont raison avant, ou après ?

  28. Bon week-end, Patrick.
    … « fachiste et anti social », rien que ça ! Allons, ne soyons pas timide, je vous propose criminelle, nazie, totalitaire, hitlérienne, scélérate, nazie, … 🙂

  29. Bibi

    Les péroraisons pseudo-humanistes sont risibles. Une bonne partie des britanniques veulent sauver leur peau de cette nième tentative d’ingénierie humaine, c’est tout.
    Prière de ne pas sortir de discours lénifiant sur l’unité, grandeur et autres notions qui rappellent d’autres temps, peu glorieux, de ce vieux continent. Comme toute expérimentation anti-démocratique, celle-ci aussi est vouée aux gémonies. Et ce ne sont pas les « copains » de Sa Vladimirité qui sauveront qui que ce soit.

  30. Avec un peu d’imagination, et d’expérience quant aux discussions avec les Anglais, savez-vous ce qui va se passer ?
    Je parie : le Royaume Uni (uni ?) va faire traîner les choses en longueur, et si on ne prend pas en compte ses conditions de divorce il est capable de…menacer de rester !

  31. Bibi

    C’est possible, Impat. Surtout avec des conseillers formés à l’école « européenne » d’Erdogan, hé-hé.
    Mais je ne sous-estimerais pas les « albionnais ». Souvenez-vous, sans leur sang votre vie glorieuse aurait été différente.
    Et n’oubliez pas le commonwealth, un autre type d’union.

  32. Guenièvre

    « Quant à l’antienne sur « les peuples n’ont jamais tort », c’est une ânerie démagogique. Non, les peuples n’ont pas toujours raison, preuve en est qu’ils changent souvent d’avis. »

    Impat je crois que la formule  » le peuple n’a jamais tort  » ne veut pas dire que le peuple ne peut pas se tromper. Cette formule est seulement l’équivalent de celle qui énonce que « la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple ». C’est la volonté du peuple qui est souveraine en démocratie, qu’il se trompe ou pas, qu’il change d’avis ou pas…D’où, on a déjà abordé le sujet, la nécessité absolue d’une éducation qui développe l’esprit critique.

  33. Bibi

    Patrick,
    Je viens de lire un rapport sur les juifs tunisiens qui quittent (Djerba), en exhumant les tombes des leurs pour les enterrer en Israël.y

  34. Guenièvre, vous avez raison, je crois, sur le sens à donner à la formule « le peuple n’a jamais tort ». Mais elle est souvent utilisée (à tort 🙂 ) pour signifier que le peuple ne se trompe jamais, ce qui est évidemment faux.

  35. Yaakov Rotil

    Je crois que nous serons à peu près tous d’accord sur le fait qu’il n’y a que les sots qui ne changent jamais d’avis…

    Au-dela de cette banalité, j’aimerais vous faire comprendre, Impat, les raisons de ma détestatuion de cette Europe que vous encensez. C’est que son histoire est pétrie de la haine des juifs, et que cela continue de nos jours, de façon très claire et incontestable.

    Aussi, si vous êtes accessible à un chouia d’empathie -ce que je n’ai pas constaté jusqu’ici, ou si vous acepter de condidérer les faits historiques qui se prolonge de nos jours – mais de cela aussi, vos prises de position m’incitent à douter, peut-être pourrez-voius comprende mon mépris de votre Europe et mon espoir d’assiter à sa disparition.

    Tel que jevous connais, je n’ai pas un espoir considérable…

    Avec mes salutations d’usage…

  36. Yaakov, l’Union Européenne n’est pas une entité venue d’une galaxie lointaine pour dévorer les habitants du vieux continent. Ce sont eux qui l’ont créée, avec de bonnes intentions. Ce qui est problématique pour la plupart de européens c’est qu’ils sont dirigés par des fonctionnaires que n’engage aucune responsabilité personnelle et se sentent au-dessus de la mêlée. De plus, leurs gouvernements respectifs répètent à tous les niveaux chaque fois que ça les arrangent: Ah mais on n’y peut rien, c’est Bruxelles!
    Quand on veut construire un empire et le faire durer autrement que par la force, il faut s’intéresser aux particularités des nations.
    Cela dit, pour toi et moi tout cela est bien loin de nous…
    Quand à l’antisémitisme, comment voudrais-tu qu’après 2000 ans d’enseignement du mépris, les populations européennes aient de l’empathie pour nous et notre « petit pays de merde »? Les dernières résolutions scandaleuses ont été votées par des pays qui ne se sont pas cachés derrière l’UE. Comme disait ma mère à propos d’un antisémite déclaré: celui-ci en tout cas, il n’est pas hypocrite!
    Pour ceux qui n’ont pas eu vent de ces résolutions, je vous renvoie à quelques uns de mes articles:
    https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/05/29/lere-de-la-calomnie/
    https://bokertovyerushalayim.wordpress.com/2016/06/06/notre-jerusalem/
    et comme je ne fais pas de la retape pour mon blog, je vous conseille aussi ceux de Kravi:
    http://dovkravi.blogspot.co.il/2016/05/le-conseil-des-droits-de-lhomme-de-lonu.html
    http://dovkravi.blogspot.co.il/2016/05/la-france-bientot-judenrein-par-benoit.html
    et de Danilette:
    http://www.danilette.com/2016/05/la-palestinisation-de-l-unesco-bat-ye-or.html
    http://www.danilette.com/2016/04/l-unesco-denie-aux-juifs-leurs-droits-religieux-les-plus-fondamentaux-shmuel-trigano.html

    Mais Yaakov, une fois fait ce constat, je préfère me réjouir de l’empathie de mes amis, ceux qui savent résister à tout ce bourrage de crâne ou lavage de cerveau et qui viennent nous voir, nous soutiennent et nous aident quand ça ne va pas fort. Et il y en a!

  37. QuadPater

    Boker, « petit pays de merde » : qui citez-vous ? Momo le vendeur de paninis de Sarcelles, je parie… 😉
    Soyons sérieux s’il vous plaît.

  38. Bibi

    Bien ensoleillé bonjour Quad,
    C’est un ex ambassadeur de la France (trémolo svp) au RU, et en VO c’était a shitty little country’. Une « ancienne » histoire d’une quinzaine d’années.

  39. Bibi

    Hanna et Yaakov,
    Et bien, je suis très empathique à l’égard de bien de citoyens européens, nos frères et sœurs, qui souffrent de pas mal de problèmes de la part de leurs élus et non-élus.

  40. Hélas non Quadpater: il s’agit de Daniel Bernard, ambassadeur de France en Grande Bretagne qui dans une conversation traita Israel de « Shitty country, a thread for the world ». Ce fut révélé par Barbara Amiel, journaliste au London Daily Telegraph. Et lorsque ses interlocuteurs lui demandèrent pourquoi une telle remarque, il répondit: « should the world be in danger of World War Three because of those people?”. C’était, je crois, en 2001 ou 2002.
    Si vous en voulez d’autres du même tonneau de la part d’officiels français ou européens, il y a de quoi écrire.
    C’est pourquoi la dernière phrase de mon précédent commentaire me semble importante: nous devons nous focaliser sur ceux qui sont nos amis (sans oublier de partir quand il est encore temps!)
    Hanna

  41. Bibi

    Au fond, Hanna, Quad, tou(te)s, la question qui se pose est celle de la représentativité de ces représentants « du peuple ». Non-élus comme ces fonctionnaires du MAE (qui a une « illustre » histoire d’antisémitisme), Commissaires(!) UE, fonctionnaires de l’appareil, etc. Et même élus.
    Contrairement à certains israéliens qui croient que plus l’UE sera accaparée par les problèmes, moins elle s’acharnera sur Israël, nous sommes qq-uns qui prévoyons un acharnement renforcé. Et davantage si les difficultés du vieux continent s’aggravent.

  42. Guenièvre

    @ Yaakov bonjour ! Bonjour à tous !
    « j’aimerais vous faire comprendre, Impat, les raisons de ma détestatuion de cette Europe que vous encensez. C’est que son histoire est pétrie de la haine des juifs, et que cela continue de nos jours, de façon très claire et incontestable. »
    Yaakov, vous pouvez nous expliquer en quoi , selon vous, la construction européenne est pétrie de la haine des juifs ?
    Pour les autres pays européens je ne sais pas mais d’où vient l’antisémi¬tisme en France, aujourd’hui ? Où le trouve-t-on sinon dans les banlieues dont les slogans et les réflexes s’apparentent aux discours de l’extrême droite mais trouvent leurs justifications idéologique dans le credo tiers-mondiste de l’extrême gauche. Il est vrai aussi que l’opinion publique anesthésiée par le matraquage médiatique finit par s’en accommoder. Ce en quoi elle a grandement tort car l’antisémitisme dépasse largement les Juifs, ce n’est pas « leur » problème, mais le problème de la société tout entière parce qu’il est toujours révélateur d’une crise de la démocratie.
    « Quand la République vacille, les Juifs sont les premiers touchés » dit Michel Winock dans  » La France et les Juifs, de 1789 à nos jours » . On pourrait très bien inverser la proposition : quand les Juifs sont touchés, c’est que la République vacille.

  43. Yaakov Rotil

    Bonsoir Guenièvre,

    Je ne puis que vous conseiller la lecture d’Eurabia, de Bat Yé Or. Il date d’il y a dix ans mais n’a pas pris une ride…

    En ce qui me concerne, je pars demain soir pour le Brésil et n’emporterai que ma petite tablette, je serai donc quasiment absent.

    A bientôt donc !

  44. Bonsoir à tous,
    Merci Hanna pour votre lien.
    Les Britanniques ont bien fait de sortir de l’UE, ne serait-ce que pour cette raison. Nous devrions en faire autant.

  45. Bon voyage, Yaakov !

  46. Bibi

    Patrick,
    Aux dernières nouvelles, le parti travailliste britannique est en train d’exploser. Et pour cause de plaidoirie pro-européenne défaillante davantage que pour antisémitisme agravé. Ou les deux, qui semblent aller de paire ?

    N’oubliez pas que la GB n’est pas en zone €, la France y est, et les conséquences économiques d’une telle sortie pour la France sont autres.

  47. Oui, je sais Bibi.
    En supposant qu’à la sortie de l’UE, 1 € = 1 Franc post-euro (FPE),
    3 semaines plus tard : 1 € = 1,50 FPE,
    3 mois plus tard : 1 € = 4 FPE. Je n’ose imaginer ce qu’il vaudrait au bout d’un an.
    Pas très enthousiasmant, en effet.

  48. oypsilantis

    J’ai toujours voté en faveur de l’Europe, et avec élan. Mais je constate qu’aujourd’hui l’Europe devient un espace étouffant avec multiplication de directives et de fonctionnaires prébendés. On peut encore respirer en partageant sa vie entre plusieurs pays aux confins de ce continent — mais pour combien de temps ?

    La dénonciation d’Israël (et je pense en particulier à la France) par des voies souvent insidieuses est la marque d’un dépérissement, entre nécrose et gangrène.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :