Intelligence et artifice.

IA1

S’il est quelque chose qui fascine le monde en ce début de siècle, quelque chose qui s’empare de l’esprit et du jugement, c’est bien l’envahissement de notre vie quotidienne par les technologies numériques. Comment s’en étonner lorsqu’on surprend de jeunes enfants apprenant à manier leur souris avant de savoir écrire ?

Nous assistons au déroulement d’une révolution de la société, comparable aux révolutions qu’avaient connu nos parents des générations récentes avec l’arrivée de la machine à vapeur, du moteur à explosion, de l’électricité. Comparable, c’est à dire qu’il ne s’agit ni de la fin du monde, ni de l’avènement du paradis sur la terre ! Une vie pratique facilitée, une évolution profonde du travail par l’utilisation de meilleurs outils, rien d’autre…mais c’est beaucoup.

Cette révolution s’inscrit dans l’ensemble du progrès technologique de l’humanité. Y a-t-il corrélation entre ce progrès et l’explosion démographique ? Nul ne le sait, mais il est frappant de constater la similitude des deux courbes. Une ligne plate, au bas du tableau, pendant des siècles, et puis soudain une pente impressionnante à partir du dix neuvième siècle. Cette montée brutale explique à elle seule une sorte de désarroi qui s’est emparé des foules. On a peur, parce que « tout change trop vite ».

De là naissent tous les fantasmes, puissamment aidés par la crédulité. Car c’est le moment d’exercer notre esprit critique. Quand on lit les élucubrations de certains gourous dont on ne sait s’ils sont sincères ou charlatans, méfiance, restons calmes. Un exemple ? Un certain Ray Kurzweil, auteur américain de « The Age of Spiritual Machines » n’y va pas par quatre chemins. Il annonce, rien de moins, que les ordinateurs dépasseront l’intelligence des hommes.

C’est oublier que les machines les plus sophistiquées produisent seulement ce que l’homme leur a appris à produire. Elles produisent les calculs plus vite, beaucoup plus vite, que l’esprit humain, mais ce sont les calculs dont l’homme a auparavant introduit les programmes. Les ordinateurs possèdent une mémoire phénoménale. Mais il s’agit d’une mémoire organisée par l’homme. L’ordinateur stocke des données en grand nombre, celles que l’homme lui a communiqué après lui avoir appris à les stocker. Et ce n’est pas parce que les spécialistes se font plaisir en inventant des mots évocateurs comme « intelligence artificielle » qu’il faut y voir autre chose qu’un outil performant. L’ordinateur n’invente pas, il répète, reproduit, mémorise, transforme, calcule, avec une vitesse fantastique, à partir de données qui lui ont été inoculées. Cette « intelligence », si performante soit-elle, est une intelligence apprise. Elle ne doit pas faire davantage illusion que le mot « servomécanisme » associé phonétiquement par beaucoup de personnes au mot « cerveau » !

Ces possibilités fabuleuses ont développé dans le public de véritables fantasmes. Comme dans les romans ou films de science-fiction, les robots vont un jour nous déclarer la guerre, nous détruire, nous dévorer…A nous tous de savoir exercer notre esprit le plus critique devant ce fantasme numérique!

Pour nous y aider, une bonne lecture:  » Méthanalyse du futur » par Hervé Fischer, professeur de technologies numériques à l’Université Concordia de Montréal et Québec.

Ce texte est inspiré d’un chapitre du livre  »Les Mouettes, chroniques de la crédulité ordinaire », Raoul Rouot, Éditions  »Le Manuscrit », 2004.

25 Commentaires

  1. Il est évident qu’à force de voir des films montrant des robots se révoltant contre l’homme ou lui faisant la guerre, beaucoup de nos semblables finissent par croire que cela va arriver.
    Je n’y crois pas. L’homme n’a pas besoin de robots pour assurer sa destruction, il y arrivera bien tout seul. Tous les ingrédients sont réunis pour rendre cette destruction possible : armes de destruction massives, idéologies totalitaires, dont la plus virulente est actuellement l’islam, sans oublier quelques autres un peu moins voyantes ces temps-ci.

  2. Lisa

    Patrick, mais nous croyons à la fin de tout cela à la victoire du Christ….

  3. Lisa: non ? Mais si mais si.

  4. QuadPater

    Patrick c’est le mythe de Frankenstein, la revolte de la créature contre son créateur.
    Très fréquent dans une certaine science fiction, et contourné dans une autre : Isaac Asimov, un grand auteur de l’âge d’or de la SF, affirmait que comme tout outil le robot serait construit de façon à ne pas faire de mal à son utilisateur. De même qu’un couteau a un manche, un robot intelligent doit être construit en intégrant les « 3 lois de la robotique » (énoncées par Asimov au début de chacune de ses nouvelles sur le thème) qui le rendent inoffensif.

  5. QuadPater

    Quand on parle de fantasme… un monsieur bac+2 m’a assuré aujourd’hui qu’en cas de vote de la loi travail non seulement un patron pourra virer n’importe quel employé en CDI sans delai, mais que même l’administration pourra mettre dehors un fonctionnaire du jour au lendemain.
    Il semble que dans le cas des fonctionnaires les plus anciens seraient protégés : un délai de 6 mois sera appliqué.
    Il était scandalisé en m’exposant ce scandale méconnu du grand public.

  6. QuadPater

    Pardon pour la redite « scandale » mais je pensais à Jojo Marchais.

  7. Alors il manquait une douzaine de « a » à « scandale ».

  8. Guenièvre

    Bonjour à tous !
    Deux choses à propos de votre article intéressant Impat :
    – Je crois qu’il y a eu un effet pervers de la vulgarisation scientifique : puisque tout un chacun peu constater dans les revues ou les émissions de TV que la science a permis des choses qui nous semblaient impossible il y a quelques dizaines d’années pourquoi ne permettrait-elle pas tout ce qu’il nous plaît d’imaginer ?
    C’est Roger Caillois l’auteur d’une très belle analyse sur les Jeux qui disait :

     » La science, cessant de représenter une protection contre l’inimaginable, apparaît de plus en plus comme un vertige qui y précipite. On dirait qu’elle n’apporte plus clarté et sécurité mais trouble et mystère . »

    – Tout comme les contes, la S.F. peut révéler des choses sur l’inconscient humain ( mais là je vais me heurter aux sceptiques de ce site ! 🙂 en matière de psychanalyse ) . La science est objective vis à vis de son sujet d’étude bien sûr mais l’est-elle dans la sélection de ses objets d’étude ? Pourquoi toutes ces recherches sur la  » fabrication de la vie » ( FIV, PMA, GPA, utérus artificiels etc…) Est-ce seulement des motifs thérapeutiques qui sont en jeu ?

  9. @ Lisa,
    Oui, effectivement, je crois aussi que Christ mettra fin à tout cela. Mais en attendant, il faut bien tenir.

  10. Je crois bien plus à l’asservissement de l’homme à la technique qu’une domination des robots.
    De plus en plus, on est solitaire face à des machines dans nos démarches, sans trouver d’interlocuteur : automatismes de paiement, notamment dans les commerces, démarches administratives à faire par Internet (déclaration des revenus et autres).
    Jacques Ellul disait : « tout ce qui est techniquement réalisable sera réalisé« . Une telle pensée fait frémir, mais elle est une réalité. Ce seront toujours des hommes qui seront derrière, mais la réalité est terrible. Les chambres à gaz sont un exemple éloquent sur l’assassinat industrialisé de millions de personnes. La « fabrication » de bébés par clonage ou d’autres techniques n’est plus un mythe.
    Evolution technique + abandons des repères = cocktail explosif !
    Mais comme l’a dit Lisa, pour moi l’espérance demeure (pas l’espoir humain !) : le Christ mettra fin à tout cela. Simplement nul ne peut dire jusqu’à quand l’homme va pouvoir librement et allègrement organiser sa destruction.

  11. Bonjour Guenièvre,…  »La science est objective vis à vis de son sujet d’étude bien sûr mais l’est-elle dans la sélection de ses objets d’étude ? Pourquoi toutes ces recherches sur la  » fabrication de la vie » ( FIV, PMA, GPA, utérus artificiels etc…) Est-ce seulement des motifs thérapeutiques qui sont en jeu ? »…

    Certainement pas seulement des motifs thérapeutiques, pas seulement non plus des motifs politiques, mais surtout à mon avis la simple curiosité. Les hommes cherchent parce qu’ils ont envie de chercher, comme un chasseur chasse pour chasser, comme un sanglier cherche la truffe.
    Par ailleurs, la science est objective par nature, mais les chercheurs ne le sont pas.

  12. Guenièvre

    Impat, vous parliez de fantasmes en ce qui concerne la possibilité d’une intelligence des robots supérieure à celle de l’homme, je crois personnellement que si les recherches sont importantes dans le domaine de la reproduction non sexuée c’est parce que la « fabrication du vivant » est un fantasme.Alors que la science était jusque là une puissance rationnelle qui civilisait l’inconscient on peut se demander si dans ce domaine elle n’est en train de se mettre à son service.

  13. Oui Guenièvre, on peut se le demander et même le penser.
    Hier soir je participais à une conférence sur le rôle des neuro-sciences dans les causes d’accidents d’avion, c’est-à-dire dans les erreurs de pilotage. Une des conclusions fut que les décisions sont le fruit d’une lutte entre rationalité et impressions, et que ces dernières sont les plus fortes.

  14. Guenièvre

     » les décisions sont le fruit d’une lutte entre rationalité et impressions, et que ces dernières sont les plus fortes »
    Intéressant Impat !

  15. QuadPater

    « C’est impossible, ce sont des fantasmes »
    Vos prévisions n’ont de valeur

  16. QuadPater

    … pardon
    N’ont de valeur que si vous ajoutez le laps de temps…
    Des robots pensants dans dix ans, non, certes…
    Mais dans cent ans, dans mille ans ?
    Pour moi si dans 100 ans ce n’est pas sûr – à cette époque on aura probablement manipulé des singes pour leur donner un peu plus d’intelligence – en revanche dans mille ans lev « robot » (androïde plutôt ) sera un gai et convivial compagnon.

  17. QuadPater

    Je suis justement en train de lire « la physique de l’impossible » de Michio Kaku, un physicien, qui évoque un certain nombre de techniques de SF (téléportation, invisibilité, voyages galactiques… ) et estime quels sont les domaines de la physique où les découvertes rendront possible ces « miracles ».
    Passionnant.
    … Autant que la question « Qu’est-ce que l’Homme aura réalisé dans 10.000 ans ? »

  18. QuadPater

    Pardon pour les fautes… j’écris sur le smartphone dans le train…

  19. QuadPater

    Chère Guenièvre, ici les sceptiques de la psychanalyse sont au nombre de un je crois, et ne manifestent leur allergie que pour taquiner Don Kraveone. 😉

  20. Quad, … » même l’administration pourra mettre dehors un fonctionnaire du jour au lendemain. »…
    Voilà un fantasme qui va nous aider à bien dormir. 🙂

  21. Guenièvre

    Voilà un article de la psychanalyste Monette Vacquin qui explique beaucoup mieux que moi le problème que j’ai essayé de poser dans mes interventions :

    http://www.causeur.fr/gpa-procreation-science-38638.html

     » … nous ne sommes plus dans la rationalité. Ces femmes sont emportées par le mouvement général dont je vous parlais. Le placenta c’est la nourriture du bébé et non la leur. C’est un mouvement archaïque inimaginable, c’est autophage. Cela ressemble à tout le reste : de l’archaïsme psychique associé à de la sophistication scientifique. C’est surtout caractéristique de notre monde utilitaire, où rien ne doit être perdu. »

    « Bien sûr, les scientifiques ne sont que les acteurs d’un mouvement qui les dépasse. Mais je ne pense pas les choses seulement en matière de volonté de dépassement. Tout cela se développe sur fond d’effondrement des discours philosophiques ou religieux, qui racontaient à l’Homme son histoire, qui lui disaient qui il est. Il est important de remarquer que ce dont la science s’est emparée — la naissance, la mort, la transmission avec le génome qui est censé nous dire qui nous sommes — ce sont les grands moments de l’expérience humaine, qui étaient autrefois dévolus à des discours et représentations qui n’ont plus cours. Jusqu’à fabriquer ce retournement incroyable : des embryons congelés au début de la vie et des cadavres chauds à la fin, maintenus tels à des fins de prélèvement d’organes. »

  22. Bonjour Guenièvre. Le problème soulevé par Monette Vacquin me semble un peu différent de celui soulevé par l’article du présent fil.
    Ce dernier s’élève contre l’idée que la technique pourra remplacer l’homme. Cette idée est à mon sens un fantasme qui ne se réalisera pas.
    Monette Vacquin s’élève contre le fait que l’homme abuse de la technique. Ce fait est réel, et en effet dangereux.

  23. En d’autres termes et toujours à mon avis, le premier point a trait à la naïveté, à la crédulité, des hommes. Le second a trait à leur orgueil, à leur imprudence.

  24. Guenièvre

    . Vous avez raison Impat, vous avez très bien résumé 😉 j’avais fait une petite digression sur le mot fantasme…
    « Le second a trait à leur orgueil… » Oui, à ce que les Grecs anciens nommaient l’hybris.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Hybris

  25. Et les Romains « superbia », dont ils nous ont transmis quelques gènes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :